Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 novembre 2019 6 30 /11 /novembre /2019 13:39

En octobre 2007, sous Sarkozy, l’ex-vice-président du MEDEF Denis Kessler déclarait crument dans la revue Challenges : « Le modèle social français est le pur produit du Conseil national de la Résistance. Un compromis entre gaullistes et communistes. Il est grand temps de le réformer, et le gouvernement s’y emploie. Les annonces successives des différentes réformes par le gouvernement peuvent donner une impression de patchwork, tant elles paraissent variées, d’importance inégale, et de portées diverses : statut de la fonction publique, régimes spéciaux de retraite, refonte de la Sécurité sociale, paritarisme…
À y regarder de plus près, on constate qu’il y a une profonde unité à ce programme ambitieux. La liste des réformes ? C’est simple, prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception. Elle est là. Il s’agit aujourd’hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance ! »

Le projet de réforme des retraites actuel s’inscrit dans la même logique. Ce dont il s’agit, c’est de défaire un système fondé sur la solidarité intergénérationnelle pour le remplacer par un système plus conforme aux visées libérales et fondé sur la financiarisation des pensions.

Le système de retraite actuel est un système par répartition. Le salarié n’avance pas d’argent quand il est en activité pour en percevoir l’âge de la retraite venu. Pendant sa période de travail, le salarié perçoit un salaire (salaire direct). En plus de celui-ci, le patron qui convoque la force de travail verse, sous la forme des cotisations sociales (que les patrons appellent des « charges »), un salaire indirect qui est immédiatement reversé à celles et ceux qui sont retraités. En ce sens on peut parler d’un salaire « socialisé », qui constitue une part de la protection sociale.

Avec le système à points voulu par Delevoye et Macron, la valeur du point serait variable en fonction de l’état de l’économie du pays, puisque la réforme limiterait le total des versements consacrés aux retraites à 14 % du PIB. Nous passerions d’un système où chacun peut prévoir ce qu’il ou elle aura comme pension à sa date de départ, à un système où notre durée de cotisation nous octroierait un nombre de points certes défini, mais des points dont le montant pourrait varier. Pire, la retraite deviendrait donc pour toutes et tous variable d’une année à l’autre pour un même parcours professionnel.

Par ailleurs, la prise en compte de l’ensemble de la carrière et non plus des meilleures années pour calculer le montant de nos pensions entrainerait un recul pour toutes et tous, et particulièrement pour celles et ceux qui ont des carrières discontinues, des périodes d’emploi précaire et/ou de chômage.

Les réformes de 1992, 2003, 2010 ont toutes provoqué une diminution des pensions et un recul de l’âge du départ en retraite. Cela ne suffit pas à ceux qui entendent pousser les futurs retraités à capitaliser auprès des fonds de pension s’ils veulent avoir une retraite décente. Un système dans lequel des cotisations perçues sont immédiatement reversées sans passer par la case « profit financier » a toujours semblé une aberration pour le libéralisme.

Ce sont là les enjeux de la grève appelée par quasiment toutes les organisations syndicales pour le jeudi 5 décembre. Il est évident cependant que, face à cette volonté de « défaire méthodiquement » notre protection sociale, c’est ce que nous ferons au-delà du 5 qui sera déterminant : seule une grève prolongée permettra de faire reculer les forces libérales à l’œuvre.

Source

 

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2019 6 30 /11 /novembre /2019 13:28

L’humoriste Bernard Mabille était l’invité de l’émission du Debrief, pour Non-Stop People, le 25 novembre dernier. L’occasion pour lui de tacler à tout-va et de lui aussi s’en prendre à Éric Zemmour. En effet, pour Mabille, l’écrivain-polémiste bénéficie d’une sorte d’immunité incompréhensible, étant par exemple mieux traité qu’un Dieudonné.
Afin d’appuyer son propos, Bernard Mabille a mis en avant son expérience sur Paris première. Présentant sa propre émission, “L’œil de Bernard Mabille”, l’humoriste ajoute avoir tenté d’inviter Dieudonné, sachant que sur cette chaîne se trouvent déjà des personnalités polémiques, telles que Zemmour ou Yann Moix, largement critiqué ces dernières semaines pour ses propos outranciers ou  ses caricatures de jeunesse.

Malheureusement, la venue de l’humoriste Dieudonné a été refusée.
Une situation que Bernard Mabille a toujours du mal à comprendre. “Dieudonné, on ne peut pas, Zemmour on peut. Il y a des gens qui ont la carte et d’autres qui ne l’ont pas” a-t-il ainsi lancé, ajoutant aimé au plus profond de lui l’humoriste qu’est Dieudonné, relançant d’ailleurs le débat entre l’homme et l’artiste. À ses yeux, il est d’ailleurs possible de séparer l’œuvre de l’homme et ses idées, ironisant toutefois au sujet de Zemmour, affirmant qu’il ne savait pas vraiment si celui-ci était un bon auteur ou non.

Source

 

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2019 6 30 /11 /novembre /2019 13:22

«Nous écrivons cette lettre ouverte, en tant que médecins, pour exprimer notre grave préoccupation sur l’état de santé physique et mental de Julian Assange», débute la missive écrite par 60 professionnels du corps médical et adressée à la ministre britannique de l’Intérieur, Priti Patel et à Diane Abbott, chargée des mêmes questions au sein du Parti travailliste, principale formation d’opposition en Angleterre.
Les signataires de ce courrier expriment leur «sérieuse inquiétude collective» tout en souhaitant «attirer l’attention de l’opinion publique et du monde sur cette situation grave». «Nous sommes d’avis que M. Assange a besoin d’urgence d’une évaluation médicale de son état de santé physique et psychologique», témoignent les 60 médecins, parmi lesquels figurent des Américains, des Australiens, ou encore des Suédois. Ces derniers suggèrent même que le fondateur de WikiLeaks devrait être transféré dans un hôpital doté de personnel qualifié afin d'y recevoir les soins adéquats. «[Sans cela] nous redoutons vraiment, sur la base des éléments actuellement disponibles, que Julian Assange puisse mourir en prison», alertent-ils. La santé de Julian Assange est entrée dans un cercle vicieux d’anxiété, de stress et d’impuissance, typique des personnes exposées à un isolement prolongé et à un arbitraire constant.
Actuellement détenu à Londres, le lanceur d'alerte risque l'extradition vers Washington. Il encourt une peine allant jusqu'à 175 ans d'emprisonnement aux Etats-Unis, qui lui reprochent d'avoir mis en danger certaines de leurs sources au moment de la publication, en 2010, de 250 000 câbles diplomatiques, et d'environ 500 000 documents confidentiels portant sur les activités de l'armée américaine en Irak et en Afghanistan.
Sorti blanchi par le parquet de Suède le 19 novembre dans le cadre d'une accusation pour viol, une audience prévue en février 2020 sur une éventuelle extradition vers les Etats-Unis attend désormais Julian Assange. Le lanceur d'alerte fait actuellement face à 18 chefs d’accusation.

Source

 

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2019 6 16 /11 /novembre /2019 10:59

Savez-vous qu’on projette la construction de réserves d’eau pour des usages agricoles dans le bassin de la Sèvre niortaise, sur une partie du Marais poitevin ? Entourées de digues et profondes de dix mètres pour les plus grandes, elles stockeront l’eau puisée dans les nappes et les cours d’eau par des points de captages à proximité. Elles alimenteront en eau 230 exploitations de la région.
En clair, on a décidé de confisquer l’eau de toute une région pour le bénéfice de quelques particuliers. Leurs champs seraient trop secs l’été. On oublie juste de nous en donner les raisons. Et on pleurniche sur le phénomène qui s’accroit depuis les années 80. Qui s’accroit en même temps que les rendements à l’hectare et les bénéfices de ces « pauvres » agriculteurs.
Connaissant les ploucs, on se doute qu’ils sacrifieront pas leur terrain cultivable pour implanter ces cuves et ces pompes. On réquisitionnera pour eux les terres non agricoles, avec le soutien financier de l’Etat.  Alors non seulement ils confisqueront la flotte mais le paysage avec, en nous préparant un nouveau décor bien sympathique : un champ, un trou, un champ, un trou, un champ, un trou.
Ils assécheront ainsi le marais poitevin et faciliteront le remblai de tout ce terrain perdu. On pourra ensuite y construire ces jolis lotissements qui font la beauté du littoral.
Hélas pour vous, messieurs les pilleurs, un collectif d’opposants, « Bassine non merci », se tient déjà prêt. Une première ZAD est occupée depuis le 30 juin…

Je suis bien triste d’apprendre que le tribunal de commerce de Limoges a prononcé le 8 novembre la liquidation judiciaire du quotidien régional du centre-ouest « L'Écho ». Il cesse donc son activité après 76 ans d’existence. Ce quotidien régional très ancré à gauche, dont le siège était à Limoges, paraissait dans cinq départements : Haute-Vienne, Creuse, Corrèze, Dordogne et Indre.
Rolland Hénault y écrivait chaque semaine, depuis 1998.
Ce journal indépendant se remarquait par la singularité de ses articles culturels, par ses positions anti-libérales. On n’y recopiait pas les dépêches de l’AFP et on n’y faisait pas de la critique gastronomique en guise de littérature.
42 salariés perdent ainsi leur emploi et pour certains, leur raison de vivre. Les dédommagements allègeront pas leur peine. Annie, Jacques, Georges, et les autres, je joins ma colère à la vôtre…

Une manif contre l’islamophobie, avec des femmes en foulard en première ligne, est-ce que c’est pas un peu « contre-productif » ? Et puis, était-ce bien nécessaire ? Moi je crois pas que les petits arabes soient plus « discriminés » que les petits blancs dans nos écoles de la République. Les blancs et les robeus sont discriminés tout pareillement. Et par qui ? Par les grands bourgeois qui nous gouvernent. Et qui sont nos vrais ennemis.
Quant au croissant jaune accroché au paletot de quelques manifestants et qui offusque tant BHL, il reprend un symbole déjà bien usé. Par SOS Racisme notamment, et sa petite main jaune « Touche pas à mon pote ».  Le pote BHL se souviendrait plus de les avoir soutenus à l’époque ? Faut que t’arrêtes la tisane, papa !…

La fille Le Pen remonte dans les sondages. C’est donc qu’on nous prépare officiellement son retour pour les prochaines présidentielles. A seule fin de la faire s’écrouler dans la dernière ligne droite. Avec son assentiment, peut-être. Penserait-elle qu’on gagne plus d’avantages à être le perdant ? hé hé… Regardez  Poulidor, tous les bouquins qu’il a vendus !
Sacré Poupou !…

 

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2019 6 16 /11 /novembre /2019 10:46

Le 12 novembre 2019, les militaires israéliens ont assassiné Baha Abu al-Ata, un membre dirigeant du Jihad islamique à Gaza, et sa femme – déclenchant plus de violence à Gaza. Peu après le meurtre, le Jihad islamique a lancé des roquettes sur Israël. En réponse, Israël a lancé de vastes bombardements sur Gaza, tuant plus de 30 Palestiniens (au 14 novembre) et en blessant beaucoup d’autres. Un Israélien a été blessé à la suite du lancement de roquettes palestiniennes. Jusque-là, le Hamas s’est abstenu de s’engager dans la violence pendant ces attaques récentes. Mais le risque d’escalade est réel si Israël continue ses agressions disproportionnées et meurtrières sur Gaza.

Une action politique est maintenant nécessaire aux États-Unis pour faire cesser les violences qui pourrait causer la mort de milliers de Palestiniens à Gaza. Mais il ne suffit pas de faire cesser la violence – il faut que cessent le blocus de Gaza, qui dure depuis douze ans, les inégalités systématiques et les violations des droits de l’homme que subissent les Palestiniens, ainsi que l’occupation israélienne de la Cisjordanie et de Gaza.

Lire la suite de cet article sur le site de l'Agence.

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2019 6 09 /11 /novembre /2019 11:15

 

Il y a de moins en moins de poilus en France, du moins si l’on désigne par ce mot les combattants de la guerre de 14-18. Car il existe des faux poilus, des escrocs, des leurres, qui se laissent pousser la barbe pour qu’on les remarque, je suppose ? Et qu’on leur donne, pour cette simple raison capillaire et pileuse, la médaille militaire et la retraite des anciens combattants ?

Je les trouve bien naïfs ! Un poilu, pour en rencontrer un aujourd’hui, il faut chercher. D’après les dernières statistiques, il en restait 68 le 8 novembre 2002. Et tous étaient centenaires. Et en plus, pour beaucoup d’entre eux, en maison de retraite, un mot qui ne leur convient pas, puisqu’ils l’ont gagnée, la guerre. Ce sont les soldats de Napoléon qu’on devrait mettre en maison de retraite, car eux, ils l’ont perdue, la guerre, au cours de la retraite de Russie, notamment.
Seulement voilà, allez donc dénicher un ancien de 1814 ou de 1815 !

De la même façon, il va être de plus en plus difficile de photographier des poilus de 14-18. Déjà, cette année, l’effectif est en recul. Une armée de 68 poilus, ça fait pas beaucoup, et on a peine à croire qu’ils aient pu gagner une guerre comme celle de 14-18. D’un autre côté, je veux dire de l’autre côté, chez les boches, il en reste combien ?

J’avais commencé à écrire le texte pour l’Union Pacifiste et puis je lis l’article intitulé « Anniversaire de l’armistice », dans un quotidien de la Région Limousin, « L’Echo du Centre ». Et du coup, mon humeur change, car ce qu’écrit le journaliste est très intéressant. Il nous rappelle que 8,5 millions de Français ont été mobilisés ! Le plus « jeune » des rescapés est né le 3 septembre 1902, le doyen est âgé de 108 ans. A Paris, il reste trois survivants.

Huit départements en comptent encore deux. L’un d’entre eux évoque les deux litres de vin quotidiens auxquels les soldats avaient droit. Deux litres auxquels s’ajoutaient les deux autres litres, à 34 sous le litre, remboursables. Au total, quatre litres en 24 heures. Cette consommation d’alcool s’appelle l’héroïsme. Quand on pense qu’en 2002, un buveur qui dépasse 37 centilitres de vin est un assassin, je me dis que l’Etat est bien hypocrite !

Le même « poilu », parfaitement conscient, se livre à une réflexion inhabituelle, donnons-lui la parole :
"Je pensais pas à l’égalité des sexes, mais je pensais à la supériorité des femmes, parce que les hommes, ils m’en ont fait baver comme pas possible ! Je me demande si ça avait été des femmes qui avaient été aux gouvernements des deux côtés, si on se serait battus comme ça, comme des bêtes."

Hélas, quand je pense à la guerre des Malouines et aux épouses des grands dignitaires nazis qui commandaient les camps de déportation, je ne suis pas bien sûr qu’il ait raison, l’Ancien... Sans compter les femmes qui sont désormais couramment ministresses (ou ministreuses ?) de la Défense Nationale. Si ça se trouve, la saloperie masculine ajoutée à la saloperie féminine, ça aurait fait un mélange encore meilleur, je veux dire pire, encore plus détonnant !

 

Rolland HENAULT  (dans "Articles volume 3, années 2005-2001" Editions de l'Impossible 2019)

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2019 6 09 /11 /novembre /2019 11:08
 
« Il n’y a plus de blé » : Thomas Fersen n’arrive plus à vivre de sa musique
Selon le chanteur, qui a autoproduit son nouvel album, l’effondrement des ventes de disques n’est pas compensé par le digital qui « ne rapporte rien ».

Au fil de sa carrière, Thomas Fersen a vu l’industrie musicale se métamorphoser... et les ventes de disques dégringoler. Il l’explique dans une interview accordée au Monde. L’artiste a choisi de quitter son label et d’autoproduire son douzième album, C’est tout ce qu’il me reste, à peu de frais. «Ma société d’édition avait un petit bas de laine, de quoi produire un album, trouver une promotion indépendante, des contrats de distribution», explique celui dont le précédent opus s’était écoulé à 17.000 exemplaires - «uniquement des ventes physiques».

Des chiffres dérisoires eu égard aux ventes de ses premiers disques. «Qu4tre, c’était 225.000 [exemplaires], l’âge d’or, se souvient-il, évoquant son album à succès, sorti en 1998. Ensuite, ça n’a fait que descendre, une perte de 40% à chaque fois». Thomas Fersen ne compte pas plus sur les plateformes de streaming pour s’assurer un revenu. «Le digital ne me rapporte rien,» affirme-t-il sans ambages. Il est pourtant inenvisageable de déserter Spotify, Deezer et consorts - question de visibilité. «Sinon, je disparais du paysage», estime le chanteur.


Interrogé sur la possibilité de donner des concerts pour renflouer les caisses, Thomas Fersen balaie l’hypothèse d’un revers de manche. Le concert comme gagne-pain est selon lui un «mythe». «C’est vrai pour les artistes internationaux qui vendent leur exclusivité en asséchant les trésoreries des festivals», nuance-t-il. Les petits festivals de ses débuts - dont les Francofolies et les Vieilles Charrues - ont depuis pris de l’ampleur et ne songent plus à l’inviter. Et pour ce nouvel album, seul un concert à la Cigale est prévu, contre une quinzaine pour un album sorti «au milieu des années 2000».

Thomas Fersen est désormais convié par des «petits festivals de village», eux aussi à la peine. «C’est une niche menacée, qui vit grâce aux mairies et aux régions. Là aussi, il n’y a plus de blé» regrette l’artiste, pour qui l’explication à ce manque de moyens est surtout politique. «Les élus sont de plus en plus jeunes et n’en ont rien à foutre de la culture, déplore-t-il. Autrefois, qu’on aille dans des municipalités de droite ou de gauche, la culture, c’était quand même un prestige.» Outre son talent, ce qu’il reste à Thomas Fersen, c’est en tout cas une indéniable liberté de ton.

Source

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2019 6 09 /11 /novembre /2019 10:59

Depuis plus de 58 ans, on l'appelait « Madame Céline », preuve du respect, presque de la déférence, que l'on accordait à cette ancienne professeur de danse au destin hors du commun. En 1935, elle n'a que 21 ans quand elle croise l'écrivain déjà auréolé du succès du Voyage au bout de la nuit et qui s'apprête à publier Mort à crédit. Coup de foudre ! Seule la mort les séparera, celle de Louis-Ferdinand en 1961. Elle est tellement pressée de le rejoindre que sur sa tombe, elle fait graver « Lucette Destouches, 1912-19… » Mais Dieu ne voulait pas d'elle ! Lucette Almanzor (son nom de scène, ou Almansor, son nom de jeune fille) s'est éteinte finalement ce vendredi matin chez elle à Meudon, à l'âge de 107 ans.

Lucette Destouches était également la dernière survivante de la petite colonie de Français qui, à l'automne 1944, gagna Sigmaringen, cette ville du Bade-Wurtenberg où s'était replié le gouvernement en exil du régime de Vichy. Son mari y soigna avec dévotion et sans compter son temps les maux de ces milliers d'irréductibles repliés dans une ville trop petite pour leur offrir l'hygiène et le confort minimum. Le docteur Destouches en fit un livre, D'un château l'autre, sous le nom de Louis-Ferdinand Céline. Elle forma avec son mari, et leur chat Bébert qui ne les quittait jamais le noyau dur de ces irréductibles soutiens du gouvernement de Vichy vivant en vase clos avec Pétain, Laval, Brinon, Otto Abetz.

Femme de celui qui fut un écrivain adulé et célébré avant la Seconde Guerre mondiale, elle refusa de l'abandonner dans les années 1950 quand Louis-Ferdinand Céline dut expier ses errements collaborationnistes. En dépit de ses 18 mois de détention à Copenhague de 1945 à 1947 puis de 6 ans d'exil au Danemark, elle ne le quitta pas d'une semelle et continua de veiller sur son grand homme. Ensemble à leur retour d'exil, ils emménagèrent dans une maison du style Second Empire à Meudon. Lucette donnait des cours de danse au premier étage tandis que l'écrivain noircissait inlassablement ses cahiers dans son petit bureau du rez-de-chaussée. Elle fut la première lectrice de la trilogie allemande D'un château l'autre, Nord et Rigodon dernier livre qu'il acheva le 1er juillet 1961 quelques heures avant de pousser son dernier soupir.


Source

Partager cet article
Repost0
Publié par ELIZABETH
9 novembre 2019 6 09 /11 /novembre /2019 10:48

En 2005, Sarkozy avait prétendu que les émeutes étaient pratiquées par des vendeurs de drogue dérangés par une police trop présente. Ce gros mensonge avait été démenti par les RG (Renseignements Généraux) c'est-à-dire par la police politique française. Ceux-ci disaient à juste titre qu'au contraire de ce que disait Sarko, les dealers préféraient que le calme règne dans leurs quartiers, et que les émeutes attiraient la police, ce qui dérangeait le trafic. Les RG disaient que les émeutiers étaient tout simplement des pauvres qui en avaient marre d'être pauvres.

Bien entendu, ça n'a pas du tout plu à Sarkozy d'être démenti par sa propre police politique. Pour la punir, il a tout d'abord viré le chef des RG, puis a fini par dissoudre ce corps dans la DST (Défense et Sécurité du Territoire), ainsi devenue la DCRI, puis la DGSI (service secret intérieur).

Source

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2019 7 03 /11 /novembre /2019 09:24
 
Chrysanthèmes, fleurs d’or,
Fleurissez les pauvres morts
Chrysanthèmes, fleurissez
Pour les pauvres trépassés…
Mais sous la terre enfermés
Ils ne connaîtront jamais
Vos pétales embaumés
1
Dans leurs tristes monuments
Las ! ils verront seulement
Vos racines : c’est pourquoi,
Sentimental à part moi,
Je songe, ô vivants pieux,
Que peut-être il vaudrait mieux
Planter sous les cyprès verts
Les fleurs des morts à l’envers.

 

Georges Fourest (« La Négresse blonde »)


1. Il est bon de faire observer que les chrysanthèmes sentent plutôt mauvais. (Note de l’auteur)

 

Partager cet article
Repost0