Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 octobre 2013 6 26 /10 /octobre /2013 09:57

Des braconniers ont empoisonné près de 300 pachydermes au cyanure afin de récupérer leurs défenses.

L'INFO. C'est le pire massacre d'éléphants dans le sud de l'Afrique depuis 25 ans. Des braconniers ont empoisonné au cyanure près de 300 éléphants au Zimbabwe dans le parc national de Hwange, en l'espace de trois mois, rapporte le quotidien anglais The Telegraph. Une information confirmée par l'ONG Zimbabwe Conservation Task Force (ZCTF) sur place ainsi que plusieurs autres chasseurs avec permis qui ont découvert la scène alors qu'ils survolaient la zone.

"Nous ne pouvions pas en croire nos yeux. Nous pensions qu'ils avaient été abattus. Ils étaient trop nombreux pour être mort de faim ou de soif", raconte un des chasseurs qui a par la suite alerté les 50 rangers qui gardent le parc de 15.000 km², au sud des chutes Victoria.

Lire l'article

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2013 6 26 /10 /octobre /2013 09:52

 

Chers nombreux amis qui avez contribué à ce que "Le Joli Temps de La Colombe" soit édité et à la réussite de sa sortie en début octobre, je vous remercie. La fête aux copains au Forum Léo Ferré les 6 et 7 octobre en présence de mon éditeur Guy Trédaniel et de son épouse et marrainée par Anne Sylvestre a été une réussite  et vous pouvez voir en pièces jointes un photo-montage de notre spectacle du 7 où tous les artistes ont été chaleureusement applaudis en interprétant des chansons qui avaient été créées à la Colombe dans les années 60.
Très en forme, Bernard Pierrot, Jacques Yvart, Brigitte Sauvane, Jean Max Rivière, Marie-Thérèse Orain et le clown Scotch eurent autant de succès que lorsqu'ils passaient à la Colombe.
La preuve est faite que la chanson française de qualité n'est ni oubliée ni rangée au rayon des antiquités poussiéreuses. En dehors des anciens qui fréquentaient la Colombe ou qui en avaient entendu parler, j'ai pu rencontrer une nouvelle vague d'amateurs âgés de 18 à 30 ans qui s'étonnent que les radios et les chaines de télévision les aient privés de cette forme d'expression qui, sauf de rares exceptions, ne leur paraît nullement démodée, pas plus que dans la littérature ne sont démodés François Villon, Louise Labbé, Ronsard, Du Bellay, Rabelais, Montaigne, Marivaux, Molière, Voltaire, Hugo, Beaumarchais, Lamartine ou Musset et j'en passe.
Dans la chanson, seules tombent et tomberont dans l'oubli les chansons vulgaires, sans esprit, ignorantes de toutes métaphores, écrites sans subtilités, les chansons écrites pour être à la mode, les chansons insipides et bêtifiantes.
Depuis le "J'ai du bon tabac" de Corrette, "La Mère Michel", " Il pleut Bergère", Cadet Rousselle" puis "Le temps des cerises", "Paris à cinq heures du matin", "Parlez-moi d'amour", "Le Fiacre", les chansons de Gaston Couté et Carco, d'Aristide Bruant, et quelques autres, remarquez que l'on n'a gardé que les meilleures et les mieux écrites.
Ainsi demeureront longtemps les chansons de Guy Béart, de Jean Ferrat, d'Anne Sylvestre, de Moustaki et de Maurice Fanon et il eut été dommage que l'on oubliât les Riffard, les Louki, les Hennevic, les Arnulf, les Ricet Barrier, les Lise Médini, et tellement d'autres dont je parle dans mon livre, pour ne parler que des auteurs et des compositeurs, sans oublier pour autant ceux qui en les interprétant, les ont rendus célèbres.
 Cordialement,

P.S. L'association "A la Rencontre de La Colombe" continue et nous remercions les nouveaux adhérents et les premiers qui ont renouvelé leur adhésion. D'autres fêtes auront lieu et nous espérons au printemps pouvoir procéder à la pose d'une plaque sur le mur de la Colombe. Je ferai également une tournée d'exposés sur la Colombe avec projection de films auprès des associations culturelles qui en feront la demande. En s'adressant directement à moi lors des dédicaces dans des lieux que nous vous annoncerons, les adhérents se verront accorder une ristourne sur l'achat de leur livre. Pour l'adhésion, veuillez vous adresser à Chantal Fournier 12 rue Keufer Hall 3 - 75013 Paris.

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2013 6 26 /10 /octobre /2013 09:43

En un mot comme en cent, on est dans la merde !
On perd un peu plus de fric à chaque numéro.
On ne va pas vous mentir, comme le font tous nos hommes politiques de gauche ou de droite, on touche aujourd’hui, après deux ans, le fond de nos fouilles.

 
 
 
 

À tel point que le numéro de décembre sera le dernier si vous ne vous mobilisez pas pour nous sauver.
On a tout tenté pour éviter d’en arriver là : on a rogné sur nos dépenses,

on a augmenté le prix de vente, en vain.
On n’a pas de pub, on n’a pas de mécènes, on n’a pas de pognon,

on n’a que notre niaque.
Comme on ne peut pas vivre que d’humour et d’eau fraîche,

il ne nous reste pratiquement qu’une solution : mettre, la mort dans l’âme,

la clé sous la porte.
Si, comme nous, vous ne vous résignez pas à faire ce cadeau aux réacs

de tous acabits et à offrir bientôt un boulevard au Front national, il faut,

coûte que coûte, nous aider à sortir de ce marasme.

 

 

> Votre reçu fiscal vous sera envoyé au moment de la déclaration d’impôt sur les revenus.
Vous pouvez également faire un règlement par chèque à :
Presse et pluralisme / Opération Siné Mensuel
» Télécharger le coupon à imprimer, à compléter et envoyer avec votre chèque à l'adresse suivante :
Presse et Pluralisme, TSA 32649, 91764 Palaiseau Cedex
Ne nous envoyez pas de dons directs, nous ne sommes pas en droit de les accepter.
*Ce système ne concerne que les contribuables imposés en France.

 
 
 
 
 

> SOS, branle-bas de combat, sauve qui peut !
Il ne vous reste que peu de temps pour le faire savoir par tous les moyens à votre disposition : twittez, bloguez, mailez, facebookez, taguez…
Des sous ! Des sous !
N’hésitez pas, en plus du don, à utiliser le téléphone arabe (le meilleur !).
Si avant la fin du mois on n’a pas reçu une somme conséquente, on dépose le bilan !
Merde, ça ferait chier !
Siné et toute l’équipe.

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2013 6 26 /10 /octobre /2013 09:39

L’initiative européenne "Tout Sauf les Armes" part d’une bonne intention : accorder aux pays les plus pauvres un accès au marché européen libre de toutes taxes douanières ou de quotas. Mais au Cambodge, les avantages consentis par l'UE aiguisent l’appétit d’entreprises sucrières qui expulsent des milliers de paysannes et paysans de leurs terres et vont jusqu’à détruire des villages pour produire davantage.
Arrestations arbitraires, menaces, violences... Forces de l’ordre et hommes de main des entreprises n’hésitent pas à user de violence face aux communautés locales qui tentent de défendre leurs terres.
Pour mettre fin aux accaparements de terres, l'Union Européenne doit immédiatement suspendre les avantages consentis aux produits agricoles du Cambodge. Malgré les appels de nombreuses organisations de la société civile en ce sens, malgré la résolution d'urgence du Parlement européen, malgré les preuves des violations, malgré les témoignages accablants... la Commission européenne n'a pas encore réagi.

Lire la suite.

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2013 6 12 /10 /octobre /2013 10:26

Un lecteur du blog elize-chanson.net s’étonne de la fréquence des textes à signer, que nous présentons à sa bienveillante attention.

Je crois qu’il a confondu « signer » avec « saigner ». Il se peut que nous ayons commis une faute de frappe. Nous ne frappons pas toujours où nous voudrions !  Ca arrive quand on écrit sur un écran. C’est évidemment « saigner » qu’il fallait lire.

La plupart du temps, la signature n’aboutit à aucun résultat. La saignée est, de loin, plus efficace. Elle s’employait couramment, comme remède, dans les comédies de Molière, et dans la réalité aussi. Par contre la saignée prolongée donne des résultats satisfaisants.

 En moins de dix minutes, quinze à la rigueur, un ministre est vidé de son mauvais sang, qui nous empoisonne tous ! Il devient une simple bâche à cacher la misère du monde.

  Il suffirait de se rendre aux abords de l’Elysée, avec une petite lancette, d’en saigner, dans un premier temps, une bonne trentaine et de jeter les seaux de mauvais sang dans la rue, ainsi que ça se pratiquait au Moyen Age. Les cochons se chargeaient du reste. Dans le quartier Saint Antoine, cette méthode médicale se prolongea plus longtemps, à cause d’Antoine, précisément, qui exerça la profession de « saint », et qui ne se séparait jamais de son cochon.

 Or rien dans la réglementation de la circulation urbaine ou rurale n’interdit de se déplacer dans les avenues de Paris, des villes moyennes ou des villages, avec un cochon en laisse.

 Il suffira de respecter la parité Homme/Femme/Pédés/Gouines et de faire la même chose avec les cochons et les cochonnes. Une petite purification auprès du Palais Bourbon et du Palais du Luxembourg permettrait, dans un premier temps, d’assainir la situation sanitaire de la France,  puis de convaincre l’Union Européenne.

 Une question alors se pose : ces porcs ne seraient-ils pas contaminés ? La réponse alors est simple. Plutôt que de transmettre à ces fournisseurs de jambon du sang malsain, effectuons une saignée totale. J’ai calculé que 1000 élus du peuple dont la contenance est de sept litres environ, ça ne fait jamais que 7000 litres de sang.

 On rentabiliserait le prix du récipient, par une visite, avec vidéo, payante mais à petit prix. Car il est bien probable que des tricheurs se feraient passer pour malades (par « tricheurs », je veux dire : élus du peuple) par le biais de faux certificats, dits de « complaisance ». C’est courant en ces temps de corruption généralisée !

Un certificat  sera donc exigé, signé par des médecins ayant fait de véritables études ! Ils apprécieront déjà la tronche du députomaniaque, de la ministreuse, et, pour certains le diagnostic sera effectué au faciès ! Cela évitera une perte de temps.

 Ensuite, dans cette France surpeuplée par des malades du pouvoir, et qui coûtent si cher d’entretien, on pourra passer à la saignée des hauts fonctionnaires, des faux journalistes, des journalistes pourris sur pied, de la plupart des hommes de médias.

 Par ordre décroissant, on passera à tous ceux qui détiennent une parcelle d’autorité, même ridiculement petite, sous chefs de bureau, responsables des prisons, des commissariats, des groupes financiers.

 On n’appliquera pas le traitement de la saignée aux Français ordinaires, même s’ils ont commis des actes réputés répréhensibles, des meurtres directs ou indirects (je veux dire commandités) à condition qu’ils aient judicieusement choisi leurs malades.

 On pourra éviter la pratique de la guillotine, dont nous reconnaissons la merveilleuse efficacité, mais une erreur est trop vite arrivée ! Si on guillotinait un honnête ouvrier, dont le sang est pratiquement pur, ou une honnête travailleuse, déjà très largement exploitée, et qui a sué sang et eau pour décrocher un emploi de merde, ce serait une grave injustice.

 Non ! « Saignez » directement, je veux dire « soignez » directement, votre patron !

Et ne perdez plus de temps à ces signatures de pétitions, dont on ne voit jamais le résultat concret.

 C’est même l’occasion pour vous de passer pour un esprit simple, voire un simple d’esprit.

 En ne signant pas (moi je ne signe jamais, et là c’est vrai !) même quand la cause me paraît juste car je pense que cette abondance de pétitions semble dire qu’on n’est pas très malins et qu’on s’arrêtera là… Ensuite on regagnera ses pénates. Et on vivra bien tranquillement, comme avant, en souhaitant voir les ossements de George Sand au Panthéon, alors qu’il y a tellement de vaincus de la vie, d’oubliés, de misérables, d’exclus… qui dorment leur vie, allongés précisément près du Panthéon.

Et dont le seul tort est de ne pas avoir eu de chance !

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2013 6 12 /10 /octobre /2013 10:15

Attendez un peu je relis ce qu’a écrit mon co-auteur ! Vous avez bien une minute et même une cocotte pour attendre la minute, bref et pour alléger le style, une cocotte-minute ?

Pendant que mon Kollègue, qui est vendu aux Boches, au Maréchal Pétain, (en réalité il s’exprimait dans son langage à lui, donc il ajoutait : « Pètain Koup t’es tout rouge ! et à Laval, sur le Marché de cette charmante localité de la Mayenne, qui vit naître Alfred Jarry, je vais donner la tendance générale qui lui permet (à mon chef, de s’inscrire dans une logique non aristotélicienne) d’inscrire ensuite la trame de l’histoire !

D’abord c’est la rentrée des Klasses, pas à Brion, vu que la Klasse c’est un musée, alors les élèves se tiennent tranquilles, j’oserais dire à carreau, quand c’est pas par la bite !

 Vous excuserez, j’en suis sûr, ce que vous prenez pour des grossièretés ! car les grossièretés, amis quand j’écris une « bite », c’est pour éviter « une gaule », qui fait prétentieux, vu qu’on a rarement vu des scènes campagnardes, même chez Louis Pergaud, qui parle des « Kouilles molles », à propos des gamins de Longeverne, et des « Peigne-Kul » pour désigner ceux de Velrans ! On comprend pourquoi, grâce à cette simple remarque, Rabelais fut interdit dans les établissements scolaires, d’autant plus qu’il était moine-bandeur de première Klasse ! D’ailleurs Céline s’en réclame dans un Opuskule intitulé : « Rabelais il a raté son coup ».

Il exagère, Ferdine, parce que Rabelais il est Konnu (avec les traîtres je suis impitoyabe ! je leur fous des « K » partout) à Valière, une fermette du Maréchal Bertrand, où Gérard Coulon a deviné un Tuml’use, à force de sucer (Lui il est prude, Gérard et puis il veut étaler sa science, alors il écrit « Tumulus »).

Brion, c’est l’ultime avancée de Rabelais en sol mou. D’ailleurs la Kommune du tumeluze c’est La Champenoise, mais les propriétaires s’appelaient « Sautereau ».

En deux mots.

Bon, tout à coup et soudainement voilà ty pas que j’entends comme un bruit de défilé, jeune, allègre, sautillant. Aussitôt je me dis :

« -Mais c’est bien sûr !...c’est la rentrée des classes au jour d’aujord’hui ! »

Et alors j’attends patiemment au carrefour de la route de Brion, quand on vient de Ménétréols sous Vatan et d’ailleurs il y a une faute, le carrefour y xiste pas (Jean Tardieu écrit bien « a dit rin, A xiste pas) plus depuis qu’il y a la Strada !  On passe par-dessus la Strada on fait gaffe à pas écrabouiller Fellini et sa femmelette la Gulietta Masina, d’autant que le grand Zampano il est là, avec ses haltères.

Je préfère regarder le défilé !

Y marchent tous au pas, avec les instruments de l’enseignement actuel, les MAC 50, les PM 48, les AAT 52, les Drones… Et ça roule au pas ! Et ça leur provoque des scolioses !

On dirait qu’y vont tuer les Boches ! Mais la bataille de Brion a déjà eu lieu, début septembre 1944, et elle a fait 3 morts.

Un peu de respect, les mioches ! Quand on est mort à Verdun on s’amuse pas à compter. Quand on est mort à Brion on s’amuse pas non plus à des détails de comptabilité. Déjà qu’on a droit à une caillasse Route de Liniez, avec les noms écrits dessus ! Mais on est mort pareil !

Un combattant c’est fait  pour crever (la paillasse du gars d’en face, ou crever tout court)

Et là je les regardais, lourdement chargés, de sacs à dos, d’armes diverses comme celles de Meussieu Krupp qu’est crevé en 1967 en Espagne, au cours d’un dîner aux chandelles, et qu’a fourni le Grand Reich  durant la djerre de 39-45, en machins bien étudiés pour massacrer les autres !

Ils avaient l’air bien obéissants, ces petits jeunes, mais il fallait se méfier quand même. Ils partaient à l’école de l’ignorance.

Ils portaient des livres lourdement chargés avec des feuilles blanches. Le blanc, ça pèse autant que le noir.

Vous me direz : qu’est-ce qu’ils foutaient là, ces branleurs ?

Rien, mais au moins ils n’usaient aucun siège. Et surtout pas ceux du Ramassage Scolaire ! Puisque maintenant, les écoliers et les étudiants, c’est comme les Ordures ménagères, il y a enfin un ramassage, et là, ils l’avaient raté, le car du ramassage !

Vous ne trouvez pas qu’il fait de plus en plus chaud ? Au moins dans le « ressenti » !

Comme c’est la rentrée scolaire et universitaire, j’en profite pour rappeler que le grand Alfred Jarry habitait un appartement spécialement équipé en ascenseurs : une corde à nœuds pour accéder au premier étage. Et vous connaissez la réponse que fit Jarry à la mégère qui lui reprochait de tirer un peu au hasard dans son jardin à elle :

-Mais, Monsieur, cessez de vous comporter ainsi ! Pensez que j’ai un enfant de 3 ans…Vous pourriez le blesser, voire le tuer !...

Réponse de Jarry :

-Mais madame, nous vous en aurions refait un autre !...

Mais pour l’instant je suis sur les bas côtés de la voie d’arrêt d’urgence. Mon chef va encore m’engueuler, me traiter de Crétin ! Si ça se trouve il va me tanner le cuir à coups de manches de fourches !... Alors, lâchement je reprends le fils du sujet.

Le commissaire Naze va avoir du boulot. Puisque j’ai abattu la grosse Louise, de la Champenoise, qui venait me faire des remarques, à propos de mes méthodes pédagogiques. Une caillasse bien lancée derrière le crâne et la voilà qui se met à saigner comme une vache qu’elle est. J’aurais pu la fendre, mais ça intéresse plus personne, des grosses vaches comme elle ! Autant s’envoyer directement la vache ! Imaginez le commissariat de Châteauroux, chef lieu de la Castelroussie, avec dix cadavres de vaches allongés dans le bureau du Commissaire Naze ! Mises en examen, on se demande lequel ! Parce que j’ai des complices, évidemment, et des gars compétents, le Docteur Petiot, Mr Landru, Mme Violette Nozières, le Maréchal Foch, Homère, le boucher de Neuvy Pailloux et même Du Guesclin !. Je les ai appelés de mon portable pour un petit coup de main ! Ils ont radiné tout de suite … Ah ce que je vais me faire engueuler par mon co-auteur !!!

Parce qu’il est pas finaud, mon co-auteur ! Une brute en plusse !

Oh bin ! la Louise ça va pas faire un gros crime de guerre ! C’est pas Oradour sur Glane ! On demandera à Mr Dimoli, qu’est mon cousin, avec un papier officiel, d’intervenir avec sa pelleteuse, et pis on fera un deuxième « tu me l’use », à côté de l’autre, celui de Valière parce qu’on est des hommes d’ordre !

 « Tiens Tiens Tiens, que je me dis, en v’là qui font de la préparation militaire », et puis je regarde, c’est mes élèves, dont auxquels je vous avais fait une description à toute allure. Y zont voulu cogner les Boches ! Un car de touristes qui revenaient sur les lieux du crime ! A Brion, les petits jeunes de la Rentrée des classes, y zont pas voulu se faire avoir comme en 44. Ils ont vengé les victimes de la Bataille de Brion !!!

 Ils ont contre attaqué avant l’attaque. Les Boches ils étaient fumasses, forcément le car à pris feu ! Un boche, ça brûle en fumant ! Voyez  Oradour-sur-Glane même que c’était des Alsaciens, ils disaient qu’ils l’avaient pas fait exprès. Ils obéissaient aux ordres, c’était des « Malgré eux ! »  Un peu comme le commissaire Naze, c’est un malgré lui, il l’a pas fait exprès d’être commissaire, ni de s’appeler Naze.

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2013 6 12 /10 /octobre /2013 10:13

Ce samedi 12 octobre, à la Vieille Grille, à 21 h.

             1 rue du Puits de l’Ermite, Paris Ve

Vania Adrien Sens fêtera ses 50 ans de compagnonnage

              avec l’oeuvre de Gaston Couté !!!

Invités : Nathalie Solence, François Robin, Claude Gaisne.

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2013 6 12 /10 /octobre /2013 10:11

La fédération nationale de la Libre Pensée, et son président Marc Blondel, vous transmet cette vidéo pour vous sensibiliser sur la question de la réhabilitation collective des fusillés pour l’exemple de la première guerre mondiale de 1914/1918.

Depuis plus de 15 ans, la Libre Pensée agit pour cette œuvre de justice, avec, à ses côtés, l’Association Républicaine des Anciens Combattants, L’Union Pacifiste de France, le Mouvement de la Paix et de nombreuses sections de la Ligue des droits de l’Homme.

Si vous vous reconnaissez dans cette volonté de justice, nous vous invitons :

  • A visionner cette vidéo de 2 minutes 30.
  • A la faire connaître largement autour de vous par le biais d’internet et des réseaux sociaux.

http://www.youtube.com/watch?v=17-sPmJnB9o

  • A écrire par mail à la présidence de la République pour demander cette réhabilitation collective.

http://www.elysee.fr/ecrire-au-president-de-la-republique

 

  • A contresigner la « motion pour la motion pour la justice » du 8 juin 2013.

http://www.fnlp.fr/spip.php?article892

 

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2013 6 12 /10 /octobre /2013 10:10

NUMERO 24, OCTOBRE 2013

En avant-première dans Siné Mensuel : Nouvelle tempête sur le Bugaled Breizh. Alors que l’instruction du naufrage du chalutier breton, le Bugaled Breizh, coulé à pic le 15 janvier 2004 en faisant cinq morts, aurait dû se clore ces jours-ci, des éléments nouveaux, classés Confidentiel Défense, devraient relancer l’enquête. Un entretien avec l’un des avocats des parties civiles, Me Dominique Tricaud, nous livre les clefs de cette histoire qui met en cause un sous-marin anglais, le Turbulent.

Il existe un mur à Calais. Vous n’en n’avez jamais entendu parler ? Et pour cause, personne ne s’en vante, tous feignent d’ignorer ce mur de la honte. Certains jurent même que c’est pour arrêter les embruns ! De migrants, il n’est pas question. C’était compter sans l’obstination de Véronique Brocard.

Enquête : L’Europe, un marché aux esclaves ? L’emploi des travailleurs low cost dans tous les chantiers, y compris les chantiers publics, se multiplie par la magie d’une ribambelle de soustraitants domiciliés dans divers pays, en toute légalité ! C’est ainsi que Joachim s’est retrouvé à trimer pour 2,86 € de l’heure sur un complexe immobilier.

Marie-Laure Dufresne-Castets et Ralph Blindauer, avocats du travail, ont défendu et accompagné les salariés de PSA, les Contis. Ils nous livrent des éléments de leur stratégie contre des groupes de plus en plus difficiles à toucher au coeur de leur pouvoir. Mais les actions paient.

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2013 6 12 /10 /octobre /2013 10:07

Le précédent plan social n’est pas encore terminé que le constructeur télécoms en empile déjà un autre, avec des fermetures de sites à la clé. Les syndicats craignent un grand nombre de licenciements secs. Lire l'article

 

Partager cet article
Repost0