Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 avril 2013 6 20 /04 /avril /2013 09:56

Le 17 avril 2012, plu­sieurs cen­taines de pri­son­niers poli­tiques pales­ti­niens déclen­chaient une grève de la faim pour pro­tester contre les condi­tions de leur détention. En quelques semaines, le mou­vement ras­sem­blait 2 000 pri­son­niers, décidés à faire entendre leur voix et à faire res­surgir cette question long­temps ignorée.
>
> En 2013, trois faits sym­bo­lisent la situation des pri­son­niers pales­ti­niens dans les prisons israé­liennes. Arafat Jaradat, 30 ans, est mort le 23 février 2013 « d’un arrêt car­diaque » après cinq jours d’interrogatoire. Quelques semaines plus tard, Mis­sarah Abu-​​Hamdieh, 64 ans, et atteint d’un cancer, est mort en prison, victime de négli­gence médicale. Samer Issawi est en grève de la faim depuis le 1er août et se trouve aujourd’hui en danger de mort.
>
> Tous trois sont vic­times de pra­tiques cou­rantes dans les prisons israé­liennes : torture, négli­gence médicale et maintien en détention administrative.
>
> A ce jour, quelque 5000 pri­son­niers sont détenus dans les prisons et centres d’interrogatoire israé­liens. Parmi eux, au moins 220 enfants dont 45 de moins de 16 ans, 2 anciens ministres, 14 députés, 109 pri­son­niers d’avant les accords d’Oslo.198 sont en détention admi­nis­trative (enfer­mement sans charge ni procès, renou­ve­lable à l’infini tous les 6 mois).
>
> L’AFPS a lancé en juillet 2012 une cam­pagne de par­rainage des pri­son­niers poli­tiques pales­ti­niens appelant à écrire une fois par mois à un pri­sonnier pour lui trans­mettre un message de soutien. Aujourd’hui, plus de 2 000 per­sonnes par­rainent un pri­sonnier détenu dans une prison israé­lienne. Dans cer­taines prisons, des pri­son­niers ont pu répondre à leurs par­rains, confirmant l’importance de ces démarches de solidarité.
>
> L’AFPS a reçu Mahmoud Sarsak, ancien joueur de football et pri­sonnier poli­tique, en tournée en Europe. Il avait fait une grève de la faim de 92 jours, alors qu’il était en détention admi­nis­trative depuis trois ans. Interrogé sur le soutien inter­na­tional, il nous a dit : « La soli­darité inter­na­tionale est très impor­tante. Elle fait com­prendre au pri­sonnier que ses parents ne sont pas les seuls à se pré­oc­cuper de son sort. Ces lettres confortent les pri­son­niers. Pour tout vous dire, même lorsque je ne com­prenais pas la langue dans laquelle les mots étaient écrits, j’étais heureux de recevoir une lettre venant d’Europe. »
>
> La semaine du 17 avril, marquée par de nom­breuses ini­tia­tives de soli­darité avec les pri­son­niers pales­ti­niens, donnera à la cam­pagne de par­rai­nages une dimension nou­velle à la hauteur des enjeux. Avec ces empri­son­ne­ments de masse et de longue durée, l’objectif des auto­rités israé­liennes est bel et bien de briser la résis­tance du peuple palestinien.
>
> Nous ne lais­serons pas la question des pri­son­niers retomber dans l’ombre : cru­ciale pour toute la société pales­ti­nienne, elle est désormais au premier plan de l’agenda politique.
>
> Le Bureau national de l’AFPS
>

> http://www.france-palestine.org/Prisonniers-politiques,21673
>

Partager cet article
Repost0
20 avril 2013 6 20 /04 /avril /2013 09:52

L'huile de palme ne cesse ne porter gravement atteinte à la Nature. Dernier exemple en date à Bornéo : l'évacuation d'urgence de plusieurs orangs-outans sur une concession de BGA, un producteur membre de la RSPO, l'organisation délivrant le label de l'huile de palme durable. 

Mobilisons-nous pour empêcher la destruction des forêts tropicales et pour mettre fin à l'importation d'huile de palme :

 

PÉTITION  


 

Sauvons la Forêt

Jupiterweg 15, 22391 Hamburg, Allemagne
info@sauvonslaforet.org  •  www.sauvonslaforet.org

Partager cet article
Repost0
13 avril 2013 6 13 /04 /avril /2013 09:57

L’escroquerie et le meurtre appartiennent désormais aux Beaux Arts. Autrefois, disons vers 1960, ni le vol ni le crime crapuleux n’étaient l’objet d’un tel engouement. En dehors des grands crimes collectifs commandés par des personnes qui les décident et commis par des pauvres gens qui obéissent au nom d’idéaux variés, ils méritent aujourd’hui de faire l’objet d’un enseignement dans les Lycées et dans les Universités.

Il existait des lycées militaires qui enseignaient l’art de tuer, de torturer, avec option « viol collectif, » comme en 1939-45. Mais dans une société libérale comme la nôtre, il est important d’aider l’entreprise individuelle, ou familiale. Bref, le meurtre à titre personnel, l’escroquerie fondée sur l’intérêt individuel.

Le marquis de Sade dans sa fameuse apostrophe « Français encore une effort si vous voulez devenir de vrais républicains… » lançait un appel à l’instruction militaire individuelle, au nom du principe de la nature. La pratique de ces politiques d’alternance (cours suivis de passages à l’acte) est déjà courante chez nos élus. Il urge donc que l’on développe l’Education Personnalisée et la Remédiation à l’Honnêteté dans la société mondialisée. MM Pasqua et Cahusac nous ont déjà ouvert la voie. Continuons puisqu’il s’agit d’une réforme de l’enseignement déjà partiellement mise en place. 

Quelques créations de nouvelles filières s’imposent dès maintenant :

1/ « Le vol télécommandé » avec l’aide de banquiers discrets mais à l’abri des représailles éventuelles est accepté par la majorité des Français et fait partie intégrante de notre culture. Il  mérite de prendre place dans l’éducation des enfants, qui boudent l’école.

Nos ancêtres, formés à la dure école de la « Grande guerre », qui n’était qu’une étape vers la seconde guerre mondiale, ont obtenu un assainissement des populations superflues. Hélas ! Les pauvres relèvent la tête, malgré des traitements énergiques.

Restent des filières à créer ! Et je fais ici les premières grandes propositions pour régler les problèmes de la misère dans le monde !

2/ La filière « escroquerie sans violence » aidera les élèves ambitieux, qui souhaitent ne pas végéter dans les « petits boulots », comme le vol à la tire, le deal, la prostitution, en voie de légalisation.

3/ Le filière « torture  et découpage de l’ennemi en morceaux » permettra aux enfants des pauvres de devenir riches en peu de temps, s’ils sont appliqués dans leur travail. On pourra choisir aussi « l’écartèlement progressif », l’arrachage de la langue (ça paraît facile au début, mais la langue est solidement implantée dans la gorge de l’être humain).

On peut prévoir une amélioration du « socle » en multipliant les petits travaux annexes, qu’on réservera aux « petites natures » qui ne supportent pas la vue du sang. Par exemple, apprendre à tuer sa femme, ses vieux parents, ou ses petits descendants, que les anciennes civilisations nous présentaient comme des êtres attendrissants, voilà qui est à la portée de tous !

 Assommer sa femme (ou son homme) par surprise, avec un maillet, de préférence en bois, deviendra un jeu Internet, mais les vieux madrés, à la campagne, pourront donner d’utiles conseils, car ils disposent de la pratique. La plupart des Anciens ne se sont pas entraînés pour rien dans les guerres d’autrefois. S’ils ont été rescapés et sont revenus la tête haute, c’est sûrement qu’ils ont des bonnes raisons. On les reconnaîtra grâce à un petit détail vestimentaire, une tache rouge à la boutonnière, ce qu’ils appellent « la Légion d’Honneur ».

4/ Apprentissage du viol avec ses variantes : viol collectif, en réunion (ça commence comme une réunion ordinaire, et ensuite tout le monde y passe, mâles et femelles). Si vous trouvez qu’il n’y a pas suffisamment de trous dans l’être humain, vous avez à votre disposition des sociétés (je cite Black et Decker) spécialisées qui fabriquent des trous partout, et. qui vous permettront d’en creuser d’autres.

Le viol individuel sera indiqué à titre anecdotique. Il est trop risqué et ne procure pas les mêmes sensations. Et puis il fait l’objet devant un tribunal d’une discussion sans fin, c’est le fameux « parole contre parole ». Il faut être convaincant et nécessite donc d’apprendre les rudiments de la parole, écrite ou verbale. Des formules types comme « Vas-y Salope, avale ! » avec sa variante masculine qui pourra être du type « Enfonce Alphonse » complétée par « Vas-y Alfred elle est pas trop raide ! »

Je suis bien conscient que les fins lettrés reconnaîtront ici le fameux texte « Assommons les Pauvres » de Charles Baudelaire, et la « Modeste Proposition » de Swift. Mais cette version expurgée permet une utilisation élargie dans les salons et sur les tas de fumier ruraux, tellement abandonnés aujourd’hui, à cause de préjugés concernant l’hygiène.

Ah mais si on part dans l’hygiène, on va se retrouver avec des remarques désobligeantes sur les héros de légende. L’exemple le plus typique en est Du Guesclin, dont l’odeur asphyxiait l’ennemi. Les ennemis tombaient comme des mouches à son arrivée. « Tomber comme des mouches » voilà qui nous entraînerait trop loin, vers une recherche sémantique, car les mouches ont toujours été attirées par ce qui sent mauvais ! Or, le héros pue !

 Ainsi sera résolue enfin cette question lancinante qui obsède les personnes sensibles ! Appliquez mon programme et vous ne verrez plus de pauvres !

 Les pauvres sont la honte de la civilisation mondialisée.

Partager cet article
Repost0
13 avril 2013 6 13 /04 /avril /2013 09:53
Partager cet article
Repost0
13 avril 2013 6 13 /04 /avril /2013 09:41

 

Chapitre court, un peu hard

 Alors là, deux dossards, je trouve qu'elles se payent notre tronche, les gonzesses. Nous abandonnons la joyeuse salle des fêtes pour une discussion plus argumentée, qui se déroule dans le salon de Monsieur le Directeur.

- C'est pas parce qu'on a passé la cinquantaine qu'il faut nous prendre systématiquement pour des débiles...

- Non... pas systématiquement... me dit Arnesse, songeur...

Moi je trouve sa réaction un peu faiblarde. On va se laisser monter sur les pinceaux par des pisseuses qui portent encore des pampers ?...

- Là t'exagères, elles portent pas de pampers, puisqu'elles portent rien... et nous, on est un peu "just", question raisonnement... ce serait bien l'Eugène le moins con des trois...

- Alors là, ou t'en as trop dit, ou t'en as pas dit assez... explique-toi, ami, sinon, on va plus être amis... d'autant plus que ton "just" m'énerve singulièrement en tant que membre de l'Académie des Belles-Lettres de la banlieue sud de Châteauroux...

- Je veux dire que ces gonzesses sont pas nettes. Elles mériteraient un casier judiciaire...

- Enfin Arnesse, c'est ce que je veux te dire !.... on répète souvent que la vérité est toute nue... le mensonge aussi est tout nu... parfois...

- Et c'est vrai qu'il est attirant, le mensonge... on se laisserait tenter... c'est comme une entreprise du Malin...

Je suis pas sûr mais je crois que c'est à ce moment précis que ça a fait tilt dans mon cerveau, plutôt vers l'avant, là où se fabriquent les idées de génie. Oh un truc très rapide, un déclic, peut-être... peut-être... un très petit bruit mais significatif des grandes inventions de l'humanité.

 "Tenter", c'est ça le mot important et c'est Arnesse qui l'a prononcé !... sans se rendre compte... notez, il est pas con, Arnesse, mais s'il m'appelle, c'est qu'il se sent inférieur. Avec raison, il faut d'ailleurs lui reconnaître ce sens aigu des réalités... tenter, ben oui, les vieux se laissent tenter... on a écarté l'hypothèse tout à l'heure, bêtement... les vieux sont tentés par les belles formes arrondies des bac+8... et les vieilles ? eh ben j'ai fait remarquer, les vieilles, c'est pas la même psychologie... bien sûr, et heureusement, il y a encore deux ou trois vieilles salopes... mais l'important pour elles, c'est les friandises.

Alors j'ai dit, solennellement, pour qu'on confonde pas avec le discours moyen de nos habituelles conversations :

- Tenter.... Arnesse, mon vieil ami, les vieilles aussi succombent à la tentation... il suffit de les tenter...

 Voilà encore un grand mot de lâché ! J'oserais dire un "mot-clé"... si... les vieilles ça s'appâte davantage avec la bouche qu'avec le cul ! La bouche dans son usage classique. La bouche avec toutes ses possibilités gustatives, qui vont du réglisse à la pâte à mâcher, du bonbon acidulé au caramel mou, de la praline de Montargis à la bêtise de Cambrai, de la madeleine de Commercy à la fouace de Laguiole... j'arrête là ? tout le monde a compris ? même le petit con du fond ?... celui qu'a les oreilles dégagées comme un élève de l'Ecole de Gendarmerie de Châtellerault ? OK comme disent les ingénieurs en informatique et les secrétaires qui se font mettre pendant qu'elles font semblant de regarder l'écran de l'ordinateur.

J'en parle à M le Directeur de l'Eternel Repos, Arnesse en l'occurrence :

- Je t'ai dit "tenter", tu n'as pas eu l'air de réagir... du moins ce n'était pas une réaction à la hauteur de ma remarque... j'en ajoute donc une autre... les vieilles se laissent tenter par les friandises... je répète les vieilles se laissent tenter par les friandises... les Français parlent aux creusois...

J'ai pas employé le ton qu'il fallait. C'était trop solennel, trop mystérieux et j'aurais pas dû dire "je répète" et surtout pas répéter à côté "les sanglots longs des vi-olons de l'automne". Après le coup des Français qui parlent aux creusois.... j'aurais pas dû... maintenant on communique plus...

- Mais qu'est-ce qu'y t'prend ? encore une défaillance cervicale ?... une confusion mentale ?... t'es pas sur radio Londres avec la manivelle derrière.... oh reviens ! c'est fini le maquis avec les blousons de cuir et les tractions avant.... tu m'inquiètes, sais-tu... ce mélange entre le passé et le présent, je vois que Marcel Proust qu'a réussi là-dedans...

 Alors je reprends exactement onze fois et enfin, le contact revient ! Ah la communication, c'est une science.. .Arnesse comprend que je parle normalement. Que je lui livre une information, tout simplement... un message... comme quand le laitier dit à l'arracheuse de betteraves, qu'il rencontre pourtant inopinément : "La Mélie, dis, vins t'en ben vouèr qué j'n'en nous payons une tranche vite fait bin fait su l'champ à Toine..." et qu'elle lui répond la femme aux lourdes betteraves : " Arnesse, dis point d'grous mots.. .j'seus point une opinée..."

 Revenons à Arnesse. Il s'exprime, lui, et clairement :

- Ah bon! fallait le dire... tu me parles... tu énonces un corpus oral... à mon intention... tu es le locuteur et moi le récepteur, libre à moi de capter le signifiant du signifié... fallait le dire mon vieux pote...

 Et alors il se remet et on ré-aborde le sujet:

- C't'intéressant (c'est agaçant cette façon d'élider le "e" du démonstratif, vous trouvez pas ?... mais décemment je peux pas le relancer sur la linguistique) ta théorie... d'autant qu'elle est confirmée...

- La région est catholique ?... on communie encore ici, sur ces socles granitiques de l'ère primaire ?...

- Confirmée par le fait que les vieilles ont besoin de sucre... un peu comme le sel pour les vaches...

- C'est pas de très bon goût, tu sais...

- C't'une comparaison...

- En effet, et le sel n'a rien d'infamant...

- La vache non plus ! ... mais ne polémiquons pas.... je veux dire que pour attirer les vieilles, les petites sucreries, c'est mieux que les grosses bites !

- Arnesse, tu vas enlever ce mot, sinon, je perds deux lecteurs !...

- J'enlève "grosse"...

- Enlève "bites" !

- Je veux bien, j'enlève "bites" mais ils comprennent plus...

- Ils comprennent très bien sans "bite"...

- Alors j'enlève "bite"...

- Je suis content que tu enlèves "bite"...

- Si tu m'avais plus nettement dit d'enlever "bite", j'aurais enlevé "bite" tout de suite et ça n'aurait donné lieu à aucune répétition...

- Je te remercie, Arnesse, d'avoir enlevé "bite", en dépit de ma maladresse à te dire de ne pas employer "bite"...

- Je t'en prie, on ne va pas se fâcher pour une "bite" de plus ou de moins, elles en ont vu d'autres, dans nos régions...

- Plutôt moins que dans les régions plus peuplées... mais comme elles se ressemblent toutes un peu...

- Disons qu'elles ont un air de famille... et cessons là!

Il nous faut bien finir par résumer la situation : les gonzesses sont nettement accusées de sortir en lousdé les vieux, mâles et femelles, par des procédés inhérents à chaque sexe. Voilà, ça c'est sûr.

 Seulement, il faut les prendre sur le fait, et surtout connaître le mobile du crime.

Après vous serez libre, c'est promis. Vous prendrez le chemin de Margouillat, il en reste encore, des bac+8, et, bien qu'on soit dans un mois sans "r", elles sont fraîches. Parole de creusois!

 Y a qu'une dernière recommandation que je vous fais dès maintenant: faites bien attention en haut des côtes, ils vont comme des cinglés avec leurs nouvelles races de boeufs... pas plus tard qu' hier, à Frigouleix de Gelat, il y a encore eu un accident de bêtes à cornes, c'est marqué dans le quotidien local "Lo Journiau dé Combraillou lou Châtaigna".

 Vous voyez je vous raconte pas de conneries à propos des limites de la langue d'oc. Ca passe à peu près au-dessus de "L'Eternel Repos".

- C'est juste au milieu de la cour d'honneur, m'assure Arnesse, on la voit pas, la limite, parce que le temps est pas suffisamment clair. C'est un peu comme pour les apparitions, c'est à cause de l'humidité de l'air, qui gène la visibilité.


Partager cet article
Repost0
13 avril 2013 6 13 /04 /avril /2013 09:37

 

Y en a qui maigricent sulla terre

Du vente du coq-six ou des jnous

Y en a qui maigricent le caractère

Y en a qui maigricent pas du tout

Oui mais moi jmégris du bout des douas Oui du bout des douas

Moi jmégris du bout des douas oui du bout des douas

Moi jmégris du bout des douas

Seskilya dplus distinglé

 

L'autt jour Boulvar de la Vilette

Vlà je renconte le boeuf à la mode

Jlui dis tu mas l'air un peu blett

Viens que je te paye une belle culotte

Seulement j'ai pas pu passque

Moi jmégris du bout des douas...

 

Partager cet article
Repost0
13 avril 2013 6 13 /04 /avril /2013 09:35

Imaginez quelques pages du livre d'entretiens que Dali a fait avec le photographe Halsman.

- Pourquoi portez-vous une moustache ?

Afin de passer inaperçu (et la photo le montre en homme invisible dont on ne voit que les cheveux et la moustache)

Pourquoi faites-vous de la peinture ?

Parce que j'aime l'art. (et la photo montre le visage de Dali avec ses moustaches et deux pinceaux formant le signe du dollar, et des pièces autour)

Comment obtenez-vous ces superbes détails dans vos tableaux ?

La nature m'a doté des meilleurs outils (et la photo montre Dali utilisant une de ses moustaches comme un pinceau)

Avez-vous progressé dans un style défini ?

Non, je suis complètement mobile (et la photo montre un mobile façon Calder avec une moustache prolongée d'un sourcil, et un œil de Dali)

Qu'est-ce que le surréalisme ?

Le surréalisme, c'est moi. (et la photo montre « La persistance de la mémoire », le célébrissime tableau des montres molles, augmenté d'un visage de Dali ramolli)

et à la question ultime : - J'ai le sentiment d'avoir découvert votre secret, Salvador, ne seriez-vous pas fou ? Il répond avec une expression à la fois folle et extrêmement malicieuse : Je suis certainement plus sensé que la personne qui a payé 95 francs pour acheter ce livre.

 

Partager cet article
Repost0
13 avril 2013 6 13 /04 /avril /2013 09:30

DÉCÈS DE MARGARET THATCHER
> La guerre totale de Margaret Thatcher - Maria McGavigan
> Les coups bas de la Dame de fer contre le syndicat des mineurs.
>

>
Trois mots sur Thatcher - Bernard Gensane
> " Intellectuellement, Thatcher fut un mélange d’idéologie dure et de pragmatisme débridé".
>

>
« Privatisons ses obsèques » - Ken Loach
> L'hommage du cinéaste britannique à Thatcher.
>

>
« Bobby était en lutte contre l'impérialisme britannique » - Guillaume Beaulande
> L'histoire de Bobby Sands, ce militant irlandais qui tint tête à Thatcher.
>

>
Que retenir de la guerre des Malouines - Chris Marsden - Paul Bond
> Les enjeux de la guerre menée par Thatcher contre l'Argentine.
>
> SYRIE
> Lille : Martine Aubry censure un débat sur la Syrie - Bahar Kimyongür
> Conférence de Bahar Kimyongür annulée à Lille. Les chabbihas de Hollande ont encore frappé.
>

>
Lettre ouverte aux parents des jeunes Belges qui se battent en Syrie - Bahar Kimyongür
> "Si Mme Milquet s'inquiète pour vos enfants, son gouvernement devrait cesser de leur fournir des armes".
>

>
Armes chimiques, une nouvelle croisade anti-Bachar - Cécilia
> Qui a vraiment intérêt à ce que le gouvernement syrien utilise de telles armes?
>
> VENEZUELA
> La Seine ou l'Orénoque - Thierry Deronne
> Maduro favori dans les sondages? Déçu, Le Monde manipule.
>

>
Au Venezuela, la mort perd son combat face au peuple - Jean Araud
> Comment Chavez a laissé au peuple bolivarien du Venezuela une immense lueur d´espérance.
>
> FACE AUX MULTINATIONALES
> Evo Morales : « Nous prenons 82% aux multinationales. Avant, c'était l'inverse ! » - Vadim Kamenka, Jean Ortiz et Fabien Perrier
> Evolution citoyenne, conquêtes sociales, émancipation de la tutelle US: le président se livre.
>

>
La nouvelle ruée vers l'Afrique bat son plein - Tony Busselen
> Entretien avec Raf Custers, auteur d'un livre-choc sur les entreprises minières en Afrique.
>
> CE N'EST PAS FINI
> Mexique : les Zapatistes existent toujours - François Houtart
> On en parle plus, mais ils n'ont pas disparu pour autant.
>

>
Kosovo : un nouveau Rambouillet imposé à la Serbie (et la guerre ensuite ?) - Slobodan Despot
> Si seulement les grandes puissances avaient un semblant de conscience historique et de responsabilité politique.
>

Partager cet article
Repost0
13 avril 2013 6 13 /04 /avril /2013 09:27

TorrentFreak a analysé le trafic sur certaines adresses IP dépendant du Vatican. Il semblerait qu’on pirate au Saint Siège et qu’on télécharge même des films pornographiques d’un certain genre.

« Tu ne déroberas point ». Un peu moins impressionnant que « tu ne tueras point », cet appel au respect de la propriété, qui est le vol, selon d’autres écrits, n’en est pas moins un des dix commandements.

Un commandement que visiblement on ne respecte pas toujours au sein du Vatican, maison mère de la pensée catholique. C’est en tout cas ce qu’a découvert TorrentFreak en surveillant les adresses IP attribuées à Holy See – Cité du Vatican. Le site spécialisé a en effet constaté quelques usages surprenants au sein siège.

Lire l'article


Partager cet article
Repost0
13 avril 2013 6 13 /04 /avril /2013 09:08

Il y a soixante-cinq ans, le 9 avril 1948, 120 miliciens israëliens prennaient d'assaut le village de Deir Yassin en Palestine et tuaient hommes, femmes et enfants.

Albert Einstein lui-même juif,  écrivit cette lettre le lendemain pour demander "à ne pas être associé à ces criminels" :

einstein-copie-2.jpg

Lire un témoignage (en anglais)

Partager cet article
Repost0