Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 janvier 2013 6 26 /01 /janvier /2013 09:18
Pour le 43ème Ciné-débat LDH au CinéVille de Conflans
 (à côté de la Mairie - à 250m de la Gare Sncf Conflans-Ste Honorine à 30' de Paris-St-Lazare)

le samedi 26 janvier 2013, à 20h30,

la section LDH propose le film

"Notre monde "

en avant-première nationale (sortie en salles en mars)

en présence du réalisateur, Thomas LACOSTE

et de Jean-Pierre DUBOIS, président d'honneur de la LDH, qui intervient dans ce film.

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2013 6 26 /01 /janvier /2013 09:12

Neutralité de l'école : la fondation Brigitte Bardot vise les chasseurs 

http://www.leparisien.fr/societe/neutralite-de-l-ecole-la-fondation-brigitte-bardot-s-en-prend-aux-chasseurs-10-01-2013-2469625.php
La lettre (à diffuser sans modération !) :
Monsieur le Président,
Votre dernière déclaration concernant le « retour à l’impartialité de l’État » a retenu toute l’attention des associations de protection de la nature, des animaux, et des usagers non chasseurs de la nature. Vous avez réaffirmé l’importance des principes d’impartialité qui, dites-vous à raison, « ne doivent souffrir aucune exception ». Or nos associations ont constamment dénoncé le privilège scandaleux qui, durant le dernier gouvernement, a autorisé les chasseurs à faire de la propagande dans les écoles élémentaires sous prétexte d’initiation à la nature. Depuis le partenariat signé le 4 mars 2010 entre Luc Chatel, Jean-Louis Borloo et la Fédération nationale des chasseurs, les chasseurs sont en effet habilités à donner des « leçons d'écologie » aux écoliers. Ils prétendent évidemment agir en toute neutralité, mais il suffit d'examiner leur « matériel pédagogique » pour en douter : un chien de chasse virtuel, dénommé Cartouche, des personnages enfantins vêtus de jaquettes de chasse et munis de cors, montrent bien le contenu orienté de ces « cours » (voir l’article de presse en annexe).
M. Ettori, vice-président de la Fédération nationale des chasseurs au moment de la convention du 4 mars, s'était félicité dans la presse des chasseurs de passer outre une Académie « qui fit circuler dans tous les établissements de son département une circulaire interdisant l'accès à toutes les structures cynégétiques ». Désormais, se vantait-il, « une fédération a le droit de proposer des animations auprès des jeunes, que l'inspecteur d'Académie le veuille ou non ».
Si les écoles doivent rester, comme nous le croyons nous aussi, des lieux d’impartialité, il n’y a aucune raison pour que les chasseurs viennent recruter dès l’école pour initier au plaisir de tuer des animaux et surtout pour maintenir leurs effectifs afin de conserver leur influence politique.

Ne conviendrait-il pas d’appliquer le principe de neutralité et de mettre une limite à la défense des intérêts particuliers et à la propagande des lobbies ?

Nous vous appelons, Monsieur le Président, à mettre vos propos en pratique et à annuler dès à présent le droit des chasseurs à faire du prosélytisme dans les écoles tout en privant leurs adversaires de leur répondre. Ce privilège doit être immédiatement aboli. Nous sommes à votre disposition pour vous fournir tout renseignement complémentaire et serions heureux d’obtenir un rendez-vous d’un de vos collaborateurs pour avoir l’assurance que vos propos ne resteront pas lettre morte.

Confiants dans votre volonté d’équité et de neutralité, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de nos salutations respectueuses.


> Muriel ARNAL,
> Présidente de l’association One Voice
> Pierre ATHANAZE,
> Président de l’ASPAS (Association pour la protection des Animaux Sauvages)
> Gérard CHAROLLOIS,
> Président de la Convention Vie et Nature
> David CHAUVET,
> Vice-Président de l’association Droits des Animaux
> Armand FARRACHI,
> Porte-parole du Collectif pour l’abolition de la chasse à courre
> Christophe MARIE,
> Directeur du B.P.A. de la Fondation Brigitte Bardot
> Christine SAUMON,
> Chargée de communication de l’Association pour la défense des victimes de la chasse
> Orianne VATIN,
> Chargée de communication de la SPA (Société Protectrice des Animaux)

Lire sur l’Agora :

La chasse-loisir, une tradition de merde

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/la-chasse-loisir-une-tradition-de-127007

 

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2013 6 26 /01 /janvier /2013 09:10
Les Éditions les Cahiers publient des cahiers sur Antonin Artaud, Georges Bataille, Laure (Colette Peignot) et Michel Leiris.
Chaque numéro rassemble une diversité inédite d'articles, d'entretiens, de témoignages, de créations littéraires et iconographiques qui offre, par les différents horizons de ses auteurs, une lecture singulière et contemporaine de l'écrivain et de son œuvre.
Le numéro premier des Cahiers Laure paraît aujourd'hui.
Partager cet article
Repost0
26 janvier 2013 6 26 /01 /janvier /2013 09:08
BIP à souvent fait son travail lors des manifestations que nous avons organisé pour la Palestine, elle nous a aidé à nous faire connaître et faire connaître ce que nous défendions. Aujourd'hui menacé, c'est à notre tour de les soutenir dans cette passe difficile pour que cette chaine locale (la seule) ne disparaisse pas avec ses techniciens.

Merci de signer la pétition TOUCHE PAS A BIP TV

http://www.petitions24.net/touche_pas_a_bip_tv

 

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2013 6 26 /01 /janvier /2013 09:02

Il y a de nombreuses variétés dans l’art de voir et de fixer le hasard des rencontres improbables. Beaucoup sont inséparables de la photographie. Ce que les historiens appellent « photographie humaniste », par exemple, à savoir le courant illustré par Henri Cartier-Bresson, Brassaï, Robert Doisneau, Willy Ronis, Édouard Boubat, et plusieurs dizaines de photo-flâneurs moins connus (parmi lesquels Gilles Ehrmann, auteur de Les inspirés et leurs demeures, ou Jean Suquet, auquel Duchamp a écrit qu’il avait « mis à nu sa mise à nu »), qui s’intéressaient avant tout aux hommes ordinaires – « hommes du commun » dans la terminologie peu commune de Dubuffet – tels qu’on peut les voir dans la rue ou les lieux publics, occupés à des activités ordinaires (s’embrasser, boire un coup, …), à des instants où ils forment avec l’environ une unité lumineuse extraordinaire, une sorte de grâce.

il-faut-croire-aux-reves-1966-241x300.jpgManuel Alvarez Bravo (1902 – 2002), dont le Jeu de Paume a présenté tout récemment une très riche rétrospective, peut être rattaché à ce courant (dont l’historicisation est peut-être prématurée : on entend dire de temps à autre que les hommes n’ont pas encore réussi à se débarrasser complètement de leur humanité, et de jeunes photographes en quête de sujets originaux pourraient bien essayer d’en apporter la preuve).

AB (André Breton) tenait AB (Alvarez Bravo) en grande estime (et, plus que réciproquement, sans doute, AB AB). Au point de lui commander une photo pour la couverture du catalogue de l’exposition surréaliste de 1939 (ce sera l’étrangement peu étrange « Bonne renommée endormie » : sur fond de mur décrépi, une belle jeune femme bien complète de toutes ses rondeurs, allongée sur le dos et sur une couverture, nue – à l’exception de parties des pieds, des poignets et du bas ventre recouvertes de bandelettes -, s’abandonne au soleil ; quelques cactus de garde prêts à mordre à côté d’elle rappellent aux pata-botanistes tendance Thomas que les roses ont des épines). L’auteur des Vases communicants, dont l’intérêt pour la photographie remontait aux commencements de l’aventure surréaliste, avait sans doute reconnu le caractère essentiellement poétique de la vision de celui que Paul Strand qualifiait d’ « Atget mexicain ». Il pensait probablement qu’il n’y avait pas si loin de la machine montevidéo-palaise à patacoudre parapluie et machine à coudre sur une table à dissection au détecteur mexicain de moments où se concilient les extrêmes opposés de la lumière et de l’ombre, de la jeunesse et de l’effondrement, de la réalité et de l’illusion, de la douceur et des piquants, des vivants et des morts.

La suite sur :

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2013 6 26 /01 /janvier /2013 08:59

Pour apporter ma pierre au pacifisme bien malmené en ce moment, j'ai décidé de mettre en ligne sur mon blog, pour un visionnement libre et gratuit, quelques-uns de mes films.
Voici quelques adresses :
Ecoutez Claudot, avec Jean Maitron
1978, 52 minutes
 Ecoutez Jeanne Humbert, avec Francis Ronsin
1981, 55 minutes
Ecoutez Eugène Bizeau, avec Robert Brécy 
1981, 47 minutes  
Ecoutez la Bourse du Travail de Paris, avec Jean Maitron
1982, 84 minutes
Ecoutez Marcel Body, avec Alexandre Skirda
1984, 57 minutes
Aux quatre coin-coins du Canard Enchaîné
1987, 172 minutes
Ecoutez Mouna,
1989, 86 minutes
Ecoutez Robert Jospin
1990, 78 minutes
Ecoutez André Bösiger, avec Alexandre Skirda
1993, 57 minutes
Ecoutez Mireille Jospin, une femme en marche
2000, 70 minutes
Jean-Baptiste André Godin, l’homme qui réalisa son utopie
2005, 57 minutes
Ecoutez Jean-Jacques de Félice, avocat du peuple kanak
2008, 80 minutes
Elles disent NON à toutes les guerres
2011, 15 minutes
Paroles de pacifistes
2012, 20 minutes
Partager cet article
Repost0
26 janvier 2013 6 26 /01 /janvier /2013 08:57

Le phénomène de disparition des abeilles est en train de prendre un tour dramatique.

Les derniers chiffres de l'Institut de recherches publiques FranceAgrimer, dépendant directement du Ministère de l'Agriculture, sont effarants :

Plus de 1 000 colonies d'abeilles sont décimées en France... CHAQUE JOUR !

En seulement 6 ans, le nombre d'apiculteurs aurait chuté de plus de 40 % ! Et ce serait « directement corrélé à la disparition des abeilles » d'après France Agrimer 1.

C'est une véritable révolution silencieuse et tragique que nous sommes en train de vivre.

La majeure partie de ce que nous cultivons aujourd'hui et consommons au quotidien est en danger : tomates, courgettes, melon, pastèque, fraises, pommes, abricots, cassis, mûres, choux, oignons, poivrons, poireaux, persil, tournesol...

Les abeilles ne font pas uniquement du miel. Elles sont une humble et gigantesque force de travail, pollinisant 80 % des plantes à fleurs sur terre, et près de 90 % des plantes que nous cultivons. Il n'existe aucune alternative, ni technique, ni scientifique, pour les remplacer 2.

Sans elles, c'est l'alimentation de toute la population qui est menacée ! Sans parler de millions d'espèces d'insectes, d'oiseaux et de mammifères qui dépendent directement de ces plantes pour se nourrir.

Ce déclin catastrophique des abeilles est un phénomène complexe. Mais parmi les multiples facteurs qui joueraient un rôle dans cette hécatombe, il y en a un – majeur, décisif – qui est aujourd'hui clairement identifié et dénoncé par plus d'une quarantaine d'études scientifiques menées à travers le monde depuis plus de dix ans 3.

Il s'agit d'un groupe d'insecticides utilisés massivement sur les cultures : les néonicotinoïdes.

Ce sont des variétés de pesticides systémiques, c'est-à-dire qu'ils sont mis sur la graine de la plante, et lorsque celle-ci poussera, elle suintera des composants chimiques à forte dose qui ne laissent aucune chance aux insectes quels qu'ils soient.

Les hécatombes ont commencé, et progressivement augmenté dans les années qui ont suivi l'apparition de ces nouveaux pesticides sur le marché, dans les années 1990. Et les populations d'abeilles augmentent là où ces produits ont été interdits.

Les preuves à charge contre ces pesticides ultra-nocifs sont accablantes, et pourtant...

Sous la pression des grands groupes agrochimiques, Bayer, Syngenta, Dow Chemical ou Monsanto, ils continuent à être autorisés, commercialisés et utilisés massivement dans les champs, - tuant ainsi des millions d'abeilles chaque année 4.

C'est pour couper court à cette situation dramatique que la députée Laurence Abeille (la bien-nommée !) a déposé une proposition de résolution pour interdire immédiatement les pesticides néonicotinoïdes dangereux pour les abeilles.

Si cette résolution était adoptée par l'Assemblée Nationale, des millions d'abeilles seraient sauvées, permettant ainsi la préservation de l'écosystème et de l'alimentation des générations futures 5.

Plusieurs de ses collègues soutiennent déjà l'initiative de Laurence Abeille, mais si nous ne faisons pas immédiatement et massivement pression sur les députés pour qu'ils co-signent cette proposition, elle sera rejetée.

De leur côté, les lobbys de l'industrie des pesticides sentent l'étau se resserrer. Et ils font des pieds et des mains pour que leurs produits continuent à être vendus : ils brandissent de pseudos arguments scientifiques pour prouver qu'on n'a pas d'autre choix que d'utiliser leurs poisons, ils prédisent des licenciements massifs si leurs produits étaient interdits...

Ils sont en passe de bloquer la proposition de Laurence Abeille à l'Assemblée Nationale.

C'est pour cela que je vous demande d'interpeller dès à présent le député de votre circonscription, afin de lui demander de cosigner cette proposition de résolution.
C'est très simple, il vous suffit de suivre ce lien :

http://www.pollinis.org/petitions/proposition_Laurence_Abeille.php

Et s'il vous plaît, transmettez cet email à vos contacts pour leur demander de faire pression à leur tour sur leur député pour qu'il co-signe la proposition de résolution pour mettre fin à cette hécatombe.

Pour peser dans la balance face aux multinationales agrochimiques, la mobilisation doit être massive. Il faut que chaque député reçoive des milliers de messages provenant de citoyens électeurs de sa circonscription.

Nous devons donner le plus d'ampleur possible à cette action primordiale (ce n'est pas tous les jours qu'une députée se positionne aussi franchement dans le combat pour sauver les abeilles !).

C'est pour cela que toute l'équipe de Pollinis a travaillé d'arrache-pied pour recenser les noms, les emails et les circonscriptions de chacun des 577 députés qui siègent à l'Assemblée nationale, pour que vous n'ayez plus qu'à mettre votre nom et qu'un email soit envoyé directement à votre député.

Pour envoyer votre email à votre député, cliquez ici.

Et s'il vous plaît, juste après avoir signé, transmettez cet email à vos amis pour qu'ils interpellent eux aussi leur député. Seule une mobilisation massive des citoyens pourra décider les députés de tous bords politiques à cosigner cette proposition de résolution.

Je compte sur vous !

Merci d'avance,

Nicolas Laarman
Délégué général - Pollinis
Conservatoire des Fermes et de la Nature

 

SOURCES ET COMPLÉMENT D'INFORMATIONS :

(1) FranceAgrimer – Etablissement National des Produits de l'Agriculture et de la Mer :
 Audit économique de la filière apicole française – Septembre 2012
http://www.franceagrimer.fr/Actualites/node_22291/Audit-economique-de-la-filiere-apicole-francaise/%28filiere%29/983/%28nodeActu%29/985

(2) Global Honey Bee Colony Disorders and Other Threats to Insect Pollinators :
http://www.unep.org/dewa/Portals/67/pdf/Global_Bee_Colony_Disorder_and_Threats_insect_pollinators.pdf

PNUE : les abeilles menacées d'extinction, l'humanité met en cause son avenir : http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=24688#.UP2311HWnrk

(3) 47 études qui condamnent les néonicotinoïdes : http://www.pollinis.org/spip.php?page=article&id_article=74

(4) Le futur des abeilles est-il entre les mains du lobby des pesticides - Corporate Europe Observatory, European Beekeeping Coordination - Novembre 2010 : http://bee-life.eu/fr/doc/151/

(5) Assemblée Nationale – N° 300 : Proposition de résolution relative à la préservation des insectes pollinisateurs et à un moratoire sur les pesticides de la famille des néonicotinoïdes et des phénylpyrazoles : http://www.assemblee-nationale.fr/14/propositions/pion0300.asp

 

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2013 6 26 /01 /janvier /2013 08:54

 

VIDEO INVESTIG'ACTION
> Mali : Michel Collon répond aux internautes
> Après l'interview sur Investig'Action et le débat chez Taddéï, Michel Collon répond aux nombreuses questions posées sur cette guerre...
> Voir la vidéo

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2013 6 19 /01 /janvier /2013 10:22

Décidément on n’apprend plus l’histoire aux jeunes ! Alors, désoeuvrés, errant dans le désert médical, dans le désert historique, dans le désert intellectuel, ils se livrent à des actes de violence, pour passer le temps !

Ainsi Français Hollande croit sincèrement que la guerre d’Algérie n’est pas terminée et il envoie des renforts. Comme on ne lui a pas correctement enseigné la géographie, il descend plus au sud. Le voilà au Mali !

Lui, un être si sensible qui s’inquiétait de la santé d’un para sur les Champs Elysées le 14 juillet 2012, eh bien il devient enfin un « Président Normal », appartenant à la catégorie de ceux que Boris Vian voulait exterminer, dans « La Java des Bombes atomiques »…

Contrairement à ce qu’ont dit les mauvaises langues François ne souffre pas d’une maladie orpheline de la vision ! Il ne confond pas les Noirs avec les Bronzés. Il y a bien, dans le sud Algérien des noirs vraiment noirs... qu’on peut prendre pour des Blancs très bronzés.

Ce qu’ignore François Hollande, mais c’est peut-être un excès d’Instruction, et particulièrement  une sur-lecture de Jean Paul Sartre, qui nous a fait croire que le parti dominant en Algérie, c’était le FLN !

Alors, le Général de Gaulle, lui emboîtant le pas, et c’était difficile vu la différence de longueur en ce qui concerne les membres inférieurs, admit lui aussi cette évidence : le Front de Libération National, en Algérie, était le représentant parfait du peuple ! Et la preuve en est qu’après les accords d’Evian (19 mars 1962) la guerre d’Algérie a causé la mort d’un nombre infiniment supérieur de morts, par comparaison avec la période 1954-1962 !

 Une récente émission sur la Chaîne Histoire (vous n’êtes pas obligés d’être constamment subjugués par Julie Andrieu, mais n’en dites pas de mal tout de même, sinon je ne vous cause plus !) a rappelé que les Vaillants Combattants qui ont négocié à Evian, ont ensuite procédé à l’exécution de dizaines de milliers de harkis et autant de civils de souche hexagonale. Ces traîtres, comme ceux de l’épuration, méritaient bien ça : c’étaient des collabos !

 Tout de même, d’autres sources, faciles à trouver sur Google font état de 150.000 à 200.000 morts après le « Cessez le feu », sous l’œil bienveillant de l’Armée Française, dont les dispositions des Accords d’Evian étaient claires : L’armée française conservait le pouvoir jusqu’au début du mois de juillet 1962 !

 Si j’ai parlé de Jean Paul Sartre, c’est qu’il était un grand donneur de leçons ! Albert Camus valait infiniment mieux, lui qui refusa de signer tous les manifestes de Sartre et qui aida Louis Lecoin à peaufiner le statut des objecteurs de conscience !

 Si François Hollande décide de s’engager aux côtés des rescapés du FLN, nous lui conseillons vivement de choisir une arme noble : les Zouaves.

On sait que leur première utilité, et c’est bien la première fois qu’un militaire s’est montré utile, c’est d’abord de mesurer la hauteur des crues de la Seine. En 1910, l’eau lui baigna les joyeuses et j’aimerais voir François Hollande, dont l’hygiène corrézienne est rudimentaire, se laver enfin cet endroit stratégique de son anatomie, car ne l’oublions jamais, cette formule  éminemment socialiste et populaire : « La main de ma sœur dans la culotte d’un zouave ! ».

 J’ai entrepris des recherches aux Archives Nationales, et je puis dire que je n’ai rien trouvé. Absolument rien, sur l’origine de cette expression pourtant très répandue.

 Alors j’ai cherché dans ma tête à moi et voici le résultat !

Les culottes des zouaves sont fort larges, et peuvent contenir des organes considérables des plus grands guerriers du monde. Un ami de comptoir me signale que la plupart des Zouaves sont acceptés sur les mensurations de leur verge (ainsi appelle-t-il ce que tout le monde nomme « la bite ») et le volume de leurs joyeuses (les personnes polies par des siècles d’hérédité militaire nomment ainsi les « couilles »)

Ils ont pris pour habitude de sectionner la verge et les joyeuses et de les disposer dans la bouche de leur adversaire, afin de l’asphyxier définitivement !

On me dit que c’est écrit mot pour mot dans une « sourate » du Coran ! Attention ne confondez pas avec la petite sourite de François Hollande, qui attend donc les bergères au coin des pâturages maliens !

 Ah ! on a bien tort de médire des guerres, alors qu’elles sont les emblèmes des civilisations les plus élaborées.

 Car les « sauvages » se contentent de l’étui pénien et ils laissent traîner leurs deux testicules au hasard de leurs promenades dans la jungle. Mr Le Président, lui, les met à l’abri des nuisances et il les porte à l’intérieur de son vaste pantalon patriotique !

 C’est un « truc » à lui pour attirer les jeunes femmes, sinon, regardez bien, il n’est pas très séduisant !

 Heureusement qu’il existe des guerres pour maintenir la civilisation occidentale ! Elle laisse crever de faim deux milliards d’êtres humains, mais elle livre au petit peuple des joies saines, grâce aux plaisirs maliens… et socialistes !

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2013 6 19 /01 /janvier /2013 10:11

- Regarde un peu, non mais regarde!... c'est Margarina!...

- Margarina?...  c'est pas un prénom courant...

- Elle a joué dans la version pauvre du "Dernier Tango à Paris"... ils avaient pas les mêmes budgets... alors le beurre...

- Tu vois, Arnesse, je suis rural de naissance, mais les infinies possibilités de l'imagination campagnarde m'étonneront toujours...

- Vise un peu Margaretta, me dit Arnesse en me poussant du coude... Il tient plus, Arnesse... il frémit des naseaux, il bave, les yeux s'exorbitent, les oreilles se redressent, c'est impressionnant... et pourtant il est servi, à l'Eternel Repos...

- Qu'est-ce que t'as, vieux ?... une crise d'épilepsie ?... une attaque de Parkinson?...

- T'inquiète pas, c'est l'ecstasi... ils en fabriquent une variété locale, vachement craignos, avec de l'extrait de rutabaga... t'ajoutes du concentré de chou-rave avec deux doigts d'ail sauvage, du vrai, celui d'Enfoncémoissat...

- Et c'est autorisé ?...

- Les flics ferment les yeux... surtout à cette heure-là... les yeux, ils commencent à les fermer vers dix heures du mat' après le 12ème Ricard...

On ricane, un peu bêtement je dois dire, de ces pauvres malheureux fonctionnaires, qui sont l'objet des moqueries permanentes de l'humanité normale.

- Vaut mieux rire que de les tuer... ça coûte moins cher...

Voilà au moins une réflexion pleine de bon sens. Effectivement, descendre un flic, c'est bien joli, mais on en fait quoi, après ? On le garde au frigo... Arnesse reprend :

- Et puis ici t'as le gratin du département, le Tout Guéret...

- C'est-à-dire ?...

- Le procureur, le commandant de Gendarmerie, l'archiprêtre, le préfet, les trois commerçants de la rue Grande. Sans compter le médecin, qui vient là à titre gracieux, vu qu'il pratique pas avec ces dames...

- Encore un gay?... comment on fait pour être gay dans une ville aussi triste?...

- C'est pas un gay gai, c'est un gay sinistre... une gueule d'un sombre... plusieurs clients lui font actuellement un procès. Ils l'accusent de les avoir rendu dépressifs uniquement en se promenant dans la rue le dimanche... mais observe-moi ces meufs, ces gonzesses, ces nanas, ces amazones...

- Il faut reconnaître, c'est quelque chose... j'ai bourlingué pourtant, Poitiers, Barbezieux (16), Romorantin (41), Corbilly (58), Artenay (45), Loudun (37), et même Carpentras (84), Annonay (42)... et je cite que des exemples !... j'avais jamais rien vu de comparable... la Creuse, c'est le top... elles sont élevées où, ces créatures miraculeuses ? Elles descendent du ciel, de l'Enfer ?... du Purgatoire ? du Jardin d'Allah ?...

- Elles viennent de la Creuse, mon Vieux !... des purs produits locaux !...

- C'est pas vrai !

- C'est la vérité toute nue, aussi nue que les six gonzesses que tu vois en ce moment derrière le bar... Il y a un truc évidemment...

-... fis-je, étonné...

- Une école spécialisée...

-...non?...

- Si!

- On pourrait pas rallonger les répliques du dialogue?...

- Pas de problème. Alors voilà. Tu connais les difficultés de circulation dans cette belle région si écologique, si verte, si bien pourvue en ruisselets, en oiselets, en agnelets, en porcelets... en doux vallons idylliques, en chemins creux bucoliques ?... eh bien ! c'est des obstacles, toutes ces belles choses de la nature, des obstacles à l'instruction, que l'on dispense généralement en des lieux plus proches des grandes agglomérations, plus faciles d'accès, là où la population est plus dense, bref et pour simplifier, dans les villes !... alors ici, le Conseil Général a eu une idée, extrêmement riche, et qui fait fureur désormais: il a délocalisé. Mais il a pas délocalisé l'ENA, ni Polytechnique, ni la Rue d'Ulm, ce genre d'établissement, tout le monde s'en fout. Il a délocalisé les Etablissements Sexuels du monde entier, tout près d'ici, à Genouillac et à Guéret, et, résultat, il existe ici les spécialités les plus raffinées du monde !

- Alors là!... tu m'instruis, Arnesse ! Les Etablissements Sexuels...

- Oui, ils existaient déjà, sous forme d'entreprises privées, parfois... mais ici, au Centre de Sexologie de Guéret, les professeurs les plus prestigieux sont venus apporter leur savoir faire... je te les cite pas tous... Zorbec le Gras, le grand spécialiste des quartiers chauds d'Athènes, Prosper Yop La Boum, le petit fils du grand Prosper Yop La Boum, de Ménilmontant, Pyne-Okyo, un spécialiste oriental, qui reste toujours raide comme un piquet, Liou-Chat-ou-Chie, réputé pour ses connaissances en perversion anale, Albertino de la Guêpière, le Corse aux deux visages, le Professeur Impro-K'cénet', gestionnaire sexuel mondialement connu, Rosita Langue de Velours, une vieille esthète andalouse, Macaroni de la Plata, qui en a une longue et plate, Conassona Velouta, la Grande Couillardue du Charolais etc...

- Très intéressant... mais l'énumération est suffisante, je crois, pour donner au lecteur, un aperçu du sérieux de la Maison...

Alors nous nous dirigeons vers une table, je devrais dire une stalle, voire un minuscule boudoir, extrêmement moêlleux, élastique, onctueux. On nous apporte la carte :

 - Brouette du Plateau de Millevaches...

- Ca consiste en quoi?...

- Spécialité locale! Je devrais rien te dire avant... mais t'es un ami?

- Je suis un ami...

- La fille fait la brouette comme ailleurs, mais ça se passe sur le plateau de Millevaches... Si tu veux la brouette chargée, t'as le choix entre les trois betteraves sur le dos de la fille ou la gerbe de sainfoin... c'est assez physique, comme exercice... très agricole en même temps...

- Et la poëlée de la Souterraine?...

- La fille est assise dans une poële... ça peut se déguster sur place...

- Et la fricassée de la Basse Marche ?...

- Ca se passe dans un chaudron...

Je parcours la longue liste des infinies spécialités creusoises...

- L'embouteilleuse à cidre d'Ambazac.

- C'est pour les maniaques du rustique.

- La pompe à Poulidor...

- C'est un truc très osé... c'est pour ceux qui se dégonflent pas. Ecoute, lis la carte tout seul, c'est fastidieux, ce dialogue...

J'obtempère.

Je fais les questions et les réponses. Après tout, c'est moi qui l'écris, le bouquin, déjà bien gentil que je lui laisse la parole, à Arnesse...

Le panneau de basket du FC Limoges (pour les membrus)

Le contre-la-montre de Vassivière (pour les clients pressés)

Promenade guidée sur le Mont de Vénus et d'Ambazac, avec son poil (altitude 731 m)

La fente veloutée de Saint Junien (en cuir de vachette)

La mine sans fond d'Ahun-sur-Creuse (pour amateur d'absolu)

Betterave mécanique (sado-maso)

Le topinambour enchanté (pour les très jeunes)

Les explications ne sont pas très précises, mais apparemment on peut faire confiance au personnel. Pour ma part, je me contenterai d'une demi-bouteille de Champagne. Pas pour l'embouteillage, pour boire. Arnesse ne résiste pas. Il adore le "Triple saut dans le toupi avec le bouéradour dans le cul".

 Je le savais, que ça finirait comme ça. Il est grand temps d'arrêter là, avant que ça dégénère.

Justement Arnesse revient en se réajustant, deux filles nous raccompagnent fort élégamment:

- Aufwiedersehen... à la revoyure... good morning... te saluta… bambalabamba... kawazaki...

- C'est vrai qu'en plus elles causent bien l'étranger, tes langoustines... mais on va remonter dans la XM et rejoindre l'Eternel Repos. Demain, on va être en forme pour l'enquête, je sens qu'il va se passer des choses...

- Il y a intérêt, on est déjà à la page 53...

Partager cet article
Repost0