Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 janvier 2010 6 09 /01 /janvier /2010 09:43

Bonjour, 

 

Pourriez vous faire connaitre cette pétition ou je dois passer en
 procès pour discrimination raciale.
>

Cordialement
Sakina Arnaud
 Ligue des Droits de l'Homme

 Talence
>
> http://www.mesopinions.com/Appel-contre-la-criminalisation-du-boycott-et-de-la-critique-de-la-politique-israelienne-petition-petitions-25bdc0afdc721ce2d29babf3a9cf0a51.html
>

Repost 0
Publié par Sakina Arnaud
commenter cet article
1 janvier 2010 5 01 /01 /janvier /2010 09:43

Nous n’allons pas refaire ici le procès de Roman Polanski, éminent cinéaste, accusé de viol sur mineure en 1977. De toute manière, le procès en question n’a jamais eu lieu. En effet, le réalisateur a fui le territoire américain pour ne plus jamais y revenir. Et c’est fin septembre 2009 qu’il a été arrêté en Suisse, en vue d’être extradé de l’autre côté de l’Atlantique (vous noterez au passage la légendaire neutralité des Suisses, qui trouve là une belle illustration).

Cette arrestation a déclenché un tollé général, avec des réactions outrancières dans un sens comme dans l’autre, entre certains défenseurs de Polanski ayant eu recours à des arguments plutôt foireux (« La gamine faisait plus que son âge », pour n’en citer qu’un), et qui ont plus desservi l’artiste qu’autre chose, et des détracteurs qui en ont profité pour le charger, sans toutefois connaître les faits (il est hallucinant de voir à quel point il a été écrit tout et n’importe quoi sur l’affaire de 1977).

Quand on sait que la victime elle-même ne veut plus entendre parler de cette histoire (elle a abandonné les poursuites), quand on sait l’affaire vieille de 32 ans (Polanski a aujourd’hui 76 ans), il est difficile de ne pas voir là-dedans avant tout une revanche de la part des Etats-Unis, qui n’ont pas digéré la fuite du cinéaste. Au final, tout ce foin est au service de qui ? Pour prouver quoi ?

Alors, certes, Polanski n’aurait pas dû faire ce qu’il a fait à cette enfant (c’est bien le seul point sur lequel tout le monde est d’accord), il n’aurait pas dû fuir, et laisser le procès avoir lieu en bonne et due forme. Mais quand on en arrive à incarcérer un homme de 76 ans, et à déclencher de telles réactions et un parfum de scandale qui ressurgissent sous le nez de la victime (elle est désormais harcelée par les journalistes), on se demande franchement l’intérêt de tout cela. Le triomphe de la justice ? Dans de pareilles conditions, et si longtemps après les faits, ce triomphe sera probablement en demi-teinte.

Quant à tous ceux qui ont exprimé leur opinion, réfléchie ou pas, sur cette affaire, il serait bon qu’avant toute chose, ils sachent de quoi ils parlent. Rien ne sert de l’ouvrir, il faut discourir à point.

Repost 0
Publié par David Verdier
commenter cet article
1 janvier 2010 5 01 /01 /janvier /2010 09:37
Même les parlementaires qui, pourtant, bénéficient de la  "Rolls" des  régimes spéciaux, ne reçoivent pas le tiers de ce qu'ils touchent...  C'est dire!
>
> Giovanni Buttarelli, qui occupe le poste de "contrôleur adjoint de la  protection des données", aura acquis après seulement 1 an et 11 mois  de service (en novembre 2010),  une retraite de 1 515 € / mois. L'équivalent de ce que touche, en moyenne, un salarié français du  secteur privé après une carrière complète (40 ans)    
> Son collègue, Peter Hustinx, vient de voir son contrat de cinq ans renouvelé. Après 10 années, il 
aura droit à près de 9 000 € de  retraite / mois.
>  
> C'est simple, plus personne ne leur demande des comptes et ils ont  bien décidé d'en profiter. C'est comme si, pour leur retraite, on leur avait fait un chèque en blanc. 
En plus, beaucoup d'autres technocrates profitent d'un tel privilège :  
>   
> 1. Roger Grass, greffier à la Cour de justice européenne, va toucher  12 500 € de retraite par 
mois;
> 2. Pernilla Lindh, juge au Tribunal de première instance, 12 900 € /  mois
3. Damaso Ruiz-Jarabo Colomer, avocat général, 14 000 € / mois
>    
Pour eux, c'est le jackpot. En poste depuis le milieu des années 1990, ils sont assurés de valider une carrière complète et, donc, d'obtenir le maximum : 70 % du dernier salaire.
>   Car, c'est à peine croyable... Non seulement leurs pensions crèvent les plafonds mais il leur suffit de 15 années et demie pour valider une carrière complète alors que pour vous comme pour moi, il faut se tuer à la tâche pendant 40 ans et, bientôt, 41 ans.
>   Face à la faillite de nos systèmes de retraite, les technocrates de Bruxelles recommandent l'allongement des carrières : 37,5 ans, 40 ans, 41 ans (en 2012), 42 ans (en 2020), etc...  
Mais, pour eux, pas de problème, le taux plein c'est 15,5 ans... De qui se moque-t-on ?    
> A l'origine, ces retraites de nababs étaient réservées aux membres de la Commission européenne puis, au fil des années, elles ont également été accordées à d'autres fonctionnaires. 
Maintenant, ils sont toute une armée à en profiter : juges, magistrats, greffiers, contrôleurs, médiateur, etc... (Consultez la liste <http://www.kdo-mailing.com/redirect.asp?numlien=1276&numnews=1356&numabonne=62286>).  
> Mais le pire, dans cette affaire, c'est qu'ils ne cotisent même pas pour leur super retraite. Pas un centime d'euro, tout est à la charge du contribuable... 
Nous, nous cotisons plein pot toute notre vie et, au moindre retard de paiement, c'est la déferlante : rappels URSSAF, amendes, pénalités de retard, etc... Aucune pitié.   
> Que dire de tous ces technocrates qui ne manquent pas une occasion de jouer les "gendarmes de Bruxelles" et ne cessent de donner des leçons d'orthodoxie budgétaire alors qu'ils ont les deux mains, jusqu'aux coudes, dans le pot de confiture ?
>   
> A l'heure où l'avenir de nos retraites est gravement compromis par la violence de la crise économique et la brutalité du choc démographique,  les fonctionnaires européens bénéficient, à nos frais, de pensions de 12 500 à 14 000 € / mois, après seulement 15 ans de carrière et sans même cotiser... C'est une pure  provocation !
>    Mon objectif est d'alerter tous les citoyens des Etats membres de l'Union Européenne. Ensemble nous pouvons créer un véritable raz de marée.  
> Il est hors de question que les technocrates européens continuent à jouir, à nos frais et en toute impunité, de telles retraites
Sauvegarde Retraites a réalisé une étude précise et très documentée qui prouve par "A+B" l'ampleur du scandale. Elle a deja été reprise par les médias 
> http://www.lepoint.fr/actualites-economie/2009-05-19/revelations-les-retraites-en-or-des-hauts-fonctionnaires-europeens/916/0/344867


Repost 0
Publié par Jacques Beaudoin
commenter cet article
25 décembre 2009 5 25 /12 /décembre /2009 09:32

 Joyeux habitants du Limousin, de la Charente, de la Dordogne, de l’Indre, et de la longue Marche, qui s’étend de Bourganeuf à  Saint Benoît du Sault, je vous salue !

Ce début d’article est inhabituel, en principe, je ne vous salue pas, on est tout de suite copains comme cochons ! Je le savais que ça me donnerait une idée ! Et voilà, c’est arrivé, mais c’est le fruit d’un très long entraînement ! N’est pas écrivain qui veut, du jour au lendemain. Il faut d’abord se révéler : être un bon à rien d’autre ! Dans cette société si juste, si logique,  où les pauvres n’ont pas d’argent, où les milliardaires en sont largement pourvus, où les sans abris couchent dehors, un bon à rien, un vrai bon à rien pure race, comme moi, eh bien c’est quand même bon à quelque chose. Il suffit de lui donner un crayon et une feuille de papier, et alors le bon à rien, au bout d’un certain temps, se met à écrire. Si on l’enferme à double tour, si on lui confisque la télé, alors il n’est pas distrait par Tania Young, qui fait la pluie et le beau temps, surtout le beau temps. Il ne regarde pas la carte sur laquelle s’affichent des prévisions d’ailleurs fausses, il ne voit que Tania Young.  Car le bon à rien est sensible au charme féminin, et voyez comme il est habile, le bon à rien, il la dessine, la carte de France, vous connaissez tous cette expression. Sinon vous me demandez, pour le numéro du 18 décembre 09. Tiens, c’est bizarre, je viens de trouver le sujet de mon article : « copains comme cochons ». C’est une étrange expression. (Voir plus haut…)

J’ai cherché partout partout partout, (je peux continuer avec les « partout », mais ça va faire « remplissage ») mais rien de sérieux ne m’a convaincu ! Je sais bien qu’on disait « coçon », autrefois et, peut-être jusqu’au 18ème siècle, ce qui ne nous rajeunit pas ! Et que les cochonneries n’avaient rien à voir là-dedans !

Il paraît que ça signifiait « camarade ». Mais Alain Rey demeurant muet sur ce chapitre, je ne dois l’étymologie qu’à mes recherches personnelles et à mon imaginaire à partir du mot « cochon ». C’est faible ? Je suis d’accord, mais essayez de vous mettre à ma place aussi, il ne suffit pas de critiquer !

Le copain d’abord, le cochon ensuite ! Ouvrez vos esgourdes. Ou plutôt vos mirettes ! Le copain est celui avec qui on partageait le pain. D’ailleurs, le mot est orthographié « compain » et il vient du latin populaire « companio ». Or, dans mon enfance, j’ai vu beaucoup de cochons et jamais je n’ai assisté à cette scène entre deux de ces animaux domestiques : deux cochons partageant équitablement leur morceau de pain, avec un couteau. Je rappelle au passage que si le cochon est châtré, il s’appelle alors un porc. S’il ne l’est pas, on dit qu’il est entier, on le désigne par le mot verrat ! Je trouve qu’on devrait faire la même distinction pour les hommes, ça éviterait des pertes de temps.

Inutile de vous lancer dans des conclusions abusives : la chanson « Monte là-dessus et tu verras Montmartre/Monte là-dessus et tu verras mon cul » n’a pas de rapport avec le « verrat », et ce détail orthographique montre bien la bêtise du soi-disant ministre, un nommé Luc Chatel, qui estime qu’une copie de baccalauréat peut comporter normalement vingt fautes, approuvé en cela par le sénile François de Closets. A ce propos, Siné, dans Siné Hebdo, faisait observer que François de Closets écrira toujours des conneries, mais que c’est tout de même mieux sans les fautes d’orthographe.

Donc, et voyez comme les sujets s’enchaînent : l’esgourde vient du breton « skouarn », qui a le même sens. Quant aux mirettes, il s’agit d’un diminutif formé à partir de « miroir ». Il a acquis ses lettres de noblesse grâce à Baudelaire, qui écrit, dans « Le spleen de Paris » : « Ces subtiles et terribles mirettes. »

Je vois que vous ne lisez pas suffisamment les poètes, sinon vous penseriez immédiatement à Guillaume Apollinaire et au Pont Mirabeau, et je vais vous en apprendre une bien bonne. Le poète n’avait aucune admiration spéciale pour Mirabeau, mais le mot lui-même évoquait le « pont » où « l’on se mira beau », quand on était jeune et beau. Et alors, quand Guillaume évoque la Seine, le fleuve est un miroir, le miroir du passé,  et des amours qui passent, et je vous laisse chercher vous-même, c’est très profond, la poésie, allez je rajoute une petite remarque, je cite d’abord : « …sous le pont de nos bras passe/Des éternels regards l’onde si lasse ». Apollinaire était un immense bon à rien, vous le voyez, il associe l’image du pont à l’enlacement des amoureux, tellement plus fragile, tellement fugace,  qu’on ne peut pas la retenir, elle est comme l’eau qui passe, on n’y peut rien.

 Mais je ne voulais pas vous décourager, surtout que les « fêtes » arrivent et c’est bien dommage de les remplacer par le mot « teuf ». La fête avait un caractère sacré, on transgressait les interdits, la nuit surtout, la nuit tous les chats sont gris, les chattes aussi d’ailleurs, vous voyez, il n’y a rien à faire le démon m’habite, et ça pourrait recommencer ! Après on allait à confesse, encore un mot sournois. Que va en penser le petit Jésus ? Alain Rey nous assure qu’en langage populaire c’est un « homosexuel passif », formule élégante pour désigner un enculé. Pour ma part j’ai toujours entendu dire que le « petit Jésus », c’était le meilleur morceau de l’être humain masculin. Mais Léo Ferré évoque « une touffe de noirs Jésus », dans « C’est extra », et là il s’agit bien de la même chose au féminin.

Eh bien je vais finir triste et révolté. Je pense à tous ces sacrés cochons qui nous gouvernent, dans le cadre de la mondialisation du malheur et ça me donne envie de tuer le cochon, de tuer tous les cochons du monde. Ces cochons-là ne sont pas mes copains.

Repost 0
Publié par Rolland Hénault
commenter cet article
25 décembre 2009 5 25 /12 /décembre /2009 09:25

Petit rappel : Le  26 juin 2009, après plus de deux années de procédures, la justice redonne au cinéaste Pierre Étaix et à son co-scénariste Jean-Claude Carrière le droit de restaurer et d'exploiter librement leurs films (Le Soupirant, Yoyo, Tant qu’on a la santé, Le grand amour & Pays de cocagne). La société Gavroche Productions est déboutée de toutes ses demandes et condamnée pour procédure abusive à verser 10 000 euros de dommages et intérêts à la Fondation Groupama-Gan pour le Cinéma.  Gavroche Productions est par ailleurs condamné à payer 15 000 euros aux auteurs et à la Fondation Groupama-Gan (3 fois 5000 euros) au titre de l'article 700. De plus, le tribunal ordonne l'exécution provisoire du jugement. (Vous pouvez télécharger le jugement à cette adresse : http://www.lesfilmsdetaix.fr/doc/jugement_etaix-juin09.pdf )

Joie immense !... mais de courte durée : en juillet, Gavroche Productions annonce son intention de faire appel du jugement. La société dispose alors de quatre mois pour produire ses conclusions d’appel, qu’elle finit par déposer mi-novembre 2009. 

Concrètement, et sans entrer dans les détails de la procédure, le jugement va être réexaminé par la cour d’appel. Les restaurations, ressorties, exploitations, éditions DVD des films de Pierre Étaix sont repoussées en attendant d’y voir plus clair juridiquement…

Par ailleurs et contre toute attente, Maître Pierre Reynaud, premier avocat de Pierre Étaix dans cette longue affaire, s'est retourné contre son ancien client, lui demandant plus de 20 000 euros d'honoraires supplémentaires ! (en janvier 2009, Pierre Étaix confiait sa défense à Me Christian Charrière-Bournazel. C'est lui qui obtint en juin dernier la condamnation de Gavroche Productions).  

 Le moral, vous l’aurez compris, n’est pas au « beau fixe », mais notre détermination est INTACTE et nous ferons tout ce qui est humainement possible pour accompagner les auteurs dans ces moments difficiles.

Que peut faire l’association ?

Nous ne contestons pas le droit de Gavroche de faire appel du jugement mais nous sommes extrêmement préoccupés par les échéances et le calendrier judiciaire. Pierre Étaix vient de fêter ses 81 ans le 23 novembre. Va t-on le priver à nouveau (et pour combien de temps) du droit de disposer librement de son œuvre qui, rappelons le, « appartient » aussi au public !!

Après plusieurs années de bataille juridique, une procédure d'appel en cours et cette incroyable demande d'honoraires supplémentaires ; la situation financière de Pierre Étaix ne s’est guère améliorée depuis juillet... (d'autant que la société Gavroche Production ne s'est toujours pas acquittée de sa condamnation). De plus, une procédure d’appel coûte cher puisqu'elle demande les compétences d'un juriste (l'avocat) et d'un officier ministériel chargé de le représenter devant la cour d'appel (l'avoué).

Aujourd'hui, nous devons donc nous mobiliser, réfléchir ensemble aux moyens qui permettront à notre association de financer une prise en charge partielle des honoraires d'avocat et d'avoué. Toutes initiatives ou idées, pourvu qu'elles soient conformes aux statuts de notre association, sont bienvenues !

Maintenant une bonne nouvelle: en attendant le dénouement de ce triste épisode judiciaire, Pierre Étaix, comme d’habitude, continue de travailler.  Après plus de trente ans d’absence, il nous revient, en chair et en os, dans un tout nouveau spectacle intitulé « Miousik Papillon »L’association soutient et accompagne tout naturellement le clown-cinéaste dans la réalisation de ce merveilleux projet !

Les premières représentations de « Miousik Papillon » auront lieu à Bordeaux les 22, 23 et 24 janvier 2010 au Théâtre du Pont Tournant. D’autres dates sont prévues en France en Belgique et en Suisse !! Là encore, n'hésitez pas à mettre votre carnet d'adresses au service de cette belle aventure. Nous recherchons encore des programmateurs et des salles susceptibles d'accueillir Pierre Étaix et sa petite troupe ! 

Comme vous le savez, l’association « Il Étaix une fois » a aussi pour vocation de répondre aux auteurs rencontrant des difficultés pour produire, diffuser ou faire valoir leurs droits sur leurs œuvres. De nombreuses demandes nous parviennent auxquelles nous nous efforçons de répondre. Trois dossiers complexes ont été confiés à des avocats spécialisés dans la propriété intellectuelle. Les conclusions seront prochainement transmises aux intéressés; quant aux honoraires, ils seront intégralement pris en charge par l’association.

Toutes ces démarches très concrètes nécessitent des financements (83 000 euros à ce jour) qu’il nous faut réunir si nous voulons voir aboutir ces projets. Plusieurs pistes sont actuellement explorées :

-       organisation d’une grande soirée Music Hall dans une célèbre salle parisienne.

-       Édition et vente de deux lithographies originales de Pierre Étaix (tirage limité, exemplaires numérotés et signés)

-       Organisation d’une grande vente aux enchères de dessins de presse et d’illustration.

-       Possibilité de télécharger, pour quelques euros, des programmes audiovisuels en relation avec Pierre Étaix (programmes dont nous possédons les droits).

-       Concerts et soirées de soutien un peu partout en France en Belgique etc…

-        Sensibilisation à l’action de l’association et demande d’aides.

-       Recherche active de mécènes et de partenaires financiers pour boucler la production du spectacle « Miousic Papillon ».


N’hésitez pas à nous contacter si vous avez des idées, des remarques ; si vous même ou un proche souhaitez organiser une soirée de soutien ou si vous connaissez des sociétés susceptibles d’être intéressées par une action de partenariat ou de mécénat qui nous permettrait de boucler la production de « Miousic Papillon » etc…

Nous attendons avec impatience vos remarques et vos suggestions !!

Dernière précision :

- À ce jour, l’association « Il Étaix une fois » compte 149 adhérents.

58 personnes ont fait un don à l’association, par chèque ou via notre partenaire « Izi collecte ».

Petite question aux adhérents: Acceptez-vous que votre nom et votre ville de résidence soient communiqués aux autres adhérents ? (Bien entendu, les adresses postales, mails et les numéros de téléphone resteront strictement confidentiels).  

Pour toute réponse par mail une seule adresse etaixasso@gmail.com

Repost 0
Publié par Association Il Etaix une fois
commenter cet article
5 décembre 2009 6 05 /12 /décembre /2009 09:17

"SEPT POEMES POUR MOURIR EN BONNE SANTE"
par ROLLAND HENAULT

40 pages, couverture couleur, préface Cavanna, prix : 5€
à commander aux éditions de l'Impossible




Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
4 décembre 2009 5 04 /12 /décembre /2009 16:59

Vous êtes jaloux, vous autres, les Limousins, les Marchois, les Charentais, les Corréziens, les Creusois, et autres tribus plus ou moins millevachiennes, oui, vous êtes jaloux, parce que vous enviez les Berrichons !

Avouez-le, vous avez honte, vous ruminez de sombres pensées. Vous éprouvez des aigreurs, vis-à-vis des maîtres du mondes, les Bituriges Cubi, vantés dès avant le Moyen Age, et, vu la nature du mot, vous vous dites, après avoir étudié l’étymologie : Ces Berrichons sont des Bituriges ? Je n’insiste pas auprès des érudits qui comprennent immédiatement : un Biturige, c’est un gaulois qui a la Bite qui s’érige ! Autrefois on disait « uriger » en lieu et place de « ériger » mais ça ne trompe personne chez les spécialistes.

Et en prime, vous êtes assommés sous leur virilité berrichonne, par ce mot terrible : « cubi ». Etymologiquement : « en forme de cubitainer » ! Mon voisin, qui vagabonde dans les vignobles, en pâlit de jalousie. Excuse-moi, vagabond !

Et pourquoi d’abord, cette maladive jalousie ?

Parce que, encore une fois depuis 1966, date du départ des Américains, le « complexe aéroportuaire » de Châteauroux va s’équiper encore davantage, et devenir à tout jamais la plus importante surface bétonnée de toute l’Europe. Avec un « plus » !

Je vous le dis ? Préparez-vous ! Voilà, je lâche le morceau : les Berrichons vont accueillir une quantité incroyable de Chinois ! Et rien que des industriels de haut de gamme ! On chiffre déjà le nombre d’habitants à venir : des milliers de berrichons asiatiques, avec les yeux bridés et la peau toute jaune ! On s’habituera facilement. Ils vont révolutionner l’aéroport de Déols ! Pourquoi ? Parce qu’ils sont les meilleurs, les Berrichons. Ils sont le peuple élu. C’est indiqué  dans tous les journaux du mardi 1er décembre. Le président du Conseil Général de l’Indre, le maire de Châteauroux, tous les élus se frottent les mains ! Ils vont enfin pouvoir se polir le chinois, à volonté, le jour, la nuit, le matin et le soir.

C’est l’allégresse générale. Avant on rêvait du retour des Américains, c’était banal. Maintenant ce sont les Chinois, un milliard trois cent mille millions d’habitants !...ils arrivent enfin ! Pour nous sauver.

Je vous explique, les détails pratiques ont manqué depuis ce début d’article ! Eh bien ça vient !

Ils vont installer des entrepôts partout, des usines à découper les chiens pour les restaurants, des médecins spécialisés dans la chirurgie esthétique, qui vous feront un bridage d’yeux pour une somme dérisoire, d’autant plus que les employés seront payés selon les modèles chinois : au minimum. Les lois sociales, qui sont faites pour les taffiotes de la CGT, seront enfin abolies. On aura le droit de payer cher, plus cher qu’on gagnera !

Bref, ce sera encore mieux qu’avec les Yankee, dégénérés par ce pauvre Obama, qui veut leur faire croire que la Sécu ça sert à aider les pauvres ! Et même les nègres !

Grâce aux Chinois, nous n’aurons plus ces problèmes là ! Tout le monde à vélo et la queue bien retenue par un élastique, pas de familles avec plus d’un enfant. Remarquez, quand je vois comme ils sont emmerdants, les enfants de l’an 2010, je comprends cet engouement pour le système chinois.

Mais, évidemment, c’est sur le plan sexuel que les nouveautés nous arrivent ! Et là, c’est absolument génial. (Attention j’attire les parents sur le contrôle parental : cet article est interdit aux moins de 6 ans, ça les traumatiserait trop ! non, n’insistez pas…sept ans ? bon, d’accord ! mais je n’irai pas plus loin ! Je ne veux pas m’attirer les foudres des juges intègres et des avocats marron !)

Je rappelle d’abord que le « Chinois » désigne un habitant ou une personne originaire de la Chine. Toutefois, dans le sens non conventionnel, pour employer une expression chère à Alain Rey, le premier sens du mot, c’est le « pénis ». Pourquoi ? Parce que le « Chinois de paravent » est, selon la tradition, représenté comme un vieillard chauve, au crâne pointu, ce qui fait dire à Alain Rey que c’est « l’image du gland caressé par la masturbation ». Attention je re-précise à nouveau, c’est Alain Rey qui parle, qu’on ne vienne pas m’accuser de proférer des propos déplacés qui seraient une atteinte à l’honneur de la France !

C’est au début du 20ème siècle que ce nouveau sens serait apparu. Et l’expression « se polir le chinois », par la même occasion. Je cite une poésie, que me murmure à l’oreille le lubrique Alain Rey ?Allons-y :

« Du dieu Vulcain quand l’épouse mignonne

Va boxonner loin de son vieux sournois

Le noir époux, que l’amour aiguillonne

Tranquillement se polit le chinois ».

A l’occasion, Alain Rey donne deux expressions synonymes : « scalper le Mohican » ou « Charles le Chauve ». Il va sans dire que les fiers berrichons n’ont rien à cirer, ni même à reluire, avec les Mohicans ! Déjà que j’ai inventé (si c’est vrai, j’ai des preuves !) le mot « Indrien » et que tout le monde l’utilise, même dans la presse nationale, sans me refiler le moindre droit d’auteur ! Allez vous faire polir le chinois, ça se passe sur la base de Déols, 36130, vous trouverez facilement. Nous prélèverons une taxe, c’est bien normal, dans la société libérale.

 

Repost 0
Publié par Rolland Hénault
commenter cet article
28 novembre 2009 6 28 /11 /novembre /2009 09:05
Le grand débat sur l'identité nationale française a certainement une fonction politicienne,
à l'approche des élections régionales, mais il n'est pas nouveau. Depuis au moins 20 ans
les Français ont mal à leur identité nationale.
Ce malaise se comprend aisément.
Les progrès de la recherche historique et de sa diffusion peignent un tableau peu avenant
de la France à travers les siècles. La nation qui se voulut parfois le flambeau des Droits
de l'Homme se signale surtout comme le champion toutes catégories de la guerre civile et
du massacre. De la croisade contre les Albigeois ("Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les
siens") à la guerre d'Algérie, en passant notamment, mais la liste complète serait
interminable, par la Saint-Barthélémy, la traite négrière, le génocide vendéen,
l'expropriation et la déportation des Juifs, l'histoire compose de la France un portrait
effrayant.
Le fait que tous les dictateurs communistes, de Lénine à Pol Pot, se référaient
explicitement à la Révolution Française et en particulier à Robespierre, augmente le
trouble.
Par surcroît, une des conséquences du colonialisme français se constate aujourd'hui: une
immigration trop mal accueillie en France et trop massive pour avoir désormais envie de
s'intégrer et encore moins s'assimiler.
Pour aggraver leur mal, les Français se découvrent comme les touristes les moins
appréciés du monde: les plus exigeants, les plus râleurs et les plus pingres.
Les Savoisiens n'ont aucune solution à proposer au problème de l'identité française. Ils
n'en sont pas les dépositaires, car ce n'est qu'en 1860 qu'il leur fut imposé de partager un
destin qu'ils n'avaient pas choisi.
La Savoie n'a nullement besoin de définir son identité. Les Savoisiens se réfèrent
essentiellement à une géographie et à une histoire particulière. La géographie de la
montagne est appréciée partout, même des habitants des plaines. L'histoire ne soulève
aucun problème particulier. En effet, depuis l'an mille, les princes de Savoie, comte, ducs
puis rois, s'ils ne furent certes pas des anges ni des philosophes, ne se signalèrent à
l'intérieur par aucun des crimes qui maculent l'histoire de France. À l'extérieur, ils ne
cherchèrent à conquérir ni à coloniser aucun peuple.
Les Savoisiens sont les femmes et les hommes qui ont fait l'effort d'apprendre et de
connaître la géographie et l'histoire de la Savoie. Ils savent pourquoi leur fête nationale
se célèbre le 19 février et non le 14 juillet. Contrairement aux Savoyards partagés entre
France et Savoie, ils n'ont aucun problème d'identité.


Note:
L'expression mal français désignait autrefois la vérole, ou syphilis, souvent propagée par les armées
françaises en invasion. Alain Peyrefitte lui a donné un autre sens dans un livre publié en 1976, Le mal
français, toujours d'actualité car rien de fondamental n'a changé.

Secrétariat : 3, place du Val d’Arly 73400 UGINE -secrétariatls@free.fr
Repost 0
Publié par Daniel Houguet
commenter cet article
28 novembre 2009 6 28 /11 /novembre /2009 08:42

Là-bas si jy suis et les Mutins de Pangée vous font vraiment

Un cadeau modeste et génial !
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
DEUX  FILMS AVEC NOAM CHOMSKY

Novembre 2009, sortie d'un DOUBLE DVD

                         1 . CHOMSKY et Cie
               
    2 . CHOMSKY ET LE POUVOIR  (INEDIT)


Réalisation Olivier Azam et Daniel Mermet


Pour tout savoir : www.lesmutins.org
Pour commander : lesmutins.org/officine/



Chers Amis de Là-bas,

Grâce à vous l'aventure continue !

Après le succès en salle de Chomsky et Cie, voici la suite, Chomsky et le pouvoir, en réponse aux nombreuses questions posées lors des débats qui ont suivi les projections. Les deux films  sortent dans un double DVD. Un moyen d'aller plus loin et de s'approprier le regard  émancipateur de Chomsky.    

Car c'est bien connu pour la crème des penseurs français, Chomsky est un négationniste, Chomsky a soutenu Pol Pot, Chomsky c'est la théorie du complot, Chomsky est anti-américain et donc antisémite. En un mot, Chomsky a les pieds fourchus.

 C'est ce que nous avons voulu vérifier en partant sur ses traces à Boston en avril 2007. Et nous avons réussi à le rencontrer.

Pour mettre le monde en garde,  nous avons lancé une souscription pour la réalisation d'un DVD avec les images des  entretiens  qu'il nous a donnés en avril 2007. Vous avez répondu si favorablement que nous avons eu les moyens suffisants pour  réaliser  « Chomsky et Cie ». Plus de 15 000  SMG, (Souscripteurs  Modestes et Géniaux) nous ont soutenu. Un financement original qui nous a permis de déjouer pressions et censures économiques.

Avec le soutien du CNC (Centre National du Cinéma) et de France Inter, le film est sorti en salle en novembre 2008. Un accueil chaleureux  de la presse et plus de 55 000 entrées, un vrai succès pour un documentaire !   Et le film  fait le tour du monde, de Bratislava à Seattle, de Téhéran à Brasilia, de Buenos Aires à Alger.  En juillet 2009, pour son festival estival,  Michael Moore choisit de présenter ce « Modest and genial film »  

Plus de 100 000 spectateurs au total et plus de 200 débats en France ! Grosse fatigue, vrai bonheur et beaucoup de questions sur des sujets qui n'étaient pas abordés dans le film ou sur des points qui demandaient précisions et développements.

Aussi, en passant par Boston en avril 2009, nous sommes retournés voir Noam Chomsky, avec l'essentiel de ces questions, les intellectuels et le pouvoir, le conflit israélo-palestinien, l'Etat et la crise du capitalisme, le socialisme libertaire, les luttes sociales  dhier et daujourdhui.

Voilà ce qui a donné un deuxième document, « Chomsky et le pouvoir »

L'aventure continue donc, et nous en sommes  heureux, plusieurs projets sont en route. Heureux aussi parce que votre soutien  donne raison à nos  penseurs de métier,  c'est  bel et bien un complot !

Repost 0
Publié par Les Mutins
commenter cet article
21 novembre 2009 6 21 /11 /novembre /2009 15:40
Le décès de Jean-Yves Gateaud est une injustice contre laquelle on ne peut malheureusement rien.

Je rappelle qu’il fut maire à partir 1989, et, aujourd’hui, on peut dire enfin, parce que c’est un honneur, que c’est grâce aux voix portées par « Le Provisoire », qu’il fût élu. Un déplacement de 400 voix, m’avait dit l’un des responsables des Renseignements généraux.

Par la suite, il fut aussi élu député à deux reprises.

Jean-Yves participa-t-il au « Mensuel du Berrichon évolué ». Il répondait toujours par une pirouette. Faisons pareil !

Mais ajoutons qu’il venait assez couramment aux spectacles d’Elizabeth, qu’il avait été le seul à oser porter sur moi un jugement, évidemment sympathique, lors d’un « portrait » du Rédacteur en Chef du Provisoire fait par France Bleu au printemps 1991…aucun des autres politiques n’avait voulu s’abaisser à dialoguer avec moi, tellement je sentais mauvais, probablement.

Il était là aussi, au « Bleu Fouillis des mots » lors de la mémorable « Après midi dans la rue »…

Quand je lui ai parlé de la préface au livre « Raymonde Vincent, chrétienne et libertaire », préface rédigée par François Gerbaud, il m’avait dit : « Gerbaud, c’est pas comme les autres (de droite) il est intelligent, sympathique, je l’ai tutoyé tout de suite… »

J’avais écrit un livre sur lui, ou plutôt avec lui : « L’Autre Gateaud ». Il me semble que la pudeur m’interdit de le rééditer, car il s’est vendu très rapidement. L’entretien avec Jean-Yves offre un contenu d’une très grande clarté, et son langage est celui d’un véritable auteur populaire.

J’espère que le remords va ronger ses faux amis de « gauche », ceux qui ont provoqué sa défaite et participé à sa mise à mort.

 Ah non ! Jean-Yves Gateaud ne méritait pas ça !

Mais les habitants de Châteauroux ne méritaient pas Jean-Yves Gateaud !

Trop intelligent, trop honnête, trop fort pour eux.


Un hommage public sera rendu lundi 23 Novembre à 17H à Equinoxe (Châteauroux).
Repost 0
Publié par Rolland Hénault
commenter cet article