Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 avril 2010 6 17 /04 /avril /2010 08:20
Après les régionales, l'appel à un Front Populaire Anticapitaliste, lancé par un collectif de militants du PG, du PCF, du NPA, de la FASE et des OC est en ligne ici:

Plus de 1500 signatures déjà.


Le site de l'appel est ici:
Repost 0
Publié par Front populaire anticapitaliste
commenter cet article
10 avril 2010 6 10 /04 /avril /2010 09:15

Détenu provisoirement à la prison du Pontet, Alain Orsoni observe une grève de la faim depuis trente-sept jours. Il proteste contre le fonctionnement de la juridiction interrégionale spécialisée, la Jirs, et dénonce l'impossibilité de se défendre contre une accusation d'association de malfaiteurs en vue de commettre un assassinat. Il y a quatre semaines, la Ligue des droits de l'Homme s'était émue de cette situation. Malgré d'autres messages d'inquiétude, celle des présidents de l'Assemblée et du Conseil exécutif de Corse, de l'Evêque de Corse, la seule réponse apportée à ce jour par l'institution judiciaire est une mauvaise polémique par voie de presse. Contre toute évidence, le procureur de la République de Marseille veut faire croire que la Jirs n'est pas une justice d'exception. Il ajoute que l'instruction en cours concernant M. Orsoni se déroule normalement.  La LDH proteste avec force contre ce cynisme. Elle en appelle à une réponse immédiate de la part des magistrats responsables de ce blocage et de la mise en danger d'un homme. 

Repost 0
Publié par la Ligue des Droits de l'Homme
commenter cet article
10 avril 2010 6 10 /04 /avril /2010 09:06


ciaEn France et en Allemagne, « l’apathie de l’opinion publique permet aux dirigeants de ne pas se soucier de leurs mandants » constate la CIA dans un mémorandum consacré à la perception du conflit en Afghanistan obtenu par le site Wikileaks.

Bien que 80% des français et des allemands soient opposés à la guerre, le peu d’intérêt suscité par la question a permis aux responsables de ne pas tenir compte de cette opposition et d’envoyer des renforts, notent les rédacteurs de la « cellule rouge », chargée par Langley de fournir des propositions et des analyses novatrices.

Mais l’agence rappelle le précédent des Pays Bas où la coalition au pouvoir a éclaté sur la question Afghane, et s’inquiète d’un possible revirement de l’opinion si les prochains combats durant l’été sont meurtriers.

Il convient donc de préparer les opinions publiques à accepter des pertes, suggère le document, en établissant un lien entre l’expédition afghane et les préoccupations internes. L’importance accordée en France à la question des réfugiés, soulignée par la vague de protestation qui a accompagné la récente expulsion de douze afghans, fournit un premier axe de propagande : il faut persuader les français que l’OTAN vient en aide aux civils, en s’appuyant sur un sondage montrant que la majorité des afghans est favorable à la présence des troupes occidentales. Le document propose également d’insister sur les progrès réalisés dans l’éducation des femmes, qui seraient compromis par un retour des talibans. Le crédit dont jouit le président Obama en Europe pourrait également être mis à profit. Son implication directe permettrait de renforcer le soutien à l’intervention.

Dernier axe, la CIA recommande de faire délivrer les messages favorables à l’ISAF par des femmes afghanes. Les allemandes et les françaises, plus opposées que les hommes à la guerre, y seraient alors plus sensibles.

http://contreinfo.info/article.php3?id_article=3015

Repost 0
Publié par Maurice Montet
commenter cet article
10 avril 2010 6 10 /04 /avril /2010 09:00

Pour la première fois depuis le génocide de plus de 600 000 Tutsi au Rwanda et l'assassinat des nombreux Hutu qui ont tenté de sy opposer, entre le 7 avril et juillet 1994, le président Nicolas Sarkozy, chef de l'Etat français, s'est rendu au Rwanda.

Evoquant la politique conduite par la France au Rwanda de 1990 à 1994, il a prononcé un discours dans lequel il a parlé de « graves erreurs d'appréciations », d' « erreurs politiques » et d'une « forme daveuglement ». Les faits impliquant la France ont commencé à être dévoilés par la Mission d'information parlementaire française de 1998. Ils ont été approfondis aussi bien par des chercheurs de différentes disciplines, des journalistes, des organisations de défense des droits de lHomme ou par des instances internationales….

Ces travaux font clairement apparaître que les responsabilités françaises vont au-delà de simples « erreurs ».  Comment établir la vérité sur les faits passés ? Comment qualifier ces faits au plan du droit ? Comment expliquer le soutien apporté par les autorités françaises politiques et militaires au régime génocidaire alors qu'elles étaient fort bien placées pour connaître le déroulement exact des événements ? Comment expliquer l'attitude de la France dans ce dossier au sein du Conseil de sécurité des Nations unies, conduisant à une réduction des effectifs militaires de la Minuar et au retard de la reconnaissance du génocide ? Comment expliquer la poursuite de la fourniture d'armements malgré l'embargo onusien ?

Il est temps que des réponses claires soient enfin fournies : tant pour les victimes du génocide et les survivants, que pour tous les citoyens qui refusent d'envisager qu'une telle tragédie se reproduise. Faire la lumière sur ces événements serait à l'honneur de notre pays mais contribuerait sans doute aussi à l'établissement d'une véritable démocratie au Rwanda ! Combien d'années faudra-t-il encore pour que notre pays fasse la lumière sur ces événements ? Quand verrons-nous se mettre en place un réel contrôle par nos députés et un droit de regard citoyen sur notre politique étrangère ? Pour cela demandons aux partis politiques français de s'engager publiquement à faire toute la lumière ! Exigeons la levée du « secret défense », l'ouverture des archives sur les actions de la France au Rwanda depuis 1975, la conduite dans les plus brefs délais des procédures judiciaires engagées en France depuis plus de quinze ans contre des personnes présumées auteurs et/ou complices de génocide. 

Repost 0
Publié par Ghislaine Millet
commenter cet article
10 avril 2010 6 10 /04 /avril /2010 08:51

 

 

Monsieur le Maire de Paris,

 

Si le PS a une longue tradition de compagnonnage avec le parti travailliste israélien, il devrait comprendre aujourd'hui que le sionisme, loin d'être le mouvement national juif comme il s'est défini dès ses origines, est un mouvement de conquête d'un territoire, la Palestine, conquête qui a conduit à la destruction de la société palestinienne et à l'expulsion des Palestiniens. Ben Gourion a été l'organisateur de la conquête et à ce titre porte une lourde responsabilité dans l'histoire. Vouloir lui consacrer une allée dans un jardin parisien apparaît alors comme une marque de soutien à l'organisateur de la conquête militaire de la Palestine.

Alors que l'Etat d'Israël né de cette conquête continue d'opprimer les Palestiniens, la décision de la Mairie de Paris n'en est que plus scandaleuse.Vous pensez peut-être que cette consécration de celui que l'on peut considérer comme le père de la nation israélienne est une marque de sympathie envers les Juifs. Permettez-moi de vous dire, en tant que Juif antisioniste, que cette marque de sympathie est plutôt frelatée et d'une certaine façon une marque d'antisémitisme.S'il est vrai que le sionisme a gagné la sympathie de la grande majorité des Juifs après la seconde guerre mondiale et le génocide, il n'en reste pas moins qu'il a conduit les Juifs dans une aventure guerrière qui est encore loin d'être terminée.

Loin d'être le dernier refuge des Juifs persécutés, l'Etat d'Israël est devenu un Etat guerrier qui ne peut survivre que par la guerre qu'il entretient contre ceux qu'il a expulsés de leur terre, et les Juifs qui espéraient, via le sionisme, échapper à l'antisémitisme européen sont devenus les petits soldats de cet Etat guerrier. En cela, le sionisme conduit les Juifs à une impasse.

C'est en cela que le soutenir est une forme d'antisémitisme. De l'Etat qui devait être un havre de paix pour les Juifs du monde, il ne reste que le bastion de l'Occident face à la barbarie comme le disait Herzl dans son ouvrage L'Etat des Juifs comme s'il espérait ainsi convaincre les puissances de les soutenir, et sur ce plan il a réussi dans la mesure où les puissances occidentales, les Etats-Unis et l'Union Européenne, soutiennent l'Etat d'Israël et acceptent, voire approuvent, la façon dont il bafoue le droit international. Consacrer un lieu de Paris au fondateur de l'Etat d'Israël apparaît alors comme un soutien à une politique de conquête et d'oppression. Cela est intolérable et pose la question : "comment une partie de la gauche européenne peut-elle soutenir une telle politique ?" 

Vous allez en outre inaugurer ce lieu avec le président de l'Etat d'Israël alors que le gouvernement de cet Etat, au nom d'une brumeuse légitimité historique, continue, à travers ce qu'on appelle la colonisation, la conquête de la Palestine et qu'il montre sa volonté de "libérer" la ville de Jérusalem de toute présence palestinienne. Le soutien à la politique israélienne devient ainsi une forme de mépris envers les victimes des agissements israéliens. On peut parler de prime au crime.Je ne pense pas qu'une telle lettre remette en question votre décision, tant vous ne voulez pas voir la réalité et tant vous confondez vos engagements de gauche et le soutien à une politique de conquête et d'oppression.  Je n'espère donc rien d'une telle lettre si ce n'est qu'elle exprime ma colère contre une gauche incapable de défendre ses propres valeurs.Il est vrai que j'ai appris depuis longtemps que le vent délétère de la SFIO des années cinquante, celle de la guerre d'Algérie, soufflait encore sur le PS d'aujourd'hui.

Je n'ai rien de plus à vous dire.

  

  www.nord-palestine.org/art-recom-2010-04-08-RudolfBkouche.htm

Repost 0
Publié par Rudolf Bkouche, professeur émérite, Université de Lille membre de l'UJFP (Union Juive Française pour la Paix) et d'IJAN (International Jewish AntiZionist Network)
commenter cet article
10 avril 2010 6 10 /04 /avril /2010 08:46

 

arabes.jpgDepuis 1967, la loi sur l'état d'urgence a doté l'Egypte d'un arsenal juridique qui lui permet notamment de généraliser les détentions arbitraires et de soustraire les détenus à la compétence des tribunaux ordinaires.

Voté pour lutter contre le terrorisme, l'état d'urgence est une arme commode pour brimer l'opposition. A cause de cette loi, 18.000 personnes seraient en détention, dans des prisons où la torture est une pratique fréquente.

 

La lettre à envoyer au Président égyptien Mohammad Hosni Mubarak.

 

( source : www.acatfrance.fr )

Repost 0
Publié par Jean-Marc Bruneel
commenter cet article
27 mars 2010 6 27 /03 /mars /2010 08:15

 

Renoir---Danse-a-la-ville.jpg

Parmi les nombreux faux culs que l’on rencontre (enfin pas moi) dans le monde politique, Eric Besson occupe une place à part. Chacun sait que le « faux cul » est à l’origine « un rembourrage » que les femmes s’attachaient à l’arrière-train pour donner l’illusion qu’il y avait de la matière première en quantité pour les amateurs. A une époque pas si lointaine, le volume du cul féminin était très apprécié.

Ici un petit passage réaliste. Je tremble, les féministes vont me sauter sur le poil, et pas n’importe lequel !...tant pis, je rassemble mon courage.

Mes bien chères lectrices, mes adorables lectrices, mes incomparables lectrices, contrairement à vous, qui êtes naturellement belles, vos arrières grand-mères, attiraient les hommes par cet artifice : le rembourrage de la partie arrière de leur anatomie. Voyez d’ailleurs, un des limougeauds les plus célèbres, un merveilleux artiste, le peintre Renoir : il ne représente que des femmes bien « rembourrées », mais sans rembourrage.

C’était la mode. Aujourd’hui, c’est plutôt le squelette qui semble attirer le mâle, comme s’il était impatient de se faire coincer la queue entre deux osselets, dans une peinture de Bernard (danse devant le) Buffet. Les goûts changent, c’est comme ça. Il faut dire que les hommes, à l’époque, étaient habitués aux travaux manuels. Ils disposaient de très grosses mains poilues, alors il fallait les remplir !

Aujourd’hui, les hommes ont des petits doigts effilés, glabres, pour taper sur des claviers. Alors ils sont démunis, ahuris, désemparés, devant ces postérieurs qui ne sont plus à leur portée ! Incapables ! Nuls.

Complètement nuls. Les zommes de 2010 ne savent plus pétrir les femmes du début du 20ème siècle.

Il leur faut du petit, du fragile, du cassant, pour des plaisirs miniaturisés…

Bon, finalement, ça ne s’est pas trop mal passé, ce que je vous ai raconté, mes chéries, je vais résumer. Le « faux cul », c’était du rembourrage pour la femme qui n’avait pas la chance d’être naturellement grosse, à cet endroit-là. Autrement dit, pour bourrer les femmes, nos anciens, qui étaient des sages, les rembourraient !

Or Eric Besson est l’archétype du faux cul, ou plutôt de la fausse couille. Il se place une coquille par devant et roulez jeunesse !

Seulement voilà, les femmes s’en aperçoivent tout de suite, elles font semblant de le croire et elles s’envoient des socialistes !

Je sais que c’est très immoral ! C’est le moment de placer ici un passage poétique :

 

« Souvent femme varie

Et bien fol qui s’y fie ! »

 

Ce serait de François 1er. Ni plus ni moins ! Cependant revenons au sujet : Eric Besson s’en prend carrément à la liberté de la presse et on se croirait revenu sous l’Ancien Régime, avant 1789 ! En effet, il dénie le droit aux caricaturistes de déformer les traits physiques des beaux visages d’opportunistes de la politique ! Incroyable ! Quand on se rappelle le fameux dessin de Daumier, qui, en 1831, avait dessiné Louis Philippe en six caricatures évolutives dont la dernière était une poire. C’était donc bien avant 1848 et Daumier n’avait pas eu d’ennuis. Or, quand Besson s’en prend à Stéphane Guillon, qui ironise sur son physique, c’est exactement la même chose !

Il y a même plus grave, puisque ce prétendu ministre ne craint pas d’interdire à Stéphane Guillon d’évoquer des « faits politiques ». Et alors de quoi parlera-t-il ?

Toutefois, le plus drôle, si l’on peut dire, réside dans la similitude entre Siné et son directeur dans « Charlie Hebdo ». On se souvient que Philippe Val avait demandé à Siné de s’excuser auprès du fis Sarkozy. Eh bien, ici, ce sont les mêmes que l’on retrouve. Jean-Luc Hees et son très petit élève, Philippe Val. Et dans la même situation. Une seule différence, c’est Jean-Luc Hees, Président de Radio France qui présente les excuses à Eric Besson, à la place de Stéphane Guillon, lequel a refusé. Comme Siné. Siné fait école !

La conclusion est claire. Pour qualifier Besson, nous avons le choix entre deux mots : traître et opportuniste. L’opportuniste est celui qui utilise au mieux les circonstances. Le traître est celui qui « passe à l’ennemi ». La presse hésite entre les deux mots pour qualifier Besson. Or il est clair que Besson a profité d’une « opportunité » d’une part, pour s’attaquer à la liberté de la presse, et qu’il est en même temps un « traître » vis-à-vis du parti socialiste et de ses électeurs, qu’il encule allègrement, avec ou sans rembourrage.

On voit que la politique française se complique et qu’elle enrichit notre vocabulaire. Il est plus difficile hélas d’enrichir le « français d’en bas », qui continue de « morfler », c'est-à-dire, de « recevoir des coups ».

Je trouve plutôt positif le fait de s’exprimer en langage populaire que de nous ressortir sans arrêt ce lexique terroriste, qui vise essentiellement à nous empêcher de comprendre. Et je terminerai par un mot, un seul, qui résume la situation de la France mondialisée en 2010 :

Bordel !

 

Repost 0
Publié par Rolland Hénault
commenter cet article
27 mars 2010 6 27 /03 /mars /2010 08:09

RIZIÈRES AU JAPON … IMPRESSIONNANTES

AVANT :

riziere2.jpg


APRES :

riziere.jpg
Repost 0
Publié par Odette Estorgues
commenter cet article
27 mars 2010 6 27 /03 /mars /2010 07:50
La semaine dernière, cinq pompiers catalans ont été présentés à des millions de téléspectateurs comme des assassins de policiers : ils avaient été filmés à leur insu, à Dammarie-les-Lys, dans un supermarché où ils faisaient leurs courses en parlant entre eux... le catalan. Les fins limiers qui avaient récupéré la bande de vidéosurveillance de cette entreprise privée (destinée à « protéger » le commerçant contre les chapardages, chacun l'avait compris) n'ont pas hésité à prendre le catalan pour du basque, ni à considérer que parler basque en public signait une appartenance à ETA (les terroristes étant bien sûr si stupides qu'ils parlent toujours des langues étrangères en public...). Ces cinq pompiers ont eu plus de chances de survie que le touriste brésilien tué « par erreur » par la police dans le métro de Londres en 2005 parce que la caméra de vidéosurveillance l'avait montré avec... un sac à dos « suspect ». Mais il est peu probable qu'ils reviennent de sitôt en France pour une autre formation de lutte contre le feu. Il est même permis de penser qu'ils se sentent mieux « protégés » depuis leur retour en Catalogne. Lundi 22 mars, on apprend que dans certaines villes du sud-est de la France les caméras de vidéosurveillance sont utilisées pour verbaliser les propriétaires de véhicules en stationnement interdit. La « vidéoprotection » contre les dangers de la vie urbaine progresse à pas de géant... Avant que les fumeurs et les propriétaires de chiens ne « respectant pas le caniveau » ne soient à leur tour l'objet de pareille sollicitude sécuritaire, la Ligue des droits de l'Homme tient à alerter les citoyens sur le rythme effréné de la contamination de certains élus locaux par le virus de la surveillance généralisée. La société des « miradors invisibles » n'est ni plus sûre, ni simplement supportable... y compris pour les « honnêtes gens qui n'ont rien à cacher », qu'ils soient français ou catalans.
Repost 0
Publié par Ghislaine Millet
commenter cet article
19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 19:45
Voici une petite histoire pas si étrange...

Jean Boudreau a commencé la journée tôt, ayant réglé son réveil matin (fabriqué au Japon) à 6 heures.
Pendant que sa cafetière (fabriquée en Chine) filtrait le café, il s'est rasé avec son rasoir (fabriqué à
Hong Kong).

Puis il s'est habillé avec sa chemise (fabriqué en Turquie), ses jeans (fabriqués en Chine) et ses chaussures
(fabriqués en Corée).

Après avoir cuit son petit déjeuner dans son nouveau poêlon (fabriqué en Inde) agrémenté de fraises (d’Espagne)
et de bananes (du Costa Rica), il s'est assis, calculatrice en main (fabriquée au Mexique), pour calculer son
budget de la journée.

En consultant sa montre-radio (fabriquée en Chine), il est monté dans sa voiture (fabriqué au Japon) pour continuer sa recherche d'emploi, entre deux fermetures d'usines (en France).

A la fin d'une autre journée décourageante, il décide de se verser un verre de vin (fabriqué en Californie) pour
accompagner ses légumes (produits en Espagne), met ses sandales (fabriqués au Brésil) et allume sa télévision (fabriquée en Indonésie)

et puis se demande pourquoi il n'arrive pas à trouver un job, ici en France ....
Repost 0
Publié par Paul HENAULT
commenter cet article