Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 10:00

Le 15 janvier 2012  (9h30 précises)

Depuis longtemps déjà, les gens ont pris l’habitude de mourir. Plutôt vers la fin de leur vie.

Ils sont vraiment accrocs. Incorrigibles. C’est une coutume très ancienne.

 Mieux, c’est une addiction généralisée. Je ne crois pas qu’on puisse désobéir à cette pratique ancestrale.

On se ferait remarquer par les voisins.

Certains se contentent de « débarrasser le plancher » : ce sont des maniaques du rangement.

D’autres prétendent « passer l’arme à gauche » mais on ne voit pas les résultats.

Enfin les faignants s’éteignent, comme de vieux cierges fatigués par des flammes sans conviction. Le moindre vent les emporte.

 Ensuite ils se reposent mais ils enlèvent le pronom et ils croient que ça les ennoblit : « Ils reposent ». Beaucoup ajoutent « en paix » et plutôt en latin. Pour montrer que même morts, ils ont encore de l’instruction et sont d’un naturel pacifique.

Les morts ne se font donc pas la guerre. Ca évite bien des dépenses inutiles.

Les plus vieux disent qu’ils « gisent ». Certains même affirment qu’ils ont été rappelés à Dieu, mais ils ne donnent pas leur nouvelle adresse, ce qui enlève beaucoup de crédit à leur propos. En fait, ils ne tiennent pas ces discours eux-mêmes, ce sont leurs proches qui s’expriment à leur place. Les morts sont bien trop faignants pour écrire.

 Salauds de morts !

 En mourant, les hommes célèbres éprouvent le besoin de prononcer quelques ultimes paroles, afin de bien marquer leur importance.

Ils croient qu’on les écoute encore ! Peut-être même qu’ils sont enregistrés et que ça passe en boucle.

Par exemple le philosophe Emmanuel Kant a dit : « C’est bien ».

De quoi le plaindrait-on ?

Le philosophe Bergson a été plus explicite, et plus consciencieux : « Messieurs, il est cinq heures. Le cours est fini ».

Pour en terminer avec la philosophie et les arts, rappelons que Gertrude Stein a tenu les propos suivants : « Quelle est la réponse ? ». Puis elle s’est réveillée, pour ajouter : « Au fait, quelle était la question ? » Ensuite elle a fermé sa gueule, définitivement.

Noble attitude, elle a convenu, au dernier moment, qu’elle prenait les problèmes à l’envers.

Si on recueillait les dernières paroles des gens du peuple, ce serait sûrement plus intéressant.

 

Plus pittoresque.

Mon grand oncle, décédé d’un cancer de la prostate, a dit simplement : « Ah ! Si seulement je pouvais pisser ! ». Il a ajouté : « Bordel de Dieu ».

Une conversion ?

En tout cas, un début de prière.

Un cousin, un peu rancunier, a tenu ces propos, peu honorables pour la famille. Pensant à une voisine, il a éprouvé le besoin de proférer ces paroles vengeresses : « T’as couché avec tout le monde ! Salope ! Pourquoi t’as pas voulu avec moi ? Et, en plus je crève avant toi ! »

Il aurait ajouté : « Tu m’auras fait chier jusqu’au bout, charogne ! »

Mon frère aîné, Paul, a émis cette phrase énigmatique : « Les ours…il faut sauver les ours ! ». Cet appel a été lancé sur un mode jovial, pas trop militant. Je crois que les ours, il n’en avait rien à foutre. Mais peut-on vraiment savoir ?

Et puis, il faut bien dire quelque chose avant de la boucler définitivement.

Sinon, les vivants vous oublient.

Et très vite même !

 

De toute façon, ils vous oublient.

Ce qui n’a d’ailleurs aucune importance…

 

Aujourd’hui, attention ! (30 avril 2012)

Je ne peux pas blairer le pape, la papesse, le Dalaï Lama, la Dalaï Lamesse, la maîtresse du pape, l’archevêque de Canterburry, le Maréchal Pétain, les nombreuses maîtresses du Maréchal Pétain, Gustave Adolphe, Jeanne d’Arc et Gilles de Raie, Vercingétorix, Gérard Depardieu, Dujardin, le Duc de Bordeaux.

 

Bien que je n’aie guère l’occasion de rencontrer cette panoplie d’abrutis, je tenais cependant à les prévenir, pour qu’ils n’aillent pas raconter partout que j’agis en douce et de façon perverse.


15 janvier 1940  (date non garantie, lumière trop faible)

Vers le 15 janvier 1940, j’avais éprouvé une grande peur.

C’était la peur de naître, d’être expulsé d’un lieu idyllique, où l’on est chauffé gratuitement, sans lettres de rappel pour les impayés, nourri convenablement, et où l’on n’a qu’à se tourner les pouces, dès qu’on en a.

On voudrait s’opposer à cette mesure injuste : l’expulsion, en effet, n’a pas bonne réputation.

On sait que dehors on va être exposé à toutes les vacheries, et pour finir on va mourir !

Et ça produit toujours une forte impression, même quand on est plus ou moins anesthésiés dans les nouveaux camps pour vieux. On sait que la vieillesse débute à la limite même du jour de la naissance. Vingt quatre heures après la naissance, on est âgé.

D’un jour. Mais âgé quand même. On commence et on finit dans un camp.

Les premiers s’appellent des « Halt ! Garderie ! ».

Les seconds se nomment des « Crèches », ce qui est étrange dans une civilisation laïque. Mais si l’on sait qu’il y a là le bœuf et l’âne, on court s’inscrire à la société de protection des animaux catholiques. (S.P.A.C.)

Et puis après, c’est fait comment ? Faudra s’habituer au paysage ! On souhaiterait des précisions. Une bonne vidéo avec des présentatrices plutôt que des gros cons vulgaires comme ce qui reste de Gérard Depardieu.

J’aimerais assez Julie Andrieu, bien qu’elle ait fait un mariage crapuleux.

Julie en l’état actuel, bien entendu.

(On prendra soin de lui faire signer un document dans lequel elle jurera qu’elle ne changera jamais !)

 

Petit retour en arrière. J’étais bien calé dans le ventre de ma mère. Je me reposais depuis cinq mois de la grande course des spermatozoïdes, qui avait été très fatigante !

Je respirais enfin ! Le mot n’est pas très exact, je ne sais pas ce que je faisais. Je me souviens vaguement d’un tube flexible et assez long.

Personne ne m’avait inscrit à cette compétition.

On était 400 millions au départ et un seul gagnant à l’arrivée.

Pire qu’au loto.

Un seul gagnant ?

Un seul perdant je veux dire. Je ne connaissais même pas le règlement de l’épreuve.

Je n’avais même pas rencontré les commissaires de course ! Ma naissance est donc illégale. Je pourrais engager une procédure judiciaire. Au nom des Conventions de Genève.

Je me suis fait avoir, c’est vraiment pas de chance.

Plus tard j’ai lu Jossot : « Le fœtus récalcitrant ».

Je me suis dit : un frère de malheur.

Plus tard encore je me suis aperçu qu’il y en avait beaucoup d’autres dans notre cas.

Nous formions en somme une grande famille, avec toutes les calamités liées à ce type d’institution.

Des tas de pauvres gens étaient nés malgré eux ! Aujourd’hui je biaiserais un peu le lexique : « des tas de crétins » voire des « tas de salauds sanguinaires ».

 

D’un point de vue moral, c’est assez dégueulasse, de donner la vie et la mort en même temps.

Et très antidémocratique !

 

Je suis tombé par terre le nez sans le ruisseau…  (16 Février 2012)

 

Et y avait pas Voltaire, et y avait pas Rousseau… y avait personne aux alentours. Ca se passait à la ferme des Pyramides (36100) il était 15 heures environ j’étais venu chercher du bois.

Pour me chauffer.

Et je suis tombé à plat ventre, et sans qu’on m’ait tiré dessus, sans la moindre barricade, je dis ça pour ceux qui ont lu « Les Misérables ».

Remarquez, ça fait un peu misérable quand même, ce type, déjà vieux (72 ans je ne vous le cacherai pas davantage !) qui tombe en allant chercher son bois, pour nourrir sa famille…non…pour chauffer sa famille !

Et qui est étalé pour le compte à deux pas du bûcher, et qui ne peut même plus bouger un orteil, même plus une main, et qui souffre même pas, c’est presque un thriller comme à la télé. Alors il appelle, le vieux, dans le bois, on dirait le son du cor avec Alfred de Vigny…il voit la Mort venir, là, c’est La Fontaine, sauf qu’il a pas d’enfants à qui faire une leçon de morale à la fin, et donc pas les moyens d’en faire une fable !...c’est dire l’inutilité de sa vie, de ses appels dans le vide, de l’intérêt que lui portent ses contemporains.

Vous avez bien lu : il appelle dans le vide et personne ne vient à son secours et le froid le saisit déjà, la vache ! Il est seul au monde.

Seul, comme tout le monde.

Mais je reprendrai cette histoire, c’est trop triste. C’est exprès. Et puis un agonisant ça revoit toute sa vie, absolument toute, c’est pour cette raison que j’ai écrit ce journal…J’irai dans ma description de ce lieu unique au monde, jusqu’à l’épuisement complet des choses. Je prends modèle sur « Epuisement d’un lieu parisien » de Georges Pérec. (Epuisement de la description de la Place Saint Sulpice et de la rue des Canettes.)

Ce journal n’est pas incohérent. Il est une tentative unique au monde pour décrire l’univers par petites parcelles et par petits instants.

Noble entreprise, s’il en fût !

 

Tentative d’épuisement d’un lieu campagnard… (l’espace canin  le 21 mai 2012)

Le lieu où je me suis écroulé est désormais un lieu mort.

Une sépulture vivante.

J’énumère les éléments de la vie d’autrefois : une série de clapiers à lapins. Trois niches à chien, en bois. Ces chiens-là sont destinés à la chasse. Ils sont nourris correctement (restes de repas humains, comme les pauvres au Moyen Age !) et correctement logés. Par vent de Nord ils hument l’arrivée d’un étranger, car ils ont une autre fonction, permanente celle-ci : chiens de garde. Ils surveillent également le bois. Ils ne se trompent jamais. Si les chiens ont aboyé, c’est qu’il y a un rôdeur, ou, au moins, un suspect. Ils tirent sur leur chaîne. Il y a beaucoup de suspects entre 1941 et 1945. Autant qu’aujourd’hui !

A proximité, une construction entièrement fabriquée en paille, selon la tradition. En partie démolie. Il y couche des poules clandestines, armées jusqu’aux dents. Des résistantes à la sédentarisation.

Tout autour des violettes, dont certaines sont blanches. Pas loin, un coupe racines rouillé qui a servi à de nombreux vachers. Plusieurs générations. Ces vestiges sont presque archéologiques. Tout autour, de la « petite ciguë », appelée « cocue ». Et des pruniers à demi sauvages, que l’on nomme les « prunes de chien ». Elles ont la saveur de l’interdit et la douceur de la fidélité canine. Ce lieu se désagrègera de lui-même, en plusieurs décennies. Dans une indifférence complète des maîtres du domaine. En trente ans un espace vivant peut mourir complètement. Aujourd’hui, en février 2012, la vie canine est oubliée ici, la flore aussi, les abris rudimentaires aussi.

Nécropole invisible, cet espace mérite le recueillement.

Mais cette absence de visiteurs est une vaccination contre les bigots et autres amateurs de vieillarderies.

Partager cet article
Repost0
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 09:58

Il y a des sexes courts

Et d’autres pendent aux genoux

Rayés de jaune et de violet

Comme l’ombre du soleil à travers la grille

Et les femmes, certaines sentent

Le bouillon de lapin sauvage

C’est bon, avec du pain grillé.

 

Boris Vian

11 avril 1946 (extrait de « Cantilènes en gelée »)

Partager cet article
Repost0
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 09:56

 

Il n’aura pas fallu un mois pour voir s’instaurer au pays des libertés le bolchevisme le plus brutal ! Ça y est, en effet, c’est bien le goulag qu’on voit se profiler nettement à l’horizon, le couteau entre les dents cariées des barbares du 9-3, la canaille à portée de vue du faubourg Saint-Honoré, les chars nord-coréens porte de Bagnolet !

Cédant à son aile radicale, incarnée par ce fameux Montebourg, fer de lance de la collectivisation des terres bourguignonnes durant son mandat de conseiller général, le gouvernement socialiste vient de décréter une de ces terribles mesures symboles annonciatrices de lendemains douloureux pour les possédants et de va-et-vient accentué dans les salles de coffres helvètes : le salaire annuel des dirigeants du secteur public sera désormais plafonné à 450 000 euros, soit 37 500 euros par mois !

Et vous verrez que ces enragés ne s’arrêteront pas là dans ces mesures robespierristes par lesquelles s’instaurent les dictatures les plus féroces et l’égalitarisme le plus fou. Ils sont capables de porter la valeur mensuelle du smic à 1 250 euros, soit trente fois moins seulement que les patrons du service public.

Le goulag, vous dis-je ! « Liliane [Bettencourt], fais les valises, on s’en va ! »

Partager cet article
Repost0
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 09:53

 

Au premier tour de la récente élection présidentielle, au taux de participation important, le résultat du Front national dépassait la barre des 12,5% des inscrits dans 353 circonscriptions.

Au premier tour des législatives, hier, cette même formation politique nauséabonde n’atteint ce score que dans 61 circonscriptions.

Dans une courte et brillante analyse, parue ce jour dans « Le Monde », il est démontré que c’est l’abstention, au taux supérieur à 42%, qui a permis de limiter considérablement la possibilité pour les candidats du parti de la fille à son papa de se maintenir au second tour. En effet, plus le nombre des abstentionnistes est important, et plus la possibilité d’atteindre le score fatidique de 12,5% des inscrits devient difficile à atteindre.

Ainsi est-il démontré que la lutte contre le fascisme rampant demeure bien plus efficace en restant sous la couette les dimanches d’élection qu’en voulant jouer les Superman en terre nordiste et rentrer la queue basse dans sa tanière du Parlement européen où un petit salaire mensuel et social de 10 000 euros permet d’atténuer la douleur des bleus à l’âme.

Terrassons le fascisme ! Restons sous la couette !

Partager cet article
Repost0
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 09:49

 

A la caisse d'un supermarché, une vieille dame choisit un sac en plastique pour ranger ses achats. La caissière lui reproche de ne pas se mettre à l'écologie et lui dit:

Votre génération ne comprend tout simplement pas le mouvement écologique.
Seuls les jeunes vont payer pour la vieille génération qui a gaspillé toutes les ressources ! 
La vieille femme s'excuse auprès de la caissière et explique : Je suis désolée, il n’y avait pas de mouvement écologiste de mon temps.
Alors qu'elle quitte la caisse, la mine déconfite, la caissière ajoute :
Ce sont des gens comme vous qui ont ruiné toutes les ressources à nos dépens.
C'est vrai, vous ne considériez absolument pas la protection de l'environnement dans votre temps !
Alors, un peu énervée, la vieille dame fait observer qu'à l'époque on retournait les bouteilles de verre consignées au magasin.
Le magasin les renvoyait à l'usine pour être lavées, stérilisées et remplies à nouveau : Les bouteilles étaient recyclées, mais on ne connaissait pas le mouvement écologique.  
Elle ajoute :
De mon temps, on montait l'escalier à pied: on n'avait pas d'escaliers roulants et peu d’ascenseurs.
On ne prenait pas sa voiture à chaque fois qu'il fallait se déplacer de deux rues : On marchait jusqu'à l'épicerie du coin.
Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.
On ne connaissait pas les couches jetables : On lavait les couches des bébés. On faisait sécher les vêtements dehors sur une corde à linge, pas dans un machine de 3 000 watts. On utilisait l'énergie éolienne et solaire pour sécher les vêtements.
On ravaudait systématiquement les vêtements qui passaient d'un frère ou d'une sœur à l'autre.
Mais, vous avez raison, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.
On n'avait qu'une TV (quand on en avait…) ou une radio dans la maison ; pas une dans chaque chambre.
Et la télévision avait un petit écran de la taille d'une boîte de pizza, pas un écran de la taille de l'État du Texas.
On avait un réveil qu’on remontait le soir.
Dans la cuisine, on s'activait pour préparer les repas ; on ne disposait pas de tous ces gadgets électriques spécialisés pour tout préparer sans efforts et qui bouffent des watts autant qu'EDF en produit.
Quand on emballait des éléments fragiles à envoyer par la poste, on utilisait comme rembourrage du papier journal ou de la ouate, dans des boîtes ayant déjà servi, pas des bulles en mousse de polystyrène ou en plastique. On n'avait pas de tondeuses à essence autopropulsées ou autoportées : On utilisait l'huile de coude pour tondre le gazon. On travaillait physiquement; on n'avait pas besoin d'aller dans un club de gym pour courir sur des tapis roulants qui fonctionnent à l'électricité.
Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.

On buvait de l'eau à la fontaine quand on avait soif. On n'utilisait pas de tasses ou de bouteilles en plastique à jeter. On remplissait les stylos dans une bouteille d'encre au lieu d'acheter un nouveau stylo.
On remplaçait les lames de rasoir au lieu de jeter le rasoir entier après quelques utilisations. Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste. Les gens prenaient le bus, le métro, le train et les enfants se rendaient à l'école à vélo ou à pied au lieu d'utiliser la voiture familiale et maman comme un service de taxi 24 heures sur 24.
Les enfants gardaient le même cartable durant plusieurs années, les cahiers continuaient d'une année sur l'autre, les crayons de couleurs, gommes, taille- crayon et autres accessoires duraient tant qu'ils pouvaient, pas un cartable tous les ans et des cahiers jetés fin juin, de nouveaux crayons et gommes avec un nouveau slogan à chaque rentrée.
Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.
On n’avait qu’une prise de courant par pièce, et pas de bande multiprises pour alimenter toute la panoplie des accessoires électriques indispensables aux jeunes d'aujourd'hui. ALORS VIENS PAS ME FAIRE CH... AVEC TON MOUVEMENT ÉCOLOGISTE !

Partager cet article
Repost0
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 09:30

 

le jeudi 21 juin à partir de 19 h 00
à la Galerie 2 Poches
18, rue guimon latouche
CHATEAUROUX
en ouvrant ma Galerie en nocturne, afin de vous faire découvrir mes dernières créations.
Un pot de l'amitié offert à chaque visiteur.


Nicolas COTTON
www.nicolascotton.com

 

 

 

Dans le cadre de son programme de rencontres et formations, Ciclic propose une journée de sensibilisation à la littérature jeunesse destinée aux différents personnels en charge de la petite enfance. Cette journée aura lieu le jeudi 21 juin 2012 à la Bibliothèque de Vineuil (41) – 10 rue des écoles. "Pourquoi perdre son temps à raconter des histoires ?"


 

Du jeudi 14 au dimanche 17 juin  30e Marché de la Poésie - place Saint-Sulpice (Paris 6) Entrée libre. Horaires du Marché: Jeudi 14h-22h30. Vendredi et samedi11h30-22h30. Dimanche 11h30-20h.

Le bruit des autres & éditions de L’Amandier
stand 222-224

 


Partager cet article
Repost0
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 09:25

 

Et si la rivalité de Ségolène Royal / Olivier Falorni était un énorme cinéma ? Il semble peu probable que François Hollande et Valérie Trierweiler aient des intérêts divergents.

Qu'a-ton promis à Olivier Falorni pour qu'il joue le jeu ? Maintenant, que recherchent-ils tous exactement ? Olivier Falorni est crédité de 58 % de votes favorables dans les sondages. C'est vrai que Ségolène Royal n'a pas de chance : elle a raté l'élection présidentielle, elle n'a pas été la première dame de France et elle risque de rater son accession au perchoir.

Mais demander le retrait de son adversaire, n'est-ce pas un déni de démocratie ? Nous ne sommes pas dans une démocratie soviétique où fonctionne le système des listes uniques. Si son adversaire se retirait, dans le système actuel, personne ne pourrait s'opposer à l'élection de Ségolène puisque les bulletins blancs ne sont pas reconnus comme votes exprimés, ce qui, à mon avis, serait anti-démocratique.

 

Partager cet article
Repost0
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 09:23

Mon nom est Baaba Maal, je suis un musicien sénégalais, et ceci est un appel au secours. Je vis en Afrique dans la région du Sahel, durement frappée par la sécheresse. 18 millions de personnes sont au bord du gouffre, dont 1 million d'enfants qui risquent de mourir de faim. Cependant nos appels pour une aide humanitaire d'urgence font face à un silence assourdissant. Seul un appel à l'action ciblé et massif peut éviter une issue tragique à des millions de personnes.

D'après l'ONU, des millions de vies sont en sursis, à moins qu'une aide de 1,2 milliard d'euros ne soit acheminée immédiatement, or la communauté internationale a promis moins de la moitié de la somme requise. Les pays qui peuvent faire toute la différence sont la France, les États-Unis, le Japon et l'Allemagne, mais ils font défaut -- j'ai donc lancé une pétition sur le Site de Pétitions Citoyennes d'Avaaz pour demander au monde d'agir.

D'ici quelques jours, les dirigeants du monde seront à Bruxelles pour discuter du Sahel -- s'ils s'engagent sur place à débloquer leur juste part d'aide, nous pouvons éviter une tragédie. Signez cette pétition urgente maintenant -- Avaaz, Action des Africains pour l'Afrique et Oxfam la remettront directement lors d'une action conjointe quand nous aurons atteint 1 million de signatures:

http://www.avaaz.org/fr/petition/The_grain_sacks_are_empty/?bqaedbb&v=15172

La sécheresse dramatique, l'instabilité politique et la hausse des prix des denrées alimentaires ont fait d'énormes ravages sur une zone de la taille des États-Unis, qui s'étend du Sénégal au Soudan. Sur place, la population fait tout son possible pour survivre, mais la crise a frappé si fort qu'il est difficile de garder espoir. J'ai vu des femmes et des enfants qui tentent désespérément de cultiver des parcelles de terres complètement arides. Ils savent que les gens parlent de ce qui se passe au Sahel, mais ils ne savent pas si l'aide arrivera un jour.

L'ONU n'a reçu que 43% des 1,2 milliard d'euros nécessaires -- c'est une carence énorme. Il faut combler ce besoin, et les pays les plus riches ont ce pouvoir, à condition qu'il y ait une volonté politique. Nous n'avons pas beaucoup de temps pour éviter des souffrances massives, et je suis déterminé à parler au nom de mon peuple ici jusqu'à ce qu'il ait l'aide dont il a besoin.

Le monde a ignoré des crises similaires par le passé, mais cette fois nous pouvons faire la différence entre la vie et la mort en forçant nos gouvernements à réagir. Signez cette pétition urgente maintenant:

http://www.avaaz.org/fr/petition/The_grain_sacks_are_empty/?bqaedbb&v=15172

Les membres d'Avaaz se sont unis à maintes reprises pour pallier à des catastrophes naturelles, et ont sauvé des milliers de vies en s'assurant qu'une aide vitale soit livrée aux Birmans, aux Haïtiens, aux Somaliens et aux Pakistanais. Nous avons le pouvoir de forcer nos dirigeants à arrêter la marche funèbre de la crise alimentaire au Sahel. Soyons solidaires maintenant, et exigeons que le monde se donne les moyens de sauver des millions de femmes, d'enfants et d'hommes au Sahel.

EN SAVOIR PLUS

Plus d’un million d’enfants en danger de mort au Sahel (L'Humanité)
http://www.humanite.fr/monde/plus-d%E2%80%99un-million-d%E2%80%99enfants-en-danger-de-mort-au-sahel-498501

Au Niger, des tentatives pour casser le cycle des crises alimentaires (Slate Afrique)
http://www.slateafrique.com/88797/au-niger-des-tentatives-pour-casser-le-cycle-des-crises-alimentaires 

Sécheresse au Sahel: situation "critique" dans les prochains mois selon l'ONU (AFP/Jeune Afrique)
http://www.jeuneafrique.com/actu/20120524T202010Z20120524T202008Z/

Crise alimentaire: Baaba Maal lance un appel à une action urgente (APS)
http://www.leral.net/Crise-alimentaire-Baaba-Maal-lance-un-appel-a-une-action-urgente_a39429.html

Partager cet article
Repost0
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 09:21

 

Le Préfet de l'Indre fait encore des siennes : 12 avril une famille angolaise, M et Mme PEDRO et leurs 2 enfants de 3 mois et 2 ans nés en France (les parents sont arrivés en France en novembre 2009) sont convoqués en Préfecture sous prétexte de leur proposer un retour au pays avec aide financière ce qu'ils avaient déjà refusé.

Ils ont quitté la Préfecture et peu de temps après ont été arrêtés à l'arrêt de bus, emmenés au commissariat et 3 heures après se retrouvaient en partance pour le centre de rétention de Rennes.

Cette famille après un refus d'asile s'étaient vus délivré une OQTF par le Préfet de l'Indre. Ils avaient déposé un recours et devaient passer devant le TA de Limoges 2 jours après.

Mais le Préfet n'a pu attendre.

Nous pensions que ce genre de pratiques n'auraient plus cours.

J'ai immédiatement prévenu la presse et écrit au Ministre. Après de nombreuses démarches de la LDH nationale, Châteauroux et Rennes, de la Cimade auprès du Ministre et  du Défenseur des droits ils ont été libérés hier soir pour passer devant le Tribunal administratif de Rennes  mais

voici comment s'est passé l'audience (une collègue de Rennes vient de nous en informer) :  

 

"Un recours a été déposé contre le placement en rétention de cette famille avec enfants  Le défenseur des droits a fait ses observations.

Une assignation a résidence a été prononcée hier soir, sauf que lorsque la famille s'est présentée à l'hôtel, aucune réservation n'avait été faite et l'hôtel était "complet". Le 115 étant injoignable, une militante qui accompagnait la famille les a hébergés.

 

Ce matin le préfet du 35 prononce une assignation à résidence de 45 jours, dans l'hôtel où la famille n'a pas eu accès hier soir.

Aucun jugement de rendu, mise en délibéré à lundi.

L'avocate avisait des moyens de saisir le JLD

L'avocate a cité les élements concrets du dossier indiquant que Mr PEDRO était en danger en Angola où un "mandat de capture" était prononcé contre lui.

 

L'avocate a évoqué les décisions de la Cour Européenne contre le placement en rétention des enfants ainsi que les engagements de Mr Hollande..

 

Le juge a dit ne pouvoir statuer L'assignation à résidence est executoire de suite et pour 45 jours...

 

C'est quelque chose d'éprouvant que de voir pleurer ces parents, à bout de tout et désemparés avec le bébé de 3 mois dans les bras et le petit garçon de 2 ans jouant dans le tribunal. "

 

J'ai aussitôt saisi à nouveau la Ligue nationale et fait interpeller le Ministre. Pourquoi les maintenir à Rennes où ils ne connaissent personne ?

Les pratiques inhumaines continuent. Quand allons nous retrouver un fonctionnement respectueux des droits ?

La chasse à l'étranger continue dans l'Indre.

Il y a 2 jours 5 membres d'une même famille ont reçu une OQTF sans délai. Facile de faire des recours sous 48 H sachant qu'ils ne sont pas suspensifs !

Nous continuons à nous battre et espérons qu'aussitôt après les élections législatives les lois iniques seront supprimées.

Partager cet article
Repost0
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 09:04

sine-mensuel-10-home.jpg

Partager cet article
Repost0