Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 décembre 2018 6 29 /12 /décembre /2018 10:37

Quand il s'agit de pleurer face caméra pour les nécessiteux il y a du monde, beaucoup de monde. Cela fait plus d'un mois et demi que le mouvement des Gilets Jaunes a commencé dans la totalité de la France et pas un mec, pas une meuf du show biz n'a donné un mot de soutien. Ah si Franck Dubosc Officiel, le pauvre imbécile heureux, qui a eu peur, et qui dans un moment d'égarement a fini par dire qu'ils étaient finalement "trop haineux" avant encore de se rétracter et de redire le contraire. Pour un mec qui vient de prendre un chèque de 800.000 euros pour faire un film merdique, c'était risqué. Résultat, la vente de ses DVD s'écroule, ses spectacles sont boycottés et forcément tout ses petits copains du biz sont terrifiés de prendre la parole. C'est du sérieux maintenant, c'est ce qu'on peut appeler le RETOUR AU RÉEL.

Parce que les gars je dois vous expliquer un truc si vous voulez pas finir ruiner à quémander vos indemnités spectacle à Pôle emploi en 2020. Tu vois le mec en gilet sur ton rond point - pas loin de ta villa secondaire - c'est lui qui après des économies de forcenés, arrivait à offrir à toute la famille à Noël des places pour ton spectacle (souvent le seul de l'année). Et tu vois ce mec avec toute sa famille tu ne le fais plus rire. Il voit comment le poids de ton pognon te transforme en petite crotte apeurée. Tu vois ce père de famille lui il oubliera pas. Il n'en pouvait plus de toute façon de stagner à te voir faire ta promo de merde dans sa télé. Et puis il en va de même pour les mecs de la téloche. Tu sais les « fils de » qui bectent de l'or massif avec de l'argent public. Elle en pense quoi la mamie Drucker à part faire sa suceuse avec la Brigitte Macron pour espérer becter encore un an ou deux ? Et la Laurent Ruquier de Gauche on l'entend pas trop à part ricaner grassement de sa bêtise crasse.

Il en va de même pour les chanteurs et les chanteuses. Pourquoi on n’a pas vu un petit mot de soutien ou un clin d’œil même discret des Jean-Jacques Goldman, Kendji Girac, Maitre Gims, Black M, Calogero, Claudio Capéo, M Pokora, Vianney, Stromae, Amir, La Fouine, Julien Doré, Eddy de Pretto, Florent Pagny, Pascal Obispo, Soprano, Tal, Céline Dion, Jain, Mika, Patricia Kaas, Amel Bent, etc ? Ils ont perdu la parole ? Non. Ils savent ce qu'ils touchent en Sacem et ils sont contents de bouffer aux bonnes tables avec les bonnes personnes. Et pour eux les bonnes personnes ce ne sont pas ceux qui économisent pour se payer un de leurs spectacles.

Moi perso, je suis heureuse qu'ils se fassent tous enfin griller comme des enfants dans un magasin de bonbons. Ce que je trouve le plus drôle, c'est que plus personne n'ose employer le mot RICHE ils disent tous "nous sommes pas riches nous sommes des PRIVILÉGIÉS". Ce mot de remplacement en dit long. Ils ne veulent pas se l'avouer publiquement. Il n'y a pourtant pas de honte à être RICHE, si ? C'est plus cool d'être privilégié ?
Je me souviens par exemple avoir travaillé avec plusieurs d’entre eux. Je n'étais que leur petite pute de négresse mal payée qui recevait au mieux des tapes dans le dos, au pire des mains au cul quand je leur écrivais une bonne idée de clip ou un bon script. C'était il y a seulement trois ou quatre ans. Je me souviens avoir rencontré leurs gosses. Des putains de sales gosses. Avec souvent une nounou pour les amener à l'école, une autre nounou pour les activités extra-scolaires et encore une autre esclave, euh nounou pardon, pour leurs week-ends. Tous ces petits merdeux étaient écervelés, gavés comme des oies, lancés dans un système mondain qui n'était évidemment pas fait pour des enfants et qui les a donc transformés en sosie miniature de leurs parents, des beaux sourires aux dents blanches qui cachent des petits diables.
Bien sûr, j'oublie du monde (je compte sur vous pour compléter la liste ci-dessous), mais je veux monter une liste publique. En temps de guerre sociale et culturelle les listes c'est important. Donc Omar Sy, Dany Boon, Jean Reno, Gad Elmaleh, Mimie Mathy, Michel Sardou, Patrick Bruel, Francis Cabrel, Fabrice Luchini, Jane Birkin, Karine Le Marchand, Renaud, Mylène Farmer, Stéphane Bern, Gérard Jugnot, Jamel Debouzze, Alain Souchon, JoeyStarr, Yann Barthès, Yannick Noah Officiel, vous êtes avec ou contre les Gilets Jaunes ?

La question est très simple. Votre réponse doit l'être tout autant.

Extrait de https://www.facebook.com/zoe.sagan.7/posts/357832951615071

Partager cet article

Repost0
29 décembre 2018 6 29 /12 /décembre /2018 10:24

Notre jeune « génie » national, dont les retraités sont la cible privilégiée, est condamné à une sorte de retraite à l’Élysée. Juste retour des choses.

Les grandes leçons données à la Terre avec, en contrepoint, de l’arrogance et un couplet de repentance nationale, sont autant d’avancées hasardeuses achevées en débâcles ridicules.
Sa déclaration de guerre aux « nationalistes », autrement dit à la Hongrie, à la Pologne et à la Ligue de Salvini, et son intention de la mener en généralissime avec Angela Merkel à ses côtés lui reviennent en boomerang. Le ministre de l’Intérieur italien se moque ouvertement de lui. Mme Merkel, très affaiblie, est sur le départ.
Les gilets jaunes, cet abcès populiste qu’il n’avait pas prévu, minent son image et sa position aux yeux du monde, et ce symbole de résistance populaire se répand aujourd’hui dans plusieurs pays européens.
La signature du pacte de Marrakech « pour des migrations sûres, ordonnées et régulières » a été un signal très net de l’échec de la politique internationale de notre pays. La majorité des membres de l’ONU a voté ce texte. Elle est constituée des pays d’origine qui n’y voient que des avantages, des États qui, n’étant guère concernés par l’immigration, et se souciant peu des règles du droit international, continueront à faire ce qu’ils veulent, et de quelques pays « d’accueil » gouvernés par des mondialistes impénitents, comme Macron ou Trudeau. Beaucoup d’autres, et non des moindres, ont vu le danger d’un engagement politiquement non contraignant, mais qui pourrait le devenir par le biais du droit et des juges. La coalition belge a explosé. De nombreux pays européens se sont retirés sous la pression des « nationalistes » qui ont acquis de plus en plus d’importance. Les États-Unis et l’Australie n’ont pas signé. La France l’a fait dans la discrétion, dans cette « humilité vicieuse » qui caractérise les gouvernements qui ont perdu de leur légitimité aux yeux de leur peuple. Lorsqu’on perd à la fois ses alliés et la confiance de sa population, s’obstiner à conduire une politique qui présente un risque pour la souveraineté et l’identité d’une nation ne relève-t-il pas de la trahison ?

Source

Partager cet article

Repost0
29 décembre 2018 6 29 /12 /décembre /2018 10:17

Alors que la mobilisation des Gilets jaunes se poursuit pendant les fêtes, le gouvernement fait ses emplettes pour faire face aux mouvements sociaux. Ainsi selon Libération, le ministère de l'Intérieur a lancé le 23 décembre un appel d'offre pour une commande de 1 280 nouveaux lanceurs de balles de défense LBD40.

Utilisée lors des rassemblements de Gilets jaunes ou de lycéens ces dernières semaines, cette arme de type Flash-Ball est au cœur d'une controverse croissante, ayant causé de nombreuses blessures graves.
Contrairement au Flash Ball (commercialisé par une entreprise stéphanoise) dont l'emploi est préconisé pour des distances courtes (entre sept et 20 mètres), le LBD40 est censé être utilisé pour des distances supérieures à 20 mètres. Une consigne pas toujours respectée par les forces de l'ordre, comme en attestent les plus de 30 personnes gravement blessées par cette arme – dont 10 ont été éborgnées – selon un décompte de Libération, aucun chiffre officiel n'ayant été donné par les autorités.
Pourtant en janvier dernier, dans un rapport sur le maintien de l’ordre remis au président de l’Assemblée nationale, le Défenseur des droits Jacques Toubon préconisait l’interdiction de l’usage du LBD40 dans le cadre du maintien de l’ordre, estimant son usage «dangereux et problématique». Selon lui, cette arme de quatrième catégorie est «susceptible de blesser grièvement un manifestant, d’engager la responsabilité du tireur, et d’entraîner des réactions imprévisibles de la part des manifestants témoins d’une blessure grave occasionnée par des policiers à un manifestant, que le tir soit conforme ou non aux règles d’emploi.»
Des recommandations qui n'ont pas été suivies par la préfecture de police de Paris, alors même que le préfet s'était engagé dans le cadre de ce rapport à ne plus utiliser le LBD40 dans les cortèges.

Source

Partager cet article

Repost0
29 décembre 2018 6 29 /12 /décembre /2018 10:13

Plusieurs éditions de journaux du groupe Ouest-France n’ont pas pu être diffusée, jeudi 27 décembre. Des manifestants ont bloqué des camions à la sortie d’une imprimerie du groupe en Loire-Atlantique, a affirmé la direction.
« Dans la nuit de mercredi à jeudi, l’imprimerie du groupe Sipa Ouest-France à La Chevrolière, au sud de Nantes, en Loire-Atlantique, a été bloquée à partir de 23 h 30 par un groupe d’une vingtaine de personnes se réclamant des “gilets jaunes” », selon un communiqué publié sur le site de Ouest-France.
Il s’agissait de manifestants « mécontents de la couverture du mouvement par nos titres, déplorant que certains “gilets jaunes” aient pu être taxés d’antisémitisme suite aux incidents survenus le week-end dernier à Paris », précise la direction du groupe. « Plus de 180 000 exemplaires de Ouest-France (éditions de Vendée et de Loire-Atlantique), de Presse Océan et du Courrier de l’Ouest » n’ont pu être distribués.

Toutes les éditions concernées ont été mises en ligne gratuitement sur les sites Internet du groupe. Selon Ouest-France, c’est la première fois depuis le début du mouvement des « gilets jaunes », le 17 novembre, que ses journaux sont visés. La direction a « déjà mandaté son avocat pour déposer plainte » contre cette action qui, selon elle, « porte gravement atteinte à la liberté de la presse et à la démocratie ».
Un blocage d’autant plus incompréhensible pour le quotidien « que dans les éditions de Loire-Atlantique, il y avait un papier qui donnait la parole aux “gilets jaunes”, qui présentait quelques-uns [des manifestants] heureux de la solidarité que cela pouvait créer entre eux », a souligné Philippe Boissonnat, adjoint au rédacteur en chef de Ouest-France et directeur des rédactions.

Faute de réponses « suffisantes » du gouvernement à leurs revendications, les « gilets jaunes » seront par ailleurs de nouveau mobilisés ce week-end, dans la nuit du Nouvel An et courant janvier, selon plusieurs figures du mouvement.
Initiatrice de la pétition réclamant une baisse des prix du carburant à l’origine du mouvement, Priscillia Ludosky dénonce par exemple dans un communiqué des mesures « insuffisantes », réclamant notamment « une baisse sérieuse de toutes les taxes et impôts sur les produits de première nécessité » (énergie, logement, transports, produits alimentaires, vêtements), une baisse « significative » des traitements et salaires des élus et hauts fonctionnaires et la mise en place du référendum d’initiative citoyenne (RIC).

Des rassemblements et blocages ont ainsi été annoncés dans les régions de Rennes, Marseille et Bordeaux, selon des journalistes de l’Agence France-Presse (AFP). Un groupe Facebook, regroupant plusieurs milliers de personnes, organise également un nouveau rassemblement la nuit de la Saint-Sylvestre à Paris, sur les Champs-Elysées, pour « continuer la lutte pacifiquement et de façon festive ».

Source

Partager cet article

Repost0
29 décembre 2018 6 29 /12 /décembre /2018 10:06

Les Patriotes, le parti de Florian Philippot, qui soutient les Gilets jaunes depuis le début de la contestation, a déposé la marque Les Gilets Jaunes à l'Inpi. En ligne de mire : les élections européennes de mai prochain.
Les Gilets jaunes donneraient-ils des ailes à la liste des Patriotes, conduite par l'ex-FN Florian Philippot ? L'ancien numéro deux du parti frontiste souhaite en effet constituer une «liste hybride, mi-Patriotes mi-Gilets jaunes» pour les élections européennes et a dans cette optique déposé la marque «Les Gilets jaunes» à l'Institut national de la propriété intellectuelle (Inpi), explique-t-il ce 27 décembre à L'Opinion.

Une récupération politique ? «J’encourage nos élus et nos adhérents à soutenir le mouvement depuis le début, et ce n'est pas sorti de mon chapeau depuis trois semaines, je voulais déjà donner cette coloration sociale au Front national», anticipe l'ancien bras droit de Marine Le Pen, qui s'est affiché à de nombreuses reprises habillé d'un gilet jaune.
Il s'agit surtout de faire en sorte que les vrais amis des Gilets jaunes disposent de l'appellation, et pas les faux amis ou les amis
Le dépôt de la marque «Les Gilets Jaunes» à l'Inpi par son proche collaborateur, Joffrey Bollée, est «une précaution dans la perspective des européennes», détaille-t-il.

Jugeant son programme «100 % compatible avec les revendications des Gilets jaunes», Florian Philippot envisage de monter une liste «Les Gilets jaune» ou «Avec les Gilets jaunes». «Il s'agit surtout de faire en sorte que les vrais amis des Gilets jaunes disposent de l'appellation, et pas les faux amis ou les ennemis», selon le député européen. 25 demandes comprenant l'expression «gilet jaune» ont en effet été traitées par l'Inpi.
La perspective d'une liste hydride pourrait donner un coup de pouce au parti fondé en 2017 : d'après un sondage Odoxa pour France Info du 21 décembre le mouvement n'est crédité que de 1% d'intentions de vote pour les élection européennes. C'est le Rassemblement national (RN) qui pâtirait le plus d'une liste 100% Gilets jaunes (estimée à 8%), bien que restant en tête avec 21% d'intentions de vote –devant la liste La République en Marche-MoDem (19%), La France insoumise (10,5%) et Les Républicains (8%). Le RN et le Parti communiste se sont par ailleurs déjà également dits prêts à accueillir des Gilets jaunes sur leur liste.

Source

Partager cet article

Repost0
29 décembre 2018 6 29 /12 /décembre /2018 10:00

Les gilets jaunes israéliens ont frappé très fort ce dimanche 23 décembre.
En effet, ce dimanche, ils ont pris d’assaut la ville de Tel Aviv par centaines. S’adressant à son auditoire, l’un des organisateurs du mouvement, David Mizrahi, est droit dans ses bottes. Le mouvement ne capitulera pas. « Nous n’arrêterons pas, nous ne renoncerons pas et nous apporterons de l’espoir aux personnes qui se battent pour chauffer leurs appartements cet hiver », a-t-il lancé.
Même réaction pour Orly Barlev, un autre organisateur du mouvement. Ce dernier exige du gouvernement israélien qu’il mette fin à la cherté de la vie « immédiatement ». « Le gouvernement fait tout ce qui est en son pouvoir pour éviter de traiter cette question. Mettez fin à la cherté de la vie immédiatement, mettez fin à la hausse des prix du gaz », a exhorté Orly.
D’après le média israélien, Times of Israel, des centaines de gilets jaunes avaient bloqué les principales routes menant vers les places financières de Tel Aviv. Dans la mobilisation de ce dimanche, il n’a pas été seulement question de baisse des prix du gaz. Les manifestants ont aussi demandé la démission du premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, impliqué dans une grave affaire de corruption.
Rappelons qu’il y a deux jours l’un des organisateurs du mouvement des gilets jaunes en Israël, Ram Shefa, avait ouvertement appelé à boycotter les principales entreprises agroalimentaires du pays. Dans un discours tenu en marge de la conférence Business Globes, il avait aussi mis en garde les médias contre toute tentative de discréditer le mouvement.

Source

Partager cet article

Repost0
22 décembre 2018 6 22 /12 /décembre /2018 10:07

Dimanche 16 décembre. En obéissant aux consignes du pouvoir en place, les médias aux ordres se réjouissent bruyamment  (mais qui croit encore ce que disent les médias ?) : hier, 15 décembre, les manifs des Gilets Jaunes, à Paris, ont connu un échec. Echec relatif, mais échec quand même. Par contre, dans les provinces, les Gilets Jaunes ont réussi à maintenir la pression. Le contraste est révélateur.

Les Gilets Jaunes sont tombés dans un piège en se focalisant sur Paris. Ils sont en cela victimes d’un mythe qui est central dans l’idéologie républicaine : le mythe jacobin, dont la base logique est que tout ce qui compte, en France, est à Paris, se passe à Paris. Les Gilets Jaunes ont donc foncé tête baissée et, dans leur sillage, la racaille venue des banlieues a sauté sur l’occasion de piller les magasins chics des quartiers bourgeois, où les bobos macroniens faisaient dans leur froc. Belle aubaine pour le Système : ceux qui se révoltent contre lui sont, forcément, des irresponsables, des amateurs de violences, bref des nuisibles.

Les Gilets Jaunes doivent en tirer les conséquences qui s’imposent. Il ne faut plus tomber dans le piège parisien et se concentrer sur les enjeux locaux, les objectifs « à portée de main » qui permettent un harcèlement durable, usant le pouvoir macronien, en s’épargnant les fatigues et les dépenses provoquées par les longs déplacements et en utilisant au mieux un terrain qu’on connait bien. Le combat des Gilets Jaunes sera durable s’il est enraciné dans nos terroirs. Là où on se contrefout des manœuvres et manipulations parisiennes. Laissons Paris crever sur son fumier.

Source

Partager cet article

Repost0
22 décembre 2018 6 22 /12 /décembre /2018 10:04

C'est la conséquence de la mise en œuvre par la Russie de la gestion automatisée de l’espace aérien syrien.
Les bases militaires US en Syrie comportent essentiellement, des troupes affectées à des opérations spéciales, c’est à dire une infanterie légère, sans aucun blindé ni aucun soutien d’artillerie. Elles ne pourraient donc résister à aucune attaque terrestre de l’armée syrienne appuyée par l’aviation. Ayant pris conscience que l’aviation US ne pourra pas passer le barrage anti-aérien syrien sans pertes inacceptables, toute intervention de leur part devient inappropriée. C’est la raison pour laquelle les États-Unis viennent d’annoncer qu’ils commenceront à retirer les 2 000 soldats de Syrie [1]. Dans le même temps, la Turquie, soutenue par la Russie, se prépare à lancer une nouvelle offensive contre les YPG dans le nord de la Syrie. Ces nouvelles circonstances font que l’armée syrienne se battra aux côtés des Turcs. Le YPG, entrainé et soutenu par les États-Unis, va rapidement perdre tous les territoires qu’ils avait pris à l’État islamique, qui l’avait lui-même pris à la Syrie.

Source

Partager cet article

Repost0
22 décembre 2018 6 22 /12 /décembre /2018 10:00

Les grandes soumissions sont faites de petites. Qu’importe une barre chocolatée ? pourrait-on se demander. C’est la presse suisse qui l’a révélé cette semaine : depuis avril 2018, Toblerone est halal. Au-delà des détails sur la recette qui, selon le producteur, n’aurait pas été modifiée, on apprend que des imams viennent régulièrement inspecter les installations et le processus de fabrication, afin de vérifier s’il se conforme ou non aux règles islamiques.
Le nerf de cette guerre du tout-halal, c’est bien évidemment l’argent. 97% des Toblerone sont exportés dans le monde, et qui peut refuser un marché qui croît aussi vite que le marché islamique ? Un bon de 30% de l’économie mahométane est attendue d’ici 2021 ! Alléchant, non ?
Pourtant, on apprend que des appels au boycott se font déjà entendre. La soumission, même au goût chocolat, n’est semble-t-il pas digeste pour tout le monde.

Source

Partager cet article

Repost0
22 décembre 2018 6 22 /12 /décembre /2018 09:56

Sur la base d'un appel à témoignages lancé fin novembre, l'UFC-Que Choisir fait état dans un communiqué de « premières tendances alarmantes de l'envolée des cotisations pour 2019 ».
Les informations recueillies, portant sur « quinze des principaux organismes complémentaires », montrent que « dans la moitié des cas, les assurés se sont vus notifier une augmentation de prime supérieure à 4% », certains subissant même « une inflation qui dépasse les 20% ».
Ces hausses, qui perpétuent la flambée de 47% enregistrée « sur la dernière décennie », sont aussi dans le collimateur de l'exécutif.
La semaine dernière, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, avait accusé certaines complémentaires santé de « sabotage politique », pour avoir justifié leurs augmentation par la réforme du « reste à charge zéro » censée entrer en vigueur par étapes entre 2019 et 2021.
Mardi, Emmanuel Macron a reçu les grands patrons et les fédérations des assureurs, mutuelles et institutions de prévoyance. Le chef de l'Etat leur a réclamé un gel tarifaire l'an prochain, à l'instar des banques, pour apaiser la fronde des « gilets jaunes ».
Mais les intéressés, qui ont jusqu'à jeudi soir pour formuler des propositions, ont seulement parlé de modérer leurs hausses de prix.

Source

Partager cet article

Repost0