Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 avril 2012 6 28 /04 /avril /2012 09:20

La déclaration interdite de Ravachol lors de son procès à Montbrison en 1892 met en lumière un discours politique où le poseur de bombes met en avant la précarisation sociale pour justifier la colère du monde prolétaire à la fin du XIXe siècle.

D'où la conclusion : "Une société intelligente en aurait fait des gens comme tout le monde".
A lire sur le blog de l'honnête cambrioleur Jacob :
 http://www.atelierdecreationlibertaire.com/alexandre-jacob/2012/04/ravachol-1892-des-gens-comme-tout-le-monde/
 Ravachol est dessiné en illustration par Gil

Partager cet article
Repost0
28 avril 2012 6 28 /04 /avril /2012 09:18

Pour la pre­mière fois, des res­pon­sables israé­liens en exercice affirment que l’Iran n’a pas décidé de se doter de la bombe ato­mique. Le ministre de la Défense, Ehoud Barak, et le chef d’état-major, Benny Gantz, sont les pre­miers res­pon­sables israé­liens en exercice à déclarer que l’Iran n’a pas décidé de se doter de la bombe atomique.
Lire la suite : http://www.france-palestine.org/Israel-ecarte-le-risque-d-une

Partager cet article
Repost0
28 avril 2012 6 28 /04 /avril /2012 09:11

 

A quoi sert ce fichier ?

Répertorier les personnes mises en cause et les victimes

des infractions constatées.

Faciliter, pour les enquêtes de police, le rassemblement

des preuves des infractions et la recherche de leurs

auteurs.

Etre utilisé pour ( loi du 15 novembre 2001) :

les décisions d’habilitation des personnes en ce qui

concerne l’exercice de missions de sécurité;

les autorisations d’accès à des zones protégées en

raison de l’activité qui s’y exerce;

les demandes d’acquisition de nationalité française,

délivrance des titres de séjour des étrangers, nomi

nation et promotion dans les ordres nationaux (la loi

du 18 mars 2003).

Qui est responsable du fichier ?

La Direction générale de la police nationale (la DGPN)

sous le contrôle du Procureur de la République.

Les donnEEs figurant dans le STIC

Pour les personnes mises en cause : identité

détaillée.

Pour les victimes : identité détaillée et/ou signalement

des personnes disparues et corps non identifiés),

photographie (personnes disparues et corps non

identifiés).

Pour les faits objet de l’enquête, les lieux, dates

de l’infraction et modes opératoires, ainsi que les

informations relatives aux objets, y compris celles

qui sont indirectement nominatives.

Qui peut consulter le STIC ?

Les personnels individuellement désignés et spécialement

habilités des services de la police nationale

et de la gendarmerie nationale ainsi que les agents

des douanes habilités à effectuer des missions de

police judciaire. Au total, des milliers de policiers et

gendarmes.

Les magistrats du parquet ainsi que les magistrats

instructeurs pour les recherches relatives aux infractions

dont ils sont saisis.

Sous certaines conditions, les personnels investis

de missions de police administrative individuel

lement désignés et spécialement habilités par le

préfet.

En décembre 2008, près de 100 000 personnes étaient

habilitées à accéder au STIC dans le cadre de missions

de police judiciaire, de police administrative ou de fonctions

de gestion du fichier.

On comptait en 2009 20 millions de consultations du

Stic par an.

Les informations sont saisies et codifiées par les

policiers ou gendarmes en charge d’une enquête et

comprennent :

Tous indices ou les éléments graves et concordants attestant

de la participation à la commission d’un crime, d’un

délit ou de certaines des contraventions de 5e classe

concernant le(s) mis en cause et le(s ) victimes de l’une

de ces infractions.

Qui contROle le STIC ?

1. Le fichier est sous le contrôle du Procureur de

la République. C’est à lui qu’on s’adresse pour le faire

rectifier.

Il transmet à la Direction de la police générale de la

police nationale :

les relaxes ou acquittements devenus définitifs

pour suppression;

les non-lieu ou classements sans suite pour mise

à jour et complément;

les mesures d’amnistie pour effacement.

Cette transmission ne se fait pas de manière régulière

en raison de la pénurie de moyens de la Justice.

Durée de conservation : 5 à 40 ans pour les majeurs mis

en cause, 5 à 20 ans pour les mineurs, 15 ans maximum

pour les victimes.

2. Le droit d’opposition (art. 26 loi 06/01/78) ne

s’applique pas. Toute victime peut cependant demander

la suppression des données la concernant après

condamnation définitive de l’auteur des faits.

3. La DGPN (Art. 10) fait un compte rendu annuel à la

Cnil sur la vérification, la mise à jour et l’effacement des

données du Stic.

Partager cet article
Repost0
21 avril 2012 6 21 /04 /avril /2012 09:49

 

Je suis désolé de vous gâcher votre ouikenne par cette nouvelle catastrophique, la voilà, je vous la donne sans vous faire languir davantage, j’ai pris les ménagements d’usage, j’aurai fait mon devoir, ne venez pas ensuite me briser les claouis, comme disait mon adjudant, mitrailleur de queue en Algérie (non il ne mitraillait pas directement avec sa queue, il était à la queue de l’avion, il branlait en quelque sorte l’avion. D’ailleurs il avait été décoré de la Légion d’Honneur, avec la mention spéciale : « Branleur d’avions et tueur d’arabes » bon, la nouvelle la voici enfin, écarquillez vos oeils :

Je ne serai pas candidat aux Présidentielles.

Remettez-vous, vieux briscards de la dernière guerre mondiale, et vous vieilles cantinières sans culotte, de la même époque. Je précise.

J’avais recueilli les 500 signatures, très facilement, et sans tricher, comme ont fait la plupart du temps, les autres voyous qui ont extorqué sous la menace de tueurs à gages, des signatures de maires célèbres. Ou qui ont imité grossièrement les paraphes de certains maires complètement illettrés.

J’ai donné plutôt dans les communes rurales, comme Chambourcy, Villefavant, Saint Trou du cul sur Benaise, Troulaville les Gronichons, Merdoyeux en Cambrousse etc…Suffit de chercher sur la carte de France. Quand vous arrivez pour faire vérifier une liste comme la mienne, vous découragez immédiatement les services officiels.

Eh bien, malgré tout, je n’irai pas, aux Présidentielles !

J’ai ma dignité, moi, je ne fréquente pas les gangsters, les escrocs, les criminels, les tueurs en séries qui font crever de faim deux milliards d’individus, et qui mettent en esclavage les neuf dixièmes du reste de la population mondiale. Je n’irai pas car je serais trop tenté de ne pas faire crever les bons, je veux dire les responsables de cette ignoble maffia mondialement organisée !

Je sais que vous êtes déçus. Mais la tâche est au-dessus de mes possibilités. Je suis trop vieux, maintenant : ils m’ont empoisonné avec leurs pesticides, leurs fongicides, leurs produits phytosanitaires, ils m’ont faire ingérer leur merde en tube, leurs résidus de poubelles, leurs produits trois fois étiquetés, avec la date limite quatre fois falsifiée et puis surtout, ils m’ont empoisonné la vie entière, tous les jours avec leurs policiers qui n’arrêtent jamais les milliardaires, leurs juges si corrompus qu’on les sent à trois kilomètres des tribunaux, qu’il faudrait un masque et une tenue de cosmonaute pour éviter les vapeurs dégagées par la pourriture qui s’exhale de ces Palais d’Injustice, et je m’arrête ici, parce que je sens qu’ils m’ont déjà refilé une crise cardiaque, un empoisonnement du sang, des maladies vénériennes par simple respiration !

Et je n’ai même pas parlé de leurs apparitions régulières sur toutes les chaînes de télévision, qui provoquent des lésions du cerveau irréversibles, qui détruisent les goûts et les saveurs, et même les arts, la lecture de vrais auteurs qui nous réconfortaient un peu dans les moments de dépression, avant 1984.

Ah ! Non voir leur gueule de près dans les grands sommets mondiaux, et frôler leurs pouffiasses, et leurs rejetons, et se payer des contaminations de toutes sortes ! Et en plus, ils me feraient sucer les parties intimes par leurs demi-mondaines, qui sont bourrées de microbes et même des crobes entiers de la connerie, et puis les bactéries des palaces, les virus du Fouquet’s !

Certaines auraient les cavités buccales remplies d’astibloches de hauts responsables nourris au caviar avarié. Car ils se font de bonnes blagues entre eux. Poutine envoie du caviar qui a passé la date limite à Obamah, l’autre lui expédie des hamburgers à la fiente de crocodile de Louisiane…

Ah non je ne serai pas président ! Je suis triste pour vous, car j’avais un programme d’enfer : On les ratatinait tous, ces maffieux maîtres du monde ! Excusez-moi, c’est au-dessus de mes forces. Faites-le vous-mêmes !

Partager cet article
Repost0
21 avril 2012 6 21 /04 /avril /2012 09:47

Joute-au-magique2012.jpg

Partager cet article
Repost0
21 avril 2012 6 21 /04 /avril /2012 09:43

 

Eric Laurent en concert dans :

La chanson là !...

(L. Ferré, J. Brel, Barbara, A. Leprest, G. Brassens, J. Bertin, J.Vasca…. et E. Laurent)

 

Vendredi 27 avril  2012 à 20h30 CHÂTEAUROUX (36) Salle BARBARA

(Quartier Beaulieu)

Renseignements : 06 62 36 81 65 - 07 86 27 06 69

 

Concert gratuit – Concert gratuit –  Concert gratuit – Concert gratuit – Concert gratuit
>

Qu'on se le dise !..... 


Soirée chanson française organisée par l’Association Frères des Hommes avec le soutien du  Conseil de Grand Quartier B.L.L.N.

Partager cet article
Repost0
21 avril 2012 6 21 /04 /avril /2012 09:40

1 chargé(e) d’études faune sauvage (oiseaux et chiroptères) en CDD de 7 mois basé(e) à Châteauroux (36).

Le profil recherché est celui d'un naturaliste (faune) confirmé avec connaissance pratique des habitats d’espèces oiseaux et chiroptères, des protocoles et méthodes d’inventaires et de suivis pour la réalisation d’inventaires et d’expertises.

Les compétences dans les autres domaines sont un plus car la personne recherchée sera amennée à réaliser des bilans de prospections dans le cadre de divers projets menés par l’association (atlas des oiseaux nicheurs, suivi de l’Outarde canepetière, de Busards, de l’Oedicnème criard, conseil en gestion, etc.).


Urgent, candidature à faire parvenir avant le 27 avril 2012
 Le descriptif complet est ici
 http://www.indrenature.net/index.php?option=com_content&view=article&id=90&Itemid=84&dir=JSROOT/Association
 

 http://www.indrenature.net

Partager cet article
Repost0
21 avril 2012 6 21 /04 /avril /2012 09:37

DeRniEr NuMérO du DOigT dans L'OeiL

sur www.ledoigtdansloeil.com
 

et  http://www.myspace.com/ledoigtdansloeil

 

Partager cet article
Repost0
21 avril 2012 6 21 /04 /avril /2012 09:36

Quel avenir pour notre planète et pour ceux qui y vivent ?

SVP, suivez le lien ci-dessous.

 

http://www.youtube.com/watch?v=U3Ezfjz0xvA

 

Partager cet article
Repost0
21 avril 2012 6 21 /04 /avril /2012 09:32

 

Un sans-papier a été arrêté dans les locaux mêmes d’un Conseil de Prud’hommes le 11 avril. C’est une première ! Que la conséquence de la plainte d’un travailleur sans papier devant la juridiction spécialisée dans le droit du travail soit son arrestation immédiate est une façon encore inédite pour l’employeur de se prémunir du risque de revendication par ces salariés de leurs droits. L’activité policière vient ici en renfort des employeurs, bafouant le droit du travail.

> Monsieur Z.K. est régulièrement employé depuis août 2010 dans une entreprise de restauration collective. Mais il est en situation irrégulière et n’a donc pu trouver son emploi qu’en se présentant sous l’identité d’une tierce personne. Ce qu’apprenant, l’employeur « licencie » M. K., c’est-à-dire qu’il lui dit... de ne pas revenir le lendemain.

M.K. estime avoir des droits, avec raison, puisque le Code du travail prévoit que des indemnités doivent être versées à l’étranger en cas de rupture du contrat de travail. La dernière réforme du droit des étrangers, adoptée en juin 2011, a même organisé un nouveau cadre réglementaire pour faire bon droit aux travailleuses et travailleurs étrangers licenciés alors qu’ils sont en situation irrégulière. Suivant les conseils d’un défenseur des salariés, militant syndical de la CNT-nettoyage, les Prud’hommes sont saisis. 

Mercredi matin, juste au sortir de l’audience de conciliation au palais de justice de Nanterre, M. K. est interpellé, arrêté et rapidement emmené, sans que quiconque ait le temps de réagir.

Tandis que Monsieur K. est conduit en garde à vue dans les Yvelines, l’employeur explique, tout naturellement, qu’il a informé la police du jour et du lieu où elle pourrait « cueillir » son employé, contre qui il a porté plainte, pour usurpation d’identité, dès qu’il a appris qu’une procédure prud’homale était engagée.

Maintenir des travailleurs dans la précarité, en leur refusant d’être régularisés, ne suffisait apparemment pas. Avec cette interpellation dans l’enceinte même des locaux d’un Conseil des prud’hommes, vient d’être testé un nouveau degré d’insécurité pour la main d’œuvre sans-papiers : la privation pure et simple de l’accès à la justice.

Partager cet article
Repost0