Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 novembre 2009 6 21 /11 /novembre /2009 15:40
Le décès de Jean-Yves Gateaud est une injustice contre laquelle on ne peut malheureusement rien.

Je rappelle qu’il fut maire à partir 1989, et, aujourd’hui, on peut dire enfin, parce que c’est un honneur, que c’est grâce aux voix portées par « Le Provisoire », qu’il fût élu. Un déplacement de 400 voix, m’avait dit l’un des responsables des Renseignements généraux.

Par la suite, il fut aussi élu député à deux reprises.

Jean-Yves participa-t-il au « Mensuel du Berrichon évolué ». Il répondait toujours par une pirouette. Faisons pareil !

Mais ajoutons qu’il venait assez couramment aux spectacles d’Elizabeth, qu’il avait été le seul à oser porter sur moi un jugement, évidemment sympathique, lors d’un « portrait » du Rédacteur en Chef du Provisoire fait par France Bleu au printemps 1991…aucun des autres politiques n’avait voulu s’abaisser à dialoguer avec moi, tellement je sentais mauvais, probablement.

Il était là aussi, au « Bleu Fouillis des mots » lors de la mémorable « Après midi dans la rue »…

Quand je lui ai parlé de la préface au livre « Raymonde Vincent, chrétienne et libertaire », préface rédigée par François Gerbaud, il m’avait dit : « Gerbaud, c’est pas comme les autres (de droite) il est intelligent, sympathique, je l’ai tutoyé tout de suite… »

J’avais écrit un livre sur lui, ou plutôt avec lui : « L’Autre Gateaud ». Il me semble que la pudeur m’interdit de le rééditer, car il s’est vendu très rapidement. L’entretien avec Jean-Yves offre un contenu d’une très grande clarté, et son langage est celui d’un véritable auteur populaire.

J’espère que le remords va ronger ses faux amis de « gauche », ceux qui ont provoqué sa défaite et participé à sa mise à mort.

 Ah non ! Jean-Yves Gateaud ne méritait pas ça !

Mais les habitants de Châteauroux ne méritaient pas Jean-Yves Gateaud !

Trop intelligent, trop honnête, trop fort pour eux.


Un hommage public sera rendu lundi 23 Novembre à 17H à Equinoxe (Châteauroux).
Partager cet article
Repost0
14 novembre 2009 6 14 /11 /novembre /2009 09:39
La réhabilitation des victimes des tribunaux militaires de 14-18 est loin dêtre achevée. Malgré les efforts de la Ligue des droits de l'Homme et d'autres associations qui ont permis d'annuler un certain nombre de condamnations, comme celle des « caporaux de Souain », dont l'instituteur Théophile Maupas défendu avec acharnement par sa veuve, Blanche Maupas, de nombreux soldats victimes d'injustices flagrantes n'ont pas été réhabilités.  
Tel Jean Chapelant, sous-lieutenant de 23 ans ramené blessé dans ses lignes, accusé en octobre 1914, dans la Somme, de « capitulation en rase campagne », condamné à mort et fusillé, attaché sur un brancard. Ou Léonard Leymarie, condamné à mort et fusillé dans l'Aisne en décembre 1914 pour mutilation volontaire et abandon de poste, alors quil avait été blessé à la main à son poste de guetteur dans une tranchée.
 Des exécutions sans jugement ont eu lieu. Une stèle vient d'être inaugurée, le 4 novembre, à la mémoire des deux sous-lieutenants Henri Herduin et Pierre Millant, fusillés sans jugement, en juin 1916, à Fleury, près de Verdun, dont l'exécution a été approuvée par le haut commandement de l'armée. En l'absence, malheureusement, du secrétaire dEtat aux Anciens combattants, Hubert Falco, et du maire de Verdun, Arsène Lux, qui craignait que cela ait un « impact négatif sur le moral de nos forces armées engagées en Afghanistan ».
D'autres victimes d'exécutions sommaires doivent être réhabilitées, notamment parmi les soldats coloniaux et les étrangers européens affectés dans la Légion étrangère. La demande de vérité et de justice concerne aussi les soldats déportés après condamnations dun tribunal militaire ou sur décision sans jugement du haut commandement de l'armée, dont beaucoup en sont morts. Il faut apporter une réponse aux familles qui continuent à être tenues dans l'ignorance du sort de leur ancêtre disparu dans la Grande Guerre sans avoir eu droit à la mention « mort pour la France ».
Pour cela, la Ligue des droits de lHomme demande que soit mise en place une commission rassemblant des historiens, des juristes, des représentants d'associations et du Service historique de la Défense.
 Sans s'ériger en juge des institutions ni des hommes du passé, elle pourrait proposer à la Cour de cassation l'annulation symbolique des condamnations qui lui apparaîtraient manifestement contestables. Et aussi recommander qu'un certain nombre de militaires appartenant à ces différentes catégories de victimes bénéficient de l'inscription « mort pour la France » sur les registres détat-civil et que leurs noms figurent sur les monuments aux morts.   
Partager cet article
Repost0
7 novembre 2009 6 07 /11 /novembre /2009 09:59

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2009 6 24 /10 /octobre /2009 09:04

La nouvelle est désormais de notoriété publique : le Palais de l’Elysée est infecté par la gale ! Ce sont des sous officiers de la garde présidentielle qui l’ont fait savoir à l’AFP. C’est donc du sérieux. Rappelons que la gale est une maladie très contagieuse, très prurigineuse, de la peau, produite par un parasite animal, l’acarus de la gale ou sarcopte, qui creuse dans la peau de fines lignes grisâtres. On l’appelle aussi la « grattelle ». Les sous-officiers atteints ont dit à l’envoyé spécial de l’Echo, qu’ils craignaient la contamination de toute leur famille, car la gale se contracte quand on s’assied seulement sur une chaise, sans s’y livrer à des actes Fédérico-Mitterrandiens !

 Or les chaises des gardes, qui ne sont pas « à porteurs » sinon du fameux « sarcopte », ne sont pas non plus vraiment des chaises percées, comme celles utilisées par les membres de la Famille Sarkozy qui défèque en public, en hommage aux pratiques du Roi Soleil, qui montrait sa lune et le résultat de sa digestion aux courtisans admiratifs.

Ces chaises (et ici c’est authentique !) ont tout de même été « récupérées dans les poubelles de

L’Elysée ». Le chef de l’Etat a donc pété abondamment sur ces sièges ministériels. La question qui se pose est purement politique : lequel, parmi tous ses ministres, élevait des colonies d’acariens dans sa raie ? Car c’est là qu’ils se cachent, les acarus ! Ils y sont tranquilles, à peine léchés de temps à autre par une langue de gauche, notamment, la dernière en date, celle de Julien Dray, dont la caresse serait particulièrement excitante pour les amateurs d’émanations socialistes.

Une ministresse, dont nous tairons le nom par pure galanterie française puisqu’il s’agit de Rama Yade, nous a avoué :

-« Juju, (comprenez Julien Dray) il me prépare, ensuite j’appelle Kouchner pour le service sanitaire, car ces socialistes sont  très infectés par toutes sortes d’insectes de gauche, et l’on sait que la gauche manque d’hygiène depuis quelques années. »

Ce détail nous est confirmé par de nombreux vétérinaires qui nous assurent que le tourisme sexuel en milieu animal s’est largement développé, ce qui est une avancée sans précédent en matière de liberté, mais il va falloir penser, camarades, à enfiler des préservatifs haute sécurité, avant d’enfiler n’importe quelle vache, dans vos nombreux voyages vers des pays où l’on élève des animaux très exotiques.

 Mais revenons à nos moutons et enculons ces braves bêtes après avoir respecté le principe de précaution. (Je vends personnellement des préservatifs qui sont une version cool de la tenue de plongée sous marine. Très efficaces !)

 Donc, l’Elysée est infectée (bas latin « infectio ») par « l’acarus de la rage » et ici une analyse plus précise s’impose. Cette bestiole microscopique s’appelle le « sarcopte ».

Je vois que vous avez déjà compris !

Le sarcopte est, nous dit le Petit Robert, un mot issu du grec « sarco », qui signifie « chair ». Un « sarcoïde », par exemple, est « un nodule de la peau constitué par un infiltrat de cellules particulières ». Le sarcome (latin « sarcoma » apparu en France au 16ème siècle et dans le 16ème arrondissement de Paris), est une tumeur maligne, autrement dit un cancer, et le « sarcomateux » désigne un tissu atteint de ce type de cancer.

La maladie couve un certains temps puis elle éclate d’un seul coup. Les français sont actuellement « comateux », c’est-à-dire endormis, apathiques, voire anesthésiés. Ils sont porteurs des larves du sarcopte.

Attention, le sarcopte (ou sarco) se fixe à un moment sur un organe vital, plutôt un organe de gauche. Le patient est atteint de « sarcozysme », un mal incurable qui fait beaucoup souffrir et qui conduit au suicide dans certains secteurs de l’activité économique.

Le seul vaccin contre cette bête sournoise, minuscule, et qui est agitée de tics variables provoqués par des démangeaisons, reste la lecture de journaux intelligents, locaux ou nationaux. Je pense à l’Echo, bien entendu, mais aussi à Siné Hebdo, dont le numéro de cette semaine est particulièrement recommandé à titre préventif.

Rien n’empêche d’ailleurs, pour s’immuniser définitivement, de suivre le traitement prescrit par Siné lui-même et sa bande : l’abonnement et l’achat des numéros exceptionnels.

 Le numéro précédent consacrait un article à mon vaccin personnel, intitulé « L’Ecole et moi », qui est un produit efficace contre tous les sarcoptes du monde, spécialement ceux qui s’infiltrent dans l’Education Nationale.

Si vous considérez ce qui précède comme une publicité, pensez plutôt que cet article s’inscrit dans une campagne de salubrité publique.

Je m’intéresse en général aux trous et notamment au trou de la sécu. Aux trous du cul également mais pas spécialement pour mon usage personnel. Je les laisse aux amateurs, en les avertissant cependant du danger de ce sarcopte, qui pourrait contaminer toute la population française et nous mettre dans cet état lamentable, que vous voyez poly quotidiennement sur nos écrans.

J’espère vous avoir gratté où ça vous démange !

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2009 6 10 /10 /octobre /2009 10:19

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2009 6 03 /10 /octobre /2009 09:12

     

Un article de presse paru dans la Bild Zeitung cette semaine que l'on ne verra JAMAIS en France,  tellement les journaleux font dans leur froc :

  Traduction   : 8 avions, 61 voitures de fonction, 1000 employés. Toute la France est touchée par les mesures de récession. Toute la France ? Une personne ne joue pas le jeu : le Président Nicolas Sarkozy (54 ans).

     -Le budget de la Présidence a toujours été tenu secret en France. Pour la première fois il est révélé sous Nicolas Sarkozy.

     - Dans les 300 mètres carrés de l'appartement de fonction des Sarkozy les fleurs doivent être fraîches en permanence : coût 280.000 euros par an

     - Lorsque Nicolas Sarkozy voyage à titre privé, un avion gouvernemental vide l'accompagne en permanence, pour lui permettre de rentrer à Paris en cas d'urgence.    

     - Il dispose de 61 voitures de fonction, 2 Airbus et 6 avions Falcon-Jet. Le dernier  avion en date (60 millions d'euros) a été baptisé "Carla" du prénom de madame Sarkozy numéro 3   (c'est mim i... NdT)      

    - Dépenses annuelles pour les boissons (Champagne etc.) : 1 million d'euros   

    - Il a presque 1.000 employés à son service, deux fois plus que la Reine d'Angleterre. Parmi eux 44 chauffeurs et 87 cuisiniers.   

     - Les cuisiniers-chefs peuvent se servir librement dans les caves à vin du Palais de l'Elysée, le repas de midi leur est servi par des laquais.    

    - Carla et Nico peuvent commander de la nourriture ou des boissons 24 heures sur 24. La cuisine est en service en permanence.

    - Indignation ? Protestations ? Pas du tout. En France il semble être une affaire d'honneur que le Chef de l'Etat incarne la "Gloire de la nation" . Il est le successeur du Roi Soleil. Et c'est exactement comme tel qu'il vit. 

 

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2009 6 26 /09 /septembre /2009 09:05

Telle était la question déjà posée à plusieurs reprises par Jean-François Kahn. Depuis il est affirmatif et son opinion est partagée par plusieurs de ses proches, politiquement parlant.

Certains disent que c’est la république actuelle qui est folle et qu’il est parfaitement adapté à cette folie.

Entendons-nous d’abord sur le sens du mot « fou ». Le terme ne s’emploie plus en psychiatrie, mais la définition première existe. C’est le latin « follis » qui a donné le français « fol » vers 1080. Il désigne un ballon plein d’air, et, par métaphore ironique, le populaire « ballot » vient de la même origine. Aujourd’hui, on dira plutôt « aliéné », ou « dément ». L’aliénation vient d’un mot qui signifie : « qui appartient à un autre ». Le sens que lui donnent les philosophes Marx et Hegel est plutôt de nature politique mais, c’est bien le même : « c’est l’état de l’individu qui, par suite de conditions extérieures (économiques notamment)) cesse de s’appartenir, et est traité comme une chose. »

Ainsi, il est clair que le libéralisme actuel, qui s’est étendu à la quasi-totalité de la planète, en arrive à considérer les citoyens comme des « choses », des objets que l’on jette, que l’on déplace, sans aucun respect de l’être humain.

On peut être plus précis en ce qui concerne la personnalité de Sarkozy : il ne s’appartient pas, et sans entrer dans un langage philosophique, on peut dire que son « moi » est hypertrophié. Physiquement, son dandinement, ses gesticulations, indiquent clairement qu’il ne maîtrise pas ses gestes. La question serait alors de distinguer entre la « folie » et la « perversité ».

Le « pervers » est enclin au mal, à la méchanceté.

Si l’on veut bien observer la personnalité de celui que 10% de français ont envoyé à l’Elysée, il est assez clair que son comportement, son langage, dépassent de loin la stricte attitude politique. Elle est d’une autre nature que celle de Jacques Chirac ou Dominique de Villepin, dont je n’approuve pas du tout les idées ni les décisions qu’ils ont prises.

Or, M Sarkozy ne fait que, nous dit la presse, « déraper ». Mais déraper, c’est « échapper » aux contrôles.

Il est évident que l’actuel président dérape à peu près constamment quand il s’exprime en public : soit on ne comprend rien, parce que son discours est strictement incompréhensible, sauf, probablement, de lui-même. Ici, il correspond à peu près au langage du fou, qui ne regarde que vers l’intérieur de lui-même, et ne voit pas le monde qui l’entoure.

Certains se souviennent peut-être de ses propos, repris dans l’émission « Arrêt sur image », au cours de laquelle il faisait une sorte de distinction entre « la réforme » et la « rupture ». Ce dernier mot est particulièrement révélateur : il s’agit de rompre avec tout ce qui concerne le passé, et l’on se souvient de sa phrase tristement célèbre : « Nous ne sommes plus au temps de « la Princesse de Clèves ». Nous ne sommes plus au temps de Platon, de Molière, ou de Victor Hugo. Mais ils sont inclus dans notre culture, ils agissent encore à travers nous. Ils n’agissent pas dans le cerveau de M Sarkozy. Et cela devient, maintenant, carrément tragique dans le rappel de ses « bons mots » au cours de l’affaire Clearstream : les jeunes des banlieues s’appellent la « racaille », les syndicalistes sont des « braillards » et voici le bouquet :

« Je trouverai le responsable et je le pendrai à un croc de boucher ».

Imaginons un instant ce qui se passe dans le cerveau d’un homme qui profère cette phrase. Tout d’abord, ce n’est pas la justice qui juge, mais Sarkozy lui-même, la répétition du « je » devient une litanie permanente.

Surtout, évidemment, c’est ce « croc de boucher » qui est inquiétant. Il s’agit là du propos d’un fou sanguinaire, qui rappelle les pires atrocités des nazis. On ne doit pas avoir peur de le dire. A cela s’ajoute le recours permanent à la presse dite « people », aux conquêtes féminines du maître, qui portent, fort judicieusement, des prénoms de prostituées : Carla, Cécilia.

Que les lectrices prénommées ainsi ne s’en offusquent pas. C’est dans le contexte particulier des hommes d’état, que ces prénoms prennent une résonance particulière. Dans le peuple, c’est parfaitement légitime. Mais précisément, le but de la droite sarkozienne est d’humilier et de détruire le peuple. Ce recours à la presse dite people, que l’on orthographie (les malfaiteurs de la Culture, de Closets et Luc Ferry deviennent les propagandistes de la faute d’orthographe !) « pipole », et histoire de bien rigoler que l’on assaisonne d’une pincée de Bigard, je sens que la « pipe » n’est pas loin. Vous pourriez dire : Hénault, tu en emploies bien, des gros mots ! Oui, et heureusement ! Mais le rire des bourreaux n’est pas le rire des écrivains ! L’humour noir, l’outrance, sont des effets de style. Pour schématiser, on peut dire, écrire : « Je vous encule » sans enculer pour autant qui que ce soit.

Quand Sarkozy parle de « pendre » ses adversaires « à un croc de boucher », c’est parfaitement sérieux. Il est prêt à le faire.

Je suis désolé d’avoir été aussi sérieux, mais la situation des français est de plus en plus dramatique. De toute façon, on ne peut pas l’enculer, Sarkozy, il bouge tout le temps. Et là, voyez, ce n’est peut-être pas ce qu’il y a de plus subtil, mais je pense à cette parole populaire célèbre : « Tu avances, tu recules/ Comment veux-tu que je t’encule ? » Et Je finis par un mot cher à ce président croupion : en ce qui le concerne, je suis pour la rupture.

La rupture d'anévrisme plus précisément.

Echo du 25 septembre 09
Partager cet article
Repost0
26 septembre 2009 6 26 /09 /septembre /2009 08:35


Pourquoi se construit-il tant d’éoliennes ?

On comptait, selon le Syndicat des énergies renouvelables (SER), 1 500 éoliennes pour une puissance de 2 700 mégawatts (MW) fin 2007, réparties dans 341 parcs éoliens en métropole ; 130 nouveaux parcs, représentant 450 éoliennes, ont été installés courant 2007. Les éoliennes devraient être 3 500 en 2010, pour une puissance de 7 300 MW, et plus de 8 000 en 2020 (dont 850 en mer) pour une puissance de 25 000 MW.
Selon ses partisans, le recours à l’éolien permet de diversifier nos ressources énergétiques, objectif louable avec la hausse du prix du pétrole et le fait que les combustibles traditionnels – gaz, pétrole, charbon – sont épuisables et polluants. L’éolien va dans le sens des accords de Kyoto, ratifiés par la France et l’Union européenne, qui prévoient une réduction de 8 % des émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2008-2012 afin de lutter contre le réchauffement climatique. Les éoliennes sont enfin le fer de lance des énergies propres pour atteindre une production de 21% d’électricité d’origine renouvelable à l’horizon 2010, objectif fixé par la loi d’orientation sur l’énergie du 13 juillet 2005. «Seul l’éolien peut nous permettre de parvenir à cet objectif, affirme Michel Lenthéric, chargé de mission à l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie). L’énergie hydraulique a atteint ses limites. Et les coûts de production de l’éolien sont moins élevés que ceux des panneaux photovoltaïques.»
Mais pour les nombreuses associations opposées aux éoliennes, dont la Fédération environnement durable ou Vent de colère sont les plus en pointe, elles sont une imposture écologique. Ces associations font valoir que la France est le pays d’Europe dont la production d’électricité provoque le moins de rejet de CO2 par habitant. Notre électricité provient pour 76,85 % de l’énergie nucléaire, qui pose certes le problème de la gestion des déchets, de l’approvisionnement à terme en uranium, mais n’émet aucun gaz à effet de serre. Elle provient aussi de l’énergie hydraulique, ressource propre et renouvelable à hauteur de 11,6 %. La part de l’énergie thermique (gaz, charbon, pétrole) monte à 10 % et celle de l’éolien à 0,73 %. « Nous n’avons pas besoin de l’éolien, soutient Christian Gerondeau (lire notre interview page 53) parce que les énergies nucléaire et hydraulique répondent à nos besoins. Pour preuve, nous exportons 10 % de notre production d’électricité. Lors des périodes de grand froid, où la demande d’électricité est supérieure, nous faisons appel aux centrales thermiques, qui émettent des gaz à effet de serre. L’utilité d’une éolienne serait de s’y substituer à ces occasions. Or les périodes de grand froid sont des périodes anticycloniques où il arrive que le vent soit absent sur la totalité de notre territoire. » Météo France confirme et nuance à la fois : lors de ces épisodes anticycloniques, le vent peut souffler dans certaines régions, notamment le Sud. Là où il fait le moins froid !

Participent-elles à la diminution du CO2?
Selon les chiffres avancés par France Energie éolienne, 25 % de l’électricité produite par ces ailes aériennes permettrait une réduction de 20 % des émissions de gaz à effet de serre. Le Réseau action climat, qui regroupe plusieurs ONG, a calculé de son côté que 5% des émissions de CO2 seraient évitées grâce à l’éolien. «Pure propagande », rétorquent les associations. « Dix mille éoliennes produisant 25 000 MW ne peut que réduire de 0,5 % les émissions françaises de CO2, soutient Jean-Louis Butré, président de la Fédération environnement durable. Pire encore, en développant les éoliennes, on multiplie le recours aux centrales thermiques. » Selon la Commission de régulation de l’énergie, l’éolien ne contribue que de façon marginale à la réduction des émissions de gaz à effet de serre, simplement parce qu’il s’agit d’une production intermittente, qui ne peut être stockée et qui doit être relayée par d’autres sources d’énergie. « Les éoliennes ne tournent que de 20 à 25% du temps, car elles ne fonctionnent pas lorsque le vent est trop faible ou trop fort ! explique Jean-Marc Jancovici, ingénieur conseil. Nous sommes donc contraints de disposer en renfort de centrales thermiques ou hydrauliques, qui sont les seules à avoir une souplesse de mise en marche permettant de compenser instantanément les variations de la production éolienne. » L’Allemagne, pays leader de l’énergie éolienne et qui entend renoncer à l’énergie nucléaire, vient de donner son feu vert à la construction de plus d’une vingtaine de centrales thermiques à charbon. Retour fumeux vers le XIXe siècle ! Sans parler du Danemark, champion de l’éolien et l’un des plus fort émetteurs de CO2 par habitant. En France, plusieurs projets de centrales thermiques sont à l’étude : sur le port du Havre, à Beaucaire, dans le Gard, à Saint-Brieuc en Bretagne, à Bastelicaccia en Corse-du-Sud, à Lucenay-lès-Aix dans la Nièvre... L’envers du décor n’est pas si vert...

Combien coûte l’électricité produite par les éoliennes ?
L’arrêté ministériel du 10 juillet 2006 impose à EDF un tarif de rachat de l’électricité produite par les éoliennes de 8,2 centimes d’euro par kilowattheure (KWh), soit 82,8 euros par mégawattheure (MWh), et ce pendant dix ans. Le tarif varie ensuite de 8,2 à 2,8 centimes d’euro le kilowattheure les cinq années suivantes, en fonction des rendements. Plus ils sont faibles, plus le tarif de rachat est élevé. Autrement dit, moins elles produisent, plus elles rapportent ! Les promoteurs sont assurés d’un retour sur investissement même dans les sites les plus mal choisis. Cela ne peut que les inciter à implanter des parcs dans des sites peu venteux, mais aussi encourager certains d’entre eux à limiter leur production dans les sites venteux. Pendant ce temps, la note s’alourdit pour la collectivité. Car ces prix sont bien au-delà des prix du marché de l’électricité, qui fluctuent quotidiennement entre 4 et 5,5 centimes le kilowattheure (40 et 55 euros le mégawattheure). A titre de comparaison, le prix de revient d’un mégawattheure d’origine thermique varie entre 30 et 45 euros et celui d’un mégawattheure d’origine nucléaire descend à 26 euros, selon le Journal officiel du 27 juillet 2006 (lire infographie page 51).
Si ce tarif, supérieur au prix du marché, est une véritable aubaine pour les promoteurs, il pèse sur la facture d’électricité du consommateur. C’est lui qui paie les surcoûts liés aux obligations d’achat d’électricité des énergies renouvelables sous la forme d’une « contribution aux charges de service public d’électricité (CSPE) », mentionnée sur la note d’électricité et qui se monte à 0,53 euro TTC par kilowattheure. Plus EDF achètera d’électricité provenant de l’éolien, plus cette contribution augmentera.
Depuis le 13 juillet 2007, pour bénéficier du tarif de rachat d’EDF, les éoliennes doivent être construites sur une « zone de développement de l’éolien » (ZDE). Mais toutes les demandes de permis déposées avant cette date ont droit au tarif de rachat d’EDF quel que soit l’endroit où les éoliennes se trouvent. Il y a fort à parier que les dépôts de permis de construire remis avant la date fatidique se sont envolés. Leur nombre exact n’a pas encore été éventé...

A qui profite l’argent des éoliennes ?
D’abord, selon les différents vocables, à leurs promoteurs, développeurs, opérateurs. Avec un tarif de rachat d’électricité de 82 euros le mégawattheure, chaque éolienne de 2 MW garantit à son promoteur 360 000 euros de revenu annuel pour un temps de fonctionnement moyen annuel de 2 200 heures. Une opération rentable. Le coût de l’éolienne installée se situe, selon France Energie éolienne, entre 1 million et 1,3 million d’euros. Soit un amortissement entre trois et cinq ans maximum. Pas étonnant qu’elles aient le vent en poupe.
On comprend mieux dès lors le mistral de spéculations que fait souffler cette source d’énergie. Le vent vaut de l’or. C’est ainsi que le groupe Suez a acheté 50,1 % des parts de la Compagnie du vent, spécialisée dans la promotion d’éoliennes, pour un montant de 321 millions d’euros. Or, le chiffre d’affaires de la Compagnie du vent se limite à 11 millions d’euros. Mais elle serait « riche » de signatures d’élus pour des permis de construire permettant la production de 2 000 MW. « Ce qui valorise chaque mégawattheure à plus de 300 000 euros, poursuit Christian Gerondeau. Avec 6 à 10 éoliennes et une puissance de 12 à 30 MW, la valeur de chaque signature obtenue varie de plus de 3 millions d’euros à près de 10 millions. Le tout sans le moindre risque. » La manne profite aussi aux fabricants (essentiellement allemands, danois, espagnols). Les grands groupes ne s’y trompent pas et investissent en masse. Quelques exemples : Areva a acheté 51 % de la société Multibrid, un concepteur et fabricant d’éoliennes basé en Allemagne et spécialisé dans les turbines offshore de grande puissance, valorisant l’entreprise à 150 millions d’euros. De son côté, Alstom a pris le contrôle d’Ecotècnia, une entreprise espagnole qui fabrique et commercialise des éoliennes, pour un montant de 350 millions d’euros.
L’argent s’envole, avec quelques retombées – bien plus modestes – pour les propriétaires des terrains et pour les communes. Les premiers se voient attribuer un loyer de 1 000 à 2 500 euros par an et par éolienne. Les secondes perçoivent annuellement, par le biais de la taxe professionnelle, 500 à 700 euros par an et par mégawatt, après une période de déduction fiscale au bénéfice du développeur. On compte aussi quelques retombées pour l’emploi : 5 000 ont été créés, selon le Syndicat des énergies renouvelables, via les bureaux d’études, le travail d’installation et de maintenance des parcs. Mais rien pour les riverains, qui se plaignent d’une dépréciation de leur bien immobilier. Aucune étude n’ayant été effectuée, Notaires de France ne peut confirmer cette donnée. Un signe éloquent toutefois : le groupe d’assurances MMA propose un contrat « garantie revente » qui couvre la perte de valeur de revente des propriétés, notamment en cas d’implantation d’éoliennes à proximité...

Comment se monte un projet ?
Une petite brise suffit. Le grand reproche des associations, c’est le manque de transparence dans la création des sites éoliens. « Dans la majorité des cas, les projets sont montés à l’insu des habitants, affirme Jean-Louis Butré. Des promoteurs démarchent des agriculteurs et leur font signer des promesses de bail en faisant miroiter un revenu supplémentaire. Puis ils persuadent les élus avec deux arguments : la taxe professionnelle et l’action citoyenne pour lutter contre le réchauffement climatique. Dans les faits, on constate que nombre d’éoliennes sont situées sur un terrain appartenant aux élus des communes. »
Un diagnostic à peine nuancé par Jean-Yves Grandidier. « Nous essayons d’obtenir une délibération du conseil municipal pour une étude d’implantation, tout en s’assurant la disposition du foncier par la signature de promesses de bail. Les études coûtent cher. » Celles-ci sont à la charge du promoteur qui choisit le bureau d’études. Elles intègrent une enquête sur l’impact des éoliennes sur les oiseaux et une étude sur le bruit. De fortes nuisances ne rendent pas pour autant le projet caduc. Le promoteur peut modifier l’implantation des éoliennes ou proposer, dans son dossier, des mesures compensatoires : contrat d’agriculture durable, aides pour l’achat de friches, proposition d’équipements tels que des visualisateurs de ligne à haute tension pour les oiseaux... Du vent et des verroteries, selon les associations. L’étude d’impact est jointe à la demande de permis de construire déposée dans la commune, qui la transmet dans les quinze jours à la Direction départementale de l’équipement (DDE). Celle-ci examine la légalité du dossier, puis le communique à tous les services de l’Etat concernés (Diren, Drire, Direction de l’aviation civile, Service départemental de l’architecture et des paysages, etc.). Tous émettent un avis – favorable ou défavorable –, qui reste uniquement consultatif. Une majorité d’avis négatifs n’empêche pas l’obtention du permis ! Le dossier est ensuite transmis à la préfecture, qui lance une enquête publique. Puis le tribunal administratif nomme un commissaire-enquêteur, souvent un retraité de l’administration... des gendarmes, des douaniers... pas forcément spécialisés... L’enquêteur rencontre les élus des communes et organise des permanences à jours fixes. Théoriquement, toute personne qui le souhaite peut consulter le dossier et déposer son avis sur un registre. Elle doit faire vite, le vent presse, l’enquête ne dure qu’un mois. Puis le commissaire-enquêteur remet, avec avis, son rapport au préfet qui accorde ou non le permis de construire. Missionnaire de l’Etat, le préfet se trouve souvent en position délicate. Entre le marteau et l’enclume, sa décision est, selon le cas, contestée au tribunal administratif, soit par les associations, soit par le promoteur. Le recours n’arrête pas le processus, mais, dans la pratique, le projet peut être suspendu jusqu’au jugement. En 2004, 33 % des permis accordés ont fait l’objet d’un recours et 27 % en 2005.
Depuis juillet 2007, les ZDE sont initiées par les communes ou les communautés de communes. Elles définissent un périmètre apte à recevoir des éoliennes répondant à trois critères : un potentiel éolien (donc, théoriquement, du vent), une possibilité de raccordement au réseau et la prise en considération des paysages et des monuments. Pour Henri de Lepinet, président de l’Union Rempart, qui regroupe des associations de sauvegarde du patrimoine, « le risque aujourd’hui est de voir proliférer une profusion de ZDE sur l’ensemble du territoire de façon à multiplier les possibilités d’installer des éoliennes. » Peut-être n’a-t-il pas tort. Des éoliennes sur un seul village, et la manne que représente la taxe professionnelle bénéficie dans ce cas à toute la communauté de communes.

Les éoliennes détruisent-elles le paysage ?
Un sondage ELP/SER/France Energie éolienne réalisé en septembre 2007 montre que 90 % des Français sont favorables à leur développement. Pour beaucoup, les éoliennes ont bonne image et belle allure. Certains considèrent qu’elles participent à l’organisation du paysage, tout comme, en leurs temps, les aqueducs, les viaducs, les moulins à vent, les voies routières... Mais pour ceux qui sont au pied du pylône, elles sont d’abord des machines posées sur un socle de plus de 1 000 tonnes de béton, pouvant atteindre 150 mètres de haut, qui massacrent leur environnement proche, leur portent ombrage et font du bruit. A titre de comparaison, les plus grands pylônes électriques culminent à 48 mètres de hauteur. « Si une éolienne n’est pas inesthétique, sa multiplication devient catastrophique pour les paysages », affirme Paule Albrecht, présidente de la Société pour la protection des paysages et de l’esthétique de la France. Même discours tenu par Didier Wirth, président du Comité des parcs et jardins de France : « L’éolien n’a aucun intérêt, ni économique, ni énergétique, ni écologique. Alors, pourquoi sacrifier le patrimoine paysager de la France ? » L’Académie des beaux-arts apporte son soutien dans un livre blanc sur les éoliennes. Elle dénonce leurs dimensions excessives et leur manque d’harmonie avec le paysage. « D’autant que les parcs sont dispersés et que les promoteurs n’hésitent pas à les installer dans des zones protégées : parcs nationaux, régionaux, zones Natura 2000... ou à proximité de magnifiques monuments, constate Philippe Toussaint, président de Vieilles maisons françaises. On oublie que les éoliennes de 150 mètres de haut sont visibles à 10 kilomètres à la ronde. » Les exemples malheureux sont monnaie courante. C’est pourquoi la Réunion des associations nationales de sauvegarde du patrimoine bâti et paysager, surnommé le « G8 du patrimoine et de l’environnement », demande à ce qu’on applique aux éoliennes la réglementation des installations industrielles, que l’on impose une distance de 10 kilomètres par rapport aux sites classés et inscrits, en excluant toute éolienne des lieux protégés. Actuellement, en l’absence de cadre réglementaire, tous les débordements sont permis. Seule reste la concertation au moment de l’enquête publique et... la bonne volonté du promoteur. « S’il y a un impact, il est réversible, assure Jean-Yves Grandidier. Les contrats sont limités à quinze ans, et la durée de vie d’une éolienne est de vingt ans. La loi du 3 janvier 2003 impose aux constructeurs de parcs éoliens de déposer une caution bancaire pour garantir le démontage des installations. » Sauf qu’à ce jour, cette règle n’est que du vent. Aucun décret d’application n’est venu l’encadrer.

Sont-elles bruyantes et dangereuses ?
«Vivre près d’une éolienne, c’est subir le bruit d’une centrifugeuse », raconte Auguste Dupont, habitant de Sortosville dont le logement est situé à 320 mètres d’une éolienne. « Avec les vibrations des pales, poursuit-il, ma maison construite sur une dalle de ciment se fissure. » Le ronronnement du frottement des pales se mêle aux grincements provenant des engrenages de l’appareil. Le bruit n’est pas permanent, mais son intensité et sa portée varient en fonction de la vitesse et de l’orientation du vent, et de la topographie des lieux. « Des études sont réalisées par les opérateurs. Et la règlementation impose que le bruit ne dépasse pas 3 décibels la nuit et 5 décibels le jour, explique Jean-Louis Bal, directeur des énergies renouvelables à l’Ademe. Des progrès sont réalisés et les dernières générations d’éoliennes sont moins bruyantes. » Le problème est réel, au point que l’Académie de médecine a pris position. Elle recommande d’installer les éoliennes d’une puissance supérieure à 2,5 MW à plus de 1 500 mètres des habitations, en rappelant qu’à des intensités modérées, le bruit peut perturber le sommeil, entraîner des réactions de stress et se répercuter sur l’état général. Au-delà du bruit et des paysages, les parcs éoliens perturbent l’activité des radars et en particulier des radars météorologiques qui permettent de détecter les vitesses des vents et de prévoir des événements climatiques tels que les tempêtes, les tornades... Un comble ! Mais, comme dit le proverbe, qui sème le vent...
Sites à consuler :
www.thewindpower.net, www.environnementdurable.net,
www.ventdecolère.org, www.env.fr
Partager cet article
Repost0
19 septembre 2009 6 19 /09 /septembre /2009 09:14
Partager cet article
Repost0
12 septembre 2009 6 12 /09 /septembre /2009 09:54

 

Salaire : 6952,91 €

+ secrétariat : 1525 €

+ collaborateurs : 8949 €

+ train : gratuit en 1ère classe

+ avion : 40 vols gratuits

+ taxi parisien : gratuit

+ auto : à disposition

+ hôtels haut de gamme : tarifs préférentiels

+ restaurant de l’Assemblée : environ 7 € le repas ! Table très haut de gamme ! Sans compter les cigares.
+ prêts à taux réduit : 2 à 3%

Récapitulons :

Soit une enveloppe mensuelle officielle de plus de :

17400 € par mois


Soit pour 577 députés :

10 039 800 € par mois.


Plus de 120 millions € par an.


Mais… ils peuvent ne pas être réélus !

Et alors, et alors…

Debré est arrivé é é !

Et, avant son départ et l’élection de Nicolas Sarkosy, il a fait voter une loi sur le régime spécial des retraites des députés !

Les députés non réélus percevront « à vie » 20 % de leur traitement : soit 1390 € par mois.


« golden parachutes » de nos députés :

Jean-Louis Debré a fait voter à l'unanimité et dans le silence complet, une loi pour que désormais, un député non réélu touche pendant 60 mois au lieu de 6 son indemnité mensuelle nette qui est à ce jour - selon info sur site Assemblée nationale - de 5178 €, soit 6 952 € brut. Chaque député non réélu coûte donc aux Français 417 180 € sur 5 ans ! Sans parler de ce qu'il leur coûtera « à vie » !

L’opposition n’a pas crié au scandale.

Pour une fois tout le monde a été d’accord y compris Messieurs Hollande, Mamère et compagnie de l’opposition de tous bords…

Bien entendu cette généreuse « indemnité chômage » est totalement inconditionnelle, et l'heureux bénéficiaire de cette jolie rémunération de 5 ans, n'est tenu à aucun engagement quelconque, comme par exemple justifier de la recherche d'un nouvel emploi, d'une visite mensuelle auprès d'un conseiller ANPE, ou d'une activité justifiant cette « aide sociale »... bref, tout ce qui est demandé à des chômeurs ordinaires.

Alors qu’est-ce qu’on dit à Monsieur Debré ?

MERCI

 

Si vous êtes scandalisé et refusez d'être pris pour un con, diffusez au moins ce message !

Sinon contentez-vous de payer des impôts !!!

Partager cet article
Repost0