Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 mars 2019 6 09 /03 /mars /2019 09:56

L’ancien président de la République s’est directement adressé aux lycéens dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux, qui commence par : « Chers lycéens, et si je venais vous voir ? » et se termine par l’annonce : « Élèves, professeurs, proviseurs, vous pouvez m’écrire à l’adresse suivante : parlerdeurope@cab-fh.fr. À très vite ! » Cette étrange invitation pose d’abord un problème d’ordre administratif. Un élève, un professeur ne peuvent faire venir dans leur établissement une personnalité politique, fût-ce l’ancien chef de l’État, sans l’aval du proviseur, du conseil d’administration, du recteur, voire du ministre.

Jean-Pierre Chevènement souhaite, à juste titre, savoir « si Jean-Michel Blanquer a été saisi d’une demande de la part de l’ancien Président ». Mais c’est surtout le problème de la neutralité politique qui est ici en jeu. Sans compter que François Hollande n’est pas un exemple pédagogiquement fiable. Il ne s’est pas spécialement fait remarquer, durant son mandat, par l’efficacité de sa politique européenne. Il souhaite partager son « expérience » de l’Europe mais, à part son déculottage devant Angela Merkel, cette expérience est bien réduite.

Celui qu’on surnommait Guimauve le Conquérant, Flanby, capitaine de pédalo ou Pépère croit toujours qu’il est un mage visionnaire. À Nancy, jeudi, il a plaidé pour une Europe politique qui s’engagerait pour « la paix, la résolution des conflits et le climat » – quelle originalité ! –, ajoutant : « C’est très difficile de le faire à 27, je pense qu’il faut le faire avec quelques pays pour qu’on puisse avancer plus vite. » Peut-être songe-t-il à se reconvertir dans un poste de responsabilité européen ou devenir le carburant qui redonnera un peu de puissance au poussif Parti socialiste ?

Source

Partager cet article
Repost0
9 mars 2019 6 09 /03 /mars /2019 09:48

Depuis cette semaine, la radio publique britannique BBC2 ne diffuse plus les tubes de Michael Jackson, en réaction à la diffusion d’un documentaire l’accusant de pédomanie.

J’entends déjà les lecteurs : “Jackson, on s’en moque !” Oui, peut-être, mais c’est une erreur. Car des décisions de ce type ne s’arrêteront pas à Jackson. Il y a désormais un mélange terrible fait entre des actions ou les opinions (réelles ou supposées – plus personne ne semblant concerné par la présomption d’innocence) et la possibilité pour leurs auteurs d’avoir ne serait-ce qu’un job. On a viré Kevin Spacey de House of Cards parce qu’il est accusé. Même pas encore jugé. On a retourné des scènes entières d’un film pour le remplacer. Comment ceci est-il justifiable ?
Mais il y a pire : partout désormais (et d’abord aux Etats-Unis, mais ça arrive chez nous aussi), on chasse les opinions divergentes de la doxa obligatoire et on bannit ceux qui les expriment. Souvenez-vous de cet ingénieur inconnu de chez Google qui fut viré comme un malpropre pour avoir émis des doutes sur la pertinence de la politique de genre du géant informatique.

Virer Jackson de la playlist de la BBC, ça nous concerne tous, car c’est curieusement exactement le même processus de “nettoyage” qui fait qu’on peut être viré de son job pour avoir émis une opinion non politiquement correcte. Jackson était peut-être un « pédomane » mais sa musique n’a absolument rien à y voir.

Il est vrai que la BBC a besoin de se racheter : rappelez-vous les affaires de pédophilie de son ancien patron, Georges Entwistle, et de son animateur vedette Jimmy Savile.

Source

Partager cet article
Repost0
9 mars 2019 6 09 /03 /mars /2019 09:37

Mercredi soir sur France 5, l’ambiance était électrique sur le plateau de C à vous. Invité pour parler des premiers résultats du CETA, Nicolas Dupont-Aignan semblait vouloir en découdre avec Patrick Cohen. Dès les premières minutes d’entretien mené par le journaliste, le président de Debout la France n’a pas hésité à qualifier son interlocuteur de «porte-parole d’Emmanuel Macron» avant de crier «à la propagande» concernant les chiffres des douanes françaises sur la première année d’implication du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada avancés par le chroniqueur. «Alors écoutez, Nicolas Dupont-Aignan si vous commencez à parler de propagande à propos de chiffres officiels, on ne va pas être d’accord et on va pouvoir parler de rien», a réagi Patrick Cohen.

L’échange s’est poursuivi sur le même ton. «Le problème d’Emmanuel Macron c’est qu’il lance, avec toute la propagande télévisuelle et les serviteurs du pouvoir comme vous...», a ajouté Nicolas Dupont-Aignan désignant le chroniqueur. «Vous n’avez pas le droit de dire ça», a répondu Anne-Élisabeth Lemoine. «M. Cohen est connu pour être un macroniste. Il est sur le service public et il passe sa vie à cirer les pompes de Macron. C’est un cireur de pompes du pouvoir. Il est payé pour ça», a surenchéri le président de Debout la France.

«M. Cohen ne vous a cité que des chiffres officiels que vous contestez, à aucun moment vous nous avez donné vos chiffres à vous», a souligné l’animatrice qui a ensuite demandé à son invité de retirer ce qu’il avait dit. Face au refus de Nicolas Dupont-Aignan, Anne-Élisabeth Lemoine a alors menacé de mettre un terme à l’entretien: «On ne peut pas continuer cette interview». «Je suis désolé mais c’est de la diffamation», a alors déploré Patrick Cohen. «Est-ce que vous voulez bien vous excuser sinon vous allez devoir quitter ce plateau», a redemandé l’animatrice avant de mettre un point final à l’intervention de son invité et de lancer le sujet suivant.

source

Partager cet article
Repost0
9 mars 2019 6 09 /03 /mars /2019 09:34

Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’État macronien actuellement en place ne recule devant rien pour protéger ses thuriféraires. Ainsi, après que le pouvoir en place a couvert pendant plusieurs semaines le barbouze Benalla, c’est aujourd’hui la chef du service politique internationale de France 24, Roselyne Febvre, qui profite de la protection d’une unité entière de CRS, suite aux menaces dont elle a fait l’objet pour ses propos délirants sur les gilets jaunes. Il faut dire que la journaliste, si tant est que ce titre puisse encore lui être appliqué, n’y est pas allée de main morte. En effet, face à ses deux collègues manifestement gênés par ses propos outranciers, madame Febvre n’a pas hésité une seconde à traiter ceux qui manifestent pour leur survie sur les ronds-points de France, depuis des mois, de « branquignols », de « racistes », d’« antisémites » et de « complotistes ». Bel exemple d’amalgame inconsidéré, de manque de vision politique et de parti pris flagrant. Pour une personne qui se prétend journaliste, donc témoin objectif et respectueux de la vérité, les limites ont, une fois de plus, été largement dépassées.

Source

Partager cet article
Repost0
2 mars 2019 6 02 /03 /mars /2019 09:57

Les Français demandent le maintien de la retraite à soixante ans. Les salariés surtout. En effet, les chefs d'entreprise ne sont pas motivés par cette revendication.
Les hauts responsables politiques non plus.
Ces quelques lignes appellent à une réflexion poussée. C’est pourquoi je me permets de demander au lecteur de baisser un peu le son des trois téléviseurs qu'il regarde simultanément, de dégager provisoirement les oreilles de son baladeur et de débrancher tous les appareils que la société postmoderne l'a obligé à se brancher dans tous les orifices de son anatomie.
Une activité difficile va lui être demandée. Qu'il cesse donc également de zapper machinalement sur la chaîne sportive, il aura l'occasion de le revoir souvent, le Stade de France, avec toutes les coupes, et tous les championnats, et les grosses pubs pour coca-cola, et les joueurs complètement shootés à l'héro, et qui sont effectivement des héros, mais qui shootent de moins en moins dans les buts, il n'empêche que c'est beau, tout ça, ce conglomérat de 80 000 simples d'esprit qui sont venus voir Johnny Hallyday se piquer tout seul comme un grand au Stade de France, et qui en ont 22, des Johnny et qui courent en plus au lieu de chanter, et, dans un sens, c'est aussi bien, les textes sont à peu près les mêmes, bon j'arrête la phrase est un peu longue.
Mais c'était volontaire, amis lecteurs postmodernes. Car ce qui suit, c'est tout simplement de la réflexion philosophique de haut niveau.
La retraite à soixante ans. Tout d'abord, je propose un changement d'orthographe. La retraite étant le moment de la vie où apparaissent l'arthrose, l'arthrite, il est clair que le mot devrait s'orthographier ainsi : " l'arthraite ". Ce serait plus pertinent. La retraite est l'heureux moment où l'on améliore ses connaissances avec la dictée de Bernard Pivot. Sujet concocté par le sexagénaire+1, Bernard Pivot :


La Retraite
"L'homme souffrait de la maladie de Creutzfeldt-Jakob depuis qu'il avait mangé de la vache folle. La listériose, pour laquelle il était soigné suite à l'ingestion d'un fromage électoral, avait été accompagnée d'une légionellose aigüe.
Quelle drôle d'idée de manger un légionnaire non stérilisé ! A présent, il prenait son petit-déjeuner dans la maison de retraite : du maïs transgénique et une tranche de poulet nourri aux antibiotiques. Le matin il avait poussé un cri pendant la ponction sans anesthésie. Ah ! il préférait de loin la scintigraphie et le scanner, qu'on lui avait faits pour la maladie d'Alzheimer. Cet après-midi, il irait en gériatrie, visiter l'amphithéâtre, et l'infirmière le pousserait dans son fauteuil roulant de paraplégique ou d'hémiplégique. Peut-être aurait-il la chance de lui pincer la cuisse ? De toute façon, il ne pourrait pas parvenir à ses fins à cause de la maladie de Parkinson. Il discuterait avec sa voisine qui lui parlerait de la sclérose en plaques et il chercherait les plaques, au lieu d'écouter à l'amphithéâtre, l'animateur culturel lui réciter le combat contre les Maures, extrait du Cid, de Corneille. Il se souviendrait alors qu'il faut éviter de confondre avec les vrais morts, ceux de l'amphithéâtre, et il se dirait que Corneille était un drôle d'oiseau".


Pendant ce temps, et dans la rue, j'entendais les manifestants hurler :
- Je veux enfin pouvoir vivre, de soixante ans jusqu'à ma mort !
Étrange idéal, pensais-je en mon coffre-fort intérieur, comme dit un cousin riche et radin. De zéro à soixante ans, vous n'avez pas eu l'idée de vivre, mes pauvres gens ? Alors qu'avez-vous fait ?
Moi, simple Guimou, j'ai commencé à vivre tout de suite. Considérant qu'on avait eu le culot de me faire naître sans me demander l'autorisation, j'ai commencé par souiller abondamment mes langes avec une matière puante. J'ai énervé mon instituteur, en refusant de calculer les horaires des trains à la place des employés de la SNCF ! J'ai fait le signe de croix à l'envers pour montrer au curé que le diable est plus fort que le bon dieu. J'ai insulté la police, dans la rue. J'ai obligé les huissiers à venir chez moi, à domicile, me porter des convocations chez le juge. Je n'ai pas payé mes contraventions. J'ai marché en dehors des clous. J'ai uriné, la nuit, sur la grille d'honneur de la Préfecture.
J'ai craché sur la tombe de trois généraux. J'ai gerbé devant deux gendarmeries, ivre-mort, profitant de ce qu'ils étaient également bourrés, mais à l'intérieur, prisonniers d'eux-mêmes !
J'aurais pu faire mieux. J'aurais pu profiter davantage de la vie. J'aurais pu. En tout cas, je conseille vivement aux jeunes de la prendre tout de suite la retraite. À titre préventif.
Et si on vous fait des observations désobligeantes, répondez que vous êtes en pré-retraite, comme tant d'employés virés à 50 ans de leur boulot, et végétant sombrement, avec des demi-salaires, dans des demi-vies.
Ajoutez, pour les convaincre, que vous avez légèrement anticipé la pré-retraite. De trente ans. Et comme vous n'êtes pas salauds, vous avez décidé d'en faire profiter votre employeur : vous ne l'avez pas viré, vous l'avez mis en pré-retraite anticipée, quel que soit l'âge. D'ailleurs il n'était plus performant pour le challenge du troisième millénaire : la suppression des patrons, devenus inutiles avec le développement de l'informatique. Qu'ils aillent faire du stop sur les autoroutes de la communication !

 

ROLLAND HENAULT (2000)

Partager cet article
Repost0
2 mars 2019 6 02 /03 /mars /2019 09:51

Le nombre et la gravité des blessures occasionnées par les lanceurs de balles de défense (LBD) employés lors des manifestations des "gilets jaunes" imposent que la France en suspende immédiatement l’usage, a estimé aujourd'hui la commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe, Dunja Mijatovic.

"Les blessures occasionnées par des tirs de LBD révèlent un usage disproportionné de la force, ainsi que l’inadaptation de ce type d’arme au contexte d’opérations de maintien de l’ordre", écrit la commissaire dans ce mémorandum de dix pages.

Elle s’inquiète du "nombre élevé" de tirs d’armes dites de force intermédiaire "alors même que leur cadre d’emploi est restrictif et qu’ils peuvent provoquer de graves blessures" : 12.122 tirs de LBD, 1.428 tirs de grenades lacrymogènes instantanées et 4.942 tirs de grenades de désencerclement avaient été comptabilisés par le ministère de l’Intérieur à la date du 4 février. Notant que Christophe Castaner lui-même juge nécessaire une révision de la doctrine d’emploi de ces armes, elle recommande à la France de s’en préoccuper "au plus vite" et, en attendant, "de suspendre l’usage du LBD dans le cadre des opérations de maintien de l’ordre".

Dunja Mijatovic se montre également très critique vis-à-vis de la proposition de loi dite "anti-casseurs", adoptée en première lecture par l’Assemblée nationale et le Sénat. Elle s’inquiète de "l’effet dissuasif" que pourraient avoir, sur l’exercice du droit à la liberté de réunion, le cumul de mesures comme l’introduction d’une interdiction administrative – et non plus seulement judiciaire – de manifester, la possibilité de prononcer cette interdiction pour délit de non-déclaration de manifestation ou la création d’un délit de dissimulation du visage – actuellement une simple contravention – aux abords d’une manifestation. "De manière générale", la commissaire aux droits de l’homme "invite le législateur à se garder d’introduire dans le droit commun des mesures inspirées de l’état d’urgence".

Source

Partager cet article
Repost0
2 mars 2019 6 02 /03 /mars /2019 09:42

D’abord, rappelons les chiffres, car ils sont au coeur du scandale : Aéroports de Paris rapporte chaque année à l’Etat 170 millions d’euros de dividendes et 260 millions d’euros d’impôts sur les sociétés. Donc, que vous choisissiez de le dire en argot ou en franglais, ADP, c’est une pompe à fric, une véritable cash-machine.

L’idée même que l’Etat souhaite se séparer d’une telle source de revenus défie l’entendement. Ce qu’avait très bien résumé le sénateur LR Roger Karoutchi.

    “Tout ça est extrêmement inquiétant. Autant je comprends une privatisation quand une entreprise publique ne marche pas et ne peut pas marcher tant qu’elle est tenue par les règles publiques, je comprends. Aéroports de Paris est une entreprise publique qui marche bien, qui fait des bénéfices, qui investit. Franchement, gardez-là !”

Il n’en est pas question, a répondu Bruno Le Maire, cette privatisation est une “nécessité absolue” (sic). Une réponse qui a fait se lever plus d’un sourcil.

Et les explications chiffrées plus détaillées confinent à l’insulte à notre intelligence. Lisez plutôt.

La vente des 50,6% d’actions d’ADP détenue par l’Etat devrait rapporter entre 8 et 9 milliards d’euros. En même temps, l’Etat souhaite vendre un autre bijou de famille : la Française des Jeux, ainsi que des participations au sein d’ENGIE, anciennement EDF.

Tout ça doit permettre de constituer un fonds de 10 milliards d’euros qui sera placé sur les marchés financiers et qui pourrait, selon les prévisions du gouvernement, rapporter 250 à 300 millions d’euros par an (sauf en cas de crise boursière, bien évidemment). Et ces 250 à 300 millions sont destinés à financer des projets innovants qu’on a, nous dit-on, pas les moyens de financer autrement.

Résumons d’une phrase : on vend tout parce qu’on n’a pas les moyens de financer 300 millions d’euros de projets alors qu’ADP seul nous rapporte déjà 430 millions par an. Voila, voila…

Seulement, vendre et transformer le tout en un fonds spéculatif présente un énorme avantage pour… les banques. Des commissions surréalistes sont facturées par les banques à chaque transaction. Or, les 430 millions annuels actuels ne passent pas par les marchés spéculatifs. Aucune banque ne prend de commission. Bruno Le Maire a donc raison : ces privatisations sont une nécessité…  pour les banques !

Source

Partager cet article
Repost0
2 mars 2019 6 02 /03 /mars /2019 09:40

Alors que le général Benny Gantz est donné favori aux élections législatives israéliennes, le Premier ministre sortant, Benjamin Netanyahu, a fait alliance avec les racialistes d’Otzma Yehudit pour tenter de se maintenir.

Le général Benjamin (« Benny ») Gantz a créé une alliance avec deux autres anciens chefs d’état-major et le centriste Yaïr Lapid. Les sondages pronostiquent qu’ils pourraient battre le Likoud de Benjamin Netanyahu.

Otzma Yehudit est l’héritière de l’organisation terroriste états-unienne du rabbin Meir Kahane (la Jewish Defense League). Elle prône une hiérarchie des hommes selon les races à la manière du nazisme, mais selon un ordre différent. Elle souhaite interdire les relations sexuelles inter-raciales et expulser les « ennemis de la nation » (euphémisme pour désigner les Arabes) d’Israël.

La presse US a réagi très durement à cette alliance, rappelant que d’influents rabbins ont comparé le kahanisme au nazisme. La question se pose de savoir si l’Aipac (le lobby US pro-israélien) recevra ou non Benjamin Netanyahu lors de son prochain congrès, en mars, c’est-à-dire durant la campagne électorale israélienne.


Source

Partager cet article
Repost0
23 février 2019 6 23 /02 /février /2019 10:43

La dictature orwellienne de la pensée est en marche avec le gouvernement Macron. Un pas de plus a été franchi le 12 février lors de la remise du prix Ilan Halimi à l’hôtel de Matignon, une récompense destinée à récompenser des initiatives de lutte contre le racisme et l’antisémitisme.

Le premier ministre, Édouard Philippe, a profité de cet événement pour annoncer une future loi destinée à réguler les contenus sur les réseaux sociaux afin de combattre « l’antisémitisme » « sur tous les fronts, y compris celui d’Internet et des réseaux sociaux. L’État de droit a vocation à s’appliquer partout ». Il a assuré travailler à des états généraux du numérique en vue d’une révision avant l’été de la loi de 2004 pour la confiance en l’économie numérique, afin de mieux répondre à ces problématiques. Toujours à propos de la haine en ligne, Édouard Philippe a dit sa volonté que s’engage « une réflexion sur une fermeture rapide des sites » sur lesquels prolifèrent les propos haineux. « Mais le combat éternel, c’est celui de l’éducation », a insisté le locataire de Matignon.

Ce contrôle des contenus sur les réseaux sociaux et internet s’apparente à une véritable censure dictée par l’État : ce dernier aura toute latitude pour statuer sur ce qui est ‘correct’ ou ‘incorrect’. Censure politiquement orientée, elle vise en premier lieu les ‘populismes’ et mouvements identitaires…

Comparable aux lois régissant l’accès à internet dans les dictatures communistes telle la Chine où la circulation de rumeurs sur les réseaux sociaux est punie de 7 ans de prison, cette loi de répression en préparation piétine les libertés d’opinion et d’expression tout spécialement dans le champ politique.

La France c’est la Corée du Nord en marche…


Source

Partager cet article
Repost0
23 février 2019 6 23 /02 /février /2019 10:36

Se prétendre tolérant est une chose. L’être vraiment en est une autre. C’est un peu comme l’amour et les preuves d’amour. Nicolas Gardères, avocat de profession et tolérant proclamé, mérite, ne serait-ce que par la publication de son essai, Voyage d’un avocat au pays des infréquentables, de s’asseoir, justement, à la table des gens manifestement aussi fréquentables que lui, de son camp politique ou non.

Pourtant, Nicolas Gardères, coutumier du plateau de « Bistro Libertés », déteste tout ce qui peut ressembler, de près ou de loin, aux idées des « fachos ». Tout en faisant preuve d’une empathie, non feinte, vis-à-vis des mêmes « fachos ». Comme quoi cet athée n’hésite pas – mais le sait-il seulement, ce brave gars ? – à emprunter au vocabulaire clérical, voulant que ce soit le péché que l’on condamne et non point le pécheur.

Pour tester, non pas forcément le bien-fondé de sa feuille de route, mais au moins sa solidité, il suffit de se rapporter aux longues pages consacrées à la défense de Serge Ayoub, maudit parmi les maudits, à l’occasion de la mort d’un « antifa », un gamin, Clément Méric. La défense de Serge Ayoub, il l’assure à la fois contre la voix de sa corporation, parfois frileuse, mais surtout contre des clopinettes. Tout comme il s’occupe de celle de Riposte laïque, pour un budget à peine moindre. Et défend les intérêts de la Ligue de défense judiciaire des musulmans ; ce qui n’a pas, non plus, contribué à l’enrichir…

Le seul point commun à ces clients aux plans de vie parfois contradictoires ? Celui d’une liberté d’expression totale ; ce qui ne participe pas exactement des élégances sociétales du temps.

Européiste revendiqué, libéral convaincu, adhérent à EELV, Nicolas Gardères affirme pourtant, à l’occasion d’un entretien accordé au Point, le 12 décembre 2018 : « Je ne supporte pas la démocratie lacrymale. Nous oublions nos grands principes parce que nous sommes angoissés à l’idée que des gens pleurnichent. Ce n’est pas ça, la démocratie. La démocratie, c’est l’affrontement, le conflit, l’impératif dialogique. La liberté d’expression, ce n’est pas seulement Voltaire et Rousseau qui se castagnent. La démocratie, c’est aussi des connards qui ont le droit de s’exprimer au coin de la rue ou sur Internet. »

Source

 

Partager cet article
Repost0