Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 janvier 2019 6 19 /01 /janvier /2019 10:16

Ils sont quatre anciens présidents de la République – Valéry Giscard d’Estaing, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande – à bénéficier des rivières de diamants de la part de la nation qu’ils ont été appelés à diriger.

Le général de Gaulle auquel ces quatre hommes se réfèrent sans sourciller avait, lui, décidé de refuser de bénéficier de cette manne… républicaine. Ne serait-ce pas un signe important de solidarité que ses quatre successeurs encore en vie décident, à leur tour, d’abandonner leurs droits à cette rente à vie, dont le montant est une insulte à ce que touchent nos paysans et les plus modestes de nos retraités ? Et si, par bonheur, Emmanuel Macron n’est pas réélu en 2022, il sera le plus jeune retraité de France puisqu’il n’aura que 44 ans… Faudra-t-il que la République lui verse une pension hors-sol pendant une cinquantaine d’années ?

Pourquoi ces anciens Présidents bénéficient-ils d’avantages aussi faramineux ? Comme une quinzaine de gendarmes chargés d’assurer la sécurisation de leurs résidences. Comme des locaux meublés et équipés. Comme un secrétariat de sept collaborateurs pendant les cinq premières années, nombre qui se réduira à trois jusqu’à leur mort ! J’allais oublier la voiture et son chauffeur !

On a estimé que, chaque année, VGE coûtait ainsi 2,5 millions d’euros, Sarkozy 2,2 millions et Chirac 1,5 million. De l’argent dont ils n’ont pas trop l’usage, au vu de leurs revenus ordinaires.

Quant à Hollande, le jeune retraité, il touche, depuis mai 2017, 5.184 euros comme ancien locataire de l’Élysée, plus 6.208 euros comme ancien député, 3.473 euros comme ancien conseiller référendaire de la Cour des comptes et 403 au titre de diverses fonctions secondaires.

Mais ce n’est pas fini, car la générosité de Marianne étant apparemment sans limite, le trésorier du Conseil constitutionnel va lui verser, à vie, un chèque de 12.000 euros bruts. Soit, au total, 27.000 euros par mois. Retraite nette annuelle de M. Hollande : 324.000 euros. Autant dire des broutilles auxquels nous devons rajouter tous les frais des nounous gendarmesques, des secrétariats, du chauffeur et de la voiture, etc. Ces chiffres donnés par l’iFRAP (Fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques) ne sont, hélas, pas contestables et montrent combien, en fin de compte, la politique rapporte gros. On peut donc comprendre la colère populaire qui ne concerne pas que ces parachutes dorés puisque Marianne réserve d’invraisemblables privilèges à des milliers de fonctionnaires dont certains sont rémunérés 300.000 euros par an, des députés, des sénateurs, des présidents de commission, etc.

Source

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2019 6 19 /01 /janvier /2019 10:08

Pôle emploi dispose désormais du pouvoir de supprimer une partie ou la totalité du revenu de remplacement – l’assurance-chômage que perçoit un salarié licencié ou dont le contrat s’est terminé, et pour laquelle lui et son employeur ont cotisé.

Avant la parution du décret, le 30 décembre 2018, qui définit les nouvelles règles de contrôle des chômeurs, la suppression du revenu des indemnités chômage nécessitait une saisine du Préfet. « Désormais, pôle emploi a tout pouvoir. Il n’y a plus de regard extérieur », s’inquiète Émilie, qui travaille depuis plus de 30 ans auprès des demandeurs d’emploi en Bretagne, depuis l’époque des Assedic devenues Pôle emploi en 2009. Elle craint de voir le sens de son travail lui échapper totalement : « Nous ne sommes pas là pour sanctionner et radier les gens, nous sommes là pour accompagner les personnes en recherches d’emplois et calculer leurs allocations au plus juste. »

Ce contrôle et ces sanctions renforcés doivent être mises en place via de nouveaux formulaires et logiciels que les conseillers ne maîtrisent pas encore. Et pour cause : ils n’ont pas eu le temps de complètement se familiariser avec les « nouveaux » logiciels précédents…

 « Cela fait partie des méthodes modernes de management du personnel, tempête Daniel. Il ne faut jamais être sûr de soi, jamais être en confort. Chez nous, on est fermés au public un jour par mois pour digérer les nouveautés informatiques, sans réussir à le faire du reste. Même les plus zélés, qui acceptent de faire des heures et des heures en plus pour pouvoir se mettre à jour n’y arrivent pas, c’est impossible. »

Une recherche d’emploi jugée insuffisante, une « non présentation à une action de formation » ou refuser deux offres d’emploi considérées comme « raisonnables » indépendamment du niveau de salaire et des conditions de travail sont soumises à la même progression exponentielle des sanctions que les absences aux rendez-vous, avec une suppression des indemnités à la première erreur. « C’est la double peine automatique, dénonce Daniel. La personne est suspendue pendant un mois. Et quand elle se réinscrit, on lui impute un mois. Elle se retrouve avec deux mois sans revenus. » « Ceux qui ont des facilités, qui se débrouillent avec l’outil informatique, il n’y aura pas trop de soucis pour eux, intervient une collègue. Mais les personnes qui sont loin de l’emploi, qui ne sont pas autonomes vis à vis du système informatique, ça va être plus compliqué pour elles. Elles vont se retrouvées de plus en plus précarisées. »

Lire l'article

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2019 6 19 /01 /janvier /2019 10:01

Fin 2019, Leboncoin, Blablacar ou Airbnb seront obligés de transmettre un récapitulatif annuel des sommes perçues via leur système de paiement. Toutes les transactions réalisées depuis le 31 décembre 2018 seront ainsi compilées puis délivrées au fisc avec l’IBAN ou BIC du vendeur.

Si l’idée générale est d’éviter que tout contribuable oublie de déclarer ce qu’il gagne, c’est surtout une mesure pour que les gros utilisateurs n’échappent pas à l’impôt. Les chineurs du dimanche ne sont pas ciblés. Ni ceux qui co-consomment sans but lucratif ou qui utilisent ces plates-formes pour partager des frais, comme les adeptes du covoiturage.

Et pour cause. La loi prévoit d’imposer seulement les internautes qui perçoivent plus de 3 000 euros sur une année et dont le nombre de produits vendus excède 20 par an. Concrètement, si vous réalisez une vente à plus de 3000 euros mais qu’au total vous avez vendu moins de 20 articles pendant l’année, le site ne communiquera pas vos données de transactions et vous ne serez pas soumis à cet impôt. Dans la même logique, si vous gagnez moins de 3 000 euros en un an mais vendez plus de 20 produits, vous y échapperez également.
Résultat : pour les utilisateurs concernés, le fisc pré-remplira leur déclaration de revenus avec les informations transmises sur l’année écoulée. Le calcul tiendra ainsi compte des revenus générés en ligne, même entre particuliers.

Pour toute location d’un bien via une interface comme Airbnb, il n’y a pas de dérogation : toutes les transactions seront envoyées directement au fisc puisque soumises au régime des micro-entreprises du Code général des impôts. La législation en vigueur prévoit un abattement fiscal de 50% pour les « loyers » perçus à partir de 760 euros par an. Pas de nouveauté ici, exceptée la méthode.

Rappelons que malgré le prélèvement à la source, chaque contribuable devra remplir un avis d’imposition en 2019 et pourra alors contrôler les informations pré-remplies par la Direction des finances publiques. Quitte à corriger ensuite le montant signifié.

Source

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2019 6 19 /01 /janvier /2019 09:51

Ils seraient ainsi plusieurs milliers dispersés dans divers points de Paris, notamment Porte de la Villette où une centaine de tentes sont occupées par des soudanais, des érythréens et des somaliens. Un campement totalement insalubre, bordé d’immondices.

Les associations pro-migrants réclament bien évidemment  une prise en charge rapide de ces clandestins qui seront alors immédiatement remplacés par d’autres, aucune solution politique n’étant apportée aux phénomènes migratoires.

L’Ile-de-France a en effet  connu une augmentation de 45 % du nombre de demandeurs d’asile en 2018 qui a naturellement saturé les centres d’hébergement.

Selon les associations, ce sont plus de 2000 migrants qui seraient actuellement à la rue dans Paris,  contre environ 1700 une semaine auparavant.  Une  croissance exponentielle qui pourrait amener le chiffre total à près de 4000 à la fin de l’hiver.

Source

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2019 6 12 /01 /janvier /2019 10:26

Les lieux du Pouvoir à Paris :

 

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2019 6 12 /01 /janvier /2019 10:06

L'appel est lancé sur les réseaux sociaux. L'alternative proposée consiste à retirer de l'argent liquide. Or le retrait massif des économies pourrait entraîner la faillite des banques.

Ruée bancaire, panique bancaire ou course aux guichets, le "bank run" est la nouvelle arme proposée par les "gilets jaunes" qui appellent à retirer leur épargne des banques. Lancé sur son compte Facebook par l'un des leaders du mouvement, Maxime Nicolle, alias "Fly rider", cette initiative a été baptisée le “référendum des percepteurs”. "On va retourner aux urnes mais en passant par le distributeur” a déclaré le désormais médiatique Maxime Nicolle.

L’opération est simple, le maximum de personnes doit retirer le maximum de son épargne simultanément. C'est une manière d'obliger le gouvernement à accepter les revendications des "gilets jaunes". L’opération est prévue ce samedi 12 janvier, à 8 h. Si elle échoue, les "gilets jaunes" propose une autre tentative le mois prochain.
Risque-t-on une faillite des banques ?

Le risque peu probable peut être important. En effet, aucune agence bancaire ne possède les liquidités suffisantes pour fournir toute l'épargne de ses clients. Et si l'opération s'avérait efficace, les banques pourraient faire faillite.

Les spécialistes ne sont pour le moment pas trop inquiets. Il serait improbable pour eux qu'il y ait des retraits suffisants pour entraîner une catastrophe. Mais ce procédé n'est pas à prendre à la légère si les gens se ruent sur les distributeurs par peur d'un manque, cela pourra avoir des conséquences.

 

NDLR : concerne évidemment ceux qui ont encore de l'épargne !

Source

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2019 6 12 /01 /janvier /2019 10:02

 Les « Gilets jaunes », et plus généralement tous les contribuables, seront intéressés d’apprendre que, selon les chiffres officiels du gouvernement, en 2018, la France aura versé 10,45 milliards (mds) d’euros pour l’APD (Aide publique au développement), soit 2 mds de plus qu’en 2015, 75% de cette somme allant à l’Afrique. Si à ces cadeaux faits grâce aux impôts des Français, nous ajoutons les 2 mds liés à l’asile et à l’intégration, le milliard de l’aide aux mineurs isolés et divers autres postes associés à la gestion de l’immigration africaine, comme l’aide médicale, ce sont au minimum 15 mds  (sans compter les dons faits par les régions), qui auront servi à contenter le Zambèze tout en rationnant la Corrèze...
A titre de comparaison pédagogique, le budget du ministère du Travail et de l’emploi est de 13,1 mds, celui du ministère des Solidarités et de la Santé de 9 mds, celui de la Sécurité de 13,64 mds et celui de la Justice de 7,29 mds...

Source

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2019 6 12 /01 /janvier /2019 09:54

Au début des années 90 éclate un scandale politico-médical : l’affaire du sang contaminé. Entre 1983 et 1985, date à laquelle on découvre le virus du sida, du sang contaminé a été volontairement distribué à des patients alors que les risques étaient déjà connus. En trame de fond : des raisons financières, du lobbying entre laboratoires et une classe politique plus soucieuse de gérer son calendrier, ses amis et ses finances que de s’intéresser à la santé publique. Bilan : 2 000 personnes contaminées, 300 morts. Retour sur un scandale dont les répercussions se font toujours ressentir aujourd’hui, sans que les familles des victimes n’aient pu obtenir une juste réparation.

Source

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2019 6 12 /01 /janvier /2019 09:52

C’était écrit noir sur blanc dans son programme économique : pour lutter contre les délocalisations, il fallait « baisser le coût du travail » et « baisser les charges pour les entreprises ». La main sur le cœur, Emmanuel Macron souhaitait « une Europe qui développe nos emplois et nos entreprises » : sur ce sujet comme sur tant d’autres, c’est (encore) raté ! Bic prend ses cliques et ses claques pour se délocaliser en Tunisie.

Les décennies passent, les gouvernements se succèdent, les mêmes promesses sont réitérées, rien ne change : les délocalisations se poursuivent, et celle de Bic se trouvait dans les tuyaux des actionnaires depuis longtemps.

En 2012, il achetait un terrain de trois hectares à Bizerte (nord de la Tunisie), rapportait, la même année, La Tribune. Coût de cet « investissement sur le moyen terme » ? Douze millions d’euros. En 2015, il rendait la chose publique en annonçant seulement « envisager le transfert d’une partie de son activité à Bizerte ». En janvier 2019, les 39 salariés de Bic Sport, située à Vannes, ne digèrent pas que leur usine prenne le large au motif que le groupe n’a trouvé aucun terrain sur place pour déménager 80 % de sa production ! À croire, en plus, qu’il s’avérait impossible, en France, de créer une « usine verte » : elle a bon dos, l’écologie…

L’entreprise connaît-elle la crise – et quand bien même – qu’elle se verrait contrainte d’employer des Tunisiens payés 338 dinars par mois, soit environ 112 euros pour 48 heures de travail par semaine (SMIC et horaires tunisiens, chiffres de 2015) ? Pas vraiment. Avec deux milliards de chiffre d’affaires en 2017 pour un bénéfice net de 288 millions d’euros, elle a pu distribuer 161 millions d’euros à ses actionnaires. Alors, on comprend la colère des salariés en grève illimitée, bientôt licenciés : sur un total de 39, seuls 6 pourraient être « reclassés » à Marne-la-Vallée, selon Le Parisien. Quelle chance pour eux, comparés aux premiers, de devoir déménager…

Source

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2019 6 12 /01 /janvier /2019 09:49

Les particuliers qui ont acheté des caméras de surveillance Amazon Ring se sentent peut-être en sécurité. A n’importe quel moment ils peuvent voir ce que se trame chez eux ou devant leur porte d’entrée. Mais ce qu’ils ne savaient pas, c’est qu'ils n'étaient pas les seuls.
Comme vient de le révéler The Intercept, les salariés d’une filiale ukrainienne de Ring avaient accès, à partir de 2016, à la totalité des vidéos enregistrées par toutes les caméras déployées dans le monde. Il suffisait pour cela qu’ils se connectent à un espace de stockage Amazon S3 et qu’ils cliquent sur les fichiers en question.

Mais la générosité au niveau de l’accès ne s’arrêtait pas là. A n’importe quel moment, certains ingénieurs et directeurs américains pouvaient également accéder en direct aux flux de n’importe quel utilisateur, sans qu'aucune raison valable ait été donnée. Cela rappelle évidemment le « God mode » de la plate-forme Uber qui permettait de suivre n’importe quel client en temps réel.
Ce qui est gênant, selon The Intercept, c’est que le fournisseur n’a jamais informé les utilisateurs de cette pratique. Pire : certaines vidéos utilisées provenaient de l’intérieur des logements et pouvaient montrer des moments intimes des utilisateurs. Une violation de la vie privée visiblement voulue et intégrée dans le processus d'apprentissage des algorithmes. Ainsi, parmi les tags qui étaient à disposition des salariés ukrainiens, il n’y avait pas seulement « vol » et « coup de feu », mais aussi « personnes qui s’embrassent ».

Depuis le rachat de Ring par Amazon en mars 2018, les choses ont peut-être changé. Interrogé par VentureBeat, le fournisseur n’a pas nié les informations de The Intercept, mais souligne qu’aucun salarié n’a accès aux flux en temps réel des produits Ring, en tous les cas actuellement.
Quant à l’analyse des enregistrements, elle se limiterait aux vidéos partagées entre plusieurs utilisateurs, au travers de la fonction Neighbors, ainsi qu’aux vidéos d’une « petite fraction » d’utilisateurs qui ont donné leur consentement explicite.

NDLR : le mieux serait encore de les jeter !

Source

Partager cet article
Repost0