Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 décembre 2017 6 30 /12 /décembre /2017 09:47

Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat à l’égalité « des femmes et des hommes » a reçu le 8 décembre dernier le prix spécial laïcité du Grand Orient de France.

Au magazine La Vie, elle avait déclaré se faire sa propre religion. En l’occurrence, ses références sont toujours maçonniques, comme le lui a inculqué son père, Jean-Marc Schiappa, président de l’Institut de recherches et d’études de la Libre Pensée.

En 2015, en tant qu’adjointe au maire socialiste du Mans, elle accueillait la Ligue des droits de l’homme en ces termes : « Elles ne sont pas si nombreuses, par les temps qui courent, les organisations qui affirment leur combat contre le cléricalisme, les cléricalismes, la doctrine sociale de l’Eglise ! » et terminait son discours par l’expression maçonnique « salut et fraternité ! ».

Sa dernière initiative : subordonner les subventions associatives au respect d’une charte de la laïcité.

Mais une révélation a de quoi susciter l’étonnement.

Sylvie Tolmont, ancien député socialiste, a dévoilé sur Twitter que Mme Schiappa, chantre du laïcisme, de l’école laïque et républicaine ainsi que du libertinage sexuel, met ses enfants dans une école privée catholique du Mans !

 
Partager cet article
Repost0
30 décembre 2017 6 30 /12 /décembre /2017 09:37

Cinq médecins ont été mis en examen pour avoir délivré de faux certificats médicaux à des étrangers leur permettant de rester en France légalement et escroqué l'Assurance maladie à hauteur de près de 3,9 millions d'euros, a-t-on appris mardi de sources concordantes. Deux présidents d'associations à vocation humanitaire et deux de leurs rabatteurs ont également été mis en examen notamment pour "aide au séjour irrégulier en bande organisée, escroquerie et abus de confiance". Les neuf suspects, arrêtés en Ile-de-France entre le 10 octobre et le 28 novembre, ont été placés sous contrôle judiciaire, a précisé une source judiciaire.

Les enquêteurs de la sous-direction de la lutte contre l'immigration irrégulière, rattachés à la préfecture de police de Paris, avaient débuté leurs investigations à la suite d'une dénonciation de l'Agence Régionale de Santé (ARS) à l'encontre de plusieurs médecins. L'enquête "démontrait que ce réseau sévissait depuis au moins 2012 avec la complicité de présidents d'associations et de rabatteurs, permettant à des étrangers d'Afrique de l'Ouest et du Maghreb en situation irrégulière de rester en France en faisant valoir un statut de personnes malades", explique une source policière.

Contactés par de nombreux étrangers déboutés de leurs demandes de titres, les deux présidents d'associations montaient des dossiers de régularisation, en faisant état de pathologies mentales. Pour chaque demande, ils touchaient 5.000 euros qu'ils partageaient parfois avec certains rabatteurs. Les médecins, dont trois psychiatres, délivraient moyennant quelque centaines d'euros des certificats médicaux faisant état de fausses pathologies mentales et en profitaient pour escroquer massivement les caisses d'assurance maladie en déclarant notamment des consultations fictives.

L'un des médecins avait déclaré jusqu'à 27.000 consultations par an, soit 74 par jour, avec un pic à 800 consultations en un jour. Un autre praticien du réseau, surfacturait 867 fois de plus que la moyenne les actes médicaux à l'Assurance maladie. Plus de 489.000 euros, quatre appartements d'une valeur de 1,285 million d'euros, des articles de luxe et deux voitures ont été saisis par les enquêteurs, assistés des effectifs de la PIAC (Plate-forme d'identification des avoirs criminels).

 

Source

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2017 6 30 /12 /décembre /2017 09:33

Alors que les élections au Honduras ont été entachées de fraude aussi bien selon les observateurs de l’Union européenne (UE) que selon ceux de l’Organisation des États américains (OEA), le gouvernement des États-Unis a désigné le vainqueur : le président sortant Juan Orlando Hernández.

En 2009, Juan Orlando Hernández avait soutenu le coup d’État contre le président constitutionnel José Manuel Zelaya Rosales. Il était alors devenu président du Congrès national (Parlement), puis en 2013 président de la République.

Le coup d’État avait été organisé par l’administration Obama avec la participation d’Israël.

Selon les résultats officiels que tous les observateurs s’accordaient à considérer comme falsifiés, le leader de l’opposition Salvador Nasralla (un fils de Palestinien soutenu par Zelaya) n’aurait obtenu que 41,42% des voix, contre 42,95% pour le président sortant, Juan Orlando Hernández.

La plupart des organisations intergouvernementales, dont l’UE et l’OEA, appelaient à un nouveau scrutin.

Cependant, le président Hernández a donné instruction à son ambassadeur de s’opposer à la résolution de l’Assemblée générale de l’Onu sur le statut de Jérusalem ; résolution dirigée contre les États-Unis et Israël. Sans attendre, la Maison-Blanche a immédiatement pris position en faveur de Hernández à l’issue du vote à New York.

Préférant éviter un nouvel affrontement dans son pays, Salvador Nasralla a annoncé renoncer à la présidence.

 

Source

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2017 6 16 /12 /décembre /2017 11:24

Claude Confortès me fit découvrir un Paris insolite pour moi.

Je me souviens en particulier d’une soirée au Club Saint Germain, au cours de laquelle Claude présentait son livre « l’Innocentement ». Il y avait là l’équipe de Charlie Hebdo, des acteurs, des actrices et l’ineffable Roland Topor.

J’avais demandé à Topor s’il accepterait de venir à la Centrale de Saint Maur, plusieurs détenus connaissaient ses dessins, et même ses chansons.

Topor m’avait répondu par ce grand rire indescriptible, à la limite du satanique :

- Moi, quand j’irai en prison, ce sera comme ça, tu vois…(et il tendait les mains dans l’attitude du type menotté)… aller visiter des prisonniers c’est se donner bonne conscience ! tout le reste, c’est de la merde !

C’était clair et définitif. Aujourd’hui, je pense qu’il n’a pas vraiment tort.

 

Confortès avait trouvé mon journal « Le Provisoire » par hasard à la Maison de la Presse d’Issoudun, et, aussitôt, il avait manifesté le désir d’y écrire. Il y eut ainsi une période où je fus amené à fréquenter des artistes que je n’aurais jamais eu l’occasion de côtoyer. Et aussi des lieux, à Paris.

Je connaissais déjà Cabu et Cavanna, surtout par l’Union Pacifiste, dont la secrétaire était la berrichonne Thérèse Collet. Cette petite femme avait beaucoup impressionné Cavanna. Mais pas seulement lui. Elle avait été le chauffeur de Louis Lecoin, ce qui n’était pas rien. Dans l’Indre, elle était très populaire dans le milieu des instituteurs, qui la surnommaient affectueusement « Biquette ». Elle s’activait incroyablement à toutes les occasions. Elle vivait avec Raymond Rageau, qui participera au Provisoire sous le pseudo de « Rablais Poitevin » et je participai moi-même dès 1977 au journal du mouvement pacifiste. Je continuerai jusqu’au bout !

 

Aux assemblées générales annuelles on pouvait rencontrer Cabu, Cavanna, Jacques Grello, Marcel Amont, mais aussi le professeur Théodore Monod, membre de l’Institut, ou Bernard Clavel, et Mouna, grand agitateur de rue du quartier latin, qui continuait une tradition d’humoriste un peu farfelu mais qui, au fond, ne l’était pas. Mouna était un vrai militant pacifiste, écologiste, tendance drôle.

Raymond Rageau était devenu un ami, très rapidement. Il était Inspecteur des Impôts, à moitié à Paris et à moitié en Province. Il vérifiait seulement les comptes des entreprises et il m’apprit un jour, alors que j’avais été moi-même l’objet d’un redressement, que j’avais été forcément dénoncé.

- « Les particuliers sont tous des citoyens ordinaires dénoncés. Il n’y a pratiquement pas d’exception. Tous ceux qui te diront le contraire sont des menteurs… allez tiens ! on va dire bonjour à Alain Vian… le frère de Boris… »

Raymond prenait le repas de midi à Saint Germain des Prés dans une pizzeria où mangeait un homme seul, une sorte d’aristocrate de la solitude, qui avait sa table, toujours la même. Il avait été un animateur de la grande époque de Saint Germain, et il vendait des limonaires rue Grégoire de Tours, pas très loin de l’ancien « Tabou », haut lieu des festivités germanopratines animées par son frère Boris.

Vers 1980, le souvenir des années 45-50 était encore présent, et Boris Vian, comme d’ailleurs Mouloudji, Brassens et Léo Ferré, ou Juliette Gréco, Catherine Sauvage et tant d’autres, avaient chanté à la Mutualité pour soutenir l’action de Lecoin. Il avait eu la participation de Jean Rostand et de Michel Simon, d’Yves Montand et de Simone Signoret.

L’Union pacifiste avait une grande influence, parce qu’elle acceptait évidemment des sensibilités diverses : Robert Jospin, le père de Lionel, mais aussi l’abbé Pierre, le Pasteur Roser et des anarchistes de grand talent comme Maurice Laisant.

Maurice Laisant était le fils d’un élu radical, et il avait passé sa vie à vendre du matériel de coiffure : des peignes, des rasoirs, comme dans la chanson de Boris Vian. Poursuivi en diffamation pour son soutien aux objecteurs de conscience, il avait été défendu au Tribunal par Albert Camus. Le même Albert Camus avait participé, avec Lecoin, à l’élaboration d’un statut des objecteurs de conscience.

Le fait d’avoir rencontré ou simplement croisé la plupart de ces personnalités connues et contestataires n’avait pas de conséquences pratiques pour moi, elles ne me donnaient pas d’avantages matériels, mais elles me confortaient dans l’idée que j’étais sur la bonne voie. Et je voyais bien que les milliers de lecteurs du Provisoire étaient aussi sur la même voie…

 

Rolland HENAULT

 

Extrait de : « Le Provisoire, quand les Berrichons étaient évolués » paru aux Editions La Bouinotte (2007)

 
Partager cet article
Repost0
16 décembre 2017 6 16 /12 /décembre /2017 11:05

Avis à la population du Lot : Matignon s’installe à Cahors durant trois jours. Une occasion à ne rater sous aucun prétexte car, pour la première fois, et sans doute la dernière, le Premier ministre passera deux nuits – nous avons bien dit deux nuits – hors de sa tanière parisienne où il hiberne hiver comme été, par tous les temps et quoi que fasse la police pour tenter de le faire sortir.

Les habitants sont médusés. Une telle attraction ne se loupe sous aucun prétexte. Où est le chapiteau ? Y a-t-il des fauves ? Les questions fusent… La curiosité est à son comble.

Pour les besoins de ce déménagement sans précédent, Édouard Philippe (puisque c’est de cet artiste qu’il s’agit) sera accompagné d’une dizaine de membres du gouvernement et de la quasi-totalité de son cabinet. La direction ne recule devant aucun sacrifice. Arrivé sur place, notre saltimbanque présidera la deuxième Conférence nationale des territoires, jeudi, avant de rentrer ventre à terre, effaré par tant de terroir et de sauvagerie.

Au programme de ce séjour touristique, deux dîners républicains… Les autres repas ne le seront pas. Trop cher. Les costumes, les guirlandes… L’État ne peut se permettre tant d’apparat. Surtout en province. S’ensuivra une tournée dans le département : Gourdon, Figeac, Rocamadour, Biars-sur-Cère… Rendez-vous en terre inconnue. Photos avec quelques indigènes, rencontre avec une poule républicaine élevée en plein air, des moutons républicains, des canards aussi… Puis palier de décompression à Cahors avant le vrai retour à la vie normale.

Dans la foulée, le Premier ministre en goguette évitera de répondre à ceux qui lui reprocheront la coupe de 300 millions d’euros pratiquée dans les crédits d’État destinés aux collectivités territoriales. La tournée prévue à toute allure dans les diverses communes citées plus haut devrait permettre de fuir les auteurs de ces questions pas républicaines pour un rond…

 

Source

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2017 6 16 /12 /décembre /2017 10:54
Plusieurs anciens collaborateurs de Facebook, comme son ex-président Sean Parker, ont fait part de leur inquiétude concernant l’influence grandissante du réseau social.
« Je peux contrôler ce que font mes enfants, et ils ne sont pas autorisés à utiliser cette merde ! » 

 

C’est un discours sévère qu’a tenu, en novembre, un ancien cadre de Facebook à l’encontre des réseaux sociaux en général, et de l’entreprise de Mark Zuckerberg en particulier.

Chamath Palihapitiya, qui fut chez Facebook vice-président chargé de la croissance de l’audience, exprime ses regrets d’avoir participé au succès de l’entreprise. « Je crois que nous avons créé des outils qui déchirent le tissu social », avance-t-il, confiant se sentir « immensément coupable ».

M. Palihapitiya avait rejoint Facebook en 2007, trois ans après la création du réseau social ; il l’a quitté en 2011 pour créer le fonds Social Capital.

Lors de la conférence, il ne s’en est pas seulement pris à Facebook, mais plus largement aux réseaux sociaux et à la place qu’ils occupent dans la vie des internautes. Il évoque les « cœurs, “j’aime” et pouces en l’air » réducteurs, aux « boucles de réactions basées sur la dopamine », qui « détruisent le fonctionnement de la société ».

L’ancien salarié ne s’arrête pas là, estimant qu’« il n’y a pas de discours citoyen, pas d’entraide ; il y a de la désinformation ». Et il interpelle l’auditoire : « Vous ne le comprenez pas, mais vous êtes programmés… Et maintenant c’est à vous de décider ce que vous voulez abandonner, à quel point vous êtes prêts à renoncer à votre indépendance intellectuelle. »

 

M. Palihapitiya n’est pas le seul ancien collaborateur de Facebook à critiquer publiquement le réseau social. Sean Parker, qui n’est rien de moins que l’ancien président de l’entreprise, avait tenu des propos similaires au début de novembre.

Il décrivait alors le réseau social comme « une boucle infinie de validation sociale… Exactement le genre de chose qu’un hackeur comme moi inventerait, parce que vous exploitez une vulnérabilité de la psychologie humaine ». Il citait, lui aussi, la « dopamine » provoquée par les interactions sur Facebook.

« Dieu sait ce que ça fait au cerveau de nos enfants », confiait-il. Et d’ajouter : « Les inventeurs, les créateurs – comme moi - , Mark Zuckerberg, Kevin Systrom d’Instagram et tous ces gens – avions bien compris cela, c’était conscient. Et on l’a fait quand même. »

 

En novembre également, le New York Times publiait la charge d’une ancienne cadre de Facebook, Sandy Parakilas, qui avait travaillé en 2011-2012 sur les questions de vie privée. « Ce que j’ai vu de l’intérieur était une entreprise qui privilégiait la collecte de données de ses utilisateurs plutôt que de les protéger des abus », dénonçait-elle, estimant que « les politiques ne devraient pas permettre à Facebook de se réguler lui-même. Parce qu’il ne le fera pas. »

 

Source

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2017 6 16 /12 /décembre /2017 10:47

Le milliardaire britannique Joe Lewis a acquis d’immenses territoires dans le Sud argentin et même au Chili voisin. Ses propriétés couvrent plusieurs fois la taille de l’État d’Israël. Elles sont situées en Terre de feu, à l’extrême Sud du continent. Elles entourent notamment le Lago Escondido empêchant désormais son accès, malgré une décision de justice.

Un aéroport privé, ayant une piste d’atterrissage de 2 kilomètres, est aménagé par le milliardaire pour recevoir des avions de transport civils et militaire.

Depuis la guerre des Malouines, l’armée israélienne organise des « camps de vacances » (sic) pour ses soldats en Patagonie. Chaque année, ce sont désormais 8 à 10 000 d’entre eux qui viennent passer deux semaines sur les terres de Joe Lewis.

Si dans les années 70, l’armée argentine avait fait observer la construction de 25 000 logements vides donnant naissance au mythe du plan Andinia*, des centaines de milliers auraient été construits aujourd’hui.

Il est impossible de vérifier l’état des travaux, ces terres étant privées et Google Earth neutralisant les photographies satellitaires de la zone, comme il le fait avec les installations militaires de l’Alliance atlantique.

Le Chili voisin a cédé une base sous-marine à Israël. Des tunnels y ont été creusés pour survivre à l’hiver polaire.

Les Indiens Mapuche qui peuplent la Patagonie tant argentine que chilienne ont eu la surprise d’apprendre la réactivation à Londres de la Resistencia Ancestral Mapuche (Résistance ancestrale mapuche - RAM), une mystérieuse organisation revendiquant l’indépendance. D’abord accusée d’être une ancienne association récupérée par les services secrets argentins, la RAM est aujourd’hui considérée par la gauche comme un légitime mouvement sécessionniste, mais par les leaders Mapuche comme une initiative financée par George Soros.

 

Il est à ce jour impossible de déterminer si Israël s’est engagé dans un programme d’exploitation de l’Antarctique ou s’il construit une base de repli en cas de défaite en Palestine.

 

Lire l’article

 

* Projet d’implantation d’Israël en Patagonie révélé dans les années 1970.

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2017 6 16 /12 /décembre /2017 10:39

Le soir du 4 décembre, le gouvernement SYRIZA-ANEL a tenté d’approuver sournoisement l’abolition du droit de grève, comme un voleur. Son plan initial n’a pas pu être réalisé, ce qui a entraîné la révocation de l’amendement avant minuit le même jour, après les réactions du KKE et du mouvement syndical, qui ont immédiatement dénoncé les tactiques misérables du gouvernement et ont organisé une manifestation pour le lendemain. En tout cas, le gouvernement, qui fait le sale boulot du capital, n’a pas changé ses plans anti-ouvriers et prévoit d’apporter à nouveau l’amendement par un autre projet de loi.

Avec ce projet de loi, le gouvernement prévoit comme condition préalable pour l’appel à la grève que la décision ait le soutien de 50% + 1 des travailleurs dans l’assemblée et dans le vote. Et ceci, comme Dimitris Koutsoumpas, le Secrétaire Général du KKE, a dénoncé au Parlement, a lieu dans des conditions où l’arbitraire des employeurs, la terreur, les chantages fondés sur les licenciements, conduisent les travailleurs à se comporter de manière clandestine afin de s’informer les uns les autres, de discuter collectivement, d’organiser une assemblée ou une manifestation, comme si nous étions dans des conditions d’illégalité profonde.

Le Secrétaire Général du KKE a ajouté : « Vous êtes un gouvernement impitoyable qui n’a aucun remords à servir les intérêts du capital. Vos fonctionnaires sont arrivés au stade où ils disent que c’est une mesure pour renforcer la démocratie dans les syndicats ! Vous avez battu tous les records ! L’Union des Industriels Grecs va sûrement pleurer d’émotion. Même dans leurs rêves les plus fous, ils ne pouvaient imaginer qu’ils trouveraient un serviteur aussi capable ! C’est pourquoi vos « partenaires » dans l’UE vous applaudissent, comme je l’ai mentionné plus tôt».

D. Koutsoumpas a averti le gouvernement anti populaire : « Vous vous êtes totalement  trompés si vous pensez que cette monstruosité  sera appliquée dans la pratique. Les travailleurs l’annuleront par leur organisation et leur combat, comme ils annuleront tous les efforts pour entraver leur lutte, et le moment venu, ils quitteront tous les représentants politiques de ce système d’exploitation pourri ».

 

Source

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2017 6 16 /12 /décembre /2017 10:26
Sept minutes. C'est le temps qu'il aura fallu au système de surveillance de la ville de Guiyang, dans la province du Ghizhou, en Chine, pour mettre la main sur un individu recherché sur la base d'une simple photo. 

 

Tel est le résultat de l'expérience menée par le correspondant de la BBC en Chine, John Sudworth, qui souhaitait mettre à l'épreuve ce qu'il décrit comme "le réseau le plus étendu et sophistiqué de vidéosurveillance au monde". 

Avec la complicité des autorités locales, le journaliste s'est fait tirer le portrait dans un poste de police afin que son visage soit intégré à la base de données des habitants de la ville de Guiyang et enregistré comme individu suspect. Après quelques minutes de pérégrinations dans le centre-ville, il est rapidement identifié par l'une des nombreuses caméras intelligentes jalonnant les rues puis interpellé par plusieurs policiers. 

    

Plus de 170 millions de caméras en Chine

À l'instar des 3 millions de citoyens de Guiyang, les habitants des grandes villes du pays sont constamment sous l’œil des caméras de surveillance. La Chine a mis au point un système de surveillance redoutable fort de plus de 170 millions de caméras essaimées à travers le pays. 

400 millions de nouvelles caméras doivent venir compléter le réseau national d'ici trois ans. Certaines d'entre elles sont dotées d'un dispositif de reconnaissance faciale permettant d'identifier les passants avec une marge d'erreur infime. 

Désireuses de renforcer la sécurité sur le territoire, les autorités chinoises utilisent la reconnaissance faciale pour prévoir et prévenir les crimes. Les mouvements et les comportements des citoyens sont analysés et recoupés aux autres données accumulées par le pouvoir pour avertir rapidement les autorités en cas de signaux jugés suspects. 

La technologie est aussi utilisée pour conformer les citoyens à la norme. À Shangaï et Shenzhen, les visages des piétons traversant au rouge sont projetés sur des écrans géants aux coins des carrefours jusqu'à ce qu'ils s'acquittent d'une amende.

 

Source

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2017 6 09 /12 /décembre /2017 11:26

Pour une personne qui n’a prétendument lu aucun livre de sa vie, Trump est parvenu à accomplir de nombreuses choses. Comment y parvient-il ? Que se passe-t-il dans son esprit ? 

« La guerre, c’est la paix » semble être au coeur de la stratégie de survie de Trump. La guerre représente la zone de confort de Trump.

Dès qu’il est entré en fonction, le président américain n’a pas manqué une occasion de menacer la paix globale. Il a provoqué l’Iran, il a enragé contre la Corée du Nord et maintenant il vise à contrarier les Palestiniens. La Corée du Nord, ostensiblement démunie, a agi de manière très efficace pour contrer l’agression américaine. Cela n’a pris que quelques mois aux ingénieurs de Kim Jong-un pour mettre à disposition des capacités balistiques susceptibles de réduire en cendres les villes américaines. La Corée du Nord est trop dangereuse pour Trump. En tant que super-puissance régionale, l’Iran ne représente également pas un ennemi idéal. Trump avait la nécessité de lancer une nouvelle bataille contre un ennemi nettement plus faible. Les Palestiniens remplissaient ce rôle à merveille.

La guerre en Palestine est synonyme de tranquillité d’esprit à Washington. Cela semble correspondre à la doctrine Trump. Mais les Palestiniens remplissent-ils ce rôle de manière idéale? Les commentateurs israéliens pensent que les dirigeants arabes et musulmans ne seront pas aux côtés de la Palestine. Le risque étant que les masses arabes et musulmanes réagissent de manière très différente. La situation pourrait bien devenir très volatile. Et la question cruciale que devraient se poser les Américains demain matin est la suivante : est-ce que « la guerre, c’est la paix » de Trump rend sa grandeur à l’Amérique? Ce n’est pas le cas. C’est simplement une tactique de survie de la part de Trump. Elle profite à Trump et à Trump seul.

Pour autant que je puisse en juger, Trump fait un excellent boulot pour anéantir ce qui reste de l’hégémonie mondiale américaine. En supposant que la planète puisse le supporter, laissons Trump encore un an en poste et le prestige et l’influence de l’Amérique seront réduits à néant. Certains pourront avancer que ce seul fait transforme Trump en une force positive au sein de la politique mondiale contemporaine.

 

Source

Partager cet article
Repost0