Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 mai 2018 6 26 /05 /mai /2018 09:42

Le gouvernement sud-africain a condamné aujourd’hui dans les termes les plus virulents la dernière agression violente perpétrée par les forces armées israéliennes le long de la frontière de Gaz et qui a provoqué la mort de 52 manifestant-e-s pacifiques contre l’inauguration de l’ambassade américaine à Jérusalem.

Un communiqué émis par le département des Relations Internationales et de la Coopération a dit : « Le résultat de cette dernière attaque a été une multitude de blessés palestiniens et la destruction gratuite de propriétés »

Il a ajouté : « Etant donné l’aveuglement et la gravité de la dernière attaque israélienne, le gouvernement sud-africain a pris la décision de rappeler l’ambassadeur Sisa Ngombane avec effet immédiat jusqu’à nouvel ordre.

Comme nous l’avons préalablement déclaré, l’Afrique du Sud réitère son avis selon lequel les Forces de Défense Israéliennes doivent se retirer de la Bande de Gaza et mettre fin aux incursions violentes et destructrices dans les territoires palestiniens. L’Afrique du Sud persiste à dire que la violence dans la Bande de Gaza restera un obstacle à la reconstruction des institutions et des infrastructures palestiniennes. »

Le gouvernement sud-africain a fait par ailleurs remarquer que les actions courantes des forces armées israéliennes représentent un obstacle à une résolution durable du conflit.

Le communiqué s’est conclu sur un appel de Pretoria « pour une enquête indépendante sur les meurtres, en vue de faire rendre compte à ceux qui en sont responsables ».

Traduction : J. Ch. pour l’Agence Média Palestine

Source : Middle East Monitor

Partager cet article
Repost0
26 mai 2018 6 26 /05 /mai /2018 09:39

Gérard Collomb vient de « sortir son  jocker » sur le 80 ! Lors d'une réunion publique à Rungis le 17 mai, il a refusé de se prononcer sur la mesure. 

La cohésion gouvernementale se fissure. C’est le moment de mettre un grand coup de pression sur Emmanuel Macron, pour qu’on en finisse une bonne fois pour toutes !

Signez, si ce n’est pas encore fait, la Lettre au Président « Non au 80 km/h » et faites signer  à un maximum de personnes autour de vous !

https://mobilisezvous.liguedesconducteurs.org/lettre-au-president-republique/

 

Partager cet article
Repost0
12 mai 2018 6 12 /05 /mai /2018 09:33

C’est une étude de l’INSEE qui s’est penchée sur le logement des seniors (60 ans et plus) dans le Grand Est. Pourquoi le Grand Est ? Parce que c’est, avec la Bretagne, la région où l’on est le plus en « sous-peuplement très accentué ». Retenez bien l’expression et surtout sa définition : il y a sous-peuplement lorsque le logement « comporte plus de pièces que nécessaire ». Sic. Sont donc montrés du doigt ces égoïstes qui « ont tendance à conserver leur logement après le départ des enfants du domicile familial ou le décès du conjoint ».

Salauds de vieux ! Salauds de propriétaires, surtout, dans ce Grand Est où « 45 % des seniors vivent dans un logement comportant au moins trois pièces de plus que nécessaire, contre 37 % en moyenne dans le territoire de la métropole ».

Dis-moi, l’INSEE : de quoi j’me mêle ?

C’est quoi, le « nécessaire », dans une maison où l’on a passé des années, élevé ses enfants, vécu avec un grand ou un petit amour, tricoté des souvenirs ? Fait sa vie, tout bonnement.

J’essaie de lutter contre la paranoïa mais tout cela ne sent pas bon. Ça pue même mon pire cauchemar. Après les statistiques viendra la loi de réquisition : allez, mamie, allez papy, dégage et laisse la place ! Tu as deux chambres ? Cèdes-en une. Tu en as trois ? Donnes-en deux. Partage ta cuisine et ton séjour…

Autrefois, les cauchemars, c’était la nuit. On avait la journée pour oublier. Demain, la journée sera un cauchemar. On dormira pour l’oublier…

 

Source

Partager cet article
Repost0
12 mai 2018 6 12 /05 /mai /2018 09:30

Ce sont nos voisins anglais qui ont lâché l’information voilà deux mois, assurant que la société organisatrice du Tour de France – Amaury Sport Organisation (ASO) – « réfléchissait » au maintien ou non de ses « hôtesses protocolaires » sur les podiums. On nous dit, aujourd’hui, que le patron d’ASO y serait opposé, d’autant que les demoiselles sont les ambassadrices des partenaires officiels de la grande boucle, portant casaques à leurs couleurs.

Les abolitionnistes de l’esclavage sexiste – il paraît que c’en est un – ont un argument de poids : le Tour de France doit s’aligner sur les autres courses. Ainsi, sur le Tour Down Under d’Australie, ce sont de jeunes coureurs qui remettent les trophées, tout comme aux compétitions de Formule 1, qui feront désormais appel à des enfants. Question : garçonnets ou fillettes ? Nos voisins espagnols ont, quant à eux, interdit la bise finale.

Avouez, quelle tristesse ! « Je trouve ça scandaleux de pouvoir imaginer supprimer les miss », tempêtait Julian Alaphilippe sur À. « Cela fait partie de l’histoire du Tour de France et même de toutes les courses. C’est bien pour elles, pour l’image du cyclisme et des femmes », dit-il.

Mais au fait, elles en pensent quoi, les miss ? Car elles sont volontaires, me semble-t-il. Je ne sache pas qu’on les envoie sur les podiums avec une baïonnette dans le dos ou des boulets aux pieds par-dessus les Louboutin ?

 

Source

Partager cet article
Repost0
12 mai 2018 6 12 /05 /mai /2018 09:24

Le climat est à la dénonciation d'un «retour du fascisme», notamment par des groupuscules d'extrême-gauche qui s'autoproclament «antifas». Que vous inspire cette crainte ? Le fascisme en tant que mouvement politique est-il mort ou peut-il renaître de ses cendres ?

Frédéric LE MOAL (historien) - Si je voulais répondre par une boutade, je dirais qu'il n'y a jamais eu autant d'antifascistes depuis que le fascisme a disparu. Plus sérieusement, je considère que le fascisme est mort en tant qu'idéologie de masse, et ce pour plusieurs raisons. La première vient bien sûr des horreurs de la Seconde Guerre mondiale et du cortège de tueries auxquels le nazisme et son comparse italien ont associé leur nom, ce qui provoque un rejet total. Ensuite le fascisme a constitué une réponse à plusieurs problématiques qui ont complètement disparu de nos jours: la crise de la modernité libérale de la fin du XIXe siècle, le problème de l'intégration des masses dans des systèmes politiques encore peu démocratiques, le cataclysme qu'a constitué la Grande Guerre (les fascistes, c'est la génération du front qui prend le pouvoir), la peur du bolchevisme et la crise de l'après-guerre. Tout cela a disparu dès 1945. Certes il existe encore des groupuscules se réclamant haut et fort du fascisme mais ce sont justement… des groupuscules! Nous faisons face à de nouvelles problématiques, à de nouvelles contestations qui n'ont rien à voir avec celles du fascisme. Il faudrait juste faire un effort sémantique.

 

Pourquoi selon vous la peur du retour du fascisme fait-elle tant recette (plus que le retour du nazisme ou du communisme)?

Personne aujourd'hui ne peut croire à une résurgence du nazisme et le communisme bénéficie d'une telle indulgence mémorielle qu'il n'effraye pas ou guère. Reste le fascisme et surtout l'antifascisme dont la gauche s'est emparée dès les années 1920. En outre, comment l'antifascisme pourrait-il vivre sans le fascisme? Ce combat est un puissant instrument d'instrumentalisation politique et un formidable levier de mobilisation, encore de nos jours. Enfin, une fois l'étiquette fort pratique et facile de fasciste accolée à l'adversaire politique, plus besoin de polémiquer avec lui. Il est enfin plus facile d'insulter de fasciste un adversaire que de réfléchir à son idéologie.

 

Lire l'intégralité

Partager cet article
Repost0
12 mai 2018 6 12 /05 /mai /2018 09:12

« Les Oscars expulsent un membre qui a purgé sa peine, c’est une mesure laide et cruelle qui sert les apparences. […] Ça ne change en rien la culture sexiste d’Hollywood aujourd’hui. Cela montre simplement qu’ils dévoreraient les leurs pour survivre » (Samantha Geimer). En d’autres termes, the show must go on…

En effet, pour trois sacrifiés, deux vieillards en fin de carrière – Cosby et Polanski –, un producteur – Harvey Weinstein –, aux pratiques si voyantes qu’elles ne pouvaient qu’être vues un jour ou l’autre, c’est l’ensemble du système qui se purge afin de pouvoir continuer à aller de l’avant. La preuve en est qu’un film consacré aux frasques sexuelles du patron du défunt studio Miramax est déjà à l’étude ; avec Brad Pitt à la production, rien que ça !

D’ailleurs, tout cela ne date pas d’hier. En 1921, l’acteur préféré des enfants, Roscoe « Fatty » Arbuckle, est arrêté pour une tournante ayant mal tourné et entraîné la mort de la jeune actrice Virginia Rappe, seulement âgée de vingt-six ans. Il sera ensuite blanchi par la Justice, mais qu’importe, Randolph Hearst, alors tout-puissant magnat de la presse, aura entre-temps eu sa peau. « Fatty » est bel et bien fini, au contraire des soirées fines qui n’en finiront plus de s’enchaîner dans les piscines au style néo-antique du Hearst Castle, légendaire et sulfureuse propriété du milliardaire en question, et auxquelles se presse le Tout-Hollywood. Il faut bien que quelqu’un paye.

Depuis, l’industrie du spectacle jette de temps à autre l’une de ses propres ouailles égarées au public. Rock Hudson, homosexuel tenu à la clandestinité avant de mourir du SIDA. Hugh Grant, le chéri de ces dames, poissé en compagnie d’une prostituée de bas étage sur… Hollywood Boulevard. Paul Reubens, autre idole des enfants, surpris en train de se masturber dans un cinéma porno. Mel Gibson, donné pour antisémite et alcoolique. Vanessa Redgrave, mise sur liste noire pour soutien trop appuyé à la cause palestinienne. Généralement, tout se finit par des confessions aussi larmoyantes que publiques, tant ce monde à la fois débauché et puritain en pince pour les rédemptions fracassantes.

 

Source

Partager cet article
Repost0
12 mai 2018 6 12 /05 /mai /2018 09:08

Selon plusieurs responsables de l’Armée de l’islam (groupe jihadiste jadis implanté dans la Ghouta orientale), le chef de leur organisation, Mohammed Alloush, s’est enfui après avoir volé 47 millions de dollars à son organisation.

Mohammed Alloush est le cousin de Zahran Alloush, fondateur du groupe jihadiste, mort en décembre 2015. La famille Alloush est dirigée par le grand-père, un prêcheur wahhabite réfugié en Arabie saoudite. Elle dispose de biens importants au Royaume-Uni. Soutenu par les Britanniques et les Français, Mohammed était devenu le leader de la délégation de l’opposition aux négociations de Genève. En Syrie, il s’était fait connaître par sa campagne d’assassinat des homosexuels.

Mohammed Alloush aurait réinvesti les sommes volées dans des commerces en Turquie et en Arabie saoudite.

 

Source

Partager cet article
Repost0
12 mai 2018 6 12 /05 /mai /2018 09:03

La décision du président Donald Trump de retirer les États-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien et de rétablir les sanctions concerne les entreprises américaines mais aussi celles en Europe qui avaient recommencé à commercer avec Téhéran.

Outre les avionneurs américain Boeing et européen Airbus, le conglomérat industriel General Electric, les constructeurs automobiles allemand Volkswagen et franco-japonais Renault-Nissan pourraient être touchés alors que les responsables américains ont insisté pour que les entreprises européennes se conforment aussi au rétablissement des sanctions.

Ainsi, Renault, qui a vendu plus de 160.000 voitures en Iran l'an dernier, pourrait être touché en raison de la présence aux États-Unis de Nissan.

Son compatriote PSA est déjà particulièrement bien implanté en Iran où il a une part de marché de 30%. Absent des États-Unis depuis 1991, PSA a indiqué en janvier songer à lancer un service d’auto-partage dans une ou deux villes américaines auquel il pourrait devoir renoncer.

La major pétrolière française Total, associée au groupe chinois CNPC, a elle signé un accord portant sur un investissement de 5 milliards de dollars pour exploiter le gisement South Pars mais avait prévenu que le maintien de cet accord dépendait de la position de Washington sur le nucléaire iranien.

De leur côté, les entreprises allemandes devraient cesser leurs activités en Iran "immédiatement", a demandé mardi l'ambassadeur américain en Allemagne.

Le conseiller à la sécurité nationale John Bolton a indiqué que le rétablissement des sanctions américaines est effectif "immédiatement" pour les nouveaux contrats et que les entreprises déjà engagées en Iran auront quelques mois pour en "sortir". Selon le Trésor américain, le délai va de 90 à 180 jours.

De son côté, Airbus a enregistré des commandes de compagnies aériennes iraniennes (Iran Air Tour, Zagros Airlines) pour 100 avions au total, dont des A320neo, valorisés à près de 10 milliards de dollars.

L'avionneur européen a des usines aux Etats-Unis, et un nombre important de pièces installées dans ses appareils sont fabriquées sur le sol américain, ce qui le soumet automatiquement aux sanctions américaines.

Dans l'ensemble, c'est un coup dur pour l'industrie aéronautique car l'Iran aura besoin de 400 à 500 avions de ligne dans la prochaine décennie, estime l'Organisation iranienne de l'aviation civile.

Pour General Electric, plusieurs de ses filiales installées hors des Etats-Unis ont reçu des contrats totalisant des dizaines de millions de dollars pour l'exploitation des gisements gaziers et le développement des produits pétrochimiques.

Le groupe automobile allemand Volkswagen a annoncé en 2017 qu'il allait recommencer à vendre des voitures en Iran, une première depuis 17 ans mais pourrait maintenant se voir obligé de choisir entre l'Iran et les États-Unis, deuxième marché automobile mondial où il est fortement implanté.

Les compagnies aériennes British Airways et Lufthansa, qui avaient repris des vols directs vers Téhéran, vont devoir mettre fin à ces lignes si elles veulent continuer à opérer librement des vols transatlantiques.

Il en va de même pour l'hôtelier français Accor, qui a ouvert un hôtel en Iran en 2015, de la chaîne espagnole Melia Hotels International et du groupe émirati Rotana Hotels, qui ont fait part de leurs projets de s'implanter en Iran.

 

Source

Partager cet article
Repost0
12 mai 2018 6 12 /05 /mai /2018 08:54

Secrétaire général de l’Elysée, conseiller de l’ombre d’Emmanuel Macron depuis plusieurs années, Alexis Kohler est soupçonné de conflit d’intérêts dans une longue enquête publiée par Mediapart vendredi. Le haut fonctionnaire possède en effet des liens familiaux avec l’armateur italo-suisse MSC, numéro deux mondial du transport maritime : Rafaela Aponte, cofondatrice de la compagnie avec son mari Gianluigi, est la cousine germaine de la mère d’Alexis Kohler. En juillet dernier, Kohler avait concédé un lien familial avec la compagnie, lâchant qu'«un lointain cousin est actionnaire de MSC», dans une interview à l’Express.

 

Kohler a souvent croisé la route de MSC dans les dossiers qu’il a eu à traiter. La première fois, c’est en 2010 : membre de l’agence des participations de l’Etat (APE), il est nommé représentant de l’Etat au conseil d’administration de STX France, les chantiers navals de Saint-Nazaire. «Le dossier MSC est sur la table de STX, écrit Mediapart. Il occupe même toutes les journées des responsables du chantier naval de Saint-Nazaire, qui n’a pratiquement alors que la commande de l’armateur italo-suisse pour se maintenir en activité.» Kohler a assuré à Mediapart avoir averti sa hiérarchie de ses liens familiaux avec MSC à l’époque. «Si tel est le cas, les règles de la haute administration sont bien élastiques», commente le site.

En 2012, Alexis Kohler, nommé directeur adjoint du cabinet de Pierre Moscovici au ministère de l’Economie et des Finances, «retrouve le dossier STX et le problème du financement des bateaux de croisière construits pour MSC». Mediapart s’interroge : «A-t-il seulement œuvré pour aider STX ou a-t-il veillé aussi aux intérêts de MSC ? Car dans l’affaire, toutes ces aides pour soutenir Saint-Nazaire reviennent dans les faits à faire payer par l’Etat les bateaux exploités par l’armateur.»

 

Source

 

Partager cet article
Repost0
5 mai 2018 6 05 /05 /mai /2018 10:24

Après mon licenciement, j’avais d’abord accepté ce stage de déplaceur de virgules dans les romans des professionnels. On m’avait dit :

- Vous savez, il y a énormément de débouchés, les vrais auteurs, ceux qui courent en Formule 1, sur Gallimard ou au Seuil (c’était une image évidemment !), ils n’écrivent plus jamais eux-mêmes ! Ca ne les intéresse d’ailleurs absolument pas !... ils ont des nègres et, parmi ces nègres, certains ne connaissent pas la ponctuation.

Le gars de l’A.N.P.E avait ajouté:

- Et puis, déplacer une virgule, c’est moins lourd que déplacer un 35 tonnes… ou des palettes de sacs de ciment.

J’avais trouvé l’argument pertinent. 

Après six mois de stage dans une maison d’édition, je savais repérer les virgules et les déplacer correctement. Malheureusement, nous étions 32 000 dans tout l’hexagone à avoir effectué le stage et il n’y a guère que 2 ou 3000 escrocs officiels qui font écrire des livres par des nègres. En général, tous les hommes politiques, leurs épouses, leurs maîtresses, les maîtresses de leurs enfants et quand on a compté les sportifs connus, les acteurs cabotins et deux ou trois héros de faits divers, on a vite fait le tour de la question.

A l’A.N.P.E, on m’a dit :

- C’est embêtant, nous notre rôle c’est de faire baisser les chiffres du chômage...

- C’était un stage payant, ai-je fait remarquer, ce n’est pas un travail...

- Un stagiaire payant, ou plus exactement un stagiaire payeur, c’est un travailleur qui travaille en payant, ça n’est pas un chômeur, nuance ! Voyez donc un Trésorier-Payeur ?...

C’était encore d’une logique imparable. J’acceptai donc un second stage payant de trois mois : Comment apprendre à trouver des stages payants.

 

C’était intéressant, je dois dire.

Un attaché du CNRS nous expliqua que la recherche d’emploi faisait désormais partie de l’emploi lui-même. Un stagiaire affecté dans une entreprise chargée de former des chercheurs d’emploi, confirma le fait en arguant de sa propre expérience. Il cherchait en effet depuis dix-sept ans et, de ce fait, il était particulièrement compétent dans son activité de chercheur.

- On envisage d’ailleurs de le titulariser comme chercheur d’emploi professionnel. Il formera d’autres stagiaires, chargés d’apprendre aux autres à chercher. 

La Recherche, en matière d’emploi, battait son plein, nous assura le premier chercheur, celui du CNRS, c’était une activité en pleine expansion, et l’on n’avait pas à redouter la crise. Bien entendu, tous ces chercheurs payaient pour avoir le droit de chercher, mais s’ils trouvaient un jour quelque chose, l’Etat ferait un effort et on ne les obligerait plus à payer très longtemps, une fois le travail bien assimilé. 

A la fin du stage, on nous demanda de nous inscrire pour postuler à d’autres stages, qui nous motivaient particulièrement.

Je choisis « Déplaceur de tables dans l’enseignement secondaire » et bien m’en prit car deux mois plus tard j’étais accepté dans un stage non rémunéré mais si peu payant (cotisation Sécu seulement, et assurance chômage, assortie d’un peu de CSG) que je me sentis privilégié, et même, disons-le, nanti, par rapport à ceux qui payaient vraiment.

 

J’avais rédigé une lettre de motivation qui retint l’attention du jury.

J’y disais entre autres que les tables m’avaient toujours inspiré, depuis l’enfance, où je me glissais sous les tables, pour apercevoir les dessous féminins. Les dessous de table, en espèces sonnantes et trébuchantes (l’expression fit impression, si je puis dire, le jury ne possédant pas un bagage intellectuel très important) ne me déplaisaient pas non plus, et j’étais prêt à  « tenir ma place à table », ce qui acheva de les convaincre.

Un collègue chercheur, jaloux comme ils sont tous, me dit que j’étais tombé, par chance, sur un jury d’humoristes, et que j’avais simplement eu de la veine.

Je ne lui en tins pas rigueur, j’étais trop heureux de mon coup !

 

ROLLAND HENAULT

("Récits de voyage en sauvagerie" - Editions de l'Impossible 2010)

 
Partager cet article
Repost0