Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 novembre 2017 6 11 /11 /novembre /2017 10:23

Le Yémen, soumis depuis lundi à un blocus par l’Arabie saoudite, fait face à « la plus grande famine » de ces dernières décennies, qui pourrait faire des « millions de victimes », a averti mercredi le secrétaire général adjoint aux Affaires humanitaires de l’ONU, Mark Lowcock.

Mercredi soir, le Conseil de sécurité de l’ONU a réclamé à la coalition arabe dirigée par l’Arabie saoudite au Yémen la fin du blocus. Lors d’une réunion à huis clos, les 15 membres du Conseil de sécurité ont exprimé « leur inquiétude » et ont souligné « l’importance de garder tous les ports et aéroports du Yémen en état de fonctionnement ».

Le blocus des ports, aéroports et accès routiers au Yémen est le résultat d’un conflit entre l’Arabie saoudite, soutenue par les Etats-Unis, et l’Iran, déclenché par un tir de missile ce week-end de rebelles houthis yéménites pro-iraniens intercepté près de Ryad.

Un enfant meurt toutes les 10 minutes du choléra

La Suède, à l’origine de la convocation de la réunion du Conseil de sécurité sur la situation humanitaire au Yémen, avait mis au préalable en garde contre les « immenses conséquences » pour le peuple yéménite si le blocus imposé par Ryad perdurait.

« Le niveau de souffrances est immense. La dévastation est presque totale. 21 millions de personnes ont un besoin d’aide humanitaire urgente », a déclaré à des journalistes le représentant suédois adjoint à l’ONU, Carl Skau. « C’est la pire situation humanitaire dans le monde, sept millions de gens au bord de la famine, un enfant meurt toutes les dix minutes de maladie, presque un million de malades du choléra », a-t-il égrené.

L’ambassadeur français à l’ONU, François Delattre, a appelé de son côté « toutes les parties au Yémen à permettre un accès humanitaire rapide, sûr et sans entraves dans l’ensemble du territoire du Yémen, à travers l’ensemble de ses ports et aéroports, à commencer par le port de Hodeida (ouest) et l’aéroport de Sanaa ».

 

Source

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2017 6 11 /11 /novembre /2017 10:19

Israël soumet de jeunes détenus palestiniens de Jérusalem à « un vaste déni de leurs droits », selon un nouveau rapport.

Le mauvais traitement des enfants détenus fait partie d’une plus large politique « qui vise à inciter les résidents palestiniens à quitter la ville », déclarent les associations israéliennes de défense des droits.

Ces violations comportent des dommages physiques, équivalant parfois à de la torture, et d’autres moyens de contraindre les enfants, généralement suspectés de lancer des pierres sur les forces d’occupation, à signer des aveux qui pourraient causer leur mise en accusation.

Plus de 1.700 garçons palestiniens de Jérusalem Est occupée, âgés de 12 à 17 ans, ont été arrêtés de janvier 2014 à août 2016.

Les associations ont réuni les témoignages de 60 garçons âgés de 12 à 17 ans, qui ont été arrêtés et interrogés à Jérusalem Est par les forces israéliennes entre mai 2015 et octobre 2016.

 

Plus de la moitié des garçons interviewés par B’Tselem et HaMoked ont été arrêtés chez eux, entre 11 H. du soir et 5 H.30 du matin, la plupart d’entre eux alors qu’ils dormaient dans leur lit. D’autres ont été arrêtés dans la rue ou ont été convoqués au poste de police pour interrogatoire.

Seize des garçons racontent qu’ils ont été physiquement maltraités pendant le trajet vers les centres d’interrogatoires. Une fois au centre d’interrogatoire, la plupart ont été l’objet de souffrances et de malaises pendant qu’ils attendaient.

« On a ordonné aux garçons de s’asseoir dans des positions pénibles (par exemple accroupis) sur de longues durées », déclarent les associations de défense des droits. « Dans certains cas, ils avaient les mains douloureusement attachées, ou on leur ordonnait de se tenir face au mur avec interdiction de tourner la tête. »

Certains enfants se sont vus refuser de la nourriture ou de l’eau ou l’accès aux toilettes, et d’autres ont raconté qu’ils ont été physiquement maltraités par les policiers pendant qu’ils attendaient.

La plupart des enfants n’ont pas été informés de leurs droits, comme exigé par le droit israélien.

 

Source

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2017 1 30 /10 /octobre /2017 08:02

Je suis exaspérée par les pleurnicheries de ces stars de cinéma qui viennent dénoncer les agissements de leurs anciens producteurs. Comme si elles découvraient que le show business était plein de vicelards et de profiteurs.

Mais ça fait partie de votre métier mesdames les actrices, la navigation à vue au milieu des squales. Et si vous n’étiez pas d’accord, il fallait coller une beigne au sagouin qui vous mettait la main au cul ! 

Seulement après, adieu gloire, argent, sex and drugs.

C’est l’exacerbation des pulsions sexuelles qui pousse les hommes (et les femmes) au pouvoir. Henri Laborit l’a très bien expliqué. Il le résumait à peu près comme ça : « Vous n’imaginez pas le nombre de cerveaux reptiliens qu’on peut croiser dans un dîner à l’Elysée».

D’ailleurs ce Weinstein quand je le regarde de près, je lui trouve nettement un air de crocodile, voire même d’alligator (ce qui est caïman la même chose comme vous le savez déjà).

 

J’ai connu une femme fonctionnaire qu’on avait mutée dans le staff de secrétaires du ministre Bérégovoy. Elle me racontait l’activité principale de ce charmant monsieur : tous les matins il convoquait dans son bureau une des secrétaires et l’humiliait tranquillement par toutes sortes de vexations sur son physique, jusqu’à ce que la jeune femme fonde en larmes.

Quand Bérégovoy est mort, je me souviens avoir vu dans la prunelle de la dame comme une étincelle de joie. 

C’était la prunelle de gauche, la socialiste.

 
Partager cet article
Repost0
28 octobre 2017 6 28 /10 /octobre /2017 11:48

Imaginez-vous que nos amis américains viennent d’autoriser un nouveau mode d’inhumation : la liquéfaction. La mise en bière du liquide, en somme.

Ces gens-là sont pleins d’imagination quand il s’agit de leurs morts, chose qui se comprend aisément dans un pays où l’on se flingue à tout va. Pour se faire une idée : depuis le début de l’année 2017, 11.650 personnes ont été tuées par balle aux États-Unis (sans compter les suicides), et 273 fusillades de masse s’y sont produites. Et donc, disais-je, les options pour envoyer l’être cher sur les sentiers de l’éternité sont plus nombreuses et plus variées que sur notre Vieux Continent.

Au pays de la technologie rayonnante, on peut bien sûr se faire bêtement enterrer ou incinérer comme chez nous, mais aussi se faire cryogéniser (congeler) en attendant un futur rédempteur, se faire carboniser pour devenir un joli diamant synthétique que la veuve noire portera à son doigt et, c’est tout nouveau en Californie, se faire liquéfier.

C’est, explique le New York Times, la technique de l’hydrolyse alcaline : « Le corps est plongé dans un bain chimique alcalin (de l’eau additionnée d’hydroxyde de sodium, d’hydroxyde de potassium ou une combinaison des deux) et, au bout de 3 à 16 heures (selon les machines et le volume du corps), les protéines, le sang et la graisse sont dissous. » Notez, c’est gentil de donner la recette. Ça peut toujours servir.

Ça vous dégoûte ? Moi aussi. On a tort, car « de nombreuses personnes se tournent vers la liquéfaction lorsqu’elles rédigent un contrat de prévention obsèques en raison de son coût plus modéré et de son côté “écolo”. » Et si c’est écolo, hein…

Il paraît que cela consomme peu d’énergie et ne dégage aucune fumée, contrairement à la crémation classique. Pour ma part, j’ai la faiblesse de penser que le plus écolo est encore l’inhumation à l’ancienne, c’est-à-dire l’enterrement. D’autant que je ne suis pas persuadée que les asticots apprécient l’hydrolyse alcaline, mélange d’hydroxyde de potassium et d’hydroxyde de sodium…

 

Source

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2017 6 28 /10 /octobre /2017 11:44

Longtemps bien seul, dès 2013, j’ai révélé aux Parisiens et aux Français qu’Anne Hidalgo avait bénéficié d’une scandaleuse retraite à l’âge de 52 ans tout en cumulant sa pension avec de grasses indemnités à la mairie de Paris.

Puis j’ai posé la question : qu’avait-elle bien pu faire au cabinet du garde des Sceaux, puis à l’inspection du travail, tout en étant candidate aux élections et, par la suite, première adjointe au maire de Paris ? Sans compter qu’elle y a ajouté un mandat de conseiller régional en 2004.

Un cumul impossible à tenir physiquement car il s’agit d’au moins deux, sinon trois activités à plein temps. C’est ce cumul qui lui a, du reste, permis de bénéficier d’une retraite aussi confortable qu’anticipée.

Hidalgo, favorisée par l’omerta des médias qui lui mangent dans la main, n’a pas cru devoir répondre. « Notre-Drame-de-Paris », le très documenté livre d’Airy Routier et Nadia Le Brun, a reposé ces questions sans davantage obtenir de réponse.

Enfin (grâces lui en soient rendues) un journaliste courageux, Philippe Eliakim, vient, dans Capital, d’enfoncer le clou en détaillant la période où, entre 2000 et 2003, Hidalgo faisait campagne électorale puis était élue alors qu’elle était censément membre d’un cabinet ministériel, puis retournée au ministère du Travail.

Hidalgo est désormais coincée et ne peut plus faire jouer la loi du silence. Elle avance donc des explications vasouillardes et annonce qu’elle va porter plainte pour diffamation. Mais sa contre-offensive ne tient pas la route.

 

Lire l'article

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2017 6 28 /10 /octobre /2017 11:35

Il y avait déjà eu Louis XVI, trahissant son pays en guerre pour tenter de rejoindre les armées autrichiennes.

Il y avait eu Adolphe Thiers, le bien prénommé, implorant Bismarck, en pleine occupation prussienne, de libérer l’armée de Bazaine encerclée à Sedan, et promettant au chancelier allemand que les soldats libérés « ne seraient utilisés que contre Paris » (c’est-à-dire contre la Commune).

Il y a eu la grande bourgeoisie française des années 30 déclarant préférer « Hitler au Front populaire », puis pratiquant une collaboration éhontée avec le Reich pendant que « dans sa masse, la classe ouvrière restait fidèle à la France profanée » (dixit François Mauriac).

Comment ne pas faire le rapprochement avec les propos, répugnants de servilité, par lesquels Herr Macron vomit une fois de plus sur son pays à partir de l’étranger (il y stigmatise « la jalousie française »), et où il annonce carrément qu’il soumet ses discours à un chef d’Etat étranger avant de les prononcer en France.

Les travailleurs français étaient déjà traités par Macron de « fainéants », de « cyniques », d’« extrêmes », de gens « irréformables », de personnes « de rien », d’« analphabètes » (cela visait les habitants du bassin minier du Pas-de-Calais), de « fouteurs de bordel », etc. Les voilà maintenant traités de « jaloux », car bien entendu, la lutte pour l’égalité sociale est affaire de ressentiment à l’égard de brillants sujets qui réussissent, puisqu’ils ont de l’argent (la plupart du temps, hérité de papa et de grand-papa !).

Et dire que (presque) toute la bourgeoisie « française », la même qui, comme Macron, ne sait plus dire trois phrases sans les pourrir d’anglicismes, soutient ces propos humiliants et avilissants…

Les faux révolutionnaires qui abondent dans ce pays vont-ils encore mégoter sur l’expression « Europe allemande », qu’employait déjà Georges Marchais dans les années 70, et qui ne fait que DECRIRE SOBREMENT une réalité ?

 

Source

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2017 6 28 /10 /octobre /2017 11:32

Les clients les plus pauvres sont mis en difficultés par leur banque à cause de frais disproportionnés. C’est le constat que fait 60 Millions de consommateurs. L’association a comparé les banques et les frais qu’elles appliquent en cas d’incident, rejet de chèque ou de prélèvement par exemple.

Résultat, un client en difficulté financière persistante se verra prélever 295 euros de frais par an, contre 34 euros en moyenne pour les clients lambda. Avec en prime l’effet boule de neige, les factures explosent et le client est encore plus en difficulté.

 

La palme de la banque la plus chère, toutes catégories confondues, revient à BNP Paribas qui prélève en moyenne 663 euros à un client en difficulté contre 44 euros à un client qui ne connait pas d’incident de paiement. A l’inverse, la Banque postale est la moins pénalisante.

 

Source

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2017 6 28 /10 /octobre /2017 11:29

L’Assemblée nationale a adopté, tard hier soir par 120 voix contre 45, l’article 7 du PLFSS, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale. Il prévoit de supprimer en deux temps en 2018 les cotisations maladie et chômage, pour les salariés du privé, qui représentent 3,15% du salaire.

Pour compenser à l’assurance maladie et l’assurance chômage quelques 17,7 milliards d’euros de ressources perdues, le taux de la CSG, qui pèse sur tous les revenus, va augmenter de 1,7 point passant ainsi de 6,6 à 8,3%.

La hausse de la CSG est la mesure la plus controversée du budget 2018 de la Sécurité sociale et a provoqué de vifs débats dans l’hémicycle car certains retraités n’auront aucune compensation.

Les retraité de plus de 65 ans gagnant près de 1.394 euros net par mois et les moins de 65 ans gagnant 1.289 euros seront touchés en 2018. Jusqu’à 2.500 euros, cette hausse de la CSG sera compensée par la suppression de la taxe d’habitation. Pour les autres, rien n’est prévu. En revanche, Gerald Darmanin a promis qu’il n’y aura pas de « perdants » parmi les pensionnaires des maisons de retraite.

 

Source

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2017 6 28 /10 /octobre /2017 11:25

Quelques mauvaises herbes n'ôteront pas à Alain Davy son sourire. Il y a trois mois, l'agriculteur a bien effectué trois passages de désherbage mécanique dans ce champ, mais des plantes envahissantes jonchent encore ses hectares de maïs. "Il faut accepter qu'il en reste un peu !", dit-il en inspectant sa parcelle. Certes, le désherbage mécanique est "moins efficace" qu'un herbicide, mais Alain Davy ne regrette rien. Il y a douze ans, ce cultivateur et éleveur bio de Pointel (Orne) a fait un pari osé : cesser toute utilisation de glyphosate, classé "cancérigène probable" par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et retrouvé dans des produits de consommation courante.

La molécule est présente dans de nombreux désherbants, comme le Roundup, produit par la très contestée firme Monsanto. Des documents internes montrent que le géant de l'agronomie "a fait paraître des articles co-écrits par ses employés et signés par des scientifiques pour contrer les informations dénonçant la toxicité du glyphosate", affirme Le Monde, mercredi 4 octobre. Toxicité aujourd'hui au cœur du débat : si la France envisage l'interdiction du pesticide, l'UE tarde à prendre une décision. Car de nombreux agriculteurs défendent toujours le glyphosate, craignant une diminution de leurs rendements en cas d'interdiction. Pourtant, à Pointel, des cultivateurs comme Alain Davy assurent que des alternatives sont possibles.

 

Source

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2017 6 21 /10 /octobre /2017 12:18
 
 
La méthode préhistorique (fiche n°1)

 

 

La première méthode a pour elle l’ancienneté.

A ma connaissance, c’est la plus traditionnelle. Hélas nos vieilles traditions se perdent, remplacées par des technologies prétendument modernes, qui sont carrément inefficaces !

Le lecteur, à la fin de ce petit manuel, jugera du bon sens de cette remarque.

 

Donc, je vous propose la méthode dite des « Temps Préhistoriques ».

Votre femme sort de la maison, elle va faire les courses enveloppée dans sa peau de renne. Elle va encore vous rapporter du mammouth congelé, et des glaçons pour le Ricard, mais pas de Ricard.

Avec un peu de veine, un kilo de lichens, le tout accompagné d’un jarret de baleine.

Vous sentez en vous monter la haine de l’homme nourri aux aliments toujours identiques, et ce n’est pas la peine qu’elle cherche à se racheter par l’achat de deux bébés phoques. Elle ne vous rapporte jamais Brigitte Bardot jeune.

Votre femme est énorme, ventrue, poilue et mal embouchée. D’ailleurs vous comprenez mal son langage. Je donne un exemple :

-Grrrr….Brrrr….ouah ! arreuh !

Impossible d’avoir avec elle une conversation soutenue, même dans le domaine philosophique, qui permet pourtant de dire à peu près n’importe quoi !

Alors vous attendez son retour. Elle ne dispose pas d’une montre mais d’un cadran solaire, souvent intérieur, puisque la nuit dure six mois. (Je suppose que vous êtes au-delà du cercle polaire, c’est très tendance, et facile d’accès, depuis que la banquise fond à vue d’œil !)

Vous vous placez astucieusement derrière la porte en verre opaque de votre igloo, la peau de bête bien ajustée et la massue bien en main.

La voilà, son pas lourd vous prévient. Elle entre.

Vous lui rabattez alors un énorme coup de massue au niveau du cou. La mort est instantanée.

Vous en avez fini avec cette grosse pouf !

Vous n’avez même pas besoin de l’enterrer ! Elle se congèle d’elle-même.

 

Au tribunal, où vous arrivez en tenue d’époque, votre massue à la ceinture, avec une barbe de six mois, vous expliquez :

 

-Elle me faisait chier, j’en avais marre de bouffer que du mammouth ! Et puis elle était glacée, constamment frigide !

 

Le tribunal, où les mâles dominent, vous acquittent immédiatement. Avec un peu de chance vous obtenez la Légion d’Honneur, qui donne droit à une réduction sur les produits congelés, dans tous les supermarchés.

C’est seulement après que vous sautez la caissière.

Sans vous marier, évidemment !

 
Rolland Hénault (2009)
Partager cet article
Repost0