Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 mai 2017 6 27 /05 /mai /2017 09:03

Étrange début de quinquennat… Certains exultaient de voir comment M. Macron a appris des erreurs des Présidents précédents.

Mais ce qui frappe aujourd’hui, à peine trois semaines après l’élection, c’est à quel point on a l’impression de revivre les mêmes séquences.

Attentat de Manchester ? Le Président convoque conseil de défense sur conseil de défense, annonce que l’état d’urgence sera prorogé de six mois et qu’une nouvelle loi anti-terroriste (la troisième ? quatrième ? on ne sait plus…) sera votée. Du Hollande.

Et puis « l’affaire Ferrand », révélée par Le Canard enchaîné. Un ministre chargé du logement et de l’immobilier qui vient de déclarer : « Il n’y a aucune hâte à voter de nouvelles lois sur le logement. L’enjeu est de parfaire ce qui a été mis sur les rails et d’accompagner la dynamique qui est à l’œuvre dans ce secteur. Le secteur du logement et de l’urbanisme a besoin d’une certaine stabilité. »

Le même qui se retrouve avec une affaire « d’arrangements familiaux » (Le Point) au sujet de bureaux acquis par sa compagne dans le but de les louer à une mutuelle qu’il dirigeait, en 2011.

Cela pourrait rappeler les déboires du ministre Cahuzac, ministre chargé de la fraude fiscale et lui-même coupable de fraude. Cela pourrait aussi rappeler l’affaire Fillon, par l’implication de la conjointe du ministre. Début et fin du quinquennat Hollande.

 

M. Ferrand était donc directeur général des Mutuelles de Bretagne, entre 1993 et 2012. Le 25 janvier 2011, le conseil d’administration se réunit, en sa présence, pour trouver un nouveau local à Brest. Sur les trois offres, une seule retient l’attention de la direction.

Il s’agit de la SACA, une société civile « qui n’a pas encore d’existence légale, et qui n’est même pas encore propriétaire des surfaces qu’elle propose à la location », selon Le Canard. La SACA, une société civile de Sandrine Doucen, avocat et compagne de Richard Ferrand, qui propose donc son offre alors que cette SCI n’est même pas constituée et qu’elle n’est pas propriétaire du bien…

Le 24 février suivant, la SCI est enregistrée au tribunal de commerce, et un deuxième actionnaire, un ami du couple de l’Aveyron, s’offre une action symbolique… Fort d’une promesse de loyer, la SCI peut contracter un prêt auprès du Crédit agricole, qui financera 100 % du prix d’acquisition, soit plus de 400 000 euros… Et, toujours selon Le Canard, « six ans après la création de la société, la valeur des parts a été multipliée par 3.000 ». Une belle plus-value ! Pas étonnant, puisque la SCI empoche un loyer annuel de 42.000 € et qu’elle est désormais propriétaire d’un bien rénové par la mutuelle pour 184.000 €. Comme l’écrit Libération, « sans avancer un centime ni prendre le moindre risque, la femme du conseiller régional de Bretagne s’est ainsi constitué un patrimoine de 402 000 euros, intégralement financé grâce aux loyers de la mutuelle de son mari ». Pour la mutuelle de monsieur et la SCI de madame, c’était du gagnant-gagnant ! Alors, pourquoi hésiter ?

 

Pour le moment, toute la macronie, de Castaner à Griveaux, balaie cette affaire d’un revers de main. « Un non-événement ». C’est légal, c’est connu, c’est transparent. Et, surtout, c’est privé. Donc pas concerné par la moralisation de la vie politique.

Pas sûr que les électeurs venus à Macron par rejet de Cahuzac ou de Fillon apprécient les montages immobiliers et financiers des époux Ferrand. Ni leur morale. Ni leur esprit mutualiste.

Source

Partager cet article
Repost0
27 mai 2017 6 27 /05 /mai /2017 08:56

Les membres de la commission d’évaluation du Comité international olympique(CIO) visitent depuis samedi 13 mai les sites qui recevront des épreuves sportives et les athlètes en cas d’obtention par Paris des Jeux Olympiques et Paralympiques 2024.

La visite démarre au Champs de Mars puis se dirigera vers Saint-Denis qui devrait être le cœur de la candidature avec le village olympique et le stade de France qui deviendrait stade Olympique.

La mairie tente de prouver par tous les moyens que l’ensemble des franciliens font bloc derrière cette candidature, avec, lors de chaque site visité, des scènes d’enfants en liesse et des sportifs de renommée mondial pour les encadrer.

Cependant, derrière les sourires de façade et le lobbying intense des sportifs, des voix s’élèvent contre l’organisation Parisienne des J.O.

Lors de son élection en 2014, Anne Hidalgo était d’ailleurs elle-même assez rétive à une organisation parisienne des jeux. Sa position a bien changé depuis, et madame le Maire de Paris voit désormais en cette organisation une « formidable aventure ».

Le chiffrage annoncé pour l’organisation des Jeux est de 6 milliards d’euros mais d’expérience, les JO voient régulièrement leur budget exploser. Selon le magazine Capital : « Les Jeux d’Albertville ont coûté 2 fois plus cher que prévu, ceux de Barcelone 4 fois plus, ceux de Montréal 9 fois plus, ceux d’Athènes 10 fois plus et ceux de Pékin 25 fois plus, Toutes cités comprises, le cabinet d’expertise Micrœconomix a calculé que, en moyenne, les dépassements avaient atteint 179 % depuis 1960. »

L’investissement de base prévu par les collectivités devrait être complété par des investisseurs privés qui, d’expérience, ne contribuent qu’au budget initial, le reste étant à la charge de l’état, du département ou de la commune…

La région Ile de France, par la voix de Valérie Pécresse, assure que les transports seront l’atout numéro 1 de la ville. On ose à peine imaginer les trains de banlieues et métros qui sont déjà bondés aux heures de pointe…

Lire l'article

Partager cet article
Repost0
20 mai 2017 6 20 /05 /mai /2017 11:27

Lorsque, le 7 décembre dernier, France 2 a diffusé un reportage tourné en caméra cachée dans un café de Sevran et montrant que les femmes y étaient indésirables, toutes les belles âmes se sont offusquées en feignant la surprise : « Allons, voyons, vous exagérez ! Faites attention à ce que vous dites, vous allez faire monter le Front national ! »

Le maire s’éleva contre cette « fausse » image que l’on donnait de sa ville, n’osant pas nier l’évidence mais s’insurgeant contre le fait qu’on ose pointer du doigts l’instauration de mœurs venues d’ailleurs et qui ne font pas – loin s’en faut – la part belle aux femmes. Nadia Remadna, auteur de la vidéo, créatrice de l’association Brigade des mères, disait alors combien son combat lui coûtait cher, la plupart des femmes qui l’accompagnaient s’en allant les unes après les autres « par peur des représailles ». J’ai « le sentiment d’être de retour en Algérie au début des années 1990 » (celles de la guerre civile !), confiait-elle alors.

Cinq mois ont passé depuis ce reportage ; les élections « de tous les dangers », comme disent les politiques, sont derrière nous. Macron ayant coiffé son auréole, le cafetier de Sevran accepte-t-il de servir les femmes ? Je suppose que non.

Comme à Paris, dans le quartier Chapelle-Pajol, à cheval sur les Xe et XVIIIe arrondissement. Un quartier où « plusieurs centaines de mètres carrés de bitume [sont] abandonnés aux seuls hommes, et où les femmes n’ont plus droit de cité. Cafés, bars et restaurants leur sont interdits. Comme les trottoirs, la station de métro et les squares », rapporte Le Parisien, ce vendredi. Devant « des groupes de dizaines d’hommes seuls, vendeurs à la sauvette, dealeurs, migrants et passeurs [qui] tiennent les rues, harcelant les femmes », leur vie est devenue infernale au point que nombre d’entre elles ont renoncé à sortir.

« Il y a les insultes dans toutes les langues, les vols, l’alcoolisme de rue. Les trafics qui s’enracinent, et les employés de ces trafics, qui nous signifient chaque jour que nous sommes indésirables, nous et nos enfants. Cela doit cesser », disent-elles.

Que font les autorités ? De la com’, cette grande spécialité de madame Hidalgo, qui préfère aménager les loisirs des bobos du dimanche et vendre les Jeux olympiques que se pencher sur la vie des quartiers populaires, ceux où on laisse prospérer dealers, voleurs et camps de migrants…

Dans ce style fleuri et écolo qui désigne désormais nos opérations guerrières, la mairie de Paris et le préfet de police ont ainsi lancé, en janvier, une opération intitulée « Barbès respire » (sans blague !). 110 opérations ont donné lieu à plus de 19.000 évictions de vendeurs à la sauvette et 884 personnes ont été arrêtées, nous dit-on.

Faut-il vous expliquer les mots ? « Éviction » signifie qu’on les repousse au carrefour suivant, « arrêtées » qu’on les a relâchées deux heures après…

Porter plainte ? Ça ne sert strictement à rien. « Nous sommes des éoliennes, on brasse de l’air », m’a dit récemment un policier excédé. Alors, les femmes du quartier ont lancé une pétition destinée à la mairie, à la préfecture de police et au procureur de la République. Son titre : « Les femmes, une espèce en voie de disparition au cœur de Paris. » Puis elles feront une marche, « parcourront tous les lieux du quartier où elles sont indésirables. Puis, rendront compte, aux pouvoirs publics de leurs observations… En espérant être entendues. »

Une bouteille à la mer…

À Sevran, Nadia Remadna voudrait « faire appliquer les lois de la République, là où l’État échoue ». Vaste entreprise dans laquelle elle s’est sentie totalement abandonnée… « C’est ce que les gens veulent et c’est très bien comme ça. Tout le monde est content, pourquoi est-ce que tu t’en mêles ? », lui a-t-on dit.

C’est qui, « les gens » ? Qui « tout le monde » ?

 

Source

Partager cet article
Repost0
20 mai 2017 6 20 /05 /mai /2017 11:20
L'employé du Comité national démocrate Seth Rich aurait transmis à WikiLeaks une partie des données concernant la direction du comité avant d'être abattu en 2016, a signalé Fox News.
 

Seth Rich, membre du Parti démocrate des États-Unis et employé du Comité national démocrate (DNC), aurait pu fournir, avant sa mort, des milliers de documents portant sur la direction du DNC au site WikiLeaks, a annoncé la chaîne Fox News, citant des sources au sein des forces de l'ordre américaines.

Seth Rich avait contacté WikiLeaks par l'intermédiaire de Gavin MacFadyen, journaliste d'investigation qui habitait à Londres à l'époque, comme l'a indiqué à la chaîne un enquêteur, souhaitant garder l'anonymat, après avoir examiné le rapport du Bureau fédéral d'enquête (FBI) sur le contenu de l'ordinateur de l'ancien employé du DNC. D'après l'enquêteur, Seth Rich avait confié à MacFadyen plus de 44 000 courriels et 17 000 pièces jointes aux alentours du 21 mai de l'année dernière.

« J'ai vu et lu la correspondance de Seth Rich et WikiLeaks », a déclaré l'enquêteur à Fox News, ajoutant que les e-mails en question étaient, à l'heure actuelle, à la disposition du FBI.

Ces nouvelles informations correspondent aux résultats de l'enquête du détective Rod Wheeler, embauché par la famille Rich afin de faire la lumière sur l'assassinat du Démocrate Seth Rich, tué non loin de son appartement, à Washington D.C., en juillet 2016. Le détective estimait qu'il y avait une « correspondance à un certain niveau » entre WikiLeaks et ce dernier.

Alors que la nouvelle a été rapidement diffusée, les médias américains ne semblent pas se presser de la couvrir.

 

Source

 
Partager cet article
Repost0
20 mai 2017 6 20 /05 /mai /2017 11:13

Nommée au portefeuille de la santé, Agnès Buzyn se retrouve ministre de tutelle de son mari, qui dirige l’Inserm. « Le problème est identifié et va être traité », indique-t-on au ministère.

Peut-on être la ministre de tutelle de… son mari ? La question se pose de manière très concrète depuis l’entrée au gouvernement d’Agnès Buzyn, nommée au portefeuille des solidarités et de la santé. En effet, elle est aussi mariée au professeur Yves Lévy, président-directeur général de l’Institut national de la santé et la recherche médicale (Inserm). Or, cet important organisme public est placé sous la double tutelle du ministère de la recherche et de la santé. Bref, le professeur Lévy est désormais sous la tutelle de sa femme, ce qui n’est pas sans poser un problème à un moment où la prévention des conflits d’intérêts des ministres est une priorité affichée par le président Macron.

 

Source

Partager cet article
Repost0
20 mai 2017 6 20 /05 /mai /2017 11:09
12 mai 2017 : la Confédération norvégienne des Syndicats (LO), qui représente près d’un million de travailleurs, a souscrit au boycott total d’Israël pour permettre aux Palestiniens d’acquérir leurs droits fondamentaux conformément au droit international. LO est la plus grande et la plus influente des organisations qui chapeautent les unions syndicales de Norvège.

Source

Partager cet article
Repost0
20 mai 2017 6 20 /05 /mai /2017 11:06

C’est Mediapart qui a révélé qu’Édouard Philippe faisait partie de cette « poignée » (tiens, il aime bien se retrouver dans ces petites minorités agissantes, notre Édouard) de parlementaires (23 sur 1.048 entrants ou sortants) montrés du doigt par la HATVP pour ne pas avoir satisfait à leurs obligations de déclaration.

D’abord, il avait rendu une déclaration incomplète. Omission. On connaît. Et il avait même indiqué qu’il n’avait « aucune idée » de la valeur de son appartement parisien, « aucune idée » non plus de celle de ses biens de Seine-maritime et d’Indre-et-Loire. C’est vrai, quand on a beaucoup de maisons ici et là, difficile de se tenir à jour du prix du m2 ! Pour vous et moi, c’est compliqué et le fisc ne plaisante pas avec vos hésitations. Alors, imaginez pour un énarque et un élu, comme cela doit être difficile…

Certes, par cette mauvaise volonté mise à remplir sa déclaration, M. Philippe était cohérent avec son vote contre les lois « Cahuzac » d’octobre 2013. Mais la HATVP ne lui en a pas tenu rigueur puisqu’elle n’avait pas décidé d’activer l’article 40 du Code de procédure pénale, et de transmettre le dossier à la Justice, comme elle l’a fait pour d’autres parlementaires.

Mais M. Philippe est aussi fâché avec la transparence pour ce qui concerne ses revenus. Il a refusé de les dévoiler à la date de son élection comme député, et pour les cinq années précédentes, dans sa « déclaration d’intérêts et d’activités » également exigée par la loi, afin de prévenir d’éventuels conflits d’intérêts. Un peu d’Édouard Philippe dans le texte ?

 

« Je ne suis pas certain de comprendre la question. Vous voulez connaître mon taux horaire au jour de l’élection ? Ma rémunération mensuelle moyenne ? Annuelle ? »

‌”

Non, le total des millions suffira, cher Édouard…

En face de sa période en tant que « directeur des affaires publiques d’Areva (2007-2010) », il n’avait mentionné aucun chiffre…

On peut penser ce que l’on veut de cette quête hystérique de transparence, cette bonne conscience que la gauche s’est achetée à bas prix grâce à Cahuzac. On peut même refuser de s’y plier comme M. Philippe. Mais alors, il ne faut pas se présenter comme le héraut de cette transparence érigée en nouvelle valeur supérieure de la République macroniste.

 

Source

Partager cet article
Repost0
20 mai 2017 6 20 /05 /mai /2017 11:02

Lundi, un vaste coup de filet de la police de Catanzaro, dans le sud de l’Italie, a conduit à l’arrestation de 68 personnes appartenant ou affiliées à la redoutable mafia calabraise ‘Ndrangheta. Elles sont soupçonnées de fraude, détournement d’argent public, malversations, association mafieuse, détention illégale d’armes et vol.

Le clan mafieux de la famille Arena, appuyé par des institutions religieuses locales, aurait détourné au moins 36 millions des 103 millions d’euros des fonds dévolus par l’Union européenne à la subsistance des clandestins, à travers la gestion du centre d’accueil d’Isola di Capo Rizzuto – un des plus grands de la péninsule, cinq hectares de superficie, 1.500 résidents – dont ils s’étaient adjugés le monopole.

Dans les faits, ils dérobaient une grande part des 35 euros destinés quotidiennement à chaque migrant, tout en fournissant un service plus qu’insuffisant, et les présences dans le centre étaient gonflées pour encaisser toujours plus. Une arnaque désormais bien rodée qui s’étend dans tout le pays et tout le long de la chaîne de la gestion des demandeurs d’asile : transport, hygiène, blanchisserie, repas, ressources humaines, etc.

 

Source

Partager cet article
Repost0
20 mai 2017 6 20 /05 /mai /2017 10:56
La grève de la faim de plus de 2000 prisonniers politiques palestiniens entre dans sa quatrième semaine

 

Cette grève de la faim est d’ailleurs prise en otage par la politique intérieure des groupes d’extrême droite israéliens. Par exemple, le ministre de la Sécurité Publique, en charge des prisons, Gilad ERDAN, évoque des raisons de sécurité pour rejeter les demandes élémentaires des prisonniers politiques palestiniens. En réalité, engagé dans une primaire au sein du parti d’extrême droite LIKOUD, il ne veut pas être accusé de la moindre faiblesse vis à vis des Palestiniens.

Selon les chiffres du gouvernement américain, peu soupçonnable de parti pris anti israélien vis à vis d’un régime qu’il soutient à bout de bras, le taux de condamnation des palestiniens par les tribunaux militaires est proche de 90%, signe d’une parodie de justice. L’ONG ADDAMEER a décompté plus de 800 000 palestiniens arrêtés ou emprisonnés par le régime israélien, soit 40% de la population masculine des territoires palestiniens. A ce jour, 6500 pourrissent dans les geôles du régime, dont nombre détiennent le records des durées d’emprisonnement pour des prisonniers politiques dans le monde.

Le 7 mai 2017, le régime israélien a approuvé une loi révoquant le caractère officiel de la langue arabe. Une langue pourtant officielle depuis 1947 et parlée par plus de 20% de la population.

 

Source

 
Partager cet article
Repost0
20 mai 2017 6 20 /05 /mai /2017 10:49

Les groupes chimiques BASF, Bayer, Dow et Syngenta fabriquent de très dangereux pesticides neurotoxiques. Utilisés dans l’agriculture, les insecticides tuent non seulement dans les champs où ils sont pulvérisés mais aussi dans d’autres zones, transportés par le vent.

Un groupe de substances est particulièrement mortel pour les abeilles, bourdons et autres insectes pollinisateurs : les néonicotinoïdes. En 2008, l’ensemencement de graines traitées aux néonicotinoïdes avait conduit à la disparition massive d’abeilles dans la vallée du Rhin.

Face à l’effondrement des colonies d’abeilles en Europe, l’UE a décidé en décembre 2013 la suspension pour une période de deux ans des trois néonicotinoïdes clothianidine, imidaclopride et thiaméthoxame ainsi qu’à une forte restriction du Fipronil. Décision contre laquelle les groupes chimiques Bayer, BASF et Syngenta ont déposé plusieurs plaintes auprès de la cour européenne.

Entre-temps, le groupe Dow Chemicals a développé le Sulfoxaflor un nouvel insecticide neurotoxique autorisé par la Commission européenne en juillet 2015.

Les pesticides responsables de plus de 200.000 morts par an selon ONU

En février 2017, l’ONU a alerté sur les conséquences catastrophiques des pesticides en évaluant à 200 000 le nombre de décès provoqués par leur usage chaque année.

Après des années de protestations et d’alertes, la Commission européenne propose enfin l’interdiction complète des néonicotinoïdes à l’air libre rapporte le quotidien britannique The Guardian. Les États-membres doivent se prononcer en vue d’une décision pouvant avoir lieu à la mi-mai.

Merci de signer et de partager la pétition pour l’interdiction définitive des néonicotinoïdes et de tous les autres produits neurotoxiques comme le Fipronil et le Sulfoxaflor en Europe.

 

Partager cet article
Repost0