Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 octobre 2017 6 07 /10 /octobre /2017 10:59
Dessin envoyé par Carlos à Rolland Hénault

Il porte pour le grand public le surnom de Carlos. Je crois que c’est le nom donné par la police.

Toujours pour le grand public, il est un assassin, pire, un terroriste !

Rien de plus effrayant qu’un terroriste !

Les français ont la mémoire courte, ainsi que le bégayait le maréchal Pétain.

Car parmi les terroristes, il faudrait commencer par compter le général de Gaulle, tous les résistants, les alliés qui effectuaient des raids sur le territoire français.

Tous les maquisards qui ont dégommé un nazi et provoqué ainsi l’exécution de dizaines d’otages.

Ca fait déjà du monde, mais ce n’est pas tout, il faudrait compter tous les partisans de la guerre sociale, les communards, les Basques, les révolutionnaires français dès 1789, ceux qui ont participé à la prise de la Bastille, ceux qui ont libéré Paris en août 1944...

On a reproché à Carlos les propos suivants : « Il n’y a pas d’innocents ! » Et alors ? N’est-ce pas la théorie de Sartre sur l’engagement, Sartre qui rendait responsable de la Commune de Paris et de la guerre de 1870 Gustave Flaubert, avec cet argument : il est responsable parce qu’il n’a rien fait pour les empêcher ?

Sous l’Occupation, tous les français qui n’avaient pas participé à la Résistance étaient considérés, a priori, comme des coupables possibles.

Quand Illich Ramirez Sanchez parle d’un gouvernement par la terreur *, on oublie que c’est précisément la période appelée la « Terreur » qui vit en France le plus d’avancées sociales. L’humaniste Romain Rolland défend d’ailleurs la politique de Robespierre.

Par contre, la Terreur blanche, qui suivit le départ de Napoléon, n’eut jamais mauvaise réputation. On l’ignora même longtemps dans les manuels scolaires.

On peut ne pas épouser les opinions politiques de Carlos et lui reconnaître cependant le statut de prisonnier Politique **.

Sauf erreur, Carlos est sous le coup d’une inculpation qui remonte à 1975. Il n’a pas été arrêté mais livré aux autorités françaises en 1994 parce que, suite à la chute du communisme, il était devenu « encombrant ».

Mais toujours vivant !

Illich Ramirez Sanchez n’est pas un détenu ordinaire. Il arrive à Saint Maur après huit ans d’isolement et il se déplace dans les couloirs de la Maison Centrale avec une attitude d’homme du monde.

Illich Ramirez Sanchez est un ministre incarcéré.

 

* C’est la formule employée dans la « grande presse ». Carlos parle d’un « régime autoritaire ».

** Le statut de prisonnier politique en France a été supprimé par le garde des Sceaux Badinter.

 

(Extrait du livre « NON » de Rolland Hénault. Editions Libertaires. 2006)

 

 

NDLR : Le terrorisme de Carlos n’a rien à voir avec les attentats aveugles contre les populations. Il ciblait des responsables de très haut niveau, son but était de contraindre les gouvernements (prise d’otages de l’OPEP, opération HAIFA…). Les attentats de la rue Marbeuf et du drugstore Publicis lui ont été imputés, malgré deux premières relaxes, grâce à « l’oubli » de témoins oculaires par le juge Bruguière. Carlos lui adressa une lettre publique qui se terminait par ces mots : « Avec le profond mépris que m’inspirent vos manières affétées, votre accointance ouvertement interlope avec le FBI, vos moeurs punies par le Code pénal et vos addictions à des substances interdites ».

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article

commentaires