Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 décembre 2011 6 31 /12 /décembre /2011 09:04

leo-fond-02.jpgSouvent, les chanteurs d’aujourd’hui entreprennent de chanter les grands d’hier. Ou de glisser une ou deux chansons d’un très grand au milieu des leurs, toutes petites, qui ne sont pas du tout du même calibre. « Calibre » me semble être le mot le mieux approprié. En effet, il est de plus en plus rare qu’ils aient l’audace de tirer sur les grands de ce monde, de se lancer dans la moindre critique sociale à une époque où le sort des Français se trouve dans une situation catastrophique.

Il faut dire qu’ils n’ont pas bénéficié d’un véritable enseignement de la langue française, et qu’ils n’ont pas mis beaucoup de hargne à s’instruire. Le « jeunisme », attitude démagogique, inventée pour plaire aux électeurs jeunes, a fait croire que le talent était un don du ciel et cette décadence de la chanson française, autrefois tellement formatrice, confine désormais à l’abrutissement général.

Tout va donc bien, en dépit des guerres à répétition, du chômage qui va bientôt atteindre la moitié de la population, des deux milliards de crève la faim, des stupidités télévisuelles et du triomphe de la propagande pour la bêtise tous azimuts.

Or Léo Ferré chantait « Vitrines », en écho à la société du spectacle, « Les temps difficiles », ou « Thank you Satan »…et j’en passe.

En ces temps heureux pour l’intelligence et la sensibilité, le phénomène des Maisons des Jeunes et de la Culture permettait de faire naître des animations sulfureuses !

Alain Meilland officiait à la Maison de la Culture de Bourges, et il débordait largement le cadre de la ville. Et puis il créait ses propres chansons, qu’il interprétait et ses spectacles, qu’on n’oubliait pas facilement : « 2000 ans de chansons » ou encore « Les travailleurs de la nuit » qui vantaient les mérites de Marius Jacob.

A Châteauroux on n’a pas oublié non plus son soutien au journal « Le Provisoire », accusé d’avoir diffamé l’Armée Française en évoquant les pratiques des tortionnaires en Algérie.

Bref, Alain Meilland, co-fondateur du « Printemps de Bourges », agitait les esprits et il est le mieux habilité à reprendre des chansons de Léo Ferré, dont il fut le régisseur et l’ami.

Raison de plus pour se préparer à l’idée qu’il va sortir un CD sur le plus grand auteur compositeur interprète du 20ème siècle. On l’attend avec impatience !

En savoir plus sur : http://alainmeilland.com/

Partager cet article

Repost0

commentaires

Odette Laplaze-Estorgues 31/12/2011 10:15

Pardon à toi cher Léo Ferré, massacré par des minus au talent resté dans leurs chaussettes malodorantes qui, tristes sires, cherchent à se faire adouber par de plus grands dont ils n'ont même pas
pas l'ombre du talent.
Merci à Alain Meilland qui, selon Roll H (au solide jugement) est tellement plus apte à lui rendre hommage. J'attends aussi avec impatience son CD. OLE