Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 mai 2013 6 18 /05 /mai /2013 09:32

 

L’obsolescence, la désuétude, le vieillissement, sont l’objet de vives campagnes de dénigrement, particulièrement en ce qui concerne le commerce des appareils ménagers, des véhicules automobiles, et de l’ensemble de la production industrielle. Il faut changer tout ce qui est vieux, honteusement périmé, et nocif pour le citoyen ordinaire ! La mode gagne aussi dans le syndicalisme : l’ouvrier qui réclame le retour à d’anciennes conditions de travail, qu’il trouvait meilleures, est « obsolète ». Or, si l’obsolescence se généralise, il ne bénéficiera pas des technologies du nouveau chômage capitaliste libéral, largement mondialisé. Il en va de même, des SDF et autres peigne culs qui sont complètement démodés dans leurs vêtements récupérés au Secours Catholique, ou pire encore au Secours Populaire… Il faudrait changer trop de pièces défectueuses, et ça reviendrait trop cher ! On va donc les abattre, et leur trouver une déchetterie, où on les jettera. L’humanité en fin de parcours est devenue jetable.

On pourrait trouver bien d’autres exemples, mais je souhaite attirer l’attention sur le matériel militaire. Même la bombe d’Hiroshima est touchée par ce phénomène nouveau ! On peut en effet faire tellement mieux en 2013 ! Et chacun pourra bénéficier d’engins autrefois réservés aux chefs d’état. On aura des promos sur la toute dernière bombe, des soldes sur les missiles. On pourra enfin massacrer avec une remise de 20%, grâce aux technologies modernes.

Dans les milieux les plus pauvres, on hésite encore ! Les Anciens, on s’en aperçoit, ne sont pas tous aussi démodés qu’on pourrait le croire ! C’est ainsi que les enfants arabes continuent de procéder à la « lapidation », que l’on appelle aujourd’hui « caillassage ». On se souvient, du moins les plus âgés d’entre nous, qu’un barbu répondant au nom de Jésus, avait interdit la lapidation, dans les cas d’adultères. Mais ce type est mort, ou en « réparation ». (« Dieu est en réparation écrit Céline) Chacun peut ramasser, au cours d’une innocente promenade en forêt, des grosses pierres qu’il fera passer pour des champignons. Avec une réserve suffisante on peut abattre sa femme légitime, son mari, et même deux ou trois maîtresses.

Mais là, on est dans l’obsolescence positive et individuelle. Autant dire, du « petit travail » !

Heureusement les Chinois, avec leurs yeux bridés pour mieux regarder dans les coins, viennent de mettre au point l’avion furtif j20, qui permet une « explosion améliorée » et ils appellent ça une « nouvelle arme brutale », par opposition à l’arme douce qui endort si agréablement par « explosion interne du cerveau » (sic).

Et puis vous ne connaissez peut-être pas la F.A.E ? (Fuel Air Explosion), que l’on doit aux Anglais, et qui ajoute un petit « plus » à la satisfaction de dégommer l’ennemi. Vous apprécierez vous-même, voici le petit miracle de cette merveille du début du millénaire. Un explosif, dont je ne vous révèle pas la composition, permet d’assurer une souffrance correcte de l’adversaire, aspect divertissant que l’on a trop négligé avec la baïonnette étripeuse, la hache à fendre dans le sens de la longueur. C’étaient là des plaisirs bien mesquins. Dans le cas de l’invention britannique, au contraire, les victimes souffrent « pendant plusieurs minutes tandis qu’elles apprécient les joies de la suffocation ».

Ces machines à tuer d’autrefois étaient en pleine obsolescence, et si l’on avait continué selon les anciens errements (style administratif archaïque) on aurait pu se satisfaire de bien mesquines taquineries envers l’ennemi. Certes, on a pu voir sur toutes les chaînes de télévision, le spectacle amusant d’un « rebelle syrien » arrachant le cœur d’un vaincu.

Il faut croire que le public est gourmand de ces scènes de boucherie humaine, puisqu’il en redemande toujours davantage !

C’est plus amusant, dans le détail, qu’une énorme explosion qui noircit l’horizon et rase tout ce qui vit à partir de son point d’impact ! On ne voit pour ainsi dire rien. Mais cela relève tout de même de l’obsolescence. On ne pouvait pas en rester là. Ou alors autant faire comme les chirurgiens esthétiques, qui réparent les stars et permettent ainsi d’arrêter le temps.

A quand la guerre définitive, qui anéantira toute la planète ? Patience ! Les petites guérillas qui s’allument ça et là, dans tous les grands « rassemblements », quel que soit le lieu, l’école, la rue, le stade, les campagnes, vont bientôt se rejoindre pour une ronde infernale.

On sera débarrassé de cette humanité charmante, qui faisait vomir Louis Ferdinand Céline, le Maudit, et qui dans « Mort à crédit » écrit :

« J’aime mieux raconter des histoires, j’en raconterai de telles qu’ils reviendront exprès, pour me tuer, des quatre coins du monde. Alors ce sera fini et je serai bien content ».

Partager cet article

Repost0

commentaires