Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 octobre 2011 6 29 /10 /octobre /2011 09:44

Bonjour,

J'ai finalement opté pour un envoi par la poste, avec un chèque à l'intérieur, car je n'y comprend pas toujours grand chose à internet. Donc, à l'ancienne, j"ai commandé deux albums d'Elizabeth aujourd'hui.

Ceci est juste un message de sympathie pour Elizabeth et Rolland, je ne sais pas s ils pourront le lire, mais merci de leur transférer si possible.

Tout simplement pour dire que j'aime bien les chansons écrites et composées...

C'est la revue S!lence qui m'a remis en selle, dans leur avant dernier numéro, ils font la promo de "Fermer sa gueule".

C'est en allant sur le blog que je me suis rendu compte que je n'avais que trois albums! Le reste va arriver chez moi rapidement!

Et merci aussi à Jean-Louis Foulquier qui m'a fait découvrir les chansons il y a peut-être dix ans ou plus!

Je dois encore avoir chez mes parents des vieilles K7 audio avec "Si la France" ou encore "Merde en français" en live, "mon grand succès que tout le monde connaît" disait Elizabeth...

J'en profite pour vous faire part de mon actualité aussi :

 

A  Amiens, nous publions un journal d'enquêtes sociales appelé "Fakir ", distribué dans toute la France. On y parle de ce qui nous touche, nous énerve.
 Il est assez proche de ce que pourrait être l'émission "La-bas si j'y suis" sur France-Inter mais en version "papier". D'ailleurs, notre rédac' chef, François Ruffin travaille régulièrement pour l'émission de Daniel Mermet.
Mais ici, nous sommes tous bénévoles, à l'exception d'un poste d'animateur de publication.
Journal d'enquête sociale, nous essayons de faire des articles sérieux sur le fond, avec des dossiers étoffés (en ce moment en kiosque "Contre l'oligarchie, la finance, les médias: que faire?),  agréable sur la forme avec des dessins, des pages colorées, de l'humour sans trop nous prendre au sérieux, sans ennuyer le lecteur. Et aussi pour y proposer des pistes, des solutions pour l'avenir, pas seulement critiquer.
Il y a un an, avec "La-bas si j'y suis", nous avons fait un reportage sur Jean-Charles Naouri, 63 eme fortune du pays, PDG  de Casino. Il nous réclame donc la modique somme de 75 000 Euros. Un procès doit avoir lieu le 28 et 30 novembre prochain.
Notre seul tort? Etre allés (une poignée de journalistes et quelques salariés du groupe Casino, ainsi que des anciens de chez Moulinex, ex groupe de Naouri qui se sont retrouvés licenciés après un "coup boursier") à l'AG des actionnaires de Casino pour poser quelques questions: pourquoi les dividendes des actionnaires ne cessent d'augmenter alors que les salariés triment pour des salaires de misère sans être augmentés?
Et parler aussi de la politique de "management" du groupe: certains salariés se sont suicidés à cause d'une pression trop forte pour faire grimper les bénéfices, ou encore le gérant du P'tit casino d'Arras qui  tombe dans le coma...
 Notre but est de faire un maximum de bruits autour de ce procès, car c'est aussi un symbole: le procès des actionnaires contre les salariés qui cherchent d'avantage de justice sociale.
Nous organisons également une fête le 9 novembre prochain sur Paris en prévision de notre procès:  http://www.fakirpresse.info/La-nuit-des-rapaces,272.html
Vous êtes bien sûr les bienvenus.
Vous trouverez aussi sur notre site d'autres articles relatifs au reportage incriminé.
 (ci-dessous le message que nous avions adressé à nos lecteurs l'été 2010)
Merci en tout cas pour les chansons
Fabian Lemaire

 

 

 naouri-dessin-niousletter.jpgFakir sort son numéro d’été, avec un reportage consacré à « Jean-Charles Naouri, l’économie casino ». Mais avant même la parution du dossier, nous avons reçu des assignations au tribunal : le Groupe Casino et son PDG réclament 75 000 € à notre multinationale…

« CASINO et son président, Monsieur Jean-Charles Naouri sont les victimes d’un véritable acharnement médiatique piloté par le journal FAKIR. »

Vous ignoriez, ça, vous. Nous aussi.

On se croyait un petit canard militant, brinquebalant, entièrement rédigé, dessiné, mis en page par des bénévoles, essaimant timidement depuis la Picardie, mais voilà qu’en dix minutes chez l’huissier, hier après-midi, mercredi 23 juin, d’un coup, il nous est poussé des ailes de géant. Mieux que l’Incroyable Hulk, hop, d’un coup, notre association se transformait en conglomérat médiatique, en super-lobby, capable de « piloter » un « véritable acharnement médiatique ». On est fortiches, non ?

On comprend qu’ils tremblent, en face. Ils sont si chétifs, si fragiles. Le pauvre Jean-Charles Naouri, seulement la 63ème fortune du pays, à la tête du petit Casino, 11 000 magasins dans le monde, 200 000 « collaborateurs », 26,8 milliards de chiffres d’affaires – et cette frêle société, contre l’énorme, la puissante, la gigantesque multinationale Fakir. Ce choc contre un titan de la presse doit leur donner des sueurs froides, la nuit.

On comprend, dès lors, que ces malheureux nous réclament plus de 75 000 €. C’est une paille, pour une holding comme la nôtre. 75 000 €, notre trésorière, Aline, elle va à peine s’en rendre compte : des chèques comme ça, avec plein de zéros, elle en signe deux trois chaque matin en prenant son café. Et au pire, en décembre, les dirigeants de la Fakirie diminueront un peu leurs stock-options…

On ne va pas pleurnicher. On le sait bien, en dix années d’enquête, que notre journalisme est un sport de combat. Que notre canard a frôlé la mort judiciaire, un paquet de fois, déjà. Et bizarrement, pourtant, de toutes ces batailles – dévoreuses de temps, d’énergie, d’argent – à chaque fois nous sommes sortis plus forts. Parce que vous étiez là, camarades lecteurs. Parce que vous serez là, on le devine déjà, enthousiastes, solidaires, combatifs. A la dernière Assemblée Générale de Casino, nous étions huit – et à huit seulement, nous avons perturbé le ronron. L’an prochain, prenons les paris : nous serons huit cents.

Pourquoi le cacher, enfin ? Il y a un soupçon de fierté. Jean-Charles Naouri, face à nous, c’est l’homme qui, dans les années 80, aux côtés de Pierre Bérégovoy, a libéré la Finance. Depuis, de fonds de pension en « private equity » (il a d’ailleurs fondé le sien), de rentabilité à 15 % en super-dividendes, la dictature des actionnaires dévaste l’économie comme un nuage de sauterelles : la crise, c’est un peu, beaucoup, sa crise. Dans une démocratie normale, Jean-Charles Naouri devrait s’expliquer, en pleine lumière, au journal de 20 heures, devant des commissions parlementaires, sur les choix qu’il a opérés, dans l’ombre, il y a un quart de siècle. Mais il n’a pas à s’expliquer. Il trône tranquillement sur sa fortune, qu’il a bâtie depuis – grâce à la Finance. Alors, il y aura un espace public, maintenant, où cette histoire sera évoquée : ce ne sera pas son procès, ce sera le nôtre.

Bon voilà.

Maintenant, c’est l’été. On va réfléchir à comment on se défend, comme on contre-attaque avec une gigantesque campagne nationale. Si vous avez des idées, si vous souhaitez nous soutenir, envoyez un courriel à laurent@fakirpresse.info

Et puis, on vous souhaite de bonnes vacances. Qui seront quand même plus belles avec un Fakir sur la plage…

Sans vous, on ne peut rien. Avec vous, on peut tout.
Et c’est pour ça qu’à la fin c’est nous qu’on va gagner…

L’équipe de Fakir.
Dans le numéro d’été de Fakir, vous trouverez surtout :

     - Gros pognon et ballon rond : 50 ans de capitalisme racontés par le football

     - Petits budgets : Bricolez votre sex machine

     - Vie de famille : Mes cousins sont des terroristes, comment réagir ?

     - Ecologie : L’échec de la technique (la preuve par le chasse d’eau de BP)

     - Décomplexé : La France fière de ses patrons

     - Agences de notation : la Voix de la finance

 

http://www.fakirpresse.info/


Partager cet article
Repost0
29 octobre 2011 6 29 /10 /octobre /2011 09:36

 

 Deux spécialistes reconnus de l'histoire rwandaise, Jean-Pierre Chrétien, historien, directeur de recherches émérite au CNRS, et Jean-François Dupaquier, journaliste et écrivain, auteurs de Rwanda. Les médias du génocide, témoins-experts auprès du TPIR en 2002, sont poursuivis pour diffamation par lancien ambassadeur du Rwanda en France de 1990 à 1994. Sous couvert de cette poursuite, ce qui leur est en fait reproché c'est d'avoir critiqué, dans un courrier adressé à des responsables associatifs de Rouen, le caractère univoque d'un cycle de conférences consacrées en principe à la « réconciliation » au Rwanda, dont ils expliquaient quelles avaient été confiées, en fait, à des orateurs déniant la réalité historique du génocide des Tutsi et du massacre des Hutu démocrates en 1994 au profit de la thèse du « double génocide ».

 Comme l'indique la pétition d'historiens et de chercheurs diffusée par le Centre d'études des mondes africains et l'Association des chercheurs de politique africaine, que soutient la Ligue des droits de l'Homme, il s'agit une nouvelle fois dune tentative d'intimidation des chercheurs pour mettre l'histoire au service d'ambitions politiciennes. La Ligue des droits de l'Homme réaffirme son attachement à la liberté d'expression des chercheurs, au droit de ces derniers à faire bénéficier la société des acquis de leur travail, surtout concernant des questions aussi graves que celles liées à un génocide. Elle s'indigne que les controverses sur le génocide des Tutsi et le massacre des Hutu démocrates au Rwanda en 1994 puissent être considérées comme relevant d'un tribunal correctionnel.

 Voir la pétition ci-dessous :

 La pétition d'historiens et chercheurs diffusée par :

Le Centre détudes des mondes africains (CEMAf, UMR 8171 du CNRS)

Lassociation des chercheurs de Politique africaine

 Signatures à envoyer à : petition.jpc.jfd@gmail.com



 Une nouvelle fois, un acteur politique cherche à obtenir de la justice qu'elle sanctionne le travail et la liberté d'expression des chercheurs

 L'ancien ambassadeur du Rwanda en France de 1990 à 1994 a porté plainte pour diffamation contre deux éminents spécialistes de l'histoire rwandaise : Jean-Pierre Chrétien, historien, directeur de recherches émérite au CNRS, et Jean-François Dupaquier, journaliste et écrivain. Il leur reproche davoir critiqué, dans un courrier adressé à des responsables associatifs de Rouen, le caractère univoque dun cycle de conférences consacrées en principe à la « réconciliation » au Rwanda, mais confiées exclusivement à des orateurs déniant la réalité historique du génocide des Tutsi et du massacre des Hutu  démocrates en 1994. Le courrier signé des deux accusés soulignait que l'ancien ambassadeur, un des conférenciers invités, venait de publier un ouvrage défendant, entre autres, la thèse dite dun « double génocide » entre Hutu et Tutsi, un argumentaire habituel des  réseaux négationnistes.

 Jean-Pierre Chrétien et Jean-François Dupaquier travaillent sur cette région dAfrique depuis les années 1960-1970. Ils avaient dénoncé en son temps le génocide des Hutu commis au Burundi en 1972. Ils ont publié de nombreuses études sur le génocide des Tutsi au Rwanda en 1994, sur sa préparation, son organisation et ses séquelles. Ils ont tenté de mettre en garde lopinion publique française sur ce danger dès le début des années 1990. Ils ont publié en 1995, avec le soutien de l'Unesco,  un ouvrage crucial sur « Les médias du génocide ». Ils ont été témoins-experts auprès du Tribunal pénal international pour le Rwanda en 2002.

 La plainte pour diffamation vise à dénier à deux spécialistes reconnus du Rwanda le droit d'informer des responsables d'associations bernés, en septembre 2009, au point daccepter des conférenciers très orientés dans le cadre dune manifestation internationale pour la paix. Elle a aussi pour but de faire interdire par la justice le droit de qualifier de « négationnistes » les réseaux qui propagent la thèse d'un double génocide en 1994 au Rwanda. Plus généralement, il sagit une nouvelle fois dune tentative d'intimidation des chercheurs pour mettre l'Histoire au service d'ambitions politiciennes.

 Solidaires de Jean-Pierre Chrétien et Jean-François Dupaquier, nous nous indignons que les controverses sur le génocide des Tutsi et le massacre des Hutu démocrates en 1994 au Rwanda soient considérées comme relevant du tribunal correctionnel. Non, l'Histoire ne se fait pas dans les prétoires !

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2011 6 29 /10 /octobre /2011 09:20

  Une dépêche de l’AFP, d’hier 25 octobre, indiquait s’agissant de Salah Hamouri et de sa date de libération qu’il "reste une incertitude sur sa date de sortie de prison, le 12 mars 2012 si la peine court à son terme ou fin novembre, comme l’affirme sa famille."

Au nom du Comité national de soutien à Salah Hamouri, je tiens à préciser que cette dépêche contient une erreur qu’il convient de relever afin de clarifier le débat.

En effet, ce n’est pas la famille de Salah Hamouri qui indique que la date de sa sortie est fixée « fin novembre » – le 28 novembre 2011 exactement – mais le jugement lui-même. C’est la date inscrite noir sur blanc sur celui-ci.

La date du 12 mars 2012 évoquée n’est donc pas la date de sortie « si la peine court à son terme » comme l’indique la dépêche. Le terme, encore une fois, est le 28 novembre.

La date de mars 2012 évoquée dans la dépêche est uniquement à rapprocher d’une possible décision unilatérale de l’administration pénitentiaire israélienne qui, au nom de la loi toute récente dite « loi Shalit », peut transformer les jugements qui sont prononcés par les tribunaux militaires israéliens en année administrative (345 jours) par des peines de prison calculées en année civile (365 jours) et donc ajouter 20 jours de plus par année de prison à tout détenu. Ceci hors toute décision de justice et de respect du droit.

La date du 12 mars n’est donc pas une date de fin de peine suppose une peine allongée de manière arbitraire au nom d’une loi qui ne devrait plus être.

La date de fin de peine de Salah Hamouri est le 28 novembre 2011. Ce n’est pas la famille qui le dit mais le tribunal militaire d’Ofer qui a jugé Salah Hamouri.

Jean-Claude Lefort, coordinateur du Comité de soutien à Salah Hamouri et président de l’AFPS

http://www.france-palestine.org/article18557.html
>

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2011 6 29 /10 /octobre /2011 09:15

Le CNT a osé prétendre que Saïf al-Islam Kadhafi souhaitait se rendre à la Cour Pénale Internationale. Celle-ci n’a absolument pas confirmé cette prétendue info, qui s’avère par conséquent n’être qu’une intox !

 

D’ailleurs, le simple fait que le CNT demande à l’OTAN de prolonger ses opérations pendant encore au moins un mois prouve bien que la résistance est encore tellement forte que, sans l’OTAN, le CNT serait chassé vite fait bien fait. Et cela prouve aussi par la même occasion que le CNT n’a absolument pas le soutien de la population libyenne, contrairement aux pro-Kadhafi.

 

Je mets en guise de preuve en post-scriptum une dépêche Reuters dont le titre est évidemment au conditionnel !

 

http://mai68.org/spip/spip.php?article3358

 

 

> Saïf al Islam Kadhafi proposerait de se rendre à la CPI :

> http://fr.reuters.com/article/topNe…

> mercredi 26 octobre 2011 21h43

> ABOU DHABI (Reuters) - Saïf al Islam Kadhafi et l’ancien chef des services de renseignements du régime déchu, Abdoullah al Senoussi, proposent de se rendre à la Cour pénale internationale (CPI), a annoncé mercredi un haut responsable militaire du Conseil national de transition (CNT).

> "Ils offrent le moyen de se rendre à (la juridiction de) La Haye", a déclaré à Reuters Abdel Majid Mlegta à propos des deux fugitifs.

> Il a précisé que son information émanait de sources proches des services de renseignements qui lui ont dit que les deux fugitifs cherchaient à passer un accord pour se rendre à la CPI par le truchement d’un pays voisin non précisé.

> Ils auraient conclu qu’ils n’étaient plus en sécurité en Libye et qu’ils ne le seraient pas plus en Algérie ou au Niger. "Ils pensent qu’il n’est pas sûr pour eux de rester là où ils sont ou d’aller où que ce soit", a-t-il dit en précisant que le Niger réclamait une trop forte somme d’argent.

> A La Haye, la CPI n’a pas confirmé cette offre.

> "Nous n’avons pour le moment aucune confirmation. Nous tentons d’entrer en contact avec le CNT pour plus d’information", a déclaré le porte-parole du tribunal international, Fadi el Abdallah.

> [Note de do : Il est clair que si Saïf al-Islam avait prolposé à la CPI de se rendre, celle-ci serait au courant, n'est-ce pas ?]

> Le fils du guide défunt, longtemps présenté comme son dauphin présomptif, est visé par un mandat d’arrestation international, tout comme Abdoullah al Senoussi, et, jusqu’à sa mort jeudi à Syrte, Mouammar Kadhafi.

> Saïf al Islam est en fuite depuis la chute du régime en août. Il a quitté précipitamment la ville de Bani Walid la semaine dernière et il se trouverait depuis dans le Sud-Libyen, aux confins du Niger, dans une région reculée très difficile d’accès.

> D’après un responsable du CNT, il s’apprêterait à quitter la Libye muni d’un faux passeport.

> Un des frères de Saïf al Islam, Saadi, ancien footballeur, vit au Niger tandis que la veuve du Guide, Safia, sa fille, Aïcha, et deux autres fils de Mouammar Kadhafi, Hannibal et Mohamed, se sont réfugiés en Algérie.

> Samia Nakhoul, Jean-Loup Fiévet pour le service français

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2011 6 29 /10 /octobre /2011 09:07

Ecouter François Marginean pour l'Autre Monde sur :

 

http://www.youtube.com/watch?v=aBCCRfg3ko8

 

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2011 6 29 /10 /octobre /2011 08:57

Le docteur Moussa Ibrahim, porte parole du gouvernement libyen, nous informe que Mouammar Kadhafi était dans un convoi de plusieurs voitures. Les pilotes assassins de l’OTAN ont bombardé le convoi. Sa voiture a été touchée, Il était blessé grièvement. Les traitres rebelles l’ont emmené dans un pickup à Misrata. Il est décédé en route. Les traitres lui ayant tiré une balle dans la tête ; puis une autre dans l’abdomen pour simuler une mort lors d'un combat.

Lire la suite : http://mai68.org/spip/spip.php?article3350

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2011 6 29 /10 /octobre /2011 08:53

 

Juste histoire d'énerver un peu, car il n y a rien à faire sinon de le savoir !... 

Eh oui, une retraite de ministre est transmissible aux héritiers par une conversion en rente viagère. Pas sûr que beaucoup de gouvernements parmi les  plus pourris de notre planète aient pensé à ça !

Petite info croustillante :

On s'en doutait mais la Direction des Services Fiscaux vient de le confirmer ! SARKOZY ne paye aucun impôt depuis plus de 12 ans.

Alors que depuis son élection ses revenus se décomposent ainsi :
- Indemnité mensuelle du Président de la République: 24.874, 55 Euros
- Retraite de député ( à vie ): 9.298,21 Euros
- Retraite de ministre ( à vie et convertible après son décès en rente viagère pour ses héritiers tranquilles): 8.776,34 Euros
- Retraite de maire de Neuilly ( à vie ): 6.241, 92 Euros 
Soit un total mensuel de :  49.191,02 Euros 

Une grande misère...misère, aurait chanté Coluche.
Même si, tout à fait légalement, 30 % de ces revenus ne sont pas imposables, il reste tout de même à notre agité de l'Elysée un revenu imposable mensuel de : 34.435,71 Euros 
Mais sur ces petites rentes, Sarko ne paye plus aucun impôt, malgré les réclamations qui lui sont faites depuis 1995 !!! 
Et ce n'est pas tout ! 
Sarko a déclaré pour l'ISF un patrimoine de 1.576.394 Euros, juste avant l'élection présidentielle. 
Or il est propriétaire, outre de trois assurances-vie totalisant 897.654 Euros, de

- 1 appartement de 340 m² à Neuilly, 
- 3 studios de rapport dans le 6ème, 
- 1 résidence d'été de 11 pièces et 13.000 m² de terrain à côté d'Ajaccio (son intérêt pour la Corse n'est pas que désintéressé..), 
- 1 appartement pour les sports d'hiver au-dessus de Chamonix ( 120 m² ) 
Sans compter quelques jolies collections de tableaux non assujetties à l'I.S.F. Inutile de valoriser ces babioles !
Le tout ne dépasse sûrement pas 1.576.394 Euros.
(*) Vous qui peinez sous le labeur et les charges, diffusez largement ces VÉRITÉS autour de vous !!! 
La France qui travaille et la France qui empoche ...
(*) Toutes ces informations sont vérifiables sur le site de la Recette Principale de Neuilly.

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2011 6 29 /10 /octobre /2011 08:39

 

On y trouvera entre autres un article de Claude Chanaud concernant Le fond de l'air est bleu
sur http://www.encres-vagabondes.com/magazine/henault2.htm.

Lien vers la revue : www.encres-vagabondes.com

 

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 09:06

vampire2

Ca y est, cette fois c’est sûr, vérifié par un vétérinaire assermenté : la vache a vêlé ! Et pas n’importe quelle vache, la vache de l’Elysée, à l’étable de l’Elysée, là ousque les veaux sont si propres et si tant bien élevés.

La vache a vêlé entre le bœuf et l’âne et un certain nombre d’autres animaux sacrés dans cette crèche où le fumier abonde ! Pas mal de porcs nous assure-t-on, des boucs, des chèvres, des bestioles en pagaille ! Avec les parasites inhérents à ce cheptel.

Quelques êtres humains en voie de décomposition avancée. L’encens monte du château vers les hauteurs célestes où les anges ont des couilles au cul, pour peu qu’on ajoute du viagra !

Mais c’est pas tout !

Le taureau est toujours en rut ! Il annonce d’autres érections spectaculaires pour d’autres élections ! A chaque fois qu’il faudra élire quelqu’un quelque part, il faudra un vêlage ! Ca fait partie de la stratégie de communication, désormais. Du coup, à cause de la consanguinité, les mal foutus vont pulluler, mal foutus de la tronche ou d’ailleurs. Bientôt l’Elysée sera une immense Cour des Miracles, avec des voleurs partout, des culs de jatte, des cons de jatte, des gangsters, des banksters, des voyous plus qu’on en mangera. Une seule bonne nouvelle dans tout ça : l’avortement après la naissance sera enfin légalisé ! Un an après, dix ans après, trente ans après, un siècle après. Ce sera une application étendue de la fameuse pilule du lendemain, sauf que ça se comptera en années, en décennies ! 

Malheureusement cette divine naissance est contrariée, pour ne pas dire effacée, par un deuil dont on se remettra difficilement, le décès par mitraillette de Monsieur Kadhafi, qui a passé l’arme à droite (mais c’est pareil qu’à gauche, c’est comme dans la politique actuelle).

On se souvient avec émotion que cet humaniste avait été reçu à Paris, en très grandes pompes, et avec toutes ses tentes, et même sûrement ses tantes, et que ça avait donné l’occasion à la Dame Boutin, d’ouvrir sa gueule de chèvre dégénérée pour proférer ces mots :

« Pas de tentes dans la rue des banques ». Elle voulait parler des SDF, qui n’avaient pas, chez eux, en France, le droit de s’installer sur les trottoirs. Eh bien je suis en mesure de fournir des précisions sur l’arrivée au paradis de Mr Kadhafi, grâce à une longueur d’ondes spéciale, que je ne vous livrerai pas, car vous n’êtes pas un ami kadhafien.

Donc, Mr Kadhafi s’est carrément égaré dans les dédales des trois paradis, le chrétien, le judaïque, et le jardin d’Allah !

Une rupture d’anévrisme serait à l’origine de cette confusion regrettable ! D’abord, il n’a pas vu de gonzesses au jardin d’Allah ! Il s’est mis en colère :

 

- Qu’est-ce que c’est que ce bordel sans femmes à violer ? Mais c’est la zone, ici.

 

Et comme Saint Pierre le conduisait dans le jardin d’Adam et d’Eve, là ousque les anges ont point de sexe, le détail a tout de suite frappé Mr Kadhafi.

Monsieur Sein-Pierre a tenté une explication théologique : Les gonzesses, ça fait toujours des histoires, les petits n’enfants, ça se laisse violer…pas les gonzesses, voyez nos voisins, chez Jehovah ! Mr DSK est arrivé avec sa grosse bite et il est tombé sur une négresse qui faisait pourtant le ménage et qui nettoyait les vieilles saloperies. Il est aussi tombé sur un bec, mais pas celui qu’il croyait !

Alors ça a fait plein d’histoires qui sont préjudiciables aux choses de la religion.

Alors Mr Kadhafi a exigé une carte des lieux célestes et des explications claires pour entrer au bordel d’Allah, lequel se nomme là-bas un « harem »…Mais non, pas Harem Désir, ça, c’est un autre escroc, dans le genre humanitaire, il n’est pas question de bites avec lui mais d’argent volé. Volé pas violé. Mr Harem vole l’argent mais il ne le viole pas, il est honnête !

Et voilà comment on raconte l’histoire, la vraie. J’ajoute pour finir en cercle, que l’enfant évoqué au début est une charmante petite fille, multi-fendue pour une carrière plus rapide, très jolie, avec de fort belles oreilles pleines de billets de la Banque de France, et qu’on lui préparé de superbes pampers en or massif.

L’or, en effet, à l’étable de l’Elysée, ils se le mettent au cul, rien que pour humilier le populo d’en bas !

Bien entendu, c’est tout à fait volontairement que j’ai parlé en termes crus de ces événements divins et que j’ai mêlé un peu de thune à ces histoires pourtant si pures et si tant innocentes, qu’on finit par commettre des erreurs dans la Sainte Taxe. A force, on est désorienté, d’autant que j’habite un département dont le préfet est un repris de justice (30 000 euros d’amende et un mois de prison avec sursis) condamné pour abus de bien sociaux.

J’ai l’intention de lancer une pétition en faveur de tous les détenus pour qu’ils deviennent en sortant, demain matin, tous absolument tous, préfets, ministres ou hauts fonctionnaires.

Une formation de putes (mais dites des « hétaïres ») est à l’étude à l’Elysée, car il faut instruire les jeunes dès la naissance, en les accoutumant en particulier au suçage des bites.

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 08:55

C'est pas seulement rigolo, c'est tragique !

11 258 AnT jefferson (jv)

Partager cet article
Repost0