Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 08:25

 

 

1,310 milliard d’euros comme trésor de guerre, 1.310 millions d’euros qui dorment tranquillement dans la cagnotte du Sénat, alors que le gouvernement racle les fonds de tiroirs, à la recherche du moindre petit million pour réduire la dette colossale de la France. Cela ressemble à un scandale d’Etat, dont personne ne semble s’émouvoir. Pourtant, en un demi-siècle, les trois cents et quelque sénateurs et les mille deux cents fonctionnaires environ de cette Assemblée, censée être exemplaire, ont « confisqué » dans les faits l’argent du contribuable pour se constituer un très égoïste trésor de guerre.

Comment est-ce possible ? L’origine de cette incroyable et très contestable cagnotte remonte à la Libération. En effet, pendant la guerre de 1939-1945, le régime de Vichy avait supprimé les dotations financières accordées chaque année à l’Assemblée nationale et au Sénat. Les deux Assemblées ont donc connu d’énormes difficultés de fonctionnement jusqu’à la Libération. En 1945, pour se mettre à l’abri de tels désagréments, les deux Assemblées ont décidé de se constituer, dorénavant, un trésor de guerre… totalement injustifié en temps de paix, dans une démocratie apaisée.

Qu’importe : sénateurs de droite, du centre et de gauche ont décidé de ne plus reverser au Trésor public l’argent non dépensé de la dotation gouvernementale qu’ils reçoivent tous les ans. Sous la IIIe République, ces excédents étaient intégralement reversés à l’Etat. C’était la moindre des choses. Mais, après 1945, les parlementaires se sont accordé sans complexes le droit de garder et de gérer les excédents financiers de l’Assemblée nationale et du Sénat, sans avoir à subir le moindre contrôle d’une quelconque autorité administrative.

 

Une cagnotte qui grossit

D’année en année, le Sénat a veillé à faire grossir sa « caisse noire », dans l’opacité la plus totale. En effet, le premier rapport public sur l’utilisation du budget du Sénat n’a été publié qu’en 2003. Depuis, tous les ans, ce rapport est vendu pour la modique somme de 3,5 €. Mais, c’est un labyrinthe de tableaux et de chiffres difficiles à décrypter, compréhensible aux seuls spécialistes, si bien que les médias s’y sont peu intéressés.

 

Pas de Cour des comptes au Sénat

Même la Cour des comptes n’a pas pu fourrer son nez dans la comptabilité du Sénat. Cette institution est pourtant chargée de vérifier la bonne gestion de tous les budgets des ministères, des collectivités locales, du Parlement et même de l’Elysée. Tous se plient sans rechigner à cette règle constitutionnelle… tous sauf le Sénat, qui s’exempte lui-même de cette obligation sans être sanctionné ! Avec l’aide d’un expert-comptable spécialisé en comptabilité publique, France-Soir a donc décidé d’éplucher les 88 pages du rapport d’information du 18 mai 2011 de la « Commission spéciale chargée du contrôle des comptes et de l’évaluation interne sur les comptes du Sénat de l’exercice 2010 ». Et là, nous sommes tombés sur la discrète cagnotte du Sénat, à la page 75.

 

Bien cachée

C’est dans la rubrique comptable « immobilisations financières » que se cache cette cagnotte, valorisée au total à 1,310 milliard d’euros. Trois grands postes principaux y figurent. Primo, le portefeuille de titres du Sénat proprement dit. Il totalise la bagatelle de 119,8 millions d’euros en actions et obligations de toutes sortes. En clair, depuis des années, le Sénat joue (habilement) en Bourse. Secundo : les 152,8 millions d’euros de prêts (immobiliers pour la plupart) accordés à taux zéro aux sénateurs et au personnel de cette Assemblée par les deux très riches caisses de retraite du Sénat. Troisième poste : les placements financiers et leurs intérêts venant en couverture des engagements de retraite pour 1,026 milliard d’euros. Ces derniers se répartissent entre 499,5 millions d’euros pour la caisse de retraite des anciens sénateurs et 527 millions d’euros pour la caisse de retraite des ex-employés du Sénat.

Deux caisses de retraites en or

Dans les pages 27 et suivantes du rapport parlementaire, l’examen des comptes de ces deux caisses de retraite (qui fonctionnent par répartition et capitalisation) montre qu’elles n’ont nul besoin de se refinancer chaque année auprès de l’Etat. Démonstration avec l’année 2010 : le Sénat a versé à ses retraités 26,7 millions d’euros de pensions, tout en dégageant un excédent de 28,8 millions d’euros. Pour certains anciens dignitaires de la Haute Assemblée, ces pensions s’élèvent à près de 10.000 € mensuels…

On peut se féliciter que cette caisse de retraite des sénateurs soit bien gérée, au point d’être assise sur un tas d’or, contrairement à beaucoup d’autres. Mais que cette même caisse continue, chaque année, à solliciter l’aide de l’Etat, comme si elle était en déficit, frôle l’indécence. Même constat pour la caisse de retraite du personnel du Sénat.

 

Remboursez !

Un seul chiffre résume la florissante comptabilité du Sénat : en 2010, tous budgets confondus, cette Assemblée a dégagé un résultat en excédent de 3,275 millions d’euros sur le dos du contribuable, 3,275 millions inutiles, un trop-perçu qu’il serait juste de rembourser à l’Etat… qui se dit en situation de pré faillite, qui multiplie les plans d’austérité, imposés à tous les Français, qui fait la chasse aux niches fiscales et augmente la TVA.

Rendre ce trésor de guerre aux Français semblerait logique. Dans son discours d’investiture, le 1er octobre dernier, le nouveau président du Sénat, le socialiste Jean-Pierre Bel, n’a pas écarté cette éventualité. Au-delà de la justice sociale, cela améliorerait l’image d’une institution pléthorique (348 sénateurs français, contre 100 aux Etats-Unis, 66 en Allemagne et 264 en Espagne), aux émoluments ou avantages élevés (les sénateurs touchent près de 15.000 € brut par mois, dont 6.000 en indemnité mensuelle forfaitaire pour frais).

Jean-Pierre Bel a donc admis : « Nous devons changer l’image de notre Assemblée, souvent caricaturée certes, mais qui se doit aujourd’hui à plus de transparence, plus de modestie. Elle se doit d’aller vers une vraie rénovation démocratique, vers une autre façon de travailler […]. Nous devons en débattre ensemble, dans un cadre collectif. »

Monsieur le président, pour « plus de transparence, plus de modestie » rendez à l’Etat la cagnotte de 1,310 milliard d’euros, puisque tous les ans vous touchez plus d’argent que vous n’en avez besoin. En 1992, le gouvernement de Pierre Bérégovoy avait déjà demandé à l’Assemblée nationale et au Sénat de restituer leurs deux cagnottes… afin – déjà ! – de diminuer le déficit budgétaire.

L’Assemblée nationale avait accepté de rendre, en deux fois, 4 milliards de francs (environ 610 millions d’euros). Les divers présidents du Sénat, eux, se sont opposés à tout remboursement, permettant à leur cagnotte de grossir encore. La raison officielle de ce refus était toujours la même : gonflé d’intérêts, ce reliquat des sommes versées par l’Etat constituait une provision en prévision des retraites futures des sénateurs et du personnel de cette Assemblée. On l’a vu, faux argument. Alors, Messieurs les Sénateurs, remboursez ! Un milliard trois cent dix millions d’euros pour diminuer, tout de suite, notre dette sans douleur, qui dit mieux ?

 

Les plus hauts salaires de la fonction publique

Cette caisse noire ne sert pour l’instant presque à rien, sinon à immobiliser des excédents financiers dans un Sénat qui accorde déjà les plus hauts salaires mensuels brut de la fonction publique à son personnel. Un salaire minimum fixé à 3.000 € pour, notamment, les gardiens du Luxembourg, lingères et agents de nettoyage, 6.000 € pour les chauffeurs en début de carrière et jusqu’à près de 20.000 € pour les grands directeurs. Un même Sénat qui fait bénéficier les anciens sénateurs de retraites mensuelles brut canon : 4.400 € en moyenne, 6.600 € pour vingt-deux ans de cotisations et jusqu’à 10.000 € pour une quarantaine de sénateurs « dignitaires ». Cerise sur le gâteau : une indemnité mensuelle (« allocation de retour à l’emploi » payée par le Sénat) pouvant aller jusqu’à 5.542 € est versée à chaque sénateur battu aux élections et sans emploi… pendant trois ans.

Par Yvan Stefanovitch

C'est sur France Soir !

Partager cet article
Repost0
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 09:31

 

N’hésitons pas à réactualiser les grands auteurs : La religion n’est plus l’opium du peuple. Il faut inverser la formule, ce qui est conforme à la dialectique marxiste. Voici la nouveauté : « L’opium est la religion du peuple ».

Précisons : la société libérale réduit la transmission des connaissances à l’apprentissage du marché. Ca s’appelle la « mercatique » et il est question de créer des « salles de shoot ».

Le « shoot » c’est à la fois la came pour tous : la drogue, l’abrutissement télévisuel, les sports de masse… Inutile de lire, de raisonner, c’est ce qu’apprend Jean-Claude Michéa dans « L’Enseignement de l’ignorance ». Ah ! on s’instruit, dans ce blog !

Puisqu’on n’a plus le droit ni les moyens de le faire dans l’ex-Education Nationale.

Et on a le droit de transgresser les tabous dans le blog elize-chanson. Par exemple on peut rappeler que Marx est l’auteur de « La question juive ». Il dénonce, dans ce texte, la nocivité du Judaïsme. Ce n’est pas du racisme du tout, mais une lutte contre la religion des dollars et le pouvoir de l’argent. Ceci ne contredit pas le droit à la croyance individuelle. Alain Soral, dans son dernier livre, très politique, facile d’accès, « Contre l’Empire », nous rappelle à notre sort d’esclaves volontaires. Ca ne peut plus durer !

Travaux pratiques : ça ne vous fait rien, à vous, de passer à côté de ces jeunes qui vivent dehors, qui n’ont rien, et aucun espoir d’avoir un jour quelque chose ? Et qui n’ont plus, bien souvent, le goût d’apprendre ? Et qui, effectivement, n’ont d’autre recours que les ordinateurs.

Simple tout petit exemple : dans un supermarché castelroussin, une caissière m’a expliqué que les gâteaux du samedi, autrefois distribués au personnel, parce qu’ils seront avariés le lundi, sont désormais tous détruits.

Enfin pas tous, il arrive qu’on change l’étiquette. Autre petit exemple : un employé d’une enseigne de Cap Sud, toujours à Châteauroux, puisque je suis en voyage avec Julie dans cette région arriérée, m’a montré sa tenue de travail : c’est la sienne. Son habit du dimanche, et même pour aller à la messe. Heureusement, il m’a dit qu’il n’y allait plus à la messe. Une paroissienne m’a dit la même chose : « Le jeune curé s’est barré avec la femme du notaire, ils nous en ont ressorti un vieux qui pue de partout…je veux pas mourir asphyxiée, même avec les sacrements de l’église ! » Et elle ajoute : « les saintes hosties sont fabriquées en Chine, ils connaissent pas les dosages ! »

Je suis contre la peine de mort mais contre la peine seulement. On peut très bien euthanasier tous ceux qui détiennent vraiment le pouvoir et leurs complices. Une piqûre pour endormir, une seconde pour l’arrêt du cœur.

L’euthanasie, c’est, étymologiquement, la mort douce. Elle sera douce pour eux, et encore bien plus douce pour nous. Mort aux maîtres du monde !

Il s’agit d’une chasse aux nuisibles ! Une battue organisée dans le cadre de la mondialisation !

Attention, ne donnez pas le gibier au chien, il est contaminé ! Et le chien, il n’a rien fait de mal, lui. C’est pas un criminel.

 

Partager cet article
Repost0
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 09:26

 

Après quinze minutes entières, sur les trente que compte le journal de 13 heures de France 2, consacrées à la neige qui tombe désormais en plein hiver, la présentatrice des infos télévisées, Elise Lucet, évoque avec le sourire qui convient ce qu’elle appelle « une bonne nouvelle » : le contrat à venir établi entre la France et l’Inde portant sur l’achat par le gouvernement de New Delhi de 126 avions Rafale à la firme Dassault.

Là-dessus, elle cède la parole à un journaliste spécialisé – en commerce extérieur ? en questions militaires ? On l’ignore, mais l’important, en cette époque où pullulent les experts, est précisément qu’il le soit. Ce dernier précise alors que seuls 18 de ces 126 avions de combat seront fabriqués en France, l’Inde se chargeant des 108 autres, grâce à un transfert de technologies.

Inquiète, le sourire un peu terni par cette précision préoccupante, Elise Lucet l’interrompt par une question angoissée : « Mais c’est tout de même une bonne nouvelle ?! » Affichant le sourire radieux d’un agent commercial au carnet de commandes plein comme un œuf, le spécialiste se fait aussitôt rassurant : « Oui, Elise, c’est une très bonne nouvelle ! Qui va assurer plusieurs milliers d’emplois sur cinq ans ! » On entendrait presque, alors, le soupir de soulagement de la présentatrice, redevenue tout sourire.

Devant cette joie manifeste des deux personnes présentes sur le plateau, à l’annonce d’une vente colossale d’engins de mort, jamais l’envie de devenir âne paisible dans un pré ne m’a autant saisi qu’en cet instant.

Partager cet article
Repost0
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 09:22

 

DANONE OBLIGÉ DE RETIRER SA PUBLICITÉ MENSONGÈRE APRÈS 15 ANS DE MATRAQUAGE ET DE DÉGÂTS

 C'est officiel depuis fin septembre 2011 c'est pourquoi il n'y a plus de pub à la télé

Le « pavé dans le pot de yaourt » qu'a lancé Didier Raoult *, chercheur français, dans la prestigieuse revue scientifique « Nature » de septembre 2009 a fini par être payant.

 Pour le patron du labo de virologie de la Timone à Marseille, les yaourts et autres boissons lactées farcis aux pro biotiques que l'on nous fait avaler depuis près de 20 ans auraient une grosse part de responsabilité dans l'épidémie d'obésité qui frappe les enfants.

Les pro biotiques que Danone ajoute à tout va dans divers yaourts sont selon les allégations de la marque assénées à la télévision, censées « booster » les défenses immunitaires. On en trouve plus de 1 milliard par pot d'Activia ou d'Actimel.

Le hic est que ces bonnes bactéries «actives et vivantes », dixit Danone, sont les mêmes que celles utilisées depuis longtemps dans les élevages industriels comme activateurs de croissance pour faire grossir plus rapidement cochons et poulets. Un porc ainsi gavé de pro biotiques, c'est plus de 10 % de gagné sur la balance.

Danone pousse donc à « élever » nos enfants comme des cochons ou des poulets !
En fait, en début d'année, des chercheurs ont eu l'idée de comparer la flore intestinale des obèses et des non obèses. Et là, surprise, les premiers étaient bourrés de pro biotiques, ceux qu'on trouve justement dans les yaourts «santé plus».
Didier Raoult commente : « On a autorisé pour l'alimentation humaine des activateurs de croissance utilisés dans les élevages, sans chercher à savoir quel serait l'effet sur les enfants ». Du coup, celui-ci a réclamé des études pour connaître le rôle précis de TOUS les produits lactés dans l'épidémie d'obésité infantile.
En outre, il n'y a pas que les enfants qui sont victimes de cette supercherie : « J'ai rencontré de nombreuses femmes potelées bien que sous alimentées, et qui cherchaient désespérément à maigrir en se limitant à quelques yaourts par jour plus quelques babioles ». Et désespérante désillusion, elles continuaient à grossir, étaient de plus en plus fatiguées et fragiles....
 Finalement, les semeurs d'alerte indépendants ont fini par émouvoir les services officiels avant que le scandale n'éclate trop au grand jour.
 C'est ainsi qu'ils viennent de mettre la pression sur le groupe Danone, l'obligeant, selon les termes délicats des grands journaux « à revoir sa copie » (Un monstre comme Danone, ça se ménage). Il faut tout de même réaliser que cela pourrait être un coup dur pour le lobby puisque les groupes Actimel Europe et Activia Europe pèsent ensemble > 1,5 milliards d'Euros sur un chiffre total Danone de 15 milliards, soit 10 %.
Mais ne nous faisons guère de soucis pour cette entreprise de tricheurs, car entre ses discrètes et adroites manœuvres de retrait publicitaires et les addictions de beaucoup de consommateurs, il n'y a pas vraiment le « feu au lac », en attendant qu'on nous invente une autre « Salade à la mode ».

Faites passer...c'est de salubrité publique...!


* Didier Raoult est professeur de microbiologie et spécialiste des maladies infectieuses. Il dirige l'Unité de Recherche en Maladies Infectieuses et Tropicales Emergentes (URMITE) de Marseille. Le Grand Prix Inserm 2010 lui a été décerné à 58 ans pour l'ensemble de ses travaux sur les agents pathogènes et sa découverte des virus géants.
Partager cet article
Repost0
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 09:19

Sortez vos mouchoirs ...............................


 
http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/4/08/60/68/Doc-HTML/Elus-2.html#

Partager cet article
Repost0
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 09:14

 

 

Trou du cul du monde, le vendredi 27 janvier 2012

 

Chères (au moins au sens pécuniaire du terme) avocates (je n’ai pas osé écrire « maîtresses » car ma pt’it’ femme regarde par-dessus mon épaule),

 

L’autre jour, le mardi 24 janvier exactement, nous avons déjeuné côte à côte à L’Ostreo Bar de la rue du Port à Clermont-Errant.

Vos frais minois, vos plastiques avantageuses, vos sourires, votre faconde, votre ramage qui ressemblait à votre plumage et faisait de vous les Phénix des hôtes de ce bar, m’ont vivement séduit, en dépit de la présence de ma chère épouse et de mon âge avancé (comme on dit d’un camembert qui n’a plus de tenue).

Mais je ne viens pas vers vous la flatterie aux lèvres, bien que vos frais minois, etc.

C’est non pas de votre pouvoir de séduction que j’ai besoin mais de votre professionnalisme avéré, dont au sujet duquel Éric m’a causé.

Voici ce kilt (écossais) en est.

J’ai la ferme intention d’homicider dans les plus brefs délais et de la plus indolore mais plus efficiente façon, ma belle-mère, et ce pour plusieurs raisons :

  • d’abord, elle a 97 ans, ce qui constitue un bel âge pour faire une défunte encore décente, alors qu’elle s’y refuse avec une incompréhensible et condamnable obstination ;

  • ensuite, elle a pas mal de pognon qui ferait bien l’affaire de sa fille et encore mieux la mienne (car ma légitime ne me refuse pas grand-chose) ;

  • et enfin, et surtout, ça fait un sacré bout de temps qu’elle me les brise menu, menu à propos de n’importe quoi (pour faire court : ce que je dis et ne dis pas, ce que je fais et ne fais pas, ce que je suis et ne suis pas).

C’est vrai, et là je ne peux pas lui donner tort, je rends sa fille aînée malheureuse, mais en quoi cela la regarde-t-il ? Elle a qu’à voir ce que ça donne en Iran, quand les gonzesses essaient de se mettre du rimmel sous la burqa !...

Bref, je ne voudrais pas vous tenir la jambe, quoique je la devine charnue, musculeuse et bien tournée et que ces jolis bas noirs autofixants à large couronne de dentelle diaphane la mettent sérieusement en valeur, mais je voudrais savoir (non pas pourquoi les femmes blondes, etc.) mais combien vous me prendriez pour me défendre au cas où je passerais de l’idée criminelle à l’acte du même genre, compte tenu de ce que je rassemble sur ma tête (à couper), d’une façon qui me semble irréfutable, le maximum de circonstances exténuantes.

Si nous pouvions nous mettre d’accord sur un prix raisonnable (payable par carte de crédit en quatre versements sans frais, s’il vous plaît), où pourrions-nous nous rencontrer en catimini, sans embrouillamaxi, pour mettre au point un modus operandi (au pluriel si vous y tenez, modi operandi) ?

Je pense que le bar à huîtres qui constitue votre cantina serait un terrain neutre idéal, à condition que nous puissions discuter de la chose hors de portée des portugaises (ou des marennes) trop affûtées du sieur Éric que je soupçonne d’en croquer.

Je comprendrais que vous refusiez mon offre (soit 10 % des 240 000 millions d’euros de la vieille, payables à 90 jours fin de mois), mais s’il vous plaît parlons-en tranquillement avant que vous ne couriez me cafter aux flics.

D’abord, vous n’en avez pas le droit (ni d’ailleurs le gauche). Faisez gaffe, car j’ai de la famille ! Un pour tous, tous parrains !

 

Gybde Corleone, Auvergne

 

Pauses du script homme :1/ Si par manquement à l’esprit de justice et malencontre, je venais à être condamné par le terrible juge Contumace (qui n’épargne personne), à combien estimeriez-vous la peine que j’encourrais ? Huit jours ? Quinze jours ? Davantage ? Moins ? 2/ Malgré la préméditation qu’implique et prouve la présente babillarde, croyez-vous que je puisse bénéficier d’une mesure de sursis ?3/ Enfin (et peut-être surtout) pourriez-vous faire en sorte qu’Éric, votre chevalier servant qui semble n’avoir rien à vous refuser, soit membre du jury (un substantiel pourboire lui sera assuré) ?

Partager cet article
Repost0
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 09:11

 

Malheureusement les bavures existent déja , voir clermont Fd , Marseille etc....
> c'est un décret paru le 1er juillet en toute discrétion
> L'état se donne le recours possible d'utiliser des balles réelles sur sa population , calibres 7.62 , qui sont des munitions de guerre , si nécessaire .
> Cette loi paru sur le journal officiel est révélatrice : ils se préparent au pire
> http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000024287129&dateTexte&categorieLien=id
>
>
France : La police peut tirer à balles réelles sur les manifestants
> Le décret n° 2011-795 signé le 30 juin 2011 par François Fillon, Claude Guéant et Gérard Longuet stipule que, dans le cadre du maintien de lordre public, les forces de lordre ont lautorisation légale duser darmes de guerre et de leurs munitions contre les fauteurs de trouble.
>
> Il sagit plus précisément de « fusil à répétition de précision de calibre 7,62 × 51 mm et ses munitions », arme classifié catégorie 1 soit « armes à feu et leurs munitions conçues pour ou destinées à la guerre terrestre, navale ou aérienne », littéralement.
>

Voilà, linfo est là. Jaurais presque envie de marrêter là tellement je suis sans voix. Chez nous, en France, historiquement pays des droits de lHomme, il est possible de se faire abattre en pleine rue pour avoir le culot de défendre ses droits et ses idées !
>  
>  Si le lot de lois liberticides pondues durant ce quinquennat minspire un profond dégout pour le gouvernement en place, une nouvelle barrière a été franchie avec ce décret ; il sagit dun point de non-retour faisant voler en éclat le principe même de liberté au sein dune démocratie ! Sans compter que cest la porte ouverte à toute sorte de bavures qui ne seront pas punies, ni même réprimées. Tu métonnes : « On avait le droit ! Ils nous ont envoyé un cailloux ! Même que Bernard la reçu sur son bouclier ! »
>  
> Mais de quoi le gouvernement a-t-il tant peur ? Est-ce quil craint que le vent des révolutions arabes narrive jusquen France devant la nouvelle crise qui se profile ? Est-ce quà force damitié avec les dictateurs de ce monde, ils en viennent à admirer leurs méthodes ? Après tout, la Chine a une croissance à deux chiffres, elle !
>  
> Même si ça devait être le cas, nous sommes dans une démocratie qui, je le rappelle, signifie la souveraineté du peuple ! Si le peuple (dans sa majorité) estime que le gouvernement na plus de légitimité et lutte pour cela, il devrait être du devoir du pouvoir en place de démissionner ! Et non pas de disperser la foule avec armes de guerre !
> Ce décret na tout simplement pas lieu dêtre, prône létat policier et fais un pas de plus vers la construction dune société orwellienne.

 

Partager cet article
Repost0
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 09:09

Le Keren Kayemeth Leisrael (KKL), Fonds national juif selon son appel­lation fran­çaise, pro­gramme un concert au Zénith de Paris le 5 février pro­chain. C’est pour nous pro­fon­dément cho­quant compte tenu des acti­vités de cette orga­ni­sation qui dis­simule son activité réelle der­rière une façade écologique. Lire la suite

Partager cet article
Repost0
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 09:05

 

Les dessins de Burki du mois de janvier 2012 :

http://chansonrebelle.com/dessins-de-burki/burki-janvier-2012.html

Une maison d’édition qui fait la joie des amateurs de chansons d’auteurs et des poètes, à des prix très abordables «EPONYMES» :

http://chansonrebelle.com/parutions-cd-/-livres/editions-eponymes.html

Stone et Charden élevés au rang de chevaliers de la légion d’honneur, on se fout de notre gueule :

http://chansonrebelle.com/coups-de-gueule/on-se-fout-vraiment-de-notre-gueule.html

Gérard Yon «Selon la police», une vidéo à ne pas manquer :

http://chansonrebelle.com/betiser/gerard-yon-selon-la-police.html

Nouvel album de Bruno Brel «Détours d’horizons», vingt chansons à vous prendre aux tripes et au cœur :

http://chansonrebelle.com/parutions-cd-/-livres/bruno-brel-detours-d-horizons.html

Gérard-André pousse un coup de gueule contre les restrictions de notre liberté d’expression :

http://chansonrebelle.com/coups-de-gueule/gerard-gorsse-la-nos-liberte-s-et-l-absurde.html

Raphaël Angelini, dernier arrivé sur le site en 197èmeposition, chanteur belge intègre victime de la censure :

http://chansonrebelle.com/les-chanteurs/angelini-raphael.html

Clémence Savelli, nouvel album «Le cri», du réalisme teinté de colère et d’une fine écriture :

http://chansonrebelle.com/betiser/gerard-yon-selon-la-police.html

Un livre de Jean Dufour "Raymond Devos, funambule des mots", au contenu édifiant :

 http://chansonrebelle.com/parutions-cd-/-livres/jean-dufour-raymond-devos-funambule-des-mots.html

 

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 10:14

Jamais, depuis que le monde est monde, comme disaient les Anciens (j’entends par cette expression la génération de mes grands parents, c’est-à-dire celle de vos arrières grand-mères), on n’avait vu autant d’émissions de télévision vantant les recettes de cuisine !
Il faut dire qu’en 1940, on n’avait pas la télévision ! Alors on se contentait de publicités mesquines, de très petite diffusion et encore ! Sans les images parfois !
Dans les zones rurales un peu évoluées, comme chez moi, dans le centre de la France, on disposait d’assiettes décoratives vantant les mérites de Félix Potin par exemple ! Félix Potin était le seul appel à la gourmandise et encore son impact était-il atténué par une autre assiette, dédiée à Félix Faure. Je les ai longtemps confondus ! D’autant plus qu’une boîte en fer (du fer d’avant guerre, avant que la Route du Fer ne fût coupée, écoutez, je vous préviens, si vous n’êtes pas instruits, inutile de poursuivre la lecture de cet article, de toute façon c’est trop tard, avec l’avance que j’ai sur vous. Je consens, parce que c’est le début du texte, à vous préciser que la route du Fer n’est pas un Chemin de Fer, mais un itinéraire célèbre défini par Monsieur Adolphe Hitler, chef d’Etat, c’est-à-dire criminel de guerre, comme tous les chefs d’Etat, pour désigner l’acheminement du fer depuis la Scandinavie jusqu’à Berlin. Le fer, matière indispensable pour procéder à la fabrication de projectiles à l’époque antédiluvienne où l’on ne connaissait pas d’autres armes plus efficaces pour écrabouiller les pauvres gens, comme la fission de l’atome…c’est un exemple parmi d’autres…Ah il est temps de réviser, mes lascars et mes lascardes, écoutez ne me faites pas chier sous prétexte que ce mot n’existe pas, enfin il n’existait pas encore, eh bien cette omission est réparée, car grâce à moi, vous disposez d’un vocable tout neuf pour désigner les femelles de l’homme, voilà on arrive à la fin de la parenthèse ! Mais c’est uniquement pour vous faire plaisir, et parce que je suis foncièrement bon, je me demande d’ailleurs si vous le méritez, certains soirs de mélancolie dépressive…) Donc, Félix Potin et pas Félix Popotin, comme a pu le croire une certaine négresse en agressant Meussieu DSK, un gâs qui gagne pas suffisamment cher pour se payer un nom et un prénom entiers ! Il n’a pu s’acheter que les initiales.
 Je continue ma description de la vie rurale en 1940. Sur un paquet de Banania, ma famille (le chef de tribu peut-être) avait disposé une autre boîte en fer représentant un nègre, dont chacun sait, grâce à la lecture de l’Almanach Vermot, qu’il dévorait les missionnaires, sans se mettre dans la position du Kama Sutra, contrairement à la jeune négresse qui broutait (car les nègres broutent, comme les chameaux qui les accompagnent !) Meussieu DSK par le bas, il était donc en état de légitime défense, voici encore un argument supplémentaire pour défendre cet honnête socialiste, victime d’une cannibale !
 Meussieu Félix Faure se faisait brouter par une blanche, mais c’était autorisé et d’ailleurs ça ne se voyait pas dans l’assiette, car nous étions tous catholiques et nous ne mangions plus de viande humaine depuis longtemps, ça aurait été un péché mortel !
  Et ça y est j’arrive au vif du sujet ! Pourquoi tant de livres de recettes de cuisines et d’émissions de télévision vantant les mérites de la gastronomie française, pendant que deux milliards d’êtres humains crèvent de faim et que nous broutons Julie Andrieu, en commençant par les meilleurs morceaux ? et à l’heure de l’apéritif en plus !
 Vous voyez, c’est un vrai problème que je soulève ! Nous nous livrons au raffinement culinaire tandis que les enfants des favelas n’on rien à se mettre sous la dent qu’ils n’ont pas encore. Et qu’ils n’auront jamais, puisque chez nous les femmes n’allaitent pas les enfants des crève-la faim ! D’ailleurs nos femmes à nous, Occidentaux, ont des seins en silicone et ça leur foutrait le cancer, à ces bébés fragiles !
 Je vous le disais que cet article finirait par être très politique. Pourquoi les affamés ne mangent-ils pas les suralimentés ?
 C’était la morale de cette charmante oeuvrette qui incitait à la chasse aux riches ! Ecoutez, oubliez Julie, elle n’a pas de seins, ne mangez que les bons morceaux. Dévorez les mâles aussi ! Dévorez les enfants des riches, mais stérilisez-les auparavant, ils sont contaminés par l’élevage à la pénicilline !
 Et surtout ne bouffez pas Sarkozy tout cru, ni sa grognasse ! Ni la grosse Boutin, ni l’Alliot Marie, toute cette viande de corrompus est toxique ! On devrait les signaler avec un dessin représentant une tête de mort avec deux os en croix comme on le faisait autrefois pour les poteaux soutenant les lignes à haute tension !
 Une tête de mort sur Sarkozy, une autre sur Carla avec cette mention : « Danger de mort ! »
Je vous autorise d’ailleurs à les éliminer au Round Up qu’ils nous font bouffer dans leurs produits agro alimentaires. Et finalement, ne les mangez pas, c’est trop dangereux. Contentez-vous de les empoisonner.
 Merci de passer au plus vite à l’action.

(Le dernier CD d’Elizabeth comporte une chanson qui va dans ce sens et plein d’autres, très favorables à une bonne hygiène de vie. Demandez-le aux Editions de l’Impossible !)

Partager cet article
Repost0