Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 novembre 2010 6 06 /11 /novembre /2010 07:49

 

Sarkozy contre le peuple français. L’attaque est forte, la riposte aussi. Mais quels intérêts trouve-t-on derrière le président français ? Est-il vrai qu’il n’y a pas d’alternative ? Notre dossier analyse la stratégie de l’Union européenne depuis Lisbonne, et tout s’éclaire. Et si cette “austérité” était plutôt un détournement de fonds vers d’autres poches ? L’exemple allemand, plus discret, le montre bien...

Michel Collon & l’équipe Investig’Action

>  

Politique antisociale de l’Union Européenne

>  

Grégory Mauze- L’UE face aux retraites : Vers une augmentation coordonnée du chômage ?

Le bien-être des citoyens ne pèse pas lourd face aux exigences des multinationales

>  

Solidaire- Plans d'austérité : Tour d’Europe

Grande-Bretagne, Allemagne, Espagne, Belgique... : attention, les bulldozers arrivent !

>  

Henri Houben-Stratégie de Lisbonne: attention, chute d’emplois!

Une analyse rigoureuse de la politique européenne et de son mythe : la compétitivité.

>  

Mobilisation en France :

>  

Jean Varin- Malgré la répression, la mobilisation ne faiblit pas. Les syndicats suivront-ils ?

Dans le brouillard médiatique, seule la détermination paye.

>  

Gilles Balbastre - Matin de mobilisation sur RTL : les signes avant-coureurs de l’Apocalypse ? 

Toute une matinée passée à diaboliser les  “casseurs”

>  

Investig’Action- Réforme des retraites: brèves

Coup d’oeil sur l’actu: répression policière, solidarité des grévistes et conseils du FMI.

>  

Argumentaires et alternatives

>  

Anonyme- Ne pas battre en retraite !

Démographie, Chômage, Privatisation, l’auteur fait le tour des principaux enjeux du débat.

>  

Frédéric Lordon- Le point de fusion des retraites

Baisser les pensions, lier les retraites à la Bourse et permettre aux patrons de se servir dans cette caisse.

>  

VIDEOS :

>  

Nicolas Sarkozy:  Revenir sur la retraite à 60 ans ? Je ne le ferai pas.”

Comme quoi les promesses électorales ne coûtent rien, mais ne valent rien non plus. “Démocratie” ?

>  

Mehlang Chang- Clin d’oeil chinois : “Ils sont fous, ces Français !”

Canular : Le syndrome du larbin expliqué par un vénérable professeur.

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2010 6 06 /11 /novembre /2010 07:43

 

Bonjour à tous,

Chaque mois une nouvelle chanson est en écoute sur la première page du site, ceci de manière arbitraire. Au mois de novembre : "Combien ça coûte ?" de François Béranger, déjà 7 ans que le Père François nous a quitté, mais toujours présent dans nos cœurs.

Si vous constatez des erreurs, des fichiers son ou vidéo qui ne fonctionnent pas, contactez-moi.

Je suis toujours à la recherche de spectacles pour me produire sur scène ou dans la rue. Alors si vous avez des tuyaux, contactez moi. J’en arrive à oublier que je chante moi aussi !!!!

 

Les dessins de Burki, du mois d’octobre 2010 :

http://chansonrebelle.com/dessins-de-burki/burki-octobre-2010.html

 

Ce mois d’octobre, les livres sur les chanteurs sont à l’honneur, avec des bouquins d’une grande richesse.

 

Une vidéo, montrant notre ministre de la culture se déhancher, qui en dit long sur la politique culturelle de son ministère. Alors dansez maintenant ! La Techno Parade et les paillettes oui, la culture jetée aux oubliettes ! : http://chansonrebelle.com/coups-de-gueule/au-secours-malraux-fredo-est-devenu-fou.html

Superbe bouquin de Michel Thioreau, «La chanson de proximité» sur les lieux de chansons, leurs origines, avec des explications et des commentaires, un vrai travail d’historien, une belle anthologie de la chanson française :

http://chansonrebelle.com/parutions-cd-/-livres/michel-trihoreau-la-chanson-de-proximite.html

Un autre livre de Michel Thioreau « renCONTrES », une succession de petites nouvelles qui mettent en scène des personnages de chansons de Georges Brassens, le tout illustré par Cathy Beauvallet :

http://chansonrebelle.com/parutions-cd-/-livres/michel-trihoreau-rencontres.html

Un livre de Jean Dufour, illustré par José Correa «Portraits volés», des portraits lucides et sans concessions de chanteurs, d’humoristes et d’un conteur écrivain. Tous ces artistes, Jean Dufour les a côtoyés :

http://chansonrebelle.com/parutions-cd-/-livres/jean-dufour-jose-correa-portaits-voles.html

Masdau sur Radio Zinzine, émission «Le nez dans les affaires» du 15 octobre 2010 :

http://chansonrebelle.com/medias-parlant-du-site/masdau-sur-radio-zinzine.html

Un DVD d’un récital de Clémence Savelli «La seulitude», un vrai régal :

http://chansonrebelle.com/parutions-cd-/-livres/clemnce-savelli-la-seulitude-en-dvd.html

Un livre à se procurer absolument «ELLES et EUX et LA CHANSON». 60 chanteurs répondent aux questions intelligentes de Michel Reynaud et Véronique Olivares :

http://chansonrebelle.com/parutions-cd-/-livres/-elles-et-eux-et-la-chanson.html

Jean Dufour parle de la chanson :

http://chansonrebelle.com/dossiers/jean-dufour-parle-de-la-chanson.html

Une parodie réaliste d’un extrait du film allemand "La chute" (Der Untergang), 2004, car la France en est là :

http://chansonrebelle.com/betiser/une-reelle-fiction.html

Un nouveau chanteur sur le site plein d’humour réaliste: Domi avec son premier CD «Les Tocs» :

http://chansonrebelle.com/les-chanteurs/domi.html

5ème journée provençale de la santé humanitaire, violence envers les femmes, une fatalité ?

http://chansonrebelle.com/dossiers/-les-ailes-du-desir-lutte-contre-l-excision.html

 

A mes amis chanteurs

Allez régulièrement sur votre page, car des internautes vous adressent parfois des messages en bas de page. Faites-moi parvenir votre actualité (dates de concerts, sortie de nouveau CD etc.) que je puisse mettre à jour votre page. Je ne mets en ligne que les dates de concerts qui me sont envoyées un mois avant le spectacle, avec un visuel et un descriptif. Ceci pour une raison d’efficacité. De même je n’ouvre pas une page de lancement de nouvel album si je ne l’ai pas reçu.

 

Quelques internautes éprouvent des difficultés à écouter la chanson ou à visionner les vidéos. Un petit rappel, vous devez installer Real Player sur votre ordinateur http://france.real.com/realplayer/

Et une meilleure navigation avec Mozilla http://www.mozilla-europe.org/fr/firefox/ en remplacement d’Internet Explorer.

En effet, le site est dédié à la chanson française et il serait regrettable que vous ne puissiez pas écouter les créations et voir les vidéos.

 

Pour les annonceurs de spectacles ou de festivals

Quelques petites règles simples pour plus d’efficacité :

-      L’info doit m’être envoyée un mois avant le spectacle, avec un visuel et un descriptif.

-      Je ne fais que les lancements des spectacles et festivals qui sont dans l’esprit du site.

-      Une participation financière à la hauteur des moyens des organisateurs m’aide à pérenniser le site, et dorénavant je ne ferai les lancements qu’après réception de cette participation.

-      Je peux mettre un compte-rendu lorsqu’il m’est envoyé, avec photos et textes.

 

La souscription pour la maintenance du site

Elle est toujours ouverte, car la gestion a un coût que je supporte de plus en plus difficilement, en modeste retraité que je suis, seul et bénévolement, sans subventions. Que ceux qui soutiennent le site le fassent à la hauteur de leurs moyens, les petits ruisseaux faisant de grandes rivières. Je n’annonce plus que les festivals et spectacles qu’en échange d’une contribution financière (cela suppose un investissement en temps). En effet le site a un coût d’environ 1500€ par an, soit 125€ mensuel et je ne demande pas de participation systématique aux chanteurs pour créer leur page, sachant que certains ont eux aussi des difficultés financières.

Un grand merci aux généreux donateurs.

Les chèques peuvent être adressés à :

Gérard Gorsse

2 rue basse

42740 Saint Paul en Jarez

Je peux vous envoyer un reçu, et le budget du site.

Salut et fraternité

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2010 6 30 /10 /octobre /2010 09:46

 

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2010 6 30 /10 /octobre /2010 09:35

Car l’uniforme, selon la fameuse formule de Boris Vian, est un avant-projet de cercueil. Il ne s’agit plus, en effet, de rectifier la position, mais d’uniformiser les militaires, de façon à ce qu’on n’assiste plus à ces scènes lamentables : des cadavres dont les pantalons sont trop moulés, voire carrément trop courts, des blessés qui agonisent dans des souliers ridiculement longs, bref des combattants qui crèvent comme des clowns dans des positions déshonorantes et démoralisantes pour le patriotisme.

408-italie.jpgLes « industriels du textile », me dit mon quotidien, sans d’ailleurs préciser à quels industriels il fait allusion vont prendre les mesures sur 12 000 personnes ! 500 militaires dont 130 femmes « sont en train d’y passer », ajoute élégamment mon confrère. Cette vaste opération aura lieu à Tours, sur la base aérienne.

Car l’armée doit habiller pour l’hiver et l’été, 60 000 militaires !

J’ose le dire et même le crier très haut : cette mesure, à un moment où sévissent le chômage et la misère en France, où les jeunes sont tellement enthousiastes dans les lycées qu’il faut désormais un policier par établissement pour faire entrer la connaissance dans les têtes, cette mesure est salutaire. Sinon qu’allons-nous devenir ? des Irakiens ? des Palestiniens ? des Tchétchènes ? Et tout ça au pays de Louis XIV et de l’Empereur Napoléon 1er ? Au pays du Maréchal Pétain ?

Mesurer le militaire est urgent, et d’abord parce qu’on en avait assez d’être obligé d’enfoncer les cadavres à coups de baïonnette dans des cercueils trop petits. Ils est même arrivé que des manches galonnées pendissent une fois la caisse refermée ! On brisa, m’assure-t-on les membres de salopards qui n’avaient pas, avant de mourir héroïquement, indiqué avec précision les dimensions de leurs abattis ! Ah elle était belle, la France des soldats inconnus !

Mais il est intéressant de noter que les mesures qui vont êtres faites, le seront selon les technologies les plus sophistiquées. En 3 D , assure le journaliste local. On ne saurait se contenter de la toise, en effet. Souvent, le bidasse, ému à l’idée d’aller donner son sang, ses tripes et quelques autres organes auxquels il avait la faiblesse de tenir, par un reste de philosophie défaitiste, rentrait la tête dans les épaules pour gagner, ou plutôt perdre, deux ou trois centimètres. Résultat : des habits trop longs qui traînaient dans la boue ! D’autres trichaient sur le poids, en refusant de manger huit jours avant la mobilisation ! Ces profiteurs, par la suite, avalaient une triple ration de lentilles aux cailloux et trois mois plus tard, il fallait changer le ceinturon !

L’armée française a ainsi perdu en dignité, mais aussi en espèces sonnantes et trébuchantes, selon la formule consacrée. Car certes, les clairons sonnaient la charge, mais les soldats trébuchaient, empêtrés dans des bandes molletières qui faisaient rire l’ennemi quand il leur transperçait l’intestin grêle d’un geste ample et d’autant plus noble que l’habit était adapté au geste.

On mesurera aussi « le périmètre crânien » et c’est peut-être là que se situe la meilleure idée. Car lorsque, par les soirs avinés de mai, l’adjudant hurlait : « Gard’vop », ce qui signifie en langue vulgaire, je veux dire en civil, « Garde à Vous ! » et ajoutait : « Je ne veux voir qu’une seule tête », eh bien, souvent, il en voyait deux, parfois trois. Ce phénomène n’avait pas pour seule cause l’ingestion de deux caisses de Kronenbourg, il tenait à la malignité du soldat de deuxième classe, le bien nommé. En effet, beaucoup de ces pseudo-combattants avaient l’audace de ne pas mesurer la même longueur. D’autres s’empiffraient la bonne soupe aux haricots sans se soucier de leurs camarades plus maigres, dont l’organisme eût mérité une double ration.

Désormais donc, tout sera normalisé. On sera habillé une fois pour toutes. Et on envisage même, du moins les fameux « industriels du textile », d’étendre la mesure aux civils, sauf aux plus pauvres, mais ce ne sont plus des hommes à proprement parler, d’ailleurs on les voit souvent, à la porte des supermarchés, dont l’entrée leur est interdite comme aux chiens qui les accompagnent.

Je suis en mesure, suite à des indiscrétions dont on comprendra aisément que je ne révèle pas la source, que certains militaires disposaient de cerveaux dont le poids n’atteignait pas 10 grammes. Comment voulez-vous installer convenablement un képi sur des crânes de cette dimension ?

D’autres avaient la « grosse tête » et hurlaient sans aucun souci d’harmonie dans les cours de nos casernes. D’autres enfin avaient les pieds plats, les genoux cagneux. Certaines femmes persistaient, je prie les chiennes de garde de m’excuser, mais enfin la vérité avant tout, d’utiliser des tampax non réglementaires ! Et même pas tricolores, tandis que les mâles « portaient » comme on dit, indifféremment à droite ou à gauche !

Incroyable.

Enfin, tout s’arrange, nous voilà prêts pour la prochaine, à supposer d’ailleurs que la précédente ait jamais cessé !

Je vous quitte, je suis équipé de la nouvelle tenue du tueur normalisé. L’ennemi n’a qu’à bien se tenir. Silence dans les rangs ! Je ne veux voir qu’une seule tête ! Une tête pour 60 millions de Français, ça suffira largement, puisque, de toute façon, la France est une colonie des multinationales. Elle est dispensée de tout effort cérébral. Profitons-en pour soigner la tenue !

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2010 6 30 /10 /octobre /2010 09:33

 

I) Définition
Chez un individu, le syndrome du larbin est un comportement pathologique visant à prendre systématiquement la défense des classes les plus favorisées au détriment de celles dont il est issu. Ce syndrome diminue les capacités d’analyse du larbin et se traduit par un blocage psychologique l’incitant à agir préférentiellement contre ses propres intérêts au profit de ceux qui l’exploitent.
II) Analyse des symptômes
L’amour démesuré qu’affiche le larbin à l’égard des patrons, des rentiers ou des milliardaires, est l’acte de foi qui structure son discours. Le larbin agit sans discernement de ce qui pourrait être bon pour lui, il intellectualise le débat pour tenter de nous convaincre que piocher chez les riches est toujours la pire des solutions, quand bien même il en serait bénéficiaire. Les arguments économiques qu’il invoque inlassablement n’ont pas servi à forger sa conviction, le syndrome du larbin est malheureusement une vocation qui se trimbale dès le plus jeune âge et contre laquelle il n’existe aucun remède. Le larbin n’a pas choisi d’aimer les riches, il aime les riches parce qu’il est un larbin. De tendance nettement libérale le larbin est celui qui vous vante les bienfaits du bouclier fiscal alors même qu’il ne paye pas d’impôts. C’est encore le même larbin qui voudrait réduire ou supprimer l’impôt sur la fortune même s’il sait qu’il ne sera jamais concerné par la question. Un écervelé victime du syndrome du larbin n’a pas de conscience politique, il vote instinctivement dans l’intérêt de ceux qui l’exploitent pour s’attirer leur bienveillance. Le larbin estime que l’argent qui lui fait défaut, est beaucoup plus utile dans le coffre d’un riche qui pourra ainsi le réinvestir beaucoup plus utilement qu’il ne l’aurait lui même dépensé. Le larbin cautionne tous les sacrifices et les plans d’austérité dont il pourrait être l’objet comme la baisse des salaires, ou encore l’augmentation de l’âge de la retraite même si son travail ne lui convient d’aucune façon et que ses maîtres ne lui offrent aucune perspective d’améliorer sa condition.
III) Hypothèses sur l’origine du syndrome
Deux théories principales s’affrontent pour expliquer l’origine du syndrome : la thèse génétique et la pathologie mentale.
Après des siècles d’esclavage et de féodalité, les larbins pourraient être le produit d’une sélection artificielle des soumis par leurs maitres. La transmission génétique des caractères aurait favorisée la sélection d’une souche vivace de larbins domestiques au profit d’une nouvelle espèce de primates : l’homo larbinus.
Selon cette hypothèse le mécanisme en œuvre serait similaire à la sélection des chiens et des chevaux mais directement appliqué à l’homme.
Pour les tenants de la pathologie mentale le caractère héréditaire n’est pas retenu, il s’agirait plutôt d’un trouble qui se développerait dès l’enfance. Le processus s’aggraverait au passage à l’âge adulte lorsque le sujet prend conscience de la médiocrité de sa condition, le larbin développerait des stratégies inconscientes visant à restaurer un équilibre cognitif pour justifier l’acceptation de sa subordination. Le larbin finit ainsi par s’identifier à ses maîtres en s’imaginant appartenir au corps social qui l’exploite.
IV) Quelques exemples
Le larbin réagit vivement à toute discussion qui ose remettre en cause les privilèges des plus fortunés, incapable de se livrer à une argumentation convaincante, ses messages distillent la peur et les intimidations dont il est l’objet. En réaction le larbin brandit instinctivement une succession de termes caractéristiques qu’il essaye de glisser dans son discours tels que : communisme, bolchévisme, tirage vers le bas, la Stasi, Corée du Nord, isolement, dictature socialiste, évasion fiscale, paupérisation, millions de morts...
Les quelques messages qui suivent portent la quasi-signature "littéraire" d’un larbin digne de ce nom :
Les riches il faut les bichonner, les câliner, si on les spolie trop ils s’installeront ailleurs.
Le Bolchévisme ? Non merci les Russes ont essayé en 17...
Comme en Corée du Nord ou au Zimbabwe ?
La fortune de Bill Gates ? Ça fait 3 pizzas par Africain et après on fait quoi ?
Si les riches disparaissent on pourra plus leur vendre des produits de luxe !
Ma patronne paye trop de charges !
Les parachutes dorés c’est une compensation pour dissuader de saboter davantage l’entreprise, divisé par le nombre de salariés ça fait beaucoup moins que dans une seule poche.
V) Population affectée
Le syndrome du larbin ne prolifère pas seulement chez les plus démunis intellectuellement comme on pourrait le penser, il affecte une large fourchette de la population sans corrélation apparente avec le niveau d’étude (20% de la population pense faire parti des 1% les plus riches). Les larbins sévissent en masse sur les forums d’économie dont l’étude de cette discipline semble en aggraver les symptômes. Le paysage politique avec l’élection d’un président au service des ploutocrates révèle un seuil de contamination critique dans la patrie des droits de l’homme. La situation est grave mais peut-être pas complètement désespérée et les symptômes ne cessent d’évoluer au fil de l’actualité, aussi aidez-nous à maintenir et à diffuser ce document pour lutter efficacement contre ce fléau des temps modernes.
Pour la santé publique.

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2010 6 30 /10 /octobre /2010 09:11

 

Certains romanciers savent conjuguer succès populaire et style littéraire brillant. Arturo Perez-Reverte fait partie de ceux-là. En marge de ses œuvres au contexte historique très travaillé et à l’érudition à chaque fois exemplaire, l’écrivain espagnol a donné vie à un grand nom de la littérature d’aventure européenne du siècle dernier.

En créant le Capitaine Alatriste, Perez-Reverte a renoué avec le style d’Alexandre Dumas, maître du roman-feuilleton. Mais, loin de copier l’illustre auteur français, il a su développer tout un univers à travers six romans, publiés de 1996 à 2008. Ce n’est qu’en 2006 que le cinéma s’est décidé à donner vie à Alatriste et ses compagnons. Certes, le film nécessitait des moyens conséquents (reconstitution historique, nombreux décors, costumes sophistiqués représentant toutes les classes sociales), mais ce que l’on peut déplorer, c’est la sortie sabotée du long-métrage en France. Il n’est arrivé qu’en 2008 en salles, et encore, très peu de copies ont circulé. C’est donc dans une belle édition DVD (sortie seulement en 2009 !) que le film a pu être correctement découvert chez nous.

Pour commencer, il faut préciser que « Alatriste » adapte d’une traite la majorité des romans de la saga. Ce qui, au final, donne un film foisonnant. Peut-être trop, d’ailleurs. Pour le spectateur n’ayant pas eu le plaisir de lire les livres, le long-métrage d’Agustin Diaz Yanes peut paraître difficile à suivre dans certaines de ses transitions. Ainsi, nous assistons aux aventures des personnages, Alatriste et son jeune compagnon Inigo de Balboa (le narrateur des romans), au fil des décennies, s’étalant des années 1620 à 1640.

La caractéristique principale qui démarque Diego Alatriste d’un héros traditionnel de Cape et d’épée, c’est le côté humain et vulnérable. Il aurait pu être un héros sans peur et sans reproche, infaillible, parfait. Mais non. Il arrive bien des mésaventures au personnage incarné par un Viggo Mortensen impeccable. Il subit vraiment les coups, qu’ils soient physiques ou moraux. Un peu plus bavard dans le film que dans les romans, Alatriste fait part de quelques-uns de ses sentiments dans certaines scènes, et l’amour impossible qu’il vit avec une comédienne le rend particulièrement touchant. Il perdra presque la vie pour cela. De même, son attachement au fils d’un ami disparu, dont il a accepté de s’occuper (Inigo de Balboa, donc), le mènera à de nombreuses situations audacieuses, voire dangereuses.

Alatriste, bien que fine lame, montre également ses faiblesses dans le domaine du combat à l’épée. Il finira perdant dans son dernier duel contre son ennemi juré, le ténébreux Gualterio Malatesta. Ce sera Inigo qui vengera le Capitaine, dans un combat aussi bref que brillant.

Homme de principe, Alatriste, même s’il est conscient de faire des choix risqués, voire mauvais, va jusqu’au bout de ses idées. Cela en fait un personnage passionnant à plus d’un titre : personnalité complexe, obscure par bien des aspects (on a comparé la création de Perez-Reverte à celle, tout aussi fascinante, de Sir Arthur Conan Doyle, le fameux Sherlock Holmes), il traverse l’Histoire de l’Espagne comme un fantôme. Car, si le Capitaine est né de l’imagination d’un écrivain, les événements historiques narrés dans les livres, ainsi que dans le film, sont tout ce qu’il y a d’authentiques. Et lorsque la fiction rejoint la réalité, on savoure ce moment, hélas juste effleuré dans le film, où l’on aperçoit le tableau de Vélasquez, « La Reddition de Breda ». Dans le troisième roman de la série, on apprend qu’Alatriste serait présent sur le tableau, et l’auteur de créer une controverse dans son ouvrage au sujet de la véracité de ce fait incroyable !

Finalement, le principal tort du film est d’avoir voulu traiter trop de choses en un peu plus de deux heures. Ainsi, on ne rentre que rarement dans le vif du sujet, les événements se succèdent rapidement, et les transitions n’aident pas, car elles sont fréquemment brutales, tant d’un point de vue visuel que narratif. Mais le casting parfait du film, de même que la photo (certains plans s’apparentent vraiment à des tableaux de maître), le tout accompagné d’une belle musique (la séquence finale est à ce titre une merveille), voilà autant d’éléments qui font de « Alatriste » un bien joli spectacle. On peut regretter que le cinéma, qui a pourtant vite fait de créer des sagas à tout va, ne se soit pas mieux emparé des romans de Perez-Reverte. Car selon toute vraisemblance, il n’y aura pas d’autres films adaptant les aventures du Capitaine. C’est bien dommage.

On peut se rabattre sur les romans de l’écrivain, tous aussi réussis les uns que les autres, en souhaitant qu’un septième volume arrive prochainement dans les librairies…

 

N.B. : Cet article est paru initialement dans le dernier fanzine de l’association de cinéma castelroussine TRAVELLING.

 

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2010 6 30 /10 /octobre /2010 09:08

 

 

 

 

Nous étions près d’un milliard à être bouleversés. Pour sauver 33 mineurs chiliens, tout un peuple, patrons et travailleurs, riches et pauvres tous réunis dans un même effort, président en tête. Emotion, suspense, audimat, énormes recettes publicitaires. Mais que cachait ce show télévisuel ? Lire la suite...

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2010 6 30 /10 /octobre /2010 08:45

robocop

 

Ci-dessous, témoignage d'un vieux militant qui était présent à Chambéry. N'hésite pas à dénoncer et faire circuler !
Dans toute enquête criminelle on commence par se demander à qui profite le crime.
Brusquement à l'approche de la 6ème journée nationale d'action contre la réforme des retraites il y a des violences. Alors que lors des 5 précédentes, tout était calme.
Bernard Thibault appelle au "dialogue". Eric Woerth répond : "le temps du dialogue est terminé, il y a de la violence, il nous faut la combattre." [France Info, 19/10/2010, 19:00] Il faut faire un dessin ou tout le monde a compris ?
Chambéry 19/10/2010, 18h00 avenue De Boigne, des jeunes encagoulés jettent des pierres sur un cordon de "robocops" (CRS ou gendarmes mobiles). Ça dure un bon moment...
Puis trois des ces jeunes, l'instant d'avant les plus hardis à jeter des pierres, remontent un brassard orange sur leur manche droite, foncent sur l'un d'entre eux et l'immobilisent. Remarquable coordination car, immédiatement, surgissent une dizaine de robocops qui protègent le groupe. Et devant les commerçants médusés on voit trois jeunes encagoulés embarquer un de leurs potes sous la protection des robocops.
Sur la photo jointe, un de ces "brassards oranges", sweat à cagoule gris et bandeau noir, APRÈS l'interpellation ci-dessus racontée. (Petite parenthèse : Je me trouvais là pour montrer à un petit jeune comment les choses se passent. En gros j'étais un peu dans le rôle du vieux mustang qui montre à un jeune poulain quelle herbe ne pas brouter. Avec un peu d'expérience et les policiers étant si prévisibles, je savais où me mettre pour montrer, en toute sécurité, la fameuse scène à mon jeune protégé. Merci aux policiers d'avoir été fidèles au rendez-vous. Sans quoi la leçon n'aurait pas été complète.). En tous cas moi, je vous le dis, ces "casseurs", ils tombent chaque fois  rudement bien pour arranger les affaires d'un gouvernement désapprouvé par 71% des Français sur ce projet des retraites, mais certainement approuvé par une majorité pour "maintenir l'ordre".
NB : Pour sembler "maintenir l'ordre" et rassurer les citoyens, encore faut-il qu'il y ait désordre... Non?

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2010 6 23 /10 /octobre /2010 08:57
Un sacré montage qui fait du bien !

  http://www.youtube.com/watch?v=ptmzOF2hOmA  

 

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2010 6 23 /10 /octobre /2010 08:53

 

Parce qu’elles estiment qu’ il est temps que l’ensemble des morts de la

Grande Guerre réintègre la mémoire nationale qu’ils n’ont d’ailleurs jamais

vraiment quittée du fait du combat de nos Associations, qu’il est temps

maintenant de les réhabiliter pleinement, publiquement, collectivement,

et sans fausse honte, l’ARAC, la Ligue des Droits de l’Homme ainsi que la

Fédération de l’Indre de la Libre Pensée appellent leurs adhérents

et amis à participer au rassemblement pacifiste et internationaliste

de GENTIOUX (Creuse) le jeudi 11 novembre 2010 à partir de 11H30.

Partager cet article
Repost0