Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 août 2011 6 20 /08 /août /2011 08:47

 

L'Autorité indienne de la biodiversité a annoncé, le 11 août, qu'elle allait engager des poursuites judiciaires à l'encontre du semencier américain Monsanto pour avoir mis au point une aubergine génétiquement modifiée à partir de variétés locales sans en avoir demandé l'autorisation.

C'est la première fois, en Inde, qu'une entreprise va être poursuivie pour acte de "biopiraterie", une infraction passible de trois années d'emprisonnement. Monsanto, son partenaire indien Mahyco et plusieurs universités indiennes s'étaient associés en 2005 pour mener les recherches, avec l'appui de l'agence américaine de développement Usaid, favorable aux organismes génétiquement modifiés (OGM).

MORATOIRE RECONDUIT EN 2011
Une dizaine de variétés existant dans les régions du Karnataka et du Tamil Nadu, parmi les 2 500 que compte le pays, avaient été utilisées pour mettre au point cette première aubergine génétiquement modifiée, destinée à être commercialisée en Inde.

Or, contrairement à ce qu'exige la loi sur la biodiversité votée en 2002, aucune autorisation n'avait été demandée pour utiliser des variétés locales. Les agriculteurs auraient dû notamment être consultés afin de négocier une éventuelle participation aux bénéfices tirés de l'exploitation commerciale de l'aubergine. "Monsanto était parfaitement au courant de la législation et l'a volontairement ignorée", estime Leo Saldanha, directeur de l'organisation de défense de l'environnement Environment Support Group, qui a saisi l'Autorité indienne de la
biodiversité de ce cas de biopiraterie.

Contacté par Le Monde, Monsanto s'est refusé à tout commentaire. D'après l'hebdomadaire India Today, le semencier rejetterait toute responsabilité, tout en accusant ses partenaires indiens de ne pas avoir demandé les autorisations nécessaires. Mahyco, dont Monsanto est actionnaire à hauteur de 26 %, a indiqué qu'il s'était contenté de fournir le gène de transformation. L'accusation de biopiraterie est un nouveau coup dur pour Monsanto, et risque de freiner le développement de ses activités en Inde.

Le moratoire décrété en février 2010, par le ministre indien de l'environnement, sur la commercialisation des aubergines génétiquement modifiées a été reconduit cette année. Et sa levée ne semble pas à l'ordre du jour. A l'époque, le Comité de consultation de génie génétique avait pourtant émis un avis favorable à la commercialisation de l'aubergine.

Les opposants aux OGM espèrent que Monsanto ne sera pas autorisé à mener des recherches sur les oignons génétiquement modifiés, comme l'entreprise en a fait la demande au mois de juin.

L'Inde, qui abrite 7,8 % des espèces animales et végétales de la planète sur seulement 2,5 % des terres émergées, est très exposée aux risques de biopiraterie. Le sujet y est particulièrement sensible depuis qu'en 1997, des paysans du nord du pays avaient violemment protesté contre le brevetage, par le semencier américain RiceTec, d'une variété de riz basmati appelée "kasmati".

VICTOIRE DES OPPOSANTS AUX OGM

Afin de disposer de tous les éléments nécessaires, le gouvernement a démarré un projet pharaonique de recensement du savoir-faire en matière de médecine traditionnelle : 200 000 traitements – y compris les postures de yoga – ont déjà été répertoriés. Des centaines de scientifiques épluchent les traités anciens de médecine ayurvédique pour y recenser les vertus> déjà éprouvées de fruits ou de plantes médicinales.

Cette "bibliothèque numérique du savoir traditionnel", qui compte 30 millions de pages et a été traduite en cinq langues, a déjà permis d'annuler de nombreux brevets. Celui déposé par une université américaine sur le curcuma pour ses vertus dans la lutte contre le cancer a été annulé à la suite d'une plainte du gouvernement indien. Et la demande de brevet déposée en 2007 par le laboratoire pharmaceutique chinois Livzon, auprès de l'Union européenne, sur la menthe et l'Andrographis (échinacée d'Inde), utilisées notamment comme traitement contre la grippe aviaire, a été rejetée. Mais aucune de ces organisations n'avait été poursuivie en justice. "Il aura fallu six ans à l'Autorité nationale de biodiversité pour engager les poursuites", regrette Leo Saldanha. Après avoir enquêté sur une éventuelle infraction commise par Monsanto et ses partenaires, l'Environment Support Group avait donné l'alerte en février 2010. "Il faut que l'Autorité nationale accélère et multiplie les enquêtes pour lutter contre les cas de biopiraterie", insiste le directeur de l'organisation non gouvernementale.

Cette action en justice contre Monsanto constitue une victoire pour les opposants aux OGM. Seule la culture du coton génétiquement modifié est actuellement autorisée en Inde. Elle a propulsé le pays au rang de deuxième producteur mondial, devant les Etats-Unis. Mais ces nouvelles semences, coûteuses, sont accusées de ruiner les producteurs les plus fragiles.

L'aubergine, très présente dans l'alimentation quotidienne partout dans le pays, est aussi utilisée comme offrande religieuse. Dans le temple d'Udupi, dans le sud de l'Inde, les fidèles du dieu Krishna s'étaient ainsi violemment opposés à la commercialisation de l'aubergine génétiquement modifiée. Ils craignaient de susciter la colère de leur divinité en lui offrant des légumes "impurs".

 

http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/08/17/monsanto-poursuivi-pour-biopiraterie-par-l-inde_1560365_3244.html

 

http://www.robin-woodard.eu

Partager cet article
Repost0
20 août 2011 6 20 /08 /août /2011 08:38

Un tribunal britannique a condamné deux hommes, âgés d’une vingtaine d’années, coupables d’avoir posté des messages sur les réseaux sociaux dans le but de provoquer des troubles outre-Manche.

 

Après les troubles qui ont secoué la Grande-Bretagne au début du mois d'août, la justice entre en action. Et elle n’y va pas de main morte. Un tribunal de Chester vient de condamner deux jeunes Britanniques à quatre ans de prison pour incitation aux troubles par l'intermédiaire des réseaux sociaux. Une sentence d'autant plus lourde que les appels des deux internautes n’avaient pas été suivis, selon le quotidien The Guardian.
Agé de 20 ans, Jordan B. avait créé sur le réseau social un « événement », intitulé « Smash down ». Il appelait ses acolytes à le retrouver dans sa ville de Northwich dans la nuit du 8 août, « mais personne à part la police, qui surveillait la page, ne s’est présenté au point de rendez-vous devant le restaurant McDonald's », raconte le journal. La police a pourtant procédé à son arrestation.
L’histoire de Perry S.-K., 22 ans, n’est guère plus brillante. Le 9 août, il crée la page Facebook « The Warrington riots » [« Les émeutes de Warrington », NDLR], qu’il désactive le lendemain, se remettant d’une gueule de bois. Quatre cents de ses contacts y ont eu accès, mais aucun désordre n’en a découlé. La Cour a pourtant estimé que cette page avait créé un vent de panique sur la ville.
Internet et les télécoms dans le collimateur du gouvernement
Ces décisions ont été diversement commentées outre-Manche. Si les associations de défense des droits civiques estiment ces sentences disproportionnées, les autorités applaudissent des deux mains. « Ils ont décidé dans ce tribunal… d’envoyer un message fort et je pense que c’est une bonne chose que les tribunaux soient en mesure de le faire », a expliqué le Premier ministre, David Cameron, cité par The Guardian.
C’est lui aussi qui, le 11 août dernier, soulignait le rôle néfaste des réseaux sociaux et des services de télécoms dans les troubles. Il se faisait l’écho des forces de police, qui accusaient Facebook, Twitter et la messagerie BlackBerry de RIM de faciliter la tâche aux émeutiers en leur permettant de s'organiser.
Le service de RIM est particulièrement dans le collimateur des autorités. The Guardian révèle ainsi que le service de renseignement MI5 et le centre d’interception électronique (GCHQ) ont été sollicités par le gouvernement pour tenter de « craquer » la messagerie du BlackBerry. Plusieurs émeutes avaient été également désamorcées après que la police eut intercepté des messages à partir de téléphones récupérés auprès des participants.
A la lumière de ces événements, certains souhaiteraient que les pouvoirs publics puissent demander la suspension de services communautaires lorsqu'ils sont utilisés dans des troubles. Ceux-là ont peut-être déjà oublié que ces mêmes réseaux sociaux ont été loués pour le rôle qu’ils ont joué dans la révolution tunisienne.
Source : http://www.01net.com/editorial/537504/quatre-ans-de-prison-pour-incitation-aux-emeutes-sur-facebook/
Partager cet article
Repost0
20 août 2011 6 20 /08 /août /2011 08:31

 

Libye ? Vous vous êtes encore fait avoir ? Oui, encore ! par Michel COLLON
>

>
Les « armes de destruction massive », ça n'a pas suffi ? Le martyre de l'Irak, frappé d'abord par les médiamensonges et ensuite par les bombes, on n'en a pas tiré les leçons ? Non, on n'en a pas tiré les leçons. On sait que les Etats-Unis ont menti sur le Vietnam, l'Irak, la Yougoslavie, l'Afghanistan et Gaza, mais on croit que cette fois-ci, sur la Libye, ils disent la vérité pour une fois. Etrange. Lire l'article...
>

 

Partager cet article
Repost0
20 août 2011 6 20 /08 /août /2011 08:29

L'Amazonie est en grand danger. Le Brésil s'apprête à démanteler ses lois de protection des forêts. Si nous n'agissons pas maintenant, de vastes étendues du poumon vert de notre planète pourraient subir une déforestation massive et dévastatrice.

Cette menace sur la forêt amazonienne a provoqué la colère générale et des manifestations dans tout le pays, et la tension monte. Pour faire taire tout détracteur, des voyous armés suspectés d'avoir été embauchés par des exploitants forestiers, ont assassiné des défenseurs de l'environnement. Mais la mobilisation redouble: dans quatre jours, de courageux militants indigènes organisent de gigantesques marches partout au Brésil pour demander des actes. Des sources internes indiquent que la Présidente Dilma envisage d'opposer son veto aux modifications du code forestier.

79% des Brésiliens soutiennent un tel veto à ces changements, cette pression intérieure conduit certains membres du gouvernement de Dilma à appuyer à leur tour cette option. Mais nous avons besoin d'un tollé international en solidarité avec le peuple brésilien pour forcer la main à Dilma. Les chiffres de notre pétition mondiale figureront en évidence sur des banderoles en tête de cortèges massifs pour la protection de l'Amazonie. Allons jusqu'à un million et SAUVONS L'AMAZONIE! Signez la pétition urgente ci-dessous et faites-la suivre à tous vos proches.

http://www.avaaz.org/fr/save_the_amazon_b/?vl

Les gens aiment le Brésil ! Le soleil, la musique, la danse, le football, la nature -- c'est un pays qui inspire des millions de personnes autour du monde. C'est pourquoi le Brésil accueillera la prochaine Coupe du Monde et Rio organisera les Jeux olympiques de 2016 et le Sommet de la Terre l'année prochaine, une réunion visant à stopper la mort lente de notre planète.

Notre amour pour ce pays n'est pas déplacé -- l'Amazonie brésilienne est indispensable à la vie sur terre. 20% de notre oxygène et un cinquième de l'eau douce de toute la planète proviennent de cette magnifique forêt. Voilà pourquoi il est capital que nous la protégions.

Mais le Brésil, c'est aussi un pays qui se développe rapidement, qui se bat pour sortir des dizaines de millions de personnes de la pauvreté, et la pression mise sur ses dirigeants politiques est intense pour que soient autorisées les pratiques lucratives de déforestation et d'exploitation minière. Ils sont à présent à deux doigts de céder sur les protections environnementales. Les militants locaux se font assassiner, intimider ou réduire au silence. C'est aux membres d'Avaaz autour du monde de s'exprimer avec les Brésiliens et d'appeler les dirigeants politiques brésiliens à se montrer fermes.

Beaucoup d'entre nous ont vu dans nos propres pays comment la croissance se fait souvent au détriment de notre patrimoine naturel, et ont constaté la pollution de l'eau et de l'air, la destruction de nos forêts.

Pour le Brésil, il existe une alternative. Le prédécesseur de Dilma a réduit massivement la déforestation et a bâti la réputation internationale du pays comme leader environnemental, tout en profitant d'une croissance économique colossale. Unissons-nous dès maintenant, alors que les militants indigènes et pro-environnement descendent dans la rue, et exhortons Dilma à continuer dans cette voie -- signez la pétition pour sauver l'Amazonie, puis faites suivre ce message à tous:

http://www.avaaz.org/fr/save_the_amazon_b/?vl

Au cours des 3 dernières années, les membres d'Avaaz au Brésil ont fait des pas de géant vers le monde que nous voulons tous : ils ont obtenu une législation anti-corruption qui fera date; ils ont fait pression sur leur gouvernement pour qu'il joue un rôle clé à l'ONU, intervienne pour soutenir la démocratie au Moyen-Orient et protège les droits humains en Afrique et au-delà. A présent, alors que les militants brésiliens sont tués pour protéger ce patrimoine mondial crucial, mobilisons-nous autour de cette journée d'action décisive pour sauver l'Amazonie et faire du Brésil un véritable leader international une fois de plus.

PLUS D'INFORMATIONS:

Brésil : forêts menacées, populations en danger, Coordination Sud:
http://www.coordinationsud.org/actualite/bresil-forets-menacees-populations-en-danger/

Amazonie: le Brésil ouvre les vannes de la déforestation, Le Point:
http://www.lepoint.fr/monde/amazonie-le-bresil-ouvre-les-vannes-de-la-deforestation-25-05-2011-1335047_24.php

Brésil: 6e paysan assassiné en Amazonie en pleine réforme du code forestier, Romandie/AFP:
http://www.romandie.com/news/n/_Bresil_6e_paysan_assassine_en_Amazonie_en_pleine_reforme_du_code_forestier150620111906.asp

La majorité des Brésiliens rejettent l'assouplissement du code forestier (résultats du sondage en anglais):
http://news.mongabay.com/2011/0611-amazon_code_poll.html

Amazonie : le recul du Brésil face à la déforestation, Maxisciences:
http://www.maxisciences.com/d%E9forestation/amazonie-le-recul-du-bresil-face-a-la-deforestation_art14874.html

Vague de violences meurtrières sur fond de conflit agraire en Amazonie, Euronews:
http://fr.euronews.net/2011/06/17/vague-de-violences-meurtrieres-sur-fond-de-conflit-agraire-en-amazonie/

Plus de 90% des forêts tropicales "mal gérées, voire pas du tout", AFP:
http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5gPv5VT7Dor6VoytuIoQwqclGFG5Q?docId=CNG.a0b3fa7d0b116e606934ce1926a4a9fd.401

Partager cet article
Repost0
20 août 2011 6 20 /08 /août /2011 08:25

Le propos de mon article n’est pas de dénoncer une énième fois les corridas, mais plutôt en cet été 2011 de regretter le manque d’enthousiasme des antis corrida à la combattre.

On dirait que la décision de Sarko l’aficionado d’inscrire, abusivement et au mépris des 90% de français qui y sont opposés, cet acte de barbarie au Patrimoine Culturel Français ...

 

Lire la suite :
http://margarida.over-blog.com.over-blog.com/article-les-antis-corrida-entre-deprime-et-desespoir-81487804.html

Partager cet article
Repost0
20 août 2011 6 20 /08 /août /2011 08:21

 

 

« Nous envisageons de descendre en masse dans les rues » déclare à IPS Musa Abu Maria, l'un des principaux dirigeants du Comité populaire de Beit Ummar, une ville à 11 km au nord d'Hébron, dans le sud de la Cisjordanie.

« Nous allons bloquer complètement les grandes routes qui desservent les colonies illégales dIsraël. Nous marcherons sur les colonies. Mais cela se fera dans la non-violence, les manifestants seront pacifiques.

« Nous avons travaillé à des stratégies créatives pour attirer plus fortement l'attention de la communauté internationale et des médias mondiaux sur l'occupation. Nous nous coordonnerons avec nos sympathisants internationaux en Europe et en Amérique pour que s'amplifie la reconnaissance internationale de la situation difficile des Palestiniens, alors que le vent tourne en notre faveur » poursuit Abu Maria.

Le gouvernement, les agences de renseignements et les forces de sécurité d'Israël se sont préparés pour une éruption des manifestations palestiniennes en septembre et ils s'attendent à ce que l'Assemblée générale des Nations-Unies appuie à une majorité écrasante la candidature palestinienne à l'indépendance.

Les forces de sécurité du pays ont effectué des exercices militaires en préparation d'affrontements massifs. Dans le même temps, la direction politique sest lancée dans un tour d'Europe pour tenter d'obtenir des « pays européens de qualité » - les propres termes du gouvernement israélien - leur soutien et leur vote contre un État palestinien.

Le gouvernement israélien espère que les membres économiquement et politiquement les plus importants des Nations-Unies se rangeront du côté d'Israël, sachant qu'environ 140 États membres des Nations-Unies, « des pays en voie de développement et du Tiers Monde » entre autres, devraient voter en faveur de la Palestine.

Le gouvernement israélien est si inquiet que lundi il a menacé d'abroger les Accords d'Oslo de 1993 en réaction au projet de l'Autorité palestinienne de septembre. Selon des sources gouvernementales, ce n'est là qu'une des alternatives que le gouvernement israélien envisage pour contrer les pressions politiques.

Les Palestiniens ont le vent en poupe avec leur stratégie.

La semaine dernière, dans une initiative politiquement révolutionnaire, indépendante de l'officielle Autorité palestinienne et de la direction Hamas, plus d'un millier de militants et dirigeants politiques de premier plan, de l'ensemble des forces politiques, ont convergé vers Beit Ummar pour une conférence de trois jours destinée à planifier la stratégie palestinienne pour mettre fin à l'occupation israélienne.

Cette conférence de trois jours s'est tenue en trois villages différents, là où se déroulent les plus fortes manifestations hebdomadaires du vendredi contre l'expropriation de la terre palestinienne au profit des colonies israéliennes illégales.

Des représentants du Hamas, du Fatah, du FPLP (Front populaire de libération de la Palestine) et du FDLP (Front démocratique de libération de la Palestine), parmi dautres, ont convenu quils appelleraient les leurs à lancer des campagnes de désobéissance civile massives dans toute la Cisjordanie en septembre.

« Nous avons dit aux différents dirigeants que sils voulaient faire passer leur propre parti politique avant la libération, ils n'étaient pas les bienvenus dans l'initiative. Mais que sils étaient déterminés à uvrer pour la libération et l'unification de la bande de Gaza et de la Cisjordanie, politiquement et géographiquement, alors ils avaient notre soutien », a déclaré Abu Maria.

Selon Younis Arrar, dirigeant du Fatah, membre de la direction du Comité populaire de Cisjordanie et permanent de l'Autorité palestinienne, l'appui de l'ensemble des dirigeants palestiniens a été acquis.

« Ils feront descendre leurs militants et sympathisants dans les rues par milliers, sur une grande échelle. Nous ne parlons pas des villages palestiniens qui organisent actuellement des manifestations ponctuelles, mais de dizaines de grandes cités, villes et villages palestiniens à travers les territoires qui répondront à l'appel » indique Arrar à IPS.

Et il ajoute :

« Les Israéliens ont plus peur des troubles civils massifs non violents que de toute autre chose. Ils espèrent que nous passerons à la violence, car alors ils pourront user de leur force militaire supérieure pour nous écraser, comme ils l'ont toujours fait. Mais nous nous en tiendrons à une résistance non armée.

« Je crois que les Israéliens vont faire en sorte qu'il y ait au moins quelques victimes, par des tirs tendus de grenades lacrymogènes à haute vélocité ou à balles réelles, comme ils lont fait régulièrement dans le passé ».

Certaines des manifestations programmées en Cisjordanie incluent des rassemblements et autres manifestations à vélo, sur des thèmes politiques. Dans le village cisjordanien de Nabi Saleh, les villageois ont monté des tentes, style révolution égyptienne, pour mettre en évidence le vol de leur terre au profit de la colonie israélienne limitrophe de Halamish.

En plus de l'organisation de ces marches et manifestations de masse, le Comité populaire travaille avec différentes organisations populaires en Europe, notamment avec les militants des campagnes de BDS (Boycotts, Désinvestissements et Sanctions), pour organiser parallèlement des manifestations et marches tout en appelant au boycott économique des biens et produits israéliens.

Abu Maria pense que si la direction palestinienne n'est pas dynamique pour conduire le peuple dans le proche avenir, alors c'est le peuple lui-même qui organisera sa propre révolution. Cest ce qui s'est passé durant la Première Intifada où l'OLP (Organisation de libération de la Palestine) a dû suivre lexemple de la rue palestinienne quand s'est déclenché le soulèvement en 1987.

Abu Maria : « Je me suis engagé politiquement dès l'âge de 15 ans où j'ai été emprisonné pour la première fois par les Israéliens. J'ai les yeux et les oreilles grands ouverts, j'ai de nombreux contacts et je sais ce que pensent les gens ici. Nous n'arrêterons pas tant que nous n'aurons pas la liberté et l'indépendance. C'est écrit sur le mur ».

Du même auteur :

  Les colons déversent leur colère sur les Palestiniens
>   Lart, formule de résistance pour les enfants de Gaza
>   Fouiller les décombres entraîne les Gazaouis vers la dangereuse « zone tampon »
>   La discrimination israélienne éloigne les enfants palestiniens de l école
>   Multiplication des dépôts de plainte contre les criminels de guerre israéliens
>   La cassure entre la Turquie et Israël sert la Palestine

Beit Ummar, Cisjordanie occupée, le 29 juillet 2011 - IPS - traduction : JPP

Partager cet article
Repost0
17 août 2011 3 17 /08 /août /2011 08:38

Suite à l'article de Jacques Beaudouin, voici le texte exact de la proposition de loi de Valérie Boyer (qui date du 6  mars 2009). Sauf erreur, cette loi n'a pas été votée.

 

"Question de Valérie Boyer, député UMP des Bouches-du-Rhône Mme Valérie Boyer attire l’attention de Mme la ministre de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative sur le cadre juridique de la circoncision pratiquée dans les règles de l’art par un chirurgien. Lorsque son indication est posée pour des raisons médicales (diagnostic phimosis), la circoncision est prise en charge par l’assurance maladie et fait l’objet d’une codification CCAM sous le titre posthectomie code JHFA009. Lorsque son indication est rituelle (signe d’appartenance religieuse pour les juifs et musulmans), la circoncision n’est pas prise en charge par l’assurance maladie puisqu’elle n’est dictée par aucune considération médicale. Elle revient entre 500 et 1000 euros à la famille qui la sollicite pour son enfant. Compte tenu de cet état de fait, nombre de circoncisions rituelles sont effectuées sous couvert d’une indication médicale car les familles ont tendance à beaucoup insister auprès du médecin voire même à ne pas décalotter l’enfant pour qu’il développe un vrai phimosis impliquant la prise en charge par l’assurance maladie. Le moindre coût financier de l’acte et la garantie qu’il soit effectué dans les règles de l’art, donc sans risque de complication en comparaison avec les méthodes artisanales, constituent les principaux arguments qui conduisent à ces détournements et aux fraudes à l’assurance maladie. Car la pratique ancestrale de la circoncision implique un taux important de complications (hémorragies, surinfections, plaies et mutilations du gland) nécessairement prises en charge par la sécurité sociale et générant un surcoût pour l’assurance maladie. L’évolution démographique et sociologique de notre pays pose la question de la place de cet acte chirurgical en termes de santé publique, de coût pour l’assurance maladie et de laïcité. En effet, en 2006, lors du congrès annuel de l’association française des urologues, un médecin de la CNAM avait évalué à 9 millions d’euros par an la couverture de cet acte pour l’ensemble du pays. Entre la prise en charge complète par l’assurance maladie ou par les familles de cet acte, une troisième voie serait envisageable impliquant la création d’un contrat d’assurance circoncision proposé à la naissance des enfants mâles et destiné à prendre en charge les frais de réalisation de l’acte chirurgical. Il pourrait être, en outre, envisagé sous certaines conditions préservant le principe de laïcité, une participation limitée de l’assurance maladie. Elle la remercie de lui faire connaître son avis sur le sujet et sur la possibilité de mettre en place un groupe de réflexion intégrant les différents partenaires (assurance maladie, professionnels de santé, associations d’usagers) afin d’élaborer un protocole clair et applicable à tous qui préserve la neutralité et l’égalité républicaine."

 

Nous ajoutons ce commentaire relevé sur un site de confession musulmane :

 

Polémique. Dans une question au gouvernement, une élue de droite, Valérie Boyer, s’interroge sur la prise en charge par la Sécurité sociale de la circoncision pratiquée par un chirurgien et plus particulièrement sur les fraudes relatives à cette pratique. La proposition n’a pas été du goût de certains sites d’extrême-droite qui dénoncent avec virulence ce qu’ils considèrent comme l’introduction d’une tradition musulmane dans le droit français, et partant une avancée dans l’instauration de la shari’a en France. Ces bonnes gens très à droite n’ont pas manqué de faire réagir le groupe parlementaire La Droite libre qui regrette une « manipulation politique ». Les premiers prennent prétexte de cette question parlementaire pour déverser toute leur haine contre les musulmans. Détail amusant : alors que la circoncision est aussi importante pour les musulmans que pour les juifs, et que la pratique est tout aussi répandue chez les uns que chez les autres, à aucun moment dans leurs déversements de haine, ils ne précisent que cette pratique est tout autant juive que musulmane.

Cela étant, au-delà des éructations islamophobes des Dupont-Lajoie, le problème soulevé par la député Valérie Boyer est réel : pour pouvoir bénéficier du remboursement de l’intervention chirurgicale, nombre de parents, qu’ils soient juifs ou musulmans, mentent sur les raisons pour lesquelles ils font circoncire leur enfant. La combine est classique : on se rend chez un spécialiste réputé pour ce genre d’intervention, on lui fait part du souhait de faire circoncire son enfant et on prend rendez-vous pour une opération chirurgicale en milieu hospitalier. Le chirurgien, complice de la fraude, précise dans le dossier médical que l’enfant souffre d’un phimosis (argument maître). Et le tour est joué : l’intervention ne coûtera pas un sou à la famille, puisque c’est l’Etat, via l’assurance maladie, qui la prendra en charge.

La manœuvre est tout aussi malhonnête que choquante, même si banalisée : la circoncision est un acte motivé par des raisons religieuses. Qui dit religion dit morale. Qui dit morale dit détestation du mensonge. Comment donc peut-on raisonnablement, toute honte bue, se réjouir d’accomplir un acte religieux tout en recourant à des pratiques malhonnêtes ? Cette fraude est d’autant plus injustifiable qu’il est possible – certes pas partout en France – de faire circoncire son enfant chez un spécialiste, dans son cabinet, sans hospitalisation pour environ 150 euros. On est loin des 1 000 euros et plus de l’intervention chirurgicale à l’hôpital. 150 euros qui sont très rapidement couverts par les dons des proches lors du repas festif qui suit la circoncision.

Partager cet article
Repost0
13 août 2011 6 13 /08 /août /2011 09:19

 

 

Où passent-ils leurs vacances ?

L’été, la presse écrite nous fournit toujours des renseignements sur la bonne humeur de nos élus, de nos chefs, et sur le lieu où ils séjournent. C’est extrêmement réconfortant pour nos amis d’en bas, nos amis qui sont plus bas que tout ! (On devrait d’ailleurs les désigner ainsi).

Donc voici des nouvelles des grands hommes télévisés qui nous dirigent, et surtout qui s’en mettent plein les fouilles, parfois plein les couilles. Je vous rassure d’ailleurs dès le début, ils ne sont pas malheureux, si je mets à part les malchanceux qui se sont fait sucer par une négresse trop dentue. Par exemple, une révélation qu’on ne fait que rarement dans la presse, je vous la donne telle quelle, elle vient de l’AFP, toute fraîche ! Ou toute chaude, c’est comme vous voudrez !

Eh bien si l’on parle moins de Monsieur DSK et de madame Nichon Blanc, c’est tout simplement parce qu’ils sont hospitalisés pour soigner des infections des parties génitales, suite à une morsure de négresse que le singe en rut a transmise à sa compagne à deux pattes. Une septicémie africaine a terrassé les deux quadrumanes ! Pleurez, ils souffrent ! Faites des prières pour accompagner le traitement. En français, en javanais, en norvégien, en anglais, en grec, en égyptien, en araméen des faubourgs, en truand des bourses basses, en truand des moules sèches, en truand des bites en l’air, toujours un peu distraites…Et sachez que les deux malades sont à la Maison Blanche, et qu’aucun nègre mange-bite ne s’est introduit dans la place ! la Maison Blanche a retrouvé sa blancheur d’avant la sucerie fatale !

Je suis sûr également que vous attendez des nouvelles de Monsieur Sarkozy. Si, vous tremblez tous les soirs à l’idée qu’il ait pu se trouver en Norvège suite à une mauvaise lecture des cartes marines (vous savez qu’il confond la droite et la gauche, le nord et le sud et qu’il est terrorisé dès qu’il pense à ce qui est arrivé à son ami Monsieur DSK.) Or, vous pouvez lui écrire pour le rassurer, Monsieur Nicolas a une bite tellement petite qu’aucune négresse ne saurait la trouver même avec la meilleure volonté. Madame Carla Bruni, qui est blanche malgré son nom, qui est foncièrement bonne bien qu’elle ne fasse pas le ménage, donc, Madame Carla nous a précisé qu’elle avait fait appel à Monsieur DSK pour se faire inséminer, puis devant l’insuccès de la tentative, c’est un vétérinaire de Neuilly sur Seine qui aurait accepter de faire un don de sperme. Un maghrébin de Nanterre, car vous l’ignorez peut-être mais le département 92 qui comporte des villes honorables et même honorifiques, a pour chef lieu la ville la plus pauvre, on peut même dire la plus misérable, la mieux dotée en Africains, dont le sexe est connu pour être plus long et d’un calibre supérieur aux petits blancs comme, Monsieur Sarkozy, sans vouloir l’offenser, bien sûr. Les africains, qui se regroupent d’eux-mêmes à la Maison d’Arrêt de Nanterre pour y passer des vacances plus chaudes en l’absence de toute climatisation, disposent d’un sexe (évitons le mot « bite », trop grossier, ou « pine », également trop vulgaire) d’une incroyable longueur et, pour cette raison ils ont du retard à l’allumage : ils mettent plus longtemps pour parvenir à une bandaison complète.

Je vous prie d’excuser ces détails prosaïques mais ils sont utiles à la compréhension de l’économie mondialisée.

J’en arrive au lieu de vacances de Monsieur Sarkozy, c’est tout bêtement à la Motte Feuilly, charmant village du département de l’Indre (36) qu’il tente, enfin, de trouver un désir à sa hauteur. Il a été frappé par le mot « motte » (« momotte », c’est drôle, non, ces petits merdeux s’amusent d’un rien, faisons leur plaisir !) et surtout par l’abondant feuillage qui est suggéré par ce toponyme (Dictionnaire, Monsieur Nicolas ! et que ça saute…elle est bien bonne, je la répète : « Dictionnaire, et que ça saute ! » ça y est vous avez compris, il faut un minimum d’instruction pour comprendre le monde et pour se dégourdir le zigouzigoui (terme berrichon) dans de bonnes conditions de fonctionnement !)

Restent tous les autres très petits grands voleurs, les voleuses, les gangsters qui nous gouvernent et prétendent nous fermer la gueule, et pas avec une suceuse guinéenne esclave de ces gros malotrus (Monsieur Nicolas : un « malotru » n’est pas un « malautrou », attention à l’orthographe.)

Je continue avec Madame Boutin qui file le parfait amour avec son bouc en train, lequel file et enfile en même temps à 15 km au nord de Châteauroux ! (36 000). Ah il a là une véritable réserve de vacanciers, un peu moins qu’en Creuse mais c’est quand même pas mal. Madame Lagarde se fait mettre par Monsieur Tapie, ça l’excite, un voyou comme elle ! Monsieur Fillon s’envoie en l’air avec Monsieur Bertrand, en pleine tenue du Grand Orient, élargi pour la circonstance !

Mais je ne voudrais pas dévoiler de secrets, et je vous rassure : Martine Aubry est à l’abri, Ségolène n’est pas à la peine, François Hollande eh bien il bande !

En Corrèze, il baise ! D’autant que Monsieur Chirac est un peu patraque, il faut toujours finir par de la poésie quand on évoque les amours de l’été.

Partager cet article
Repost0
13 août 2011 6 13 /08 /août /2011 09:10

De pire en pire !!!!!

beau.jpg


 

  Après la Bachelot, la Boyer ...
Dans la connerie, il n'y a, nous le savons tous, pas de limite.Comme disait Audiard dans "les Tontons flingueurs" : " Les Cons, ça ose tout. D'ailleurs, c'est à cela qu'on les reconnait "C'est la bonne idée de Madame Valérie BOYER, députée UMP secrétaire nationale chargée de la santé qui a certainement entendu parler du trou ..... de la sécurité sociale : faire prendre en charge par la Sécurité Sociale le coût de la circoncision des musulmans.Comme elle ne le trouve pas, ce trou, assez grand à son goût, elle souhaite l'agrandir encore un peu avec le zizi des musulmans.Lors d'une question à l'Assemblée Nationale, elle a expliqué que la circoncision rituelle coûte entre 500 et 1000 euros aux familles, fiesta incluse....
Faites un rapide calcul, 800.000 naissances par an, dont 250.000 musulmans, cela fait entre 125 et 250 millions d'euros de dépenses supplémentaires.
La sécurité sociale s'en passerait bien de ce petit trou !Mais qu'on se rassure, Madame BOYER promet que la prise en charge des zizis se fera strictement dans le respect de la laïcité !
Ce sont les imams qui vont être heureux. Ils vont découvrir que par la circoncision républicaine, leurs bons musulmans vont devenir de vrais laïcs.
 
Et à côté de ça, on rembourse au lance-pierre les soins dentaires et les lunettes. On marche vraiment sur la tête. À DIFFUSER SANS MODÉRATION.

Partager cet article
Repost0
13 août 2011 6 13 /08 /août /2011 09:04

 

> Londres flambe, la Bourse se noie, le chômage va déferler. Solution ? Bombardons la Libye !
> MICHEL COLLON

>
A Londres, des jeunes sans espoir brûlent maisons et magasins. A quelques
> kilomètres de là, des gens qui ont amassé des milliards en Bourse s'affolent à l'idée d'en gagner un peu moins...



Partager cet article
Repost0