Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 mars 2010 6 27 /03 /mars /2010 08:15

 

Renoir---Danse-a-la-ville.jpg

Parmi les nombreux faux culs que l’on rencontre (enfin pas moi) dans le monde politique, Eric Besson occupe une place à part. Chacun sait que le « faux cul » est à l’origine « un rembourrage » que les femmes s’attachaient à l’arrière-train pour donner l’illusion qu’il y avait de la matière première en quantité pour les amateurs. A une époque pas si lointaine, le volume du cul féminin était très apprécié.

Ici un petit passage réaliste. Je tremble, les féministes vont me sauter sur le poil, et pas n’importe lequel !...tant pis, je rassemble mon courage.

Mes bien chères lectrices, mes adorables lectrices, mes incomparables lectrices, contrairement à vous, qui êtes naturellement belles, vos arrières grand-mères, attiraient les hommes par cet artifice : le rembourrage de la partie arrière de leur anatomie. Voyez d’ailleurs, un des limougeauds les plus célèbres, un merveilleux artiste, le peintre Renoir : il ne représente que des femmes bien « rembourrées », mais sans rembourrage.

C’était la mode. Aujourd’hui, c’est plutôt le squelette qui semble attirer le mâle, comme s’il était impatient de se faire coincer la queue entre deux osselets, dans une peinture de Bernard (danse devant le) Buffet. Les goûts changent, c’est comme ça. Il faut dire que les hommes, à l’époque, étaient habitués aux travaux manuels. Ils disposaient de très grosses mains poilues, alors il fallait les remplir !

Aujourd’hui, les hommes ont des petits doigts effilés, glabres, pour taper sur des claviers. Alors ils sont démunis, ahuris, désemparés, devant ces postérieurs qui ne sont plus à leur portée ! Incapables ! Nuls.

Complètement nuls. Les zommes de 2010 ne savent plus pétrir les femmes du début du 20ème siècle.

Il leur faut du petit, du fragile, du cassant, pour des plaisirs miniaturisés…

Bon, finalement, ça ne s’est pas trop mal passé, ce que je vous ai raconté, mes chéries, je vais résumer. Le « faux cul », c’était du rembourrage pour la femme qui n’avait pas la chance d’être naturellement grosse, à cet endroit-là. Autrement dit, pour bourrer les femmes, nos anciens, qui étaient des sages, les rembourraient !

Or Eric Besson est l’archétype du faux cul, ou plutôt de la fausse couille. Il se place une coquille par devant et roulez jeunesse !

Seulement voilà, les femmes s’en aperçoivent tout de suite, elles font semblant de le croire et elles s’envoient des socialistes !

Je sais que c’est très immoral ! C’est le moment de placer ici un passage poétique :

 

« Souvent femme varie

Et bien fol qui s’y fie ! »

 

Ce serait de François 1er. Ni plus ni moins ! Cependant revenons au sujet : Eric Besson s’en prend carrément à la liberté de la presse et on se croirait revenu sous l’Ancien Régime, avant 1789 ! En effet, il dénie le droit aux caricaturistes de déformer les traits physiques des beaux visages d’opportunistes de la politique ! Incroyable ! Quand on se rappelle le fameux dessin de Daumier, qui, en 1831, avait dessiné Louis Philippe en six caricatures évolutives dont la dernière était une poire. C’était donc bien avant 1848 et Daumier n’avait pas eu d’ennuis. Or, quand Besson s’en prend à Stéphane Guillon, qui ironise sur son physique, c’est exactement la même chose !

Il y a même plus grave, puisque ce prétendu ministre ne craint pas d’interdire à Stéphane Guillon d’évoquer des « faits politiques ». Et alors de quoi parlera-t-il ?

Toutefois, le plus drôle, si l’on peut dire, réside dans la similitude entre Siné et son directeur dans « Charlie Hebdo ». On se souvient que Philippe Val avait demandé à Siné de s’excuser auprès du fis Sarkozy. Eh bien, ici, ce sont les mêmes que l’on retrouve. Jean-Luc Hees et son très petit élève, Philippe Val. Et dans la même situation. Une seule différence, c’est Jean-Luc Hees, Président de Radio France qui présente les excuses à Eric Besson, à la place de Stéphane Guillon, lequel a refusé. Comme Siné. Siné fait école !

La conclusion est claire. Pour qualifier Besson, nous avons le choix entre deux mots : traître et opportuniste. L’opportuniste est celui qui utilise au mieux les circonstances. Le traître est celui qui « passe à l’ennemi ». La presse hésite entre les deux mots pour qualifier Besson. Or il est clair que Besson a profité d’une « opportunité » d’une part, pour s’attaquer à la liberté de la presse, et qu’il est en même temps un « traître » vis-à-vis du parti socialiste et de ses électeurs, qu’il encule allègrement, avec ou sans rembourrage.

On voit que la politique française se complique et qu’elle enrichit notre vocabulaire. Il est plus difficile hélas d’enrichir le « français d’en bas », qui continue de « morfler », c'est-à-dire, de « recevoir des coups ».

Je trouve plutôt positif le fait de s’exprimer en langage populaire que de nous ressortir sans arrêt ce lexique terroriste, qui vise essentiellement à nous empêcher de comprendre. Et je terminerai par un mot, un seul, qui résume la situation de la France mondialisée en 2010 :

Bordel !

 

Partager cet article
Repost0
27 mars 2010 6 27 /03 /mars /2010 08:09

RIZIÈRES AU JAPON … IMPRESSIONNANTES

AVANT :

riziere2.jpg


APRES :

riziere.jpg
Partager cet article
Repost0
27 mars 2010 6 27 /03 /mars /2010 07:50
La semaine dernière, cinq pompiers catalans ont été présentés à des millions de téléspectateurs comme des assassins de policiers : ils avaient été filmés à leur insu, à Dammarie-les-Lys, dans un supermarché où ils faisaient leurs courses en parlant entre eux... le catalan. Les fins limiers qui avaient récupéré la bande de vidéosurveillance de cette entreprise privée (destinée à « protéger » le commerçant contre les chapardages, chacun l'avait compris) n'ont pas hésité à prendre le catalan pour du basque, ni à considérer que parler basque en public signait une appartenance à ETA (les terroristes étant bien sûr si stupides qu'ils parlent toujours des langues étrangères en public...). Ces cinq pompiers ont eu plus de chances de survie que le touriste brésilien tué « par erreur » par la police dans le métro de Londres en 2005 parce que la caméra de vidéosurveillance l'avait montré avec... un sac à dos « suspect ». Mais il est peu probable qu'ils reviennent de sitôt en France pour une autre formation de lutte contre le feu. Il est même permis de penser qu'ils se sentent mieux « protégés » depuis leur retour en Catalogne. Lundi 22 mars, on apprend que dans certaines villes du sud-est de la France les caméras de vidéosurveillance sont utilisées pour verbaliser les propriétaires de véhicules en stationnement interdit. La « vidéoprotection » contre les dangers de la vie urbaine progresse à pas de géant... Avant que les fumeurs et les propriétaires de chiens ne « respectant pas le caniveau » ne soient à leur tour l'objet de pareille sollicitude sécuritaire, la Ligue des droits de l'Homme tient à alerter les citoyens sur le rythme effréné de la contamination de certains élus locaux par le virus de la surveillance généralisée. La société des « miradors invisibles » n'est ni plus sûre, ni simplement supportable... y compris pour les « honnêtes gens qui n'ont rien à cacher », qu'ils soient français ou catalans.
Partager cet article
Repost0
19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 19:45
Voici une petite histoire pas si étrange...

Jean Boudreau a commencé la journée tôt, ayant réglé son réveil matin (fabriqué au Japon) à 6 heures.
Pendant que sa cafetière (fabriquée en Chine) filtrait le café, il s'est rasé avec son rasoir (fabriqué à
Hong Kong).

Puis il s'est habillé avec sa chemise (fabriqué en Turquie), ses jeans (fabriqués en Chine) et ses chaussures
(fabriqués en Corée).

Après avoir cuit son petit déjeuner dans son nouveau poêlon (fabriqué en Inde) agrémenté de fraises (d’Espagne)
et de bananes (du Costa Rica), il s'est assis, calculatrice en main (fabriquée au Mexique), pour calculer son
budget de la journée.

En consultant sa montre-radio (fabriquée en Chine), il est monté dans sa voiture (fabriqué au Japon) pour continuer sa recherche d'emploi, entre deux fermetures d'usines (en France).

A la fin d'une autre journée décourageante, il décide de se verser un verre de vin (fabriqué en Californie) pour
accompagner ses légumes (produits en Espagne), met ses sandales (fabriqués au Brésil) et allume sa télévision (fabriquée en Indonésie)

et puis se demande pourquoi il n'arrive pas à trouver un job, ici en France ....
Partager cet article
Repost0
13 mars 2010 6 13 /03 /mars /2010 08:41

Depuis 1993, des centaines de femmes ont été assassinées au Mexique. Un tiers dentre elles ont fait l'objet de viols, de sévices sexuels et de tortures. Plus de 600 autres ont disparu. A ce jour, la quasi-totalité de ces crimes restent impunis.

(source : www.acatfrance.fr )


Pétition à faire circuler :


NOM, Prénom : ……………………………………………..

Adresse : …………………………………………………….

………………………………………………………………...


Lic. Felipe Calderón Hinojoza

Presidente de los Estados Unidos Mexicanos

Residencia oficinal de Los Pinos

Casa Miguel Alemán - Col. San Miguel Chapultepec

Mexico D.F. C.P. 11850

MEXIQUE

Monsieur le Président,

 

À la suite d’informations reçues de l’ACAT-France, je vous exprime ma préoccupation concernant les assassinats et les disparitions de femmes au Mexique, et notamment dans l’État de Chihuahua. Ces violences se sont accrues après le déploiement de milliers de soldats et de policiers dans les principales villes du pays. De plus, les avocats et associations de défense des droits de l’Homme qui s’occupent de ces cas sont intimidés et menacés.

 

Je vous demande instamment de :

 

  • mettre en œuvre sans délai les injonctions de la décision du 17 novembre 2009 de la Cour interaméricaine des droits de l’Homme, concernant la réparation accordée aux familles des victimes et la poursuite des responsables ;

  • veiller à ce que la police ouvre des enquêtes rapides et exhaustives dans les cas de disparitions et d’homicides de jeunes filles et de femmes ;

  • accorder une protection efficace aux avocats et aux associations qui défendent les victimes de façon à ce qu’ils puissent mener à bien leur travail sans craindre pour leur vie.

Recevez, Monsieur le Président, l’expression de ma considération distinguée.


date : signature :
Partager cet article
Repost0
13 mars 2010 6 13 /03 /mars /2010 08:24
hamburgDepuis quelques mois, huit restaurants Quick ne servent plus que des hamburgers garnis de viande de bœuf venant de bêtes abattues selon le rite hallal et dans lesquels la dinde fumée a remplacé le bacon.
Un petit rappel s’impose : l’abattage rituel de la viande hallal consiste à égorger un animal vivant pour ensuite le laisser mourir pendant qu’il se vide de son sang.
En Suisse, Suède, Norvège et Islande, tout abattage rituel, quelle que soit son origine, est interdit.
En France, seul l'abattage rituel musulman est autorisé. Il est effectué dans certains abattoirs. L'animal n'est pas étourdi, il reste totalement conscient au moment de l'abattage, il doit être mécaniquement immobilisé.
Il faut savoir qu'au moment du tranchage de la trachée artère et des carotides, le cerveau contient encore suffisamment de sang pour tenir.
De plus, lors de la section, la moelle épinière n'est pas touchée : celle-ci contient une petite quantité de sang, donc de l'oxygène qui continue d'alimenter le cerveau par le bulbe rachidien.
Ceci explique le fait que l’animal peut vivre plusieurs minutes après cet acte, il reste donc conscient  durant cette horrible  agonie… Religion disions-nous…!
Je demande à l'humanité entière de se nourrir autrement car dans chaque morceau de viande dont elle se nourrit, elle y trouvera toujours toutes les abominations que nous avons vues et ressenties.
Je confie ainsi tous mes espoirs vers un avenir meilleur .

"La grandeur d'une nation et ses progrès moraux peuvent être jugés de la manière dont elle traite les animaux".
Mahatma Gandhi
Partager cet article
Repost0
6 mars 2010 6 06 /03 /mars /2010 08:42
  livre3.jpg
Vous ne pouviez pas y échapper, il fallait que je parle des chiens. D’abord, parce que j’en ai un, en ce moment même, qui m’empêche d’accéder à mon clavier, et, devant son regard implorant je rends les armes. Il veut que je parle des chiens. Si, il me le fait comprendre, et vous allez trouver que je ne suis pas politique et pas sexy du tout ?  Attendez la suite. Plus tard, je vous parle des études du fils du petit trou du cul qui va séjourner gratos à Dubaï ! (Là, je connais, pour des raisons familiales, cet étrange pays, ne prenez pas les berrichons que pour des cons !)

 Vous saviez sûrement qu’il y a actuellement huit millions de chiens en France, que le chien est apparu sur cette planète 15 000 ans avant Jésus Christ. Jésus Christ n’était pas aussi malin qu’on dit, puisqu’il est monté seul au Golgotha sans se faire accompagner par un chien ! Allez croire en Dieu après des négligences pareilles ! Il aurait pu refiler la couronne d’épines au clébard, ça l’aurait soulagé ! Il aurait même pu l’aider à porter la croix, à condition de choisir un chien catholique.

Mais je m’égare. Retour au sujet : les chiens. Et les chiennes. Attention voici un passage pour me faire admirer des féministes, elles vont toutes tomber comme des mouches devant moi. Réflexion faite, il vaut mieux pas, je suis foutu de me casser la figure et le col du fémur avec, en croyant remonter le col de l’Utérus (ça, c’est très mauvais, je vous le concède, et je vous prie de l’écrire en un seul mot sinon vous allez avoir des histoires de mauvais goût, des histoires où le con cède, on n’en sortira jamais !). Les chiennes, expliquez-moi : pourquoi une femme qui « a du chien », est une femme qui a du charme, alors qu’une femme qui est qualifiée de « chienne » est une femme dévergondée, de mauvaise vie, disent les dictionnaires, bref et pour simplifier, une salope !

Et c’est là que je m’indigne ! Le mot « salope » n’a pas de masculin, il faut dire « salaud » et ça n’implique aucune activité sexuelle particulière ! C’est scandaleux ! La parité n’est pas respectée !

 Je vous le disais, cette histoire de chien, c’est politique. Mais c’est encore pire ! Lors de ma dernière leçon dans l’Echo, j’évoquais Albert Camus. Eh bien, relisez l’Etranger, et vous allez rencontrer le « vieux Salamano », et son chien ! Camus présente le chien et son maître et là, vous atteignez  au sublime. Camus a remarqué que le vieux a fini par ressembler à son chien. Et le chien a fini par ressembler à son maître. Mon devoir est ici de prévenir les âmes sensibles, nous pénétrons, si je puis dire, la nature profonde de l’amour !

 En effet, « deux fois par jour, le vieux mène son chien promener » et la promenade est un parcours ponctué de violences calculées, l’un jouant au bourreau l’autre à la victime, et les rôles s’inversent ensuite. Et ça dure huit ans, alors que le crétin Beigbeder dit que l’amour dure trois ans !

 Je vous donne la fin ? Oui, vous êtes grands, vous supportez la pub anti-tabac avec cette histoire de pipes. Moi, je reste plus littéraire :

 « Alors ils (le vieux et le chien) restent tous les deux sur le trottoir et ils se regardent, le chien avec terreur, l’homme avec haine ».

 Eh bien, voilà décrits les couples humains, ah ! il était fort, Albert !

Parce que les vraies histoires d’amour, sauf si on prend la précaution de mourir vite, c’est pas des contes de fées. Voyez Roméo et Juliette, Tristan et Iseult… Regardez bien, dans les Maisons de Retraites, les vieilles sont toutes bleues, à cause des coups de canne que les vieux sadiques leur balancent dans les côtelettes !

 Et c’est maintenant que ça se politise encore davantage ! Vous avez vu, surtout si vous habitez la campagne, combien la passion est puissante entre les chiens, puisque, souvent, ils ne parviennent pas à se désaccoupler. Le paysan, alors, dans un grand geste humanitaire, leur balance un grand seau d’eau glacée au bon endroit. Où alors il les sépare avec un bâton.

Je sens que vous n’allez pas me croire, mais j’ai assisté à la scène suivante, hier soir, à la télévision. On voyait le mini président et sa chienne absolument indécouplables. Ca se passait à l’Elysée.

Alors un travailleur de la CGT a eu pitié d’eux, il est allé chercher un bâton.

Je ne vous raconte pas la suite. D’ailleurs je me suis réveillé, ce n’était qu’un rêve.

Je pensais aux milliers, aux millions de victimes de tous ces gens d’en haut, à tous ces licenciés, à tous ces travailleurs partiels, à tous ces SDF, et je me demandais pourquoi ils n’allaient pas se munir d’une bonne trique pour les frapper au bon endroit.

 Je vous ai raconté cette historiette pour enfants parce que le 11 mars, à Châteauroux, on m’a demandé de faire une conférence sur le thème : le chien dans la littérature. Entrée gratuite, en plus !

 En cette période électorale, il sera bon de se munir d’une trique, et d’avoir la trique, aussi ! Le mot « trique » dans le sens de « pénis » n’est attesté que depuis 1940. Ce détail pour bien montrer qu’il s’agit d’un article à dominante sémantique.


Partager cet article
Repost0
6 mars 2010 6 06 /03 /mars /2010 08:28
Mais comment font les grandes surfaces comme Auchan, Carrefour, Casino et E.Leclerc pour vendre des vêtements à si bas prix en conservant leurs marges ? La réponse se trouve dans les usines de leurs sous-traitants. Journées interminables, environnement insalubre, salaires de misère, menaces et licenciements en réponse aux tentatives de syndicalisation : tel est le quotidien des travailleurs qui confectionnent à l'autre bout du monde les vêtements vendus par ces géants de la grande distribution. Les consommateurs nont pas demandé que les prix bas soient réalisés au détriment des droits de millions de travailleurs à travers le monde !

CLIQUEZ ICI pour signer la pétition "Droits des travailleurs, liquidation totale ?" sur le site du Collectif Ethique sur l'étiquette.

Créé en 1995, le Collectif Ethique sur létiquette rassemble une vingtaine dONG, de syndicats, dassociations de consommateurs et déducation populaire. Peuples Solidaires en est membre fondateur et a déjà relayé plusieurs de ses mobilisations sous forme d'Appels Urgents.

Dans le cadre de la campagne « Droits des travailleurs… Liquidation totale ? », nous demandons aux entreprises de la grande distribution :
> - de sassurer que les ouvriers de leurs usines textile perçoivent un salaire décent, en cessant la pression déraisonnable quelles exercent sur leurs fournisseurs en termes de prix et de délais ;
> - de garantir au consommateur une transparence sur les conditions de fabrication de leurs produits textiles.

Plus d'infos sur http://www.ethique-sur-etiquette.org/spip.php?rubrique43


Peuples Solidaires (en Association avec ActionAid)

 [Agir pour les droits. Vaincre la pauvreté.]
> www.peuples-solidaires.org

Partager cet article
Repost0
6 mars 2010 6 06 /03 /mars /2010 08:15
Depuis plus de vingt ans, les différents gouvernements infligent un traitement discriminatoire aux Français nés à l'étranger, ou nés en France de parents étrangers ou devenus français par naturalisation.
À loccasion du renouvellement de ses papiers didentité, il est maintenant demandé systématiquement à chacun d'entre eux de faire la preuve de sa nationalité française. La situation continue de s'aggraver : d'une pratique qui se cantonnait à la carte d'identité, la délivrance du passeport fait désormais l'objet des mêmes attentions et on en arrive à l'ouverture d'un bureau spécialisé pour ces Français « différents ».
Au-delà de l'avalanche de preuves réclamées, de la difficulté de reconstituer des parcours que l'histoire de la France ou du monde a bouleversés et de la répétition stupide des mêmes demandes à chaque renouvellement, imagine-t-on ce que représente cette mise en cause directe de la personnalité de chacun et le réveil douloureux de souvenirs souvent dramatiques ?

Il y a quelque chose dintolérable à faire ainsi de millions de Français d'origine les plus diverses des personnes suspectes a priori de fraude, puisque ce sont à elles de prouver leur nationalité et non à l'administration de démontrer une fraude ou une erreur.
 Cette attitude est d'autant plus vexatoire qu'en vertu de larticle 21-13 du Code Civil, la nationalité de ceux qui ont vécu en tant que Français depuis plus de dix ans ne peut plus être contestée.
 Nous dénonçons une logique résultant d'une peur de l'étranger, dont il importerait de se prémunir à toute force, y compris en suspectant des millions de Français. Et parce que nous refusons que ces situations se règlent par des passe-droits en faveur de ceux qui ont les moyens de protester contre de telles discriminations, nous exigeons que le gouvernement y mette un terme et rétablisse un traitement normal et égal pour tous de la délivrance des pièces d'identité.

Partager cet article
Repost0
6 mars 2010 6 06 /03 /mars /2010 07:55

 

Monsieur le Premier ministre,

 

Le 4 février dernier, dans votre discours au dîner du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), vous avez dénoncé les « scandaleux mouvements de boycott des produits casher ou israéliens ».

Sauf le respect que je vous dois, cet amalgame constitue un mensonge qui est indigne de vous. Je vous mets au défi, monsieur le Premier ministre, de produire la moindre déclaration d’un animateur du mouvement français de solidarité avec la Palestine qui appellerait de manière directe ou indirecte à boycotter des produits, magasins ou entreprises juives, a fortiori des produits casher. Ce défi vous ne pourrez le relever pour une raison fondamentale : rien ne nous est plus étranger que l’antisémitisme et le racisme. Et, pour nous, les sources du conflit israélo-palestinien comme les paramètres de sa solution sont de nature, non pas religieuse, mais politique, strictement politique. Hélas vos propos diffamatoires ont fait école : votre ministre de la Justice a cru bon de vous emboîter le pas. Au dîner de l’antenne bordelaise du CRIF, le 18 février, elle a affirmé que « des personnes, responsables associatifs, politiques ou simples citoyens, appellent au boycott de produits au motif qu’ils sont casher ou qu’ils proviennent d’Israël ». Elle a exprimé le souhait que « le parquet fasse preuve de davantage de sévérité ». Et, joignant le geste à la parole, elle a déclaré avoir « adressé une Circulaire aux parquets généraux, leur demandant d’identifier et de signaler tous les actes de provocation à la discrimination. »

La justice étant, comme chacun sait, indépendante du pouvoir, le tribunal de Bordeaux a d’ores et déjà fait un exemple : les deux autocollants que Sakina Arnaud avait apposés sur des produits israéliens dans un supermarché « Carrefour » de Mérignac lui ont valu 1 500 euros d’amende et de dommages et ceci au motif, excusez du peu, d’« incitation à la discrimination raciale, nationale ou religieuse ». Rappelons que la grande surface avait porté plainte, elle, pour « dégradation légère ». Ici et là, d’autres militants sont convoqués dans les commissariats ou la police judiciaire...]

 

Signer la pétition et voir la lettre plus détaillée de JC Lefort, président de l’Association France Palestine Solidarité : http://www.france-palestine.org/art...

Partager cet article
Repost0