Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 mars 2010 6 06 /03 /mars /2010 08:42
  livre3.jpg
Vous ne pouviez pas y échapper, il fallait que je parle des chiens. D’abord, parce que j’en ai un, en ce moment même, qui m’empêche d’accéder à mon clavier, et, devant son regard implorant je rends les armes. Il veut que je parle des chiens. Si, il me le fait comprendre, et vous allez trouver que je ne suis pas politique et pas sexy du tout ?  Attendez la suite. Plus tard, je vous parle des études du fils du petit trou du cul qui va séjourner gratos à Dubaï ! (Là, je connais, pour des raisons familiales, cet étrange pays, ne prenez pas les berrichons que pour des cons !)

 Vous saviez sûrement qu’il y a actuellement huit millions de chiens en France, que le chien est apparu sur cette planète 15 000 ans avant Jésus Christ. Jésus Christ n’était pas aussi malin qu’on dit, puisqu’il est monté seul au Golgotha sans se faire accompagner par un chien ! Allez croire en Dieu après des négligences pareilles ! Il aurait pu refiler la couronne d’épines au clébard, ça l’aurait soulagé ! Il aurait même pu l’aider à porter la croix, à condition de choisir un chien catholique.

Mais je m’égare. Retour au sujet : les chiens. Et les chiennes. Attention voici un passage pour me faire admirer des féministes, elles vont toutes tomber comme des mouches devant moi. Réflexion faite, il vaut mieux pas, je suis foutu de me casser la figure et le col du fémur avec, en croyant remonter le col de l’Utérus (ça, c’est très mauvais, je vous le concède, et je vous prie de l’écrire en un seul mot sinon vous allez avoir des histoires de mauvais goût, des histoires où le con cède, on n’en sortira jamais !). Les chiennes, expliquez-moi : pourquoi une femme qui « a du chien », est une femme qui a du charme, alors qu’une femme qui est qualifiée de « chienne » est une femme dévergondée, de mauvaise vie, disent les dictionnaires, bref et pour simplifier, une salope !

Et c’est là que je m’indigne ! Le mot « salope » n’a pas de masculin, il faut dire « salaud » et ça n’implique aucune activité sexuelle particulière ! C’est scandaleux ! La parité n’est pas respectée !

 Je vous le disais, cette histoire de chien, c’est politique. Mais c’est encore pire ! Lors de ma dernière leçon dans l’Echo, j’évoquais Albert Camus. Eh bien, relisez l’Etranger, et vous allez rencontrer le « vieux Salamano », et son chien ! Camus présente le chien et son maître et là, vous atteignez  au sublime. Camus a remarqué que le vieux a fini par ressembler à son chien. Et le chien a fini par ressembler à son maître. Mon devoir est ici de prévenir les âmes sensibles, nous pénétrons, si je puis dire, la nature profonde de l’amour !

 En effet, « deux fois par jour, le vieux mène son chien promener » et la promenade est un parcours ponctué de violences calculées, l’un jouant au bourreau l’autre à la victime, et les rôles s’inversent ensuite. Et ça dure huit ans, alors que le crétin Beigbeder dit que l’amour dure trois ans !

 Je vous donne la fin ? Oui, vous êtes grands, vous supportez la pub anti-tabac avec cette histoire de pipes. Moi, je reste plus littéraire :

 « Alors ils (le vieux et le chien) restent tous les deux sur le trottoir et ils se regardent, le chien avec terreur, l’homme avec haine ».

 Eh bien, voilà décrits les couples humains, ah ! il était fort, Albert !

Parce que les vraies histoires d’amour, sauf si on prend la précaution de mourir vite, c’est pas des contes de fées. Voyez Roméo et Juliette, Tristan et Iseult… Regardez bien, dans les Maisons de Retraites, les vieilles sont toutes bleues, à cause des coups de canne que les vieux sadiques leur balancent dans les côtelettes !

 Et c’est maintenant que ça se politise encore davantage ! Vous avez vu, surtout si vous habitez la campagne, combien la passion est puissante entre les chiens, puisque, souvent, ils ne parviennent pas à se désaccoupler. Le paysan, alors, dans un grand geste humanitaire, leur balance un grand seau d’eau glacée au bon endroit. Où alors il les sépare avec un bâton.

Je sens que vous n’allez pas me croire, mais j’ai assisté à la scène suivante, hier soir, à la télévision. On voyait le mini président et sa chienne absolument indécouplables. Ca se passait à l’Elysée.

Alors un travailleur de la CGT a eu pitié d’eux, il est allé chercher un bâton.

Je ne vous raconte pas la suite. D’ailleurs je me suis réveillé, ce n’était qu’un rêve.

Je pensais aux milliers, aux millions de victimes de tous ces gens d’en haut, à tous ces licenciés, à tous ces travailleurs partiels, à tous ces SDF, et je me demandais pourquoi ils n’allaient pas se munir d’une bonne trique pour les frapper au bon endroit.

 Je vous ai raconté cette historiette pour enfants parce que le 11 mars, à Châteauroux, on m’a demandé de faire une conférence sur le thème : le chien dans la littérature. Entrée gratuite, en plus !

 En cette période électorale, il sera bon de se munir d’une trique, et d’avoir la trique, aussi ! Le mot « trique » dans le sens de « pénis » n’est attesté que depuis 1940. Ce détail pour bien montrer qu’il s’agit d’un article à dominante sémantique.


Repost 0
Publié par Rolland Hénault
commenter cet article
6 mars 2010 6 06 /03 /mars /2010 08:28
Mais comment font les grandes surfaces comme Auchan, Carrefour, Casino et E.Leclerc pour vendre des vêtements à si bas prix en conservant leurs marges ? La réponse se trouve dans les usines de leurs sous-traitants. Journées interminables, environnement insalubre, salaires de misère, menaces et licenciements en réponse aux tentatives de syndicalisation : tel est le quotidien des travailleurs qui confectionnent à l'autre bout du monde les vêtements vendus par ces géants de la grande distribution. Les consommateurs nont pas demandé que les prix bas soient réalisés au détriment des droits de millions de travailleurs à travers le monde !

CLIQUEZ ICI pour signer la pétition "Droits des travailleurs, liquidation totale ?" sur le site du Collectif Ethique sur l'étiquette.

Créé en 1995, le Collectif Ethique sur létiquette rassemble une vingtaine dONG, de syndicats, dassociations de consommateurs et déducation populaire. Peuples Solidaires en est membre fondateur et a déjà relayé plusieurs de ses mobilisations sous forme d'Appels Urgents.

Dans le cadre de la campagne « Droits des travailleurs… Liquidation totale ? », nous demandons aux entreprises de la grande distribution :
> - de sassurer que les ouvriers de leurs usines textile perçoivent un salaire décent, en cessant la pression déraisonnable quelles exercent sur leurs fournisseurs en termes de prix et de délais ;
> - de garantir au consommateur une transparence sur les conditions de fabrication de leurs produits textiles.

Plus d'infos sur http://www.ethique-sur-etiquette.org/spip.php?rubrique43


Peuples Solidaires (en Association avec ActionAid)

 [Agir pour les droits. Vaincre la pauvreté.]
> www.peuples-solidaires.org

Repost 0
Publié par Jean-Marc Bruneel
commenter cet article
6 mars 2010 6 06 /03 /mars /2010 08:15
Depuis plus de vingt ans, les différents gouvernements infligent un traitement discriminatoire aux Français nés à l'étranger, ou nés en France de parents étrangers ou devenus français par naturalisation.
À loccasion du renouvellement de ses papiers didentité, il est maintenant demandé systématiquement à chacun d'entre eux de faire la preuve de sa nationalité française. La situation continue de s'aggraver : d'une pratique qui se cantonnait à la carte d'identité, la délivrance du passeport fait désormais l'objet des mêmes attentions et on en arrive à l'ouverture d'un bureau spécialisé pour ces Français « différents ».
Au-delà de l'avalanche de preuves réclamées, de la difficulté de reconstituer des parcours que l'histoire de la France ou du monde a bouleversés et de la répétition stupide des mêmes demandes à chaque renouvellement, imagine-t-on ce que représente cette mise en cause directe de la personnalité de chacun et le réveil douloureux de souvenirs souvent dramatiques ?

Il y a quelque chose dintolérable à faire ainsi de millions de Français d'origine les plus diverses des personnes suspectes a priori de fraude, puisque ce sont à elles de prouver leur nationalité et non à l'administration de démontrer une fraude ou une erreur.
 Cette attitude est d'autant plus vexatoire qu'en vertu de larticle 21-13 du Code Civil, la nationalité de ceux qui ont vécu en tant que Français depuis plus de dix ans ne peut plus être contestée.
 Nous dénonçons une logique résultant d'une peur de l'étranger, dont il importerait de se prémunir à toute force, y compris en suspectant des millions de Français. Et parce que nous refusons que ces situations se règlent par des passe-droits en faveur de ceux qui ont les moyens de protester contre de telles discriminations, nous exigeons que le gouvernement y mette un terme et rétablisse un traitement normal et égal pour tous de la délivrance des pièces d'identité.

Repost 0
Publié par Ghislaine Millet
commenter cet article
6 mars 2010 6 06 /03 /mars /2010 07:55

 

Monsieur le Premier ministre,

 

Le 4 février dernier, dans votre discours au dîner du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), vous avez dénoncé les « scandaleux mouvements de boycott des produits casher ou israéliens ».

Sauf le respect que je vous dois, cet amalgame constitue un mensonge qui est indigne de vous. Je vous mets au défi, monsieur le Premier ministre, de produire la moindre déclaration d’un animateur du mouvement français de solidarité avec la Palestine qui appellerait de manière directe ou indirecte à boycotter des produits, magasins ou entreprises juives, a fortiori des produits casher. Ce défi vous ne pourrez le relever pour une raison fondamentale : rien ne nous est plus étranger que l’antisémitisme et le racisme. Et, pour nous, les sources du conflit israélo-palestinien comme les paramètres de sa solution sont de nature, non pas religieuse, mais politique, strictement politique. Hélas vos propos diffamatoires ont fait école : votre ministre de la Justice a cru bon de vous emboîter le pas. Au dîner de l’antenne bordelaise du CRIF, le 18 février, elle a affirmé que « des personnes, responsables associatifs, politiques ou simples citoyens, appellent au boycott de produits au motif qu’ils sont casher ou qu’ils proviennent d’Israël ». Elle a exprimé le souhait que « le parquet fasse preuve de davantage de sévérité ». Et, joignant le geste à la parole, elle a déclaré avoir « adressé une Circulaire aux parquets généraux, leur demandant d’identifier et de signaler tous les actes de provocation à la discrimination. »

La justice étant, comme chacun sait, indépendante du pouvoir, le tribunal de Bordeaux a d’ores et déjà fait un exemple : les deux autocollants que Sakina Arnaud avait apposés sur des produits israéliens dans un supermarché « Carrefour » de Mérignac lui ont valu 1 500 euros d’amende et de dommages et ceci au motif, excusez du peu, d’« incitation à la discrimination raciale, nationale ou religieuse ». Rappelons que la grande surface avait porté plainte, elle, pour « dégradation légère ». Ici et là, d’autres militants sont convoqués dans les commissariats ou la police judiciaire...]

 

Signer la pétition et voir la lettre plus détaillée de JC Lefort, président de l’Association France Palestine Solidarité : http://www.france-palestine.org/art...

Repost 0
Publié par Paul HENAULT
commenter cet article
6 mars 2010 6 06 /03 /mars /2010 07:39
Magnifique de lucidité et de courage ! J'espère qu'il n'y a pas de "fatwa" la menaçant :

>   ,


Extrait de son discours au Sénat pour la MISSION PARLEMENTAIRE SUR LE VOILE INTEGRAL :

  [... Pour vous dire vrai, à l'enfance et surtout à l'adolescence, je n'ai jamais rêvé de mariage, de prince charmant, de robe longue, de grande maison, d'enfants et de famille.. Les quelques mariages auxquels j'avais assisté, en Algérie, me faisaient sentir que la femme était un objet bien plus qu'un sujet. Inutile de vous préciser que ma perspective était ultraminoritaire, car les femmes sont formatées à devenir des épouses puis des mères dès l'enfance. Je devais avoir, quoi, cinq, six, peut-être sept ans tout au plus, lorsqu'on me somma de rejoindre ma grand-mère dans la cuisine, car ma place naturelle était à mi-distance entre les fourneaux et la buanderie, de façon à pouvoir faire éclater mes talents de cuisinière et de ménagère le moment venu.
>     
>   En 1984, l'Algérie adopte un code de la famille inspiré de la charia islamique. Jai 12 ans à cette époque. Brièvement, ce code exige de l'épouse d'obéir à son mari et à ses beaux-parents, permet la répudiation, la polygamie, destitue la femme de son autorité parentale, permet à l'époux de corriger sa femme et en matière d'héritage comme de témoignage, l'inégalité est érigée en système puisque la voix de deux femmes équivaut à celle d'un homme tout comme les parts d'héritage...
]
Repost 0
Publié par Odette Estorgues
commenter cet article
27 février 2010 6 27 /02 /février /2010 08:40

Plaques d'immatriculation

Depuis le traité de Maastricht, la plaque avant est blanche et la plaque arrière est jaune…

Jusque là rien d'extraordinaire. Depuis plusieurs mois, quand vous achetez une voiture neuve ou d'occasion, on vous demande, avec plus ou moins d'insistance, si vous ne voulez pas deux plaques blanches, bien que l'arrêté du 27 avril 2007 modifiant l'arrêté du 1er juillet 1996, laisse le choix entre une plaque jaune ou blanches à l'arrière d'un véhicule automobile.                                                                
Pourquoi ????                                                              
Vous avez peut être remarqué que sur les routes tous les nouveaux radars étaient à prise de vue arrière, ainsi que tous ceux qui sont remplacés par la nouvelle génération. Cela pour pouvoir flasher les motos.              
Oui mais voilà ! Les plaques jaunes suivant la luminosité du jour, floutent plus ou moins les photos des radars. C'est pourquoi, il se peut que vous soyez sûr d'avoir été flashé et n'avoir pas reçu votre P.V.  Les photos n'étant pas exploitables, le chiffre d'affaire des P.V. chute. Et comme il y a de plus en plus de photos inexploitables, du fait que les radars sont orientés en prise de vue arrière, les ministères intéressés veulent des plaques blanches des deux côtés du véhicule. C'est pour cela que l'on voit avec les nouvelles immatriculations, des voitures avec une plaque blanche à l'arrière.                              
VOUS N'AVEZ AUCUNE OBLIGATION D'ACCEPTER DEUX PLAQUES BLANCHES            
La loi européenne de 1998 n'a pas été modifiée et le dernier arrêté en vigueur en France, c'est celui du 27 avril 2007.


Bon à savoir !

 

Lors de la présentation du programme 20/20, on  discutait de pneus d'auto… 

On mentionnait que les pneus avaient une vie de service, du nouveau pour moi.  On rapportait justement que plusieurs personnes étaient décédées à cause de pneus soi-disant trop vieux. PAS USÉS ! Mais trop âgés LORS DE LEUR ACHAT !

Imaginez le paradoxe ! Vous avez bien lu. Trop vieux lors de l'achat.

Voyez en l'explication et la cause ci-après ! Il faut savoir que le caoutchouc durcit avec le temps et se détériore très facilement. 

Or, lors de l'achat, on présume en toute bonne foi acheter un produit de bonne qualité. 

Ça nous paraît une évidence, non ? ERREUR !

Un rapport démontre que certains vendeurs (même les grands magasins) vendent des pneus qui ne sont plus sécuritaires parce que déjà vieillis par le temps.... EN ENTREPÔT.  Mais comment donc nous assurer d'un produit  "f r a i s"   avec le caoutchouc ?  Semble-t-il que c'est facile... Lisez !

En effet, il y a un moyen pour déterminer l'âge d'un pneu. 

Regardez sur le pneu, il y a le nom du fabricant, la grandeur et d'autres détails qui nous sont déjà familiers d'ailleurs.

Mais, à la fin des ces détails, vous aurez noté des chiffres ou nombres additionnels qui seraient stratégiques à la prévention.

En voici une illustration et la signification essentielle :

 

pneus

237 veut dire - fabriqué la 23e semaine de 1997,

463 veut dire - fabriqué la 46e semaine de 1993,

1402 veut dire - fabriqué la 14e semaine de 2002,

5107 veut dire - fabriqué la 51e semaine de 2007, etc.

 

Alors, vous avez beau croire avoir acheté des pneus de fabrication récente et sécuritaires, mais il est possible que vos pneus neufs ne soient  en réalité pas sécuritaires.  En fait, ils seraient déjà d'un âge avancé, de sorte qu'ils présentent des risques potentiellement graves.

Lors de la conduite de l'auto, le pneu peut se détériorer, se décomposer... 

Souvenez-vous que les pneus ne devraient jamais être plus âgés que 6 ans, selon le programme 20/20. 
Cette situation vous surprend ? Plus, vous inquiète pour votre sécurité et celle des vôtres.  Alors, un geste citoyen, s'il-vous-plaît !

Diffusez la présente au cas où... Donc, soyez vigilants quand vous achèterez vos pneus d'hiver.....
 

Repost 0
Publié par Jacques Beaudoin
commenter cet article
27 février 2010 6 27 /02 /février /2010 08:22
  Une expérimentation de « scanners corporels » a commencé ce 22 février à l'aéroport de Roissy sur les vols en direction des Etats-Unis. Cette mise à l'essai débute alors que le projet de loi dit « Loppsi », dont l'article 18 bis encadre l'expérimentation de ce matériel, a été voté en première lecture par les députés mais n'a pas encore été examiné par le Sénat et est encore loin d'être entré en vigueur. La Ligue des droits de l'Homme constate que les gouvernants continuent ainsi à afficher sans complexes le peu de considération qu'ils éprouvent à l'égard de la représentation nationale. Sur le fond, le recours à ce dispositif de contrôle porte une atteinte à l'intimité et à la vie privée équivalente à une fouille intégrale. Il ne saurait donc être envisagé que dans des hypothèses très strictement délimitées et avec des garanties précises. Certaines de ces garanties sont mentionnées dans le projet de loi (consentement de la personne, interdiction du stockage des données) mais d'autres sont renvoyées à un décret en Conseil d'Etat (détermination du champ d'application de ce nouveau système de contrôle). La Ligue des droits de l'Homme appelle à la plus extrême vigilance face aux risques de généralisation de cette technique particulièrement inquisitoriale et à l'anticipation de sa mise en uvre par rapport aux garanties des droits qui auraient dû l'accompagner.  
Repost 0
Publié par Ghislaine Millet
commenter cet article
27 février 2010 6 27 /02 /février /2010 08:18

>
> Le parlement ougandais s'apprête à adopter une loi condamnant les homosexuels à la prison ou à la peine de mort -- faisons résonner un appel mondial et massif contre cette loi cruelle:
>
>


>

Le parlement ougandais s'apprête à adopter une loi cruelle condamnant les homosexuels à la prison, et même à la peine de mort.
>
> Les critiques de la communauté internationale ont conduit le Président à demander une révision du texte. Mais après une campagne de propagande brutale abondamment financée par des groupes extrémistes, la loi semble sur le point d'être adoptée et risque de provoquer un déchaînement de violence et de persécutions.
>
> Les opposants à la loi sont de plus en plus nombreux, notamment au sein de l'Eglise Anglicane. Frank Mugisha, défenseur des droits des homosexuels ougandais affirme que cette loi va nous mettre sérieusement en danger. Merci de signer cette pétition et de demander à vos amis de nous soutenir également – si la mobilisation mondiale est massive, notre gouvernement se rendra compte que cette loi isole l'Ouganda sur le plan international et retirera le texte.
>
> Alors que le vote est attendu dans quelques jours, seule une forte vague de pression internationale peut permettre de sauver la vie de Frank et de beaucoup d'autres. A nous de rassembler le plus grand nombre de signatures possible pour stopper la loi condamnant l'homosexualité -- cliquez ici pour participer, puis faites suivre cet email:
>
> http://www.avaaz.org/fr/uganda_rights_3/?vl
>
> La pétition sera remise au Président Museveni et au Parlement à la fin de la semaine par les principaux représentants de la société civile et de l'Eglise ougandaises. Le gouvernement s'est déjà opposé à l'organisation d'une manifestation d'extrémistes anti-gay cette semaine, ce qui montre que notre pression donne des résultats!
>
> La loi prévoit l'emprisonnement à vie pour toute personne reconnue coupable d'avoir des relations homosexuelles, et la peine de mort pour les "récidivistes". Les ONG travaillant dans le domaine de la prévention contre le VIH risquent jusqu'à 7 ans de prison pour "promotion de l'homosexualité". Et n'importe quel citoyen peut risquer jusqu'à 3 ans d'emprisonnement s'il est reconnu coupable de ne pas avoir dénoncé une relation homosexuelle à la police dans les 24 heures!
>
> Les défenseurs du texte affirment que la loi protège la culture nationale, mais ses principaux détracteurs sont en Ouganda. Le Révérend chanoine Gideon Byamugisha fait partie des nombreuses personnes qui nous ont contacté. Il déclare que:
>
> Le texte viole nos cultures, nos traditions et nos valeurs religieuses qui nous appellent à rejeter l'intolérance, l'injustice, la haine et la violence. Nous avons besoin de lois qui protègent les gens -- non pas de lois qui les humilient, les ridiculisent, les persécutent et les tuent en masse.
>
> En rejetant cette loi dangereuse et en soutenant le mouvement d'opposition à ce texte, nous pouvons contribuer à créer un précédent important. Il est temps de soutenir massivement les défenseurs des droits humains en Ouganda et de sauver des vies en bloquant ce texte. Signez la pétition ici et faites la suivre à vos proches et vos amis:
>
> http://www.avaaz.org/fr/uganda_rights_3/?vl
>
> Avec espoir et détermination,
>
> Alice, Ricken, Ben, Paul, Benjamin, Pascal, Raluca, Graziela et toute l'équipe d'Avaaz
>
> SOURCES
>
> L'homosexualité considérée comme un crime, Courrier International:
> http://www.courrierinternational.com/article/2010/01/07/l-homosexualite-consideree-comme-un-crime
>
> Homosexuels - Fugitifs dans leur propre pays, AllAfrica.com:
> http://fr.allafrica.com/stories/201002020912.html
>
> Le Vatican et les défenseurs des droits humains contre la proposition de loi homophobe en Ouganda, RNW:
> http://www.rnw.nl/fr/afrique/article/le-vatican-contre-proposition-de-loi-homophobe-en-ouganda
>
Repost 0
Publié par Jean-Marc Bruneel
commenter cet article
20 février 2010 6 20 /02 /février /2010 09:40

leo_ferre.jpg

Dans « Vous savez qui je suis, maintenant ? », recueil d’entretiens publié par « La Mémoire et la mer », on peut lire ce jugement de Léo Ferré sur Céline :

« …Le voyage, c’est extraordinaire ! Ca a été un gros choc ! j’y ai pris un plaisir inouï, parce que c’était la première fois qu’on pouvait lire des phrases pareilles, des mots aussi bien agencés. J’avais seize ans, j’étais en deuxième et j’avais un ami qui a beaucoup fait pour moi, parce qu’il était plus âgé que moi d’une dizaine d’années. Il me parlait de tas de choses, et il m’avait dit, dès sa parution : « Léo lis ça, c’est le bouquin ! «  J’ai acheté ça et puis je l’ai pris avec moi. Je me rappelle, je l’ai lu à la messe, en coupant les pages et en le mettant dans le livre de messe ! Parce que sinon, je ne pouvais pas le lire ! …un livre comme ça on ne me l’aurait jamais laissé lire. C’est le chef d’œuvre de la littérature du 20ème siècle… ».

Suivent des lignes admiratives sur l’acteur Le Vigan, que Ferré est allé voir au Gaumont Palace.

Il n’y a rien de surprenant dans ces propos de Ferré. En prison, quand j’enseignais à des condamnés à de lourdes peines, tous étaient enthousiastes pour Céline ! Il avait connu la prison et il en disait : « C’est un lieu noble, parce qu’on y souffre ». La prison de Ferré est différente, c’est lui-même, enfermé dans son désespoir, que masque assez couramment l’humour, comme chez Céline.

Et puis il y a cet amour des animaux. Céline, dès les années 20, avait soutenu une association qui luttait contre l'utilisation des animaux dans les numéros de cirque. Ferré considérait « Pépée » comme un être humain. Cette fraternité supérieure pour les animaux unit les deux hommes dans la même fraternité.

Et aujourd’hui, alors que l’humanité est plongée, mondialement, dans un profond désarroi, on dénombre 8 millions de chiens en France ! Ainsi l’image de Céline à Meudon, avec ses chiens, l’image de Ferré sur la pochette de son disque « Un chien à la Mutualité », se rejoignent-elles complètement. Pas étonnant que ces deux génies définitivement irrécupérables incarnent la misère actuelle et annoncent l’apocalypse qui vient.

 

 

Repost 0
Publié par Rolland Hénault
commenter cet article
20 février 2010 6 20 /02 /février /2010 09:37

Je me tue à le répéter chaque semaine ici, dans l’Echo Culture du vendredi : il faut surveiller le vocabulaire, sinon, on dérape ! Déjà, déraper : le mot s’emploie, dans un contexte sexuel. Ne laissez pas l’Echo à la portée des enfants, surtout s’ils sont âgés de moins de six ans et n’ont donc pas encore le droit de porter des armes dans leur cartable !

Car le dérapage est le fait de glisser de côté. Or, je vous prie de m’excuser pour ce lexique médical, mais l’homme qui dérape, avant les lois sur la contraception surtout, est celui qui ne se « retire pas complètement ». Une affiche célèbre de mai 68, signée Wolinski je crois, montre de Gaulle baisant la République et disant « Non, je ne me retirerai pas ! ».

Je reviens au dérapage et surtout à la formule couramment utilisée à propos de l’école : « l’escalade de la violence ». Je trouve que l’emploi de ce mot, « escalade », est dangereux. Il évoque un sport parfaitement moral, le ski, où nous obtenons de nombreuses médailles. On oublie que les synonymes, en langage « hard », sont : « grimper, enjamber, monter ». Brassens dans une chanson célèbre (Les trompettes de la renommée, sauf erreur !) parle « d’escalader le Mont de Venus », qui n’est pas un sommet alpin, mais une montagne alpine, à cause de la sonorité finale.

Pourquoi ce début gratuitement pornographique ? Pour vous mettre en bouche, ou pour prendre langue, choisissez vous-même, puisque vous êtes incurablement branchés sur l’érotisme.

La violence à l’école, avec ou sans enjambement (sauf en poésie) m’intéresse d’autant plus que l’on raconte cette belle connerie : « Ca a toujours existé ! »

Alors là, non, c’est un mensonge !

Avant que le marasme économique et social ne s’installe en France, la violence à l’école était rare. Cette violence est directement liée à une politique d’appauvrissement des plus pauvres, aux licenciements, au chômage, à la misère. Misère du langage, misère de la réflexion, misère matérielle.

En 1968, je rappelle qu’on recensait 500 000 chômeurs, qui retrouvaient souvent du travail. Aujourd’hui on ne sait plus comment les compter, mais avec les critères de 1968, on dépasserait allègrement les sept à huit millions.

Pour accueillir ces nouveaux pauvres, les états, imitant le système étatsunien (néologisme qui semble bien fonctionner) utilisent la prison, mais aussi, et on l’oublie souvent, l’école, de la maternelle à l’enseignement dit supérieur. Il s’agit de garder, ou au moins de parquer la jeunesse en rendant plus ou moins complètement impossible toute forme d’enseignement. Il faut, en effet, déculturer la population. Un peuple sans culture redevient barbare, ce qui est au centre du film « la Journée de la jupe », honteusement censuré par les distributeurs de films, (Pathé) alors qu’il avait fait un tabac sur Arte. Ce film est dangereux pour le pouvoir des multinationales.

Le chômage est au centre de la crise actuelle, qui n’est même plus une crise, mais la solution finale de l’Education Nationale ! Car il entraîne la dispersion des familles, la vulnérabilité des jeunes, les vols, les viols, les meurtres, et, pour corser l’ensemble, tous ces dispositifs dits « sécuritaires » qui ne font qu’attiser la révolte individuelle, une révolte sans portée réelle, qui est l’expression du désespoir solitaire.

Car qu’est-ce qu’une école, en France en 2010 ? Un lieu où l’on désapprend, où l’on enseigne les méthodes de marketing (rebaptisé « mercatique », attention les yeux !) au lieu de former les jeunes à la culture générale !

Puis-je rappeler Montaigne ? Je suis sincèrement désolé de devoir faire référence à la vraie culture ! Je cite le début de « L’Institution des enfants ».

Voilà ce qu’il dit, Montaigne : « …on ne recherche pas les lettres pour le gain, ni tant pour les commodités externes que pour les siennes propres, ayant plutôt envie d’en tirer un habile homme qu’un homme savant. »

Oui, je sais, vous n’avez pas connu personnellement Michel de Montaigne, vous êtes plus jeunes que moi, alors je traduis : on n’enseigne pas pour des avantages matériels, et surtout pas pour apprendre à vendre, mais pour les « moeurs et l’entendement », c'est-à-dire pour acquérir une valeur morale en même temps que l’intelligence, la compréhension du monde où nous vivons.

Or, le peuple de 2010 n’est pas plus bête que les criminels qui dirigent la planète. Il comprend très vite que les maîtres du monde sont des voleurs, et que leurs revenus sont indécents. La plupart des jeunes voient très bien que cette société en est arrivée à un tel degré d’injustice qu’il n’est plus possible que ça dure. Alors, ils se déchaînent, les jeunes, mais sans trop savoir où ils vont, quand ils ne sont pas éduqués. Et cette parodie de liberté sexuelle, qui fait répéter sans cesse le mot « bite » à ce pauvre Bigard, ce n’est pas la liberté, c’est une image d’avilissement et d’oppression. Ca autorise les fameuses « tournantes », chez les plus pauvres évidemment.

Car pour employer tous ces mots réputés obscènes, il faut le faire avec art, (moi qui vous parle, je pratique un art difficile ! Jongler avec les couilles du pape demande un apprentissage !) il faut comprendre que c’est de l’art, il y faut du doigté. Le viol et la prostitution bestiale aux ordres des maquereaux ne sont pas des attitudes d’homme libre, mais le pire des esclavages.

L’érotisme et l’amour libre sont les véritables expressions de l’art d’aimer, depuis les origines du monde. Et si l’escalade doit continuer, que ce soit au moins celle que chante Brassens !

 

 

 

Repost 0
Publié par Rolland Hénault
commenter cet article