Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 janvier 2014 6 11 /01 /janvier /2014 10:03

Je signale à tous les téléspectateurs un individu qui peut porter atteinte à l’ordre public et qui est encore plus dangereux que Dieudonné M’Bala M’Bala. Il n’est pas nègre, mais il ne vaut guère mieux. Il éructait, il se frappait la tête sur la table, il était dans l’impossibilité d’aligner deux mots, et en plus il était socialiste. Mais sans le dire. Il s’agit pourtant d’un individu qui se qualifie lui-même de philosophe. Manifestement, cet individu est en proie à des terreurs nocturnes, peut-être à des incontinences d’urine. Je tiens à éviter des traumatismes à mes contemporains, aussi je veux les mettre en garde contre les agissements de cet ignoble personnage, qui est strictement incontrôlable. La question est d’abord de savoir s’il est armé. Il s’agit du nommé Finkielkraut.

Il participait à ce qu’il est convenu d’appeler un débat, sur une chaîne dépendant de Canal +. Or il était affronté au dessinateur Plantu, auquel il coupait la parole, le laissant sans voix. Les traits du visage de ce prétendu philosophe manifestaient une forme d’hystérie, avec de nombreux tics, tandis que sa bouche ne parvenait à répéter que ce seul mot : M’Bala M’Bala. Les spécialistes en psychiatrie, appelés en urgence, ont diagnostiqué un type de folie assez répandu dans les milieux gouvernementaux, « le complexe du nègre en brousse ». Mais ce Finkielkraut peut se rencontrer en France métropolitaine, plutôt dans les quartiers aisés de la capitale. Il ne s’agit donc pas d’une carence alimentaire comme on en voit trop souvent chez les nègres pauvres, que l’on soigne habituellement à la mitraillette.

Ce prétendu philosophe, attention, peut disposer d’une machette ! Avec laquelle il est bien capable, dans l’exacerbation d’une crise, de couper les bras qui dépassent. J’ajoute qu’il n’est pas accessible à la langue française, ni à aucun autre dialecte africain. Peut-être comprend-il mieux les langues Moyen-Orientales ? L’Hébreu par exemple ? En tout cas il n’est pas attiré par les langues arabes. Il éprouve même une haine évidente pour ce Monsieur M’Bala M’Bala, et cela se traduit par des jets de bave américano-israëlienne, ainsi que par des mouvements désordonnés. Le patient (si on ose le qualifier ainsi) allonge alors ses longs bras velus vers des destinations variables, imitant la colère des anciens esclavagistes à qui un nègre aurait échappé.

En face, le dessinateur Plantu conservait son calme et défendait une notion bien oubliée aujourd’hui, la liberté d’expression. Il avait du mérite, ce Plantu, de descendre dans la cage aux fauves ! Il tentait de raisonner le malade mental en lui lisant la fameuse phrase de Voltaire : « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous puissiez le dire ». Aujourd’hui, des érudits contestent la formule exacte parce que ce sont des trous du cul qui s’attachent à la lettre et non à l’esprit. D’ailleurs Plantu s’était contenté d’écrire le mot « Voltaire » dans sa main.

J’en ai fini avec cette mise en garde, j’ajoute simplement : « Ne laissez pas sortir vos enfants seuls le soir et surveillez les sorties des écoles ! Un Finkielkraut peut en cacher un autre ! »

La diversion qui devait avoir lieu avec l’Affaire Dieudonné ayant échoué, c’est maintenant le nommé Hollande lui-même qui menace de déposer une plainte « pour atteinte à sa vie privée ». Mais à qui ce mollasson fera-t-il croire qu’il bande encore ? A l’entendre, il ne voudrait pas que sa petite bite devienne l’objet d’une publicité trop intense.

Une chose est sûre : le président Hollande ne parvient pas à barrer la route, avec sa trop petite queue, aux suppressions d’emploi.

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2014 6 11 /01 /janvier /2014 09:55

Ah ! bien ça y est mon co-auteur plonge dans l’histoire ! Il relie le présent au passé dans une dialectique parfaitement conforme aux travaux des historiens et sociologues les plus pointus et les plus vendus de tous les éditeurs, les plus vendus, les éditeurs de merdre donc, pour conclure.

 Le voilà qui remonte l’arbre généalogique des Lenoir, mais à l’envers. Le commissaire Naze, du coup, ne sait pas trop comment le prendre, l’arbre généalogique. Il est en proie à un cas de conscience, et un commissaire de police avec un cas de conscience, ça lui fait comme des ganglions au-dessous du cou. Ca enfle, je veux dire. Et, il a pas tort, Naze. Prenez un arbre généalogique. Posez-le sur la table du commissariat, je vous donne l’autorisation.

 Ici, tout de suite, on se trouve face à un premier problème, apparemment simple, mais attendez. Par quel bout le prendre, l’arbre ? Il est là, sur la table du commissariat, magnez-vous un peu. Oui comment le prendre ?

Par les racines, en principe, puisqu’il donne les ancêtres avec leur identité exacte. Et pourtant, c’est plus souvent par les branches, que les généalogistes le prennent. Ils grimpent dans l’arbre, c’est plus facile, mais c’est parfaitement illogique. Par exemple, dans ce cas précis autant que brionnais, mon co-auteur a raison, pour une fois. Les Lenoir, dont auxquels il cause, il faut les regarder par en-dessous. Même les gonzesses ? Même les gonzesses ! C’est pas bien poli, je sais mais aussi pourquoi elles vont se jucher sur des branches, ces dindonnes ? Et puis y en a une bande. Forcément, depuis 1796, que le crime a été commis ! Notez, et je suis encore d’accord avec mon co-auteur, les Lenoir, ils valaient pas cher. Comme on disait à Brion, « y en a pas pour ben de la monnaie. » Y sont jaloux, et, en plus y veulent rendre les autres comme eux.

Le père Lenoir, il a inventé le nom de son auberge : « La Jalousie ». C’est une provocation ! Par le fait, il est responsable de ce qui lui arrive. Et même de ce qui arrive aux autres, qui sont devenus franchement mauvais… Il existait pourtant beaucoup d’autres noms à la  con, comme Chassepain, la Fontaine du Cul du Chien, la Fontaine de Sans Cul. Mais ça produit aucun effet sur les voisins. Ca les rend pas haineux. Tout au plus, ça les fait ricaner.

 Le commissaire Naze est perplexe. Il sait pas trop ce que le mot veut dire, alors aidons-le. Il est pensif. D’ailleurs, il l’avoue lui-même :

-« Je suis pensif… pas loin d’être perplexe… patience, j’apprendrai le mot demain… »

Je vous le disais. Je raconte pas que des conneries.

Il ajoute, le commissaire Naze :

-« C’est une affaire tellement ancienne, qu’il y a plus de témoins vivants… sinon on pourrait les faire causer, avec une bonne garde à vue… mais dans le cas qui nous occupe, c’est une garde à perte de vue qu’il faudrait… et c’est pas prévu par le règlement… »

Pas si con qu’il en a l’air, ce Naze ! Il essaie de se remémorer les noms des antagonistes. Il se plante encore un peu dans les mots, il veut dire « protagonistes » mais il est pas sûr de lui. Alors il hésite à se lancer dans le lexique un peu duraille.

 (Naze, il dit pas « duraille » il comprend « du rail » son papa il était à la SNCF.  Faut pas trop l’accabler non plus, le commissaire).

 En tout cas, il raisonne très finement. Résoudre un crime aussi ancien, ça nécessite des recherches historiques. Et de l’intelligence, de la finesse, un raisonnement sans faille, une mémoire d’oliphant (je vous le disais, il est encore hésitant, question vocabulaire).

 Pendant ce temps-là, mon co-auteur, il le renseigne un peu, parce que s’il connaît pas la suite de l’histoire, on y sera encore à la Saint Trou du cul, et il faut que ce soit lui, le commissaire Naze, qui détricote l’écheveau très compliqué de cette sombre histoire, donc mon co-auteur lui donne un petit coup de main, il est généreux, il sait qu’il faut aider les pauvres d’esprit et il sait qu’il y en a beaucoup dans la police qui fait des enquêtes.

« Outreau, c’est trop » qu’il a l’habitude de dire. Et je l’approuve.

 Les Lenoir, donc ils ont déteint sur la vieille population innocente qui vivait jusqu’alors paisiblement à l’ombre de son signal, à Brion (altitude du signal : 223 mètres). Ils l’ont rendue hargneuse, la population. Jean Pierre le boucher, Claude qui vote à gauche, Jacky le pédéraste, Jean Yves et son teckel, Dédé le Fier… Ils se promènent tous, la hache à la main, c’est devenu une seconde nature, l’obsession de la hache. A titre défensif d’abord, puis pour faire régner la terreur face aux Lenoir d’aujourd’hui, qui rôdent derrière les poulaillers, qui pourraient les attaquer en pleine nuit. A titre préventif, certes. Mais si on passe à la hache tous les criminels, avant qu’ils aient commis leur crime, alors l’enquête est même pas nécessaire… Mais il y aura beaucoup plus d’erreurs judiciaires.

 D’autant plus que les descendants des Lenoir ont rebaptisé leurs auberges avec des noms qui résonnent comme des provocations au meurtre. Alors, ça se comprend, ils appliquent le principe de précaution. Ah ! Non ! Ils vont pas se laisser faire comme dans la Seine Saint-Denis. Allez je vous donne les noms de baptêmes de leurs établissements ! Les voilà, patience, poussez pas. Il y a « L’Envie », « La Tortuserie », « Le Grand Riche », « Le Grous Doumaine », « Les Pleins Silos », « Les Comptes Archipleins », « La Calomnie », « La Gourmandise », « La Haine », « Le Dépit », « Les Envieux »… D’accord, c’est pas malin de provoquer ainsi les pauvres et les mauvaises gens, qui trouvent que, soi-disant, y en aurait trop qui sont milliardaires par rapport aux crève-la-faim.

 N’insistons pas sur la profonde malignité de ces misérables, qui n’ont qu’une idée, c’est d’attaquer les ceusses qu’ont réussi par leur travail et qu’ont bien raison de chier sur la gueule des peigne-culs, qui se lavent même pas sous prétexte qu’on leur a coupé l’eau, l’électricité, le gaz, et forcément ils puent en plus, alors comment voulez-vous qu’on les prenne pour des êtres humains ?

 J’en étais là, de mes pensées, comme dit George Sand dans la Mare au Diable, lorsque mon attention fut attirée par un spectacle charmant et fort bucolique.

 Un homme encore jeune, équipé d’une longue gaule, criait en direction de deux bœufs puissants et fraîchement liés (et après n’allez pas dire que je méprise la Georgette !). Il était accompagné d’un jeune enfant de six à sept ans, vêtu d’une peau d’agneau, comme un Saint Jean Baptiste (ou un singe en batiste, ça marche aussi, croyez-vous qu’elle va porter plainte pour plagiat, Georgette ? ) tout droit sorti de la toile d’un peintre du dimanche et de Nohant, par la même occasion.

 Je reconnus dans cet homme musclé à souhait, enfoncé dans un pantalon moulant très érotique, disons charnel, je reconnus qui ?

 Je vous laisse frémir un instant.  Ca y est, vous êtes à point ?

 Je reconnus d’abord mon erreur. Car ce n’était point un aiguillon avec lequel il eut pu mener des bœufs au labour ! C’était une hache qu’il brandissait élégamment à tel point que j’en fus jaloux. Comme étaient jaloux, les brionnais  devant « La Jalousie » du père Lenoir en 1796 !

 Et je reconnus aussi deux femmes de Brion, bien en chair il faut dire. Mais quoi, je n’eusse point dû les confondre avec des bovins, ces deux grosses vaches ! Elles étaient attelées à une charrue, selon la coutume du Berry et le personnage équipé de sa hache était…

 Je vous le donne en cent, je vous le donne en mille ! Etait donc, mais vous avez deviné car vous êtes perspicace… le personnage était mon co-auteur !

Ni plus ni moins. Il s’était entraîné à découper les femmes dans le sens de la longueur.

Je l’interpellai :

-« Hey ! » lui dis-je, pour montrer que je n’étais pas beaucoup plus con qu’un autre. « Où vas-tu, Gitan ? » Sa réponse fut immédiate : « Je m’en vais au travail !... je fabrique des femmes ou plutôt, je les multiplie comme nous avons appris ensemble au début de ce polar… Je travaille au noir, il me faut de l’argent de poche… »   Je le félicitai et je lui souhaitai bon courage pour la prochaine livraison de ce polar brionnais.

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2014 6 11 /01 /janvier /2014 09:50

 

Prime de Fin d'Année ...! C'est la Fête ! ET POUR VOUS, COMBIEN ?
JE PENSE QUE NOTRE PRÉSIDENT VA PENSER AUSSI A NOUS POUR LES FÊTES DE FIN D’ANNÉE...

QUELLE SERA VOTRE PRIME ?

Canard Enchaîné ....« Bon appétit Messieurs, oh "Ministres intègres" » 

Il y a de quoi en tomber à la renverse ! Charité bien ordonnée commence par soi-même ", n'est-il pas vrai ?

Jean-Marc Ayrault accorde 20 millions € de primes à ses Ministres et leurs collaborateurs…

Ces gens qui nous parlent de crise aujourd'hui, d'économies, de restrictions de solidarité, de sacrifices, devraient commencer par eux-mêmes…

Voici les budgets-primes accordés aux Ministres du Gouvernement :

> Jean Marc Ayrault

> 5 850 000 €

> Effectif Total : 456

> soit 12 829 €/pers

> Laurent Fabius

> 1 091 082 €

> Effectif Total : 150

> soit 7 274 €/pers

> Manuel  Valls

> 1 0547 452 €

> Effectif Total : 252

> Soit 6 141 €/pers

> Christiane Taubira

> 983 000 €

> Effectif Total : 169

> soit 5 817 €/pers

> Jean Yves Le Drian

> 967 238 €

> Effectif Total : 158

> soit 6 122 €/pers

> Delphine Batho

> 900 720 €

> Effectif Total : 173

> soit 5 206 €/pers

> Marisol Touraine

> 878 408 €

> Effectif Total : 64

> soit 13 725 €/pers

> Pierre Moscovici

> 730 304 €

> Effectif Total : 67

> soit 10 900 €/pers

> Arnaud Montebourg

> 679 058 €

> Effectif Total : 57    

> soit 11 913 €/pers

> Aurélie Filippetti

> 642 710 €

> Effectif Total : 91

> soit 7 063€/pers

> Vincent Peillon

> 616 000 €

> Effectif Total : 61 

> soit 10 098 €/pers

> Cécile Duflot

> 580 950 €

> Effectif Total : 57

> soit 10 192 €/pers

> Geneviève Fioraso

> 564 000 €

> Effectif Total : 58

> soit 9 724 €/pers

> Victorin Lurel

> 552 347 €

> Effectif Total : 63 

> soit 8 767 €/pers

> Najat Belkacem

> 552 001 €

> Effectif Total : 47

> soit  11 745 €/pers

> Marylise Lebranchu

> 543 636 €

> Effectif Total : 55  

> soit 9 884 €/pers

> Valérie Fourneyron

> 541 770 €

> Effectif Total : 53   

> soit 10 222 €/pers

> Michel Sapin

> 500 291 €

> Effectif Total : 75

> soit 6 671 €/pers

> Sylvia Pinel

> 466 268 €

> Effectif Total : 39 

> soit 11 956 €/pers

> Nicole Bricq

> 454 052 €

> Effectif Total : 38

> soit 11 949 €/pers

> Stéphane Le Foll

> 370 457 €

> Effectif Total : 75

> soit 4 939 €/pers

>
 Soit
2258 personnes qui ont pu passer un excellent "Réveillon" !!!

> dans un contexte de crise économique, nous savons nous serrer la ceinture et payer nos impôts ....

> Source JDN (Journal du Net)

> ALORS FAITES CIRCULER , CECI DOIT SE SAVOIR DANS LES CHAUMIÈRES .......

>   RÉVOLTANT, RÉVOLTANT , RÉVOLTANT …!



Partager cet article
Repost0
11 janvier 2014 6 11 /01 /janvier /2014 09:47

 

Habitant du quartier de la gare de Deuil-la-Barre, Serge Grossvak est un citoyen engagé. Hormis son implication dans le comité de riverains opposés au projet de passage souterrain destiné à supprimer le passage à niveau de la gare de Deuil-Montmagny, il vient d’être relaxé dans l’affaire du boycott des produits israéliens d’un hypermarché de Montigny-les-Cormeilles. Des faits qui remontent au 26 juin 2010.

« Ce procès était indigne ! commente-t-il aujourd’hui. Plus que la mise en accusation de militants solidaires d’un peuple opprimé, c’était un déni de justice qui était en jeu : interdire le droit d’opinion critique, argumente Serge Grossvak. Je l’ai dit devant le tribunal, je le redis : c’est parce que je suis juif, par respect de mes ancêtres et de leurs souffrances que je m’insurge contre la politique ignoble d’Israël à l’égard du peuple palestinien, insiste-t-il. Les témoignages de malaise devant cette politique se multiplient chez nombre de juifs, en France comme en Israël. J’avais le soutien de la plus grande organisation juive de la résistance (l’UJRE), complète-t-il.

Anti-sioniste mais pas antisémite

Transformer ce combat politique en antisémitisme était honteux, et blessant pour mes camarades co inculpés. J’ai une pensée particulière pour Omar Slaouti et Sylvain de Smet (Ndlr : deux autres personnalités engagées dans l’affaire) dont j’ai pu sentir la profonde émotion d’être accusé de racisme, d’antisémitisme. Eux qui sont toujours là pour lutter pour la solidarité, contre les racismes. Maintenant, il faut que la directive scélérate initiée sur intervention gouvernementale, et ne visant qu’à imposer le silence et la lâcheté, soit abrogée, effacée des mémoires, demande-t-il. C’est par le boycott que Nelson Mandela et la fin du régime d’Apartheid, ont pu voir le jour. Notre boycott participera à la mobilisation des peuples du monde pour que le droit international s’impose contre le droit de la force », conclu le pacifiste engagé.

 

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2014 6 11 /01 /janvier /2014 09:44

Une très bonne nouvelle vient de nous parvenir d’Indonésie : le tribunal de la province d'Aceh, dans le nord de Sumatra, a jugé la société d’huile de palme PT Kallista Alam coupable d’avoir brûlé 1000 hectares de la forêt de Tripa et l’a condamnée à la lourde amende de 9,4 millions de dollars ainsi qu’au versement de 22,6 millions supplémentaires pour leur restauration.

Nous nous réjouissons particulièrement pour les orangs-outans de Sumatra, dont l’espèce est en danger critique d’extinction, car la forêt de Tripa est l’un de leurs derniers habitats.

Ce jugement historique rendu par un tribunal est un signal fort envoyé aux entreprises d’huile de palme adeptes de la déforestation illégale. Si ce procès a pu voir le jour, c’est en partie grâce aux 10000 euros de dons et aux 50000 signatures collectés par Sauvons la forêt, c’est-à-dire grâce à vous !

 

http://www.sauvonslaforet.org/

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2014 6 11 /01 /janvier /2014 09:42

 La prin­cipale société néer­lan­daise de gestion de fonds de pension, PGGM, vient de faire savoir qu’elle retirait tous ses inves­tis­se­ments des banques israé­liennes en raison de leurs acti­vités dans les Ter­ri­toires pales­ti­niens occupés.

 C’est un nouveau pas important dans le mou­vement de dés­in­ves­tis­sement engagé dans la logique des « Lignes direc­trices » de l’UE entrées en vigueur début janvier. Pour motiver sa décision, PGGM se fonde sur l’avis de la Cour inter­na­tionale de justice de La Haye de juillet 2004 éta­blissant l’illégalité des colonies en réfé­rence à la Qua­trième Convention de Genève. La société avait informé les banques concernées que leurs acti­vités dans les colonies posaient pro­blème, mais elles avaient répondu en se retran­chant der­rière la loi israé­lienne. On com­prend que le ministère des Affaires étran­gères israélien se dise très pré­occupé après les récents désen­ga­ge­ments de deux autres sociétés néer­lan­daises Vitens et Royal Has­koning DHV. Il faut y voir le résultat des mises en garde du gou­ver­nement des Pays Bas qui a pris ses res­pon­sa­bi­lités pour se conformer à l’esprit des « Lignes directrices ».

Nous n’en sommes malheureusement pas là en France.

Nous nous sommes adressés à deux reprises au Premier Ministre en novembre et décembre pour lui demander de mettre en garde les entre­prises fran­çaises contre tout inves­tis­sement dans les colonies israé­liennes et toute par­ti­ci­pation, directe ou non, à l’entreprise de colo­ni­sation, par­ti­ci­pation qui ne pourrait que nuire à leur image et les exposer à de vrais risques juridiques.

Nous n’avons à ce jour aucune réponse. Faut-​​il y voir une dif­fi­culté à assumer publi­quement une position poli­tique indéfendable ?

Nous appelons tous nos groupes et amis à mul­ti­plier les inter­pel­la­tions de par­le­men­taires pour faire entendre au gou­ver­nement que ces ater­moie­ments ne sont pas acceptables.

La France ne peut sans perdre son crédit se situer en deçà des exi­gences européennes.

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2014 6 11 /01 /janvier /2014 09:41

Après 13 jours de prison suite à un mandat d'arrêt international lancé contre lui, Bahar Kimyongür, citoyen belge, est actuellement assigné à résidence à Massa, en Italie. Militant pour la paix, arrêté à nouveau le 21 novembre, il semble être la tête de Turc du régime Erdogan. Celui-ci veut le condamner à 22 ans de prison pour avoir manifesté dans le Parlement européen contre la torture pratiquée dans les prisons turques. Pourtant, les Justices belge et hollandaise ont jugé infondées les accusations de terrorisme portées contre lui. L'affaire Kimyongür soulève de grandes interrogations sur le fonctionnement d'Interpol et des abus qu’en font certains Etats. Bahar risque l’extradition vers la Turquie et Amnesty dénonce cette violation grave de ses droits fondamentaux. Cette chasse à l'homme est un non sens qu'il est urgent de dénoncer ! Nous avons pu joindre Bahar sur Skype pour une interview. IGA

 
Ecouter l'interview

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2014 6 11 /01 /janvier /2014 09:39

Les news de décembre 2013

Les dessins de Burki de décembre 2013 :

http://chansonrebelle.com/dessins-de-burki/burki-decembre-2013.html

Marc Pommier sort un recueil de poèmes avec sa sensibilité et ses révoltes :

http://chansonrebelle.com/parutions-cd-/-livres/marc-pommier-poemes.html

Concert de solidarité pour les sinistrés des Philippines organisé par mon vieux fou génial d’ami Gérard-André :

http://chansonrebelle.com/spectacles-festivals/gerard-andre-pour-un-spectacle-de-soutien-aux-sinistres-des-philippines.html

Enfin des rues portent le nom de Colette Magny :

http://chansonrebelle.com/dossiers/enfin-des-rues-portent-le-nom-de-colette-magny.html

Jean-Pierre Huser reçoit le prix de La Fondation Taurus pour l’Art et les Sciences :

http://chansonrebelle.com/dossiers/la-fondation-taurus-honore-jean-pierre-huser.html

Nelson Mandela s’est éteint ce 5 décembre 2013 :

http://chansonrebelle.com/dossiers/hommage-a-nelson-mandela.html

Un coffret hommage à Pierre Mac Orlan, 3 CD, un DVD, orchestré par Bernard Ascal :

http://chansonrebelle.com/parutions-cd-/-livres/pierre-mac-orlan-hommage.html

Jean-Louis Foulquier s'en est allé :

http://chansonrebelle.com/dossiers/on-n-entendra-plus-jean-louis-foulquier.html

Jean Vassal, un député enfin courageux :

http://chansonrebelle.com/coups-de-gueule/jean-vassal-un-depute-respectable.html

Fabienne Eustratiades a accueilli chez elle RAJEVY, chanteur malgache pour un spectacle :

http://chansonrebelle.com/spectacles-festivals/fabienne-eustratiades-a-accueilli-chez-elle-rajery-chanteur-malgache-pour-un-spectacle.html

Natasha Bezriche «Lumière noire», récital Léo Ferré :

http://chansonrebelle.com/parutions-cd-/-livres/natasha-bezriche-lumiere-noire.html

Une réédition du coffret François Béranger «Le vrai changement, c’est quand ?» :

http://chansonrebelle.com/parutions-cd-/-livres/francois-beranger-le-vrai-changement-c-est-quand.html

Henri Girard «La maison d’en face», un roman à lire pour se faire plaisir :

http://chansonrebelle.com/parutions-cd-/-livres/henri-girard-la-maison-d-en-face.html

 Isabelle Papieau : «La Révolution Française, Métamorphose à l'écran et à la scène» le contenu du livre est dans le titre :

http://chansonrebelle.com/parutions-cd-/-livres/-la-revolution-francaise.html

Partager cet article
Repost0
1 janvier 2014 3 01 /01 /janvier /2014 12:17

Attention, je l’ai pas fait pour vous emmerder, mais j’ai écrit quatre livres. En plus je les publie, aux Editions de l’Impossible ! Mais attention encore une fois, mes quatre livres tiennent en un seul volume ! C’est pour que vous les perdiez pas, quand vous êtes distrait ou que vous avez trop picolé ! Comme ça, mes quatre livres, ça en fait un seul, plus gros, 350 pages et quelques ! Et 21 euros.

Ah ! J’oubliais, le titre !  « Oeuvres (presque) Posthumes ».

En effet, j’ai oublié de vous préciser, mais les « œuvres » sont toutes destinées à devenir posthumes. Même les plus grands, ils  peuvent pas s’empêcher de mourir !

Eh ! bien voilà, on est dans le vif du sujet ! Vous alliez me demander de quoi ça parle, vous êtes indiscrets par nature. Vous voulez la notice d’emploi, et la composition du produit ? Je vous rassure tout de suite, c’est entièrement bio, entièrement naturel ! Alors ça parle de la naissance, de la mort, et entre les deux, il y a la vie. La mienne et celle des autres avec les us et coutumes de l’époque, en particulier la guerre, l’après-guerre, et l’avant-guerre ! On est constamment dans une avant guerre, entre deux guerres. C’est une manie chez l’homme. Et puis il y a aussi l’amour, bordel ! Et puis j’y vais pas avec le dos de la cuiller ! Pourquoi je me gênerais ?

Et tout ça dans quatre styles différents. D’abord, « Je marche », ensuite des « Déconnotations », ça continue avec le « Journal d’un con ordinaire » et ça se termine par une bonne vieille « Polka des métastases ».

Ah non, c’est pas triste du tout ! Et même c’est plutôt marrant, assez souvent. Je vous en dis pas davantage, j’aurais l’air de me vanter. Je préfère vous dire : « A bientôt ».

 

article_NR.jpg


Partager cet article
Repost0
1 janvier 2014 3 01 /01 /janvier /2014 11:39

Note de la rédaction : nous avons été contraints de modifier certains termes de cet article, sous peine de représailles. Pour les simples d'esprit qui n'avaient pas compris l'ironie de ce texte, nous avons ajouté des astériques aux endroits qui pourraient encore leur poser problème.

 

 

Tel est le nouveau mot d’ordre des socialistes qui ont enfin pris conscience qu’ils sont victimes des noirs !

Les socialistes ne vont pas épargner les noirs catholiques, puisque leur cible principale  s’appelle Dieudonné, le noir. Comme Depardieu, son patronyme dit assez qu’il est inspiré par le Seigneur lui-même ! Depardieu est un noir blanc, variété particulièrement perverse… Une question se pose, avec insistance. Depuis quand les socialistes sont-ils devenus si sensibles au racisme ? Depuis peu. Mais méfiance ! On ne s’y reconnaît plus. Ils mélangent les quenelles au Saint-Esprit, ils oublient tout ce que les noirs ont fait pour nous, comme par exemple écrire les livres des écrivains blancs incapables ! A leur place, et pas en « petit nègre* » ! Tous les écrivains blancs ont un nègre* à leur disposition ! C’est proprement insupportable !

Il va falloir interdire successivement et dans le désordre, Agatha Christie, qui fait l’éloge de la négritude (« Dix petits nègres** »), le rhum Négrita, qui  est une atteinte au rhum blanc, tous ou presque tous les musiciens de jazz, Voltaire (« Le nègre de Surinam** » dans Candide), Montesquieu (« l’esclavage des nègres** »), Léopold Senghor, Aimé Césaire, qui font l’apologie de la négritude*. Il va falloir abattre l’Hôtel Négresco et en construire un nouveau qui s’appellera l’Hôtel Blancesco. Il va falloir raser la petite ville de Nègrepelisse*, dans le Tarn et Garonne. Il va falloir interdire une variété de cèpes, qualifiés de « têtes de nègres* ».

Les noirs pourtant font ce qu’ils peuvent. Ainsi le noir Dieudonné a émis l’amorce d’une reconnaissance de l’existence des chambres à gaz, puisqu’il s’est adressé à Mr Patrick Cohen en ces termes : « …les chambres à gaz… dommage… » ce qui constitue un commencement de  preuve de sa bonne foi. On a donc tort, sur ce point précis, de l’accuser de « négationnisme ».

Il va falloir réviser la Sainte Bible qui comporte un roi mage qui est carrément noir. D’ailleurs il porte le nom de Balthazar, ce qui n’est pas bien catholique. Il va falloir interdire aux socialistes milliardaires de se faire sucer par des femmes de ménage qui sont des noires… Les noirs transmettent en effet des maladies vénériennes, comme la fièvre aphteuse. Pour se cacher dans la foule des blancs, ils se dissimulent sous l’expression « Gens de couleur », alors qu’il est évident qu’ils sont noirs !

A la rigueur, ils pourront apparaître dans des films en noir et blanc.

Mais on ne sera jamais tranquille avec les noirs, tant que l’Afrique n’en sera pas débarrassée ! Alors plus personne ne se fera plus sucer par les noirs.

Et l’Afrique sera enfin blanche !

 

(*) Voir définition dans le Larousse

(**) Citations

Partager cet article
Repost0