Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 avril 2014 7 27 /04 /avril /2014 10:23

Deux mille militaires français sont déployés en République centrafricaine dans le cadre de l’opération Sangaris lancée le 5 décembre dernier.  Des soldats qui sont de plus en plus nombreux à faire remonter des récits parfois sidérants sur leurs conditions de vie et l’état de leur matériel sur place. C’est sur Internet que ces militaires font entendre leur grogne. Morts ou salaires impayés. La France, qui a un grand nombre de jihasidtes en Syrie payent aussi des libérations via la Turquie.

L’information de la mort de 4 soldats français est classée top secret défense par les autorités centrafricaines et le commandement des forces Sangaris à Bangui. C’est le site centrafricain Kangbi-Ndara.oubangui.net qui révèle l’information recoupée par deux sources concordantes proches des opérations militaires. Cet incident a eu lieu dans la ville de Grimari (Centre-est). Les familles auraient été informées et priées de garder le silence. 

Dans le même registre, le magazine allemand Focus a révélé que la France des discours n’est pas celle des actes. En effet, les 4 otages français, prisonniers des terroristes, ont été libérés en Syrie après sue la France ait payé une rançon. Le journal allemand ne s’embarrasse pas du conditionnel. Et sachant le sérieux de la presse mainstream allemande aux antipodes des la française, je vous laisse seuls juges. Voici ce que le journal FOCUS (article payant) dit :

Pendant dix mois, ils ont été retenus prisonniers en Syrie dans un cachot à Alep et torturés. Maintenant, le gouvernement français a obtenu la libération des quatre journalistes enlevés et embastillés par des islamistes. Le prix de cette libération est très élevé d’après  les informations obtenues par FOCUS. Le gouvernement français a payé pour la libération de quatre journalistes enlevés en Syrie, une rançon de 18 millions de dollars. FOCUS a obtenu ces informations dans les cercles de l’OTAN à Bruxelles, en Belgique.

On apprend que la Turquie était en relation directe avec ces groupes terroristes. C’est sans surprise. Pire, on apprend aussi que la France avait une géolocalisation précise de l’endroit où ces 4 confrères se trouvaient en Syrie. Cherchez l’erreur. Encore plus terrible, pour garder le secret indique FOCUS, le porteur de billes était le ministre de la Défense, Jran-Yves Le Drian en personne.

Des confirmations que la Syrie est victime d’un complot ourdi par l’internationale terroriste, c’est à dire les Gouvernements occidentaux et, bien sûr, les monarchies du Golfe. Que cette histoire vous ouvre les yeux sur la vraie nature de ces gens qui accusent les autres de ce qu’ils sont. Ils sous-traîtrent honteusement la mort loin de chez eux. Mais, attention au retour de bâton avec les jeunes jihadistes qui ont désormais l’expertise du coup de feu…

Partager cet article
Repost0
27 avril 2014 7 27 /04 /avril /2014 10:06
Partager cet article
Repost0
27 avril 2014 7 27 /04 /avril /2014 09:58

festiv

Partager cet article
Repost0
27 avril 2014 7 27 /04 /avril /2014 09:55

omme certains d’entre vous le savent déjà, c’est le 3 mai prochain, c'est-à-dire dans quelques jours, que sera donné le nom de notre ami au petit square jouxtant le Centre Culturel Albert Camus d’Issoudun, tout près de sa maison natale.

 

C’est l’aboutissement d’une démarche faite l’an passé auprès de la municipalité par un collectif d’amis et camarades, évidemment plus soucieux de faire connaître les engagements et le talent de  « PVB » auprès de ses plus jeunes concitoyens (qui ignorent tout de lui et ont bien besoin d’un peu de bonne parole), que de lui faire organiser une cérémonie officielle, aussi brève soit-elle.

 

Vous allez même recevoir par poste une belle invitation de la commune d’Issoudun, mais pour des raisons « réglementaires » dignes de Clochemerle, elle ne partira, nous dit-on, que demain samedi.

 

Aspects pratiques à l’attention de ceux et celles qui souhaiteraient venir le 3 mai :

 

-          Nous pouvons vous envoyer, si vous le souhaitez, un petit plan d’accès (oubliez le train : sauf erreur, rien ne colle à l’horaire).

-          Le ruban sera coupé à 11 heures. Tout le monde sera ensuite convié à un vin d’honneur à la médiathèque, juste à côté, où sera présentée une petite exposition dédiée à PVB (journaux pacifistes et libertaires, livres, photos, documents divers, etc).

-          si vous souhaitez que nous déjeunions ensuite ensemble dans un restaurant de la ville, nous pouvons réserver pour un groupe et négocier un forfait repas convenable.

Merci à ceux que cette proposition intéresse de nous en informer très vite par mail :

( blg.prod@wanadoo.fr )

Important : précisez, le cas échéant, quel sont vos préférences alimentaires et surtout ce que vous voulez éviter. Un menu végétarien peut être prévu pour ceux qui le demandent.

 

En espérant vous retrouver à Issoudun,

Bien cordialement,

Partager cet article
Repost0
27 avril 2014 7 27 /04 /avril /2014 09:52

Aujourd’hui, c’est sur l’oeuvre de Jacques Tardi que nous voulons braquer le projecteur de notre attention. Jacques Tardi, que les membres de l’Intelligenz CIA française considèrent, même quand ils aiment ses albums et lui reconnaissent du talent, comme un simple auteur de « BD » – autant dire simple d’esprit fournissant leur pitance d’images à d’autres simples d’esprit -, Jacques Tardi, n’hésitons pas à le proclamer même en l’absence du roulement de tambour congru, est un des plus grands rectificateurs du passé de notre époque amnésique. »

Les dessins qu’il a réalisés sur les hommes impliqués dans la « Grande guerre », par exemple (Putain de guerre ! 1914-1915-1916 ; 1917-1918-1919) vont bien sûr à l’encontre des images aseptisées et mensongères de la propagande de l’époque – qui a continué longtemps après : Verdun, visions d’histoire, un film tourné en 1928 par un certain Léon Poirier sur les lieux des combats et avec certains acteurs qui y avaient participé – dont Pétain – , donne l’impression que l’armistice a été signé fin 1916 -, mais ils rectifient aussi le discours historique et statistique d’aujourd’hui qui, si exact et nécessaire puisse-t-il être, ignore les visions individuelles de cette expérience collective tour à tour ou simultanément exaltante, stupidifiante, ennuyeuse, sordide, mortifiante, terrifiante, atrocement ironique, mortelle, et quelquefois même pas. Toute cette époque tragique est bien en-deçà du dicible – beaucoup des survivants de cette guerre n’ont jamais réussi à en parler -, mais les langages de l’indicible, dont le dessin peut faire partie, peuvent l’approcher d’un peu moins loin qu’il n’est coutume. On peut s’arrêter, par exemple, sur les images insupportables des « gueules cassées », trouées abominablement, visages ôtés de leur humanité en comparaison desquels le ricanement éternel de Gwynplaine semble une bien douce condamnation, comme on peut s’arrêter sur ces dessins de photos de soldats dont Tardi a essayé d’imaginer les destins et les pensées. Pourquoi revenir à ces vies brisées, soustraites de leur avenir ? Le plaisir douteux de la consternation ? Peut-être. Pas pour apprendre quoi que ce soit, en tout cas : cette curiosité est finale.

Lire l'article


Partager cet article
Repost0
19 avril 2014 6 19 /04 /avril /2014 10:23

Nous prenons acte de la nouvelle législation qui reconnaît enfin la sensibilité des animaux à la souffrance. Il était temps, depuis des siècles de génocide animal.

Toutefois, cette législation nouvelle nous semble insuffisante. Elle ne concerne pas, en effet, les bêtes de la scène politique. Lesquels devraient être mieux protégés.
En effet, la nouvelle loi ne dit rien en ce qui concerne les éléphants du Parti Socialiste, les jeunes loups de l’U.M.P. Et je ne parle pas des minettes qui sont les animaux familiers de ces dangereux plantigrades. Ni des vieilles chattes qui portent sur leur museau toute leur dangerosité. Même sort pour les chiennes de ces bêtes sauvages. A la niche ! La question qui se pose, et qui n’a pas été définie, est pourtant essentielle. Durant quelle période le droit de chasse pour ces nuisibles est-il limité ?
Nous avons une solution, qui consiste à interdire toute battue aux ministres, aux députés et sénateurs, et, d’une façon générale, à tous ceux qui ont une responsabilité dans l’accablement de l’être humain. Solution qui tient compte d’une éthique, ou, si l’on préfère, d’une déontologie. Voici mon plan de sauvetage, que je soumets au peuple souverain.
Tout d’abord, la période de battue autorisée pour ces nuisibles doit être limitée très strictement. Disons qu’elle sera autorisée entre le 1er janvier et le 31 décembre. Pas question de chasse en dehors de cette période.
Boris Vian envisageait le génocide. Je le suivrais volontiers mais les catholiques vont encore pleurnicher ! Et les catholiques, quand ils pleurnichent, ça fait un sacré boucan Voyez la Boutin ! Et les couinements de la petite Belkacem…Une chatte de gouttière. Sans compter les fameux chevaux de retour, et les grosses vaches qui meuglent à la télévision.
J’ai une autre solution, pour les âmes sensibles. Il s’agit d’un plan de domestication de tous ces bestiaux qui encombrent nos voies de circulation. Il est possible d’aménager une « Société Protectrice des Animaux politiques ». On entoure un espace inutile (je pense au département de la Lozère, mais je suis ouvert à toute autre proposition…) d’un grillage solide. On dispose des CRS en armes pour les éventuels fuyards. Et, surtout on les nourrit au fourrage et aux granulés, avec beaucoup de bromure pour les agresseurs sexuels. On leur fournit des petits travaux, comme on en fournit aux détenus des prisons. Qu’ils balaient les couloirs, qu’ils entretiennent les pelouses, et qu’ils obtiennent le salaire habituel de tous les détenus. Soit 250 euros par mois.
 Et qu’ils vivent ainsi, à perpétuité. Je parle de la perpétuité réelle, bien entendu.
Car, contrairement à ce qu’on imagine, ces animaux-là souffrent comme les êtres humains. Même les gros porcs et le vieilles treues ? Même les gros porcs et les vieilles truies ! Tous, ils disposent d’un système nerveux. Tous, ils sont sensibles. Même si ça ne se voit pas de l’extérieur. Respectons leur sensibilité aux SDF, aux deux milliards de crève la faim, aux peuples opprimés. Mais il est grand temps de les mettre hors d’état de nuire, en dépit des attentions touchantes qu’ils manifestent envers les plus pauvres.
Partager cet article
Repost0
19 avril 2014 6 19 /04 /avril /2014 10:20

Partager cet article
Repost0
19 avril 2014 6 19 /04 /avril /2014 10:14

 

Après bien d’autres représentants de commerce à carte de presse, et sans surprise, c’est Valérie Lehoux, pour Télérama,qui s’empare de sa plus belle brosse à reluire pour évoquer le CD* dont le médiatisme assure une promo tous azimuts, à rendre jaloux Etienne Daho.

On sait que cet hebdomadaire apprécie les rebelles, les vrais. C’est donc tout naturellement et sous cet aspect que la journaliste esquisse le portrait de Jean-Louis Aubert, dernier-né des maquisards du spectacle aux yeux d’une porte-parole du Tout-Paris branché. En choisissant de mettre en musique quelques-uns des poèmes de Michel Houellebecq – « des textes qui frottent »,nous dit-elle –, l’ex-enfant sage du groupe Téléphone, qui cachait très efficacement jusque-là une âme de résistant, accomplirait un coup d’éclat d’une audace folle et inattendue. Inattendue ? Pas tant que ça, finalement, pour Valérie Lehoux du moins, qui seule a su remarquer, et elle nous le rappelle, qu’en 2007 l’aventurier Jean-Louis Aubert « eut aussi le culot de se lancer dans des concerts solo, ce qui en soi n’est jamais chose aisée ».En 2007 ! Des concerts solo ! Fallait oser, reconnaissons-le !

Puis on a droit au couplet, déjà maintes fois lu et entendu à propos d’autres Jean Moulin de la variété plus ou moins débile, sur un Jean-Louis Aubert qui se révèle – à 59 ans, quand même… – « artiste libéré »,assez habile « pour ne pas se laisser prendre dans les filets du showbiz et n’en faire à peu près qu’à sa tête » (sic).Quel dommage, Valérie, que cet « à peu près » vienne un peu ternir la geste héroïque du nouveau Guevara du spectacle. Guevara du spectacle, oui, parfaitement, car ce CD Jean-Louis Aubert n’hésite pas à le sortir « au nez de l’industrie musicale »,c’est écrit dans l’article. D’ailleurs, il sera publié par EMI, cette petite maison qui n’est sur le marché du disque qu’en troisième position parmi les majors du secteur.

Hélas, on sait aussi que c’est plus souvent l’ingratitude que les lauriers qui attendent au tournant les audacieux. Aussi, avec une pointe de tristesse dans la plume, Valérie Lehoux nous prévient d’ores et déjà que ce CD « ne grimpera sans doute pas en haut des ventes d’albums ».Console-toi, Valérie, nul ne pourra en tout cas en rendre les médias responsables.

 

* Les Parages du vide, c’est son titre. « Pourquoi les parages ? », affirment déjà certaines mauvaises langues.

Partager cet article
Repost0
19 avril 2014 6 19 /04 /avril /2014 10:09

7-mai-Michel-Valette.jpg

Partager cet article
Repost0
19 avril 2014 6 19 /04 /avril /2014 10:01

 

Après les mauvaises nouvelles envoyées par la dictature socialiste et Valls qui va ficher les vrais et donc dangereux ( sic) écolos et les défenseurs des animaux, il arrive quand même simultanément 3 bonnes nouvelles:
- 1) la CIJ ( cours internationale de justice de La Haye) a reconnu le caractère commercial de la chasse à la baleine et interdit aux Japs leurs tueries " scientifiques"; ceci confirme que Paul Watson (Sea Shepherd) a raison depuis plus de 12 ans alors qu'il a été critiqué, pourchassé et condamné par plusieurs pays motivés par leurs seuls intérêts vénaux.
-2) Le Parlement Français interdit le MON 810 (maïs OGM) à l'exception des parlementaires UMP -raz du front- qui ont quitté l'hémicycle.
-3) Ce même parlement, contre l'avis de F.Hollande reconnait le caractère sensible de l'animal ( lire ci-dessous l'extrait du site le Colibris; http://colibris.ning.com/ ).
La CVN et son Président Gérard Charollois réclament un nouveau statut juridique de l'animal ( notamment sauvage) depuis des années; nos combats commencent à porter leurs fruits !
Continuons la lutte, car la victoire est au bout du fusil ! Heu... je me laisse emporter; je voulais dire au bout de la fleur, of course !

 

Hollande s’y était opposé, mais ce mardi la Commission des lois de l’Assemblée nationale a reconnu aux animaux le statut « d’êtres vivants doués de sensibilité » en lieu et place de « biens meubles ».

Ce changement de statut sera soumis au vote de l’ensemble de l’Assemblée Nationale mardi soir et mercredi. Actuellement, le code civil ne reconnait pas les animaux comme des êtres sensibles contrairement au code rural et au code pénal qui les reconnaissent comme « des êtres vivants et sensibles ».

Selon Jean Glavany, député PS des Hautes-Pyrénées, l’amendement doit permettre de :

 … concilier la qualification juridique et la valeur affective [de l'animal]. Pour parvenir à un régime juridique de l’animal cohérent, dans un souci d’harmonisation de nos différents codes et de modernisation du droit, l’amendement donne une définition juridique de l’animal, être vivant et doué de sensibilité, et soumet expressément les animaux au régime juridique des biens corporels en mettant l’accent sur les lois spéciales qui les protègent.


Partager cet article
Repost0