Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 avril 2015 1 06 /04 /avril /2015 08:49

Des chercheurs ont décortiqué la surveillance induite par les fameux boutons «Like». Résultat : il est presque impossible de ne pas se faire piéger par les filets publicitaires du réseau social. Et bien sûr, tout ceci est strictement illégal en Europe.

Chargés de réaliser un rapport approfondi sur la collecte de données personnelles de Facebook, les chercheurs de l’université de Leuven (Belgique) viennent de publier une mise à jour (version 1.2), accompagnée d’un rapport technique édifiant sur l’usage du fameux bouton « Like ». Ces deux nouveaux documents montrent les efforts de Facebook pour capter la moindre petite donnée non seulement de ses utilisateurs, mais aussi de tous les autres internautes.

Les premiers - on peut s’en douter - n’ont pratiquement aucune chance d’échapper à l’œil inquisiteur de la firme de Mark Zuckerberg. A chaque fois qu’un utilisateur se connecte à une page qui intègre un bouton « Like », une dizaine de cookies - ces petits fichiers mouchards - sont déposés ou mis à jour sur son ordinateur, que le fameux bouton social soit activé ou non. De cette manière, le réseau sait quels utilisateurs visitent quelles pages, et avec quels navigateurs. Et le fait de se déconnecter de Facebook avant de visiter une page ne change rien : les cookies sont toujours actifs. Pire : un utilisateur qui décide de désactiver son compte pour sortir de l’univers Facebook a intérêt à bien effacer ses cookies, car Facebook ne le fera pas pour lui et continuera de les utiliser pour le suivre à la trace.

Des cookies qui collent automatiquement aux baskets

Pas grave, me direz-vous, vous faites partie des rares personnes qui n’ont jamais eu de compte Facebook. Vous n’avez donc rien à craindre. Grave erreur ! Il suffit de visiter une page du domaine facebook.com pour recevoir - sans rien n’avoir demandé - une palanquée de cookies qui colleront désormais à vos baskets. Evidemment, le réseau social ne saura pas exactement qui vous êtes, mais il vous assignera un identifiant unique qui sera utilisé dans toutes les analyses marketing futures, et cela, pendant au moins deux ans. Super pratique pour recevoir des publicités sur mesure !

Lire l'article

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
6 avril 2015 1 06 /04 /avril /2015 08:42

Votre employeur peut espionner vos communications chiffrées, et la CNIL est d’accord

La Commission nationale informatique et libertés donne sa bénédiction au déchiffrement des flux HTTPS des salariés, à condition que cette pratique soit encadrée. Il reste néanmoins une zone de flou juridique côté pénal...

Saviez-vous que certains employeurs déchiffrent systématiquement les flux HTTPS de leurs salariés lorsqu’ils surfent sur Internet ? Ils disposent pour cela d’un équipement appelé « SSL Proxy » qui se place entre l’utilisateur et le serveur Web. Cette boîte magique déchiffre tous les échanges en usurpant l’identité du service interrogé (google.com, par exemple), par l’utilisation d’un certificat bidon. La pratique n’est pas du tout récente, mais se fait de manière un peu cachée en raison d'incertitudes juridiques et de l'impopularité de cette mesure auprès des salariés. Les directeurs informatiques n’ont, par conséquent, pas une folle envie d’en faire la publicité.

Mais l’employeur peut se rassurer : la CNIL vient de publier une note qui clarifie les choses. Ainsi, la Commission estime que le déchiffrement des flux HTTPS est parfaitement « légitime », car elle permet à l’employeur d’assurer « la sécurité de son système d’information », en bloquant les éventuels malwares qui s’y trouveraient. Evidemment, ce n’est pas la seule raison : ces équipements sont également utilisés pour prévenir les fuites d’informations. Un salarié qui enverrait des documents confidentiels à un concurrent pourrait, ainsi, être facilement repéré.

Lire l'article

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
6 avril 2015 1 06 /04 /avril /2015 08:36

Les news Mars 2015

«De la musique avant toute chose», livre sur la relation texte et musique :

http://chansonrebelle.com/parutions-cd-/-livres/de-la-musique-avant-toute-chose.html

«Edith et ses hommes» de Bernard Lonjon, la vie d’Edith Piaf :

http://chansonrebelle.com/parutions-cd-/-livres/edith-et-ses-hommes.html

Groupe Evasion «Ecrire pour ne pas mourir», une chanson d’Anne Sylvestre :

http://chansonrebelle.com/dossiers/groupe-evasion-ecrire-pour-ne-pas-mourrir.html

Natasha Bezriche chante Léo Ferré :

http://chansonrebelle.com/spectacles-festivals/leo-ferre-chante-par-natasha-bezriche.html

Un reportage sur Jean-Pierre Huser :

http://chansonrebelle.com/dossiers/jean-pierre-huser-reportage.html

Festival AUBERCAIL 2015 :

http://chansonrebelle.com/spectacles-festivals/festival-aubercail-2015.html

Nouveau courrier à Mme la Ministre de la culture :

http://chansonrebelle.com/coups-de-gueule/courrier-au-ministere-de-la-culture.html

Pour la sortie de son nouvel album «Deux diamants», Claudio Zaretti vous convie à un spectacle :

http://chansonrebelle.com/spectacles-festivals/claudio-zaretti-deux-diamants-nouvel-album.html

Vanina Michel chante Prévert :

http://chansonrebelle.com/dossiers/vanina-michel.html

La police parisienne et les algériens (1944-1962) :

http://chansonrebelle.com/parutions-cd-/-livres/la-police-parisienne-et-les-algeriens-1944-1962.html

Nouvel album de Sale Petit Bonhomme : «A ma guise»

http://chansonrebelle.com/parutions-cd-/-livres/sale-petit-bonhomme-a-ma-guise.html

Repost 0
Publié par Gérard Gorsse
commenter cet article
28 mars 2015 6 28 /03 /mars /2015 17:04

Mardi 17 mars 2015 11 heures 30 : le flash d’info est tombé. Crash d’un Airbus A320 dans les Alpes de Haute Provence. Les journalistes piétinent d’impatience. 11 H 35 m : « l’A320 s’est abattu entre Barcelonnette et Digne ». Les téléspectateurs piétinent à leur tour. Derrière le portail orange on entend les internautes piétiner. Des précisions arrivent. Hésitation sur le chiffre des passagers. Sont-ils 140 et combien d’hommes d’équipages ? Les téléspectateurs salivent. Où est la boîte noire ? Va-t-on la retrouver ? Les hommes d’équipages sont-ils des hommes comme les autres ? On retrouve la boîte noire, elle n’est pas noire, mais orange. Comme le portail. Le public flaire une machination. Les internautes sont intenables. On les entend derrière le portail orange ! Ils donnent des coups de pieds dans le portail orange. L’Airbus A320 a décollé de Barcelone en direction de Dusseldorf. L’avion est bourré d’allemands et d’espagnols. Les allemands ont parfois la double nationalité. Faut-il compter le double d’allemands ? Des rumeurs agitent les internautes. Des convulsions. Un attentat terroriste ? Aucune hypothèse n’est écartée. La phrase est répétée. Martelée. On ne sait plus d’où elle vient. Y a-t-il des français dans l’Airbus ? Les téléspectateurs bavent. Les écrans des téléviseurs sont recouverts de bave. La porte du portail orange est bloquée de l’intérieur. Le crash a eu lieu à Seynes les Alpes. Rumeurs : le pilote aurait eu envie de pisser. Faut-il autoriser les pilotes à pisser ? Cas de conscience. Les spécialistes en crashes sollicités de toutes parts. Les spécialistes commencent à baver. Certains sont devenus cinglés. Ils s’attaquent aux journalistes simples. Nouvelles de plus en plus brèves. Des coups de croquenots très violents sont balancés sur le portail orange. Le roi d’Espagne renonce à son voyage en France. La Merkel va venir voir son petit ami Hollande. Tous sont solidaires. Sauf le Front National et Dieudonné. La Najat reconnaît qu’il y a eu des dysfonctionnements. Elle parle de l’Education Nationale. L’école aussi est une catastrophe. Demain les français vont voter. Pourvu qu’il y ait pas de crash. Pourvu qu’ils prennent pas l’Airbus A320. Sinon les électeurs seront pulvérisés. Le copilote s’appelle Andreas Lubitz. Sa petite amie est hôtesse de l’air. Elle l’a entendu dire que son nom allait être connu dans le monde entier. La Najat n’est pas hôtesse de l’air. Le roi d’Espagne est-il steward titulaire? A-t-il étudié avec François Hollande ? Les électeurs sont pris en charge par une cellule psychologique. Chez eux, il y a des dysfonctionnements. Reste bien des autopsies à faire. Mais les corps des victimes sont pulvérisés. Des sauveteurs témoignent. Le plus gros morceau d’être humain ressemble à un attaché case. Un autre est pas du même avis. Il dit à une petite valise. Le monde sont fous ma pauvre vieille écrivait René Fallet. Et Alexandre Vialatte ajoutait et c’est ainsi qu’Allah est grand. Allah était-il aux commandes de l’A320 ? Et qu’est-ce qu’il foutait en Haute Provence ?

Repost 0
Publié par Rolland Hénault
commenter cet article
28 mars 2015 6 28 /03 /mars /2015 16:55
Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
28 mars 2015 6 28 /03 /mars /2015 16:44
Combien de fermes-usines en France ?

On parle beaucoup de la ferme des mille vaches dans la Somme ou celle des mille veaux dans la Creuse. Or, il ne s’agit pas de cas isolés et ce type d’exploitation se développe de plus en plus en France.

La Confédération paysanne vient de publier une carte présentant une liste non exhaustive de 29 projets de ferme-usine, à l’étude ou déjà à l’œuvre en France.

De nombreuses associations de protection animale, dont la PMAF, dénoncent ces projets, qui représentent une menace pour le bien-être animal. La PMAF craint que le développement de ces fermes conduise petit à petit à la banalisation de l’élevage en zéro pâturage. Ce mode d’élevage ne répond en aucun cas aux besoins d’espace des animaux et favorise notamment les problèmes de boiterie chez les vaches laitières.

Dans les fermes à méthane, les vaches passent leurs journées sur des sols en béton. Ces sols percés de trous permettent aux agriculteurs de récupérer leurs déjections. Celles-ci tombent dans un canal où passe de l'eau, puis sont transportées dans une cuve où le biogaz va se former. Relié à un moteur, ce méthane naturel produira de l'électricité.

Mais vivre sur du béton toute l'année n’est pas naturel. Les vaches se blessent. Elles sont plus souvent malades. Par ailleurs, lorsqu'elles s'allongent sur le sol, elle se couvrent de déjections et risquent de s'infecter les unes les autres. Ces vaches sont donc traitées aux antibiotiques très régulièrement.

Résultat des courses : les méthodes actuelles de production du lait, a fortiori dans les fermes géantes, sont mauvaises pour les vaches et dangereuses pour l'homme.

La carte de France des fermes usines (source) :

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
28 mars 2015 6 28 /03 /mars /2015 16:40

Le voyage à Paris du roi d’Espagne Philippe VI, écourté suite au crash du vol Barcelone-Düsseldorf, que fallait-il faire du banquet préparé en son honneur par la mairie de Paris et du dîner somptueux (foie gras, dos de bar) prévu à l’Élysée ? Si l’on en croit Le Parisien , tout ce qui pouvait être conservé l’a été, tout ce qui devait être consommé a été distribué sous forme de plateaux-repas aux plus démunis, les sans-dents comme, semble-t-il, François Hollande se plaît à les nommer. C’est fort bien, mais le symbole est atroce.

Pratiquement le même jour, nous apprenions que la rémunération globale de Carlos Ghosn, le PDG de Renault, au titre de l’année 2014, avait été évaluée à 7,2 millions d’euros, soit près de trois de plus que l’année précédente. Mieux, et ceci, la presse française n’en a dit mot, il ne s’agit là que de la rémunération versée par Renault. Nissan lui ayant versé à peu près la même somme, il serait plus correct de parler de 7,2 millions d’euros pour un job à mi-temps.

Ces deux événements, bien que de nature différente, relèvent du même esprit. Nos gouvernants ne se sentent pas concernés par l’effort d’austérité imposé aux citoyens (voir le vote récent du doublement de l’indemnité de départ des parlementaires non réélus) et nos chefs d’entreprise pensent qu’ils sont les seuls responsables de la réussite de leur entreprise. Dans les deux cas, une absence totale d’empathie comme s’il y avait d’un côté les maîtres qui ne paient jamais quand ça va mal et raflent toute la mise quand ça va bien, et de l’autre les sans voix.

​Lire l'article

Repost 0
Publié par Christophe Servan
commenter cet article
28 mars 2015 6 28 /03 /mars /2015 16:25

« Nous serons obligés de prendre des décisions économiques douloureuses » déclarait sur toutes les chaînes le nouveau premier Ministre Habib Essid au début du mois de mars, en réponse aux mouvements sociaux (1) qui s’organisent depuis janvier contre le plan ultra-austéritaire FMI-UE conçu par le gouvernement pro-islamiste et mis en application par l’actuel gouvernement néo-benaliste. Privatisation de services publics, restriction drastique du nombre de fonctionnaires, disqualification des universités publiques au profit des investisseurs privés,… et peut être le plus grave : suppression de la fameuse « caisse de compensation » qui plafonnait par subvention d’Etat le prix des produits de première nécessité (farine, lait, …) dans le contexte dramatique de l’inflation actuelle.

Au lendemain des attentats du 18 mars dans le musée du Bardo, foyer de la culture nationale tunisienne, Essid ne manquera pas de marquer les esprits : « Cet attentat frappe gravement l’économie nationale déjà en souffrance [le tourisme étant un des axes privilégiés de la stratégie politique gouvernementale, mais aussi tous les « investissements étrangers » sur le territoire / ndlr]. La guerre contre le terrorisme va être longue et il faudra soutenir le gouvernement dans cette guerre ».

« Tout ce qui existe dans l’Univers, disait le philosophe grec Démocrite, est le fruit du hasard et de la nécessité »

On ne peut s’empêcher de penser que ces attentats, après bien d’autres événements venant construire le nouveau paradigme du « choc des civilisations », s’inscrivent dans cette logique du « hasard dans la nécessité ». Car il n’est pas meilleure opportunité, en Tunisie comme en France ou ailleurs, qu’une tragédie humaine servant les intérêts de la classe dirigeante et des impérialistes à qui cette dernière doit sa place. Celle-ci comme d’autres, de Daech ou d’Al Qaïda, met en jeu des djihadistes pour la plupart ignorant tout de la religion qu’ils prétendent servir et d’autant plus manipulables qu’ils sont sectaires et « coupés du réel » (ce qui ne minimise pas leur responsabilité bien au contraire, un peu comme les commandos fascistes italiens télécommandés par le réseau Gladio pendant les années de plomb).

La suite de l'article

Repost 0
Publié par Michel Collon
commenter cet article
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 07:54

Autrefois on faisait voter les cadavres, aujourd’hui c’est les cadavres qui font voter. Vous vous souvenez du 7 janvier 2015 ? Et du 11 janvier de la même année ? Et de la propagande autour de la liberté d’expression ? Vous avez déjà oublié, c’est fou ce que le temps passe vite ! Et pourtant rien ne change. C’est bien les morts qui font voter les vivants. Oui, heureusement qu’ils sont pas encore refroidis, les cadavres de Charlie Hebdo. Ils peuvent encore se rendre utiles. La preuve que c’est toujours utile, un cadavre. Et il n’y a pas de date limite d’utilisation. Le cadavre est la nourriture naturelle de l’électeur. Pour les élections du dimanche 21 mars, les cadavres sont servis en plat de résistance. Heureusement, il y en a eu d’autres depuis janvier. Rappelez-vous les terroristes de Copenhague. Ces cadavres-là sont moins nombreux et donc moins efficaces. Pour que le cadavre soit performant, il faut le servir à point. Alors l’électeur bave de convoitise. Il bave avec sa propre salive mais aussi avec ses larmes. C’est ce qu’il faut. L’électeur obéit à tous les cadavres. Mais il préfère quand même les cadavres blancs. Et pas trop éloignés de son pays d’origine. Par exemple, en France, le français boude un peu le cadavre chinois ou nord-américain. Ces cadavres-là sont trop exotiques. Heureusement encore, il y a les attentats de Tunisie. Il suffit de chercher et de trouver des cadavres français. Heureusement il y a toujours un français qui traîne au Maghreb. C’est bien pratique. Parce que sinon, un cadavre d’arabe ça ne motive pas suffisamment l’électeur. On en a trouvé en cherchant bien, en Tunisie. Et du coup la symphonie se remet en marche. La grande orchestration peut recommencer. On rappelle les cadavres du début janvier. C’est ce qu’ont fait tous les grands musiciens des partis politiques français. Et le miracle se reproduit ! Toutefois, on sent bien que ce ne sera pas suffisant. Heureusement, Dieu veille sur les électeurs. Un isoloir c’est un peu un confessionnal. Et Dieu fait encore un miracle ! Un de plus qui va sauver les élus. Le miracle, vous avez deviné, ce sont les bébés conservés au congélateur. Ca se passe pas loin de Bordeaux, c’est impeccable. Le cadavre congelé présente l’avantage d’une bonne conservation. A l’abri des microbes. Evidemment c’est moins porteur que l’attentat terroriste ! Mais pour peaufiner la période électorale, c’est ce qu’il faut. Et puis le bébé congelé ça émeut les mères de famille. C’est la cerise sur le gâteau, comme disent les  journalistes analphabètes. Suffit d’un petit coup de clairon et voilà les électeurs qui accourent. Tous à plat ventre. Mais l’essentiel c’est d’arriver au bureau de vote et d’être dans les temps. Bon, vous êtes prêts ? Vous tremblez encore un peu devant Marine Le Pen ? Et devant tous ces cadavres de bébés joufflus vous tremblez ? Ce qu’on vous demande c’est de l’émotion, du tremblement. La plupart des candidats ne vous font pas trembler ? C’est normal, ils sont inodores, incolores et sans saveur. Alors qu’un cadavre bien conservé ça sent le faisandé. C’est ce qu’il faut. Tous les élus sont plus ou moins faisandés. Et pour les produits surgelés, ne vous inquiétez  pas. Ils vont retrouver la bonne saveur du gibier. Bon, je vois que vous m’approuvez mais ne votez pas pour moi. Ce sera facile, je ne suis pas candidat. Je n’ai pas besoin de cadavres pour vivre. Bon appétit les nécrophages !

Repost 0
Publié par Rolland Hénault
commenter cet article
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 07:50

Le front des libertés publiques est l’un des rares domaines où le gouvernement ne chôme pas. L’encre du dernier décret concernant les sites faisant l’apologie du terrorisme est à peine sèche qu’une première victime est déjà tombée : le site islamic-news, réputé pro-djihad. Et celui-ci ne devrait être que le premier d’une (très) longue liste car au moins une cinquantaine de plateformes sont d’ores et déjà dans le collimateur du gouvernement. Prenant acte d’une individualisation des parcours terroristes, la loi du 13 novembre 2014 renforçant les dispositions relatives à la lutte contre le terrorisme est dirigée contre les « loups solitaires » se radicalisant sur Internet. Mais gares aux victimes collatérales… La tentation est évidemment grande de s’en servir aussi contre des sites contestataires non liés à la mouvance islamique mais prônant l’activisme militant ou le soutien aux mouvements de libération nationale. En réalité, tout est dans la manière de définir le « terrorisme », notion éminemment élastique…

A l’occasion des débats parlementaires de l’automne dernier, le projet de loi antiterroriste porté par Bernard Cazeneuve a été dénoncé comme inadapté à la menace qu’il prétendait éradiquer et fortement liberticide. Renforçant la surveillance sur Internet,  il permet, par son article 4, le blocage administratif des sites faisant l’apologie du terrorisme ou incitant à commettre des actes terroristes.

L’apologie du terrorisme, comme l’apologie des crimes de guerre, était jusque-là réprimée par la loi sur la presse de 1881 qui encadre la liberté d’expression en France. Le texte a sorti de ce périmètre législatif relativement protecteur les délits de « provocation aux actes de terrorisme » et d’« apologie du terrorisme », pour les intégrer dans un article spécifique du code pénal, considérant qu’il ne s’agit pas « d’abus de la liberté d’expression (…) mais de faits qui sont directement à l’origine d’actes terroristes », afin de les réprimer plus sévèrement tout en donnant davantage de pouvoirs aux enquêteurs travaillant sur ces dossiers, notamment pour infiltrer des réseaux et avoir recours à des écoutes et des sonorisations. Le texte permet aussi la possibilité d’un blocage administratif, sans requérir l’aval d’un juge, de sites faisant l’apologie du terrorisme. La procédure est expéditive : si l’éditeur et l’hébergeur d’un site ne répondent pas aux demandes de retrait de la police judiciaire, les fournisseurs d’accès à Internet (FAI) sont alors saisis pour bloquer l’accès sans délai. Une mesure qui s’inspire des dispositions prévues pour les sites pédopornographiques et qui, à défaut d’être efficace, constitue une entrave de plus à la liberté d’expression. Ce dispositif de blocage qui échappe à toute procédure contradictoire est en effet totalement opaque en plus d’être arbitraire :  le ministère de l’Intérieur rend inaccessible les contenus incriminés et n’a pas à motiver pas sa décision. Ainsi, pas un début de preuve de la dangerosité du site islamic-news n’a été apportée. Et, cerise sur le gâteau, en redirigeant les internautes vers une page d’accueil sous son contrôle, le ministère de l’intérieur se donne les moyens de connaître les adresses IP des visiteurs de ces sites… Plutôt inquiétant quand on sait par ailleurs que le gouvernement envisage d’étendre le blocage administratif aux sites faisant la promotion de propos racistes ou antisémites, voire antisionistes, infractions qui seraient également sorties de la loi de la presse de 1881 afin de faciliter et durcir les sanctions à leur encontre.

Plus grave, le blocage concerne une infraction dont les contours sont toujours aussi flous : la définition  du terrorisme donnée par L’Union Européenne est en effet assez large pour permettre la répression d’actions syndicales ou politiques non-violentes (grève illégale, blocage de systèmes informatiques, occupation de routes, de bâtiments publics ou privés pour manifester) : « association structurée, de plus de deux personnes, établie dans le temps et agissant de façon concertée en vue de commettre des infractions terroristes (…) visant à menacer un ou plusieurs pays, leurs institutions ou leur population avec l’intention d’intimider ces derniers et de modifier ou détruire les structures politiques, sociales et économiques de ces pays ». Le soutien à un mouvement social radical ou à une lutte comme celle du mouvement palestinien pourrait très bien tomber à terme sous le coup de l’inculpation d’apologie du terrorisme. Le CRIF considère d’ores et déjà qu’une exposition photographique sur le Hamas fait l’apologie du terrorisme et à demandé son interdiction.

Le contrôle d’Internet est une constante préoccupation des gouvernements qui se succèdent depuis 10 ans car cet espace de liberté et aussi souvent un espace de contestation. Mais jamais on n’était allé aussi loin dans les mesures liberticides. Le prétexte de l’antiterrorisme justifie une surveillance sans précédent d’Internet et un renforcement du pouvoir exécutif en installant une justice administrative expéditive. Cette reprise en main est bien utile au gouvernement pour faire diversion et resserrer les rangs dans un moment de crise économique, sociale et politique sans précédent.

Source

Repost 0
Publié par Nicolas Bourgoin
commenter cet article