Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 février 2015 6 21 /02 /février /2015 09:50

Années 80, années fric. Années 90, années scandale… Et toujours la gueule à Nanard, sa gouaille, ses gants de boxe, ses joueurs de foot, ses matchs truqués, ses entreprises faillies, ses résurrections, sa tchatche, ses amitiés sulfureuses et la petite chorale de ceux qu’il fait chanter : do mi si la do ré, bateau sur l’eau, j’ai du bon tabac et tu n’en auras pas. Des hauts, des bas, la télé et les journaux, les ministères et la zonzon. Les régimes passent, la gauche trépasse, Mitterrand au cimetière, Le Pen au deuxième tour, Chirac au Val-de-Grâce, Sarko sur ressorts, Hollande et ses amours… et toujours la gueule à Nanard.

En 2008, sous la bénédiction de Christine Lagarde qui n’y voyait pas mal – on a murmuré que sa cécité d’alors n’était pas étrangère à sa belle promotion au FMI –, nous, Français du ruisseau, avons « dédommagé » ledit Tapie de présumées malversations du Crédit lyonnais dans le rachat d’Adidas. Par la grâce de quatre arbitres dont deux cacochymes, nous lui avons octroyé la coquette somme de 405 millions d’euros, dont 45 au titre de « préjudice moral ». Et comme nous l’avons écrit ici, si le mot préjudice prête à rire, l’adjectif moral rapporté à Tapie prête à s’étouffer de rire.

Qu’a fait Tapie de tout ce pognon gratté au fond de nos poches ? France 2 en faisait mardi soir l’inventaire : une fois payés la dette fiscale et les frais de justice, Tapie a touché 304 millions d’euros. Il en a mis 47 dans une villa sur la Côte d’Azur, 40 dans un yacht de 76 mètres de long, 20 dans un jet privé et 51 dans le rachat de titres de presse du groupe Hersant (La Provence, Nice-Matin, Var-Matin, Corse-Matin et France-Antilles). Total : 161 millions d’euros. Aurait aussi placé ses fonds dans une holding domiciliée à Bruxelles : 215 millions dont une partie a déjà été saisie par la justice dans une autre procédure ; le reste dans deux assurances-vie.

En fait, nous dit-on, il est aujourd’hui impossible de dire quel est l’état réel de la fortune de Bernard Tapie et quels sont les biens toujours en sa possession. Question qui n’a d’importance – toute morale mise à part – que parce que la cour d’appel de Paris vient justement d’annuler l’arbitrage qui, à nos frais, a fait de Nanard un gros nabab. L’aspect frauduleux est établi : l’un des arbitres, Pierre Estoup, étant alors en affaires avec l’avocat de Bernard Tapie, Me Lantourne, la procédure est donc annulée. Bref, on recommence tout à zéro.

Le ministre Sapin s’en félicite : « Cet arrêt marque un tournant : en reconnaissant l’existence d’une fraude, la justice confirme le bien-fondé du choix d’attaquer cette sentence arbitrale, dans l’intérêt des contribuables. » Lesquels se posent une question légitime : va-t-on récupérer les fonds versés par l’État à toutes ces crapules ? L’avocat de Bernard Tapie assure que non : «  M. Tapie n’a pas à rendre l’argent. » L’intéressé, quant à lui, avance dans son journal La Provence qu’il pourrait même en sortir encore gagnant : « On repart à zéro […]. Désormais, il n’y a plus de limites. La révision peut se faire en plus ou en moins. Et j’espère bien qu’elle se fera en plus. »

Vingt ans déjà que cette affaire dure. Combien encore ? Car si les juges ont annulé la sentence arbitrale, il va leur falloir revenir au fond, c’est-à-dire replonger dans les méandres glauques du Crédit lyonnais pour savoir si, oui ou non, Tapie a été lésé dans le rachat d’Adidas. Un Crédit lyonnais dont les archives, on s’en souvient, ont malencontreusement brûlé : tout d’abord au siège parisien le 5 mai 1996, puis – ce n’est vraiment pas de chance – au dépôt de l’IBSA (dont le CL détenait 25 % des parts) au Havre, le 19 août 1997. Un lot d’extincteurs défectueux, sans doute…

Bref, quand c’est fini, ça recommence, mais les couillons sont toujours les mêmes : vous et moi.

Source

Repost 0
Publié par Marie Delarue
commenter cet article
21 février 2015 6 21 /02 /février /2015 09:48

France 5 a diffusé mardi dernier un « docu-fiction » intitulé « Bye-bye l’euro », imaginant les conséquences de la fin de la monnaie unique. La réalisatrice présente ce reportage comme une contribution au débat démocratique : « [Nous] considérons qu’il est important que les citoyens soient informés. C’est vraiment une mission du service public » (source : france5.fr). Mais, loin d’être nuancé et contradictoire, « Bye-bye l’euro » est un documentaire partisan, ouvertement hostile à la fin de la monnaie unique. Un seul scénario est présenté au téléspectateur : une catastrophe économique et sociale sans précédent.

Cette émission militante reprend à son compte tous les clichés éculés sur la fin de l’euro : fuite des capitaux et des entreprises, augmentation des taux d’intérêts, isolement diplomatique de la France, effondrement du pouvoir d’achat, inflation incontrôlée, crise du financement de l’État, austérité…

Pour accréditer cette vision apocalyptique, un panel de personnalités européistes se prêtent au jeu et expliquent les mécanismes du désastre à venir. Par exemple, Jacques Attali affirme que la fin de l’euro serait une « absurdité, un suicide, une déchéance absolue ». Rappelons que cet expert nous avait annoncé en 1997 que la monnaie unique serait « une chance pour la France » et un gage de « gestion saine des finances publiques » (source : le Monde Économie, 28 octobre 1997). Michel-Édouard Leclerc va plus loin, en mentant ouvertement à propos des prix du carburant : il affirme, de manière éhontée, qu’une dévaluation du franc de 20 % entraînerait une augmentation équivalente des prix à la pompe (ce qui est totalement faux car les prix des carburants dépendent à 85 % des taxes et non du coût du pétrole).

Lire la suite

Repost 0
Publié par Gilles Ardinat
commenter cet article
21 février 2015 6 21 /02 /février /2015 09:41

Les autoroutes surfacturent. C’est la Cour des comptes qui le dit. Alors Corinne Lepage prend la tête d’une manif et lance une idée « citoyenne » : tous les utilisateurs de certaines autoroutes présentent leurs tickets de péage en exigeant des sociétés voraces une ristourne de 20 %. Pourquoi certaines autoroutes seulement ? Parce que ce sont celles où les péages auraient dû baisser à mesure de l’amortissement : c’est dans le contrat. Pourquoi 20 % ? Parce que.

Qui est chargé de faire respecter le contrat par lequel l’État a concédé la gestion des autoroutes au secteur privé ? L’État, bien sûr.

C’est là que l’affaire devient cocasse. Le ministre des Finances, dont le boulot consiste précisément à surveiller ce genre de choses, soutient l’action de madame Lepage ! On se frotte les yeux ! On se dit qu’il y a un bug sur la ligne, une erreur quelque part ! Eh bien non ! Michel Sapin, en rigolant, appuie l’initiative. Michel Sapin ! Vous savez, c’est celui qui voyait la courbe du chômage s’inverser au prétexte que, pendant un mois, elle avait augmenté un tout petit peu moins qu’avant. Monsieur Sapin devrait se faire tout petit. Et son chef, le premier des ministres, serait bien inspiré de lui demander de ne pas se réjouir bruyamment en public des failles du gouvernement. Il serait bien avisé, également, de lui demander de mettre en œuvre les préconisations de la Cour des comptes.

Lire l'article

Repost 0
Publié par Yannik Chauvin
commenter cet article
21 février 2015 6 21 /02 /février /2015 09:37

Selon d’anciens enquêteurs de l’ONU qui ont travaillé sur l’affaire, des fonctionnaires de haut rang des Nations Unies et du gouvernement canadien ont été impliqués dans la dissimulation de preuves et de faits importants entourant l’attaque du 6 avril 1994 contre l’avion qui transportait les présidents duRwanda et du Burundi. Ce double assassinat a débouché sur un génocide et un contre-génocide qui ont probablement causé la mort de 1,5 million de personnes (Nous savons aujourd’hui qu’il y en a beaucoup plus, non seulement 2,5 millions de Rwandais au moins, mais aussi 6 millions de Congolais, ndlr).La révélation la plus dramatique concerne la « boîte noire » du Mystère-Falcon 50 abattu. Selon des fonctionnaires responsables du trafic aérien de l’ONU dans la région, une boîte noire fut secrètement rapatriée au quartier général de l’ONU à New York, où elle se trouverait encore. Officiellement, le gouvernement rwandais actuel allègue que la boîte noire a disparu. Selon des sources onusiennes,l’ONU s’abstiendrait de publier les données de cette boîte à cause de pressions exercées par les USA.  Il y a peut-être de bonnes raisons à cela. D’anciens enquêteurs de l’ONU qui étaient sur le terrain auRwanda,  affirment  qu’ils  étaient  convaincus  que  les  missiles  qui  ont  abattu  l’avion  présidentiel provenaient  des  Etats-Unis  et  avaient  été  remis  au  FPR.  Ceci  vient  renforcer  des  affirmation semblables  faites  par  de  hauts  responsables  du  gouvernement  français  devant  la  Commission d’enquête  de  l’Assemblée  Nationale  qui  a  enquêté  sur  le  génocide  rwandais  et  les  allégations d’anciens agents de renseignement du Front Patriotique Rwandais (FPR).

Selon ces sources onusiennes bien placées, la juge Louise ARBOUR de la Cour Suprême du Canada qui fut procureur spécial du Tribunal Pénal International sur le Rwanda (TPIR), chargée d’enquêter sur le génocide, a ordonné que les évènements qui ont précédé la destruction de l’avion présidentiel, le6 avril, ne fassent pas l’objet d’une enquête. ARBOUR aurait contraint les enquêteurs à n’enquêter que sur ceux qui ont suivi l’attentat contre l’appareil.De plus, ARBOUR – qui est maintenant juge à la Cour Suprême du Canada – a donné ordre à ses subordonnés, dont faisait partie l’ancien commissaire-adjoint de la Gendarmerie royale du Canada, AlBreau,  de  mettre  fin  à  leur  enquête  lorsqu’il  devint  évident  que  cette  dernière  commençait  à démontrer  que le  FPR et  ses  protecteurs  américains étaient  impliqués dans la  planification de l’attaque contre l’appareil présidentiel.  Parmi les preuves recueillies, il y aurait entre autres le fait que  le  soir  de  l’attaque,  les  forces  du  FPR contrôlaient  trois  importantes  voies  d’approche  vers l’aéroport international ‘GREGOIRE KAYIBANDA’, et que des mercenaires européens, à l’emploi duFPR et des services de renseignement américains, auraient utilisé des entrepôts loués par une société suisse pour planifier et déclencher les tirs de missiles contre le Mystère-Falcon 50.

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
21 février 2015 6 21 /02 /février /2015 09:27

Depuis lundi 9 février, la grande majorité des ouvriers du gros oeuvre (BTP) sont en grève sur le chantier de Vinci-Constructions à Chatillon (à la limite de Bagneux) où « Orange » (ex France Telecom) installe un « Eco-Campus » de 17 600 m2 de bureaux. 

En grève pour une augmentation de 2% des salaires / augmentation de 25% des dividendes pour les actionnaires

Ce mercredi 11 février, une délégation de militants du PRCF est allée apporter son soutien aux plusieurs dizaines de travailleurs rassemblés à l’entrée du chantier, combattant avec détermination le froid de cet après-midi de février et aussi surpris qu’heureux de voir qu’on s’intéresse à eux !

Les présentations faites et le but de la visite expliquée, les langues se délient très vite pour conspuer Vinci et les « gros » en général, pour s’indigner qu’on leur refuse pour l’instant les 2% d’augmentation de taux horaire qu’ils réclament ( c’est, semble-t-il, leur unique revendication), pour invectiver enfin « l’Europe qui (les) enfonce ».

La consultation de la page finance du site internet de Vinci permet d’apprendre que le groupe a prévu d’augmenter les dividendes versés aux actionnaires de 25%. Depuis le début des années 2000 la valeurs des actions a elle été multipliée par 5. Le rendement annuel des actions varie ces dernières années de 4% à 5% (comparez donc au taux du livret A !).  Selon la même source le rendement sur 10 d’une action Vinci est de plus de 10%. Sans rien faire. « Un actionnaire de VINCI qui aurait investi 1 000 euros le 1er janvier 2005 se retrouverait à la tête d’un capital de 2 784 euros au 31 décembre 2014, en supposant un réinvestissement en actions du montant des dividendes encaissés »

Lire l'article

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
21 février 2015 6 21 /02 /février /2015 09:24

Un centre d’engraissement de plus de 1000 veaux (1400 veaux à l’année), porté par un collectif d'éleveurs, la SAS Alliance Millevaches, est sur le point de se concrétiser au sein du Parc Naturel Régional de Millevaches, sur la commune de St Martial Le Vieux, dans La Creuse (23).

Ce projet est une aberration tant sur le plan écologique que du bien-être animal:
Des veaux entassés dans des hangars, engraissés au soja et maïs OGM importés, seront abattus 7 mois plus tard.

Le Groupe Les Mousquetaires Intermarché, via sa filiale viande, Jean Rozé, vient de signer un contrat pour 3 ans avec la SAS Alliance Millevaches, devenant ainsi l'unique client du futur centre d'engraissement. 

La SVA Jean Rozé a récemment assuré que les veaux seraient abattus avec étourdissement préalable contrairement à ce qui était annoncé.

Cependant, l'abattoir d'Ussel (où seraient abattus les veaux), comme celui de la SVA Jean Rozé (en Ille en Vilaine), où il était question, dans un premier temps, d'abattre les veaux du centre de St Martial le Vieux pratiquent déjà l'égorgement en pleine conscience. 

Nous n'avons donc aucune garantie quant à un éventuel revirement, pour les années à venir... à moins que la SVA Jean Rozé s'engage, dès aujourd'hui (et ne revienne pas sur ses engagements): à ne plus abattre ou faire abattre les animaux sans étourdissement préalable.

Nous dénonçons la logique industrielle du Groupe Les Mousquetaires Intermarché ainsi que des éleveurs membres de la SAS Alliance Millevaches, prêts à tout pour dégager de nouveaux profits, laissant de côté la santé des consommateurs, l’environnement, comme le bien-être animal.

Ce projet pourrait être subventionné à hauteur de 625.000 euros par l’Etat (75.000 euros du Conseil Général, 150.000 euros du Conseil Régional et 400.000 euros du Ministère de la Défense, déjà alloués).

Nous demandons à la Communauté de Communes des Sources de la Creuse de ne pas signer de bail avec la SAS Alliance Millevaches.

 Nous, citoyens et contribuables, demandons aux élus du Conseil Régional et du Conseil Général de ne pas allouer de subvention à un projet symbole de l’agro-industrialisation et de la négation du vivant dans son ensemble.

Nous, consommateurs, demandons au Groupe Les Mousquetaires Intermarché et à la SVA Jean Rozé, de ne plus abattre ou faire abattre les animaux sans étourdissement préalable et de renoncer au contrat avec la SAS Alliance Millevaches.

Signer la pétition


Repost 0
Publié par Aurore Lenoir, présidente OEDA
commenter cet article
21 février 2015 6 21 /02 /février /2015 09:20

Le Fort de Vaujours est un site aux portes de Paris, à cheval entre les départements de la Seine-Saint-Denis (93) et de Seine-et-Marne (77) . Utilisé pendant plus de quarante ans par le Commissariat à l’Energie Atomique (CEA), il est contaminé radioactivement suite à la multitude d’expériences qui ont abouti aux développements des détonateurs des bombes atomiques de l’armée Française. Malgré les preuves de la contamination et les doutes des autorités compétentes, la société Placoplatre (Saint-Gobain) désire exploiter les sous-sols du Fort de Vaujours, à l'abri des regards.

Ce projet titanesque et hasardeux est susceptible de provoquer des atteintes sévères à la santé des travailleurs et des populations riveraines.

La fédération d’associations Environnement 93 (membres du collectif Sauvons la Dhuis) a décidé d’agir en justice pour stopper ce projet et vous invite à y prendre part grâce à

Lire la suite

 

 

Repost 0
Publié par Sauvons la Dhuis
commenter cet article
21 février 2015 6 21 /02 /février /2015 09:14

Une étude comparative du niveau de prise en compte du bien-être animal classe la France comme un pays médiocre au niveau mondial.

En novembre dernier, l’association World Animal Protection (protection mondiale des animaux) publiait les résultats d’une étude visant à évaluer le niveau de prise en compte du bien-être animal à travers le monde. Rassemblés sous la forme d’un indice récapitulatif comparant 50 pays, ces résultats révèlent que la France n’atteint qu’une place moyenne loin derrière l’Autriche, le Royaume-Uni, la Suisse et la Nouvelle-Zélande, évalués comme étant les pays les plus avancés en matière de protection animale. Ces résultats prennent en compte les dispositions législatives de chaque pays relatives tant aux animaux d’élevage, de compagnie, utilisés à des fins de recherche ou de loisir, ou les animaux sauvages captifs.

 

Animal Protection Index, accessible via : api.worldanimalprotection.org (en anglais)

Repost 0
Publié par PMAF
commenter cet article
14 février 2015 6 14 /02 /février /2015 16:10

Les Français adorent les chiffres. Les Français se nourrissent de chiffres. Les Français avalent les chiffres du chômage et ils sont repus. Les pauvres s’alimentent avec des chiffres. Justement ça  tombe bien. J’ai des chiffres pour faire manger les pauvres. Et des chiffres très précis et particulièrement bons à déguster. Ces chiffres ont été servis aux pauvres pour les faire patienter. Pour qu’ils s’énervent pas. Quand les pauvres s’énervent, rien ne va plus pour les riches. Je donne à manger aux pauvres. Voilà c’est à propos du Concordia. Le fameux bateau qui transportait des riches justement. Je donne donc des riches pour faire bouffer les pauvres. Je sens que l’eau vous en vient à la bouche. J’ai voulu titiller votre appétit.

Le capitaine du Concordia a été condamné à 16 ans de prison ferme. Mais ce n’est pas tout. Le Concordia transportait 3206 passagers. Et je ne compte pas les membres de l’équipage, soit 1023 personnes. Parmi les passagers, vous voulez des chiffres ? On va compter par nationalités. 462 Français. Puisque vous adorez les chiffres. 569 Allemands. 177 Espagnols. 129 Américains. 127 Croates. Je continue ? A votre service ! 108 Russes. 74 Autrichiens. 69 Suisses. 46 Brésiliens. Encore une petite faim ?... 46 Japonais. 33 Ukrainiens. Vous mangerez bien les 9 Turcs et les 8 Belges qui restent. Un petit effort. La digestion est bonne ? Je continue. J’aurais pu vous faire avaler les cotes de popularité de Français Hollande et Manuel Valls. Elles sont délicieuses. Mais je continue avec le Concordia. A cause des odeurs de cuisine, de cuisine riche. Les riches mangent mieux que les pauvres ? Attention vous faites du mauvais esprit. C’est peut-être même une incitation à la haine raciale. Attention ne parlez plus des riches. Parlons du Concordia. Le problème est simple. Quel est l’âge du capitaine ? 52 ans. Il lui reste, statiquement, 27 ans à vivre, 27 ans pour expier ses fautes. Parce qu’il s’appelle désormais le « capitaine Couard ». On ne mérite plus d’avoir un nom quand on fait noyer des riches. Des riches qui font du chiffre, comme j’en fais actuellement. Le problème est pourtant simple, sachant qu’il y a eu 32 morts, et qu’il a été condamné à 16 ans de prison, combien va-t-il expier de morts par an ? Je vous laisse faire le calcul.

 Finalement, le capitaine du Concordia aurait mieux fait de transporter des pauvres. Les pauvres c’est moins cher que les riches. Voyez DSK, il est pratiquement innocent. Il s’est fait sucer par une femme de ménage. Noire en plus, attention je n’ai pas dit une négresse. A partir de quel niveau social les nègres deviennent-ils des noirs ? Ne cherchez pas à comprendre. Quand on parle chiffre la vie est tranquille. La mer est calme et l’ordre règne dans les bordels, dans  les maisons d’abattage. Comment ça, je mélange tout ? Je mélange les chiffres et alors ? Les chiffres c’est fait pour être mélangé. Les chiffres c’est la pâtée des pauvres d’en bas. Qui voyagent dans la cale. La pâtée des braves cons, si vous n’avez pas peur des mots. Les riches sont en croisière, sur le Concordia. Les riches c’est une autre race. Ils ne mangent pas de chiffres, les riches. Ils font du chiffre. C’est pas la même chose. C’est pas la même pâtée.


Repost 0
Publié par Rolland Hénault
commenter cet article
14 février 2015 6 14 /02 /février /2015 16:08

En ce vendredi 13 février, quelques dizaines de victimes sont venues s’ajouter aux milliers d’ores et déjà comptabilisées dans le conflit qui ensanglante l’est de l’Ukraine. C’était sans doute là le prix à payer au cessez-le-feu, signé un mercredi par des gens sages et responsables, mais ne prenant effet que le dimanche suivant, ce qui permet à des patriotes qui aiment leur terre et à d’autres patriotes qui aiment la même terre de continuer à s’entretuer utilement pendant trois jours. Car arrêter le tir, c’est comme cesser de fumer, mieux vaut ne pas faire ça brutalement, le moral des combattants en prendrait un coup.

En ce vendredi 13 février, les journaux télévisés, et avec eux bien des gens sages et responsables, se sont réjouis de la vente massive d’engins de mort à l’Egypte. Qu’un gouvernement ayant le socialisme pour idéal puisse penser que c’est là le meilleur moyen de prêter main-forte à un peuple pris entre la peste islamiste et le choléra militaire peut surprendre, mais peu importe car c’est excellent pour l’emploi et notre économie.

Le même jour, près de deux cents baleines globicéphales se sont échouées sur une plage de Nouvelle-Zélande. S’il n’y a pas d’explication avérée à ce curieux phénomène apparemment régulier, les spécialistes pensent toutefois qu’il serait dû au fait que les cétacés en bonne santé viendraient au secours des membres de leur groupe malades et désorientés, jusqu’à s’échouer sur les bancs de sable.

 On savait déjà que les baleines, animaux irresponsables, pouvaient vivre, d’une eau territoriale à une autre, dans l’ignorance totale des frontières maritimes, et sans la moindre notion d’économie politique. Voilà maintenant qu’elles pourraient mourir en nombre, victimes de leur solidarité, d’une entraide collective envers les plus faibles d’entre elles. C’est vraiment con, les baleines !


Source

Repost 0
Publié par Floréal
commenter cet article