Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 octobre 2014 6 11 /10 /octobre /2014 10:01

Il peut être dangereux d'aller voir un psychologue ou un psychiatre pour des problèmes de malaise, d'anxiété, de déprime.  

Il existe des cas de malaise extrême (dépression profonde) et d'anxiété (crises de panique) qui relèvent de la médecine.  

Mais actuellement, dans de nombreux cas, ce n'est pas vous qui êtes malade et qui devez changer. C'est le monde qui vous entoure qui est malade et qui devrait changer.  

 

Méfiez-vous des solutions toutes faites de la psychiatrie 

La formation, la fonction des psychiatres et psychologues, est de vous aider à changer votre vision du monde pour vous aider à vous sentir plus heureux, que ce soit par des médicaments, la psychanalyse ou les thérapies cognitives et comportementales. 

Mais ce n'est pas toujours une bonne idée.  

La fille d'une de mes amies a fait le mois dernier une tentative de suicide. Elle a été hospitalisée à l'hôpital Necker, à Paris, où des psychiatres se sont occupés d'elle pendant une semaine, interdisant à sa famille tout contact avec elle. Ils ont essayé de l'aider à changer sa vision de l'existence, à avoir une meilleure perception d'elle-même. Ils lui ont aussi donné des médicaments pour éliminer ses angoisses (anxiolytiques). 

Le problème est que cette jeune fille n'avait aucun problème psychologique. Si elle avait envie d'en finir, c'est parce qu'elle était victime depuis des mois, dans son collège, d'agressions et d'humiliations insupportables (liées à son physique). Mais la direction de l'école n'intervenait pas pour la protéger. 

Les psychiatres de l'hôpital ne pouvaient rien pour changer cela. Ils n'ont aucune autorité sur la direction du collège. C'est ainsi qu'il fut décidé à leur niveau de lui donner des médicaments, des séances de psychanalyse, puis de la renvoyer dans son collège, en croisant les doigts. (Je vous rassure, après discussion avec mes amis, cette jeune fille n'est pas retournée auprès de ses tortionnaires). 

 

Une société paumée

Dans son livre « La société saine » (1955), le psychanalyste Eric Fromm écrivait : 

« Pourtant, beaucoup de psychiatres et psychologues refusent l'idée que la société dans son ensemble pourrait être malade. Ils maintiennent que le problème de la santé mentale dans la société ne concerne qu'une minorité d'individus “inadaptés”, et non pas la culture en elle-même, qui devrait être adaptée aux individus.[1] »

Notre société est elle en bonne santé, et ceux qui ont du mal à s'y adapter sont-ils des malades qu'il faut traiter ? Ou bien notre société est-elle elle-même paumée ? Dans ce cas, il serait logique que beaucoup de nos contemporains aient des difficultés émotionnelles à supporter les conditions de vie : 

« Une société malade est une société qui crée de l'hostilité mutuelle, de la méfiance, et qui transforme l'homme en un instrument exploité par les autres, qui le prive du sentiment d'avoir de la valeur, sauf dans la mesure où il se soumet aux autres et devient un automate [2] », disait Fromm. 

Pour ma part, il me semble en effet que l'agressivité, l'indifférence, la mauvaise foi sont devenues omniprésentes. En l'espace de 24 heures, j'ai été personnellement témoin des scènes suivantes : 

un jeune automobiliste qui s'arrête au milieu de la rue et sort de sa voiture pour injurier et menacer physiquement une vieille dame qui le suivait ; 

un policier qui met une amende à un monsieur pendant que celui-ci prend son ticket à l'horodateur, et refuse de l'annuler ; 

un restaurateur qui explose de colère parce qu'un client demande une carafe d'eau plutôt qu'une bouteille d'eau ; 

une nourrice qui menace le petit garçon dont elle a la garde parce que celui-ci panique du fait que sa maman soit partie. 

 

« C'était mieux avant » ?

Je n'ai aucune idée de ce qu'il faudrait faire pour changer tout cela. Mais une chose est sûre : si vous dites aujourd'hui en public que, pour certaines choses, « c'était mieux avant », il se trouvera systématiquement quelqu'un qui vous traitera de ringard et de passéiste. 

Et pourtant, ouvrons les yeux. 

Les personnes confortablement installées au sommet de la hiérarchie sociale peinent à reconnaître le degré de détresse, de passivité, d'ennui, d'isolement et de déshumanisation qui règne dans le reste dans la société. Les incivilités qui se multiplient, les écoles qui ne proposent qu'un moule unique pour tous les enfants, le travail dans des bureaucraties énormes et impotentes (qu'elles soient publiques ou privées), les administrations qui vous traitent comme un numéro… Tout ceci transforme les rapports normaux entre les gens en favorisant la crainte plutôt que la bienveillance, la manipulation plutôt que le respect, l'efficacité des machines plutôt que les besoins émotionnels des êtres humains, la dépendance plutôt que la liberté. 

Peut-on considérer comme maladivement nostalgiques les personnes qui souffrent d'un monde où :

• le système de santé exploite la maladie plutôt que de promouvoir la santé ; 

la solitude prend des allures d'épidémie, avec maintenant une personne de 75 ans sur quatre qui n'a plus aucun contact avec personne, ni ami, ni famille, ni voisins, ni connaissances quelles qu'elles soient, avec un nombre de personnes seules en augmentation de 1 million depuis 2010 [3] ; 

des catastrophes écologiques sont annoncées de toutes parts ; 

des dirigeants politiques mettent toute leur énergie à mentir sur la situation (« La croissance revient ! », « Le chômage va baisser ! ») ; 

des conflits armés éclatent aux quatre coins du globe ? 

Je ne le crois pas. 

Alors oui à la psychiatrie et aux médicaments pour les personnes qui souffrent réellement de problèmes psychiques. 

Mais pour tous les autres ? Ne demandons pas à la médecine de nous aider à fermer les yeux et à nous boucher les oreilles grâce à des « pilules du bonheur ». Il y a bien mieux à faire.

 

Sources : 

[1] "Yet many psychiatrists and psychologists refuse to entertain the idea that society as a whole may be lacking in sanity. They hold that the problem of mental health in a society is only that of the number of 'unadjusted' individuals, and not of a possible unadjustment of the culture itself." The Sane Society (1955) 

[2] "An unhealthy society is one which creates mutual hostility [and] distrust, which transforms man into an instrument of use and exploitation for others, which deprives him of a sense of self, except inasmuch as he submits to others or becomes an automaton." 

[3] La solitude touche désormais un Français sur huit 

 

Source : http://www.santenatureinnovation.com

Repost 0
Publié par Jean-Marc Dupuis
commenter cet article
4 octobre 2014 6 04 /10 /octobre /2014 08:49

photo-accueil.jpgJe sais que la déception va être immense dans les chaumières mais je n’ai pas été candidat aux élections sénatoriales. Je vais décevoir encore mes électeurs potentiels, je ne serai pas candidat aux élections législatives, ni aux élections cantonales, ni même à la présidence de la République Française, ni au FMI,  et je vous explique tout de suite pourquoi, quand je lis dans vos yeux votre très grande tristesse. Je suis déjà élu.

Oui, un élu de Dieu lui-même. Je dispose d’une auréole qui scintille de mille feux. Une véritable explosion atomique ! Comme celle de François Hollande qui veut faire griller les islamistes. Il va finir par foutre le feu ce con-là. Et moi j’en ai une de rechange, une auréole !

Voui, j’ai une auréole de rechange que ma femme conserve pieusement dans l’ancienne étable à cochons de ma ferme natale.

Mais je veux vous parler d’Elizabeth (19 décembre au Forum Léo Ferré. A Ivry sur Seine).

Et je voulais vous parler aussi de l’abrutissement qui s’abat sur les têtes des citoyens par le biais de l’Internet. Paradoxalement c’est en détention qu’on rencontre le plus grand nombre de personnes conscientes de la situation politique actuelle.

Enfin, qu’on rencontrait, puisqu’on m’a interdit le droit d’entrée dans une prison il y a un an  exactement. Mais là n’est pas le sujet. Je veux dire que ça commence à se voir les personnes indemnes d’Internet. Parce qu’ils n’ont pas la tête en miettes, comme à l’extérieur ! En effet, le zapping nous empêche de vivre le temps et l’espace, comme avant.

Oui, je suis pas marrant. Mais ça s’aggrave de jour en jour et on ne sait plus où on est ni qui on est. Un exemple. Ils parlent du terrorisme islamiste et pas du terrorisme des States. Ils nous rebattent les oreilles (le grand Siné, qui persiste à écrire à la main, nous précisait la nature de la faute, les Français ont l’habitude de dire : « on nous rabat les oreilles ». Siné corrige. Comme Léo Ferré corrige dans « C’est extra !... » :

« Et dans le port de cette nuit

Une fille qui tangue et vient mouiller »

Ferré donne sa version nouvelle de l’amour considéré comme un voyage en mer, de la vie comme un voyage… et retour aux origines.

Mais avec les devoirs interdits à la maison, et avec le refus du redoublement, la jeunesse est méprisée. On lui refuse l’effort ! L’effort cérébral est un plaisir pur.

C’est Van Gogh qui avait pour devise : « Ne t’accommode pas de ce qui est facile ». Et Antonin Artaud reprenant la vie de Van Gogh l’intitulait : « Van Gogh le suicidé de la société ».

La société nous suicide par la facilité. Le plus grand artiste du 20ème siècle est bien Louis Ferdinand Céline. Dont la première page du « Voyage » est ainsi rédigée : « …elle en a bien besoin la race française, vu qu’elle n’existe pas !... la race ce que t’appelles comme ça, c’est seulement ce grand ramassis de miteux dans mon genre, chassieux, puceux, transis, qui ont échoué ici poursuivis par la faim, la peste, les tumeurs et le froid, venus des quatre coins du monde. Ils ne pouvaient pas aller plus loin à cause de la mer. C’est ça la France et puis c’est ça les Français…. »

Il suffit de voir « Welcome to NewYork », 16 euros en DVD, pour comprendre que le film n’a pas été interdit pour pornographie. Mais parce que, en deux heures, on a la preuve de l’absolue nullité de nos chefs, qui disposent de l’argent, du pouvoir, et qui ne sont pas à la hauteur de leur tâche. Ni DSK, ni Hollande, ni Valls, ni aucun d’un autre parti politique, ce sont des types bons à se faire sucer par les femmes de ménage, qu’ils méprisent tant.

Ces Français d’en bas, qu’ils voudraient à genoux. Mais le 19 décembre, au Forum Léo Ferré à Ivry sur scène, haut lieu de la révolte et de la misère portée comme un drapeau, Elizabeth sera indomptable. Debout !

 

 

Repost 0
Publié par Rolland Hénault
commenter cet article
4 octobre 2014 6 04 /10 /octobre /2014 08:35

Au fond, il serait presque plaisant d'affirmer crânement: «Le nouveau Bénabar n'est pas si mal fichu que ça!». La réalité, c'est qu'INSPIRÉ DE FAITS RÉELS est un disque à la médiocrité affligeante. Parce qu'avec ce parolier les «arbres» sont «obséquieux» et les «orages» forcément «déchaînés», sans parler des «yeux qui klaxonnent» ni du mot «route» qui rime avec «minute» entre autres vers épouvantables… Tout est stéréotypé, prévisible, approximatif et cucul la praline. Quand il veut se montrer comique (Gilles César), Bénabar fait peine à entendre, et s'il souhaite insuffler de l'émotion (Titouan), c'est l'interprétation qui flanche. Avec Paris by night, on sent bien son désir de taper dans le bon gros refrain populaire, mais à ce jeu-là, plus compliqué qu'il n'en a l'air, Serge Lama (Les P'tites femmes de Pigalle) et Michel Sardou (La Java de Broadway) le dépassent encore de trois têtes. Nul besoin d'évoquer Les deux chiens, cette insupportable chanson, le mauvais goût des arrangements ni la fainéantise des musiques… Cependant, si dans Coming in (dont on taira l'inanité de la chute), l'auteur précise d'entrée: «"Surpris"! C'est pas le mot / C'est plutôt "stupéfait"», il a encore tout faux! Le terme approprié aurait dû être «étonné». «Chacun a ses faiblesses, écrivaient Alain Duchesne et Thierry Leguay dans  leur dictionnaire des subtilités du français. Littré en avait pour sa bonne. Un jour qu’il la lutinait, Madame Littré poussa la porte et s’écria: "Ah, monsieur, je suis surprise !" Et le regretté Littré, se rajustant, lui répondit: "Non, madame, vous êtes étonnée. C’est nous qui sommes surpris."» Nuance.

 À la fin du livret, le chanteur dédie son album «à tous ceux qui voudront bien l'écouter». «C'est à vous, souligne-t-il, rien qu'à vous qu'il est destiné.» Comment le remercier?


Vu sur ce site des plus recommandables : http://delafenetredenhaut.blogspot.fr

Repost 0
Publié par Baptiste Vignol
commenter cet article
4 octobre 2014 6 04 /10 /octobre /2014 08:23

RENCONTRES AUTOUR DE CONCERTS ACOUSTIQUES à la Librairie PUBLICO

145 rue Amelot 75011 PARIS à 17h30

organisées par Association "Mots et Musique" et Patrick Kipper : 


SAMEDI 4 OCTOBRE : MARCEL EGLIN, FRANCOISE VINCENT et SYLVIE HOPPE

SAMEDI 11 OCTOBE : LES CHANTEURS LIVREURS

SAMEDI 18 OCTOBRE : RACHEL

SAMEDI 25 OCTOBRE : FREDERIQUE CHANTE GASTON COUTE ET PIERRE MAC ORLAN.


 

17 et 18 NOVEMBRE au Vingtième Théâtre 7 rue des Plâtrières 75020 PARIS à 20h00

Spectacle "LES MUTINS" avec Michel Bühler, Frasiak, Nathalie Solence, Francesca Solleville, Bernard Joyet, Annick Roux, Jérémie Bossone...

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
4 octobre 2014 6 04 /10 /octobre /2014 08:20

La Banque mondiale a publié un rapport le 17 septembre [1] annonçant un possible effondrement économique en Afrique de l'Ouest, causé non par le virus Ebola lui-même, mais par la campagne délirante, frisant la paranoïa, orchestrée par les médias occidentaux autour d'Ebola.  

Elle cite le montant d'un coût économique potentiel astronomique se chiffrant en milliards de dollars, dans ces régions déjà très touchées par la pauvreté. 

 

Les effets sont déjà visibles

Malheureusement, selon la Banque mondiale, la campagne médiatique sur Ebola a déjà produit de graves effets en Guinée, Sierra Leone et au Libéria en termes de manque à produire, de déficits fiscaux, d’inflation et d’augmentation de la pauvreté, en plus des milliers de cas d'Ebola provoqués par les mises en quarantaine de certains quartiers, ce que nous évoquions dans une lettre précédente. 

La Sierra Leone et le Libéria seraient les plus sévèrement touchés avec une réduction de leur PIB respectif de 8,9 % et de 11,7 % en cas d’aggravation de la crise. La propagation d’Ebola aux pays voisins – Nigéria, Côte d’Ivoire, Sénégal – entraînerait une catastrophe économique régionale et pourrait coûter jusqu’à 49 milliards de dollars : 

« Les plus grands effets économiques de la crise ne sont pas les coûts directs (mortalité, morbidité, soins médicaux et journées de travail perdues), » rappelle le rapport, « mais plutôt ceux provoqués par des changements de comportement causés par la peur. Lors des épidémies récentes de SRAS et du H1N1, les effets comportementaux ont été responsables de 80 à 90 pourcent de l’impact économique.[2] » 

 

Pénuries alimentaires, désorganisation des transports

Cette peur fait vivre les médias occidentaux qui font ainsi de l'audimat à bon compte. Elle permet aussi aux organismes internationaux de réclamer des financements supplémentaires (1 milliard pour l'Ebola). 

Moyennant quoi des pénuries alimentaires commencent à apparaître en Sierra Leone sous l’effet de la baisse de la production agricole et surtout de la désorganisation de tout le secteur du transport. De l’intérieur du pays comme de l’étranger, plus personne n’ose rejoindre les villes touchées par la maladie. Le prix des assurances des bateaux se rendant dans la région a augmenté et se répercute sur les marchandises. Le tout alimente l’inflation qui elle-même pousse à des “achats panique”. 

Les vols commerciaux vers le Libéria sont passés de 27 par semaine à moins de 1 par jour. Le taux d’occupation des hôtels ne dépasse pas les 10 %. On n’ose imaginer les répercutions sur ce secteur si la maladie devait s’installer dans un pays comme le Sénégal. 

Tout cela pourrait éventuellement se justifier si le virus Ebola présentait une réelle menace épidémique. Mais ce ne serait pas le cas si l'épidémie était gérée de façon calme et rationnelle

 

Une réaction totalement disproportionnée

Rappelons que l'épidémie a fait 2900 morts confirmés ou suspectés en 6 mois, soit moins que le nombre annuel de tués sur les routes en France

Cela signifie que, pour un habitant de ces régions, la probabilité d'avoir quelqu'un de son entourage, même éloigné, touché par Ebola est extrêmement faible, aussi faible que la probabilité pour un Français d'avoir eu un décès dans son entourage par accident de voiture dans les 12 derniers mois, ou d'avoir assisté à un accident de la route mortel dans les 12 derniers mois. 

Il ne faut pas croire les images spectaculaires montrées à la télévision. Même dans les zones où nos journalistes expliquent d'une voix théâtrale que « le virus fait rage », les effets directs d'Ebola ne peuvent absolument pas se remarquer dans la vie courante. En revanche, les mesures répressives prétendument prises pour combattre l'épidémie, mais qui en réalité la favorisent, sont en train d'avoir un impact terrible. (la suite ci-dessous) 

 

Dites non à la peur

Le plus gros des dégâts résulte des comportements de peur. Il est absolument urgent de mettre fin à une communication purement émotionnelle destinée à divertir les populations occidentales confortablement installées derrières leurs postes de télévision. 

Dites NON à la psychose autour d'Ebola. Dites OUI à des mesures calmes, de bon sens, telles que celles prises pour soigner les Occidentaux touchés par le virus, qui sont rapatriés, bien nourris (par perfusion), bien hydratés, éventuellement transfusés et dans la majorité des cas sauvés

En Afrique, actuellement, le taux de décès est de 70 % : c'est beaucoup trop. On peut suspecter que cet état de fait est causé par la mauvaise nutrition des malades, leurs déficiences immunitaires liées elles aussi au manque de vitamines et minéraux, et une mauvaise prise en charge. 

Cette surmortalité continuera tant que les médias persisteront à répandre la peur sans mesure au sujet de cette maladie, qui pourtant ne se communique pas par voie aérienne mais uniquement par le contact direct avec des liquides corporels (urine, sang, vomissures). Et à ne pas évoquer les solutions naturelles, normales, prises pour lutter contre les maladies infectieuses. 

Mesdames et Messieurs les journalistes, entendez-nous ! 

 

Sources : 

[1] Ebola: Economic Impact Already Serious; Could Be “Catastrophic” Without Swift Response 

 

[2] Voir page 3 du rapport. 


Repost 0
Publié par Jean-Marc Dupuis
commenter cet article
4 octobre 2014 6 04 /10 /octobre /2014 08:13

Comme vous le savez sans doute, les 14, 15 et 16 octobre prochains aura lieu le premier salon international de la filière nucléaire au Bourget, le « World Nuclear Exhibition ».

Un salon indécent visant à exporter la technologie nucléaire française au quatre coins du globe, et où « plus de 430 exposants s’attendent à rencontrer 7000 visiteurs, en provenance du monde entier » peut-on lire sur le communiqué de presse de l’AIFEN (association des industriels français exportateurs de nucléaire), organisateur du salon.

Alors que nous serons en plein débat parlementaire sur la loi de transition énergétique, et à un an de la COP 21, qui se déroulera elle aussi au Bourget, nous nous devons de réagir afin que le nucléaire ne se positionne pas comme alternative au changement climatique, et pour dire NON aux fausses solutions.

Dans ce cadre, les Amis de la Terre, Attac France et le Réseau « Sortir du nucléaire » ont travaillé ensemble, afin de faire du 11 octobre – le samedi précédant le salon – une journée nationale de mobilisation contre le nucléaire.

Je vous adresse aujourd’hui l’appel à mobilisation que nous avons rédigé. Si vous souhaitez signer cet appel, merci de me renvoyer un mail avec le nom de votre association, et son logo en format .jpg en pièce-jointe, à l’adresse suivante : mobilisations@sortirdunucleaire.fr

Merci de diffuser au maximum cet appel dans vos réseaux.

Samedi 11 octobre - NON au salon pro-nucléaire

A la mi octobre, alors que les parlementaires débattront de l'avenir énergétique du pays, la France accueillera le « World Nuclear Exhibition », premier salon international de la filière nucléaire, au Bourget, près de Paris.

Non contente d'avoir déjà contaminé de nombreuses régions du globe, l'industrie nucléaire française tentera à cette occasion d'exporter son modèle industriel mortifère.

Dans un an, sur le même lieu, se tiendra le sommet international sur le climat (COP 21). 

Soyons nombreux pour rappeler que le nucléaire n'est pas une solution au changement climatique !

Notre véritable transition énergétique, climatique et sociale se fera sans lobbies ni fausses solutions. C'est pourquoi le week-end précédant le "World Nuclear Exhibition", nous vous donnons rendez-vous à Paris au côté de nombreuses associations pour manifester notre opposition à ce salon indécent et au modèle de société qu'il veut nous imposer !

Programme : 

14H : happening place de la République

14H30 : départ du cortège

16H : retour du cortège sur la place de la République pour une grande convergence des luttes avec les manifestations anti-TAFTA et anti-gaz et pétrole de schistes.

Repost 0
Publié par Maurice Montet
commenter cet article
4 octobre 2014 6 04 /10 /octobre /2014 08:08

VEOLIA perd des marchés au Koweït : la com­plicité des entre­prises avec la colo­ni­sation sanctionnée

http://www.france-palestine.org/VEOLIA-perd-des-marches-au-Koweit

La muni­ci­palité de Koweït City vient d’exclure la com­pagnie fran­çaise Veolia d’un gros contrat de gestion de déchets solides, à hauteur de 750 mil­lions de dollars. Basant sa décision sur la com­plicité de Veolia avec les projets israé­liens qui violent le droit inter­na­tional, et se référant à la cam­pagne inter­na­tionale BDS, la muni­ci­palité a décidé aussi d’exclure Veolia de « tous les contrats futurs ». Veolia a éga­lement été contrainte de retirer son offre pour un très grand projet d’expansion d’une station de trai­tement d’eaux usées au Koweït, évalué à près d’1,5 mil­liard de dollars. Ces der­nières années, Veolia avait aussi perdu des contrats auprès de muni­ci­pa­lités dans dif­fé­rents pays d’Europe et aux États-Unis.

Veolia, qui est impliquée par sa filiale israé­lienne dans des ser­vices aux colonies illé­gales en ter­ri­toire pales­tinien occupé, avait annoncé au début de l’été son intention de céder sa filiale en Israël, décision liée, au moins en partie, à la mobi­li­sation inter­na­tionale, mais mal­heu­reu­sement tardive alors que les mises en garde n’avaient pas manqué depuis plu­sieurs années…

Les pre­mières actions concernant Veolia remontent à 2005 et ont conduit en 2007 l’AFPS, rejointe par l’OLP, à intenter un procès à cette société ainsi qu’à Alstom pour sa par­ti­ci­pation à la construction et à l’exploitation du tramway de Jéru­salem. Lequel est un outil direc­tement au service de la colo­ni­sation illégale par l’État d’Israël du ter­ri­toire pales­tinien occupé. Ayant payé le prix fort pour ce procès, en termes finan­ciers comme en enga­gement militant, nous savons que le "D" (comme Dés­in­ves­tis­sement) des actions BDS est un rude combat, que nous avons mené en parallèle avec de nom­breuses orga­ni­sa­tions du monde entier, et dont les résultats finissent par se mani­fester. Et ceci même si les déci­sions de la justice fran­çaise nous ont été défavorables.

Il est temps que les entre­prises fran­çaises, dans leur propre intérêt, prennent au sérieux le risque que leur fait ou ferait courir toute com­plicité avec la poli­tique cri­mi­nelle de colo­ni­sation des ter­ri­toires occupés par Israël. Et le gou­ver­nement français, qui les a mises en garde de manière indi­recte dans les "conseils aux voya­geurs" de son site internet, serait éga­lement bien avisé de prendre position de manière plus directe et plus nette. Le gou­ver­nement ferait aussi preuve de res­pon­sa­bilité en poussant Orange, dont l’Etat est action­naire, à mettre un terme à son par­te­nariat avec Partner qui entache gra­vement l’image de cette entre­prise et l’expose, comme Veolia, à des déconvenues.

Repost 0
Publié par AFPS
commenter cet article
4 octobre 2014 6 04 /10 /octobre /2014 08:04

Le TAFTA/TTIP/GMT et autres traités — TISA (Services), Transpacifique, etc. — c'est aussi la perspective d'un alignement sur le tout-anglais

On peut trouver des arguments dans le rapport Grin, entre autres :

p. 65-66 — L’hégémonie linguistique (…) en faveur de l’anglais serait une fort mauvaise affaire pour la France ainsi que pour tous les États non-anglophones de l’Union européenne, voire au-delà des frontières de l’Union. Pourquoi  ? Parce que cette formule donne lieu à une redistribution des plus inéquitables, à travers cinq canaux qui sont les suivants :

1) une position de quasi-monopole sur les marchés de la traduction et de l’interprétation vers l’anglais, de la rédaction de textes en anglais, de la production de matériel pédagogique pour l’enseignement de l’anglais et de l’enseignement de cette langue ;

2) l’économie de temps et d’argent dans la communication internationale, les locuteurs non-natifs faisant tous l’effort de s’exprimer en anglais et acceptant des messages émis dans cette langue ;

3) l’économie de temps et d’argent pour les anglophones, grâce au fait qu’ils ne font plus guère l’effort d’apprendre d’autres langues ;

4) le rendement de l’investissement, dans d’autres formes de capital humain, des ressources que les anglophones n’ont plus besoin d’investir dans l’apprentissage des langues étrangères ;

5) la position dominante des anglophones dans toute situation de négociation, de concurrence ou de conflit se déroulant en anglais.

L’existence même de ces effets distributifs est peu connue; il faut dire que les travaux qui les signalent (certains effets sont déjà mentionnés, en français, depuis longtemps déjà ; voir par ex. Carr, 1985) sont restés relativement confidentiels. À ce jour, ils n’ont pas fait l’objet d’évaluation détaillée (Grin, 2004a) ; mais les estimations préalables effectuées dans le chapitre 6 indiquent que ces montants se chiffrent en milliards d’Euros annuellement. Dans tout autre domaine de la politique publique, de tels transferts seraient immédiatement dénoncés comme inacceptables.

 Une carte des collectifs anti-TAFTA peut être vue sur : http://stoptafta.fr/?p=8

Repost 0
Publié par Daniel Houguet
commenter cet article
4 octobre 2014 6 04 /10 /octobre /2014 07:56

Dans 24 heures, un baron du pétrole espagnol pourrait devenir notre prochain Commissaire Européen à l’action pour le climat. Nous sommes les seuls à pouvoir stopper cette incroyable nomination!

Il serait complètement absurde de laisser les rênes de la politique européenne en matière d’énergie et de négociations climatiques à quelqu’un que le Sunday Times surnomme "Señor Pétrole". Mais les députés européens peuvent encore rejeter cette nomination. Quelques députés sont prêts à la soutenir en échange de faveurs politiques, mais si les 
progressistes reçoivent un soutien suffisant, ils pourraient mener la charge pour bloquer cette candidature.

Le week-end dernier, nous avons organisé la plus grande mobilisation de l’histoire pour des énergies 100% renouvelables. Continuons sur notre lancée et exigeons qu’un champion du climat soit nommé à ce poste stratégique. L’indignation publique a déjà contraint les députés européens à rejeter au dernier moment des nominations controversées. Cela ne dépend que de nous -- cliquez pour dire NON à Arias Cañete et avertissez tout le monde autour de vous -- notre pétition sera directement remise aux députés européens:


https://secure.avaaz.org/fr/canete_climate_pa_fr/?bqaedbb&v=47200

Le nouveau Commissaire à l'action pour le climat et à l'énergie sera responsable de la mise en place de l’ambitieux programme de réduction des émissions et devra mener l’UE vers une économie verte et décarbonnée. Malgré cela, après des semaines de petits jeux politiques, nos dirigeants ont conclu un accord qui implique que ce poste crucial revienne à l’un des candidats les moins qualifiés.

Cañete est un homme qui entretient des liens étroits avec l’industrie pétrolière. Il a beau avoir vendu ses actions dans deux compagnies pétrolières et clamer sa bonne foi, de sérieux soupçons de conflit d’intérêt subsistent. Non content d’être l’ancien dirigeant de ces compagnies, son fils et son beau-frère y occupent des postes importants! Lors de son passage au Ministère de l’Environnement espagnol, il s’est distingué par l’autorisation d’exploiter du pétrole au large des Îles Canaries. Ce simple fait devrait invalider sa candidature et comme si cela ne suffisait pas, il s’est fait remarqué par son sexisme pendant les dernières élections européennes.

Heureusement, il y a une dernière épreuve que M. Cañete doit franchir: dans 24 heures, il devra se présenter lors de deux auditions difficiles à Bruxelles. Si ces dernières se soldent par une opinion négative, le Président de la Commission Juncker devra revoir l’accord qu’il a passé et trouver un meilleur candidat pour ce poste. Selon les experts, les leaders des grands partis redoutent les changements, mais si le comité se sent suffisamment en confiance pour rejeter la candidature de Cañete, Juncker pourrait être forcé de redistribuer les postes ou de demander au gouvernement espagnol de présenter un nouveau candidat.

En 2004, à la suite d’une vague de protestation, les députés européens avaient utilisés leur pouvoir pour annuler la candidature de l’ultra-conservateur Rocco Buttiglione au poste de Commissaire chargé de la Justice. Les députés progressistes sont prêts à monter au créneau, mais ils ont besoin du mandat de centaines de milliers d’entre nous aux quatre coins de l’Europe pour agir. Nous avons seulement 24 heures -- signez maintenant, partagez tout autour de vous et nos voix seront remises directement au Parlement:


https://secure.avaaz.org/fr/canete_climate_pa_fr/?bqaedbb&v=47200

La semaine dernière, 675 000 personnes ont participé à 2000 évènements partout dans le monde à l’occasion de la Marche des Citoyens pour le Climat, et nous avons réussi à attirer l’attention de nos dirigeants. Nous savons que l’ambition et le leadership de l’Europe sont cruciaux pour obtenir l’accord dont nous avons besoin pour sauver la planète. Nous ne pouvons pas laisser la politique de l’UE en matière de climat entre les mains de quelqu’un dont les intérêts sont en complète contradiction avec tout ce pour quoi nous travaillons, et avec ce que les scientifiques nous disent. Exigeons un leadership sans faille pour s’attaquer à la plus grande crise de notre époque!

Repost 0
Publié par Avaaz
commenter cet article
4 octobre 2014 6 04 /10 /octobre /2014 07:54

Chers ami(e)s de la forêt tropicale,
 

90% des papillons Monarques ont disparu au cours des 20 dernières années en Amérique du Nord. La cause principale de leur disparition brutale est l’agriculture industrielle et ses pesticides, avec en tête la multinationale Monsanto, ses OGM et son herbicide total Roundup.

Pour empêcher ce qui est inévitable en l’état actuel des choses, des organisations non gouvernementales et des scientifiques américains se sont unis pour demander aux autorités fédérales de protéger le papillon Monarque comme ce qu’il est : une espèce menacée d’extinction.

Joignons-nous à la campagne pour la protection du papillon Monarque :

PÉTITION  
Repost 0
Publié par Sylvain Harmat
commenter cet article