Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 mai 2014 6 03 /05 /mai /2014 08:07

54 personnes ont été tuées aujourd’hui en Syrie. Des innocents qui n’ont rien demandé. Des civils qui ont le tort de ne pas rejoindre les terroristes soutenus par l’Occident. Est-ce la colère parce que le président syrien Bachar al-Assad a déclaré sa candidature à la présidentielle du 3 juin prochain et que c’est sûr qu’il gagnera ? 

Deux attentats ont donc eu lieu, l’un à Damas, et l’autre à Homs. Sur les 54 personnes tuées, on compte quelques enfants. C’est Homs qui paye un lourd tribut de cette lâcheté, avec 50 tués… En effet, les terroristes, qui savent qu’ils ont perdu la ville, tentent un sursaut, pas pour la reprendre mais pour faire peur.

Il ne faut pas se mentir, ces lâches vont chercher à semer la terreur avant, pendant et après les élections du 3 juin prochain. Ils prendront les risques les plus fous, pour faire croire qu’ils sont encore présents. mais, cette violence gratuite est bien la preuve de leur échec. malgré les moyens, voilà trois ans qu’ils n’arrivent pas à prendre la Syrie.

Repost 0
Publié par Allain Jules
commenter cet article
3 mai 2014 6 03 /05 /mai /2014 07:57

 

 

Vous le savez sûrement, il existe dans le Pacifique Nord, entre Hawaï et la Californie, un « septième continent », un immense espace de 3,5 millions de km2 de déchets en plastique [1]. C’est 6 fois la surface de la France et plus de 100 fois celle de la Belgique ! Et ce continent, observé pour la première fois en 1997, ne cesse de croître. Des experts ont même considéré que le traitement d’une telle masse de déchets est quasi impossible (trop cher et trop risqué). Il faudrait donc attendre que les plastiques se désagrègent, ce qui prendra entre 500 et 1000 ans minimum. Même si de nouvelles découvertes viennent bouleverser les médecines naturelles et nous permettent de vivre plus vieux, je n’en verrai pas la fin. Et vous non plus, ni vos enfants ou vos petits-enfants.

Si vous habitez loin du Pacifique et que ce problème vous semble étranger, sachez que les autres mers ne sont pas en reste. En méditerranée, on compterait près de 250 milliards de micro-plastiques tandis que, selon Greenpeace, à l'échelle de la Terre, environ 1 million d'oiseaux et 100 000 mammifères marins meurent chaque année de l'ingestion de plastiques. Irrémédiablement, ces plastiques se retrouvent dans nos assiettes : ingurgités par les petits poissons qui les prennent pour du plancton, ils finissent dans le ventre des gros que nous pêchons avant de les mettre dans nos assiettes.

Une piste ingénieuse

Contre ce désastre, des ingénieurs américains ont développé une piste intéressante. Ils ont trouvé un moyen de transformer des sacs plastique en carburant, notamment en « biodiesels » ou en gaz naturel. L’étude a été menée par le Centre de Technologie Durable de l’Illinois (Illinois Sustainable Technology Center). Selon les chercheurs, l’opération produit bien plus d’énergie qu’elle n’en coûte et permet de recycler 80 % des produits concernés, qu’il s’agisse de sacs plastique, d’emballages ou d’autres plastiques domestiques.

Rien qu’aux Etats-Unis, selon l’agence de protection de l’environnement, 100 milliards de sacs plastique sont jetés tous les ans et 13 % seulement sont recyclés. Le reste est jeté dans des décharges ou dans la nature et ils finissent dans les lacs et les rivières. L’étude menée par le ISTC est donc une excellente nouvelle puisque, si elle est suivie d’effet, on recyclera tous les ans des milliards de sacs plastique pour en tirer de l’énergie. Tant mieux ! Cela permettra peut-être de limiter la croissance de l'effroyable 7e continent.


PS : L'IPSN organise le 5 mai à Lyon, à 19 heures, une conférence sur le thème : logique  émotionnelle et santé naturelle "accueillir et décoder ses émotions, les messages du corps" donnée par Didier Bouckaert, psycho-praticien et formateur en logique émotionnelle.
Vous pouvez vous inscrire en lui écrivant à:
didier.bouckaert@sfr.fr

Lieu : salle Coquelicot, 47 rue Royale, Lyon 4e (Ecole Lyonnaise des Plantes). Attention le nombre de place est très limité. Prix de l'entrée : 15 €. La priorité est donnée aux personnes inscrites par mail.

Source

[1] www.notre-planete.info

Repost 0
Publié par Augustin de Livois
commenter cet article
3 mai 2014 6 03 /05 /mai /2014 07:54

Les news Avril 2014

Les dessins de Burki d’Avril 2014 :  

http://chansonrebelle.com/dessins-de-burki/burki-avril-2014.html

Festival Aubercail, 8ème édition :

http://chansonrebelle.com/spectacles-festivals/festival-aubercail-8eme-edition.html

Deuxième courrier à M. Orier Directeur général de la création artistique Ministère de la culture et de la communication :

http://chansonrebelle.com/coups-de-gueule/courrier-a-mr.-orier.html

Natasha Bezriche censurée pour un spectacle programmé par les Anartistes Léo Ferré est-il encore un démon pour les politiques ?  :

http://chansonrebelle.com/coups-de-gueule/natascha-bezriche-censuree.html

Les intermittents du spectacle prennent en otage le JT d’Antenne2 le 8 avril à 20 heures :

http://chansonrebelle.com/coups-de-gueule/intervention-des-intermittents-du-spectacle-au-jt.html

40ème anniversaire de la Révolution des Œillets au Portugal :

http://chansonrebelle.com/spectacles-festivals/-la-revolution-des-oeillets-au-portugal-a-40-ans.html

Mireille Rivat chante Ferrat :

http://chansonrebelle.com/spectacles-festivals/mireille-rivat-chante-ferrat.html

Une pièce de théâtre «La chambre à jazz» de Dominique Branier :

http://chansonrebelle.com/spectacles-festivals/la-chambre-a-jazz.html

Dominique Cista «Portes éphémères», un album à absolument écouter :

http://chansonrebelle.com/parutions-cd-/-livres/dominique-cista-portes-ephemeres.html

Festival «Festiv’ en marche» :

http://chansonrebelle.com/spectacles-festivals/festiv-en-marche.html

 

Repost 0
Publié par Gérard Gorsse
commenter cet article
27 avril 2014 7 27 /04 /avril /2014 10:36

Ce matin, sur le coup de 6 heures, heure où la sonnerie de ma casemate personnelle retentit, nous invitant à cirer la semelle de nos chaussures et à nous positionner devant le drapeau, au garde-à-vous, et sur notre quant-à-soi, impeccables, l’œil toujours fixé sur la ligne bleue des Vosges, même si c’est un symbole dépassé. Donc, j’allume mon ordinateur et je suis frappé par une nouvelle fracassante : « La fête dégénère ! »…

Mais c’est seulement une publicité pour un film ! Hélas ! Encore une fois, on aura été privé du meilleur de l’actualité ! Car il est dans la nature de la fête, de dégénérer. Et sous la forme d’une guerre ! Ah putain ! Vous pourriez vous instruire. En lisant Roger Caillois par exemple, « l’Homme et le sacré ». L’auteur, un des plus perspicaces anthropologues du siècle dernier, y montre que la fête et la guerre sont de même nature : on y transgresse des interdits. Dans le cas de la guerre, l’interdit du meurtre. Lequel d’ailleurs est en train de tomber, dans les lycées états-uniens, ainsi qu’un fait divers récent l’a montré. Ce précurseur des guerres de l’avenir a étalé un de ses congénères et en a blessé grièvement dix-neuf ! Un beau début de formation militaire, mais on ne comprend rien sans un minimum de théorie.

Donc, Roger nous montre ce qui ne nous fait pas plaisir. Que la guerre est dans la nature de l’homme. Roger (Caillois) n’est pas n’importe qui. Je vous donne quelques titres de chapitres ? Je proposais bien ces textes à des élèves de 1ère ! Il est vrai qu’ils appartenaient à la race des berrichons, race éminemment supérieure puisqu’elle a donné à la France, Pierre-Valentin Berthier, Louis Lecoin, Thérèse Collet, et, sur le tard, Marius Jacob. Sans compter Romain Guignard, qui a sauvé Gaston Couté de l’oubli ! Nous sommes le peuple élu ! Nous sommes les juifs authentiques ! Tous les autres sont des imposteurs.

Bon, je vous sens impatients. Voici la thèse de Caillois. Nous aimons transgresser les interdits ! C’est évident lors des fêtes. Beaucoup de gens refusent de croire que la guerre est le prolongement naturel de la fête. « C’est le temps de l’excès, de la violence, de l’outrage ». On entre enfin dans la « joie de la destruction », dans le temps du « grand gaspillage », sacrilège suprême. Ca n’empêche pas de rester pacifiste ! Pour le principe !

Or, cette observation avait été montrée par Emmanuel Leroy-Ladurie, et principalement dans « Le carnaval de Romans » mais aussi dans « Montaillou village occitan »… C’était deux sérieux avertissements.

Et voilà que les femmes s’y mettent. Elles gémissent qu’il y aurait des « violences dans l’armée ». La belle affaire ! Et la belle découverte aussi !... Alors pourquoi se sont-elles engagées dans cette profession de tueuses en séries ? De violeuses à tours de bras ? Rien, dans la loi française, ne les contraignait à envisager cette activité. Elles ont ce qu’elles méritent. J’ai déjà suggéré que l’on entraîne le personnel féminin de l’Armée française, à la vraie guerre. Elles ne veulent rien entendre ! Pourtant, c’est le moment ou jamais ! Profitons du centenaire de la guerre de 14, pour respecter enfin la parité !

Recommençons enfin la Première Guerre Mondiale, avec uniquement des femmes. Qu’on rétablisse la mobilisation générale, au moins une fois ! Qu’un garde champêtre passe dans tous les villages de France, dans tous les quartiers, et on verra enfin si la femme est l’égale de l’homme. Après tout, on a déjà eu une femme comme Ministre des Armées.

Les hommes resteront à l’arrière. Ils prépareront des petits plats pour leurs femmes poilues ! Ah ! Ils souffriront de l’absence, de la solitude… Ils conduiront les enfants à l’école, ils iront faire des prières à l’église. Ils gémiront, en fabriquant des obus. Ils seront l’objet de chansons populaires, comme l’était la Grosse Bertha, la Madelon. Il suffira de changer les prénoms. Plus tard, lors de la seconde guerre dite improprement mondiale (à ma connaissance, ni les Inuits, ni les Pygmées, ni les aborigènes de Nouvelle Zélande n’ont participé à ce carnage patriotique) les hommes iront faire sécher leur linge sur la ligne Siegfried. A condition que leurs femmes aient dégagé le terrain.

J’étais parti pour engager une réflexion philosophique sur le phénomène de la guerre.  Et je sens bien que les plus en pointe des féministes ne m’approuvent que très mollement. Les féministes en pointe, ou plus exactement en casques à pointe !

Repost 0
Publié par Rolland Hénault
commenter cet article
27 avril 2014 7 27 /04 /avril /2014 10:23

Deux mille militaires français sont déployés en République centrafricaine dans le cadre de l’opération Sangaris lancée le 5 décembre dernier.  Des soldats qui sont de plus en plus nombreux à faire remonter des récits parfois sidérants sur leurs conditions de vie et l’état de leur matériel sur place. C’est sur Internet que ces militaires font entendre leur grogne. Morts ou salaires impayés. La France, qui a un grand nombre de jihasidtes en Syrie payent aussi des libérations via la Turquie.

L’information de la mort de 4 soldats français est classée top secret défense par les autorités centrafricaines et le commandement des forces Sangaris à Bangui. C’est le site centrafricain Kangbi-Ndara.oubangui.net qui révèle l’information recoupée par deux sources concordantes proches des opérations militaires. Cet incident a eu lieu dans la ville de Grimari (Centre-est). Les familles auraient été informées et priées de garder le silence. 

Dans le même registre, le magazine allemand Focus a révélé que la France des discours n’est pas celle des actes. En effet, les 4 otages français, prisonniers des terroristes, ont été libérés en Syrie après sue la France ait payé une rançon. Le journal allemand ne s’embarrasse pas du conditionnel. Et sachant le sérieux de la presse mainstream allemande aux antipodes des la française, je vous laisse seuls juges. Voici ce que le journal FOCUS (article payant) dit :

Pendant dix mois, ils ont été retenus prisonniers en Syrie dans un cachot à Alep et torturés. Maintenant, le gouvernement français a obtenu la libération des quatre journalistes enlevés et embastillés par des islamistes. Le prix de cette libération est très élevé d’après  les informations obtenues par FOCUS. Le gouvernement français a payé pour la libération de quatre journalistes enlevés en Syrie, une rançon de 18 millions de dollars. FOCUS a obtenu ces informations dans les cercles de l’OTAN à Bruxelles, en Belgique.

On apprend que la Turquie était en relation directe avec ces groupes terroristes. C’est sans surprise. Pire, on apprend aussi que la France avait une géolocalisation précise de l’endroit où ces 4 confrères se trouvaient en Syrie. Cherchez l’erreur. Encore plus terrible, pour garder le secret indique FOCUS, le porteur de billes était le ministre de la Défense, Jran-Yves Le Drian en personne.

Des confirmations que la Syrie est victime d’un complot ourdi par l’internationale terroriste, c’est à dire les Gouvernements occidentaux et, bien sûr, les monarchies du Golfe. Que cette histoire vous ouvre les yeux sur la vraie nature de ces gens qui accusent les autres de ce qu’ils sont. Ils sous-traîtrent honteusement la mort loin de chez eux. Mais, attention au retour de bâton avec les jeunes jihadistes qui ont désormais l’expertise du coup de feu…

Repost 0
Publié par Allain Jules
commenter cet article
27 avril 2014 7 27 /04 /avril /2014 10:06
Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
27 avril 2014 7 27 /04 /avril /2014 09:58

festiv

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
27 avril 2014 7 27 /04 /avril /2014 09:55

omme certains d’entre vous le savent déjà, c’est le 3 mai prochain, c'est-à-dire dans quelques jours, que sera donné le nom de notre ami au petit square jouxtant le Centre Culturel Albert Camus d’Issoudun, tout près de sa maison natale.

 

C’est l’aboutissement d’une démarche faite l’an passé auprès de la municipalité par un collectif d’amis et camarades, évidemment plus soucieux de faire connaître les engagements et le talent de  « PVB » auprès de ses plus jeunes concitoyens (qui ignorent tout de lui et ont bien besoin d’un peu de bonne parole), que de lui faire organiser une cérémonie officielle, aussi brève soit-elle.

 

Vous allez même recevoir par poste une belle invitation de la commune d’Issoudun, mais pour des raisons « réglementaires » dignes de Clochemerle, elle ne partira, nous dit-on, que demain samedi.

 

Aspects pratiques à l’attention de ceux et celles qui souhaiteraient venir le 3 mai :

 

-          Nous pouvons vous envoyer, si vous le souhaitez, un petit plan d’accès (oubliez le train : sauf erreur, rien ne colle à l’horaire).

-          Le ruban sera coupé à 11 heures. Tout le monde sera ensuite convié à un vin d’honneur à la médiathèque, juste à côté, où sera présentée une petite exposition dédiée à PVB (journaux pacifistes et libertaires, livres, photos, documents divers, etc).

-          si vous souhaitez que nous déjeunions ensuite ensemble dans un restaurant de la ville, nous pouvons réserver pour un groupe et négocier un forfait repas convenable.

Merci à ceux que cette proposition intéresse de nous en informer très vite par mail :

( blg.prod@wanadoo.fr )

Important : précisez, le cas échéant, quel sont vos préférences alimentaires et surtout ce que vous voulez éviter. Un menu végétarien peut être prévu pour ceux qui le demandent.

 

En espérant vous retrouver à Issoudun,

Bien cordialement,

Repost 0
Publié par Les « Amis de PVB »
commenter cet article
27 avril 2014 7 27 /04 /avril /2014 09:52

Aujourd’hui, c’est sur l’oeuvre de Jacques Tardi que nous voulons braquer le projecteur de notre attention. Jacques Tardi, que les membres de l’Intelligenz CIA française considèrent, même quand ils aiment ses albums et lui reconnaissent du talent, comme un simple auteur de « BD » – autant dire simple d’esprit fournissant leur pitance d’images à d’autres simples d’esprit -, Jacques Tardi, n’hésitons pas à le proclamer même en l’absence du roulement de tambour congru, est un des plus grands rectificateurs du passé de notre époque amnésique. »

Les dessins qu’il a réalisés sur les hommes impliqués dans la « Grande guerre », par exemple (Putain de guerre ! 1914-1915-1916 ; 1917-1918-1919) vont bien sûr à l’encontre des images aseptisées et mensongères de la propagande de l’époque – qui a continué longtemps après : Verdun, visions d’histoire, un film tourné en 1928 par un certain Léon Poirier sur les lieux des combats et avec certains acteurs qui y avaient participé – dont Pétain – , donne l’impression que l’armistice a été signé fin 1916 -, mais ils rectifient aussi le discours historique et statistique d’aujourd’hui qui, si exact et nécessaire puisse-t-il être, ignore les visions individuelles de cette expérience collective tour à tour ou simultanément exaltante, stupidifiante, ennuyeuse, sordide, mortifiante, terrifiante, atrocement ironique, mortelle, et quelquefois même pas. Toute cette époque tragique est bien en-deçà du dicible – beaucoup des survivants de cette guerre n’ont jamais réussi à en parler -, mais les langages de l’indicible, dont le dessin peut faire partie, peuvent l’approcher d’un peu moins loin qu’il n’est coutume. On peut s’arrêter, par exemple, sur les images insupportables des « gueules cassées », trouées abominablement, visages ôtés de leur humanité en comparaison desquels le ricanement éternel de Gwynplaine semble une bien douce condamnation, comme on peut s’arrêter sur ces dessins de photos de soldats dont Tardi a essayé d’imaginer les destins et les pensées. Pourquoi revenir à ces vies brisées, soustraites de leur avenir ? Le plaisir douteux de la consternation ? Peut-être. Pas pour apprendre quoi que ce soit, en tout cas : cette curiosité est finale.

Lire l'article


Repost 0
Publié par Etienne Cornevin
commenter cet article
19 avril 2014 6 19 /04 /avril /2014 10:23

Nous prenons acte de la nouvelle législation qui reconnaît enfin la sensibilité des animaux à la souffrance. Il était temps, depuis des siècles de génocide animal.

Toutefois, cette législation nouvelle nous semble insuffisante. Elle ne concerne pas, en effet, les bêtes de la scène politique. Lesquels devraient être mieux protégés.
En effet, la nouvelle loi ne dit rien en ce qui concerne les éléphants du Parti Socialiste, les jeunes loups de l’U.M.P. Et je ne parle pas des minettes qui sont les animaux familiers de ces dangereux plantigrades. Ni des vieilles chattes qui portent sur leur museau toute leur dangerosité. Même sort pour les chiennes de ces bêtes sauvages. A la niche ! La question qui se pose, et qui n’a pas été définie, est pourtant essentielle. Durant quelle période le droit de chasse pour ces nuisibles est-il limité ?
Nous avons une solution, qui consiste à interdire toute battue aux ministres, aux députés et sénateurs, et, d’une façon générale, à tous ceux qui ont une responsabilité dans l’accablement de l’être humain. Solution qui tient compte d’une éthique, ou, si l’on préfère, d’une déontologie. Voici mon plan de sauvetage, que je soumets au peuple souverain.
Tout d’abord, la période de battue autorisée pour ces nuisibles doit être limitée très strictement. Disons qu’elle sera autorisée entre le 1er janvier et le 31 décembre. Pas question de chasse en dehors de cette période.
Boris Vian envisageait le génocide. Je le suivrais volontiers mais les catholiques vont encore pleurnicher ! Et les catholiques, quand ils pleurnichent, ça fait un sacré boucan Voyez la Boutin ! Et les couinements de la petite Belkacem…Une chatte de gouttière. Sans compter les fameux chevaux de retour, et les grosses vaches qui meuglent à la télévision.
J’ai une autre solution, pour les âmes sensibles. Il s’agit d’un plan de domestication de tous ces bestiaux qui encombrent nos voies de circulation. Il est possible d’aménager une « Société Protectrice des Animaux politiques ». On entoure un espace inutile (je pense au département de la Lozère, mais je suis ouvert à toute autre proposition…) d’un grillage solide. On dispose des CRS en armes pour les éventuels fuyards. Et, surtout on les nourrit au fourrage et aux granulés, avec beaucoup de bromure pour les agresseurs sexuels. On leur fournit des petits travaux, comme on en fournit aux détenus des prisons. Qu’ils balaient les couloirs, qu’ils entretiennent les pelouses, et qu’ils obtiennent le salaire habituel de tous les détenus. Soit 250 euros par mois.
 Et qu’ils vivent ainsi, à perpétuité. Je parle de la perpétuité réelle, bien entendu.
Car, contrairement à ce qu’on imagine, ces animaux-là souffrent comme les êtres humains. Même les gros porcs et le vieilles treues ? Même les gros porcs et les vieilles truies ! Tous, ils disposent d’un système nerveux. Tous, ils sont sensibles. Même si ça ne se voit pas de l’extérieur. Respectons leur sensibilité aux SDF, aux deux milliards de crève la faim, aux peuples opprimés. Mais il est grand temps de les mettre hors d’état de nuire, en dépit des attentions touchantes qu’ils manifestent envers les plus pauvres.
Repost 0
Publié par Rolland Hénault
commenter cet article