Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 mars 2016 6 19 /03 /mars /2016 10:20

C'est un document pour le moins embarrassant qu'a dévoilé le Journal de l'énergie. Le journal s'est en effet procuré une note interne d'EDF indiquant clairement que les générateurs diesels, dont le but est de fournir une source d'énergie alternative dans une centrale nucléaire, sont dans un état «dégradé». Or, ces installations sont absolument capitales: ce sont elles qui assurent le fonctionnement des éléments vitaux d'une centrale nucléaire (avec, en principe, une autonomie de quinze jours) en cas de problème. Preuve de leur importance considérable: l'accident nucléaire de Fukushima s'est produit notamment car des générateurs de ce type ont été noyés par le tsunami. Ils n'ont alors pas pu alimenter efficacement le système de refroidissement de combustible qui s'est mis à chauffer jusqu'à l'explosion. Or, à la lecture de cette note, il n'est nul besoin d'une vague de vingt mètres de haut pour les rendre hors service, car certains ne seraient plus très loin de cet état.

Aucun générateur dans un état «correct»

Selon la note interne en effet, sur l'ensemble de la revue de l'année 2014, le nombre de ces générateurs classés dans la catégorie «correct» est de… zéro. Il n'y en a tout simplement aucun qui présente un état de fonctionnement pleinement satisfaisant. Et 13,2% sont dans une situation qu'EDF elle-même juge «inacceptable». Les autres se partagent équitablement entre les catégories «à surveiller» et «dégradés». Sont soulignées notamment des «fuites d'air», «d'huile» et même «de carburant».

Interrogée par Le Parisien ce mercredi, l'Autorité de sûreté nucléaire admet pudiquement qu'EDF «a des progrès à faire» sur la question de l'état de ses générateurs. Si Ségolène Royal, la ministre de l'Environnement, veut réellement prolonger de dix ans la durée de ces centrales, ces générateurs qui ne tiendront sans doute pas ce délai sans une sérieuse maintenance, pourraient représenter un obstacle particulièrement épineux.

Source

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
12 mars 2016 6 12 /03 /mars /2016 10:04

Je me souviens de mon grand-père quand il avait refusé de se laver les pieds.

Au début, on lui avait fait des remarques désobligeantes et très vite, on lui avait donné des conseils.

Mais mon grand-père refusait avec un tel entêtement que, très vite, on cessa de le harceler. Et finalement on lui a foutu la paix avec cette histoire de pieds. Mieux même, il devint célèbre dans un rayon de 300 kilomètres.

Au moins.

On disait, dans un rayon de 300 kilomètres autour de mon grand-père :

-« … tu connais Alphonse, le grand-père qui ne s’est jamais lavé les pieds ?... »

Et on l’admirait, Alphonse, à cause de ce détail dans les habitudes de l’hygiène corporelle. Car, finalement, ce n’est qu’un détail.

Et un détail, qui, non seulement l’avait rendu célèbre, mais qui semblait le maintenir en vie plus longtemps que ses contemporains. En effet, on le vit passer le cap des cent ans, et toujours on ne le décidait pas à se laver les pieds. Il répondait avec beaucoup de logique :

-« … j’ai passé les cent dix ans et vous, vous rendez la main bien plus tôt que moi… vous rendez l’âme à 75 ans, à 90 ans… et moi je tiens encore le coup et me voilà à plus de cent dix ans… cent trente exactement… »

Vous voyez je ne vous raconte pas des histoires… C’est lui-même qui a répondu. Lui-même en personne, Alphonse, mon grand-père…

Je me permets une anecdote plaisante pour illustrer mon propos ?… oui, vous êtes d’accord, la preuve vous n’avez pas protesté. Alors allons-y pour l’anecdote plaisante. Vous ne le regretterez pas…

Un jour, mon grand père était allé chez le médecin. Il avait un ongle incarné (ne le racontez pas, s’il savait que je raconte ses maladies, mon grand père serait vexé).

Je me souviens que c’était au pied droit qu’il avait l’ongle incarné.

Attendez, c’est pas fini !

Alors mon grand père, il a refusé de se laver le pied gauche.

Arrivé chez le médecin, il lui a dit : « c’est le pied droit… »

Et comme le médecin prétendait lui examiner les deux pieds, il avait eu cette réponse, qui est restée célèbre dans un rayon de trois cents kilomètres. La voilà, la réponse :

-« …le pied gauche, t’as pas le droit… je suis un homme libre… je suis pas allé à Vannes, à Poitiers ni à Verdun pour me laisser emmerder par un trou du cul comme toi »…

Et c’est vrai qu’il l’avait, sa fierté, mon grand-père Alphonse.

Ce que j’admire dans l’argumentaire de mon grand-père Alphonse, c’est la pertinence de son raisonnement. En effet, la supériorité d’Alphonse est indiscutable puisqu’il est allé à Vannes, à Poitiers et à Verdun.

Personne ne pourra plus jamais aller à Verdun, dans les conditions où mon grand-père s’y est trouvé. Ou alors il faudrait réactiver une guerre mondiale et, en dépit des moyens techniques qui sont maintenant à notre disposition, et même si ça paraît facile, du point de vue de la technologie, il faudrait également trouver des volontaires pour la guerre de tranchées.

Or, les hommes sont devenus douillets.

Les médecins eux-mêmes n’expérimentent pas les blessures qu’ils sont appelés à soigner.

Donc, Alphonse a raison de mépriser les médecins.

Alphonse impose sa loi aux médecins !

Qui oserait, en 2014, le contredire ? A une époque où les médecins sont devenus des femmelettes qui, la nuit notamment, redoutent la présence de l’arabe dans les cités.

Alphonse était un chevalier sans peur. Il ne redoutait ni l’arabe, ni le boche.

Repost 0
Publié par ROLLAND HENAULT
commenter cet article
12 mars 2016 6 12 /03 /mars /2016 09:55

- Le groupe Bolloré, qui est actionnaire majoritaire de Vivendi Universal, ainsi que propriétaire de l’institut de sondage CSA, de l’agence de communication et de publicité Havas et du quotidien gratuit Direct Matin (réalisé en collaboration avec Le Monde), est un immense conglomérat, très présent sur le continent africain, dont les activités vont des transports et logistique à la gestion de plantations en passant par les industries du papier, du plastique et des composants pour automobiles ainsi que la finance.

- Le groupe Lagardère Active est essentiellement un groupe de médias très diversifié (de l’édition avec Hachette France à l’audiovisuel avec Europe 1 ou encore Gully en passant par le site Internet doctissimo.fr…), mais possède également une filiale spécialisée dans le sport et « l’entertainment » (représentation de joueurs ou d’artistes, organisation d’événements, exploitation de salles, etc.) et une autre dans le « travel retail » (qui semble être l’anglicisme pour « exploitation de boutiques de gares et d’aéroports »).

- Le groupe Bouygues (membre du CAC 40), qui contrôle le groupe TF1, lui-même propriétaire de Métronews, détient l’entreprise de télécoms du même nom, mais ses activités principales sont l’immobilier et la construction.

- Le groupe Altice, dirigé par Patrick Drahi, devenu en quelques mois propriétaire de Libération, de l’ancien groupe Express-Roularta, ainsi qu’actionnaire et futur propriétaire de NextRadioTV, est une multinationale des télécommunications, propriétaire en France de SFR-Numéricâble.

- Le groupe Dassault, propriétaire du groupe Figaro, a pour autre filiale la multinationale de l’aéronautique et de l’armement Dassault Aviation (entre autres).

- Les détenteurs du groupe Le Monde (Le Monde, Huffington Post, Télérama, Courrier international entre autres) et de L’Obs (qui a racheté Rue89 en octobre 2014) sont Pierre Bergé, Matthieu Pigasse (par ailleurs propriétaire des Inrocks et de Radio Nova) et Xavier Niel. Le premier est un homme d’affaires et entrepreneur dans le secteur de la mode et du luxe. Le deuxième est un ancien directeur adjoint de cabinet ministériel du parti socialiste (aux cabinets de Dominique Strauss-Kahn puis de Laurent Fabius dans les gouvernements Jospin) devenu banquier d’affaires et membre de plusieurs conseils d’administration (par exemple celui de l’entreprise d’hôtellerie de luxe et casinos Lucien Barrière). Le troisième est PDG d’une autre entreprise de télécoms, Iliad, maison mère de Free.

- Le groupe LVMH, dirigé par Bernard Arnault, qui détient le groupe Les Echos et Le Parisien/Aujourd’hui en France, est un groupe d’une soixantaine de marques de produits de luxe.

- Le groupe Amaury, propriétaire du groupe L’Equipe et de France Football, est aussi, via ses autres filiales, organisateur d’événements sportifs (comme le Tour de France ou le Dakar) et consultant en marketing sportif.

- La holding Artemis de François Pinault (également membre du CAC 40), qui possède Le Point, fait partie des leaders mondiaux de l’industrie de la mode et du luxe.

- Le groupe Bertelsmann France, filiale du groupe allemand du même nom, semble être le seul à avoir toute son activité dans le monde des médias … mais quelle activité : RTL, M6, W9, Paris Première, Prisma Média (Capital, Télé Loisir, VSD, Géo, Femme actuelle…) lui appartiennent.

Source

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
12 mars 2016 6 12 /03 /mars /2016 09:51

Les manifestations du mardi 9 mars seront un moment dans une mobilisation qui s’annonce de longue durée. Cette mobilisation est appelée à changer la donne politique. Le gouvernement, qu’il s’agisse de Manuel Valls, de François Hollande ou de la Ministre du Travail, Myriam El Khomri, s’est mis de lui-même dans une situation sans issue. Qu’il persiste, et le mouvement prendra de l’ampleur. Nul ne peut savoir s’il atteindra les sommets de mobilisation du mouvement contre le CPE (Contrat Premier Embauche), mais cette mobilisation sonnera le glas de toute candidature issue du parti « socialiste » à l’élection présidentielle de 2017. Qu’il cède, et retire son projet, et nos gouvernants se verront discrédités dans les yeux de ce centre-droit auquel ils ne cessent de faire des avances, de lancer des oeillades. Ici encore, ils pourront tirer un trait définitif sur toute candidature issue de la matrice du P « S ». Politiquement, ceci est un véritable désastre.

Un désastre volontaire ou le paradoxe de l’Euro

Pourquoi donc le gouvernement, et le Président, se sont-ils donc mis dans une telle situation désastreuse à plus d’un titre ? La réponse tient en quelques mots : leur attachement fanatique en l’Euro et, au-delà, en une Union européenne dont il est aujourd’hui évident qu’elle est à bout de souffle et qu’elle a épuisé tout son potentiel, si tant est qu’elle en ait jamais eu. Le rôle de l’Euro dans cette mascarade que l’on appelle la « loi Travail » est évident. Tous les manuels de macroéconomie disent que quand on ne peut plus user de la flexibilité du taux de change, ce sont les salaires qui doivent devenir flexibles, autrement dit c’est sur les salaires que portera l’essentiel de l’ajustement. Et c’est très précisément ce qu’organise cette loi. On voit bien qu’en fragilisant toujours plus la situation des salariés dans l’entreprise, elle aboutira à faire baisser les salaires des plus fragiles, c’est à dire des plus démunis. La destruction du Droit du Travail est un préalable à cela, et une fois ce Droit démantelé rien ne s’opposera plus à la baisse des salaires, et par conséquence à l’augmentation des « travailleurs pauvres » comme en Allemagne aujourd’hui.

Dire que tout ceci est fait pour permettre un meilleur accès à l’emploi est un énorme mensonge et, si nos gouvernants étaient similaires à Pinocchio leurs nez traverseraient les murs des palais de la République. Un chef d’entreprise n’embauche que s’il a des possibilités d’accroître son volume de production, et s’il pense que cet accroissement sera (relativement) durable. C’est par la demande et non par l’offre que l’on s’attaque à la question du chômage en période de déflation.

​Lire l'article

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
12 mars 2016 6 12 /03 /mars /2016 09:47

Salut...

ces quelques liens ... qui me semble intéressants:

Un argumentaire bien fouillé sur les véritables causes du dereglement climatique qui ne plait pas du tout aux eleveurs industriels et autres .....

https://www.youtube.com/watch?v=N4VvyiSrNO0

et pour ceux qui aiment les gens debouts :

http://jeluttedoncjesuis.net/

http://jaiundoute.com/dossiers/12/2011/de-la-servitude-moderne/

Banzai !

***********************************************

Bonjour à tous

La Puisaye, c'est le pays de Colette et c'est seulement à deux heures de Paris!

On peut s'y garer facilement, les parcmètres n'y existent pas et on y boit du Bourgogne.

Tou t cela dans un magnifique village qui s' appelle MOUTIERS EN PUISAYE et dont l' église offre de magnifiques peintures murales

Alors, l' Anart Scène a décidé de s'y installer et de proposer des concerts, des conférences, des expositions...

Voilà quelques dates:

samedi 26 mars à 20 H: Alain AURENCHE

samedi 2 avril à 17 H : projection d'un film sur la guerre d' Espagne

samedi 30 avril à 20 H : Marc HAVET avec Christophe CHAPLET en 1ère partie

Dimanche 15 mai: Poterie de la Batisse: Journées portes ouvertes avec

Vania Adrien SENS à l'orgue de barbarie et un salon du livre.

samedi 4 juin à 20 h : Nathalie SOLENCE

samedi 17 septembre à 20 h : Francesca SOLLEVILLE

Du 3 au 18 septembre: exposition des peintures de Louis de GRANDMAISON

Pour en savoir plus, cliquez ici: le Blog de l' Anart Scène

Alors, à très bientôt

***************************************************************

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
12 mars 2016 6 12 /03 /mars /2016 09:43

Les eurodéputés ont vivement critiqué mercredi l'accord de principe conclu entre l'UE et la Turquie, accusant les dirigeants européens d'avoir "cédé au chantage" d'Ankara en échange de son aide pour gérer la crise migratoire.

De la droite à la gauche, des Verts aux populistes eurosceptiques, nombre de parlementaires ont tiré à boulets rouges sur le projet d'accord avec la Turquie, agréé à l'issue d'un sommet extraordinaire dans la nuit de lundi à mardi à Bruxelles, et les "marchandages" qui l'ont accompagné.

"Ce que nous faisons, c'est donner les clés des portes de l'Europe au sultan Erdogan. Je trouve ça hautement problématique", a résumé le chef de file des élus libéraux Guy Verhofstadt, lors d'un long débat animé dans l'hémicycle strasbourgeois.

Les dirigeants européens se sont donné jusqu'au sommet prévu la semaine prochaine pour finaliser leur nouvel accord avec Ankara, qui accepterait la réadmission sur son territoire de tous les migrants arrivés clandestinement en Grèce, y compris les Syriens, à condition que les Européens s'engagent, pour chacun d'entre eux, à transférer un réfugié depuis la Turquie vers le territoire de l'UE.

En contrepartie, la Turquie exige trois milliards d'euros d'aide supplémentaire d'ici à 2018, une exemption de visas dès la fin juin pour ses ressortissants voulant voyager dans l'UE, et l'ouverture rapide de négociations sur cinq nouveaux chapitres d’adhésion.

Lire l’article

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
12 mars 2016 6 12 /03 /mars /2016 09:40

Le quotidien turc Zaman, au tirage de quelque 650.000 exemplaires, avait titré samedi sur un "jour de honte" pour la liberté de la presse en Turquie, ayant pu sortir une dernière édition juste après sa mise sous tutelle.

En début d'après-midi, la police avait mis fin avec des tirs de balles en caoutchouc et de gaz lacrymogène au rassemblement à Istanbul de quelques 500 personnes devant le siège du plus grand quotidien de Turquie, qui avait été investi dans la nuit par les forces de l'ordre.

Les administrateurs de tutelle mis en place par les autorités turques ont limogé le rédacteur en chef du groupe, Abdülhamit Bilici, selon plusieurs médias.

Cette reprise en main a soulevé l'inquiétude de Washington et de l'UE, qui ont rappelé M. Erdogan au respect de la liberté de la presse.

Elle survient juste avant un sommet lundi entre l'UE et la Turquie sur la crise des migrants, au cours duquel Bruxelles attend d'Ankara des efforts pour enrayer le flot des candidats à l’exil.

Lire la dépêche

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
12 mars 2016 6 12 /03 /mars /2016 09:33

Quatre conseillers de Paris Danielle Simonnet (Parti de Gauche), Raphaëlle Primet (PCF), Léa Filoche (PS) et Jérôme Gleizes (EELV) dénoncent les déclarations sur le BDS (Boycott Désinvestissement Sanctions) de Manuel Valls lors du dîner du CRIF, le 7 mars dernier. Pour ces élus de gauche: « Manuel Valls commet non seulement un amalgame inacceptable entre l’engagement citoyen en faveur du boycott et l’antisémitisme, contribuant à une banalisation de l’antisémitisme irresponsable, mais assume une rupture avec les positions traditionnelles de la France dans le conflit israélo-palestinien».

Le premier ministre Manuel Valls a récidivé lors du dîner du CRIF dans ses amalgames visant à suspecter toute personne et mouvement critiques vis-à-vis de la politique du gouvernement israélien d’antisémitisme. Le 19 janvier il avait déjà considéré que BDS, le mouvement non violent Boycott Désinvestissement Sanctions, participait d’un « climat nauséabond » d’antisémitisme déguisé en antisionisme et annoncé un « changement d'attitude des pouvoirs publics vis-à-vis de ce genre de manifestations ». En récidivant ce lundi 7 mars, Manuel Valls commet non seulement un amalgame inacceptable entre l’engagement citoyen en faveur du boycott et l’antisémitisme, contribuant à une banalisation de l’antisémitisme irresponsable, mais assume une rupture avec les positions traditionnelles de la France dans le conflit israélo-palestinien.

Lancé en 2005 par plus de 170 organisations de la société civile palestinienne en s’inspirant de la campagne menée en son temps en Afrique du Sud qui avait contribué à mettre fin au régime d’apartheid, BDS est pourtant un mouvement pacifiste légitime qui vise à faire pression sur le gouvernement israélien tant qu’il ne respectera pas le droit international. Les actions de boycott pour pousser à des changements politiques ou sociaux ont toujours été considérées dans les pays démocratiques comme des formes légitimes d’action politique.

La France « pays des Lumières et des Droits de l’Homme » sur la base d’une simple circulaire Alliot Marie datant de 2010 est le premier pays au monde à traduire devant les tribunaux et à condamner celles et ceux qui défendent le droit international en incitant au boycott ! Que l’on soit d’accord ou pas avec les actions conduites par BDS ne justifie aucunement de remettre en cause les libertés fondamentales citoyennes et la liberté d’expression.

Les groupes PS et LR ont fait adopter deux vœux au Conseil de Paris de février condamnant l’expression citoyenne de ce boycott des produits israéliens, malgré l’opposition des élu-e-s PG, PCF et EELV, des rangs socialistes clairsemés et l’envoi par les maires de trois villes palestiniennes partenaires de Paris de lettres à Anne Hidalgo lui demandant de renoncer à cette initiative.

Lire l'article

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
12 mars 2016 6 12 /03 /mars /2016 09:30

Après l'aéroport de Toulouse, cédé en 2015 à un consortium chinois, c'est au tour des plateformes de Nice et de Lyon d'être privatisées. La procédure a été lancée jeudi matin avec la publication des appels d'offres. Concrètement, l'État met en vente les 60 % qu'il possède dans le troisième aéroport français (Nice, 12 millions de passagers) et le quatrième (Lyon, 8,7 millions de passagers). Les pouvoirs publics ont fixé un échéancier serré pour désigner des acquéreurs cet été.

Les candidats ont jusqu'au 24 mars pour déposer des dossiers auprès de l'Agence des participations de l'État. Ceux qui seront jugés sérieux pourront remettre une offre indicative jusqu'au 28 avril pour Nice et au 12 mai pour Lyon. Après une nouvelle sélection, les candidats restants auront jusqu'au 20 juin concernant Nice et jusqu'au 4 juillet pour Lyon pour déposer des offres fermes.

La cession de 49,9 % dans l'aéroport de Toulouse avait rapporté à l'État 308 millions d'euros. Un prix très élevé consenti par le chinois Symbiose pour faire taire les critiques sur sa faible expérience dans la gestion d'aéroports. En cédant sa participation dans les plateformes de Nice et de Lyon, le gouvernement espère empocher près de 2 milliards d'euros. Des attentes dans le haut de la fourchette des estimations. Il y a quelques jours, le président de la métropole de Nice, Christian Estrosi, avait déclaré que les 60 % de l'État dans la plateforme de Nice étaient évalués à «entre 900 millions et 1,1 milliard». Quant à l'aéroport de Lyon, il est estimé dans son intégralité à 800 millions ou un milliard.

​Lire l'article

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
12 mars 2016 6 12 /03 /mars /2016 09:27

La Grèce a été condamnée mardi par la justice européenne à récupérer auprès de 800.000 agriculteurs du pays 425 millions d'euros, versés en 2009 pour compenser des pertes causées l'année précédente par des intempéries et considérés comme une aide d'Etat illégale.

La Cour de justice de l'Union européenne, basée à Luxembourg, a débouté la Grèce de tous ses recours possibles dans ce litige qui avait donné lieu à une première décision défavorable de la Commission en décembre 2011, a précisé un porte-parole de la juridiction.

En 2009, le gouvernement grec de l'époque avait puisé, pour dédommager les agriculteurs, dans les fonds de l'organisme public d'assurances agricoles (Elga) alimenté par leurs cotisations.

Et le fait que les cotisations des agriculteurs soient perçues par l'Etat et inscrites à son budget avant d'être versées les assimilent à des ressources d'Etat, a souligné la Cour dans son arrêt rendu mardi.

​Lire l'article

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article