Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 juin 2016 6 18 /06 /juin /2016 10:22

La surpopulation en prison est repartie à la hausse avec, au 1er avril 2016, 68 361 détenus pour 58 787 places (+ 2 % en 2015 par rapport à 2014). Soit presque 10 000 détenus en trop par rapport à la capacité des prisons françaises. Voilà qui signe le fiasco général de la politique pénale de Christiane Taubira, l'ancienne garde des Sceaux, qui s'était donné pour mission d'humaniser la prison. L'arrêt du programme voté sous Sarkozy de construction des lieux de détention aura donc conduit à cette catastrophe carcérale qui accroît les risques de récidive et pèse, en outre, lourdement sur la vie des matons...

Le contrôle général des lieux de privation de liberté constate que « 1 900 détenus dorment sur des matelas par terre » dans un cadre général vétuste et insalubre. Avec évidemment des conséquences sur la santé des détenus et un taux de suicide record en France (115 suicides en 2015). « On se suicide sept fois plus en prison qu'en dehors, selon les données de l'Ined », relevait, mercredi 15 juin, Adeline Hazan, le contrôleur général des lieux de privation de liberté, venue présenter son rapport annuel devant la commission des Lois. L'insalubrité des locaux de garde à vue est également dans son viseur : matelas défoncés, couvertures sales, insalubrité... Autre constat contraire aux règles : les lunettes, ceintures et soutiens-gorge sont systématiquement retirés aux personnes placées en garde à vue, alors que la loi exigerait un examen au cas par cas en fonction du risque.

La « cocotte-minute » des regroupements islamistes en prison ?

Dans le contexte abrasif français, Adeline Hazan sent bien que l'auditoire n'est pas vraiment enclin à s'apitoyer sur le sort des détenus. « Ce n'est pas tombé dans l'angélisme que de dire qu'il faut trouver le nécessaire équilibre entre le besoin de sécurité que l'opinion est en droit d'attendre et le respect des droits fondamentaux de la personne », plaide-t-elle. Néanmoins, ce n'est pas sans un certain angélisme qu'elle dénonce la modification du régime des fouilles à corps en prison après l'adoption de la loi du 3 juin 2016, considérant que cette extension est attentatoire à la dignité des personnes. La prison est une véritable passoire. Les téléphones portables ou cartes SIM y pullulent (30 000 saisies en 2015), ainsi que les armes (1 400 saisies), comme l'a reconnu l'administration pénitentiaire. Un plan de brouillage des signaux est en cours de déploiement...

Dans le cadre de la lutte contre la radicalisation, la chancellerie a entamé le regroupement des détenus islamistes incarcérés dans des unités dédiées. Cinq établissements sont concernés. Le contrôle général les a visités et a rendu au gouvernement un rapport sur cette expérience. Il ne sera publié que début juillet. Mais Adeline Hazan a déjà fait savoir son hostilité à ce regroupement, dont elle craint l'effet « cocotte-minute ».

Le nouveau ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas, a publié un arrêté permettant, pour trois mois renouvelables, la vidéosurveillance de personnes « dont l'évasion ou le suicide pourrait avoir un impact important sur l'opinion publique et sur l'ordre public ». Il avait notamment en tête la surveillance de Salah Abdeslam. Pas très étonnant, le contrôleur des lieux de privatisation émet un avis défavorable, considérant que la définition est trop large. Après avis de la Cnil, la mesure de vidéosurveillance a été restreinte aux personnes en mandat de dépôt criminel (donc non applicable aux détenus après condamnation).

« Des femmes accouchent menottées »

Le contrôleur général dénonce, par ailleurs, la situation des femmes en prison (seulement 3,2 % de la population carcérale). « Le parent pauvre », dit-elle, du fait même qu'elles sont très minoritaires. « Des femmes détenues accouchent menottées, ce qui est contraire à la loi depuis 2009 », affirme Adeline Hazan, qui prône une certaine mixité des établissements pénitentiaires et se réfère à une expérience menée à Bordeaux dans un atelier carcéral. Elle recommande la construction d'un établissement pour femmes dans le Sud. Il n'y a pas de prison pour femmes (après condamnation) dans cette partie-là du pays, si bien que les détenues vivent leur incarcération (après leur condamnation) loin de leurs familles.

Dans les hôpitaux psychiatriques, la disparité des traitements serait grande d'un établissement à un autre, « d'un service à un autre, voire d'un étage à un autre », constate-t-elle. Là encore, le placement à l'isolement, le port obligatoire du pyjama ou l'attachement des patients à leur lit seraient systématiquement pratiqués sans justification clinique lorsque le préfet décide un placement sous contrainte à la demande d'un tiers, alors que la loi du 26 janvier 2016 encadre ces mesures.

Source

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
18 juin 2016 6 18 /06 /juin /2016 10:19

En 2015, la France a battu un record en terme de prises de commandes sur le marché de l’armement. Selon le rapport sur les exportations d’équipements militaires remis au Parlement au début du mois, il est question d’un montant supérieur à 16 milliards d’euros.

Dans le même temps, d’après une étude de l’institut britannique IHS Jane’s, le marché mondial de l’armement a connu une « année record » en 2015, avec un montant total de 65 milliards de dollars, soit une hausse de 6,6 milliards sur un an. Jamais une telle croissance n’avait été observée jusqu’à présent.

L’instabilité au Moyen-Orient, la hausse des budgets militaires en Europe et les tensions en mer de Chine méridionale expliquent en partie cette évolution. Évolution qui profite donc à l’industrie française de l’armement, qui « est même « de loin la grande gagnante à l’heure actuelle », estime IHS Jane’s.

Si les exportations américaines d’équipements militaires restent solidement ancrées à la première place (elles ont même progressé de 10%), la France tire son épingle du jeu et pourrait même se hisser sur la deuxième marche du « podium ».

« En quatrième position parmi les poids lourds du secteur, Paris a doublé son carnet de commandes à l’exportation, qui est passé de 36 à 55 milliards de dollars entre 2014 et 2015″, explique IHS Jane’s. Du coup, la France va doubler la Russie et l’Allemagne « pour devenir le deuxième plus grand exportateur mondial d’équipements de défense » à partir de 2018.

« La France a relancé son industrie de défense et bénéficié de ventes régulières plusieurs années consécutives », a souligné Ben Rhodes, analyste senior à IHS Jane’s, qui explique que l’industrie française a su profiter de « l’effacement relatif » des États-Unis au Moyen-Orient, région qui totalise 21,6 milliards de dollars d’importations d’équipements militaires. Et pour cause : « La valeur combinée des importations de l’Arabie Saoudite et des Emirats Arabes Unis dépasse celles de toute l’Europe de l’Ouest réunies », a-t-il fait valoir.

Qui plus est, cette tendance risque fort de s’affirmer dans les années qui viennent, ne serait-ce déjà avec le contrat concernant les 12 futurs sous-marins australiens, remporté par DCNS avec son Shortfin Barracuda. En outre, la vente de 36 Rafale à l’Inde finira bien par aboutir, de même que celle de 60 appareils aux Émirats arabes unis. Et cela d’autant plus qu’IHS Jane’s estime que le marché de l’armement devrait encore progresser pour atteindre les 69 milliards de dollars.

Source

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
18 juin 2016 6 18 /06 /juin /2016 10:15

En deux ans, le marché mondial des sources d’énergie a été bouleversé. D’abord, l’offre et la demande ont considérablement changé, puis les flux commerciaux, enfin les prix qui se sont écroulés. Ces changements radicaux remettent en cause tous les principes de la géo-politique du pétrole.

Le mythe de la pénurie

Le ralentissement de l’économie des pays occidentaux et celui de certains pays émergents s’est traduit par une baisse de la demande, tandis que la croissance continue en Asie l’a, au contraire, augmentée. En définitive, la demande globale poursuit son lent développement. Côté offre, non seulement aucun État producteur n’a vu ses capacités s’effondrer, mais certains ont pu l’augmenter comme la Chine, qui amasse désormais d’importantes réserves stratégiques. De sorte qu’au total, le marché est très excédentaire.

Ce premier constat contredit ce qui était la doxa des milieux scientifiques et professionnels durant les années 2000 : la production mondiale s’approchait de son pic, le monde allait connaître une période de pénurie au cours de laquelle certains États allaient s’effondrer et des guerres de ressources éclater. Dès son retour à la Maison-Blanche, en janvier 2001, le vice-président Dick Cheney avait formé un groupe de travail sur le développement de la politique nationale de l’énergie (National Energy Policy Development — NEPD), qualifié de « société secrète » par le Washington Post [1]. Dans une ambiance ultra-sécurisée, les conseillers de la présidence auditionnèrent les patrons des grandes entreprises du secteur, les scientifiques les plus reconnus, et les patrons des services de Renseignement. Ils arrivèrent à la conclusion que le temps pressait et que le Pentagone devait garantir la survie de l’économie états-unienne en s’emparant sans attendre des ressources du « Moyen-Orient élargi ». On ignore qui participa exactement à ce groupe de travail, sur quelles données il travailla, et les étapes de sa réflexion. Tous ses documents internes ont été détruits afin que nul ne connaisse les statistiques auxquelles il avait eu accès.

C’est ce groupe qui conseilla de mener des guerres contre l’Afghanistan, l’Iran l’Irak, la Syrie, le Liban, la Libye, la Somalie et le Soudan ; un programme qui fut officiellement adopté par le président George W. Bush lors d’une réunion, le 15 septembre 2001, à Camp David.

​Lire la suite

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
18 juin 2016 6 18 /06 /juin /2016 10:13

Imaginez :

Vous roulez tranquillement, lorsque des policiers vous arrêtent pour un contrôle de routine.

Sauf qu'au lieu de sortir un éthylotest... ils se branchent sur votre ordinateur de bord, et contrôlent l'intégralité des données qui y sont enregistrées depuis plusieurs semaines.

Et pour chaque km/h au dessus de la vitesse autorisée, ne serait-ce que sur quelques mètres, ils vous collent un PV, et un retrait de points.

Peu importe la situation dans laquelle s’est produit ce « dépassement » - dont vous ne vous souvenez probablement plus...

Pas d’indulgence, pas de droit à l'erreur : la sanction tombe, systématique. Et avec elle, vos points de permis qui s’envolent, et l’argent des vacances qui part engraisser la machine à PV....

Ce cauchemar absurde est sur le point de devenir une réalité imminente – à moins que vous et moi et tous les conducteurs de ce pays ne s’y opposent massivement et de toute urgence.

Ce n’est pas une plaisanterie : le gouvernement est en train de faire passer en douce, en ce moment même, une modification sans précédent du code de la route qui permettra aux forces de l’ordre d’accéder à toutes les données enregistrées par votre véhicule : il s’agit de l’amendement CL180 de la loi de modernisation de la justice du XXIe siècle.

S'il vous plaît, aidez-nous à faire barrage à cette mesure de contrôle terrifiante avant qu'il soit trop tard ! Signez immédiatement la pétition de la Ligue de Défense des Conducteurs : "Non au contrôle permanent"

La résistance s'organise !

Ensemble, en quelques jours seulement, nous avons déjà rassemblé plus de 117 000 signatures à notre pétition contre le contrôle permanent des conducteurs.

C'est énorme ! Et toute l'équipe vous adresse à nouveau un très grand merci, car c'est vous qui avez permis cette mobilisation extraordinaire.

Il ne s’agit pas d’une crainte ou d’une simple hypothèse. En effet, le texte de l'article L. 311-2 du projet de loi de modernisation de la justice du XXIe siècle l'indique clairement :

« Les agents compétents pour rechercher et constater les infractions » auront « accès aux informations et données physiques et numériques embarquées du véhicule ».

Mais pour forcer les parlementaires à bloquer cette mesure terrifiante du gouvernement, nous devons créer un véritable raz-de-marée de colère et de protestation chez les conducteurs de la France entière, et récolter au moins

200 000 signatures !

Alors s'il vous plaît, et c'est vraiment capital pour faire aboutir cette mobilisation :

-Transférez au plus vite l'e-mail ci-dessous à vos contacts.

-Partagez notre pétition sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter...) en copiant le lien ci-dessous:

http://mobilisezvous.liguedesconducteurs.org/non-au-controle-permanent-des-conducteurs/

-Et parlez-en aussi sur les blogs, les forums...

Ensemble, nous devons absolument informer et mobiliser un maximum de Français avant qu'il soit trop tard.

Tous doivent savoir que si cette modification du code de la route passe, cela ouvre la voie à :

-Un contrôle permanent de nos vitesses, grâce aux éléments enregistrés dans l'ordinateur de bord de nos voitures - et chaque jour, les nouveaux modèles enregistrent de plus en plus de données !

-Plus aucun droit à l'erreur, plus aucune indulgence, même pour un km/h au dessus de la limite sur quelques mètres.

-Et les conducteurs tenus en laisse à distance.

Dans quelques semaines, il sera trop tard pour protester !

Alors s'il vous plaît, aidez-nous à nouveau en diffusant au maximum notre message d'alerte, par l'e-mail ci-dessous, ou en copiant directement le lien vers notre pétition "Non au contrôle permanent des conducteurs".

http://mobilisezvous.liguedesconducteurs.org/non-au-controle-permanent-des-conducteurs/

Encore un très grand merci par avance,

L'équipe de la Ligue de Défense des Conducteurs.

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
11 juin 2016 6 11 /06 /juin /2016 09:09

Le seizième sommet de la Francophonie va réunir une quarantaine de chefs d’états à Tananarive.

Il y a 274 millions de francophones dans le monde dont 212 feraient un usage quotidien de la langue française.

L’Organisation internationale de la Francophonie regroupe 80 États. Le français est la troisième langue des affaires (la seconde en Europe). C’est aussi l’une des deux langues des organisations internationales.

Et pourtant…

Remercions les Malgaches qui parlent encore notre langue car il faut pour cela une fidélité obstinée.

Pas seulement parce que les Anglophones mènent une guerre d’usure pour évacuer progressivement l’usage du français comme au Québec où la résistance est un combat quotidien. En France, les capitulations se succèdent. L’influence de la radio et de la télévision est grande avec les « newsroom », « live », les « team », « show », « morning live », ou l’horrible « hashtag ». Mais les grandes enseignes et organismes publics ne sont pas en reste avec leur « newsletter ».

La page « facebook » intitulée « Globish » relève presque chaque jour des exemples de cette soumission consentie.

Il ne s’agit pas ici de se lamenter sur le langage courant qui a depuis longtemps intégré des mots anglais devenus inévitables comme les jeans et les tee-shirts, ou francisés par l’Académie comme le fioul. Il est ici question de l’accélération d’un processus inspiré par la fascination d’un langage mondial unique, de l’usage d’anglicismes, parfois de phrases entières (ou partiellement) en anglais.

Les écoles de management ne célèbrent plus leur anniversaire mais un « happy birthday » et forment des commerciaux et publicitaires qui, chez Carrefour, nous proposent des « deal » ou chez Habitat remplacent la literie par le « Bedding ». Le parfumeur Nocibé nous souhaite un joyeux « birthday » (en gardant un « happy » anniversaire pour l’an prochain ?) et Marionnaud dit aux mères qu’elles sont « born to be a beautiful maman ». Le commerçant doit organiser sa boutique en faisant du « zoning ».

Le monde du Jazz est un des plus atteints. Les artistes sont très attachés à l’exception culturelle française, surtout pour la diffusion sur les ondes et le statut d’intermittent, mais les enregistrements se font avec des « friends » ou des « guests ». On ne rend pas hommage mais « tribute to ».

Nous consoler en rappelant que des mots anglais ont une origine française ne suffit pas et on attend une liste significative d’exemples.

À défaut, on nous dit qu’il faut vivre avec son temps, et qu’il est ringard de tenir à sa langue maternelle alors qu’un baragouin globish est approximativement compris par tout le monde. Eviter « l’overdose » de « burn out » dans « l’open space » ferait trop « old school ».

Les défenseurs de notre identité culturelle doivent réaliser qu’il y a une autre forme de soumission à un autre genre d’invasion.

Source

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
11 juin 2016 6 11 /06 /juin /2016 09:03

Traverser Paris quand on est banlieusard: bientôt impossible!

Par exemple, Anne Hidalgo a le projet de rendre aux piétons les berges de la Seine, projet anticipé par la crue impromptue du fleuve. À la fin du Paris Plages de cet été, les quais resteront fermés aux automobilistes, y compris le tunnel des Tuileries, rénové en 2010 pour 10 millions d’euros. Comme c’est beau! Paris libérée de ces banlieusards qui travaillent à la Défense ou dans le Triangle d’Or, et qui habitent un minable pavillon dans la banlieue Est. Quelle horreur! des traîne-misères, des gagne-petits qui viennent polluer la capitale!

Marie-Antoinette aurait dit: s’ils n’ont pas de pain, qu’ils mangent de la brioche! Anne Hidalgo répond: s’ils ne sont pas contents, qu’ils habitent à Paris!

Traverser Paris avec une vieille guimbarde: bientôt impossible!

Par exemple, Anne Hidalgo interdira bientôt les véhicules antérieurs à 1997 dans les rues de Paris. Comme c’est beau! On en finit enfin avec la pollution mortifère due aux voitures de plus de 10 ans. Ceux qui souillaient nos rues bien propres avec leurs vieilles guimbardes en seront pour leur grade. Et s’ils n’ont pas les moyens de suivre, tant pis pour eux. Qu’ils déménagent en banlieue, où la pollution au moteur brinquebalant est un sport national!

Et moi qui rêvais de fêter mon anniversaire de mariage en offrant à ma femme un Paris by night en Ford Mustang décapotée! encore raté. Et adieu le remake du travelling débridé d’À bout de souffle place de la Concorde.

(…)

Traverser une rue sans voir un enfant en bas âge dormir dehors: bientôt impossible!

Par exemple, depuis deux ans au moins, l’Est parisien est envahi par des familles qui dorment dans la rue, avec leurs enfants en bas âge (des nourrissons, des enfants de deux ou trois ans) qui dorment sur des matelas de fortune à même le sol, comme si, entre Paris et Bombay, il n’existait plus de différence. D’où viennent ces enfants des rues qui, d’un coup d’un seul, nous projettent dans les favelas brésiliennes? d’un camp de Roms? d’un réseau de mafieux? d’une déchéance globale de la capitale?

Nul ne sait. Mais Anne Hidalgo a décidé d’enkyster le mal, de l’étendre à l’ensemble de la capitale, en ouvrant les portes d’un camp de migrants sur le territoire même de la ville, dont on connaît la signification à court terme: pullulement d’enfants partout, partout et encore partout, profusion de réseaux mafieux qui organiseront le quadrillage des quartiers, la mendicité, la prostitution, le vol, à leur plus grand profit. Et bien entendu, profusion de maladies en tous genres, éradiquées il y a cinquante ans, et qui reviendront en masse, comme la tuberculose.

Lire l’article

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
11 juin 2016 6 11 /06 /juin /2016 08:59

La portion de voie hors service était construite sur une zone humide et tout le monde le savait depuis longtemps

L’autoroute A10, notamment dans la partie toujours inondée en amont d’Orléans, a été construite dans les années 70. Une époque à laquelle les avertissements et préconisations des écologistes et des organismes officiels étaient encore moins écoutés ou respectés qu’en 2016.

Donc, lors de la construction de l’autoroute, les ingénieurs ignorèrent volontairement le contenu d’un rapport du BRGM (Bureau de recherche géologique et minière), organisme d’État en charge de tout ce qui concerne le sous-sol du territoire. Tout comme ils négligèrent les protestations des protecteurs de la nature.

Que disaient les uns et les autres, en des termes différents mais concordants ?

Tout simplement qu’il fallait éviter la proximité du village de Gidy, là où l’inondation a surgi, et donc modifier le tracé de l’autoroute. Modification et détour suggérés pour éviter d’avoir à supprimer une grande zone humide que les ingénieurs voulaient assécher. Parce que, expliquaient alors les spécialistes du BRGM, rien ne prouvait que « l’effacement » de l’étang et la zone humide qui l’entourait pouvait être durable et permanent, le fonctionnement d’un sous-sol, quel qu’il soit, recélant des mystères généralement ignorés par les bâtisseurs. Les protecteurs de la nature d’Orléans et les responsables du Muséum naturel de la ville, eux, faisaient un pronostic semblable et insistaient évidemment sur les dommages écologiques causés par la disparition d’une faune et d’une flore très riches en bord d’une plaine de la Beauce et de la forêt d’Orléans.

Rivière souterraine

De plus, des habitants de la région, à Gidy et alentours, expliquèrent que cette grande zone humide entretenait le cours d’une petite rivière souterraine, la Retrève, connue pour se manifester de temps en temps, c'est-à-dire surgir et inonder, la campagne en cas de fortes pluies. Ces avertissements, ravalés au rang de ratiocinages de paysans, restèrent évidemment ignorés. Pourtant, la rivière en question figurait sur toutes les cartes géologiques de la région. Ignorance d’autant plus surprenante que sur le tronçon suivant, celui qui part d’Orléans en direction de Tours, d’autres ingénieurs moins ignorants ont pris la précaution de traverser l’arrière-pays de Meung-sur-Loire, parcouru par d’autres résurgences de zone humide - les Mauves - grâce à un viaduc évitant à la fois le massacre d’une zone humide et les risques d’inondations.

Donc, l’eau coupant l'autoroute A10 à hauteur de Gidy provient à la fois de l’ancienne zone humide et de la rivière souterraine gonflée par les fortes pluies. Comme les naturalistes et des experts du BRGM l’avaient prévu. D’où les difficultés rencontrées pour vider une poche d’eau de plus d’un mètre de profondeur recouvrant l’emplacement de l’ancien étang que les ingénieurs du BTP avaient pensé effacer pour l’éternité. Sans oublier que les caméras de surveillance dont Vinci est si fier n’ont pas vu l’inondation sur laquelle des centaines de voitures et de camions sont venus s’empiler…

L'eau pompée envahit les villages

Circonstance aggravante pour les habitants de la région : l’eau pompée depuis des jours par des engins énormes pour assécher l’autoroute retourne dans l’ancienne zone humide et dans la rivière souterraine. Ce qui a entraîné une inondation catastrophique dans les communes de Gidy et de Cercottes. Avec des excavations qui sont en train de vider la nappe souterraine de la forêt d’Orléans et ont entrainé des sinistres dans plus de 800 maisons du village de Gidy. Sans oublier les dégâts à Cercottes toute proche. Ce qui tend à rappeler que ce ne sont ni la Seine ni la Loire qui ont provoqué les catastrophes récentes, mais le peu de cas que les élus et les aménageurs du territoire font des petites rivières que les uns et les autres canalisent sans la moindre précaution ni le moindre entretien.

Le paysage a plus de mémoire que les ingénieurs.

Source

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
11 juin 2016 6 11 /06 /juin /2016 08:56

Le journal alternatif Fakir a lancé mardi sa campagne « nous ne voterons plus PS » en réunissant quelques centaines de personnes dans plusieurs villes dont Paris, Lyon et Amiens.

Une centaine de personnes ont manifesté devant le siège parisien du parti socialiste, jetant à travers les grilles des roses jaunes, symbole de « trahison », selon les organisateurs.

« Dans les médias, les gens de gauche c’est Macron, Valls et François Hollande. Notre travail est de montrer qu’ils ne sont pas de gauche », a expliqué Thibault Lhonneur, coordinateur des bénévoles de Fakir en Ile-de-France, alors que la foule chantait « tout le monde déteste le PS ». « Il faut qu’on pèse pendant les élections qui viennent », a-t-il poursuivi.

A Amiens, quelques 130 personnes ont répondu à l’appel du rédacteur en chef de Fakir et réalisateur du film « Merci patron », François Ruffin, qui arborait son fameux tee-shirt « I love Bernard ». Les sympathisants ont collé sur la vitrine du local du PS d’anciennes affiches socialistes détournées.

A Lyon, une trentaine de personnes se sont rassemblées en fin d’après-midi devant la Fédération PS du Rhône, où des militants ont distribué le journal et des tracts aux aux passants. Une banderole indiquait: « Nous ne voterons plus PS ! ».

« Nous voulons faire savoir au PS que les gens de gauche ne voteront plus ‘utile’. Le PS ne nous fera pas le coup cette fois », a déclaré sur place devant la presse Stéphane Pagano, l’un des responsables de Fakir pour la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Fakir compte multiplier les actions devant toutes les permanences socialistes, a précisé Thibault Lhonneur. Vendredi au Stade de France, Fakir compte distribuer des « cartons rouges à la loi travail » aux spectateurs du match d’ouverture de l’Euro 2016 de football.

Source

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
11 juin 2016 6 11 /06 /juin /2016 08:52

Le jeudi 26 avril 2016, Jean-Luc Mélenchon était l’invité de « Des paroles et des actes » (DPDA) sur France 2. Une émission au cours de laquelle se sont multipliées les manipulations médiatiques destinées soit à déstabiliser l’invité principal, soit à inviter les téléspectateurs à avoir une certaine lecture de ce qui se passait sur le plateau. Jean-Luc Mélenchon l’expliquait le 25 mai dans un post Facebook :

« DPDA est conçue comme une corrida où l’invité fait office de taureau promis au sacrifice. (…) Le but de l’émission n’est pas de permettre un débat par un exposé des idées ensuite mises sur le grill (…). Il s’agit d’appliquer la méthode du grand oral de type ENA (…) avec cette particularité : on ne connaît ni les sujets de l’examen ni les personnes concernées. (…) Vivre cette sorte de préparation est une épreuve humiliante et pleine de stress délibérément provoqué. »

Des propos qui se sont avérés juste au regard de la soirée de « corrida » et de manipulations médiatiques qu’a proposé France 2 aux téléspectateurs…

Boulanger de l’Élysée et agricultrice de Bolloré : des « Français lambda » pas comme les autres

Incroyable mais vrai. Pensant avoir affaire à un boulanger favorable à la loi El Khomri et à une exploitante agricole favorable à l’agriculture productiviste, Jean-Luc Mélenchon a eu en face de lui un boulanger qui fournissait en pain l’Élysée (comme tous les boulangers, c’est bien connu) et une agricultrice qui avait auparavant été… directrice financière de Bolloré au Chili (comme tous les agriculteurs, c’est bien connu).

Parlons d’abord du boulanger, Djibril Bodian. Selon le magazine VSD, dans un article intitulé « DPDA : les Français choisis pour débattre avec Mélenchon posent problème », voici qui il est : « Djibril Bodian est le patron d’une entreprise d’une vingtaine de salariés. Lauréat de la meilleure baguette de la ville de Paris en 2010 et 2015, il fournit l’Élysée en pain tous les matins des années 2010 et 2015. Il a donc été le boulanger de Nicolas Sarkozy et de François Hollande ».

Difficile de le considérer comme le « profil type » d’un boulanger alors que la plupart d’entre eux gèrent des entreprises de très petite dimension : 77% des boulangeries comptent entre 1 et 5 salariés. À l’inverse, les entreprises de boulangerie de 20 salariés sont parmi les… 1% les plus grosses !

Pas mieux pour l’agricultrice… qui est peut-être plus caricaturale encore que le boulanger de l’Élysée. En effet, selon un article de La Dépêche, Céline Imart a été : « deux ans directrice financière pour Bolloré au Chili, puis retour à Paris pour intégrer l’un des plus gros cabinets d’expertise de la capitale ». Pas franchement l’agricultrice lambda, n’est-ce pas ?

Ajoutons une chose. Céline Imart s’est défendu, au cours de l’émission, d’être membre de la FNSEA. Or son syndicat, les Jeunes Agriculteurs, présente des listes communes avec la FNSEA à chaque élection des chambres d’agriculture et est adhérent en tant que syndicat à la FNSEA. Difficile de faire plus lié !

Lire l'article

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
11 juin 2016 6 11 /06 /juin /2016 08:49

France-Culture est une des voix de l’idéologie dominante, c’est entendu et sans surprise.

Son anticommunisme maladif est connu. Son antisoviétisme aussi.

France-Culture est un chien de garde du capitalisme et seuls quelques naïfs pouvaient encore croire le contraire. Mais il y avait encore jusqu’ici une différence entre France-Culture et Minute.

Cette différence a été abolie à l’occasion d’une émission hystérique et totalitaire sur le Venezuela: "Culture monde" du vendredi 3 juin.

Hystérique car comme tous les propos excessifs, ceux-ci étaient insignifiants à force de caricatures goebbelsiennes.

Totalitaire car tous les invités étaient des anti-bolivariens en béton armé (par qui ?).

Qu’une chaine de radio financée par tous les Français et donc par des amis du Venezuela démocratique, populaire, progressiste et bolivarien considère qu’elle peut faire une émission de propagande contre-révolutionnaire sans inviter un seul défenseur du processus révolutionnaire bolivarien est simplement la négation de la culture, de l’honnêteté intellectuelle, de l’éthique journalistique.

Heureusement qui considère encore que les médias bourgeois, et le soi-disant Conseil Supérieur de l’Audiovisuel censé les rappeler à la déontologie, portent ne serait-ce qu’une apparence de débat démocratique et contradictoire ? Personne.

Source

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article