Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 octobre 2016 6 08 /10 /octobre /2016 09:46
Shimon Peres, le faux pacifiste

Un grand pacifiste nous a quittés…

Il s’agit de M. Shimon Peres dont la carrière politique et diplomatique se résume à deux grandes étapes :

• dans la première, il a fait la guerre sans discontinuer au monde arabe et aux Palestiniens et il a illégalement doté Israël de la bombe atomique.

• Dans la seconde, il a conclu les accords d’Oslo et, quand ceux-ci eurent été torpillés par les faucons israéliens, il a benoîtement continué à participer aux ors du pouvoir en devenant président de la République… et en torpillant le Parti travailliste israélien pour fonder le parti Kadyma avec des gens de la droite dure…

Bref, il a très bien réussi à faire la guerre et il a complètement raté la paix. Il méritait donc bien de retrouver MM. Kissinger et Obama parmi les « Prix Nobel de la Paix » tels que les aime l’Occident impérialiste… vraies faucons et fausses colombes.

Déjà l’historien latin Tacite notait, en parlant de l’impérialisme romain : « ubi solitudinem faciunt, pacem appelant » : quand ils créent un désert, ils le nomment « paix »…

Bref, prière de ne pas confondre Pérès et Jaurès et plus que jamais, la paix s’appelle JUSTICE POUR LE PEUPLE PALESTINIEN !

Source

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
8 octobre 2016 6 08 /10 /octobre /2016 09:42

Des journalistes font part de leur vive inquiétude à propos du projet de loi intitulé «égalité et citoyenneté» qui pourrait réduire dangereusement la liberté de la presse.

Ce texte est examiné par le Sénat depuis mardi. Il entend vider de son contenu la loi du 29 juillet 1881, sous couvert de lutter contre les abus d'Internet. Le Sénat s'apprête à remettre en cause ce texte fondateur sans concertation préalable avec les représentants des journalistes.

De quoi s'agit-il? Les sénateurs envisagent notamment de jeter à la poubelle le principe de la prescription des délits de presse - à commencer par la diffamation - au bout de trois mois, à compter de la date de publication: sur le support Internet, ces infractions deviendraient, de fait, imprescriptibles, au même titre que les crimes contre l'humanité.

Ainsi, les contenus audiovisuels rediffusés ou disponibles conjointement en ligne (podcasts, replays, etc.), pourront être poursuivis indéfiniment, ce qui introduit une discrimination manifeste entre les médias et les supports. De même, selon le texte sénatorial, la presse en ligne, uniquement disponible sur Internet, se trouve totalement discriminée par rapport à la presse diffusée à la fois sur support papier et Internet, puisqu'elle sera, par nature, exclue de la prescription trimestrielle et soumise à un risque d'action tant que ses articles seront en ligne.

Par ailleurs, le texte prévoit de supprimer une garantie fondamentale des droits de la défense, reconnue comme telle par le Conseil constitutionnel. Aujourd'hui, c'est à celui qui s'estime diffamé ou injurié de préciser exactement par quel passage, et de qualifier le délit (injure, diffamation ou autre). S'il se trompe, son action est déclarée nulle par le tribunal. Ce système, très protecteur de la liberté de la presse, est remis en cause par le Sénat qui ouvre la voie à des poursuites judiciaires dans lesquelles le journaliste devra se défendre sans savoir exactement ce qui lui est reproché.

Enfin, les sénateurs entendent autoriser le contournement de la loi de 1881, en permettant les actions en justice sur le fondement d'une simple faute civile. Du coup, toute personne, qu'il s'agisse d'un particulier ou d'une entreprise, pourra exiger des dommages et intérêts pour un article qui lui déplaira.

​Voir la liste des signataires

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
8 octobre 2016 6 08 /10 /octobre /2016 09:38

En juillet dernier, le suicide d'un facteur avait révélé l'état critique de la situation. Charles Griffond, salarié depuis 34 ans de l'entreprise, avait mis fin à ses jours en incriminant le groupe dans deux lettres laissées derrière lui. «Depuis quelques années, La Poste a petit à petit détruit ses employés, les vrais postiers, ceux qui avaient le contact avec les gens, écrivait-il. Alors bougeons avec La Poste et mourrons grâce à La Poste».

Charles Griffond n'est malheureusement pas un cas isolé. Neuf facteurs se seraient suicidés ces trois dernières années, précise RTL, et cinq auraient réchappé à une tentative de suicide sur le lieu de travail. En cause, des réorganisations - mal gérées - au sein de La Poste. En dix ans, la fréquentation des bureaux de postes est passée de 2,7 millions de clients par jour à 1,6 million. En 2014, 992 bureaux de postes ont connu une activité d'une heure par jour ou moins… Une baisse d'activité qui entraîne aussi une baisse d'effectifs, impactant directement les postiers. «Je n'ai jamais fini à l'heure, témoigne ainsi à RTL un facteur en CDD aujourd'hui en arrêt maladie pour burn-out. Je sortais de cet enfer, il était midi et je savais que je n'avais pas encore fait le quart de ma tournée. Et donc vous pleurez», explique-t-il, alors qu'il réalisait en moyenne quatre heures supplémentaires -non rémunérées pour pouvoir venir à bout de sa tournée.

Ça n'est pas la première fois que les conditions de travail au sein de La Poste sont pointées du doigt. En 2014, le syndicat Sud-PTT s'inquiétait déjà des réorganisations «incessantes», qui «accentuent le caractère pathogène des organisations de travail». En 2013, suite au suicide d'un cadre de la direction de la communication, le cabinet Catéis soulignait dans un rapport l'état de santé «préoccupant, voire inquiétant sur les derniers mois» d'une partie des personnels de la direction de la communication.

​Lire l'article

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
8 octobre 2016 6 08 /10 /octobre /2016 09:32

Les autorités israéliennes ont donné leur feu vert à la construction de 98 logements dans une colonie de Cisjordanie occupée ainsi qu'à celle d'une zone industrielle israélienne près de Ramallah, a annoncé samedi l'ONG anti-colonisation La Paix Maintenant.

"Au moment où les dirigeants du monde se réunissaient pour commémorer la mémoire de (l'ancien président israélien décédé mercredi) Shimon Peres et la voie qu'il préconisait pour la paix, le gouvernement israélien crée un nouvel obstacle pour une solution à deux Etats", israélien et palestinien coexistant en paix, a souligné une porte-parole de l'ONG israélienne.

Les deux projets ont été approuvés mercredi par la haute commission de la planification de l'administration militaire israélienne après avoir obtenu au préalable le feu vert du ministre de la Défense, l'ultra-nationaliste Avigdor Lieberman, a précisé à l'AFP la porte-parole Hagit Ofran.

Pour la communauté internationale, la présence de près de 600.000 colons israéliens dans les Territoires palestiniens occupés est l'un des principaux obstacles au règlement du conflit israélo-palestinien, vieux de près de 70 ans.

Lire l'article

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
24 septembre 2016 6 24 /09 /septembre /2016 09:37

« Notre société ne se féminise pas, contrairement à ce que dit Éric Zemmour, elle s'infantilise. J'ai pris l'exemple de la trottinette, du tatouage, du baladeur, j'aurais pu ajouter, pour les adultes, car c'est d'eux dont je parlais, le vapotage qui est le suçotage des grands, le bermuda qui est la culotte courte des adultes, les baskets qui sont les chaussures des adolescents, le Pokémon bien sûr qui est le cache-cache des quadras, mais ça n'est pas le sujet, la question ou le problème. La vraie question est : quand on refuse tant de devenir ou d'être un adulte, pourquoi penserait-on autrement que comme un enfant ? Mais je subodore que le buzz va se faire plus sur «Onfray dézingue le vapotage» que sur cette thèse que nous vivons dans une société infantile où tout est fait pour infantiliser. C'est tellement plus facile de séduire l'électeur quand il est un enfant ! »

(extrait d’une interview de Michel Onfray)

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
24 septembre 2016 6 24 /09 /septembre /2016 09:32

D’où lui vient ce féminisme chevillé au corps ? De son arrière-grand-mère, explique-t-elle au Parisien Magazine il y a quelques jours, l’une des trois femmes médecins qui existaient en France à cette époque. Réfléchissons. Si, à partir de Julie, née en 1972, on soustrait 25 ans à chaque tranche générationnelle, on arrive donc à une arrière-grand-mère née autour de 1900. Le hic ? Le nombre de femmes à obtenir leur doctorat, cette année-là, s’élevait déjà à… 31. Et elles sont plus de 160 à avoir obtenu leur diplôme entre 1890 et 1900, selon l’étude de Pierre Moulinier à propos du nombre de « doctoresses » et présentée au colloque Histoire/Genre/Migration à Paris, en mars 2006. Difficile, dans ce cas, de penser que, quelques années plus tard — le temps pour l’aïeule de Julie Gayet de grandir et de suivre ses études —, ces pionnières de la médecine ne soient plus que trois ! Cherchez l’erreur…

Mais ce n’est pas tout : cette arrière-grand-maman qui fait la fierté de Julie Gayet s’est drôlement distinguée. Comme il était « mal vu qu’une femme médecin ausculte des hommes nus (sic), alors elle s’est dirigée vers la recherche ».

Bien lui en prit car, finalement, grâce à ces impératifs drôlement osés, elle « a inventé l’héparine », précise-t-elle, tout émue. Deuxième hic : l’héparine fut découverte par deux médecins américains, en 1916. Année où l’illustre en question aurait eu environ 16 ans. Et même dans l’hypothèse où elle en aurait eu dix de plus, « inventrice » du premier anticoagulant à seulement 26 ans, la chose serait suffisamment extraordinaire pour que madame Gayet pense à le souligner, non ?

Soucis de chronologie par-ci, mensonges par-là, la dame semble terriblement occupée. Peut-être parce qu’elle vient de produire Grave, un film trois-en-un : comédie – épouvante – horreur. Comme le quinquennat de son amant ! C’est l’histoire de Justine, 16 ans, que ses camarades, lors d’un bizutage, forcent à manger de la viande humaine crue. Ce qui lui fait découvrir sa vraie nature : être issue d’une famille de vétérinaires végétariens mène à tout et même au cannibalisme ! À Toronto, des spectateurs ont dû être évacués par ambulance, tant « ils se sentaient mal », et à Cannes, lors de la dernière Semaine de la critique, d’autres ont manifesté un profond dégoût ; c’est dire…

Mais revenons à notre lumineuse militante féministe. Les clichés sexistes ? Dans sa famille, elle n’en a jamais connu. Ce qui n’empêche pas notre grande prêtresse de mettre en garde les jeunes réalisatrices œuvrant dans les écoles, et que le féminisme « gonfle », contre la tentation de laisser tomber la question. C’est qu’il ne s’agirait pas que les petites filles s’imaginent leur vie « forcément derrière les fourneaux ». De fourneaux, notre Julie connaît ceux de l’Élysée, mais pas sûr qu’elle soit souvent derrière…

Une affabulatrice « gore » et un menteur « normal » : ah, ils font la paire, tous les deux, Julie et François ! Tombe (en français) sort en mars 2017 : heureuse prémonition ? On peut toujours l’espérer !

Source

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
24 septembre 2016 6 24 /09 /septembre /2016 09:23

Le 24 & 25 Septembre à LILLE, CHARLEROI :

Présentation du livre :

"La Propagande d'Israël"

avec Ilan Pappé et Michel Collon

LILLE, 24/9 : Présentation du dernier livre de Ilan Pappé, "La Propagande d'Israël", avec l'auteur et Michel Collon. A 18h30. Bourse du Travail de Lille, Boulevard de l’usine. 59000 Lille. Métro Fives, bus 13. Org. AFPS et CGT Educ’action. Entrée libre.

Info : contact@nord-palestine.org

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
24 septembre 2016 6 24 /09 /septembre /2016 09:19

À l’époque où il était ministre de l’Intérieur (2002-2007), qu'avait fait Nicolas Sarkozy ? À son arrivée place Beauvau, il avait lui aussi promis de prendre le problème de la crise migratoire à bras-le-corps. Le dossier était déjà archi-sensible. La "jungle" de Calais n'existait pas encore mais le camp de réfugiés de Sangatte, si. Ouvert en 1999 sous le gouvernement Jospin, et prévu pour accueillir 800 personnes, le centre a rapidement fait face à un flot exponentiel de migrants. Il en accueillera jusqu'à 1700. En trois ans, 70 000 personnes y transiteront.

En 2002, face à la colère de la population, à la surpopulation de Sangatte et aux tensions de plus en plus courantes entre migrants, le chef de l'État décide de démanteler totalement le centre. Une fermeture qui ne réglera rien. Le flux migratoire ne cesse pas. Et les nouveaux arrivants, toujours désireux de passer en Angleterre, viennent à nouveau s’entasser dans des conditions désastreuses sur les côtes calaisiennes. Dix ans plus tard, la "jungle" est née.

Nicolas Sarkozy a annoncé lors de son déplacement à Calais son intention de renégocier les accords du Touquet, signés en 2003. Ces accords prévoient un "déplacement de la frontière britannique" de Douvres (Royaume-Uni) à Calais (France). En vertu de ce décret, Paris ne peut donc pas légalement laisser les migrants traverser la Manche. Et les personnes s'étant vu refuser l'accès au territoire anglais doivent de fait rester en France.

Or ces accords ont été signés par le ministre de l'Intérieur de l'époque, un certain... Nicolas Sarkozy.

Source

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
24 septembre 2016 6 24 /09 /septembre /2016 09:14

Lundi, la Fondation Abbé Pierre lance une campagne pour faire connaître le mal-logement, et pousser les politiques à agir et les citoyens à se mobiliser.

Parmi ces mal-logés, Ivan Lopez, 35 ans. Sueur au front, il reçoit dans son logis de 6,8 m2 sous les combles, invivable les jours de forte chaleur. "Je travaille la nuit, le matin, je rentre chez moi et il fait super chaud, je ne peux pas dormir", racontait, excédé, le jeune homme d'originaire mexicaine il y a quelques jours.

Malgré deux emplois en CDI, ce réceptionniste de nuit ne réussit pas à sortir de la chambre de bonne mansardée où il vit depuis huit ans, coincé entre une cabine de douche jaunie, un frigo et un lit qui lui sert aussi de canapé et de rangement.

"Je n'ai pas de garant, pas de famille à Paris, un accent étranger...", égrène-t-il pour expliquer les refus qu'il essuie auprès des agences immobilières.

A l'autre bout de Paris, dans un quartier aisé du XVIIe arrondissement, Victoire Ratrimoson, 67 ans, peine à grimper les six étages qui l'amènent chez elle. Elle est venue de Madagascar en 2011 pour faire le ménage chez une famille de l'immeuble, qui l'a logée dans ce local aménagé.

Mais un jour la famille déménage et tente de la faire partir. "On m'a dit: "on n'a plus besoin de vos services, on a trouvé quelqu'un à 400 euros par mois"", raconte Victoire, des sanglots dans la voix.

Depuis, elle s'accroche à ce logement de 7,50 m2, faute de mieux, mais passe le plus clair de son temps dehors.

"Je ne vis presque pas ici. Ici, c'est comme un gîte d'étape...", dit-elle, debout dans cette petite pièce sans ventilation et sans chauffage, aux étagères remplies jusqu'au plafond.

Victoire comme Ivan attendent que leur logement soit reconnu comme un "local impropre à l'habitation", ce qui empêcherait leur expulsion et contraindrait les propriétaires de leurs logements ou, à défaut, l'Etat à les reloger dans un logement décent. Mais, selon la Fondation Abbé Pierre, l'Etat, via l'Agence régionale de santé (ARS), rechigne à délivrer ces arrêtés.

"Aujourd'hui on a 7.000 chambres de service à Paris qui sont des résidences principales et qui font moins de 9 m2, et on a une grande partie de ces chambres pour lesquelles l'Etat ne reconnaît pas l'insalubrité", explique Sarah Coupechoux, qui suit cette question à la fondation.

"Beaucoup sollicitée", l'ARS "rend une soixantaine d'arrêtés par an, avec une tendance à la hausse", réplique Emmanuelle Beaugrand, responsable de l'habitat au sein de la structure. Mais elle souligne que le Conseil d'Etat a jugé en 2013 qu'un local ne pouvait être qualifié d'impropre à l'habitation au seul motif de sa surface insuffisante.

"Pour une pièce qui fait entre 7 et 9 m2, on ne prend plus systématiquement d'arrêtés. Il faut qu'il y ait d'autres critères: la configuration des lieux, s'il n'y a pas d'ouverture vers l'extérieur..."

Conscient du problème très parisien des chambres de bonne --estimées à environ 115.000 dans la capitale--, Ian Brossat, adjoint PCF chargé du Logement à la mairie de Paris, promet un plan "très prochainement" pour transformer ces surfaces en logements décents.

Lire l'article

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
24 septembre 2016 6 24 /09 /septembre /2016 09:08

www.initiative-communiste a pu consulter un rapport – public – du cabinet spécialisé Henderson Consulting publiant les résultats de l’évolution de son Global Dividend Index, statistique de l’évolution des dividendes versés par les entreprises de chaque pays à leurs actionnaires.

Malgré la crise mondiale, les dividendes ont continué de progresser de plus de 2,3% au second trimestre 2016, et ce malgré une forte baisse dans les pays émergents. Notamment au Brésil (-83%). Le cabinet estime à 1 160 milliards de dollars le montant des dividendes qui seront versés en 2016 dans le monde.

En 2015, en Europe c’est 209 milliards de dollars de dividendes qui ont été versés. Au second trimestre 2016, la France se place une nouvelle fois largement en tête pour le versement de dividendes en Europe. Jugez plutôt :

• France : 40 milliards de dollars, en hausse de 13,9% ! Les banques ont augmenté leur distribution de 50 à 70% sous forme de dividendes et de rachat d’actions !

• Royaume Uni : 33,7 milliards de dollars

• Allemagne : 31,6 milliards de dollars

• Italie : 10,3 milliards de dollars

• Pays Bas : 7,6 milliards de dollars

Parmi les 10 premiers plus gros verseurs de dividendes au niveau mondial, on retrouve Sanofi et BNP Paribas. On ne manquera pas de remarquer que le géant pharmaceutique SANOFI n’a cessé de mener plan de licenciement sur plan de licenciement en France ces dernières années.

Rappelons que 40 milliards c’est le montant des cadeaux fiscaux faits par le gouvernement Hollande au grand patronat avec le pacte de compétitivité. C’est 4 fois le déficit de la Sécu, ou la moitié du déficit budgétaire.

​Lire l'article

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article