Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 juillet 2016 6 30 /07 /juillet /2016 09:59

Toto a un nez de chèvre et un pied de porc

Il porte des chaussettes

en bois d'allumette

et se peigne les cheveux

avec un coupe-papier qui a fait long feu

S'il s'habille les murs deviennent gris

S'il se lève le lit explose

S'il se lave l'eau s'ébroue

Il a toujours dans sa poche

un vide-poche

Pauvre type

(Raymond Queneau)

Repost 0
Publié par ROLLAND HENAULT
commenter cet article
30 juillet 2016 6 30 /07 /juillet /2016 09:48

« La lutte de libération nationale n’est pas terminée. » C’est par ces mots que commence le dernier communiqué du FLNC. Et cette fois-ci, il ne s’adresse pas à l’Etat français mais à Daesh. Le groupe clandestin menace les terroristes de représailles en cas d’attentat sur le sol corse. Le mouvement clandestin nationaliste corse du FLNC du 22 octobre a averti ce jeudi les « islamistes radicaux de Corse » que toute attaque de leur part déclencherait « une réponse déterminée, sans aucun état d’âme ».

Dans ce texte transmis à Corse Matin, le groupe, qui avait annoncé en juin sa « démilitarisation », adresse aussi un « message à l’Etat français », qui aurait, « si un drame devait se produire chez nous (…), une part importante de responsabilité car il connaît les salafistes en Corse ». Précisant qu’ils « seraient au nombre de huit », le FLNC ajoute savoir « avec certitude que l’un des imams de Corse est un indicateur de police ».

Un attentat en Corse déjoué ?

Les nationalistes assurent aussi, sans plus de précision, « avoir permis au mois de juin de déjouer un attentat sur notre territoire dans un lieu fréquenté par le public ».

« La volonté des salafistes est clairement de mettre en place chez nous la politique de Daesh et nous nous y sommes préparés », poursuit le texte. « Votre philosophie moyenâgeuse ne nous effraie pas. L’amalgame n’existe que dans l’esprit des faibles et le peuple corse est fort (…) de choix politiques difficiles qui ne nous ont jamais fait basculer comme vous dans la barbarie », lance le groupe clandestin à l’adresse des radicaux. « Sachez que toute attaque contre notre peuple connaîtrait de notre part une réponse déterminée sans aucun état d’âme », ajoute encore le FLNC.

Le FLNC n’a jamais déposé les armes et garde un arsenal de guerre important. En sommeil depuis quelque temps, le mouvement nationaliste affirme endosser désormais un rôle de sentinelle afin de veiller aux intérêts de la Corse.

Signaler « les dérives chez des jeunes désoeuvrés »

Revenant par ailleurs sur le guet-apens tendu à des pompiers en décembre 2015 dans une cité d’Ajaccio – qui avait été suivi de manifestations émaillées d’incidents racistes -, le groupe affirme qu’il s’agissait d’une « stratégie mise en place plusieurs jours, voire plusieurs semaines auparavant pour tester la réaction du peuple corse ». L’opération, ajoute-t-il, a été « orchestrée par quelques pseudo-penseurs malfaisants aidés de petites crapules sans envergure ».

S’adressant, plus généralement « aux musulmans de Corse », le Front les appelle aussi à « prendre position » en dénonçant l’islamisme radical. Il leur demande notamment de signaler « les dérives chez des jeunes désoeuvrés tentés par la radicalisation » et de ne pas « afficher de signes religieux ostentatoires ».

« Si l’Etat islamique revendiquait des actions sur notre sol, nous ne pourrons vaincre que ensemble », poursuit le FLNC.

« Que la France cesse de donner des leçons de démocratie »

Enfin, les militants du 22-Octobre dénoncent la responsabilité la France dans la situation au Moyen-Orient.

« Il faudra que la France cesse sa propension à intervenir militairement et vouloir donner des leçons de démocratie à la terre entière si elle veut éviter que les conflits qu’elle sème à travers le monde ne reviennent comme un boomerang sur son sol. »

Appelant enfin « à la vigilance et au calme face à la barbarie », le FLNC souligne ne pas être « le refuge des frustrés d’une lutte raciale ou xénophobe » et dénonce « les idéologies fascisantes qui alimentent les esprits fragiles et les réseaux sociaux ».

Les présidents nationalistes de l’exécutif de la Collectivité territoriale de Corse et celui de l’assemblée, Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni, doivent soumettre ce jeudi à Assemblée une résolution demandant à l’Etat de fermer les lieux de culte musulman constituant « des foyers d’influence salafiste », d’expulser les animateurs fondamentalistes de ces lieux et de renforcer la sécurité sur les sites de grande fréquentation.

Source

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
30 juillet 2016 6 30 /07 /juillet /2016 09:45

Les albums de ces chanteurs populaires ont été parmi les plus financés par la SCPP, société de producteurs de musique, grâce à un fonds destiné à aider les jeunes artistes qui ont besoin de lancer leur carrière.

Le site Le Lanceur a publié un classement indiquant les jeunes musiciens les plus aidés en 2015. On est quelque peu surpris de tomber sur Charles Aznavour, 92 ans dont la carrière a débuté il y a plus de 70 ans. Il a touché plus de 166.000 euros pour son album Encores.

On retrouve aussi le vieux rocker Johnny Hallyday, 73 ans qui a touché une subvention rondelette de 115.000 euros pour De l'amour. Chimène Badi, première du classement, a reçu la coquette somme de 184 912 euros avec son album Au-delà des maux. Ce sont sûrement des petits jeunots qui ont besoin de soutien financier pour lancer leur carrière...

Les stars se partagent 60% du gâteau

Cet argent leur a été attribué par la Société civile des producteurs phonographiques (SCPP). Cet organisme a pour mission de gérer des droits des producteurs de musique. Son but: «favoriser le renouvellement de la création musicale grâce notamment à l'émergence de nouveaux talents». L'aide aux projets de démarrage ou de redémarrage de carrières figure également parmi les missions principales de la société civile.

Tiré d'une partie des bénéfices censés revenir aux producteurs, ce fonds d'aide prévu par la loi a pour but de répondre à une logique autre que le seul principe de rentabilité. L'argent doit être reversé aux artistes qui créent des œuvres musicales ou cinématographiques qui ne touchent pas forcément le grand public.

Une intention louable qui a été visiblement détournée de son objectif puisque la SCPP favorise en réalité les artistes ayant signé chez des majors comme Universal Music, qui cumule 3 millions d'aides, Sony Music qui en reçoit 1,5 million, ou Warner Music avec 1,4 million d'euros. Le Lanceur note d'ailleurs que ces trois multinationales siègent au conseil d'administration de l'entité.

Toutefois, la société n'en oublie pas d'aider les jeunes talents, principalement via un autre mécanisme, les aides sélectives, versées sur dossier et qui représentent 2,8 millions d'euros… sur les 9,4 millions d'aides versées par l'organisme...

Source

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
30 juillet 2016 6 30 /07 /juillet /2016 09:39

Anne Hidalgo, malgré l’opposition, les protestations et les pétitions, a confirmé la suppression des kiosques à journaux « haussmaniens ».

Ces 360 kiosques devront être remplacés avant juin 2019 par des modèles plus « modernes » et plus « innovants » selon le maire de Paris qui met également en avant l’amélioration des conditions de travail des vendeurs. Le modèle qui va disparaître avait été conçu par l’architecte Gabriel Davioud 1858.

Fustigeant les « faux défenseurs du patrimoine » qu’elle compare aux « défenseurs des petites serres en plastique de Roland Garros », Anne Hidalgo assume et justifie totalement son choix.

L’appel d’offre de la mairie a été remporté par la société MédiaKiosk, filiale du groupe JCDecaux.

Source

NDLR : ce choix s'inscrit dans la politique de destruction de Paris lancée par son prédécesseur.

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
30 juillet 2016 6 30 /07 /juillet /2016 09:36

Difficile d’être aussi ouvertement binaire, mais l’info selon StreetPress, ce n’est pas exposer des faits et développer des analyses, mais se masturber sans fin la fibre clanique dans un esprit post-ado où la conscience des choses se limite à ce qui se fait ou ne se fait pas dans le gang, où le débat collectif se réduit à scander en permanence ce noir et blanc fondateur d’une identité précaire, normalement transitoire, mais ici complaisamment entretenue papier après papier. Il y a ce qui est cool : le rap, le foot, les joggings, les manifs, les Noirs et les Arabes, les casseurs, les antifas, les lesbiennes, Internet et les jeux vidéos. Et puis il y a ce qui « fout le seum » : les flics, l’ordre, l’État, les fachos, la grammaire et le monde adulte en général. Misant sans doute sur la chute du QI que subit l’Occident et la dégradation manifeste de l’Éducation nationale pour s’imposer comme média collaboratif sur la tranche des 20/30 ans d’aujourd’hui, StreetPress divulgue à un rythme soutenu un contenu aussi peu nourrissant qu’il est gras, un contenu qu’on consomme en bande sur le même banc entre deux concours de mollards et en observant avec fierté le « nike la police » tout juste gravé sur l’une des lattes de bois ; un contenu débité au kilo, prémâché et noyé sous des épices à la fois artificielles et vulgaires – en somme, StreetPress est aux médias ce que le kébab est à la gastronomie.

Lire l'article

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
30 juillet 2016 6 30 /07 /juillet /2016 09:33

Sans sombrer dans la nostalgie, il fut un temps où les paysans vivaient dignement de leur travail tout en nous nourrissant au passage ; ce qui n’était pas rien. Aujourd’hui ? Les paysans sont les nouveaux prolétaires, autrement plus déclassés que les beurs à capuches de nos cités. Leur seul horizon ? Que le litre de lait leur soit payé plus que 25,8 centimes d’euro le litre, dixit le décidément irremplaçable Figaro. Idem pour le kilo de viande, qu’elle soit bovine ou porcine. Dans le même temps, ils se suicident par paquets de cent, las du surendettement et de la détresse sentimentale. L’amour est dans le pré ? Rien qu’à la télévision, et encore : quelle femme digne de ce nom rêverait, aujourd’hui, d’épouser un plouc…

La compétitivité, donc. Les culs-terreux n’ont qu’à faire comme dans les fermes des mille vaches ou des vingt mille poules chères à Angela Merkel et à la Commission de Bruxelles. Entasser les animaux dans des camps de concentration sordides. Empilés les uns sur les autres : vaches aux poumons dévorés par l’ammoniac de leur urine, ce qui leur tient d’étable n’étant jamais lavé ; poules amassées les unes sur les autres, ergots aussi déformés que les sabots des vaches plus haut évoquées, obligées qu’elles sont de piétiner sur deux décimètres carrés, sans jamais avoir vu le soleil, l’herbe des champs et même la cour d’une ferme. Et ne parlons même pas des cochons, animaux les plus intelligents de ce que l’on nommait autrefois la basse-cour, agglutinés les uns sur les autres, avant d’être réduits en charpie…

Lire l'article

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
30 juillet 2016 6 30 /07 /juillet /2016 09:30

Si la Banque européenne pour le développement (BERD) accorde à la société Servolux le crédit qu’elle a sollicité, 378.000 poussins passeront chaque année les 47 jours de leur « existence » parqués dans des cages sans litière. Jusqu’à l’abattoir.

La technique d’élevage en batterie du projet, interdite au sein de l’Union européenne, devrait être assurée par l’entreprise allemande FIT Farm rapporte l’ONG Humane Society International (HSI). Le fabricant, dont une vidéo promotionnelle montre des poulets voletant dans un cadre aseptisé, nous a assuré par téléphone la conformité de ses installations aux directives européennes. Mais personne n’est dupe sur la souffrance des animaux dans un tel environnement…

Dans un rapport, HSI a rassemblé de nombreux cas d’aides publiques accordées à des projets ne respectant pas les normes de protection des animaux d’élevage.

L’Allemagne s’est par exemple portée garante à hauteur de 26,4 millions d’euros d’un crédit à l'exportation de la société Avangard pour l’installation en Ukraine de batteries d’élevage qui ne seraient pas autorisées sur son propre sol. Selon le rapport, l'entreprise a pourtant reçu en 2014 l’autorisation de vendre ses oeufs sur le marché européen.

Les consommateurs ne sont souvent pas informés de la provenance des oeufs dans les plats transformés, son étiquetage n’étant pas obligatoire.

Sauvons la forêt lutte de longue date contre l’élevage intensif et plaide pour une alimentation végétarienne - végétalienne. En plus de la souffrance animale, les forêts tropicales sont détruites pour les cultures de soja et de maïs. 75% des terres agricoles de la planète sont dédiées uniquement à la nourriture du bétail.

Demandons à la BERD et aux autres institutions financières de ne plus offrir aucune forme d’aide publique aux usines à animaux !

Signez la pétition

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
30 juillet 2016 6 30 /07 /juillet /2016 09:28

Un regard sur l’ensemble de la conjoncture mondiale nous permet de faire un constat qui ne peut que nous plonger dans l’inquiétude. La gouvernance des États se glisse vers la droite et l’extrême droite et ce dans les dédales de dictatures maquillées en « démocratie ». Au Brésil, un coup d’État a chassé du pouvoir Dilma Roussef légitimement et démocratiquement élue présidente du pays (http://www.mondialisation.ca/la-destitution-de-la-presidente-dilma-roussef-un-coup-detat-selon-lex-ministre-du-gouvernement-bresilien-jacques-wagner/5526535) Un confinement des membres de l’ALBA par les États-Unis met en péril les acquis politiques, économiques et sociaux gagnés depuis le début du siècle. Dans l’UE, on a pu observer dans plusieurs pays une montée de l’extrême droite comme ce fut le cas en Allemagne avec la manifestation remarquée des mouvements d’Extrêmes droite et, en Autriche, lors des dernières élections présidentielles. Le flux massif de réfugiés en provenance du Moyen Orient, du continent africain et de l’Asie centrale et du Sud a poussé plusieurs États et, notamment, la Hongrie et les pays balkaniques, à effectuer un contrôle plus serré des déplacements transfrontaliers et même à construire des murs ou des barrières sur des milliers de kilomètres sur leurs frontières. Ces pays ont profité de l’entrée de réfugiés pour renforcer les législations concernant les personnes et leurs libertés de manifester et de s’exprimer.

Les attentats récents qui ont frappé la France, la Belgique et l’Allemagne de même que ceux qui ont affecté la Turquie ont bouleversé l’agenda politique de ces pays. Le virage à droite prononcé observé en France avec l’instauration de l’état de siège et l’état d’urgence fait craindre le pire pour les droits et les libertés. Selon le sociologue Jean-Claude Paye, l’existence même des lois antiterroristes prive les États de leur souveraineté et s’avère liberticide pour les citoyens. Les lois antiterroristes » imposées par les États-Unis ont servi à jeter les bases sur lesquelles se construit un nouvel ordre de droit, observe Jean-Claude Paye. Elles s’appliquent désormais dans tous les États européens. Tout citoyen européen ordinaire peut, aujourd’hui, être surveillé dans son propre pays par des services secrets étrangers, être désigné comme un « ennemi combattant », être remis aux tortionnaires de la CIA et être jugé par des commissions militaires états-uniennes (voltairenet.org) (mondialisation.ca). Après la France la Turquie s’éloigne de l’État de droit pour emprunter les règles apparentées à celles de la dictature en substituant l’appareil gouvernemental par un processus de militarisation du territoire et des institutions. Les fonctions de la présidence sont renforcées. Les purges exercées dans l’appareil d’État, dans l’armée, dans le domaine de l’Éducation y compris universitaire, et dans celui de l’audio-visuel, auront un impact majeur sur la gouvernance des institutions qui seront encore davantage surveillées.

Cet essai présente le bilan des attentats perpétrés dans l’UE et en Turquie au cours des derniers mois et le comportement des États affectés concernant la menace qui pèse sur les droits constitutionnels et les libertés fondamentales telles que définies dans les Chartes, les Déclarations universelles et les Constitutions nationales.

​Lire l'article

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
30 juillet 2016 6 30 /07 /juillet /2016 09:24

Le représentant permanent de la Syrie auprès des Nations Unies, Bachar Al-Jaafari, a revu à la hausse le bilan des victimes des frappes françaises après l'attentat du 14 Juillet, et alerté sur les conséquences humanitaires des raids de la coalition.

Profitant de son intervention au Conseil de sécurité des Nations unies lundi 25 juillet, le diplomate syrien Bachar Al-Jaafari a annoncé que le raid aérien français mené en Syrie, en représailles à l'attentat de Nice du 14 Juillet avait causé la mort de 164 villageois – soit près de deux fois le nombre de victimes de la Promenade des Anglais. Le diplomate a regretté le manque de communication entre les autorités syriennes et les forces de la coalition, menée par les Etats-Unis et à laquelle participe la France, qui aurait pu permettre d'éviter ce genre de drame.

Selon le responsable syrien, les autorités françaises ont souhaité frapper les positions de l'Etat islamique, dans le village de Toukhan al-Koubra au nord du pays, dans le cadre des opérations de la coalition internationale. Or, a-t-il indiqué, «Daesh a pris en otage les [habitants de ce village] et s'en est servi comme boucliers humains».

«Lorsqu'ils ont appris que le président français avait déclaré que la France allait venger [les attentats de] Nice, les commandants de Daesh ont donné l'ordre [à leurs forces] d'évacuer ce village» a précisé le diplomate. Par conséquent, lorsque les avions militaires français ont bombardé cette position, les combattants djihadistes avaient fuit celle-ci... mais les civils s'y trouvaient encore.

​Lire l'article

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
30 juillet 2016 6 30 /07 /juillet /2016 09:20

Après l’attentat de Nice et la prorogation de l’état d’urgence de six mois, les députés devaient se prononcer sur plusieurs amendements, notamment celui concernant la fermeture administrative des mosquées salafistes recensées par le ministère de l’intérieur.

Dans son exposé, l’amendement précisait la possibilité pour les autorités compétentes (ministre et préfets) de fermer « toutes les mosquées islamistes qui constituent une menace pour l’ordre public».

Au niveau national, l’amendement a été rejeté (164 suffrages contre 139) provoquant la colère de la droite et notamment celle de Rachida Dati : « Ils n’ont pris aucune mesure que nous avons demandé », dénonçant vivement « l’angélisme » de la gauche.

En ce qui concerne le département de Gironde, seul le député de droite, Yves Foulon, a voté en faveur du texte. Les députés de gauche présents dans l’hémicycle ont refusé de voter cette mesure. Ainsi, malgré les grands discours sur la République, Gilles Savary, Sandrine Doucet, Florent Boudié et Philippe Plisson ont refusé de fermer « ces lieux de haine ». Comme le résume l’ancien maire socialiste de Pessac, Jean-Jacques Benoît, « les actions ne suivent pas, or l’urgence républicaine est là (…) Il faut criminaliser le salafisme, mais sans tarder et sans barguigner ».

A noter l’absence ce jour-là des députés Michèle Delaunay, Marie Récalde, Alain Rousset, Noël Mamère, Conchita Lacuey, Martine Faure et Pascale Got. Peut-être avaient-ils mieux à faire …

Source

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article