Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 juin 2015 6 27 /06 /juin /2015 07:42

23/06/2015 – 06h00 Angers (Breizh-info.com) – Voilà une affaire qui pourrait relancer le débat sur la vaccination obligatoire, à l’heure ou le professeur Henri Joyeux récolte des centaines de milliers de signatures pour sa pétition réclamant le retour du Vaccin DTP trivalant au nom de la protection sanitaire des enfants : Ayana, une petite fille de 7 mois, est actuellement plongée dans le coma au CHU d’Angers, et devrait voir sa respiration mécanique stoppée, les médecins ayant jugé que les dommages au niveau du cerveau sont irréversibles. Ses parents, qui refusaient sa mort programmée et qui avaient même porté l’affaire en référé, se sont en effet finalement résignés dans la douleur et la tristesse à laisser partir leur enfant.

On sait deux choses sur la dégradation de l’état de santé de la petite Ayana : le 4 mai dernier, ses parents l’ont emmenée se faire vacciner contre le DTP + coqueluche + haemophilus B + hépatite B + 13 souches de pneumocoques , les pneumocoques étant responsables de certaines pneumopathies, certain type de méningites, et certaines otites ( pas toutes loin de là ) à la PMI (protection maternelle et infantile) de Sées. Dans la nuit du 4 au 5 mai, suite à une poussée de fièvre impressionnante, et alors que les parents avaient appelé le 15, les médecins régulateurs n’ont pas jugé nécessaire de faire prendre en charge le bébé.

Selon Maître Ludot, l’avocat des parents de la petite Ayana, « cette enfant a eu le cerveau détruit par une hyperthermie maligne. C’est la fièvre de 42,5 qui est à l’origine de cette destruction. Si cette fièvre avait été traitée en temps et en heure, nous ne serions pas au chevet d’un bébé qui est sur le point de mourir ». L’avocat évoque aussi la responsabilité de vaccins dans l’état de santé de l’enfant.

Serge Rader, pharmacien, appuie également la thèse de la responsabilité du vaccin: « Dans l’Infanrix Hexa, il y a en réalité 6 valences mais 8 souches et dans le Prevenar, treize, comment voulez-vous que le système immunitaire d’un nourrisson qui n’est même pas encore formé résiste à un tel choc ? C’est criminel» affirme-t-il. « Des cas semblables ont eu lieu en Italie, avec morts subites dans les 24H et autisme (23.9.2014 Tal de Milan). La pharmacovigilance italienne annonce 3,7 fois plus d’accidents neurologiques avec cette double vaccination simultanée. Quant au Pneumo 23 (les 13 mêmes que Prévenar sauf le 6a), injectable en France à partir de 2 ans, il a été tout simplement retiré du marché en Italie pour inefficacité en juillet 2013….».

lire la suite

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
27 juin 2015 6 27 /06 /juin /2015 07:33

DISPARITION - L'écrivain-réalisateur, prix Goncourt en 1989 pour Un grand pas vers le Bon Dieu, est mort ce mardi à son domicile à Gradignan, près de Bordeaux, à l'âge de 82 ans.

Le romancier et scénariste Jean Vautrin, de son vrai nom Jean Herman, est mort mardi à son domicile à Gradignan, près de Bordeaux, à l'âge de 82 ans, a-t-on appris auprès de son agent, Danielle Gain. Touche-à-tout, il avait commencé sa carrière par le cinéma sous son véritable nom, Jean Herman, avant de se lancer, au début des années 1970, dans la littérature, sous le pseudonyme de Vautrin emprunté au héros de Balzac dans la Comédie humaine. En 1968, il signe son premier film, adaptation d'un roman de Sébastien Japrisot, Adieu l'ami avec Charles Bronson et Alain Delon. Un polar sec et intense qui a marqué l'histoire du genre.

Scénariste prolifique, il écrit une dizaine de scripts pour des films, comme ceux d'Yves BoissetCanicule et Bleu comme l'enfer.

En 1989, il obtient le prix Goncourt pour son roman Un grand pas vers le Bon Dieu. Il a été un écrivain populaire et engagé résolument à gauche. Une de ses œuvres phares, adaptée en bande dessinée par Jacques Tardi, est le Cri du peuple, vaste saga sur la Commune de Paris. En 2012, il publiait Les années faribole, le quatrième volet d'un autre récit historique consacré à quatre compagnons d'armes de la Première Guerre mondiale.

«Comme d'habitude, ça claque, ça grince, ça tangue, ça saute de joie ou de douleur sous la plume de Vautrin. Pas une page sans émotion. Pas une ligne sans ce style argotique, façon Alphonse Boudard, qui propulse le lecteur dans un Paris lointain peuplé d'individus que l'on a l'impression de connaître(...). Quel voyage à grande vitesse dans le temps et dans les sentiments! Quel hymne à la paix aussi! La paix qui fait cesser le fracas des canons bien sûr, mais aussi celle, beaucoup plus difficile encore à obtenir, qui doit se frayer un chemin dans le cœur de chacun» écrivait Blaise de Chabalier au sujet de l'ouvrage.

Source

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
20 juin 2015 6 20 /06 /juin /2015 10:29

Chut ! Ne les empêchez pas de travailler. Nos étudiants sont penchés sur Face book, sur les Go fast et sur les Game fair. Je redoutais que vous ne comprissiez pas. J’ai pris tout ce lexique dans la presse quotidienne. Ainsi qu’à la télévision et sur les réseaux sociaux. J’ai compris que nos étudiants sont d’un niveau très supérieur à tout ce qu’on a pu voir jusqu’en ce début de troisième millénaire. Nos étudiants sont en outre de plus en plus jeunes et instruits de plus en plus précocement. Ce qui n’est pas sans poser des problèmes nouveaux qu’il faudra bien résoudre. En effet, il faut prévoir des programmes pour le bébé-éprouvette. Mais ce n’est pas tout, pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? Il faut prévoir des programmes adaptés aux fœtus. Il ne faut pas craindre d’aller de plus en plus loin. A une époque où les vieillards s’abattent communément dans les avis nécrologiques, à cent dix ans et davantage, il faut accélérer le mouvement. Il faut voir jeune. Et ces vieillards accablés par les années sont-ils capables de concevoir des programmes adaptés à l’homme prénatal ? A l’embryon d’homme ? Face à ces nouveaux problèmes qui nous attendent, il faut nous mettre déjà au travail. Et c’est commencé, heureusement, avec l’épreuve anticipée de français. Je vous donne le sujet ? Un texte d’un très jeune auteur, prix Goncourt des lycéens, un foetus de quarante deux ans, Prix des libraires, Prix Goncourt tout court. Un vrai jeune adapté aux jeunes, adapté aux fœtus. Mais il faut aller plus loin et très vite. Les petits jeunes, question littérature ne suivent pas tous. J’ai repéré un candidat qui écrit carrément ceci : wsh c. En guise de protestation. C’est un précurseur, il est trop en avance. Voici ce que je propose, en tant que prof resté près des jeunes. Il faut servir les jeunes avec une littérature de plus en plus jeune. Je trouve la réflexion de ce candidat très légitime. Vivent les wsh c ! Vivent les Go fast, vivent les Game fair. Quand je pense que des attardés disent encore la chasse, alors que les Game fair c’est tellement plus parlant. Il faut que les jeunes s’expriment enfin en toute liberté. Qu’ils puissent dire librement wsh c. Il faut en finir avec l’oppression de la langue française ! Bien sûr de nouvelles questions vont se poser ! Il faut les aborder avec courage. Par exemple, il faut prévoir un bac pour les fœtus et aller encore plus loin vers la jeunesse. Il faut prévoir un bac spermatozoïdes et un bac ovule. Un bac ovocyte ! Et là on se trouve confronté à une question d’actualité. Il va falloir respecter la parité ! Or, la biologie ne respecte pas l’égalité des chances. La biologie envoie jusqu’à quatre cent mille spermatozoïdes alors qu’elle ne produit qu’un seul ovule. C’est une honte ! Comment voulez-vous que les candidates au bac de l’avenir ne se sentent pas agressées ? Quatre cent mille petits machos contre un seul ovule, on croit rêver. Il faut convoquer immédiatement des biologistes hautement spécialisés qui vont plancher sur la question. Sinon, on va se trouver devant des protestations, devant des wsh c… et ça va encore être le Go fast, ou pire encore le Game fair. Voilà ce qui nous attend, si on ne réagit pas très vite. L’an dernier, nos jeunes s’étaient plaints d’un nommé Victor Hugo. Un vieillard ! Il faut éviter que ça se reproduise.

Repost 0
Publié par ROLLAND HENAULT
commenter cet article
20 juin 2015 6 20 /06 /juin /2015 10:21
Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
20 juin 2015 6 20 /06 /juin /2015 10:19
Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
20 juin 2015 6 20 /06 /juin /2015 10:16

L’ancien directeur général de la deuxième banque islandaise jusqu’à l’effondrement du secteur financier du pays en 2008 a été condamné à de la prison ferme. Et bien d’autres dossiers attendent.

« Pourquoi l’Islande arrive à envoyer les patrons de banque en prison, et pas les autres pays ? Il y a une explication locale ? », se demande-t-on sur Twitter.

Ce mercredi matin, l’ancien responsable de Landsbanki, la seconde banque du pays avant le krach bancaire en 2008 (qui a entrainé l’effondrement complet du pays) a été condamné à 12 mois de prison, dont trois ferme, par un tribunal de Reykjavik.

Sigurjon Arnason, 48 ans, était accusé de manipulation du cours des actions de la banque. Pour soutenir ceux-ci, Landsbanki prêtait de l’argent à des investisseurs, à condition qu’ils achètent en retour des actions… Deux autres anciens cadres-dirigeants de la banque ont été condamnés par le même tribunal à neuf mois dont trois ferme, pour avoir participé à la combine.

La réponse à la question posée sur Twitter est à rechercher dans la volonté de faire de la crise financière un sujet politique : dès l’explosion du système, les Islandais ont pris la question à bras le corps, réfléchi à leur « contrat social », bref, politisé le sujet.

• Ils ont manifesté dans les rues de Reykjavik et obtenu la chute du gouvernement de droite qui dirigeait alors ce petit pays ;

• Ils ont organisé des référendums qui ont conduit à refuser le remboursement, par les contribuables, des épargnants étrangers lésés ;

• Ils ont engagé un processus de révision de la constitution (qui n’a pas abouti) ;

• Ils ont enfin décidé de nommer un procureur spécial (Olafur Thor Hauksson, alors commissaire de police d’Akranes, un petit port de 6.500 habitants) pour traquer les éventuels délits commis par les responsables : les “néo-vikings” indélicats, ces financiers peu scrupuleux qui étaient encore des stars en 2007, mais aussi les responsables politiques du désastre.

Les « banksters » ? Beaucoup vont bien, merci

Cela dit, il ne faut pas trop exagérer les résultats de cette traque judiciaire : la justice n’a pas poursuivi les « responsables de la crise », mais les responsables de délits avérés.

NDLR : Ce qui ne risque pas d’arriver en France puisque l’on se refuse même à lancer de simples commissions d’enquêtes publiques …

Un seul homme politique, bouc émissaire facile, a été jugé : Geir Haarde, l’ancien Premier ministre à l’époque du Krach. Il risquait deux ans de prison ; finalement, il a été jugé coupable d’une broutille, sans qu’aucune sanction ne soit prononcée : le tribunal lui a reproché de ne pas avoir organisé de réunions gouvernementales après la chute de la banque Lehman Brothers en septembre.

Son mentor et prédécesseur de 1991 à 2005, David Oddsson, qui était au moment de la crise gouverneur de la Banque centrale (une fonction dans laquelle il s’était lui même nommé) est passé entre les gouttes. Il est vrai qu’il dirige depuis un des plus influents quotidiens islandais, « Morgunbladid » (le journal du matin). « Un peu comme si on avait nommé Richard Nixon à la tête du ‘Washington Post’ pendant le Watergate », s’était alors moqué « le Monde diplomatique »

Quand aux « banksters », ils vont dans l’ensemble très bien. Mais quelques un d’entre eux, et pas des moindres, ont été condamnés pour des malversations précises. La justice a trouvé de quoi condamner les dirigeants des trois banques en faillite :

• Larus Welding, ancien patron de la banque Glitnir ;

• Hreidar Mar Sigurdsson et Sigurdur Einarsson, ex-dirigeants de la banque Kaupthing ;

• Et maintenant Sigurjon Arnason, patron de Landsbanki ainsi que deux autres cadres.

En attendant, une bonne partie des brigands milliardaires reconstruisent leur petit business et se la coulent douce. Les quelque 20 à 30 financiers –un club exclusivement masculin — qui ont poussé l’Islande vers le gouffre vivent bien pour la plupart. Certains sont restés en Islande, beaucoup se sont dispersés dans le monde, dans les villes où l’argent tourne. Ils vivent dans de sompteux appartements à Londres, au Luxembourg, à Lausane, à Toronto, ou à Saint Petersbourg…

On a pu croiser, dans les mois qui ont suivi le krach, dans certains bars, leurs photos dans les urinoirs : à défaut de pouvoir les juger, les Islandais leur pissaient dessus…

Source

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
20 juin 2015 6 20 /06 /juin /2015 10:10

Une page d’histoire du Quartier de la Vieille Chapelle va disparaitre avec la destruction des bâtiments de la COMPAGNIE DU LIN.

L’Observatoire des Quartiers Sud de Marseille vous invite à découvrir l’histoire particulière de cette entreprise et de son fondateur :

Jean ROUMILHAC

Franc-maçon, anarchiste, résistant, qui voulut faire de sa filature, la Compagnie du lin, une usine exemplaire

Jean-Marie Guillon, historien, professeur des universités émérite (Université d’Aix-Marseille, UMR TELEMME), évoquera ce parcours militant hors normes. http://telemme.mmsh.univ-aix.fr/membres/Jean-Marie_Guillon

Françoise Fontanelli, historienne, doctorante (Université d’Aix-Marseille, UMR TELEMME ; Università della Tuscia, Viterbo), suivra le Jean Roumilhac, militant libertaire, http://telemme.mmsh.univ-aix.fr/membres/Fran%C3%A7oise_Fontanelli

Gérard Leidet, collaborateur du Maitron, Dictionnaire du mouvement ouvrier, présentera Les anarchistes, Dictionnaire du mouvement libertaire francophone. http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?mot28

Lundi 22 juin 2015, de 17h30 à 20h, au centre social Mer et Colline 16 boulevard de la Verrerie – 13008 Marseille

(bus 19 arrêt Verrerie - à partir du Rond Point du Prado, derniers retours toutes les 10 min entre 20h41 et 21h54)

Accueil à partir de 17h30. Début impératif : 18h. L’accès est libre et gratuit. N’hésitez pas à faire circuler l’information.

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
20 juin 2015 6 20 /06 /juin /2015 10:06

Lors d’une inspection à la ferme des 1.000 vaches, suite à la publication d’un article accablant dans Reporterre, les services de l’État ont constaté un dépassement important du nombre de vaches autorisées.

Suite à l’article de Reporterre du lundi 8 juin 2015 relatif à la ferme dite des « 1000 vaches » située à Drucat dans la Somme, Nicole Klein, préfète de la région Picardie, a demandé aux inspecteurs des installations classées agricoles et de la santé et de la protection animale[1] de réaliser un contrôle du site le mardi 9 juin.

Au cours de cette visite, les inspecteurs n’ont pas souligné d’infraction majeure à la réglementation en vigueur en ce qui concerne la santé et l’état corporel des vaches. En revanche, les effectifs dépassent considérablement le nombre de vaches autorisées : 796 vaches ont été comptabilisées au lieu de 500 autorisées par l’arrêté préfectoral du 1er février 2013.

La Préfète a donc sommé l’exploitant d’abaisser ses effectifs à 500 vaches dans les plus brefs délais.

De nombreuses associations de protection animale, dont WELFARM, dénoncent ce projet depuis ses débuts. Pour Jonathan Fleurent, ingénieur agronome et chargé d’études bien-être animal à l’association WELFARM,

« Les vaches y sont élevées en zéro pâturage, sans jamais avoir accès aux prairies. Ce mode d’élevage est une entrave au bien-être animal car il ne répond pas aux besoins d’espace de la vache laitière et favorise notamment les problèmes de boiterie.»

WELFARM est membre du comité de soutien à Novissen, association qui s'oppose au projet des 1.000 vaches. Malgré les nombreuses actions locales menées par cette association, le projet continue de se développer. WELFARM reste mobilisée contre le développement des élevages en zéro pâturage dans toute la France.

Consulter le rapport intégral de l’inspection

Le combat se poursuit : WELFARM se mobilise contre le projet des 1.000 veaux à Courtine (23). Renez-vous à la manifestation contre ce projet samaedi 4 juillet en savoir plus

[1] Direction départementale de la protection des populations de la Somme

Source

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
20 juin 2015 6 20 /06 /juin /2015 10:02

Au lendemain des attentats de janvier, tandis que le parisien.fr titrait « Attentat de Charlie Hebdo : Le Pen s’engouffre déjà dans la polémique », relayé par le plus.nouvelobs.com « Zemmour et Le Pen osent déjà polémiquer. C’est indigne », à quoi s’occupait le gouvernement ? Il inventait. Une fable. « Lassana Bathily, ce héros ». Plus précisément, il brodait.

C’est ce que racontent Sandra, Jean-Luc, Yohan et les autres survivants de la tuerie du magasin casher à Libération, dans un entretien publié le 7 juin. « Lassana Bathily est quelqu’un de vraiment bien, adoré de tous ses collègues (…) qui nous a, effectivement, proposé de nous sauver en prenant le monte-charge avec lui, mais il n’a pas pu nous sauver puisque nous avons tous refusé », dit Jean-Luc. Selon Sandra, les médias et les politiques ont eu « besoin de trouver une belle histoire » raison pour laquelle les ex otages du magasin casher ne se retrouvent pas dans les versions médiatiques des faits qu’ils estiment parfois « arrangées ».

Le petit groupe d’otages réfugiés au sous-sol du magasin, là où se trouvait Lassana au moment des faits, n’a donc pas voulu suivre, selon ses dires, l’idée du jeune employé d’utiliser le monte-charge ni l’issue de secours à l’étage afin de s’échapper – qu’ils n’avaient pas réussi à ouvrir pour la seconde, et qu’ils jugeaient trop bruyant et trop petit pour eux tous pour le premier. Lassana Bathily est donc parti seul. Les autres se sont ensuite calfeutrés dans une chambre froide. Yohann raconte avoir arraché tous les fils pour stopper la congélation, éteint la lumière et trouvé les clés pour s’enfermer.

S’il ne fait de doute pour aucun des otages que Lassana Bathily a tenté de trouver un échappatoire pour tous, tous s’accordent néanmoins sur ce point : ce n’est pas lui – contrairement à ses dires – qui les a fait rentrer dans le congélateur. « Les médias et les officiels ont voulu enjoliver le tableau, ajoutant qu’il nous auraient fait descendre, etc. Ce n’est pas vrai, mais ce n’est pas la faute de Lassana. A ce moment-là, la France avait besoin d’un héros ». Et un sans-papier « musulman, pratiquant », quelle aubaine pour couper court à la polémique et tordre le cou aux amalgames.

Sandra, Emilie et les autres n’en veulent pas à Lassana, mais aux médias. Quand, à 14h58 ce jour-là, BFMTV – au mépris de leurs vies – annonce qu’« une femme se serait cachée dans la chambre froide. Et y serait encore » . Par leurs portables, ils l’ont même « su en temps réel (…) » ,raconte Emilie, encore tremblante. Pour Sandra, BFMTV « a joué avec nos vies pour une course à l’audimat ». Sans que ce grave manquement au devoir de réserve ayant mis en péril la vie d’autrui ne suscite de la part des autorités concernées la moindre polémique.

L’essentiel, pour le gouvernement, se situait ailleurs. Faire pleurer d’émotion dans les chaumières. D’un côté, un Coulibaly tuant des juifs au nom d’Allah, de l’autre, un Lassana qui les aide parce « qu’on est des frères ». La preuve par neuf qu’il ne faut pas faire d’amalgame.

Certains osaient polémiquer, c’était indigne ? Mais un gouvernement qui ment, qui instrumentalise un sans-papier, on appelle ça comment ?

Source

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
20 juin 2015 6 20 /06 /juin /2015 09:59

Le cousin du feu dirigeant libyen Mouammar Kadhafi a accordé une interview exclusive à l'agence Sputnik.

Les puissances occidentales ne semblent pas être intéressées par une stabilisation de la Libye, plongée dans le chaos depuis l'intervention de l'Otan en 2011, estime l'ex-colonel de l'armée libyenne Ahmed Kadhaf ad-Dam Kadhafi, cousin de l’ex-dirigeant Mouammar Kadhafi.

Dans un entretien exclusif avec l'agence Sputnik, il déplore "la destruction et l'effusion de sang quotidiennes" qui se poursuivent dans le pays sans que la communauté internationale ne s'en préoccupe.

"Malheureusement, le monde ignore ce qui se passe en Libye, et la laisse errer parmi les décombres. Il y a deux millions de réfugiés et de prisonniers dans le pays, et c'est vraiment très triste", a déclaré l'ex-colonel.

Selon lui, les pays occidentaux ne sont pas vraiment intéressés par la stabilisation de la Libye.

"Ils avaient leur intérêt à éliminer Mouammar Kadhafi, mais où sont-ils maintenant, ces +amis de la Libye+? (…). Le pays est en ruines, et les gens y sont tués chaque jour; c'est une honte pour les Nations unies", lance-t-il.

L'ancien officier a également accusé l'Occident d'avoir pavé la voie à l'Etat islamique en Libye à l'époque de la révolte contre Mouammar Kadhafi.

"Ils sont venus d'Afghanistan, du Pakistan, du Bangladesh et de plusieurs autres pays, et les Etats étrangers leur ont fourni un soutien aérien (…). Leur principal objectif était de tuer Mouammar Kadhafi, car il voulait unifier le continent africain. Ils considèrent l'Afrique comme une mine, ils veulent la recoloniser de nouveau et réduire les Africains en esclavage", affirme l'interlocuteur de l'agence.

"Ils nous traitent de façon barbare, puisqu'ils ne maîtrisent pas d'autres langues que celle de la force. Ils n'ont jamais envisagé de solution pacifique ni de projet positif pour les Africains ou les Libyens", indique-t-il.

Toujours d'après lui, la Syrie serait devenue "un enfer similaire" sans le soutien de la Russie et de son président Vladimir Poutine.

Dans le même temps, évoquant l'expansion actuelle de l'Etat islamique en Libye et en Syrie, Ahmed Kadhafi a estimé que les forces de la coalition internationale "ne combattaient pas du tout l'EI".

"Au contraire, ce sont l'Occident et l'Otan qui ont créé l'EI. Il n'y avait pas d'extrémisme en Irak, en Syrie ou en Libye avant l'intervention de l'Otan dans ces pays", souligne Ahmed Kadhafi.

"La question est de savoir comment il est possible que l'intervention de l'Otan ait permis à la moitié des territoires irakiens et syriens de passer sous le contrôle de l'EI? L'Otan est-elle devenue si faible?", se demande-t-il.

Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/international/20150618/1016596144.html#ixzz3daSirHZf

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article