Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 septembre 2015 6 12 /09 /septembre /2015 09:15

Le syndicat Union régionale Solidaires de Bretagne annonce, dans un communiqué de presse, que "Les plaintes au pénal avec constitution de partie civile des victimes des pesticides vont pouvoir être instruites" dans l'affaire qui oppose d'anciens salariés à l'entreprise Nutréa-Triskalia. Après la décision du 29 ­avril du parquet de Saint-Brieuc de classer sans suite les plaintes déposées le 26­ mai 2010 par Laurent Guillou et Stéphane Rouxel, ex-salariés de l’entreprise Nutréa-Triskalia de Plouisy, gravement intoxiqués par des pesticides, leur avocat Maître François Lafforgue avait déposé une nouvelle plainte au pénal avec constitution de partie civile, le 12 ­juin dernier, pour blessures involontaires ayant entraîné une ITT supérieure à trois mois, mise en danger d’autrui, abstention volontaire d’empêcher un crime ou un délit contre l’intégrité d’une personne. Investigations Cette plainte a été jugée recevable par la doyenne des juges d’instruction du tribunal de grande instance de Saint-Brieuc, qui a prononcé, le 3 ­juillet dernier, une ordonnance fixant une consignation prévue par le code de procédure pénale. Un juge d’instruction va donc pouvoir être nommé afin que soient menées les investigations qui devraient permettre de rechercher et dégager les responsabilités pénales dans cette affaire. Nutréa-Triskalia avait été condamné le 11­ septembre dernier pour faute inexcusable de l’employeur par le Tribunal des affaires de Sécurité sociale de Saint-Brieuc. Solidaires se réjouit de cette décision.

© Le Télégramme - Plus d’information sur http://www.letelegramme.fr/fait-divers/affaire-nutrea-triskalia-les-plaintes-jugees-recevables-au-penal-09-07-2015-10699698.php

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
12 septembre 2015 6 12 /09 /septembre /2015 09:12

Monsanto, la firme américaine spécialisée dans les biotechnologies agricoles, vient d’être condamnée en appel par la justice française pour l’intoxication de Paul François en 2004.

Une condamnation historique en France

Monsanto Company vient d’être jugé responsable par la justice française de l’intoxication de Paul François en 2004. En cause, le Lasso, nom de son herbicide destiné au maïs. Le groupe avait déjà été reconnu responsable en 2012 lors de la première instance. La firme américaine est désormais condamnée par la cour d’appel de Lyon à indemniser entièrement le céréalier charentais qui depuis son intoxication est devenu partiellement handicapé.

À l'audience d'appel, en mai dernier, Monsanto avait répété que son produit “n'est pas dangereux” et que “les dommages invoqués n'existent pas”. Paul François est, lui, convaincu que la firme américaine connaissait les dangers du Lasso bien avant son interdiction. L’herbicide est, en effet, interdit sur le territoire français depuis 2007. Le Lasso avait déjà été jugé dangereux et retiré du marché au Canada dès 1985 et depuis 1992 en Belgique et au Royaume-Uni.

Un petit pas pour l’homme, un grand pas pour l’humanité ?

Pour Paul François, c’est un combat de plus de 10 ans qui se termine. Son infection faisait suite à l’inhalation du pesticide pendant plusieurs années. Jadis, il était à la tête de 240 hectares dédiés à la monoculture.

“La reconnaissance de la responsabilité de Monsanto dans cette affaire est essentielle : les firmes qui mettent sur le marché ces produits doivent comprendre que dorénavant, elles ne pourront plus se défausser de leurs responsabilités vis-à-vis des pouvoirs publics ou l’utilisateur et que des comptes leurs seront demandés”, explique dans un communiqué Maria Pelletier, présidente de l’ONG Générations futures. Elle ajoute : “C’est une étape importante pour toutes les autres victimes des pesticides qui espèrent voir enfin confirmer la responsabilité des firmes dans la survenue des maladies qui les touchent.”

Source

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
12 septembre 2015 6 12 /09 /septembre /2015 09:06

L’angoisse est au plus fort pour les 77 salariés de Nexcis, la filiale d’EDF située à Aix-en-Provence, qui est à la pointe de l’innovation dans le secteur de l’énergie photovoltaïque. Ils sont menacés de licenciement après qu’EDF a annoncé la liquidation de la société. Une annonce d’autant plus surprenante que les ingénieurs et techniciens de Nexcis ont mis au point un procédé digne d’intérêt : de minces panneaux photovoltaïques intégrés dans le double vitrage des bâtiments, maisons comme immeubles. Ces fenêtres appelées BIPV pour « Building integrated photovoltaïc » permettent à la fois de moduler la luminosité et de produire l’électricité. Bertrand Bertrand, responsable design et fiabilité de la filiale, assure à propos du filtre photovoltaïque que:

Des ouvrages avec des vitres orientées à l’est, à l’ouest et au sud pourraient être autosuffisants en énergie le jour.

voir la suite

http://www.cyberacteurs.org/blog/?p=1956

Le gouvernement aux abonnés absents

Des soutiens politiques commencent à se manifester. Des élus locaux du Front de gauche, l’eurodéputée écologiste Michèle Rivasi, ou la maire d’Aix-en-Provence, Maryse Joissains (UMP), sont intervenues (une pétition de soutien a été lancée mi avril). Mais le soutien de l’État, propriétaire à 84% d’EDF, se fait attendre.

Nous vous proposons d'interpeller le Ministre de l'Economie

Sortir Nexcis de la «vallée de la mort»

http://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/130415/sortir-nexcis-de-la-vallee-de-la-mort

NEXCIS, LE PÔLE PHOTOVOLTAÏQUE D’EDF, TENTE DE SURVIVRE

http://www.novethic.fr/lapres-petrole/energies-renouvelables/isr-rse/nexcis-le-pole-photovoltaique-d-edf-tente-de-survivre-143415.html

Source

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
5 septembre 2015 6 05 /09 /septembre /2015 09:53

On appelle ainsi le théâtre du 17ème siècle. Parce qu’il reproduit les classes sociales du 17ème siècle. Les pauvres sont à leur place, c'est-à-dire étalés sur le parterre. Les faux riches sont juchés, comme les poules, dans les « poulaillers ». Tout en haut. Bien fait pour leur gueule ! Ce sont les faux riches qui sont disposés tout en haut, au-dessus des vrais riches ! Les faux riches voient rien du tout. Et ils n’entendent pas beaucoup plus. De toute façon, ils étaient venus pour frimer, pour se donner en spectacle. En dessous d’eux il y a les vrais riches, qui sont dans des loges ou au balcon. Ainsi la hiérarchie sociale est respectée, même au théâtre. Comme dans la vie. Les pauvres sont les SDF du théâtre, assis le cul sur le sol. A cette époque-là les pauvres sont indisciplinés. Ils sèment le bordel tout au long de la représentation, pour empêcher les riches d’entendre. Dommage que les pauvres de 2015 n’aient pas retenu la leçon ! Les auteurs dramatiques obéissent, eux, à la hiérarchie sociale. Surtout les auteurs de tragédies. Ils respectent les « bienséances ». Ils obéissent à la règle des trois unités. Unité de temps, de lieu et d’action. Les vrais riches ont pas beaucoup d’intelligence. Si on concentre pas le lieu, le temps et l’action, ils sont paumés, les riches. Molière, venu d’un milieu à peu près normal, écrit parfois pour le parterre. Pour emmerder les riches. Exemple : « Les fourberies de Scapin ». Il donne alors dans le comique de farce. Retour aux « bienséances ». On n’a pas le droit de montrer la violence sur la scène. Alors, c’est obligé, il faut se farcir des récits, pour rapporter les grandes bagarres de l’époque. Parce que les guerres ça continue, en dehors du théâtre. D’où les fameuses « tirades ». Genre Rodrigue : « Sous moi donc cette troupe s’avance… » Encore une autre bienséance : on n'emploie pas les mots grossiers, et Chimène avoue à Rodrigue : « Va je ne te hais point » au lieu de dire « je bande pour toi ». Ca s’appelle une « litote ». Je vous conseille de retenir le mot. Pour le cas où vous seriez interrogé par la police. La police a beaucoup enrichi son vocabulaire, elle procède à des interrogations orales, les « garde à vues ». Encore une chose à savoir : employez le moins de mots possibles. Racine (Jean) utilise environ huit cents mots. Encore un truc à savoir : les vraiment riches, les ministres et les escrocs de l’époque, ont le droit de monter sur la scène. Ils voient très mal le déroulement de la pièce. Bien fait pour leur gueule ! Si les ministres et les escrocs de 2015 montaient sur la scène, on ne verrait qu’eux, tellement ils sont nombreux. Heureusement, la plupart sont ignares. Et ils cherchent pas à s’instruire. A l’époque, les acteurs ont besoin d’une confidente, sinon on comprend rien. A cause des récits qu’il faut bien raconter aux spectateurs. Les confidentes se tiennent toutes droites les bras ballants, avec un air abruti. Un peu comme les journalistes qu’on voit à côté des ministres. Et qui leur cirent les pompes. Bon j’ai mis les mots clés en italiques, pour vous aider à lire. De toute façon, évitez de faire des phrases, c’est démodé.

Repost 0
Publié par ROLLAND HENAULT
commenter cet article
5 septembre 2015 6 05 /09 /septembre /2015 09:44
La Terre avec la méthode à Mimile (Zola)

Emile Zola a écrit un livre qui a longtemps scandalisé les Français. Il s’agit de « La Terre » (1887). Scandalisé oui, parce qu’il décrit le monde paysan sous un jour très sombre : des idiots de village qui se livrent à l’inceste, des patrons de bordels moralisateurs, des enfants qui n’attendent pas l’héritage, des meurtres à la faux. Des enfants qui font rôtir leurs vieux parents pour accélérer la procédure. Des vieux qui bouffent pour le plaisir d’emmagasiner des nourritures, et une mère Caca, qui fait pousser ses légumes directement dans la merde.

Et encore d’autres détails qui font mauvais genre. Et pourtant le texte que je vous propose n’est pas spécialement subversif. Mais il va à l’encontre d’un réalisme très étroit. Bref, Emile est poète, lisez vous-même :

« …quand le soir tombait, l’éternel flux battait sous le vent du large. Des façades lointaines, vivement éclairées, étaient comme des voiles blanches, des clochers émergeaient, plantaient des mâts, derrière des plis de terrain. Il faisait froid, les ténèbres élargissaient cette sensation humide et murmurante de pleine mer, un bois lointain s’évanouissait, pareil à la tache d’un continent. »

Bel effort littéraire, avouez-le ! Evidemment vous avez tous vu la métaphore de l’océan pour décrire la terre de Beauce. Et la vie est présentée comme une navigation. Une navigation sur la terre de Beauce. Les écrivains qui ont évoqué les champs qui s’étendent à l’infini, ont toujours la même comparaison. Mais avec Zola, c’est une métaphore mieux réussie. On passe de « l’éternel flux » aux « voiles blanches » aux « mâts », aux clochers qui « émergent » et on finit par l’image des « ténèbres » en « pleine mer » et l’on est transporté dans un « continent » perdu.

Qui aurait mieux montré le tragique de l’existence humaine ? On pense au poème de Baudelaire, « Ô Mort vieux capitaine il est temps levons l’ancre ».

Et alors on se prend à pardonner à tous ces êtres maudits, voués à une solitude irrémédiable. Perdus qu’ils sont au milieu de l’espace et du temps.

Je remarque surtout certains mots qui présentent cette « navigation » comme une « vision » fantastique.

« L’éternel flux ». Zola est au-delà du temps. Ce qui est un comble pour un « auteur réaliste ». De même les « façades vivement éclairées ». On a l’impression qu’il s’agit d’un paysage magique. Et on passe aux clochers qui « émergent », qui « plantent des mâts ». Les « clochers » s’animent, deviennent vivants.

Les « voiles blanches » font appel à l’imaginaire, évoquent la légende de Tristan et Iseult. Et voilà que la mer « murmure » comme dans les textes du « Horla » de Maupassant. Pour finir on est porté, transporté dans un « continent ». Et en plus, le mot « ténèbres » évoque irrésistiblement un personnage diabolique, « le prince des ténèbres ». Le paysage est envoûté.

Conclusion : le réalisme, ça n’existe pas. Les artistes recréent le monde.

Repost 0
Publié par ROLLAND HENAULT
commenter cet article
5 septembre 2015 6 05 /09 /septembre /2015 09:38

« La diplomatie ou la guerre. Bientôt. » Obama alerte : certains aux USA veulent attaquer l’Iran. D’où risque de conflit mondial impliquant Russie, Chine et Europe. Ceci déstabiliserait le système financier occidental. Que fera le prochain président?

L’irrésistible déclin des USA

« Un rejet par le Congrès de l’Accord avec l’Iran ne laisserait à l’administration US (…) qu’une seule option : une nouvelle guerre au Moyen-Orient. » « L’Iran est un pays quatre fois plus grand que l’Irak, et trois fois plus peuplé. » « Le choix auquel nous faisons face est finalement entre la diplomatie et une certaine forme de guerre. Peut-être pas demain, ni dans trois mois, mais bientôt. » « Le système financier US serait forcé de rompre avec la Chine, principal acheteur de notre Dette. » (1)

Dans cette série d’articles, nous allons examiner les implications d’un étonnant discours d’Obama, prononcé le 5 août et curieusement passé sous silence par les médias alors qu’il met en garde contre de possibles catastrophes. Au Congrès, le 8 septembre, les républicains bloqueront l’accord avec l’Iran. Mais Obama peine même à rallier certains démocrates. L’élite des Etats-Unis apparaît très divisée sur la stratégie à adopter. Est-ce nouveau ?

Pas du tout. Cette division est apparue vers 2000. Au départ, un constat commun aux démocrates et aux néoconservateurs : les Etats-Unis sont en déclin. Dans son livre sur la stratégie impériale des Etats-Unis The Grand Chessboard (2), probablement le plus influent des cinquante dernières années, Zbigniew Brzezinski, ancien responsable de la politique internationale sous Carter, se montrait pessimiste : « A long terme, la politique globale sera de moins en moins propice à la concentration d’un pouvoir hégémonique dans les mains d’un seul Etat. L’Amérique n’est donc pas seulement la première superpuissance globale, ce sera très probablement la dernière. » (p. 267)

La raison ? « Le pouvoir économique risque aussi de se disperser. Dans les prochaines années, aucun pays ne sera susceptible d’atteindre 30% environ du PIB mondial, chiffre que les Etats-Unis ont maintenu pendant la plus grande partie du 20ème siècle, sans parler de la barre des 50% qu’ils ont atteinte en 1945. Selon certaines estimations, l’Amérique (…) retomberait à 10-15% d’ici l’an 2020. » (p. 267-8)

Pour rester la seule superpuissance, Brzezinski proposait donc un « impérialisme intelligent » : diviser les puissances rivales et les empêcher de former un front commun.

Très opposés aux stratégies de Brzezinski, les néocons guidant George W. Bush proposaient par contre une stratégie de guerre généralisée (qui utilisera le 11 septembre comme justification). Cependant, leur plate-forme du Project for a New American Century (PNAC), élaborée entre 1997 et 2000, n’était guère plus optimiste : « Actuellement, les Etats-Unis ne rencontrent aucun rival mondial. La grande stratégie de l’Amérique doit viser à préserver et étendre cette position avantageuse aussi longtemps que possible (...) Préserver cette situation stratégique désirable dans laquelle les Etats-Unis se trouvent maintenant exige des capacités militaires prédominantes au niveau mondial. ». (3)

Analysant ces deux options à la veille de la présidence Obama, nous écrivions en 2008 : « De toute façon, cet Empire ne deviendra pas pacifique. Tôt ou tard, il relancera des guerres à la Bush. Parce qu’en fait, l’élite US pratique un cycle d’alternance entre les deux options... » (4)

Huit ans plus tard, allons-nous assister à une nouvelle alternance ? Pour comprendre la situation, nous allons examiner les différentes pièces du puzzle : Chine, Iran, Russie, Europe…

Notes :

1) http://www.washingtonpost.com/news/...

2) Le grand échiquier : L’Amérique et le reste du monde [« The Grand Chessboard : American Primacy and Its Geostrategic Imperatives »], Bayard, 1997.

3) Project for a New American Century (PNAC), Rebuilding America’s Defenses, septembre 2000.

4) http://www.michelcollon.info/Quelle...

POUR SUIVRE : La clé : comment contrôler l’Eurasie ?

Source : Investig’Action

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
5 septembre 2015 6 05 /09 /septembre /2015 09:33

L’ancien secrétaire général de l’Elysée Claude Guéant est arrivé mercredi peu après 09H00 chez les juges financiers parisiens pour être entendu sur son rôle dans l’arbitrage de plus de 400 millions d’euros dont a bénéficié Bernard Tapie, a constaté une journaliste de l’AFP.

L’ex-bras droit de Nicolas Sarkozy est arrivé en voiture au pôle financier du tribunal de grande instance de Paris, accompagné de son avocat qui n’a pas souhaité faire de déclaration.

Le parquet de Paris a demandé fin juin aux juges d’instruction de mettre en examen Claude Guéant dans ce dossier pour « complicité de détournement de fonds publics ».

A l’issue de cette audition, les juges d’instruction pourraient donc décider de sa mise en examen ou le placer sous le statut intermédiaire de témoin assisté.

Les magistrats financiers sont convaincus que la sentence arbitrale ayant octroyé 403 millions d’euros en juillet 2008 à Bernard Tapie pour régler son litige avec le Crédit lyonnais sur la revente d’Adidas dans les années 90 est le fruit d’un simulacre organisé avec l’aval de l’Elysée.

La justice s’intéresse notamment aux nombreux rendez-vous organisés à l’Elysée avec Bernard Tapie en 2007 et 2008 alors que Claude Guéant était secrétaire général de la présidence de la République et cherche à savoir s’il à eu un rôle moteur dans la décision du gouvernement de ne pas contester la sentence malgré la polémique.

Bernard Tapie, son avocat Maurice Lantourne, un des trois juges-arbitres Pierre Estoup, Stéphane Richard, ancien directeur de cabinet de Christine Lagarde à Bercy, ainsi que les anciens patrons des structures chargées de gérer le passif du Lyonnais, le CDR et l’EPFR, sont mis en examen dans ce dossier pour « escroquerie en bande organisée ». L’ancienne ministre de l’Economie, aujourd’hui patronne du Fonds monétaire international, est, elle, mise en examen pour négligence.

Fin juillet, l’avocat de Claude Guéant, Philippe Bouchez El-Ghozi, avait contesté que son client ait donné des « instructions ou des consignes » dans cette affaire: au regard de ses fonctions de l’époque, « il n’est pas anormal qu’il se soit tenu informé et qu’il ait suivi un dossier qui concerne des fonds publics », avait-il estimé.

Claude Guéant est déjà mis en examen dans l’affaire de la vente de ses tableaux flamands. Il sera également jugé à partir du 28 septembre en correctionnelle pour les primes en liquide touchées quand il était directeur de cabinet au ministère de l’Intérieur.

Source

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
5 septembre 2015 6 05 /09 /septembre /2015 09:32

La Fédération Wallonie-Bruxelles veut s'armer juridiquement pour pouvoir plus facilement sanctionner administrativement les membres de son personnel enseignant qui adopteraient des comportements ou exprimeraient des opinions non-démocratiques, même en dehors de l'exercice de leurs fonctions.

À l'initiative de la ministre de l'Éducation Joëlle Milquet, le gouvernement de la Fédération soumettra ainsi le mois prochain à l'approbation du Parlement une nouvelle disposition décretale qui imposera à ces enseignants un "devoir de loyauté vis-à-vis de la Communauté française elle-même". La mesure ne sera toutefois applicable qu'aux enseignants du réseau d'enseignement organisé par la Fédération Wallonie-Bruxelles (ex-État).

Cette mesure vise à dissuader dans le chef de ces personnes tout comportement ou propos non-respectueux des principes démocratiques qui seraient susceptibles "d'ébranler la confiance du public dans les écoles organisées par la Communauté française", selon la ministre.

Source : http://www.7sur7.be/7s7/fr/1502/Belgique/article/detail/2440614/2015/08/31/Les-propos-extremistes-des-enseignants-plus-vite-sanctionnes.dhtml

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
5 septembre 2015 6 05 /09 /septembre /2015 09:27

Le chercheur Joaquín Sorianello, qui avait dénoncé des failles de sécurité dans le système de vote électronique choisi par la mairie de Buenos Aires, est poursuivi en justice par l'entreprise privée qui a fourni le logiciel, Magic Software Argentina. Il sollicite les dons des internautes pour payer sa défense.

Au début du mois dernier, le chercheur en sécurité informatique Joaquín Sorianello voyait débarquer chez lui la police argentine, venue perquisitionner son domicile et embarquer l'ensemble de son matériel informatique. Quelques jours plus tôt, ce professeur d'informatique avait démontré que le système de vote électronique mis en place par la mairie de Buenos Aires pour les élections municipales avait des failles de sécurité qui permettaient, entre autres, de dérober les certificats SSL pour envoyer de faux résultats de bureaux de vote vers l'ordinateur central.

Pour appuyer sa démonstration l'homme avait publié sur Github de la documentation et le code source de la machine à voter, en principe confidentiel même s'il s'agit d'une élection publique censée respecter les standards de transparence d'une démocratie digne de ce nom (rassurez-vous, en France non plus le code source des machines à voter est un secret industriel).

L'élection était programmée le 5 juillet 2015 — et a bien eu lieu à cette date, mais Joaquín Sorianello avait prévenu dès le 25 juin la société Magic Software Argentina (MSA), qui avait remporté l'appel d'offres pour la fourniture des solutions de vote électronique à Buenos Aires. Elle avait donc tout le temps de corriger les failles et de remercier le hacker.

Mais MSA a porté plainte. Le chercheur n'a toujours pas récupéré son matériel informatique essentiel à son travail, et demande désormais l'aide financière des internautes. Il précise qu'il a besoin d'un peu moins de 30 000 pesos (2 900 euros environ) pour payer ses avocats.

En savoir plus sur http://www.numerama.com/magazine/33978-un-activiste-poursuivi-pour-avoir-denonce-un-vote-electronique-mal-securise.html#WhErgTKq1oxz30rk.99

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
29 août 2015 6 29 /08 /août /2015 10:02

Les anarchistes et les pacifistes doivent beaucoup au « mouvement dada ». En effet, les « dadaïstes » regardent les femmes par en-dessous. Les dadaïstes regardent le monde entier par en-dessous. Ils passent à côté de la guerre de 14, et ils regardent les dessous de la guerre de 14. Et c’est pas forcément beau à voir. Il y a des millions de cadavres pendant la guerre de 14. Et ils les voient, les dadaïstes. Et ça leur donne des idées, des mauvaises idées. Alors ils demandent à un vrai cinéaste de faire un film sur les cadavres. Et ils le trouvent, les dadaïstes. Et ça donne « Entracte ». Et c’est vraiment un entracte, puisque ça passe pendant l’entracte du film « Relâche ». Et ils se relâchent vraiment, les dadaïstes ! Non seulement ils regardent les femmes par en-dessous. Les ballerines suédoises, ils trouvent que c’est mieux, vues par en-dessous. Et comme il y a beaucoup de cadavres, entre 1914 et 1918. Et que les croquemorts ne peuvent plus fournir pour les enterrements, ça leur donne une idée. C’est pas vraiment une idée mais une association d’idées. Et voilà ce que ça donne : ceux qui suivent l’enterrement, le cortège, au lieu d’être des gens bien comme il faut, ils se mettent à faire la course. Il faut dire qu’ils ont aperçu les couronnes de fleurs. Et les couronnes de fleurs sont des couronnes de pain. Alors ils arrachent des morceaux de pain aux couronnes de pain. Et puis ils sont tellement nombreux, les dadaïstes, qu’ils s’aperçoivent que du pain y en aura pas pour tout le monde. Malgré la multiplication des pains. Alors ils se mettent à courir. Ah j’oubliais le corbillard est tiré par un chameau. Et le pauvre animal est bien content d’enterrer tous ces cadavres. Le chameau conserve en effet un mauvais souvenir des généraux de la guerre de 14. Enfin c’est moi qui vois les choses comme ça. Parce que les dadaïstes ils se contentent de montrer des images. Le mouvement dada ça peut pas s’expliquer ? Si ! C’est une révolte générale contre la société qui encourage la guerre et toutes les autres misères. Besoin d’une petite explication ? Voilà, anarchiste, ça a signifié longtemps « désordre, pagaille ». Jusqu’à l’arrivée de Joseph Proudhon, qui a rappelé l’origine du mot : absence d’autorité. « L’anarchie c’est l’ordre sans le pouvoir ». Les dadaïstes sont d’accord avec ce qui remet en cause la société dans sa totalité. « Les dadaïstes sont contre tout » : l’armée, l’église, l’état… Picabia et René Clair sont à l’origine du film « Entracte ». La musique est d’Eric Satie. Regardez-le sur Internet, parler d’un film aussi inventif c’est le réduire à n’être qu’un étron. Et voilà pourquoi je ferme ma gueule. Après avoir proféré une ultime grossièreté.

Et je n’ai toujours pas expliqué les dadaïstes. Vous zètes grand, allez zy voir vous-même !

Repost 0
Publié par ROLLAND HENAULT
commenter cet article