Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 août 2018 6 04 /08 /août /2018 09:18

Espagne, Italie, Portugal, Belgique, une grève massive est menée par les pilotes et personnels de Ryanair, la compagnie aérienne phare du dumping antisocial et fiscal du ciel européen. Des centaines de vols sont annulés les 25 et 26 juillet 2018 partout en Europe.

 

Au soir de la première journée de grève du 25 juillet, Ryanair a annoncé la suppression de 20% de ses avions basés à l’aéroport de Dublin et de 300 emplois de pilotes et personnels navigants les exploitant. En effet, la compagnie veut transférer la base d’exploitation de ses avions…  en Pologne. Preuve s’il en est que dans tous les domaines, l’Union Européenne favorise le dumping social.

Au-delà de la grève à Ryanair, cette compagnie est également en pointe pour briser les droits de grève de l’ensemble des travailleurs de l’aérien. La compagnie s’appuie directement sur la Commission Européenne, sur la base des directives européennes du Ciel Européen,  pour briser les grèves des contrôleurs aériens français. Par sa position géographique, le ciel français est stratégique pour le trafic aérien. Lorsque le contrôle aérien français fait grève, l’ensemble des vols européens est affecté.

La compagnie, avec d’autres multinationales du secteur vient ainsi de déposer une plainte auprès de la Commission Européenne sur la base du  « principe fondamental de la libre circulation au sein de l’Union européenne » figurant dans les traités, contre la France  accusée d’enfreindre la législation européenne en « ne permettant pas les vols à travers le pays » pendant les grèves du contrôle du trafic aérien (CTA).

Ryanair, AG,  EasyJet et Wizz Air se revendiquent d’une jurisprudence de 1997 où l’Espagne avait mis en cause les manifestations des agriculteurs français contre les exportations de fruits et légumes bénéficiant de l’écrasement des salaires des ouvriers agricoles en Espagne.  La  Cour européenne avait condamné la France au titre de la libre circulation des marchandises. Il s’agit ici d’une nouvelle illustration du fait que l’Union Européenne sert aussi à briser les grèves.

 

Source

Partager cet article

Repost0
4 août 2018 6 04 /08 /août /2018 09:09

L'ancien chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, a été entendu comme témoin dans l'enquête sur des soupçons de financement du terrorisme visant Lafarge en Syrie et a affirmé ne pas avoir été informé des activités du cimentier franco-suisse.

Rien vu, rien entendu. C'est du moins ce qu'affirme Laurent Fabius. Entendu le 20 juillet comme témoin par les juges d'instruction, le ministre des Affaires étrangères de 2012 à 2016, et actuel président du Conseil constitutionnel, a fait valoir qu'«aucun élément d'information» ne lui était parvenu concernant le maintien en Syrie de Lafarge au prix d'arrangements financiers avec des groupes armés, dont l'organisation Etat islamique (EI), selon son audition révélée par Le Monde et qu'a pu consulter l’AFP.

Le cimentier franco-suisse Lafarge a été inculpé fin juin notamment sous l'accusation rarissime de «complicité de crimes contre l'humanité» dans ce dossier explosif du financement présumé du terrorisme en Syrie. Les magistrats ont estimé avoir réuni des «indices graves et concordants» contre le cimentier pour ordonner son inculpation pour «complicité de crimes contre l'humanité», «financement d'une entreprise terroriste», «mise en danger de la vie» d'anciens salariés de sa cimenterie de Jalabiya, dans le nord de la Syrie, et «violation d'un embargo».

Huit cadres et dirigeants ont déjà été inculpés dans cette affaire, dont l'ancien PDG de Lafarge de 2007 à 2015, Bruno Lafont, pour financement d'une entreprise terroriste et/ou mise en danger de la vie d'autrui. Le cimentier est soupçonné d'avoir versé, via sa filiale LCS, près de 13 millions d'euros entre 2011 et 2015 pour maintenir sa cimenterie en Syrie, alors que le pays s'enfonçait dans la guerre. Ces sommes, qui ont bénéficié en partie à des groupes armés, dont l'EI, correspondaient notamment au versement d'une «taxe» pour sécuriser la circulation des salariés et des marchandises, à des achats de matières premières - dont du pétrole - à des fournisseurs proches de l'EI et à la rétribution d'intermédiaires chargés de négocier avec les factions, d'après l'enquête.

 

Source

Partager cet article

Repost0
28 juillet 2018 6 28 /07 /juillet /2018 09:14

En 2017, Christophe Castaner avançait que « le coût des moyens mis à la disposition de la conjointe du chef de l’État s’élève, du fait de ses collaborateurs, à 440.000 euros ». « Un chiffre provenant des services de Bercy. » Mais au diable les chiffres ! Première dame est devenu, au fil des quinquennats, un poste, une fonction à part entière, une investiture. Partie de potiche bien aimable, la voici devenue investie d’une mission, soupçonnée d’influencer son Président de mari dans les plus hautes décisions, personnage incontournable, éminence grise protégée par plusieurs membres du GSPR… Une œuvre d’art.

Première ministre du paraître, Brigitte Macron s’est spécialisée dans la fonction de portemanteau prestigieux. Sur ses épaules défilent les tenues les plus diverses, les tentatives drapières les plus improbables. Encore plus humanitaire que celles qui l’ont précédée, Brigitte Macron a fait don de son corps à la haute couture. Reine du sac à main, en concurrence directe avec Élizabeth d’Angleterre, dont elle lorgne la santé en vue d’un éventuel putsch. Toute cette débauche costumière ne nous coûte pas un sou, affirme la Cour des comptes, confirmant ainsi l’aspect « recherche pure » de la démarche. « La Cour s’est fait confirmer que la personne chargée de choisir les vêtements qui lui sont prêtés pour les manifestations et les déplacements officiels n’est pas rémunérée par la présidence de la République. »

Dans le classement des dépenses causées par le fonctionnement des premières dames, Carla Bruni arriverait en tête, avec un montant de 720.000 euros, suivie de Valérie Trierweiler, 481.900 (crêpage de chignon inclus). Hit-parade établi par L’Obs. L’ambiance promise retombe comme un soufflé. Les magistrats de la Cour des comptes ont mis à sécher leur pétard mouillé. Par cette canicule, tous les espoirs sont permis.

 

Source

Partager cet article

Repost0
28 juillet 2018 6 28 /07 /juillet /2018 09:09

Alors que l’affaire Benalla démasque un peu plus la nature du régime Macron, ce dernier se lance dans une nouvelle attaque en règle contre les jeunes, les retraités, les plus pauvres des Français. Il y a un an, une des premières décisions de Macron a été de baisser les APL provoquant un formidable tollé : il prenait aux pauvres pour donner aux riches. Car dans le même temps, celui qui prétendait qu’il n’y avait pas d’argent dans les caisses de l’Etat pour permettre d’aider les jeunes, les retraités, les plus pauvres à se loger, supprimait l’impôt sur la fortune (ISF), distribuant des milliards aux plus grandes fortunes de France.

Eh bien Macron récidive et son gouvernement va profiter de la torpeur de l’été pour réduire d’un milliard d’euros les APL. Et pour y arriver il compte s’y prendre d’une manière particulièrement vicieuse.

Actuellement les APL sont calculées sur la base du revenu fiscal et donc avec un décalage de jusqu’à deux ans par rapport aux revenus des demandeurs. Eh bien le gouvernement compte calculer le montant des APL sur les revenus actuels des bénéficiaires à compter du premier semestre 2019.

Ce mode de calcul, dans la mesure où les plafonds ne seront pas revus à la hausse, permettront de prendre un milliard d’euros aux bénéficiaires des APL. Ni vu ni connu ! Une manière de prendre un pognon de dingue aux travailleurs pour alimenter les cadeaux fiscaux en tout genre aux milliardaires, ce qui est le cœur de la politique d’assistanat des riches par le régime Macron

Une mesure proprement scandaleuse. Une de plus. Les travailleurs se laisseront-ils dépouiller ?

 

Source

Partager cet article

Repost0
28 juillet 2018 6 28 /07 /juillet /2018 09:04

Voitures défoncées, voire brûlées, magasins pillés, la fête sur les Champs-Elysées a en effet tourné court après l’entrée en action des bandes des cités. En effet, dès 23 heures, des individus masqués ont lancé des projectiles, comme des bouteilles, sur les forces de l’ordre, qui ont répondu avec des tirs de gaz lacrymogènes. Des passants sont également visés par des jets de bouteilles. Beaucoup de fêtards se mettent alors à fuir par les rues adjacentes.

Par ailleurs, un homme a été gravement blessé, à l’angle de l’avenue Marceau et des Champs-Élysées, lors d’une violente rixe opposant une vingtaine de personnes.

Plusieurs magasins ont également été pris pour cibles, notamment le Drugstore Publicis et l’Intermarché de l’avenue de la Grande Armée qui ont été pillé par des dizaines d’individus. Le mobilier urbain a également été vandalisé.

De nombreuses voitures ont aussi été endommagées, pare-brises brisés, rétroviseurs arrachés, certaines sont même été incendiées. Un camion de pompier a également été attaqué par les casseurs.

À Paris, 102 personnes ont été interpellées.

Des incidents ont également eu lieu dans d’autres villes de France, comme Lyon ou Rouen.

Des faits qui contrastent avec les images de liesse, de fraternité et d’unité nationale diffusés en boucle par les grands médias.

 

Source

Partager cet article

Repost0
28 juillet 2018 6 28 /07 /juillet /2018 08:57

Le magazine israélien Jerusalem Report a annoncé jeudi s'être séparé d'un caricaturiste qui avait représenté en porcs le premier ministre Benyamin Nétanyahou et des députés célébrant le vote d'une loi controversée sur l'«État-nation juif».

Pour célébrer l'adoption de cette loi par le Parlement, le député Oren Hazan, membre du Likoud - le parti de droite de M. Nétanyahou - avait diffusé un selfie entouré du premier ministre et de députés de la coalition.

Dans un dessin publié mardi par le magazine en anglais Jerusalem Report, du groupe de presse Jerusalem Post, le dessinateur Avi Katz avait repris cette photo qui avait fait la une des médias israéliens, en représentant les élus en porcs.

Le dessin était accompagné de la citation «Tous les animaux sont égaux mais certains sont plus égaux que d'autres», extraite du livre La ferme des animaux de George Orwell, qui raconte la révolte des animaux contre les hommes.

Cette caricature a provoqué l'indignation chez certains lecteurs en Israël, où les porcs sont considérés comme impurs et leur consommation proscrite par le judaïsme.

«À la suite des considérations éditoriales prises par les rédacteurs en chef, il a été décidé de ne plus publier ses dessins, après que plusieurs d'entre eux ont suscité des réactions négatives», a annoncé le magazine dans un communiqué.

Il est précisé que M. Katz était jusqu'alors pigiste et non employé du groupe de presse.

Adoptée le 19 juillet par la Knesset, la loi définissant le pays comme «l'État-nation du peuple juif» a suscité des accusations de «racisme» à l'encontre de la minorité arabe, en dépit de l'amendement d'un article controversé.

 

Source

Partager cet article

Repost0
28 juillet 2018 6 28 /07 /juillet /2018 08:52

Le 28 mars de cette année l’examen par un groupe de scientifiques d’une étude historique menée par le gouvernement des États-Unis a conclu qu’il existe des « preuves évidentes » que le rayonnement des téléphones mobiles causent le cancer, en particulier un cancer des tissus cardiaques chez le rat, cancer trop rare pour être expliqué comme un résultat aléatoire.

 

Aucune grande agence de presse, que ce soit aux États-Unis ou en Europe, n’a rapporté cette nouvelle scientifique. Car, depuis longtemps, ce que disent les médias au sujet de la sécurité des téléphones portables ne reflète que les perspectives de l’industrie du sans fil. Depuis un quart de siècle, l’industrie a orchestré une campagne mondiale de relations publiques visant à induire en erreur non seulement les journalistes, mais aussi les consommateurs et les décideurs politiques au sujet des données scientifiques concernant le rayonnement des téléphones mobiles.

Fait remarquable, les téléphones mobiles avaient été autorisés sur le marché américain une décennie plus tôt, sans aucun test de sécurité mené par le gouvernement. Maintenant, on a diagnostiqué des cancers chez certains clients et travailleurs de l’industrie. En janvier 1993, David Reynard poursuivait la société NEC America, affirmant que c’était le téléphone NEC de sa femme qui lui avait provoqué une tumeur cérébrale mortelle. Après l’apparition de Reynard à la télévision nationale, l’histoire a pris de l’ampleur. Un sous-comité du Congrès a annoncé la tenue d’une enquête ; les investisseurs ont commencé à se débarrasser des actions de téléphonie mobile et Wheeler et la CTIA sont passé à l’action.

À cette date, le WTR avait déjà organisé plus de 50 études originales et en avait examiné beaucoup d’autres. « Ces études soulèvent de ‘sérieuses questions’ sur la sécurité téléphonique », déclarait Carlo lors d’une réunion à huis clos du conseil d’administration de la CTIA, dont les membres comprenaient les PDG ou les hauts dirigeants de 32 des principales entreprises de l’industrie, dont Apple, AT&T et Motorola.

Des lettres furent envoyées à chacun des chefs de l’industrie, le 7 octobre 1999, réitérant que les recherches du WTR avaient révélé ce qui suit : le risque de « tumeurs neuroépithéliales rares à l’extérieur du cerveau a plus que doublé… chez les utilisateurs de téléphones cellulaires » ; il y a une corrélation apparente entre les « tumeurs cérébrales du côté droit de la tête et l’utilisation du téléphone du côté droit de la tête » ; et « la capacité du rayonnement de l’antenne d’un téléphone à causer des dommages génétiques fonctionnels [est] définitivement positive ».

Dans les années qui ont suivi, les conclusions du WTR ont été reproduites par de nombreux autres scientifiques aux États-Unis et dans le monde entier. En 2011, l’Organisation mondiale de la santé classait le rayonnement des téléphones portables comme cancérogène pour l’homme, et les gouvernements du Royaume-Uni, de France et d’Israël émettait des mises en garde contre l’utilisation de ces téléphones par les enfants. 

Néanmoins, la campagne de propagande de l’industrie désamorcera suffisamment l’inquiétude pour qu’aujourd’hui, trois adultes sur quatre dans le monde possèdent un portable, faisant de l’industrie du sans-fil l’une des plus grandes au monde.

L’Internet des objets nécessitera d’augmenter la technologie 4G actuelle avec la technologie 5G, augmentant ainsi « massivement » l’exposition de la population générale aux rayonnements, selon une pétition signée par 236 scientifiques du monde entier qui ont publié plus de 2 000 études évaluées par des pairs et représentent « une partie importante des scientifiques accrédités dans le domaine de la recherche sur les rayonnements », selon Joel Moskowitz, directeur du Center for Family and Community Health de l’Université de Californie, Berkeley, qui a aidé à faire circuler la pétition. Néanmoins, comme pour les portables, la technologie 5G est sur le point d’être introduite sur le marché, sans tests de sécurité préalables.

L’absence de preuve définitive qu’une technologie est nuisible ne signifie pas que la technologie est sûre, mais l’industrie du sans-fil a réussi à vendre cette erreur logique au monde entier. Le résultat est qu’au cours des 30 dernières années, des milliards de personnes dans le monde ont fait l’objet d’une expérience de santé publique : utiliser un téléphone portable aujourd’hui, découvrir plus tard s’il cause des dommages génétiques ou un cancer. Entre-temps, l’industrie a fait obstacle à une compréhension complète du phénomène et les organismes de presse n’ont pas informé le public de ce que les scientifiques pensent vraiment. En d’autres termes, cette expérience de santé publique a été menée sans le consentement éclairé des cobayes.

 

Source

 

Partager cet article

Repost0
28 juillet 2018 6 28 /07 /juillet /2018 08:39

Le gouvernement allemand cherche à réduire des demandes d’asile émanant notamment de l’Algérie, du Maroc et de la Tunisie.

Mercredi 18 juillet, le gouvernement allemand a décidé d’inscrire l’Algérie, le Maroc, la Tunisie et la Géorgie comme « pays sûrs », selon un projet de loi adopté mercredi en conseil des ministres, rapporte Le Figaro dans son édition du 19 juillet. Cette inscription permettrait aux services de l'immigration allemands de rejeter quasi-automatiquement les demandes d'asile des ressortissants maghrébins, « sans même avoir à motiver ces refus », précise le quotidien.

« Une diminution drastique » des demandes d’asile

« Berlin justifie cette décision par le fait que les demandes d'asile en provenance de ces pays sont déjà quasiment toutes rejetées à plus de 99% pour la Géorgie et l'Algérie. Seuls 2,7% des demandes d'asile de Tunisiens et 4,1% des requêtes de Marocains ont reçu une réponse positive des autorités allemandes en 2017 », écrit Le Figaro. Pour le ministère de l'Intérieur, cette mesure aura « un effet de signal » et permettra « une diminution drastique » des demandes d'asile émanant de ces quatre pays.

 

Source

Partager cet article

Repost0
28 juillet 2018 6 28 /07 /juillet /2018 08:34

Le 18 juillet au soir, le commissaire européen aux Migrations Dimitris Avramopoulos a annoncé que Pristina avait satisfait à toutes les exigences requises pour la levée des visas, depuis longtemps promise par l’UE. Pour le Kosovo d’aujourd’hui, la libéralisation du régime des visas est «très dangereuse», a indiqué un politologue kosovar

La suppression de l'obligation de visa pour les ressortissants du Kosovo souhaitant se rendre dans les pays de l'Union européenne risque de diminuer de moitié la population de la république autoproclamée, a déclaré de son côté le politologue kosovar Nexhmedin Spahiu.

«Si demain, les habitants du Kosovo peuvent partir sans visa en Europe, plus d'un million de personnes le feront, à mon avis. Les institutions européennes devraient réfléchir à une telle perspective afin de ne pas admettre qu'une catastrophe éclate au Kosovo après la levée des visas [pour l'espace Schengen, ndlr]», a expliqué l'interlocuteur de l’agence Reuters.

Selon le dernier recensement de la population datant de 2011, 1.739.825 personnes, dont 1.616.869 Albanais, habitaient au Kosovo où, d'après les données publiées il y a deux ans par l'Agence kosovare des statistiques, le chômage parmi la population active de moins 64 ans s'élève à 64,8%.

Aussi, M.Spahiu estime-t-il qu'on ne devrait soulever la question de libéralisation des visas qu'après que les habitants du Kosovo connaissent un avenir meilleur.

 

Source

Partager cet article

Repost0
21 juillet 2018 6 21 /07 /juillet /2018 09:12

Pauvre Agnès Buzyn ! Il paraît qu’Emmanuel Macron aurait fait fondre en larmes la ministre de la Santé. C’est ce que révélait Le Canard enchaîné mercredi. Mme Schiappa va-t-elle devoir laisser ses piges à Paris Match pour se pencher sur un dossier de harcèlement au travail au gouvernement ? Ce serait une première.

De quoi s’agit-il ? Le 4 juillet dernier, sur LCI, l’ex-belle-fille de Simone Veil est interrogée sur ce fameux plan pauvreté qui doit sortir incessamment sous peu. « En théorie, la semaine prochaine ? », demande le journaliste. Réponse du ministre, accompagnée d’un large sourire : « En théorie, la semaine prochaine. » Et puis, après quelques hésitations : « Ça dépend peut-être aussi des matchs de l’équipe de France… Normalement, ce plan devrait être présenté autour du 10 juillet, mais nous verrons si l’équipe de France est en demi-finale ou pas… » Re-large sourire du ministre : très important, le sourire. Mme Buzyn a dû apprendre cela lors des séances de média training. Il est vrai que les presque neuf millions de pauvres de ce pays (selon les données de l’INSEE) ne sont pas à une semaine près. Mais, on l’aura compris, ce n’est pas le plan qui est important – un plan qui sera probablement une belle coquille vide – mais l’annonce du plan. En pleine euphorie footballistique, il est évident que cela risquait de faire un flop.

Le Président, en découvrant les propos de son ministre, au retour de son voyage en Afrique, serait devenu tout colère. « Comment peut-on sortir des conneries pareilles ? C’est n’importe quoi ! Non seulement ils n’ont pas fait le boulot, mais ils me font porter le chapeau ! Mais ils sont dingues ! », se serait exclamé Emmanuel Macron. Faut reconnaître que, sur ce coup-là, on ne peut qu’être d’accord avec l’hôte de l’Élysée. Dévoiler ainsi les secrets de la communication gouvernementale et présidentielle révèle une part de naïveté et un manque de sens politique qui peut émouvoir les plus indulgents et consterner les briscards de la politique. Il est vrai que Mme Buzyn n’est pas une pro de la politique. Prenez Gérard Collomb, qui fait ça depuis des décennies : avec lui, même quand c’est gros, ça passe. Voyez sa sortie sur le 80 km/h. C’est un métier, quoi !

Toujours selon Le Canard, le ministre aurait donc fondu en larmes devant le Premier ministre et certains de ses collègues ministres. Le Canard ne nous dit pas si Marlène Schiappa était présente pour assurer le soutien psychologique. Culture du résultat, management, évaluation. La pauvre Mme Buzyn découvre à ses dépens que dans la start-up Macron, si on s’appelle par le prénom et se claque la bise à la machine à café, la brutalité n’en est pas moins présente.

 

Source

Partager cet article

Repost0