Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 mai 2014 6 17 /05 /mai /2014 10:29

Comme chaque année à cette date, nous commémorons un épisode douloureux dans nos mémoires. La Palestine, alors sous mandat britannique, est conquise par les milices armées du mouvement sioniste, qui fonde en mai 1948 l’État d’Israël, tandis qu’une majorité de Palestiniens est forcée à l’exil. Pointe avancée du colonialisme européen, et bientôt d’un néocolonialisme américain, l’État d’Israël pourra compter avec leur soutien moral, financier et militaire, pour poursuivre sa politique d’expansion contre la volonté et la résistance des peuples de la région. L’expulsion massive de 1948 ne constitue qu’une étape dans l’entreprise minutieuse de dépossession et de confinement des Palestiniens, qui se poursuit à ce jour.

Comme chaque année à cette date, nous affirmons que notre combat n’a pas changé. Sous occupation et sous blocus, dans les camps de réfugiés ou dans les prisons, nos résistances sont autant de voix qui crient : Pour le Retour et la Libération ! Rassemblement Samedi 17 Mai de 14h à 18h – Place de Stalingrad – Paris 19ème

Premiers signataires : Union Générale des Étudiants de Palestine*GUPS Paris ; Mouvement des Jeunes Palestiniens*PYM France ; Génération Palestine*Paris ; CCIPPP ; PIR ; Le Groupe des associations de Bagnolet ; Uni-T ; UJFP ; Mouvement Echaâb ; Coordination contre le Racisme et l’Islamophobie ; CVPR-PO ; ISM-France ; L’inter-collectif de solidarité avec les luttes des peuples du monde arabe (l’Inter-co) ; FTCR ; Forum Franco-Palestinien ;

pour signer ce communiqué : gupsparis@gups-france.org

Source : http://www.gups-france.org/

Partager cet article
Repost0
17 mai 2014 6 17 /05 /mai /2014 10:23

Invité le 6 mai dernier à la Libre Antenne de Meta Tv, le Pr. Bassam Tahhan, géopolitologue réputé et islamologue, apporte dans cet entretien une analyse juste concernant les conflits déclenchés par l’OTAN dans le monde :


Partager cet article
Repost0
17 mai 2014 6 17 /05 /mai /2014 10:08

assistes.jpg

L’année dernière, Le Monde diplomatique figurait à la 178e place des 200 titres de presse les plus aidés par les pouvoirs publics en 2012, très loin derrière Le Monde (1er), Le Figaro (2e), mais aussi Le Nouvel Observateur (8e), L’Express (9e), Télé 7 jours (10e), Paris Match (12e), Valeurs Actuelles (66e), Télécâble Satellite Hebdo (27e), Point de Vue(86e), Closer (91e), Le Journal de Mickey (93e), Gala (95e), Voici(113e), Prions en église (121e), Auto Moto (124e), Mieux vivre votre argent (131e), Détente Jardin (167e), Spirou (172e)…

Entre les deux premiers titres, dotés de plus de 18 millions d’euros chacun, et Le Monde diplomatique avec 188 339 euros, l’écart allait de 1 à 100. De 1 à 36 entre Le Monde diplomatique et Télé 7 jours. Dès lors que l’argent des contribuables doit servir, selon la volonté du législateur, à aider les publications qui concourent au débat public, une telle discordance entre les sommes rondelettes offertes à un titre du groupe Lagardère lardé de publicité et destiné à annoncer les programmes de télévision, et celles, fluettes, dévolues à un journal comme le nôtre, ne pouvaient que résulter d’une erreur…

Il n’en est rien. En 2013, Le Monde diplomatique a purement et simplement disparu de la liste des deux cents titres les plus aidés, rendue publique le 5 mai par le ministère de la culture et de la communication.

L’an dernier, Le Figaro a battu Le Monde d’une courte tête pour devenir médaille d’or des publications aidées par l’Etat (un peu plus de 16 millions d’euros chacun). Et Télé 7 jours… a gagné une place (9e en 2013, avec 6 947 000 euros, soit 27 000 euros de plus qu’en 2012).

Il faut féliciter l’Etat pour sa scrupuleuse impartialité : les publications les plus scandalisées par le montant des dépenses publiques, celles qui matraquent le thème du « ras-le-bol fiscal » et se montrent les plus enthousiastes quand les retraites sont gelées, n’ont pas pour autant été négligées par la « mama étatique » — une formule de l’hebdomadaire Le Point — lorsqu’elles ont tendu leurs sébiles en direction des ministères.

Le Point, justement, a continué à toucher plus de 4,5 millions d’euros, soit 22 centimes d’aide du contribuable pour chaque hebdomadaire diffusé, bien que le titre appartienne à la famille Pinault, sixième fortune de France (11 milliards d’euros). M. Serge Dassault, cinquième fortune de France (12,8 milliards d’euros), sénateur UMP et propriétaire du Figaro, a reçu, lui, 16 centimes de l’Etat pour chaque exemplaire vendu d’un journal qui exalte les vertus de l’austérité budgétaire. Et c’est sans doute parce que le quotidien Les Echos appartient à M. Bernard Arnault, première fortune de France (24,3 milliards d’euros), que ce quotidien économique qui, lui aussi, peste sans relâche contre les dépenses publiques, n’a reçu en 2013 que 4 millions d’euros du contribuable…

Lorsqu’une publication quitte un tableau, un palmarès, une autre s’y substitue. Coïncidence saisissante (c’en est une) : presque à la place qu’occupait Le Monde diplomatique en 2012, et pour un montant à peu près identique, L’Opinion a surgi en 2013 (177e avec 184 000 euros d’aides de l’Etat).

L’Opinion est ce quotidien lancé par M. Nicolas Beytout, avec des concours financiers dont la transparence n’est pas absolue, mais au service d’une ligne rédactionnelle qui, elle, ne laisse planer aucun mystère puisque c’est celle du Medef. La diffusion payée du journal de M. Beytout est confidentielle (de mille à trois mille exemplaires par jour en kiosques), mais sa seule survie permet à son créateur de naviguer d’une antenne à l’autre et d’être très généreusement cité dans la plupart des revues de presse. Ce qui, là encore, n’est pas donné à tout le monde.

Le ministère de la culture et de la communication, à qui il faut savoir gré de la publication, très pédagogique, du montant annuel des aides publiques à la presse, prétend que celles-ci « concourent à la modernisation et la diffusion partout dans le pays d’une presse pluraliste et diverse. »

Source

Partager cet article
Repost0
17 mai 2014 6 17 /05 /mai /2014 10:01

Le Nigeria, pays le plus peuplé d’Afrique et son premier producteur de pétrole, est de toute évidence systématiquement jeté dans le chaos et l’état de guerre civile.

Le Nigeria est aujourd’hui l’un des plus importants producteurs mondiaux de pétrole brut de haute qualité comme celui produit en Libye. Le pays montre tous les signes d’une spirale de violence l’affaiblissant profondément. Le Nigeria est le cinquième plus grand fournisseur de pétrole des États-Unis et douzième producteur de pétrole dans le monde sur un pied d’égalité avec le Koweït et juste derrière le Venezuela avec une production de plus de deux millions de barils par jour.

En 2005, un rapport du Conseil national américain du renseignement prédisait que le Nigeria pourrait s’effondrer au cours des quinze prochaines années. Au train où vont les choses, avec la recrudescence des massacres terroristes commis par la secte Boko Haram, le nord du Nigeria semble plonger dans une instabilité croissante. Seulement voilà, on ne sait pas qui se cache derrière Boko Haram. Un article du NewYork Times, In Nigeria, Boko Haram Is Not the Problem, se demandait si Boko Haram était une unique entité où si il s’agissait d’un prête-nom utilisé par différents acteurs aux intérêts divergents. Le fait que le Nigeria ait fait appel aux Etats-Unis pour régler le problème de la violence au nord du Nigeria ne laisse pas forcément augurer du meilleur.

La question est de savoir qui se cache derrière Boko Haram et quels sont les intérêts sous-jacents. La main de la CIA avait déjà été évoquée Boko Haram: A CIA Covert Operation; America’s Destabilization Plots Against Nigeria–GreenWhite Coalition.

Les autorités du Nigeria ont-t-elles capitulé en refusant de régler le problème par elle-même et en faisant intervenir les services étatsuniens ?

 

Source : http://le-blog-sam-la-touch.over-blog.com/

Partager cet article
Repost0
17 mai 2014 6 17 /05 /mai /2014 09:57

Au lendemain de la deuxième guerre mondiale, le General De Gaulle ramené au pouvoir en 1958 pour gérer la crise algérienne comprend que le vent a tourné et qu’il n’est plus possible de maintenir les colonies africaines sous la domination totale et visible de la France. Il a alors la géniale idée (inspirée du nazisme?) de rendre la domination indirecte et cachée en proposant alors de réunir les colonies dans la communauté française, une sorte de fédération dans laquelle elles n’auraient en réalité pas plus de pouvoir qu’avant.

Ainsi, sous la pression des partis de Gauche, des nouvelles grandes puissances, l’URSS et les Etats-Unis et des syndicats africains, De Gaulle permet aux africains de décider au cours de leur participation au Référendum sur la constitution de 1958, si elles souhaitaient intégrer la communauté française ou accéder à l’indépendance. Mais il menace de couper tout lien et toute aide économique à tous les pays qui se détacheront de la France. Tous les pays africains vont accepter cette proposition en dehors de la Guinée de Sékou Toure qui dit NON. En guise de punition la France va pratiquement étrangler ce pays et tenter plusieurs fois de renverser son régime.

Selon François-Xavier Vershave, auteur du livre La Francafrique, alors qu’il exposait aux années 60, l’apparente bonne intention à accorder l’indépendance aux pays africains, le General De Gaulle en sous-main ordonnait à Jacques Foccart, de triste mémoire d’éliminer tous les nationalistes africains, jugés dangereux pour les intérêts de la France, parce qu’ils désiraient une véritable indépendance. C’est ainsi que Um Nyobe, Ernest Ouandié, Félix Moumié au Cameroun, Sylvanus Olympio au Togo, Barthélémy Boganda en Centrafrique, le Dr. Outel Bono au Tchad, Germain Mba au Gabon ont été éliminés pour favoriser l’accession au pouvoir des hommes de main dont certains tels qu’Omar Bongo étaient agents de la DGSE, le service de renseignement français.

Et ces hommes politiques ont eu le droit, tant qu’ils protégeaient les intérêts français de rester au pouvoir, au besoin par la fraude électorale, pendant des décennies et même de le passer comme on l’a constaté au Gabon et au Togo à leur progéniture. Ne nous laissons donc plus distraire par ces beaux discours sur la démocratie, la bonne gouvernance, les droits de l’homme ou l’aide au développement. Ce sont simplement des artifices qui aident à maintenir la façade de bienveillance utile à la rapine. Cette guerre contre l’Afrique s’est poursuivie après les indépendances sous la forme perverse des accords de coopération économiques, financiers, militaires et culturels que la France a imposés à ses relais africains, nouveaux chefs d’Etat de ce qui est devenu son pré-carré, l’Afrique Subsaharienne francophone.

Lire l'intégralité

Partager cet article
Repost0
17 mai 2014 6 17 /05 /mai /2014 09:51

Parmi les militants anti-Maîdan, beaucoup disparaissent. Depuis le 8 mai dernier, on est sans nouvelle du "Lenine noir" Ayo Banes, arrêté à la frontière ukrainienne. Il y a aussi Alexandre Gerasimov, qui ne répond plus à l’appel. Il fait partie des disparus d’Odessa. Il était l’un des militants les plus actifs des anti-Maïdan d’Odessa. Il ne figure pas sur  la liste des morts de la Maison des syndicats. Personne, actuellement,  ne sait où il est. On ne l’a pas vu le 2 mai dernier pendant la bataille au centre-ville, puis, près du Maison des syndicats. Soit, il est en cavale, soit, il a été arrêté par la police ou le SBU, enfin, soit, il est mort.  Son téléphone qu’il m’a donné il y a deux mois, ne répond plus. J’ai tenté de le contacter et, j’ai reçu le message suivant: «tous les appels rentrants sont bloqués par l’opérateur».

Communiste révolutionnaire d’Odessa, Alexandre Gerasimov est membre de la résistance armé contre le régime de Kiev. Il fut torturé par le SBU entre 2002 et 2003. Son histoire se confond avec le «procès sur la torture d’Odessa», bien connu par tout le monde, sauf… en Ukraine et à Odessa, où il est entouré d’une silence de plomb. Il y a pourtant des références internationales comme ces lettres adressées au pouvoir ukrainien de la part de "The International Action Center", fondé en 1992 par Ramsey Clark, Procureur général des États-Unis (United States Attorney General) sous la présidence de Lyndon. Les textes intégraux sont consignés ici.

Lire l'intégralité

Partager cet article
Repost0
10 mai 2014 6 10 /05 /mai /2014 10:36

Les hommes dits "libres" chient dans leur froc ! Heureusement il y a des gens intelligents en prison, et je parle des détenus. Et vous pouvez me faire confiance. Je ne sais pas quand cette publication sera livrée au public. J'ai bien fait gaffe à ne pas vexer ces Messieurs de la "Justice". Ils ont un sens de l'humour très relatif.

Comme prévu dès 2001 dans "2001, Odyssée de l'espèce" et en 2006 dans "On les aura", la prison a pris la nouvelle dénomination de "Réinsertion".

Voilà ce que c'est que d'être un grand prévisionniste Météo de la Justice. J'annonce un temps de plus en plus orageux pour les pauvres. Du soleil en abondance pour les riches :

L'Impénitent


Partager cet article
Repost0
10 mai 2014 6 10 /05 /mai /2014 10:33

Le Vendredi 6 au soir, le Samedi 7 au soir et le Dimanche 8 juin 2014 toute la journée nous attendons près de 2000 spectateurs -­ promeneurs­ -curieux-­habitués-nouveaux arrivants d’ici, d’ailleurs et parfois d’encore plus loin : chaque année le festival nous fait respirer à plein poumon sa nouvelle édition au travers de ce merveilleux endroit, et grâce à vous, aux associations, aux artistes, aux gens, au public.

Le Festival des Murs à Pêches c’est donc un festival populaire sur 3 jours de musiques, d’arts de la rue, de théâtre, de danse , d’animations, d’échanges et de rencontres. Une entrée au caillou, totalement gratuite.

Vous pouvez participer en tant que bénévolement ou artiste au contact suivant : mursapeches.festival@gmail.com

Et pour le LandArt le formulaire ici:
LandArt_Formulaire 2014

Le site de la fédération des murs à pêches.

Partager cet article
Repost0
10 mai 2014 6 10 /05 /mai /2014 10:27

 

Hier matin, le 8 mai, le bataillon ukrainien «Kiev – 1», composé de militants du Secteur droit (il a déjà obtenu à Odessa le surnom de «bataillon de la mort») est entré à Odessa dans des camions du côté de l’arrondissement de Kotovski. Dans la ville, stupeur et tremblements. Une panique totale a gagné tout le monde. Il semble que, après la perte du contrôle de la situation dans les régions de Donetsk et de Lugansk, les autorités de Kiev ont décidé de garder Odessa à tout prix.

Pourquoi ce bataillon est arrivé un jour avant la commémoration de cette grande Fête de la Victoire ? Les autorités de Kiev craignent que les «séparatistes» n’utilisent ce jour pour saisir les bâtiments administratifs.

A Odessa, le SBU a réussi, par sa traque, à arrêter un de leader Anti-Maïdan, le militant Artiom Davidchenko, frère d’Anton Davidchenko, qui, lui, avait été arrêté le 17 mars dernier. Le 8 mai, le SBU a réussi à arrêter un autre dirigeant Anti-Maïdan, membre du conseil municipal d’Odessa, le militant Sergei Bovbalan, juste avant qu’il n’aille combattre dans la clandestinité.

Les citoyens d’Odessa fuient de plus en plus la ville. Les Offices du tourisme, après le krach monstrueux de  l’économie ukrainienne survivent à peine. D’ailleurs, la plupart sont fermés. Mais, ces derniers jours, ils ont reçu de nombreux clients. En effet, les habitants d’Odessa sont particulièrement intéressés par les camps de vacances pour enfants situés en Bulgarie (pays russophone et très proche d’Odessa) où, tous ceux qui ont un peu de moyens, cherchent à envoyer leurs progénitures, pour fuir la ville. Les gens vendent tous leurs biens, pour aller hors d’Odessa donc de l’Ukraine…

La police a totalement disparu des rues de la ville. Les voleurs, aujourd’hui à Odessa peuvent se sentir en sécurité. Ce sont les militants du Secteur droit qui patrouillent dans le centre-ville munis de tout un arsenal, dont des gilets pare-balles. Les voleurs ne les intéressent pas,  ils ont d’autres chats à fouetter. La même situation est visible avec la disparition de la police routière. On peut dire sans ambages que, le chaos est installé dans la ville. Fait nouveau, les automobilistes ne respectent même plus les panneaux de signalisation de sens-interdit.

Certains adolescents, portant casques et munis de gros gourdins, bâtons, peuvent rançonner les passants après des interrogatoires improbables: qui êtes-vous ? Pour qui travaillez-vous ? Etc… En outre, il est difficile de savoir comment réagir car, ils peuvent être soit des partisans de Maïdan, soit des Anti-Maïdan.

Du coup, la célébration de la Journée de la Victoire, grandement organisé auparavant, a été volontairement minorée. Conformément à une tradition bien établie à Odessa, le pouvoir organisait pour les anciens combattants, des fêtes en plein air. Mais,  aujourd’hui à Odessa, tout a été réduit à néant ou presque. Nos anciens ont été acheminés honteusement dans des cafés et des restaurants dont les adresses ont été gardées secrètes jusqu’au dernier moment. Mais qui a osé y aller aujourd’hui ?

Partager cet article
Repost0
10 mai 2014 6 10 /05 /mai /2014 10:23

Aymeric Caron n’est pas ma tasse de thé. Je ne regarde plus Ruquier les samedis pour des raisons qui me sont personnelles. En revanche, alors que c’est uniquement le réalisateur du film "24h" qui a passé son temps à ne pas vendre son film mais à pratiquer la haine dans tous les médias -pas une surprise que son film fasse un flop-, je dis trop c’est trop. Enough is enough !

Lire l'intégralité

Partager cet article
Repost0