Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 juin 2020 6 13 /06 /juin /2020 09:51

Les émeutes qui secouent les États-Unis depuis le meurtre d’un délinquant par un policier qui ne vaut pas mieux sont sans rapport avec le racisme. N’écoutez pas les médias qui cherchent à vous induire en erreur en vous répétant le contraire ad nauseam.

N’écoutez pas, non plus, ceux qui vous rabâchent que ce pays est raciste. C’est faux. Et je peux même vous dire que les Américains, et plus encore les juges, sont très sensibles à la question.
À ceux qui vous soutiennent le contraire, demandez-leur comment une population blanche à 77 % a pu élire un président de couleur à deux reprises tout en étant animée par des réflexes racistes ?

Non, les événements actuels qui embrasent une multitude de villes américaines ne relèvent pas uniquement du militantisme. Ils sont la conjonction de deux facteurs, et qui sont même très éloignés :

Une exploitation politique outrancière par la gauche américaine qui s’acharne à mettre le pays à genoux (de la même façon qu’elle a cherché à le faire lors de la crise sanitaire du Covid-19) pour en faire porter la responsabilité au président Trump afin de compromettre sa réélection. Tous les moyens sont bons, quitte à mettre les villes à feu et à sang. On sait, à présent, que nombre d’agitateurs sont rémunérés par quelques oligarques subversifs, explique le Washington Times.

L’émergence de hordes de délinquants qui ont senti là une occasion de piller les boutiques (voir les nombreuses vidéos en ligne), sans autre but que de se remplir les poches à bon compte. Ce phénomène a d’ailleurs été encouragé par l’inaction volontaire des forces de police sous les ordres de certains maires démocrates. Ainsi Muriel Elizabeth Bowser, maire démocrate de Washington, DC, s’oppose à l’intervention de la National Guard pour combattre les émeutes, relate le Daily Wire.

Tout le reste n’est qu’une tentative de manipulation des masses à des fins politiques.

Source

Partager cet article

Repost0
13 juin 2020 6 13 /06 /juin /2020 09:45

J’aime bien Fécamp et son charme suranné d’ancien grand port de la morue, sa superbe maison Bénédictine et son front de mer très anglo-saxon où on s’attend à croiser Hercule Poirot, le capitaine Hastings et, pourquoi pas, Miss Marple se promenant sur le front de mer.

Le site a déjà été copieusement dénaturé par un petit champ d’éoliennes dont on aperçoit les pales tournant au sommet de la falaise qui surplombe le port, dans la perspective de la chapelle consacrée aux terre-neuvas. Mais décidément, il semble que l’éolien ait le vent en poupe, à Fécamp, puisque le lancement du projet « éolien off-shore » vient d’être annoncé par EDF.

71 éoliennes seront installées au large de Fécamp, dans un rayon de 13 à 22 kilomètres des côtes. Ces « monstres marins » doivent produire, en 2023, 500 mégawatts, de quoi alimenter la consommation annuelle de 770.000 personnes, soit 60 % de la population de Seine-Maritime.

Ces chiffres peuvent impressionner le vulgum pecus, mais ils sont naturellement à relativiser.

Non loin de Fécamp se trouve le site de Penly : deux réacteurs nucléaires y fonctionnent depuis 1990 et 1992. Ces deux réacteurs produisent, chacun, 1.300 mégawatts, soit 2.600 mégawatts au total et, donc, l’équivalent de cinq champs d’éoliennes, soit 350 « grands oiseaux » environ.

Au surplus, un rapide examen des participants au projet « Éoliennes off-shore » montre que tout cela n’est pas réellement franco-français puisque l’on trouve EDF à 35 %, la société canadienne Enbridge à 35 % et le groupe allemand Wdp pour 30 %. L’État français qui, via EDF, garantit un prix d’achat du kWh n’est même pas majoritaire. Cerise sur le gâteau, c’est Siemens (à qui l’État français a bradé la branche « énergies renouvelables » d’Alstom) qui fournira les éoliennes !

Nonobstant toute considération sur l’aberration économique et environnementale que constitue l’éolien (que la plupart des pays abandonnent pour revenir au nucléaire), le montage de ce projet est en contradiction totale avec ce qui est claironné sur la relance de l’industrie française !

Source

Partager cet article

Repost0
13 juin 2020 6 13 /06 /juin /2020 09:40

La Coalition internationale ayant perdu tout espoir de détruire la République arabe syrienne par la force, les États-Unis et l’Union européenne tentent d’y parvenir par la faim.

Le siège du pays a commencé. Les sanctions économiques ont été très durement renforcées et le seront encore à la mi-juin. Toute personne ou entité qui commerce avec la Syrie sera durement condamnée par les États-Unis et l’Union européenne (Loi César).

Ces « sanctions » sont illégales au regard du Droit international. Celles empêchant l’approvisionnement en matériel médical sont des crimes au regard des Conventions de Genève.

Les jihadistes au Nord et les troupes US au Sud ont commencé à incendier les champs de manière coordonnée. La Syrie a porté plainte devant le Conseil de sécurité des Nations Unies.

En quelques jours, les produits alimentaires importés sont devenus introuvables et le prix des produits alimentaires locaux a grimpé en flèche. La livre syrienne s’est effondrée sur le marché des changes. Elle est aujourd’hui échangée au marché noir au quart de sa valeur officielle.

La présidence de la République a préparé un plan pour l’autosuffisance alimentaire, dont la mise en œuvre agricole demandera plusieurs années. La Russie sauvera la population à court terme, mais le temps compte pour éviter la famine à moyen terme.

Des manifestations ont débuté le 9 juin pour réclamer de la nourriture. La Syrie n’avait jamais connue de problèmes alimentaires durant la guerre, sauf dans les zones occupées par les jihadistes. Ceux-ci rackettaient la population pour lui donner accès à la nourriture.

Source

Partager cet article

Repost0
30 mai 2020 6 30 /05 /mai /2020 09:58

Alors les déconfinés, on chôme ?

Pas encore ? Vous inquiétez pas, ça va venir. Bientôt 15 000 postes supprimés chez Renault, 16 000 chez Boeing, déjà 4500 licenciements chez EasyJet, 3000 chez Ryanair, enfin Camaïeu, la Halle, Naf Naf sont placés en redressement judiciaire… Voilà pour les plus gros, on sait rien des petits, on sait juste que l’Etat leur a versé 1 500 euros en guise de chiffre d’affaires. Et ceux qu’ont ni SIRET ni K-BIS, on en parlera sûrement autant que des SDF qu’on a chassés des jardins publics pour les faire crever sur le trottoir. Z’avaient qu’à prévoir aussi, tous ces traîne-savates ! Les pauvres veulent jamais assurer leurs arrières ! C’est pourtant pas sorcier un petit compte en Suisse ou aux Bahamas, merde !

On leur offre quand même un lot de consolation, aux pauvres : la condamnation des Balkany. Ça les rendra pas plus riches mais ça leur fait plaisir. Personnellement, cette parodie de justice qui prélève un million d’euros à quelqu’un qui en a volé un milliard, ça m’impressionne pas. Rembourser un euro pour mille planqués à gauche, ça devrait pas trop lui poser de problème.

Moi je préfère le Coronavirus. Là au moins, le scénario est original. On n’a pas lésiné sur le budget, on a planté des caméras aux quatre coins du monde, on n’a pas chipoté sur les figurants. Les producteurs ont bien compris qu’y avait du pognon à se faire. J’émets juste une réserve sur le casting : les premiers rôles sont vraiment à chier.

Dans ma banlieue, le maire a fait paraître son bulletin municipal et c’est un petit bijou de propagande pro corona. Est-ce pour les besoins de la campagne électorale ? Même pas, il est passé au premier tour avec 4 500 voix pour 40 000 inscrits. Voudrait-il alors remercier ce bon petit virus qui lui a dégagé la route ?... Seule ombre au tableau : la page nécrologie qu’il a peiné à remplir. Il a dû aligner quatre mois de décès pour lui donner de la consistance. Ça gâche un peu la fête.

Bon je vous fais pas la lecture du bulletin, puisque vous avez le même chez vous. C’est BFM TV version papier. On m’a dit qu’une agence de pub s’était chargée de la maquette et la distribuait à toutes les communes en laissant juste un blanc pour les photos et les noms des élus. Ça m’étonnerait pas. On leur balance bien les programmations culturelles clés en main, aux mairies. Suivant que les villes sont de gauche ou de droite, on leur choisit le bon réseau qui leur vendra ses artistes. Et c’est comme ça qu’invariablement, sur les affiches, tous les ans, dans toute la France et dans sa périphérie, fleurissent les mêmes faces de clowns. On pourrait pratiquement numéroter leur passage comme un vulgaire covid : Bedos-44 (y aura pas de 45), Boujenah-23, Proust-12 (pas l’écrivain, le « comique »). Et quand ils sont trop vieux pour les tournées ou en panne d’inspiration, on les remplace par leurs mômes ou par leurs cousins.

C’est pourquoi, chers confinés en sursis, je n’ai pas souffert outre mesure de la fermeture des salles de spectacle.

 

Attaque d'artistes en milieu culturel

 

Partager cet article

Repost0
30 mai 2020 6 30 /05 /mai /2020 09:54

Facebook a engagé l’ancienne directrice générale du ministère de la justice israélien Emi Palmor comme membre de son nouveau conseil de surveillance, chargé de déterminer les contenus à censurer ou à autoriser sur la plateforme des réseaux sociaux.
Emi Palmor a dirigé le ministère de la justice de 2014 jusqu’à son licenciement l’année dernière.
La période où Emi Palmor était le plus haut fonctionnaire du ministère de la justice israélien a coïncidé avec le mandat d’Ayelet Shaked en tant que ministre.
Ironiquement, Ayelet Shaked est devenue célèbre avant d’assumer ce rôle pour avoir publié sur Facebook un article incitant au génocide des Palestiniens.
Sous la supervision de Palmor, le ministère a formé une cyber-unité qui a réussi à retirer des dizaines de milliers de messages palestiniens des plateformes de médias sociaux.
Adalah, un groupe qui défend les droits des Palestiniens en Israël, a objecté que les pratiques de cette unité n’étaient pas légales.
Selon Adalah, l’unité adresse des demandes au procureur de l’État israélien, qui fait appel à « Facebook et Google pour supprimer, restreindre ou suspendre l’accès à certains contenus, pages ou utilisateurs ».
Adalah affirme que cela se fait « sans aucune transparence ni procédure légale, et sans cadre permettant aux utilisateurs de se défendre contre les allégations selon lesquelles leurs posts sont illégaux ou méritent d’être supprimés . »

Source

Partager cet article

Repost0
16 mai 2020 6 16 /05 /mai /2020 09:34

Prochaine date à venir !!!

 

Partager cet article

Repost0
9 mai 2020 6 09 /05 /mai /2020 10:22

 

Avant qu'on nous vole le printemps en nous assignant à résidence, on pouvait vivre et écrire comme ça :

Lorsque paraîtra cet article, les abeilles butineront les petites fleurettes que le Bon Dieu a créées spécialement pour elles, les pigeons roucouleront, (je ne parle pas de ceux qui avaient acquis bêtement des SICAV qu'ils croyaient nettes d'impôts, je parle des vrais pigeons, ceux qui ont l'œil fixé sur la pigeonne dès que point le moindre rai de soleil), les vaches meugleront à l'amour dans leurs prairies virginales, une tige de sainfoin négligemment placée entre leurs belles dents éclatantes de blancheur, afin d'attirer le taureau à l'énorme paire de cornes, et les secrétaires derrière leurs ordinateurs, feront clignoter leurs yeux vifs d'opératrices polyvalentes pour attirer le chef de service à l'énorme paire de lunettes, et obtenir une promotion sur le canapé le plus proche et les aubergines ressembleront toutes à Claudia Schiffer et les flics à Clint Eastwood, et alors ce sera vraiment le temps des cerises, du moins pour ceux qui n'ont pas droit qu'aux noyaux.
Car ce sera le printemps, mes agneaux ! Eh oui, mes agnelles !

Vous avez peut-être remarqué, il y a beaucoup d'animaux dans le long paragraphe introducteur que je viens de vous brosser avec cette maestria qui m'a fait une si solide réputation d'écrivain dans toute la région circonvoisine de Lizeray-Ménétréols-Saint-Valentin, et même, m'assure-t-on, jusque vers Reuilly, du moins dans sa partie vinicole.
Evidemment, si je vous entretiens ainsi des fleurs, des bêtes à bon dieu, des petits oiseaux qui sont dans le ciel, tout là-haut, avec les anges, il y a une raison. Quand j'écris, contrairement à certains collègues, de l'Académie Française, voire de l'Académie du Centre, j'ai toujours des raisons. Sinon, vous pensez bien, que je resterais tranquille comme on dit maintenant sur France-Culture, seul dans mon château-fort intérieur, comme dit ma cousine, qui a longtemps été concierge dans un château de la Loire.
Eh oui ! quand vient le printemps, l'air tiédit, la sève monte.

Quand vient le printemps, le lycéen, sentant s'approcher à pas de loup les redoutables épreuves du bac, commence à se dire :
- Ça craint... j'ai le français à passer, mes parents y croivent que je révise, mais en fait, je suis grave... je l'ai pas lu, Émilzola...
Il ne faut pas lui en vouloir s'il prononce Émilzola comme Gorgonzola, ça finit pareil, ils sont ritals tous les deux et c'est à cause des pubs de la télé, qu'il mélange tout.
Émilzola, de son vrai nom Emile Zola (1840-1902, célèbre pour ses romans et sa participation à l'affaire Dreyfus) est en effet l'auteur de la Terre, un livre tellement épais que s'il le tenait, le lycéen, cet Emile Zola, il lui casserait illico son stylo, ses lunettes, son PC avec tous ses jeux vidéo, et il lui couperait définitivement, au ras du poignet, l'envie d'écrire des livres si compacts, que même la couverture, elle en craque.
- Il fait des descriptions de la Beauce, je sais pas trop ce que c'est, mais de toute façon, je les lirai pas, ses descriptions, ça l'apprendra, Émilzola. Non mais qu'est-ce qu'y croivent, les profs, qu'on n'a que ça à faire de lire des descriptions aussi épaisses que ça ?
Et alors, découragé devant ce qu'un écrivain sadique est capable de produire pour emmerder le monde adolescent avec de simples mots, qui dormaient tranquillement dans le dictionnaire, qui ne faisaient de mal à personne, le lycéen regarde soudain la lycéenne. Et vice-versa et réciproquement.
Et vice-verso même, comme disait le regretté Jacques Chazot.

 

Rolland HENAULT (dans "Articles 1996-1989" - volume 5)

 

 

Trois nouveaux livres de Rolland Hénault

viennent de paraître.

 

Vous pouvez les commander dès maintenant

à Editions de l'Impossible

 

 

 

Partager cet article

Repost0
9 mai 2020 6 09 /05 /mai /2020 10:03

Le 20 avril 1963, Julian GRIMAU, dirigeant du Parti Communiste Espagnol, fut exécuté au terme d’une parodie de justice ! Les crimes du régime fasciste franquiste sont innombrables et n’ont pas été jugés … N’oublions pas Julian GRIMAU et pensons qu’en ce moment même un autre Julian, ASSANGE, est en danger de mort entre les mains de bourreaux qui souhaitent son élimination !

57 ans après son assassinat par la dictature franquiste dans la prison de Carabanchel à Madrid, Julian Grimau n’a pas été réhabilité. Le régime espagnol, intégré à l’Union Européenne, ne s’est jamais prononcé sur les crimes de la dictature.

Ouvrier d’imprimerie, Grimau rejoint le parti démocratique fédérale en 1931. En juillet 36, les fascistes avec le général Franco déclare la guerre à la République espagnole. Julian Grima adhère au parti communiste d’Espagne à l’automne. En 1937, il devient secrétaire d’une brigade de police à Barcelone. La République espagnole, seulement soutenue par l’URSS, privée des armes commandées et payées à la France, alors que les phalanges fascistes franquistes sont appuyées par l’Allemagne nazie, est écrasée. Grimau est réfugié à Cuba.

En 1954 il devient membre du comité central du PCE, puis secrétaire du PCE en 1962, lourde tache assumée dans la clandestinité à Madrid sous la sanglante dictature de Franco.

Le 7 novembre 1962, il est arrêté. Embastillé dans les geôles du siège de la Direction générale de la sécurité, il est battu, torturé, défenestré.

Place Puerta del Sol, au cœur de Madrid, rien ne rappelle ni cet assassinat ni tous les autres, les tortures qu’y ont subies les résistants antifascistes.

Un simulacre de procès sous forme de Conseil de guerre le condamne. Ses crimes ? “le communisme”. Car n’oublions pas cela, alors qu’aujourd’hui l’Union Européenne criminalise les communistes dans de honteuses résolutions, l’anticommunisme est une des caractéristiques du fascisme.

source

Partager cet article

Repost0
25 avril 2020 6 25 /04 /avril /2020 11:12

 

Benjamin Franklin, qui fut l’un des Pères fondateurs des États-Unis et un « frère » de Voltaire, écrivit : « Ceux qui renonceraient à la Liberté essentielle, pour acheter un peu de Sécurité temporaire, ne méritent ni la Liberté, ni la Sécurité. »

Le confinement généralisé a été justifié dans tous les pays qui le pratiquent comme une réponse à la fragilité du système hospitalier. Même si c’est faux, l’usage de cet argument manifeste que nous considérons notre Santé comme plus  importante que notre Liberté  alors que  nos aïeux  ont toujours affirmé que leurs  Vies étaient  moins importantes que leur Liberté.

En suspendant la démocratie jusqu’à nouvel ordre, nous avons renoncé à marcher dans les pas de nos héros.

 

Source

Partager cet article

Repost0
25 avril 2020 6 25 /04 /avril /2020 11:01

Le professeur Ferguson est toujours la référence européenne en matière de modélisation des épidémies.
- Pourtant c’est lui qui, en 2001, avait convaincu le Premier ministre Tony Blair de faire abattre 6 millions de bovins pour stopper l’épidémie de fièvre aphteuse (une décision qui coûta 10 milliards de livres et qui est aujourd’hui considérée comme aberrante).
- En 2002, il calcula que la maladie de la vache folle tuerait environ 50 000 britanniques et 150 000 de plus lorsque elle se transmettrait aux moutons. Il y en eu en réalité 177.
- En 2005, il prédit que la grippe aviaire tuerait 65 000 Britanniques. Il y en eu au total 457.

Peu importe, il est devenu conseiller de la Banque mondiale et de nombreux gouvernements. C’est lui qui fit parvenir le 12 mars une note confidentielle au président français Emmanuel Macron annonçant un demi-million de morts en France. Affolé celui-ci prit la décision de confinement généralisée le soir même. C’est encore le professeur Ferguson qui annonçait publiquement, le 16 mars, que, si rien n’était fait, on compterait jusqu’à 550000 morts au Royaume-Uni et jusqu’à 1,2 million aux États-Unis, contraignant le gouvernement britannique à revoir sa politique.

Simon Cauchemez, qui était en 2009 son bras droit, dirige aujourd’hui l’unité de modélisation de l’Institut Pasteur. Il est bien sûr membre du Comité scientifique de l’Élysée où il a proposé le confinement généralisé. Ce comité a été constitué par le directeur général de la Santé, le professeur Jérôme Salomon, fils spirituel et ancien conseiller technique de Bernard Kouchner.

La prise de pouvoir de l’équipe Ferguson  est fondée sur une escroquerie  intellectuelle : la « biologie mathématique » (sic) pourrait justifier la gestion libérale des services de santé.

Malheureusement si les statistiques permettent d’évaluer après coup les effets de telle ou telle mesure, elles ne peuvent pas prévoir le comportement d’un organisme vivant, d’un virus.

Au demeurant, l’extrapolation de mesures  concernant des grippes à  l’épidémie de Covid-19 est une absurdité : la grippe touche de nombreux enfants, pas le Covid-19 qui ne tue en termes démographiques que des personnes âgées ou diabétiques ou encore hypertendues. Les enfants contaminés au Covid-19 n’ont qu’une très faible charge virale, on ignore même à ce jour s’ils sont contagieux.

Le professeur Ferguson a reconnu, le 22 mars, avoir  effectué ses calculs  sur l’épidémie de Covid-19 exclusivement avec une base de données vieille de 13 ans relative aux épidémies de grippe.


Source

Partager cet article

Repost0