Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 juin 2017 6 03 /06 /juin /2017 09:57

La nouvelle vidéo révélée ce jour par l’association L214 dans un élevage de poules en cage rappelle l’importance de la prise en compte du bien-être des animaux quel que soit le mode de commercialisation des œufs (œufs coquilles ou produits transformés).

Outre les problèmes sanitaires particulièrement alarmants dans cet élevage, la vidéo diffusée ce mardi 30 mai 2017 montre la triste réalité des conditions d’élevage en cage, un mode d’élevage qui concerne encore malheureusement 68% des poules pondeuses en France. 

Dans ce système d’élevage, les animaux sont détenus dans des densités très élevées, pouvant atteindre jusqu’à 13 poules/m² (contre 6 en bio). En élevage en cage, les poules ne peuvent exprimer leurs besoins et comportements les plus élémentaires, à savoir courir, gratter le sol ou prendre des bains de soleil.

Un système cruel refusé par une majorité de consommateurs français : ils sont 90% à se prononcer pour l’interdiction de l’élevage des poules pondeuses en cage. Face à ce constat, un nombre important d’acteurs de l’hôtellerie, de la restauration collective, de l’agro-alimentaire et de la grande distribution se sont engagés à mettre un terme à la commercialisation d’œufs provenant de poules élevées en cages.

Cependant, ces engagements concernent encore trop rarement les produits transformés contenant des œufs tels que les pâtes, les gâteaux ou les sauces. Seuls quelques acteurs, comme la biscuiterie Saint-Michel, Mars et Gü, Amora ou encore Michel & Augustin ont déjà supprimé les œufs de batterie de leurs produits. D’autres en ont pris l’engagement à horizon plus ou moins lointain : ainsi, le fabricant de pâtes Giovanni Rana s’est engagé à cesser l’utilisation d’œufs de batterie d’ici juin 2017, et Barilla a pris le même engagement à horizon 2020.

L’association Welfarm appelle les consommateurs à privilégier les œufs de poules élevées en plein air (code 0 ou 1) ainsi que les produits transformés affichant la mention «contient des œufs plein air, Label Rouge ou bio ».

 

Source

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
3 juin 2017 6 03 /06 /juin /2017 09:47

L'explosion d'une lettre piégée dans sa voiture a «sérieusement» blessé l'ancien Premier ministre grec Lucas Papademos ainsi que son chauffeur, à Athènes jeudi. Le ministre de la Communication, Nikos Papas s'est dit «choqué» auprès de la télévision d'Etat. «Je veux condamner cet acte haineux» a-t-il déclaré. 

Agé de 69 ans, Lucas Papademos subissait en fin d'après-midi une opération chirurgicale pour des blessures à l'abdomen et aux jambes dans un hôpital de la capitale, selon l'agence de presse nationale ANA. La télévision d'Etat ERT avait indiqué un peu plus tôt qu'il souffrait également de troubles respiratoires mais que ses jours n'étaient pas en danger. Selon cette même source, l'ancien Premier ministre lisait son courrier dans son véhicule blindé quand une lettre a explosé. 

Lucas Papademos a occupé le poste de Premier ministre de novembre 2011 à mai 2012, au plus fort de la crise financière grecque. Il a aussi été vice-président de la Banque centrale européenne de 2002 à 2010 ainsi que gouverneur de la Banque de Grèce (1994-2002). En début de soirée jeudi, l'attaque n'avait pas été revendiquée. 

En mars dernier, des colis piégés avaient été envoyés depuis Athènes au ministère allemand des Finances à Berlin et au bureau du FMI à Paris. La Conspiration des Cellules de feu, un groupe anarchiste, avait revendiqué l'envoi de Berlin.

 

Source

 
Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
27 mai 2017 6 27 /05 /mai /2017 09:28

 

 

Monsieur le Président,

 

Nous, écrivains russes soussignés, nous vous demandons de faire preuve de miséricorde. Depuis plus de 23 ans, le citoyen vénézuélien Ilich Ramirez Sanchez est en détention ; sa santé s’est dégradée, mais il garde l’espoir d’une libération. Une grande partie de ces années il les a passées en régime d’isolement, ce qui peut être considéré comme une forme de torture, et la torture, comme vous le savez, est interdite en France.

D’ailleurs son arrestation en 1994 au Soudan pose de nombreuses questions, car il n'y avait pas de procédure d'extradition prévue par la loi. Il s’agissait de l’enlèvement d'un citoyen d'un État étranger, en dehors du territoire français, grâce à la collusion d’intérêts de services d’autres pays encore ; tout cela n’est pas à l’honneur de la France qui, pour le monde entier, est un modèle de respect du droit.

Ilich Ramirez Sanchez, dit Carlos ou le Chacal est un révolutionnaire du XXe siècle et par ses hauts faits, il  est sur un pied d'égalité avec ces figures héroïques que sont à jamais Ernesto Che Guevara, Nelson Mandela et Douglas Bravo. En tant que soldat de la révolution, il a agi sur aux côtés du bloc de l'Est et de l'Union soviétique, tout en restant une personne indépendante.

L'arrestation de Ramirez Sanchez en 1994 devrait être interprétée comme un écho de la guerre froide, quand le monde était divisé en deux camps. Aujourd'hui, la nécessité de punir un homme pour avoir lutté contre des organisations politiques qui n’existent plus ne se justifie pas. Nous, les écrivains soussignés, croyons que 23 ans de détention constituent une peine suffisante.

Monsieur le Président, nous tenons à vous rappeler que la France est considérée comme la patrie de l'humanisme et de la miséricorde. Aujourd’hui, vous avez une chance unique de montrer au monde – tant aux amis qu’aux ennemis de votre pays - que la France est capable de pardonner. Pour cette raison, nous vous demandons de gracier Ilich Ramirez Sanchez dit Carlos le Chacal avec le droit de quitter la France pour se rendre soit dans la Fédération de Russie, soit au Venezuela soit dans d'autres pays qui sont prêts à l'accueillir.

 

 

Aleksandr Prohanov

Igor Molotov

Allemand Sadulaev

Israel Shamir

Andrew Rudalev

Sergey Petrov

 

Source

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
27 mai 2017 6 27 /05 /mai /2017 09:19

Nous apprenions lundi 5 mai qu’un (presque) inconnu, Édouard Philippe, avait été nommé Premier ministre par le président intronisé la veille.

Le premier nous a été présenté comme le « poulain » d’un ancien premier ministre ultra libéral, condamné à 14 mois de prison avec sursis, actuel maire de Bordeaux, j’ai nommé Alain Juppé.

Le second, à qui les parrains ne manquent pas, a été secrétaire général adjoint du cabinet de François l’« ennemi de la finance » Hollande avant d’être son ministre de l’économie, des finances et de l’industrie.

Qu’y a-t-il de commun entre ses quatre personnes ?

Certainement énormément, mais un élément, oublié par nos médias, devrait attirer l’attention – en ces temps où l’ingérence de la Russie poutinienne dans nos élections n’a de cesse d’être dénoncée. Alain Juppé, François Hollande, Édouard Philippe et Emmanuel Macron ont tous les quatre étaient sélectionnés comme Young Leaders de la French American Foundation, respectivement en 1982, 1996, 2012 et 2012.

Qu’est-ce qu’un Young Leaders ?

Consultons pour le savoir la page en français (oui, il y en a une ! une fois qu’on a cliqué sur le bon onglet) de la fondation :

Créé en 1981, le programme Young Leaders est le programme phare de la French-American Foundation et continue de jouer un rôle clé dans l’approfondissement de la coopération entre la France et les États-Unis. Il rassemble aujourd’hui 400 dirigeants issus du monde de l’entreprise, de la haute fonction publique, de l’armée, des médias et de la recherche. Chaque année, vingt français et américains âgés de 30 à 40 ans et appelés à jouer un rôle important dans les relations franco-américaines, sont sélectionnés par un jury en France et aux États-Unis. Les candidats retenus participent à deux séminaires de cinq jours chacun, sur deux années consécutives – alternativement en France et aux États-Unis – afin d’échanger sur des sujets d’intérêts communs aux deux pays et tisser des liens d’amitié durable.

Pour finir, nous devons bien constater que la promotion 2012 des Youngs Leaders nous a fourni d’éminents « marcheurs », puisqu’en plus de E. Macron et d’E. Philippe, le mathématicien Cédric Villani, chantre comme par hasard du tout-anglais, en était…

 

La liste des Young Leaders :

 

PS :

    •    François Hollande (1996, président de la République française)

    •    Emmanuel Macron (2012, ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique)

    •    Arnaud Montebourg (2000, ancien ministre de l’Économie)

    •    Najat Vallaud-Belkacem (2006, ministre de l’éducation nationale)

    •    Marisol Touraine (1998, ministre des Affaires sociales et de la Santé)

    •    Aquilino Morelle (1998, ancien conseiller politique au cabinet du président de la République François Hollande)

    •    Matthias Fekl (2013) Secrétaire d’Etat au commerce et aux affaires européennes du gouvernement Valls, en charge du TAFTA (grand marché USA UE)

    •    Alain Richard (1981, ministre de la Défense tout le long du gouvernement Jospin)

    •    Bruno Le Roux (1998, député depuis 1997 et président du groupe socialiste à l’Assemblée depuis 2012)

 

LR / UMP :

    •    Alain Juppé (1981, maire de Bordeaux)

    •    Jacques Toubon (1983, député UMP)

    •    François Léotard (1981, ancien ministre de la Défense)

    •    Valérie Pécresse (2002, ancienne ministre de l’Éducation nationale)

    •    Éric Raoult (1994, ancien député et ancien ministre)

 

Journalistes :

    •    jean-Marie Colombani (1983, fondateur de Slate et ancien directeur du Monde)

    •    Sylvie Kauffmann (1998, journaliste au Monde)

    •    Erik Izraelewicz (1994, directeur du Monde)

    •    Annick Cojean (2000, journaliste au Monde)

    •    Bernard Guetta (1981, journaliste à France Inter)

    •    Christine Ockrent (1983, journaliste)

    •    Matthieu Croissandeau (2002, rédacteur en chef adjoint du Nouvel Observateur)

    •    Pascal Riché (2000, co-fondateur de Rue89)

    •    Laurent Joffrin (1994, PDG de Libération)

    •    Yves de Kerdrel (2005, éditorialiste au Figaro)

    •    Alain Minc (1981, conseiller politique, économiste, essayiste et dirigeant d’entreprise)

    •    Emmanuel Chain (1999, journaliste)

    •    Jérôme Clément (1982, président d’ARTE)

    •    Olivier Nora (1995, président des Éditions Fayard)

    •    Denis Olivennes (1996, président d’Europe 1)

    •    Jean-Marc Jancovici (2002, ingénieur consultant pour l’ADEME, vulgarisateur dans les médias des questions énergétiques)

    •    Cédric Villani (2012-2013, Médaillé Fields, en tant que membre d’EuropaNova)

 

Patrons :

    •    Henri de Castries (1994, président du directoire du groupe Axa)

    •    Laurent Cohen-Tanugi (1996, ancien vice-président de Sanofi-Synthélabo)

    •    Pierre Mariani (1996, directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy de 1993 à 1995, puis responsable à BNP Paribas et enfin dirigeant de Dexia)

    •    Jean-Louis Gergorin (1994) (EADS)

    •    Nicolas Gaume (1999, PDG de Mimesis Republic et président du Syndicat national du jeu vidéo)

    •    Stéphane Israël (2012, directeur de cabinet d’Arnaud Montebourg puis PDG d’Arianespace)

    •    Pierre Richard (1984, fondateur et président de Dexia de 1987 à 2008)

    •    Anne Lauvergeon (1996, ancienne présidente d’AREVA)

    •    Pierre Kosciusko-Morizet (2009, PDG de PriceMinister)

    •    Frédéric Lemoine (2007, directeur du groupe Wendel, à ce titre administrateur de Saint-Gobain)

    •    Laurent Vigier (2010-2011, PDG de la branche internationale de la Caisse des dépôts et consignations)

 

Source

 
Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
27 mai 2017 6 27 /05 /mai /2017 09:12

A peine élu, l’une des premières mesures de Macron va être d’augmenter les impôts des salariés. Avec une hausse de 1,7 point de la CSG. (…)

Cette hausse de la CSG va attaquer principalement les retraités, les indépendants et les fonctionnaires. En effet, pour camoufler cette mesure brutale d’euro-austérité, le programme ni de gauche ni de gauche d’En Marche consiste à supprimer les cotisations assurance maladie et assurance chômage (3,15% du salaire brut). Rendant invisible (dans un premier temps, la supercherie est démasquée plus bas) la hausse d’impôt pour de nombreux travailleurs. Sauf que retraités, indépendants et fonctionnaires ne versent pas ces cotisations. Et eux auront une hausse net de 1,7 point de leurs impôts.

Rappelons que la CSG a été appliquée par l’art 49.3 du gouvernement Rocard, un gouvernement soutenu par l’actuel premier ministre de Macron et dont le président Macron ne rechigne pas à se réclamer.

L’augmentation de la CSG de Macron c’est faire les poches des retraités. Et les communistes du PRCF ont fait le calcul :

Si votre retraite est de

    •    1200 € mensuel, alors vous allez payer 245€ de CSG en plus par an

    •    1500 € mensuel, alors vous allez payer 306€ de CSG en plus par an

    •    1700 € mensuel, alors vous allez payer 346€ de CSG en plus par an

    •    2000 € mensuel, alors vous allez payer 408 € de CSG en plus par an.

Lire l’article

 
Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
27 mai 2017 6 27 /05 /mai /2017 09:03

Étrange début de quinquennat… Certains exultaient de voir comment M. Macron a appris des erreurs des Présidents précédents.

Mais ce qui frappe aujourd’hui, à peine trois semaines après l’élection, c’est à quel point on a l’impression de revivre les mêmes séquences.

Attentat de Manchester ? Le Président convoque conseil de défense sur conseil de défense, annonce que l’état d’urgence sera prorogé de six mois et qu’une nouvelle loi anti-terroriste (la troisième ? quatrième ? on ne sait plus…) sera votée. Du Hollande.

Et puis « l’affaire Ferrand », révélée par Le Canard enchaîné. Un ministre chargé du logement et de l’immobilier qui vient de déclarer : « Il n’y a aucune hâte à voter de nouvelles lois sur le logement. L’enjeu est de parfaire ce qui a été mis sur les rails et d’accompagner la dynamique qui est à l’œuvre dans ce secteur. Le secteur du logement et de l’urbanisme a besoin d’une certaine stabilité. »

Le même qui se retrouve avec une affaire « d’arrangements familiaux » (Le Point) au sujet de bureaux acquis par sa compagne dans le but de les louer à une mutuelle qu’il dirigeait, en 2011.

Cela pourrait rappeler les déboires du ministre Cahuzac, ministre chargé de la fraude fiscale et lui-même coupable de fraude. Cela pourrait aussi rappeler l’affaire Fillon, par l’implication de la conjointe du ministre. Début et fin du quinquennat Hollande.

 

M. Ferrand était donc directeur général des Mutuelles de Bretagne, entre 1993 et 2012. Le 25 janvier 2011, le conseil d’administration se réunit, en sa présence, pour trouver un nouveau local à Brest. Sur les trois offres, une seule retient l’attention de la direction.

Il s’agit de la SACA, une société civile « qui n’a pas encore d’existence légale, et qui n’est même pas encore propriétaire des surfaces qu’elle propose à la location », selon Le Canard. La SACA, une société civile de Sandrine Doucen, avocat et compagne de Richard Ferrand, qui propose donc son offre alors que cette SCI n’est même pas constituée et qu’elle n’est pas propriétaire du bien…

Le 24 février suivant, la SCI est enregistrée au tribunal de commerce, et un deuxième actionnaire, un ami du couple de l’Aveyron, s’offre une action symbolique… Fort d’une promesse de loyer, la SCI peut contracter un prêt auprès du Crédit agricole, qui financera 100 % du prix d’acquisition, soit plus de 400 000 euros… Et, toujours selon Le Canard, « six ans après la création de la société, la valeur des parts a été multipliée par 3.000 ». Une belle plus-value ! Pas étonnant, puisque la SCI empoche un loyer annuel de 42.000 € et qu’elle est désormais propriétaire d’un bien rénové par la mutuelle pour 184.000 €. Comme l’écrit Libération, « sans avancer un centime ni prendre le moindre risque, la femme du conseiller régional de Bretagne s’est ainsi constitué un patrimoine de 402 000 euros, intégralement financé grâce aux loyers de la mutuelle de son mari ». Pour la mutuelle de monsieur et la SCI de madame, c’était du gagnant-gagnant ! Alors, pourquoi hésiter ?

 

Pour le moment, toute la macronie, de Castaner à Griveaux, balaie cette affaire d’un revers de main. « Un non-événement ». C’est légal, c’est connu, c’est transparent. Et, surtout, c’est privé. Donc pas concerné par la moralisation de la vie politique.

Pas sûr que les électeurs venus à Macron par rejet de Cahuzac ou de Fillon apprécient les montages immobiliers et financiers des époux Ferrand. Ni leur morale. Ni leur esprit mutualiste.

Source

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
27 mai 2017 6 27 /05 /mai /2017 08:56

Les membres de la commission d’évaluation du Comité international olympique(CIO) visitent depuis samedi 13 mai les sites qui recevront des épreuves sportives et les athlètes en cas d’obtention par Paris des Jeux Olympiques et Paralympiques 2024.

La visite démarre au Champs de Mars puis se dirigera vers Saint-Denis qui devrait être le cœur de la candidature avec le village olympique et le stade de France qui deviendrait stade Olympique.

La mairie tente de prouver par tous les moyens que l’ensemble des franciliens font bloc derrière cette candidature, avec, lors de chaque site visité, des scènes d’enfants en liesse et des sportifs de renommée mondial pour les encadrer.

Cependant, derrière les sourires de façade et le lobbying intense des sportifs, des voix s’élèvent contre l’organisation Parisienne des J.O.

Lors de son élection en 2014, Anne Hidalgo était d’ailleurs elle-même assez rétive à une organisation parisienne des jeux. Sa position a bien changé depuis, et madame le Maire de Paris voit désormais en cette organisation une « formidable aventure ».

Le chiffrage annoncé pour l’organisation des Jeux est de 6 milliards d’euros mais d’expérience, les JO voient régulièrement leur budget exploser. Selon le magazine Capital : « Les Jeux d’Albertville ont coûté 2 fois plus cher que prévu, ceux de Barcelone 4 fois plus, ceux de Montréal 9 fois plus, ceux d’Athènes 10 fois plus et ceux de Pékin 25 fois plus, Toutes cités comprises, le cabinet d’expertise Micrœconomix a calculé que, en moyenne, les dépassements avaient atteint 179 % depuis 1960. »

L’investissement de base prévu par les collectivités devrait être complété par des investisseurs privés qui, d’expérience, ne contribuent qu’au budget initial, le reste étant à la charge de l’état, du département ou de la commune…

La région Ile de France, par la voix de Valérie Pécresse, assure que les transports seront l’atout numéro 1 de la ville. On ose à peine imaginer les trains de banlieues et métros qui sont déjà bondés aux heures de pointe…

Lire l'article

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
20 mai 2017 6 20 /05 /mai /2017 11:27

Lorsque, le 7 décembre dernier, France 2 a diffusé un reportage tourné en caméra cachée dans un café de Sevran et montrant que les femmes y étaient indésirables, toutes les belles âmes se sont offusquées en feignant la surprise : « Allons, voyons, vous exagérez ! Faites attention à ce que vous dites, vous allez faire monter le Front national ! »

Le maire s’éleva contre cette « fausse » image que l’on donnait de sa ville, n’osant pas nier l’évidence mais s’insurgeant contre le fait qu’on ose pointer du doigts l’instauration de mœurs venues d’ailleurs et qui ne font pas – loin s’en faut – la part belle aux femmes. Nadia Remadna, auteur de la vidéo, créatrice de l’association Brigade des mères, disait alors combien son combat lui coûtait cher, la plupart des femmes qui l’accompagnaient s’en allant les unes après les autres « par peur des représailles ». J’ai « le sentiment d’être de retour en Algérie au début des années 1990 » (celles de la guerre civile !), confiait-elle alors.

Cinq mois ont passé depuis ce reportage ; les élections « de tous les dangers », comme disent les politiques, sont derrière nous. Macron ayant coiffé son auréole, le cafetier de Sevran accepte-t-il de servir les femmes ? Je suppose que non.

Comme à Paris, dans le quartier Chapelle-Pajol, à cheval sur les Xe et XVIIIe arrondissement. Un quartier où « plusieurs centaines de mètres carrés de bitume [sont] abandonnés aux seuls hommes, et où les femmes n’ont plus droit de cité. Cafés, bars et restaurants leur sont interdits. Comme les trottoirs, la station de métro et les squares », rapporte Le Parisien, ce vendredi. Devant « des groupes de dizaines d’hommes seuls, vendeurs à la sauvette, dealeurs, migrants et passeurs [qui] tiennent les rues, harcelant les femmes », leur vie est devenue infernale au point que nombre d’entre elles ont renoncé à sortir.

« Il y a les insultes dans toutes les langues, les vols, l’alcoolisme de rue. Les trafics qui s’enracinent, et les employés de ces trafics, qui nous signifient chaque jour que nous sommes indésirables, nous et nos enfants. Cela doit cesser », disent-elles.

Que font les autorités ? De la com’, cette grande spécialité de madame Hidalgo, qui préfère aménager les loisirs des bobos du dimanche et vendre les Jeux olympiques que se pencher sur la vie des quartiers populaires, ceux où on laisse prospérer dealers, voleurs et camps de migrants…

Dans ce style fleuri et écolo qui désigne désormais nos opérations guerrières, la mairie de Paris et le préfet de police ont ainsi lancé, en janvier, une opération intitulée « Barbès respire » (sans blague !). 110 opérations ont donné lieu à plus de 19.000 évictions de vendeurs à la sauvette et 884 personnes ont été arrêtées, nous dit-on.

Faut-il vous expliquer les mots ? « Éviction » signifie qu’on les repousse au carrefour suivant, « arrêtées » qu’on les a relâchées deux heures après…

Porter plainte ? Ça ne sert strictement à rien. « Nous sommes des éoliennes, on brasse de l’air », m’a dit récemment un policier excédé. Alors, les femmes du quartier ont lancé une pétition destinée à la mairie, à la préfecture de police et au procureur de la République. Son titre : « Les femmes, une espèce en voie de disparition au cœur de Paris. » Puis elles feront une marche, « parcourront tous les lieux du quartier où elles sont indésirables. Puis, rendront compte, aux pouvoirs publics de leurs observations… En espérant être entendues. »

Une bouteille à la mer…

À Sevran, Nadia Remadna voudrait « faire appliquer les lois de la République, là où l’État échoue ». Vaste entreprise dans laquelle elle s’est sentie totalement abandonnée… « C’est ce que les gens veulent et c’est très bien comme ça. Tout le monde est content, pourquoi est-ce que tu t’en mêles ? », lui a-t-on dit.

C’est qui, « les gens » ? Qui « tout le monde » ?

 

Source

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
20 mai 2017 6 20 /05 /mai /2017 11:20

L'employé du Comité national démocrate Seth Rich aurait transmis à WikiLeaks une partie des données concernant la direction du comité avant d'être abattu en 2016, a signalé Fox News.

 

Seth Rich, membre du Parti démocrate des États-Unis et employé du Comité national démocrate (DNC), aurait pu fournir, avant sa mort, des milliers de documents portant sur la direction du DNC au site WikiLeaks, a annoncé la chaîne Fox News, citant des sources au sein des forces de l'ordre américaines.

Seth Rich avait contacté WikiLeaks par l'intermédiaire de Gavin MacFadyen, journaliste d'investigation qui habitait à Londres à l'époque, comme l'a indiqué à la chaîne un enquêteur, souhaitant garder l'anonymat, après avoir examiné le rapport du Bureau fédéral d'enquête (FBI) sur le contenu de l'ordinateur de l'ancien employé du DNC. D'après l'enquêteur, Seth Rich avait confié à MacFadyen plus de 44 000 courriels et 17 000 pièces jointes aux alentours du 21 mai de l'année dernière.

« J'ai vu et lu la correspondance de Seth Rich et WikiLeaks », a déclaré l'enquêteur à Fox News, ajoutant que les e-mails en question étaient, à l'heure actuelle, à la disposition du FBI.

Ces nouvelles informations correspondent aux résultats de l'enquête du détective Rod Wheeler, embauché par la famille Rich afin de faire la lumière sur l'assassinat du Démocrate Seth Rich, tué non loin de son appartement, à Washington D.C., en juillet 2016. Le détective estimait qu'il y avait une « correspondance à un certain niveau » entre WikiLeaks et ce dernier.

Alors que la nouvelle a été rapidement diffusée, les médias américains ne semblent pas se presser de la couvrir.

 

Source

 
Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
20 mai 2017 6 20 /05 /mai /2017 11:13

Nommée au portefeuille de la santé, Agnès Buzyn se retrouve ministre de tutelle de son mari, qui dirige l’Inserm. « Le problème est identifié et va être traité », indique-t-on au ministère.

Peut-on être la ministre de tutelle de… son mari ? La question se pose de manière très concrète depuis l’entrée au gouvernement d’Agnès Buzyn, nommée au portefeuille des solidarités et de la santé. En effet, elle est aussi mariée au professeur Yves Lévy, président-directeur général de l’Institut national de la santé et la recherche médicale (Inserm). Or, cet important organisme public est placé sous la double tutelle du ministère de la recherche et de la santé. Bref, le professeur Lévy est désormais sous la tutelle de sa femme, ce qui n’est pas sans poser un problème à un moment où la prévention des conflits d’intérêts des ministres est une priorité affichée par le président Macron.

 

Source

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article