Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 juillet 2021 6 10 /07 /juillet /2021 09:41
Les abonnés pourront désormais être exposés à des publicités personnalisées lorsqu’ils regarderont la télévision en passant par leur box TV.

Après plusieurs mois de phase pilote, les opérateurs commencent à déployer la publicité segmentée. Bouygues Telecom annonce aujourd’hui officiellement son lancement sur tout son parc. Cela signifie que ses abonnés qui regardent la télévision en passant par ses box TV seront susceptibles d’être exposés à des publicités personnalisées. 1,5 million de foyers seraient concernés.

 
Des critères géographiques et d'affinité avec les programmes

Il s’agit de remplacer un ou plusieurs spots d'envergure nationale par d’autres plus spécifiques au même moment et sans que cela soit perceptible par le téléspectateur. Cette pratique est autorisée depuis la parution d’un décret au mois d’août 2020. La personnalisation est basée sur des critères géographiques, l’affinité aux programmes ou encore les centres d’intérêt.

Pour le moment, seules les chaînes de TF1, France Télévisions et M6 sont concernées. Il faut en effet signer des contrats avec chaque diffuseur. Côté opérateur, Orange avait déjà lancé des campagnes avec France Télévision sur une partie restreinte de son parc.

Encore faut-il que les abonnés aient préalablement consenti à cette publicité adressée. Bouygues Telecom rappelle dans son communiqué de presse que "l’approbation est recueillie une première fois au moment de l’installation de la box TV via un écran dédié. Mais l'utilisateur est ensuite libre de changer d’avis à tout moment. L’autorisation n’est pas valable pour une durée illimitée et doit être régulièrement renouvelée." (NDLR : difficile de s'en assurer quand la pub est invisible ! Dans le temps, on disait "images subliminales" en pensant bien qu'on les utiliserait pas. Eh bien si les gars, on y est arrivé.)

 

Source

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2021 6 10 /07 /juillet /2021 09:35

EN 2012 FRÉDÉRIC MITTERRAND AVAIT DÉCIDÉ DE PUBLIER CHAQUE ANNÉE LE DÉTAIL DES AIDES À LA PRESSE. MESURE SUPPRIMÉE EN 2018, LES DERNIERS CHIFFRES COUVRANT L’ANNÉE 2017. ROSELYNE BACHELOT A CONTINUÉ LES CACHOTTERIES EN S’OPPOSANT À LA DIVULGATION DES CHIFFRES DE 2019, HEUREUSEMENT DIVULGUÉS PAR LA LETTRE A, NOUS EN FAISONS PROFITER NOS LECTEURS.

 

UNE RECHERCHE COMME UNE EXHUMATION

Pour retrouver les chiffres de 2019, les archéologues de la Lettre A ont dû fouiller au milieu d’un sombre document Excel de plus de 91.000 lignes noyées sur le site étatique de la plateforme data.gouv.fr. Les chiffres mis à jour ne comprennent pas les aides indirectes – beaucoup plus importantes – incluant le super taux réduit de TVA (2,10%), les aides à la distribution par les tarifs postaux, l’aide au portage, les exonérations sociales, ni les subventions qui ont accompagné le naufrage de Presstalis remplacé par France Messagerie.

 

LE POMPON POUR BERNARD ARNAULT

Sacré Nanar ! Il vient juste de rouvrir La Samaritaine dont il est maintenant l’heureux propriétaire et exploitant, mais il est aussi et de très loin le plus gros bénéficiaire des aides à la presse diverses et variées de la République Française. Additionnons l’aide au portage, à la distribution, les subventions du Fonds de soutien à l’émergence et à l’innovation dans la presse (FSEIP), du Fonds stratégique pour le développement de la presse (FSDP),

 

LE PARISIEN/AUJOURD’HUI EN FRANCE, 13,6M€ : MÉDAILLE D’OR

Merci Patron ! aurait jubilé François Ruffin dans le film éponyme. Il est vrai que Bernard Arnault, comme son gendre fortuné Xavier Niel, ne cache pas son amitié pour Emmanuel Macron, il n’y a pas que des ingrats dans le monde, pensée somme toute réconfortante.

 

DE JOLIS ACCESSITS POUR DASSAULT, NIEL, DRAHI

Derrière la médaille d’or Arnault, les Dassault (le Figaro), Niel (Le Monde), Drahi (Libération) ne se débrouillent pas trop mal.

Le Figaro 6,5M€

Libération 5,9M€

Le Monde 5,6M€

La Croix/Bayard presse 4,7M€

 

Et coucou le revoilou ! Retour de Nanar aimable propriétaire des Échos (1,6M€) et non moins aimable mécène de L’Opinion (1,9M€).

Une mention spéciale pour L’Humanité avec 3,3M€, sans doute le meilleur rapport subvention au numéro distribué pour les quotidiens.

La PQR, presse quotidienne régionale fait presque figure de parent pauvre. Le groupe Ouest-France empoche quand même autour de 2,4M€. Tous ces chiffres ne comprennent pas la subvention versée à l’AFP, qui oscille entre 125M€ et 146M€ pour 2019, selon les sources.

 

Source

Partager cet article
Repost0
26 juin 2021 6 26 /06 /juin /2021 10:21

J’ai visionné dimanche soir un film d’une rare stupidité, « Captain Fantastik » de Matt Ross qui mérite quelques commentaires.

Disons d’abord qu’il se situe dans la catégorie des films à thème porteurs de messages, un genre apprécié des producteurs ricains pour qui le cinéma reste encore l’outil de domination majeur. « Là où le film passe le drapeau passe aussi » disait-on à Hollywood dans les années 30 et ça n’a pas changé.

Ce Matt Ross poursuit donc la tradition mais avec une niaiserie et une maladresse qu’on n’a pas souvent l’occasion d’observer.

Le film aborde le thème d’un retour à la nature qui capote (pas très nouveau) mais l’adapte au goût du jour, à la mode des survivalistes, le but étant de dénigrer la cause tout en ayant l’air de l’approuver. Vieille technique de scénario qui jette dans l’entonnoir tous les arguments de contestation, puis les discrédite les uns après les autres pour ne laisser couler à la fin qu’un seul principe : il n’y a pas d’alternative à la société capitaliste.

Notre réfractaire au système est donc bourré de contradictions. Premièrement il a engendré six enfants. Pas logique pour quelqu’un qui dénonce la surpopulation. Deuxièmement sa femme profite du Service public et se goberge à l’hôpital depuis trois mois. Pas terrible comme exemple d’autarcie. Enfin pour compléter le tableau elle se tranche les veines dans le premier quart d’heure, fortement déprimée par la vie au grand air. Nous voilà prévenus : le réalisateur ne donne pas dans la finesse et va pousser le message au marteau-piqueur.

Passons aux gamins. Difficile de déterminer quel est le plus antipathique. Ils s’enlisent tous dans la caricature. Il y a les sauvages qui égorgent et dépècent une biche avec abondance de sang, les sportifs qui gémissent en silence, les chiens savants qui récitent les bases de la mécanique quantique, les fayots qui multiplient les citations de Chomsky et s’inclinent devant son portrait (cette scène atteignant le summum du ridicule).

Face à cet étalage de morveux déguisés comme à la kermesse, on rêve d’une gigantesque distribution de torgnoles. Avec double ration pour l’adolescente qui parle du roman « Lolita » comme d’une histoire de viol. Doit-on se cotiser pour offrir le livre au réalisateur ou payer un tueur à gages pour s’en débarrasser ?

Enfin cette laborieuse démonstration d’imbécillité se termine dans une fermette écolo où le père fabriquera des fromages pendant que les enfants iront à l’école.

Conclusion pour les simplets : vive l’Amérique.

Pour les autres : cassez le DVD et relisez Marx !

 

Partager cet article
Repost0
26 juin 2021 6 26 /06 /juin /2021 10:12

En 2017, les électeurs répondant déjà de moins en moins nombreux à l’appel de l’isoloir, le « politologue » Alain Duhamel, 81 ans aujourd’hui, dont près de soixante années de journalisme rampant, analysait à sa manière cette tendance croissante de l’électorat à bouder le bulletin de vote. Quatre ans plus tard, on imagine ce qu’a dû être le désarroi de cette vieille carpette au soir du premier tour des régionales.

En son temps, Bertolt Brecht proposait ironiquement qu’on dissolve le peuple, qui votait mal. Aujourd’hui, le vœu du dramaturge allemand est devenu inutile, le peuple, cet inadapté, s’étant en quelque sorte chargé de se dissoudre lui-même, abandonnant la « démocratie » à un marigot de politiciens professionnels « élus » à 15%.

 

Source

Partager cet article
Repost0
26 juin 2021 6 26 /06 /juin /2021 10:07

En Punjab au Pakistan, ou le covid 19 reflue mais où le taux de vaccination de la population stagne à 20%, les autorités locales ont décidé que ceux qui ne se faisaient pas vacciner seraient privés de téléphone portable.

Ailleurs dans le monde, les autorités politiques préfèrent utiliser des “incitations”.

Dans la ville de New-York, la municipalité a passé un partenariat avec la chaîne de restauration rapide locale Shake Shack, pour inciter les habitants à se faire vacciner. Vous pouvez obtenir un hamburger et des frites après avoir montré votre certificat de vaccination.

Dans d’autres États ou villes, l’idée a fait des émules chez les édiles. Selon les lieux, vous avez le droit à un hot dog, une pizza, une bière ou un donut contre une injection de vaccin. Dans l’Ohio, la vaccination contre le covid 19 est devenue une grande loterie. Elle a été lancée par le gouverneur de cet État, Mike DeWine. Il a annoncé, triomphant, à ses administrés, que les vaccinés seraient tirés au sort. Le grand vainqueur aurait un million de dollars, d’autres se verraient payer leur frais de scolarité à l’université.

La Californie aussi a organisé des loteries. Le gros lot était d’1,5 million de dollars pour les gagnants.

La Virginie est moins riche ou plus égalitaire : les vaccinés ont droit à 100 $. Cela fait pas mal de hamburgers !

Chaque Etat fait avec ce qu’il a : dans le Maine, vous pouvez avoir un permis de pêche ou de chasse en échange de la vaccination. À Chicago, ce sont des spectacles gratuits. Ailleurs, des accès aux courses automobiles et en Caroline du Nord, les habitants obtiennent des financements pour leur logement.

Si les yeux de nombreux observateurs sont tournés vers l'Amérique, c’est parce que ce qui s’y passe a tendance à être reproduit ailleurs, notamment en Occident.

De fait, en Serbie, l’incitation financière pour le vaccin anti-covid 19 est de 3 000 dinars, soit l’équivalent de 25 euros.

En revanche, les fonctionnaires qui refuseraient de se faire vacciner risquent de ne pas être payés.

Ailleurs dans le monde, les vaccins contre le covid 19 sont gratuits et donnent accès à des droits que les autres n’ont pas.

Une chose est sûre, partout dans le monde, les élites, les gouvernements et leurs administrations déploient des moyens de plus en plus infantilisants pour arriver à leurs fins.

Ce n’est pas très rassurant pour la démocratie. Ce n’est pas rassurant pour les libertés individuelles.

Le dialogue entre les peuples et les gouvernants semble rompu, il est même corrompu !

On distribue des bonbons et des bons points pour faire accepter un programme sanitaire…

Quelle est la prochaine étape ?

 

Source

Partager cet article
Repost0
19 juin 2021 6 19 /06 /juin /2021 09:53

 

Si je pouvais coïncider d’esprit  avec qui que ce soit, je serais immédiatement subjugué et avalé par lui et entièrement sous sa dépendance ; mais j’y ai l’oeil, attentif, acharné plutôt à être toujours bien exclusivement moi.

Grâce à cette discipline, j’ai maintenant des chances de plus en plus grandes de ne jamais coïncider avec quelqu’esprit que ce soit et de pouvoir circuler librement en ce monde.

 

Henri Michaux

Voir les commentaires

Partager cet article
Repost0
Publié par ELIZABETH
19 juin 2021 6 19 /06 /juin /2021 09:32
 
« Willy Ronis en RDA » : une rencontre de l’histoire et de l’émotion par la photographie

Célèbre photographe humaniste français, Willy Ronis (1910-2009) a fondé sa renommée sur ses photos sensibles de Paris, ses illustrations des régions françaises, ses vues engagées du monde ouvrier et des mouvements sociaux. Willy Ronis se vit rarement confier des missions à l’étranger. La Ville de Versailles lui rend hommage à l’Espace Richaud en exposant ses clichés pris en 1960 et 1967 dans l’ex-République démocratique allemande (RDA).

 

Bien sûr, il n’est pas nécessaire d’être communiste ou nostalgique (bien que ce soit le sentiment actuel majoritaire pour les ex-citoyens de RDA dans toutes les enquêtes d’opinions qui se succèdent) pour apprécier cette exposition et son catalogue, bien présenté et correctement imprimé par Parenthèses (39 euros), ce regard profondément humain de Ronis et cette manière si particulière de composer ses images alliant force graphique et douceur dans le regard. Toutefois celui qui veut y voir des images démontrant qu’il était horrible de vivre en RDA doit passer son chemin, il ne les trouvera pas.

 

Sources :

https://www.initiative-communiste.fr/articles/culture-debats/willy-ronis-rda-la-vie-avant-tout/

https://www.versailles.fr/willy-ronis-2021/

 

Partager cet article
Repost0
19 juin 2021 6 19 /06 /juin /2021 09:29

Durant de nombreuses années, Madame Pulvar a nié être une « journaliste de gauche », s’énervant sur sa politisation supposée, dans un portrait de Libération (22 octobre 2008) : « Qu’est-ce que ça veut dire journaliste de gauche ? On est journaliste ou on ne l’est pas » !

Peu de temps après ce portrait, Benjamin Dormann a publié une enquête sur l’implication méconnue  d’Audrey Pulvar dans deux réseaux politiques. À peine un journaliste mit-il en ligne ces révélations qu’il fut aussitôt contacté par le responsable des contenus de Dailymotion : « Nous avons une demande urgente de suppression de cette vidéo. Demande faite de la part d’Audrey Pulvar ».

Alors que l’interviewer rétorque : « le problème c’est qu’il n’y a pas diffamation puisque le journaliste indique des faits, que se passe-t-il si je la remets ? », la menace se fait immédiatement plus pressante : « si vous souhaitez remettre la vidéo en ligne, nous devrions vous mettre en contact avec l’avocat d’Audrey Pulvar ».

Quelles sont les trois informations sur Madame Pulvar que révélait cet essai, et qu’elle ne voulait pas que l’on diffuse ?

    - Premièrement, le rôle actif qu’elle a joué dans le think tank socialiste Terra Nova où elle officiait comme co-présidente du « groupe de travail Média», alors que dans le même temps elle travaillait à la Rédaction de France Télévision, les téléspectateurs n’en sachant rien.
    - Deuxièmement, son manque de déontologie lorsqu’elle invita Henry Hermand sur France Inter, en le présentant uniquement comme un « grand patron de gauche, président du groupe Progest », oubliant d’informer les auditeurs que celui-ci était aussi un rocardien actif, administrateur et mécène de Terra Nova pour lequel elle travaillait. Les Français apprendront plus tard qu’Henry Hermand fut également témoin de mariage et principal mécène du jeune Emmanuel Macron, se vantant dans le Figaro de ne « jamais le quitter » et d’être à l’origine de l’adoption par Macron de l’expression « progressiste » à la place de « social-libéralisme ».
    - Enfin, que tout est fait pour qu’on ignore aujourd’hui encore que Madame Pulvar est Young Leader, promotion 2009. Young Leaders est ce réseau franco-américain de jeunes décideurs (politiques-média-industriels et financiers).

Le site internet français des Young Leaders a retiré depuis bien longtemps toute référence à ce fait. Quant au site américain, le ménage a également été fait plus récemment. Mais les communiqués de presse de l’époque et d’autres sites laissent des traces…

Bref on l’aura compris, la candidate aux élections régionales 2021 Audrey Pulvar s’accommode mal de la liberté d’expression de ceux qui la critiquent, surtout s’ils sont blancs. Pour eux, son projet politique est connu : les faire taire.

 

Source

Partager cet article
Repost0
19 juin 2021 6 19 /06 /juin /2021 09:09

Aux USA, le docteur Anthony Fauci, directeur du National Institute of Allergy and Infectious Diseases (une des 27 agences du ministère de la Santé), est l’homme qui est parvenu à s’imposer outre-Atlantique comme le gestionnaire en chef de la prétendue pandémie.

Toutefois, ce suppôt de Biden n’a pas su empêcher que des petits curieux mettent leur nez dans ses affaires. Et ces fouineurs sont tombés sur 3 000 pages de courriels révélant son rôle d’avocat du parti communiste chinois et l’avalanche de mensonges qui en est résultée.

Les sénateurs Marsha Blackburn et Marco Rubio ainsi que le député Kevin Mc Carthy accusent désormais Fauci d’être à l’origine du rejet ferme et définitif de toute enquête sur le fameux laboratoire chinois de Wuhan. Ils lui reprochent en outre d’avoir grossièrement surestimé le taux de létalité du Covid-19, d’avoir étouffé toute information sur les remèdes efficaces – qui auraient pu sauver 85 % des victimes – et d’avoir condamné le gouverneur de Floride, premier État à s’être libéré des contraintes sanitaires.

Pourquoi Fauci a‑t-il déployé ces efforts démesurés pour innocenter la Chine ? Tout simplement parce que « l’Etat profond » sait que la Chine est incontournable, voire indispensable, dans la logique du Nouvel Ordre mondial. Fauci a donc bataillé ferme – et continue à le faire – pour sortir l’Empire du Milieu d’un très mauvais pas. Selon Sir Richard Dearlove, ex-chef des services de renseignements britanniques, les preuves irréfutables qui mettraient la Chine au ban des nations ont été détruites. En innocentant la Chine, Fauci se prémunit aussi d’accusations de complicité dans le financement du laboratoire de Wuhan par les contribuables américains car, si ce dernier s’avérait être la cause de la mort de plusieurs centaines de milliers de concitoyens, ce serait aux yeux des Yankees absolument impardonnable.

Pour l’instant, Fauci bénéficie du soutien de son président Joe Biden. Mais pour combien de temps encore ? L’étau se referme sur lui. Cet agent du globalisme, maître des manœuvres, des mots à double sens, des annonces à tiroirs, des déclarations sourdes, affirmant tout et son contraire avec aplomb, est désormais dans le collimateur des Républicains qui exigent des explications, une audition devant le Congrès et sa démission. D’autant que le scepticisme à son égard a gagné les rangs démocrates. Affaire à suivre de très près, donc.

Ceux qui s’imaginent que cette affaire américaine ne nous concerne guère, ou de très loin, font gravement erreur. Cette affaire remet en cause la gestion de la crise sanitaire par l’Europe, et la France en particulier, résultant d’une attitude a minima suiviste, au pire complice, dont les dégâts dans tous les domaines, surtout économiques et psychologiques sont considérables. Les stratèges internationaux du globalisme sont à la manœuvre avec les bonnes méthodes d’intoxication destinées à perturber les esprits pour mieux les soumettre. Les Français devraient se méfier au lieu de se bousculer dans les vaccinodromes.

 

Source

Aux USA, le docteur Anthony Fauci, directeur du National Institute of Allergy and Infectious Diseases (une des 27 agences du ministère de la Santé), est l’homme qui est parvenu à s’imposer outre-Atlantique comme le gestionnaire en chef de la prétendue pandémie.

 

 

Cet agent patenté du globalisme avait pour mission de protéger la Chine en martelant que l’origine du virus était naturelle, mais aussi de traumatiser les populations par des informations anxiogènes et de dramatiser systématiquement la situation pour justifier le confinement dur ainsi que l’emprise de l’État sur la vie des gens.

Toutefois, ce suppôt de Biden n’a pas su empêcher que des petits curieux mettent leur nez dans ses affaires. Et ces fouineurs sont tombés sur 3 000 pages de courriels révélant son rôle d’avocat du parti communiste chinois et l’avalanche de mensonges qui en est résultée. Les sénateurs Marsha Blackburn et Marco Rubio ainsi que le député Kevin Mc Carthy accusent désormais à Fauci d’être à l’origine du rejet ferme et définitif de toute enquête sur le fameux laboratoire chinois de Wuhan. Ils lui reprochent en outre d’avoir grossièrement surestimé le taux de létalité du Covid-19, d’avoir étouffé toute information sur les remèdes efficaces – qui auraient pu sauver 85 % des victimes – et d’avoir condamné le gouverneur de Floride, premier État à s’être libéré des contraintes sanitaires.

Pourquoi Fauci a‑t-il déployé ces efforts démesurés pour innocenter la Chine ? Tout simplement parce que le « Deep State » sait que la Chine est incontournable, voire indispensable, dans la logique du Nouvel Ordre mondial. Fauci a donc bataillé ferme – et continue à le faire – pour sortir l’Empire du Milieu d’un très mauvais pas. Selon Sir Richard Dearlove, ex-chef des services de renseignements britanniques, les preuves irréfutables qui mettraient la Chine au banc des nations ont été détruites dans les jours qui ont suivi la machination. En innocentant la Chine, Fauci se prémunit aussi d’accusations de complicité dans le financement du laboratoire de Wuhan par les contribuables américains car, si ce dernier s’avérait être la cause de la mort de plusieurs centaines de milliers de concitoyens, ce serait, aux yeux des Yankees, absolument impardonnable.

Pour l’instant, Fauci bénéficie du soutien de son président Joe Biden. Mais pour combien de temps encore ? L’étau se referme sur lui. Cet agent du bolcho-globalisme, maître des manœuvres, des mots à double sens, des annonces à tiroirs, des déclarations « fadées », affirmant tout et son contraire avec aplomb, est désormais dans le collimateur des Républicains qui exigent des explications, une audition devant le Congrès et sa démission. D’autant que le scepticisme à son égard a gagné les rangs démocrates. Affaire à suivre de très près, donc.

Ceux qui s’imaginent que cette affaire américaine ne nous concerne guère, ou de très loin, font gravement erreur. Cette affaire remet en cause la gestion de la crise sanitaire par l’Europe, et la France en particulier, résultant d’une attitude, a minima suiviste, au pire complice, dont les dégâts dans tous les domaines, mais surtout économiques et psychologiques, sont considérables. Les stratèges internationaux du bolcho-globalisme sont à la manœuvre avec les vieilles méthodes d’intoxication destinées à perturber les esprits pour mieux les soumettre. Les Français devraient se méfier au lieu de se bousculer dans les vaccinodrômes.

Partager cet article
Repost0
12 juin 2021 6 12 /06 /juin /2021 08:12

Depuis l’affaire des sondages de l’Élysée, sous la présidence Sarkozy, laquelle avait abouti au renvoi en correctionnelle de quatre anciens conseillers du Président, les enquêtes d’opinions ne dépendent plus du budget de l’Élysée. Elles sont désormais du ressort du Service d’information du gouvernement (SIG) chapeauté par Matignon. Hélas, l’opacité reste de mise et les vilaines pratiques auraient la vie dure, selon les révélations de L’Obs au terme d’une enquête minutieuse.

Ainsi, le budget alloué au SIG a explosé passant de 14 millions d’euros, en 2020, à 28 millions ! Le gouvernement ferme des lits d’hôpitaux, mais commande des sondages et installe un numéro vert. Comme disait Coluche : « Dites-nous de quoi vous avez besoin, on vous expliquera comment vous en, passer » ! D’ailleurs, la caricature n’est pas si éloignée. En effet, la députée LR Marie-Christine Dalloz, rapporteur spécial de la Commission des finances de l’Assemblée nationale, ayant dénoncé ces dérives « hors de proportion », s’est vu répondre qu’elles avaient servi à mettre en place « des outils nécessaires pour répondre aux préoccupations des concitoyens ».

Emmanuel Macron a donc dépensé sans compter pour surveiller la population et peaufiner sa communication. Une veille 24 heures sur 24 sur les réseaux sociaux pour analyser la « conversation sociale publique » confiée à une société spécialisée dont les frais s’élevaient à un demi-million d’euros en 2017 pour atteindre 2,8 millions en mars dernier ! Des campagnes de communication et des frais d’encarts publicitaires pour un coût s’élevant à plus de 300 millions ! La mise en application de la « nudge theory » – en clair : influence des comportements à l’aide de moyens subliminaux –, très prisée par Emmanuel Macron, coûte aussi beaucoup aux contribuables qui se laissent manipuler avec leur pognon sans s’en rendre compte !

L’exécutif explique sans vergogne que ces dépenses inconsidérées sont pour notre bien. Ben voyons ! Brice Teinturier, le directeur d’Ipsos, un des prestataires favoris de Macron, justifie sans rire ces dérapages dignes des pires régimes totalitaires par ces mots : « Que préfère-t-on, un gouvernement sourd qui, quelles que soient les circonstances, demeure droit dans ses bottes, ou bien un pouvoir qui prend régulièrement le pouls de l’opinion pour guider son action ? » Évidemment, dit comme ça…
Mais c’est tout le contraire !

En réalité tous ces sondages n’ont qu’un but : mesurer jusqu’où peut aller le pouvoir pour faire avaler les couleuvres au peuple tout en préparant en même temps sa réélection.

 

Source

Partager cet article
Repost0