Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 juillet 2017 6 29 /07 /juillet /2017 11:28

Harlem Désir paraît manifestement plus doué pour la gestion de ses petites affaires personnelles que de celles de ses amis politiques ; qui se souvient qu’il fut premier secrétaire du Parti socialiste, du 30 juin 2011 au… 16 octobre 2011 ? Comme passage éclair à de telles hautes fonctions, on ne voit guère que François Bayrou qui puisse rivaliser, en tant que ministre de la Justice, du 17 mai 2017 au 21 juin de la même année !

Harlem Désir, donc, ne perd jamais le nord, ayant réussi, ce mardi dernier, à se recaser en tant que « représentant pour la liberté des médias » au sein de l’OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe). On notera que ce « machin », créé en pleine guerre froide pour tenter de pacifier les rapports entre blocs de l’Est et de l’Ouest, un temps tombé en désuétude pour se refaire la cerise à la faveur du conflit ukrainien, ne partage pas exactement le point de vue russe sur les troubles en question ou sur tous autres sujets tenant des pays tels que la Russie, la Hongrie et la Pologne à cœur. Bref, on est plus du côté de George Soros que de Vladimir Poutine.

La page d’accueil de l’OSCE est, à ce titre, des plus explicites, ne serait-ce que par l’intitulé de ses rubriques : « Droits de l’homme », « Égalité entre les genres », « Tolérance et non-discrimination ». Bref, tout ce qui relève de la « bonne gouvernance ». Ça tombe bien, car « la liberté des médias », Harlem Désir y était autrefois comme un poisson dans l’eau, n’hésitant pas, du temps où il dirigeait SOS Racisme, à instruire d’incessants procès en sorcellerie à tout journal ne partageant pas les points de vue de son association ; c’est-à-dire, globalement, toute la presse de droite ; voire même du centre et plus à gauche si affinités.

Toujours est-il que l’avantage moral qu’il y a à être dans le « camp du bien », c’est qu’il n’est pas fatalement contradictoire avec d’autres avantages plus matériels. Ainsi notre homme devrait-il palper 122.195 euros à l’année, soit plus de 10.000 euros mensuels. Et, pompon sur le bachi, ce pactole est évidemment net d’impôts, tel qu’il se doit dans la majeure partie des organismes internationaux. Être de gauche est décidément une ascèse de tous les jours.

Il est à noter que ce n’est pas la première fois qu’Harlem Désir se retrouve dans des situations plus que limites. De novembre 1986 à octobre 1987, alors président de SOS Racisme, il percevait un salaire net de 8.900 francs, versé par l’Association régionale pour la formation des migrants, sise à Lille. Un emploi tout ce qu’il y a de plus fictif et qui lui valut, le 17 décembre 1998, une condamnation à dix-huit mois de prison avec sursis et 30.000 francs d’amende pour « recel d’abus de biens sociaux ».

 

Source

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
29 juillet 2017 6 29 /07 /juillet /2017 11:23

François Rufin a eu la bonne idée de relever l'événement. Le jour où Édouard Philippe lançait les états généraux de l'alimentation, il passait sous silence un autre événement sur lequel les citoyens aimeraient bien avoir quelques explications: sa visite en grande pompe, mais à huis clos, chez Sanofi. De ce petit crochet par Vitry, personne n'a eu vent. Il fallait consulter le site de Sanofi pour en avoir connaissance

 

Un secret bien maladroit

Que le Premier Ministre rende visite à une grande entreprise française est d'usage courant. Ce genre de moment touristique fait partie de la fonction. Personne ne peut s'en offusquer. 

Alors pourquoi l'avoir tenue secrète?

Pourquoi avoir laissé Sanofi communiquer sur le sujet sans en parler à personne? Ce jour-là, Édouard Philippe se consacrait aussi aux états généraux de l'alimentation. Il était entouré de journalistes. On ne peut donc évoquer un oubli malheureux...

tags partenaire : VideoAd (top)

Sur le fond, Édouard Philippe pourrait donc découvrir à ses dépens que la meilleure façon d'attirer l'attention sur ses agissements, c'est de vouloir les cacher. 

 

Sanofi, fortement boosté par le gouvernement

Il faut dire que la visite était, sur le fond, extrêmement maladroite. Alors que le Conseil d'État avait fortement incité Marisol Touraine à taper du poing sur la table pour que Sanofi commercialise les vaccins prévus par la loi, le gouvernement Philippe a décidé de passer outre et de changer les règles publiques pour faire plaisir à Sanofi. 

Au moment où l'Assemblée Nationale discute des conflits d'intérêts dans le cadre du projet de loi sur la moralisation (même s'il paraît qu'il ne faut plus utiliser ce mot en évoquant le texte), cette petite visite est très maladroite. Surtout lorsqu'elle est cachée. Surtout lorsqu'elle est révélée par Sanofi. Surtout lorsqu'elle revient par Rufin à l'Assemblée Nationale. 

Édouard Philippe, qui a brillé par ses palinodies sur la fiscalité, apporte peu à peu la démonstration de son incapacité à communiquer. En tout cas, il voudrait nourrir le sentiment d'une relation malsaine entre Sanofi et le gouvernement, qu'il ne s'y prendrait pas autrement. 

 
Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
29 juillet 2017 6 29 /07 /juillet /2017 11:20

Au cours de la semaine dernière, des bulldozers blindés ont roulé, en avant et en arrière, sur les maisons toutes froissées, compressant des centaines de corps dans les décombres.

Mais les morts ne s’en vont pas. Le rouge-brun des morceaux de corps en train de pourrir tranche avec le gris pâle de ce paysage irrégulier de gravats, de poussière et d’immeubles détruits.

« Il y a beaucoup de civils parmi les corps », explique un commandant de l’armée irakienne à Middle East Eye. « Après l’annonce de la libération, ordre a été donné de tuer tout ce qui bouge. »

Témoignant sous couvert d’anonymat, le commandant admet que les ordres n’étaient pas bons, mais les militaires devaient les exécuter sans discuter.

« Nous arrêtons très peu de personnes »

L’argument avancé par certains soldats irakiens selon lequel les prisons de Bagdad sont trop remplies pour accueillir davantage de prisonniers de l’EI fait rire le commandant.

« Ce n’est pas vrai, nous avons plein de prisons, mais maintenant, nous ne sommes pas en train de traiter les prisonniers comme nous le faisions avant », reconnaît-il. « Plus tôt dans la guerre, nous arrêtions de nombreux combattants de Daech et nous les amenions aux services de renseignement. Mais maintenant, nous arrêtons très peu de personnes. »

Lundi, plusieurs journalistes ont vu un prisonnier de l’EI se faire traîner dans les rues en ruines de la vieille ville par les soldats des forces spéciales.

L’homme était attaché et avait une corde nouée autour du cou. Les soldats ont confisqué les cartes mémoire des journalistes et on nous a ordonné de quitter la ville.

« Ici, il n’y a plus de loi maintenant », souligne le commandant. « Chaque jour, je vois que nous faisons la même chose que Daech. Les gens descendent vers le fleuve pour avoir de l’eau parce qu’ils meurent de soif, et nous les tuons. »

Les corps tapissent maintenant les rives du Tigre. Tués par des frappes aériennes, des combats ou des exécutions, morts de faim ou de soif, certains ont été ramenés par le fleuve sur les rives pendant que d’autres flottent encore dans les eaux bleues. Certains des corps sont très petits. Ce sont des enfants.

Des images diffusées sur les réseaux sociaux le 17 juillet ont montré des hélicoptères irakiens en train de mener ce que l’on pense être les derniers raids aériens de la bataille pour Mossoul, qui a duré neuf mois.

Au son d’une musique joyeuse et victorieuse, les hélicoptères ciblent des personnes désespérées qui essaient de s’échapper de la vieille ville en nageant dans le fleuve, grand et dangereux.

Tout près, des soldats posent pour les photos de la victoire, un drapeau irakien enfoncé au bout d’une pile de décombres et de morceaux de corps.

Ils sont devenus insensibles au paysage de mort dans lequel ils se déplacent. La brutalité de ce long conflit et la barbarie de leur ennemi ont pris le dessus sur les forces armées irakiennes. Il ne reste plus beaucoup d’humanité.

Les soldats – la plupart le visage enveloppé dans des écharpes pour se protéger de l’odeur oppressante de la mort  – fouillent dans les décombres et les corps, tragiquement à la recherche de modestes butins de guerre.

 

Lire l'article

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
22 juillet 2017 6 22 /07 /juillet /2017 10:12

Fondée en 1990 par Bernard-Henri Lévy, la revue La Règle du Jeu a fêté à la fin de 2010 ses vingt ans au Flore, le café que fréquentèrent autrefois Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre, en face l’église Saint-Germain-des-Prés. Les temps ont bien changé et le quartier aussi. Le grand luxe y a détrôné l’existentialisme. Pour cet anniversaire, le Flore a accueilli de nombreux invités. Une foule disparate où l’on trouvait des intellectuels certifiés, des journalistes établis et quelques hommes politiques importants. Une oligarchie des lettres et des arts, de la presse et des médias bien plus que des affaires et de la politique. Mais une oligarchie non dépourvue de pouvoir en ces temps de communication de masse.

L’anniversaire de la revue de Bernard-Henri Lévy met en évidence un capital culturel de grande ampleur par la présence d’une « intelligentsia » dont les qualités peuvent être éventuellement discutées, mais qui représente un pouvoir considérable dans les structures de production des biens culturels. Les gens de lettres étaient foison, depuis Philippe Sollers jusqu’à Milan Kundera en passant par Christine Angot. Belle brochette pour l’information écrite avec Laurent Joffrin, directeur de Libération, Etienne Mougeotte, qui occupe le même poste au Figaro, Franz-Olivier Giesbert, qui dirige Le Point, ou encore Maurice Szafran, directeur de Marianne, et Nicolas Brimo, administrateur délégué au Canard enchaîné.

Côté ondes hertziennes, un choix de gourmet : Jean-Luc Hees et Philippe Val, respectivement présidents du groupe Radio France et de France Inter. Pour la télévision, on citera Michèle Cotta, ancienne directrice de France 2, Thierry Ardisson et Marc-Olivier Fogiel, sans oublier le principal intéressé de la soirée, Bernard-Henri Lévy, qui, entre autres liens avec les chaînes publiques, a été reconduit en 2009, pour cinq ans, et à la demande de Nicolas Sarkozy, à la présidence du conseil de surveillance d’Arte, où il siège depuis 1993.

Mais l’hôte du Flore n’est pas sans contacts avec le monde des affaires. Bernard-Henri Lévy lui-même est, selon le Who’s Who, le fils d’un président de société. L’entreprise de négoce de bois de la famille Lévy, la Becob, a été rachetée en 1997 par M.François Pinault. Les relations entre le philosophe et l’homme d’affaires semblent cordiales. Dans son rôle de mécène, M. Pinault n’oublie pas de soutenir les affaires de Bernard-Henri Lévy, dont la production de films. Celui-ci tient une chronique régulière dans Le Point, propriété de M. Pinault. M. Xavier Niel, actionnaire majoritaire et dirigeant historique du groupe Iliad (Free), douzième fortune professionnelle de France selon Challenges, représentait également le patronat lié aux médias et à la communication. L’un des deux autres propriétaires du Monde, M. Pierre Bergé, ancien président-directeur général d’Yves Saint Laurent, participait également à la soirée.

Une telle fête ne pouvait être celle de l’oligarchie sans que le monde de la politique y soit représenté. Les rigueurs de l’hiver n’ont pas empêché Mme Simone Veil, MM. Bruno Lemaire (Union pour un mouvement populaire), Laurent Fabius (Parti socialiste), François Bayrou (Mouvement démocrate) et Hubert Védrine (ancien ministre des affaires étrangères qui avait commandé à Bernard-Henri Lévy un rapport sur l’Afghanistan) de rejoindre leurs amis à Saint-Germain-des-Prés.

 

Extrait de « L’imposture de Bernard-Henri Lévy » dans « le Monde diplomatique »

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
22 juillet 2017 6 22 /07 /juillet /2017 10:00

C'est une mesure phare du quinquennat Hollande, qui sera bientôt remise en cause. Le Premier ministre, Edouard Philippe, a dévoilé, samedi 8 juillet, les contours du nouveau compte pénibilité, renommé "compte de prévention". Cette révision, prévue pour 2018, fait partie de la réforme du Code du travail souhaitée par l'exécutif. 

Entré partiellement en vigueur en 2015, le compte pénibilité permet aux salariés du secteur privé travaillant dans certaines conditions difficiles de partir plus tôt à la retraite, de suivre une formation ou de travailler à temps partiel avec un même niveau de salaire. Considéré comme une "usine à gaz" par bon nombre d'entreprises, ce compte sera désormais simplifié. Sur les 10 critères de pénibilité existants, six seront encore pris en compte.

Les quatre critères réévalués - manutention de charges lourdes, postures pénibles, vibrations mécaniques et exposition aux risques chimiques -, les plus décriés par les organisations patronales, n'accorderont plus les mêmes droits. Les salariés confrontés à ces formes de pénibilité pourront partir plus tôt en retraite si "une maladie professionnelle a été reconnue", et si "le taux d'incapacité permanente excède 10%", a précisé le chef du gouvernement samedi, dans une lettre adressée aux partenaires sociaux. 

Lire la suite

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
22 juillet 2017 6 22 /07 /juillet /2017 09:53

Les emplois familiaux vont être interdits pour les parlementaires. Mais quid des pacsés ? Des concubins ? Des anciens conjoints ? Des concubins des enfants ? Des enfants de conjoints ? Des maîtresses ou des amants ? Va-t-on avoir, comme autrefois pour les mariages entre cousins, toute une jurisprudence canonique qui permettra de savoir jusqu’à quel degré de parenté on sera écarté d’un emploi d’attaché parlementaire. En bref, un cousin issu de germains sera-t-il proscrit ? J’ignore si le Conseil constitutionnel sera saisi, mais bien que je ne fusse pas juriste, au vu de la petite liste non exhaustive que je viens de donner, la loi devrait en toute logique être censurée, tellement sa base juridique me paraît branlante. Mais elle passera sans problème cet obstacle, car elle est dans l’air du temps. (Je devrais dire démagogique ?)

Les parlementaires, surtout les sénateurs, sont furieux, en partie car la nouvelle loi va bousculer des habitudes bien établies, mais aussi à cause des remarques que je viens d’émettre.

Ils sont d’autant plus agacés qu’une autre mesure promise par M. Macron pendant sa campagne va également être adoptée, et qu’elle est exactement le contraire de la précédente, sans que cela ne dérange notre Président si à cheval sur la moralisation de la vie publique. En effet, Mme Macron va disposer d’un statut légal, en tant que femme du président de la République. Elle aura droit, légalement, à quatre ou cinq collaborateurs. Il s’agira bien de la création ex nihilo d’un emploi purement familial.

Les conjoints officiels ou pas de MM. Sarkozy et Hollande avaient déjà droit à cette faveur. Leurs assistants faisaient partie du personnel (pléthorique) de l’Élysée. Mme Trierweiler nous coûtait, paraît-il, 400.000 euros par an et Mme Bruni 600.000. M. Macron a-t-il peur que la Sécurité sociale le poursuive car il fait travailler Brigitte sans la payer. Imaginez qu’elle se casse la jambe pendant ses fonctions semi-officielles. Qui devrait payer la facture d’hôpital ? On peut également ajouter que, si le statut de première dame avait été adopté au temps de M. Hollande, peut-être celui-ci aurait-il été destitué, puisqu’on aurait alors eu la preuve qu’il était en couple avec l’impétueuse Valérie et que, donc, les deux tourtereaux avaient l’obligation de déclarer ensemble leur patrimoine pour l’ISF – ce qu’ils n’ont pas fait !

Lire l’article

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
22 juillet 2017 6 22 /07 /juillet /2017 09:44

Sorti de terre au mois d’avril 2016, le mouvement d’Emmanuel Macron « En Marche! », devenu, fort du succès à l’élection présidentielle, La République En Marche!, continue son irrésistible ascension. Mais cette fois-ci, il n’est nullement question de succès électoraux mais davantage de réussite financière pour le « parti » – même si les principaux cadres LREM réfutent désormais cette appellation jugée trop archaïque à leurs yeux –  de la majorité présidentielle devenu le mouvement politique le plus riche de France. Un véritable prodige pour une structure ayant derrière elle à peine quinze mois d’existence. La République en Marche!, avec la victoire d’Emmanuel Macron à la présidentielle et la « transformation de l’essai » aux législatives suivantes est à la tête d’un véritable trésor de guerre. Une « parenthèse enchantée » – qui ne se refera pas avant 2022 au minimum – qui va permettre au parti de la majorité de bénéficier de plus de 100 millions d’euros de financement public sur l’ensemble du quinquennat avec un « premier versement » de 20,5 millions d’euros en juin 2018. Une belle manne, qui va d’ailleurs permettre à la République en Marche! de conserver son système d’adhésion gratuite, parfois raillé par ses concurrents durant la campagne présidentielle.

La méthode de calcul est particulièrement simple. Toute formation politique ayant obtenu au moins 1% dans au moins 50 circonscriptions obtient 1,42 euro (contre 1,6 euro en 2012) par voix récoltée, durant toute la durée du quinquennat. Avec 28,21% des suffrages – et ne disposant d’aucun élu jusqu’alors – le compte est bon pour la République en Marche! qui, sur ce seul volet, va toucher la bagatelle de 9 millions d’euros par an pendant cinq ans. Ajoutée à cela la « seconde tranche » de 37 280 euros attribuée à chaque candidat élu député – La République en Marche! dispose d’un contingent de 309 députés siégeant dans les travées du Palais Bourbon – et ce sont 11,5 millions d’euros supplémentaires qui tombent dans les caisses du mouvement de la majorité présidentielle. Soit un total de 20,5 millions par an.

Source

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
22 juillet 2017 6 22 /07 /juillet /2017 09:40

Chose passée inaperçue, le tribunal de grande instance (TGI) de Metz a débouté, en avril dernier, l’Association francophonie avenir (AFRAV), qui avait intenté une action pénale contre l’aéroport international de Lorraine suite à la décision de ce dernier de se donner, en toute illégalité, la dénomination anglaise de « Lorraine Airport ».

En effet, et pour sa défense, la direction de l’aéroport estime que la langue anglaise est « plus adaptée au domaine aéronautique où l’anglais fait référence »… d’où une décision qui permettrait sans doute aux avions de ne pas se perdre dans le ciel ni d’exploser en plein vol. Cette attitude n’est pas sans rappeler celle de la direction collaborationniste de la SNCF qui avait poussé le gouvernent de Vichy à aligner la France sur l’heure allemande afin, selon elle, de faciliter la circulation des trains…

Pourtant, la décision de l’aéroport de Lorraine est en totale contradiction avec la loi Toubon de 1994, qui interdit aux personnes morales de droit public « l’emploi d’une marque de fabrique de commerce ou de service constituée d’une expression ou d’un terme étranger ». Ce qui n’a pas empêché le TGI de Metz de débouter l’association (au motif saugrenu que celle-ci « ne pouvait ester en justice »), tout comme l’avait fait avant lui le tribunal administratif de Nancy à la suite d’une première procédure intentée en 2015. Pire encore : le tribunal de Metz a même jugé nécessaire de condamner l’association à verser la somme de 1.500 euros à l’aéroport, alors que le budget annuel de cette petite structure formée de bénévoles n’est que de 2.000 euros.

L’AFRAV compte toutefois faire appel. « Nous ne nous tairons pas et n’abandonnerons pas l’aéroport aux anglomanes », a déclaré M. Régis Ravat, président de l’association. Et d’ajouter : « Nous allons rassembler nos forces et nos sous pour revenir plus forts sur le terrain et continuer le combat […]. Plus que jamais la Résistance à la dictature au tout-anglais doit s’organiser, plus que jamais ceux qui contribuent à angliciser notre environnement linguistique doivent être dénoncés, attaqués et condamnés. »

L’association AFRAV, particulièrement active et qui s’est dotée d’un site Internet régulièrement mis à jour, fait donc une nouvelle fois preuve d’un courage et d’une ténacité qui pourraient, et devraient, inspirer nombre de nos concitoyens.

D’ailleurs, qu’un aéroport international (ou une grande école) se donne un nom en anglais est absolument inimaginable au Québec, ou encore en Afrique francophone, vaste comme 3 fois l’Union européenne. Qu’un tribunal refuse d’appliquer la loi est également impensable à Montréal (3e pôle mondial de l’aéronautique et de l’industrie du jeu vidéo) où la loi… est la loi !

Cette décision de justice prouve donc, une fois de plus, que la France est bien devenue une sorte de république bananière, où la « Justice » elle-même entrave et empêche l’application de la loi.

Plus grave encore, et au mépris de ses propres intérêts économiques et géopolitiques, le message ainsi adressé par la France aux pays francophones, francophiles et au reste du monde est donc le suivant : cessez de parler ou d’apprendre le français, et mettez-vous au tout-anglais et aux valeurs qui s’y rattachent !

La France d’aujourd’hui est bel et bien la principale menace qui pèse sur la langue et la culture françaises dans le monde.

Source

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
22 juillet 2017 6 22 /07 /juillet /2017 09:29

En 1994, après la chute de l’Union soviétique, Michael Caputo travaillait pour l’administration Clinton. A la demande de Clinton, il part vivre en Russie en 1994 pour conseiller Boris Yeltsin tout en étant employé par l’Agence pour le développement international des Etats-Unis. Sa mission était d’aider Yeltsin à remporter un second terme au poste de Président de la Russie.

«J’ai été envoyé en Russie en 1994 par l’administration Clinton pour [que les Etats-Unis] fassent réélire Boris Yeltsin… je pense que la Russie s’est mêlée de notre élection [2016] tout comme elle intervient dans toutes les élections des pays importants– exactement comme nous le faisons. Nous ne piratons peut-être pas– encore que peut-être que si– mais je peux vous dire avec certitude, pour avoir été envoyé en Russie, pour avoir été impliqué dans leur élection, que tous les partis d’opposition russe ont été inquiets du travail que je faisais, et ont demandé que je cesse tout ingérence dans leur élection. [Alors que nous nous offusquons que la Russie se soit ingérée dans notre élection], je n’ai pas manqué de noter l’ironie de la situation.

[…]

J’ai été envoyé par l’administration Clinton pour m’impliquer dans l’élection. Je travaillais pour la Commision centrale électorale [russe], et je tentais de guider l’élection et d’aider le candidat [Yeltsin].

« Contrairement à ce que l’on veut nous faire croire, la candidate des Russes, c’était Hillary Clinton.

Poutine voulait la faire élire, et non Donald Trump, pour une raison simple : la prévisibilité.

Poutine déteste Hillary Clinton, mais elle est prévisible et il est capable d’anticiper ses décisions, alors qu’il ignorait totalement Trump– comme l’ensemble du monde– et ne pouvait pas savoir quel président il serait, ce qu’il ferait, comment il agirait et réagirait.

Dans ses manœuvres géopolitiques globales, une Hillary Clinton était bien plus facile à manipuler pour un russe ancien du KGB à la mentalité du joueur d’échec, qu’un inconnu dont les réactions sont imprévisibles. »

Lire l’article

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
22 juillet 2017 6 22 /07 /juillet /2017 09:23

Depuis 2009 —à la brève exception de la période allant de mars 2013 à novembre 2014—, la Bulgarie est gouvernée par Boïko Borissov, un personnage haut en couleur, issu de l’une des principales organisations criminelles européennes, la SIC. Rappelons que la Bulgarie est à la fois membre de l’Otan et de l’Union européenne et qu’aucune de ces deux organisations n’a émis la moindre critique contre l’arrivée au pouvoir d’un chef mafieux identifié depuis longtemps par les services internationaux de police.

C’est donc clairement en mettant leur vie en jeu que Dilyana Gaytandzhieva a remonté la filière et que la rédaction du quotidien de Sofia, Trud, a publié son dossier [1]. Si la Bulgarie a été l’un des principaux exportateurs d’armes vers la Syrie, elle a bénéficié de l’aide de l’Azerbaïdjan.

Depuis le début des printemps arabes, un gigantesque trafic d’armes a été organisé par la CIA et le Pentagone en violation de nombreuses résolutions du Conseil de sécurité de l’Onu. Toutes les opérations que nous allons récapituler ici sont illégales en droit international, y compris celles organisées publiquement par le Pentagone.

En matière de trafic d’armes, même lorsque des individus ou des sociétés privées servent de paravent, il est impossible d’exporter des matériels sensibles sans l’assentiment des gouvernements concernés.

Toutes les armes dont nous allons parler, sauf les systèmes de renseignement électronique, sont de type soviétique. Par définition, même si l’on prétend que des armées dotées d’armes de type Otan sont les destinataires finales de ces livraisons, c’est impossible. Ces armées servent juste à couvrir le trafic.

On savait déjà que la CIA avait fait appel à la SIC et à Boïko Borissov pour fabriquer en urgence du Captagon à destination des jihadistes en Libye, puis en Syrie. Depuis l’enquête de Maria Petkova publiée dans Balkan Investigative Reporting Network (BIRN), on savait que la CIA et le SOCOM (Special Operations Command du Pentagone) avaient acheté pour 500 millions de dollars d’armes à la Bulgarie, entre 2011 et 2014, pour les jihadistes. Puis que d’autres armes furent payées par l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis et transportées par Saudi Arabian Cargo et Etihad Cargo [2].

Selon Krešimir Žabec du quotidien de Zagreb Jutarnji list, fin 2012, la Croatie livrait aux jihadistes syriens 230 tonnes d’armes pour une valeur 6,5 millions de dollars. Le transfert en Turquie était opéré par trois Iliouchine de la compagnie Jordan International Air Cargo, puis les armes étaient parachutées par l’Armée qatarie [3]. Selon Eric Schmitt du New York Times, l’ensemble de ce dispositif avait été imaginé par le général David Petraeus, directeur de la CIA [4].

Lorsqu’en 2012, le Hezbollah tenta de découvrir le trafic de la CIA et du SOCOM, un attentat fut perpétré contre des touristes israéliens à l’aéroport de Burgas, le centre névralgique du trafic. Contre l’enquête de la police bulgare et les constatations du médecin légiste, le gouvernement Borissov attribua ce crime au Hezbollah et l’Union européenne classa la Résistance libanaise comme « organisation terroriste » (sic). Il fallut attendre la chute provisoire de Borissov pour que le ministre des Affaires étrangères, Kristian Vigenine, souligne que cette accusation est sans aucun fondement.

Lire l'article

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article