Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 septembre 2020 6 19 /09 /septembre /2020 09:54

J’ai vu récemment à la télé un nanar américain cousu de fil blanc et bourré de clichés qui m’a procuré je l’avoue un certain plaisir.

Il s’intitule « Le jour d’après » et raconte une histoire de glaciation de la planète survenant après le réchauffement (!) du pôle. La catastrophe s’abat en moins de 48 heures sur un groupe d’étudiants venus à New York pour une compétition universitaire. L’intérêt va se porter sur l’un d’eux et sa famille. Le père d’abord.

La quarantaine, le teint halé, c’est un climatologue-explorateur surdoué qui sent venir les cyclones comme le chien sa gamelle. Il le voit arriver de loin, le typhon glaciaire. Mais personne veut le croire, hormis deux vieux potes (qui seront sacrifiés en cours de route) et une gonzesse asiatique, jeune mais très diplômée (douze doctorats, trente masters). Pas très belle quand même pour qu’on pige que c’est pas l’héroïne, juste un faire-valoir. Elle échange avec le maître des dialogues pseudo-scientifiques :

- Un anticyclone de magnitude 12 sur le 50e parallèle, on n’avait pas vu ça depuis 1927 !
- Si, ma chère. En 1931, à Dakota City, le 12 février à 5 heures 14 minutes si ma mémoire est bonne.
- Bien sûr, vous avez raison, ça m’était sorti de la tête !

Quelle cruche !

La mère maintenant. Même âge que l’époux, médecin urgentiste, belle mais sans prétention, une sainte avec des nichons. Quand son hôpital est bombardé par la glace, elle sauve son protégé, un gamin cancéreux à qui l’on a rasé le crâne pour faire plus vrai (le ricain est un peu dur à la détente). Elle poussera le chariot du malade dans une ambulance quand tous les autres toubibs se seront débinés comme des lâches.

Bon je passe sur les figures habituelles : le vieux noir en uniforme qui croise le jeune noir expert en électronique et champion d’échecs (même un noir peut réussir) ; le SDF et son chien qui traversent l’épreuve le sourire aux lèvres (mieux vaut un SDF vivant qu’un riche mort) ; la foule moutonnière qui suit le mauvais pasteur (méfiez-vous des meneurs).

Arrivons au fils. L’étudiant poil aux dents. Il va participer à la compétition à cause d’une fille qu’il a l’intention d’aborder à cette occasion. Sa mère nous le fait remarquer dès le début pour qu’on perde pas de temps à le deviner. Une fois dans le jeu, il soufflera toutes les bonnes réponses à ses partenaires. Y compris à la donzelle qui confond le roi des Aztèques avec le chef des Incas, cette gourde !

Le fiston, c’est le symbole de l’intelligence vue par les ricains : un champion des quizz et des QCM. Quand la température chutera à -45°, il proposera de brûler les livres de la bibliothèque municipale pour se réchauffer. Et pour révéler enfin la morale du film : la culture n’a jamais sauvé personne, seul le pragmatisme triomphe et tous les moyens sont bons.

Rien d’original là-dedans puisque c’est la substance de tout le cinéma américain ou presque.

Ensuite le cataclysme fait marche arrière, les températures remontent et la famille se retrouve. Les films ricains à grosses ficelles finissent toujours mal.

 

Partager cet article

Repost0
19 septembre 2020 6 19 /09 /septembre /2020 09:45

Figure incontournable du mouvement social gardois et des Gilets Jaunes (GJ), Roland Veuillet, 64 ans, a été condamné, le 2 juillet 2020, à un an de prison (dont 6 mois avec sursis). Retour sur le parcours militant d’un sans Dieu, ni maître.

Il est 9h en ce jeudi ensoleillé. Au pied des Arènes, une centaine de camarades sont devant le Tribunal de Nîmes, alors que se tient à huis clos le procès. Dans le box des accusés, Roland Veuillet, 64 ans, figure emblématique des Gilets Jaunes (GJ) donne le ton. Il veut un renvoi de son affaire pour préparer sa défense et ne répondra pas aux questions du tribunal.

Il refuse même de décliner son identité, son adresse et sa date de naissance et affirme que dès qu’il le pourra, et ce malgré les éventuelles décisions de justice, il repartira de plus bel dans son combat et rejoindra les manifestations.

Il ne souhaite pas la présence d’un avocat pour l’assister et plaide dans une déclaration « contre un procès politique. Je ne suis pas devant un tribunal. Je suis là car j’ai simplement manifesté. Si demain, dans un mois ou plus tard je sors de détention je continuerai à manifester. C’est un droit pour tous les citoyens ", assène-t-il.

"L’audience d’aujourd’hui ne peut pas se tenir car les droits de ma défense ne sont pas respectés. Je n’ai pas pu récupérer mon dossier. Je suis incarcéré depuis le 31 mai pour des raisons politiques. Le procès d’aujourd’hui n’a qu’un sens politique et non judiciaire", poursuit-il.

Son procès pourtant a bien lieu et il est reconnu coupable de plusieurs infractions : "actes d’intimidation envers des policiers, participation sans arme à un attroupement, entrave à la circulation des véhicules, dénonciation calomnieuse". Des faits qui remontent aux manifestations de Gilets Jaunes.

Il est condamné à 12 mois de prison dont 6 mois avec sursis. La possibilité d’aménager sa peine n’ayant pas été retenue, il est maintenu en détention. La constitution de partie civile de trois policiers, à qui il devra verser des dommages et intérêts, respectivement de 250, 450 et 550 euros et 500 euros de frais de procédure, est également retenue.

Par ce procès, la Justice entend faire un exemple. Roland est un militant connu localement. Syndiqué à SUD éducation et adhérent du NPA, son ADN est marqué du sceau de la résistance et de l’insoumission. A la fin des années 70, fils d’ouvrier de la Ciotat, marqué par une culture syndicale de ce fief PCF et CGT, il organise un Comité de soldats dans sa caserne afin de revendiquer de meilleures conditions de vie des troufions.

Conseiller Principal d’Éducation, à Nîmes, au lycée Dhuoda, Roland est suspendu de ses fonctions le 3 février 2003, alors qu’il était en grève, puis muté d’office à Lyon, à 300 km de ses enfants, depuis juin 2003.

Durant le Mouvement Loi Travail, en 2016, il fait le buzz médiatique pour avoir tenu tête, en pleine rue à Lunel, devant les caméras, au Ministre de économie, Emmanuel Macron. Ce dernier, plein de dédain, rétorque : « Encore faut-il travailler pour se payer un costard ».

On le retrouve aux premières loges au sein des Nuits Debout, avant de s’investir pleinement dans la mobilisation des Gilets Jaunes, en particulier dans les actions coup de poing, au Kilomètre Delta dans la Zone Industrielle de Nîmes. Roland est aussi des chevilles ouvrières qui met sur pied des AG qui verront les Gilets Jaunes (GJ) décider des suites du mouvement. Du jamais vu à Nîmes. Même aux temps forts des mouvements sociaux de ces dix dernières années, jamais une telle école de démocratie directe n’avait existé. Tout au plus, attirerions-nous quelques dizaines de grévistes à la fin des manifs interpros. Les Gilets jaunes, et la verve de Roland, nous donnent la leçon. Et ce sont chaque mardi et jeudi, pendant des mois en 2019, que des dizaines de de GJ qui accourent des quatre coins du département. Un camarade du NPA me dit : « Jérémie, ces AG ce sont de véritables soviets. Ça débat, ça s’engueule, ça hurle, mais ça vit et cela décide collectivement ».

La coupe est pleine. Il s’agit de faire plier Roland l’insoumis. Les coups de matraques n’ont pas suffi. La Justice va se charger de cette sale besogne. Non contente de protéger les policiers qui armés de flashballs ont mutilé tant de manifestant-e-s ces dernières années ; Non contente de libérer un Balkany, pourtant accusé et condamné pour de lourds cas de corruption et détournements de fonds ; la Justice est une Justice de classe aux ordres. Elle entend, au travers de Roland, faire taire ceux et celles qui sont debout et résistent.

Nous ne nous tairons pas. Comme Roland d’ailleurs. Son Comité de soutien multiplie depuis des semaines différentes actions qui tentent de faire monter la pression, avec une présence hebdomadaire devant la Maison d’arrêt de Nîmes. Nous attendons maintenant que les organisations syndicales et sociales donnent une dimension nationale à la campagne de solidarité. Car que l’on ne s’y trompe pas : Roland est bel et bien un prisonnier politique. Et c’est à ce titre qu’il est condamné.
Nous ne lâcherons rien.

Jérémie Berthuin

Vidéo sur la mobilisation autour de la libération de Roland :

https://www.youtube.com/watch?v=7--mi0w-uvw&feature=youtu.be

 

Source

Partager cet article

Repost0
19 septembre 2020 6 19 /09 /septembre /2020 09:38

Les voitures hybrides sont-elles plus écologiques ?

Pour le savoir, le magazine Auto Plus a mesuré dans des conditions strictement identiques la consommation exacte de 148 voitures citadines, compactes, familiales, SUV petits, moyens, gros. 148 voitures réparties en 6 catégories. Il a constaté que dans chacune des catégories sans exception les essence consomment plus (donc émettent plus) que les diesel, et les hybrides plus que les essence. Et pas qu’un peu, les écarts dépassent deux litres aux 100 km, et atteignent même 6 litres pour la Mercedes GLC 350e hybride classée voiture écolo…

Notez au passage à quel point les Allemands peuvent être tricheurs avec leur soi-disant écologie… Ainsi, la falsification des logiciels de leurs voitures diesel… Ainsi la mise en service sous prétexte d’énergies renouvelables, de nouvelles centrales exploitant en grand leur plus mauvais charbon, le tour de passe-passe le plus génial qu’on aie jamais vu… Et maintenant, une voiture écologique qui consomme 12 litres aux 100 km !

Quant à l’Etat français, toujours aussi stupide, il subventionne généreusement les voitures hybrides. Ainsi, vous allez revendre votre voiture actuelle pour acheter une hybride qui sera plus gourmande. La planète vous dit merci. Et rassurez-vous, c’est vous qui me lisez qui payez ces subventions.

Aucun de nos journalistes n’a mis en doute la propagande officielle, ils sont tous à faire les louanges de la “transition climatique” et s’interdisent tout esprit critique.

Source

 

Partager cet article

Repost0
5 septembre 2020 6 05 /09 /septembre /2020 10:18

Il est impertinent de s’exprimer à la première personne du singulier, c’est donc ce que je vais faire.

C’est au cours de l’été 1976, que me fut remise ma première décoration, par le ministre de la Défense Nationale lui-même.

C’était très impressionnant. Il s’appelait Bourges, n’était pas berrichon et n’avait pas accompli ses obligations militaires !

Il me poursuivait, tout en demeurant immobile, pour « diffamation et injures envers l’armée française ».

La médaille, je veux dire la condamnation, me fut accrochée au printemps suivant. Le mensuel satirique grâce auquel j’avais obtenu cet honneur, et qui s’appelait le « Provisoire », avait en effet rappelé en termes très expressifs les spécialités des tortionnaires du 2ème Régiment Etranger Parachutiste durant la guerre d’Algérie. Je fus défendu par quelques crapules qui avaient nom Claude Bourdet, Henri Alleg, directeur d’Alger Républicain, Pierre Vidal-Naquet, auteur des « Crimes de l’armée française ».

L’honneur de l’armée française coûtait à l’époque 3000 F, ce qui fait une somme dérisoire, si l’on veut bien diviser par le nombre d’officiers tortionnaires et de sous-officiers gourmands de sévices, qui se livrèrent à leur loisir favori entre 1954 et 1962.

C’est cette année-là que je compris l’intérêt de l’impertinence, de l’effronterie, de la diffamation. Cette impertinence était d’ailleurs tout à fait pertinente : on ne nous condamna pas pour avoir proféré des mensonges, mais pour avoir rapporté des vérités qu’il ne fallait pas dire.

C’était une atteinte à l’honneur, revêtement protecteur, sous lequel les hommes de pouvoir ont coutume de mettre à l’abri les excroissances assez monstrueuses de leur libido.

C’est cette année-là aussi que je reçus de Maurice Laisant, anarchiste incurable, un mot de félicitations : « Ta condamnation, c’est l’acte de naissance du journal. »

En 1979, un autre procès en diffamation vint renforcer l’effet du précédent, grâce à un prêtre désenvoûteur de mobylettes en milieu rural.

C’était en somme une piqûre de rappel. Salutaire.

Et puis plus rien jusqu’en 1993, date à laquelle trois injections consécutives provoquèrent une overdose de dettes, et la mort du journal. L’honneur devenait de plus en plus chatouilleux.

C’est triste, d’autant plus que, depuis, les procès en diffamation, en France, prennent des proportions impensables il y a dix ans, dans une indifférence quasi-générale ! Les pouvoirs ont en effet compris que le temps des amendes symboliques était passé.

Les escrocs officiels, patrons, magouilleurs de tout acabit, vous réclament désormais des sommes d’argent fabuleuses, que vous gagnez péniblement en une vie, et qu’ils volent, eux, en un seul jour.

Si bien que maintenant, pour pratiquer l’impertinence, sport indispensable, il ne suffit plus d’être drôle et courageux, il faut aussi avoir les reins et le compte en banque solides.

C’est pourquoi l’on doit, urgemment, réclamer le droit à la diffamation, dès lors qu’existe un droit de réponse.

Dans une société joyeuse, épanouie, le droit à l’injure devrait constituer l’article premier de la constitution.

 

ROLLAND HENAULT (dans "Articles Volume 4", Editions de l'Impossible)

Partager cet article

Repost0
5 septembre 2020 6 05 /09 /septembre /2020 10:07

Luc Viviani, âgé de 52 ans, professeur de mathématiques au lycée, a été mis en congé longue maladie pendant cinq ans avant d’être récemment  déclaré en invalidité et mis  à la « retraite anticipée » par l’Éducation nationale.

Une kinésithérapeute a déposé plainte parce que les pneus  de sa voiture ont été crevés à sept reprises, entre le 10 mai et le 16 juin.

Luc Viviani est mis en cause par l’enquête et placé en garde à vue.

Déféré au parquet de Marseille, le 19 juin, il repart avec une convocation pour être jugé le 12 novembre avec un contrôle judiciaire lui interdisant principalement de paraître sur le lieu de résidence de sa victime. Mais sans obligation de soins psychiatriques.

Le 25 juin, nouvelle crevaison de pneus.

Le 29 juin, une caméra étant placée devant la maison de la kiné, Luc Viviani réitère et deux voisins alertés interviennent, le frappent et le maîtrisent avant d’appeler les gendarmes. Luc Viviani est porteur d’une cagoule et d’un gant.

Ayant violé son contrôle judiciaire, il est à nouveau placé en garde à vue puis renvoyé en comparution immédiate par le parquet. Un médecin psychiatre qui l’a examiné relève, dans son rapport, que Luc Viviani a « des idées suicidaires mais n’est jamais allé jusqu’au bout ».

Le 1er juillet, l’avocate de Luc Viviani demande et obtient une expertise psychiatrique pour son client, mais celui-ci ira en détention provisoire alors qu’elle avait plaidé pour un nouveau contrôle judiciaire avec suivi médical.

L’affaire est renvoyée au 28 juillet. Luc Viviani vit mal son emprisonnement dans une maison d’arrêt surpeuplée. Il reçoit des visites de sa compagne et d’une seconde avocate, l’une et l’autre constatant la dégradation de son état.

Le 28 juillet, le médecin expert sollicité ne s’est pas manifesté et l’affaire est donc renvoyée à un mois. L’avocate de Luc Viviani a beau alerter « sur le risque suicidaire du prévenu en insistant sur sa pathologie dépressive chronique », il est maintenu en détention, la présidente déclarant que « le tribunal n’admet pas le chantage au suicide ». Luc Viviani quitte la salle d’audience « en se frappant volontairement le crâne sur la tranche de la paroi vitrée du box ». Quelques points de suture à l’hôpital Nord de Marseille et, après une nuit d’hospitalisation, il est reconduit aux Baumettes.

Le 30 juillet, sa compagne le voit et, le lendemain, son avocate. Selon elle, « il est alors dans un état déplorable, il s’est scarifié les avant-bras et le visage avec un morceau de verre ».

Dans le centre pénitentiaire, l’inquiétude est vive. « L’officier de bâtiment, le chef de détention et la direction de l’établissement ont alerté l’équipe médicale. »

Apparemment, le personnel médical ne prend pas en considération ces avertissements.

Le médecin du service médico-psychologique régional (SMPR) l’examine mais estime qu’il n’y a aucune urgence. Il préconise une consultation la semaine suivante.

Trop tard. Luc Viviani va se suicider dans la nuit du 3 au 4 août 2020.

 

Source

Partager cet article

Repost0
5 septembre 2020 6 05 /09 /septembre /2020 09:45


Reçu de Do cet article très intéressant :


L’Encyclopédie des nuisances critiquait énormément la restauration de la chapelle Sixtine en lui reprochant notamment ses couleurs vives. Je n’avais pas eu l’occasion de savoir si l’auteur avait ou non raison, n’ayant jamais vraiment vu de représentation de la Chapelle Sixtine ni avant ni après restauration. Mais voilà qui est fait avec l’image ci-dessous qui m’a beaucoup appris sur la restauration :

 

 

Franchement je préfère nettement avant la restauration qu’après. On voit bien qu’avant, c’est de l’art, même abimé ; et on voit tout aussi bien qu’après, ce n’est plus qu’un dessin technique.

Pour pouvoir restaurer correctement du Michel-Ange, il faudrait non seulement être au moins aussi bon que lui dans son art ; mais, en plus, être sûr de savoir exactement ce qu’il a voulu peindre. L’immense majorité des restaurateurs sont très nettement inférieurs à l’artiste dont ils prétendent restaurer l’oeuvre. Ce sont de grands présomptueux qui veulent tout de même se comparer au maître. Voire se croire supérieur à lui… puisqu’au fond, ils prétendent le juger.

La restauration est une imitation de l’oeuvre originale interprétée selon la mode du moment ou selon les goûts du restaurateur.

Ainsi, si dans une oeuvre de jeunesse on a bien l’impression que Michel-Ange utilise légèrement ce que plus tard, à l’époque d’Hergé, on appellera la ligne claire (dessiner les contours avec ligne claire), on a l’impression que cet aspect a été très nettement exagéré par le restaurateur, qui a donc fait les choses à son goût et non pas au goût de Michel-Ange.

Les couleurs vives de la restauration sont choquantes. De même que la transformation de l’homme de face, presque svelte, en homme très fort, il faut respecter l’oeuvre. Sinon, pourquoi prétendre restaurer ? Moi, j’appelle ça peindre par dessus.

Au lieu d’abimer les oeuvres des maîtres en repeignant par dessus, les "restaurateurs" feraient bien mieux de faire comme les peintres débutants : peindre ailleurs, humblement, à leur façon, une imitation plus ou moins fidèle de l’oeuvre originale.

On remarquera aussi qu’avant restauration, un voile couvre les fesses de l’homme vu de dos. Ce voile a disparu dans la restauration. On ne peut pas le reprocher aux restaurateurs. En effet :

De 1536 à 1551, à la demande de Clément VII puis de Paul III, Michel-Ange exécute le jugement dernier, avec quelques 400 personnages. Mais les nus scandalisent certains, comme Paul IV (1555-1559), qui fait cacher les parties intimes des personnages et des ignudi par Ricciarelli (1509-1566), ami et assistant de Michel-Ange, qui sera surnommé « il braghettone », le « faiseur de culottes ».

Mais que dire de la femme vers la droite recouverte après restauration d’un tissus bleu vif sur ses jambes ? On ne peut pas voir ses jambes au travers du tissus. Par contre, avant restauration, on les voit très nettement par transparence. Donc, ce voile bleu pale qui la recouvre avant restauration est très probablement l’oeuvre du « faiseur de culottes ». Alors, pourquoi les restaurateurs ne l’ont-ils pas tout simplement enlevé, au lieu de l’accentuer afin de supprimer toute transparence, et en plus avec un bleu très vif ?

 

Retrouvez l'article original sur http://mai68.org/spip2/spip.php?article6754

Partager cet article

Repost0
5 septembre 2020 6 05 /09 /septembre /2020 09:37

Breizh-info.com : Quelques mois après le début de « La crise du Covid-19 » et avec le petit recul que nous avons désormais, peut-on parler de la plus grande opération d’ingénierie sociale de l’histoire ?

Lucien Cerise : Cette crise essentiellement médiatique présente des points communs avec les événements du 11 septembre 2001. Dans les deux cas, il s’agit d’une opération de transformation de l’opinion publique mondiale par la réécriture du triangle de Karpman*, avec un nouveau bourreau, de nouvelles victimes et de nouveaux sauveurs, autrement dit la création de nouveaux liens de confiance/méfiance/indifférence à l’échelle internationale, au moyen d’un récit fictif mélangé à des faits réels. Pourquoi fictif ? Parce que dans les deux cas, certaines lois de la nature sont transgressées par la narration médiatique des événements. Certains éléments des « versions officielles » du 11 septembre ou de l’épidémie de coronavirus sont impossibles physiquement ou physiologiquement. Au-delà de ces parallèles, il faut admettre qu’on a effectivement franchi un seuil dans le contrôle comportemental, toujours plus intrusif et intime.

On assiste depuis quelques mois au déploiement coordonné d’un nombre important de forces économiques, médiatiques, politiques et géopolitiques, gouvernements, ONG, fondations, etc., dont l’action convergente consiste à essayer de nous persuader de quelque chose d’évidemment faux, ceci afin de nous faire entrer de force dans une nouvelle réalité mentale globale. Ces forces peuvent être nommées les pro-virus, puisqu’elles veulent qu’il existe un virus extrêmement dangereux qui menacerait la survie de l’humanité. Les forces pro-virus s’appuient sur une épidémie classique, telle que l’espèce humaine en a déjà connues, pour l’amplifier artificiellement par la parole et les images, puis tirer prétexte de la panique ainsi fabriquée pour transformer la société de manière irréversible – et surtout sans aucune nécessité vitale, au contraire, puisque les mesures prises sont bien plus dangereuses que le virus lui-même, notamment pour l’économie, d’où cette ambiance morbide sécrétée par la propagande pro-virus.

La Commission d’enquête extraparlementaire sur le coronavirus, association internationale fondée en Allemagne, parle de mesures non proportionnées, excessives et injustifiables, et cite un rapport interne du ministère de l’Intérieur allemand du 7 mai 2020. Que dit ce rapport ? Pendant le confinement, 90 % de toutes les opérations médicales nécessaires en Allemagne n’ont pas pu être réalisées à cause des places réservées dans les unités de soin aux éventuels malades du coronavirus, ce qui a impacté 2,5 millions de personnes et a provoqué de nombreux morts, à la suite des mesures gouvernementales. En France, une vague de décès provoqués par les mesures sanitaires a été signalée également sur les réseaux sociaux par des membres du personnel hospitalier.

Toutes ces mesures pseudo-sanitaires n’ont aucune pertinence médicale et visent en fait à nous faire entrer à marche forcée dans le transhumanisme.

 

* En psychologie, relation triangulaire à trois personnages : persécuteur, victime, sauveur.


Lire l’intégralité

Partager cet article

Repost0
5 septembre 2020 6 05 /09 /septembre /2020 09:23

Depuis plus de onze nuits, les forces militaires israéliennes bombardent Gaza, terrorisant ses deux millions d’habitants palestiniens, qui vivent dans la plus grande prison à ciel ouvert du fait du siège israélien qui dure depuis 13 ans. L’excuse d’Israël cctte fois-ci est l’envoi depuis Gaza de ballons incendiaires, qui ont causé des incendies sur les terres agricoles de colonies israéliennes près de la barrière militaire qui encercle Gaza.

La majorité des résidents de Gaza sont des descendants des plus de 750 000 réfugiés palestiniens victimes de nettoyage ethnique – par les milices sionistes puis plus tard par l’armée israélienne – durant la Nakba de 1948.

Les attaques israéliennes ont endommagé des maisons et des infrastructures civiles, dont une école primaire dans le camp de réfugiés de Shati, géré par l’Agence de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (l’UNRWA), bombardée à l’aube le 12 août. L’UNRWA a contesté  l’affirmation d’Israël que cette attaque avait été « accidentelle », étant donné que les coordonnées de toutes les structures des Nations Unies sont transmises aux autorités d’occupation israéliennes et régulièrement mises à jour.

La chute d’un missile israélien sur l’école quelques heures avant son ouverture a évité le massacre des enfants et de leurs enseignants, mais l’idée de ce qui aurait pu se passer a causé une panique généralisée parmi les enfants réfugiés.

Cette nouvelle vague de bombardements sur Gaza coïncide avec le sixième anniversaire du massacre israélien, en 2014, de plus de 2 250 Palestiniens, dont 551 enfants, durant une attaque militaire prolongée. Une déclaration signée à ce moment par plus de 140 chercheurs en droit international et droit pénal, des défenseurs des droits humains, des experts juridiques et autres affirmait que « La plupart des lourds bombardements qu’a subi Gaza récemment n’ont pas de justification militaire plausible et semblent plutôt viser spécifiquement à terroriser la population ».

Source

 

Partager cet article

Repost0
15 août 2020 6 15 /08 /août /2020 10:47

« Pourquoi laisse-t-on la Chine persécuter les Ouïghours », s’interroge « Le Figaro » dans ses colonnes asséchées par la canicule. J’aimerais bien le savoir aussi moi pourquoi on les laisse souffrir ces Ouïghours. Ça me désole presque autant que le journaliste du Figaro l’idée qu’on les abandonne ces Ouïghours. Pas vous ? Me dites pas que vous en avez rien à foutre des Ouïghours ?

Parlons du Liban alors. J’ai relevé ce commentaire du député israélien chef du parti Zehut (coalition du Likoud), Moshe Feiglin : « Aujourd’hui, c’est Tu B’Av, un jour de joie, et un véritable et immense merci à Dieu et à tous les génies et héros vraiment (!) qui ont organisé pour nous cette merveilleuse célébration en l’honneur du jour de l’amour. Pour marquer les vacances de Tu B’Av, nous avons un fantastique feu d’artifice depuis le port de Beyrouth. »

Je me suis renseignée et je vais lui répondre directement à Moshe : « Cher Moshe, Dieu est très touché par tes remerciements mais il te demande d’arrêter de B’Aver des conneries. Moi je fais que transmettre. »

Continuons. J’ai été choquée par ce titre paru dans toute la presse : « Marée noire à l’île Maurice ». J’ai trouvé que l’emploi du mot « noire » frisait l’injure raciale et je m’attendais à une plainte des associations. Mais rien. Trêve estivale sans doute.

Aux Pays-Bas ils viennent de voter la « suppression du genre ». Là je me dis que le dialogue va devenir difficile si on doit plus mettre d’articles devant les noms. Et si pour se saluer on doit plus dire bonjour monsieur ou bonjour madame. Ni bonjour ducon, qui pose encore un problème de genre. Faudra parler inclusif et dire « bonjour ducon-e ». Mais entraînez-vous avant parce que le trait d’union, c’est pas facile à prononcer.

Enfin, l’I.M.G. (interruption médicale de grossesse). Elle peut maintenant se pratiquer jusqu’à neuf mois dans les cas de « détresse psychosociale ». Un décret tout récent vient de l’autoriser. Mais là je vous mets en garde ! Il faut bien comprendre que c’est pas vous qui pouvez directement vous débarrasser du nouveau-né. Parce que dans ce cas-là, l’IMG s’appelle un infanticide et vous risquez la réclusion criminelle à perpétuité. Vu ?

Une « détresse psychosociale » c’est long à détecter. Une femme démunie et désespérée, ça se voit pas au premier coup d’œil. Faut bien neuf mois pour s’en assurer. L’Administration doit vérifier les dossiers, réfléchir, discuter dans des commissions très spéciales, pour enfin accepter ou pas. C’est du boulot ! Heureusement elle dispose maintenant d’un logiciel tout neuf fait exprès. Avec une case pour cliquer « OK » quand c’est d’accord. Les ingénieurs qui l’ont inventé et qui sont des grosses têtes, l’ont baptisé : « Kikivivra ».
Mort de rire !

Vous aimeriez pas savoir comment ça se déroule une IMG à neuf mois ? Vous êtes en train de déjeuner ? Tant pis je vous explique quand même. L’enfant (ça s’appelle comme ça) de neuf mois a développé tous ses organes et il est impossible de le confondre avec un têtard pendant l’accouchement. Le médecin préfère donc le trucider avant la sortie par une injection dans le cordon ombilical. Il le récupère ensuite comme un enfant mort-né. Le terme d’assassinat devient alors impropre puisque la victime n’a pas posé les pieds sur terre.

Vous savez, je pense que le vivant n’a plus la cote et qu’on a décidé de le liquider en commençant par les extrémités. Les vieux et les enfants d’abord. Puis de réduire l’écart progressivement en pratiquant des IMG à 10 ans, puis 20 puis 30. Et des euthanasies à 80, puis 70, puis 60. Et je pense qu’on trouvera même des volontaires pour devancer l’appel. La télé les appellera « héros de la nation », comme pour les porteurs de masques.
D’ailleurs ils ont bien raison d’en porter des masques, les héros. Ils font plaisir à leurs maîtres qui en ont ras le bol de voir leurs tronches. Et marre de tous ces vivants qui grouillent encore sur la planète alors que les robots sont déjà prêts pour faire le boulot. Plus vite, gratuitement et sans désagréments.

Partager cet article

Repost0
15 août 2020 6 15 /08 /août /2020 10:29

Le Collectif pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah, qui regroupe de nombreuses organisations et partis (CGT, France Insoumise, PCF, PRCF entre autres), était là pour accueillir Monseigneur Gaillot, ce samedi aux alentours de midi, au Centre pénitentiaire de Lannemezan.

L’ecclésiastique, depuis de nombreuses années déjà, vient "en pèlerinage", rencontrer les "militants" G.I. Abdallah et Ibon Fernandez Iradi, l’ex chef de l’appareil militaire de l’ETA. Marie-Claude De Vita a pris la parole au nom du collectif pour remercier l’homme d’Église de son implication constante dans la "lutte contre toutes les inégalités et les injustices". Elle a rappelé que, alors que plusieurs milliers de prisonniers de droit commun ont été libérés par l’ancienne garde des Sceaux Nicole Belloubet suite au Covid, le détenu libanais lui est toujours derrière les barreaux. Il a pourtant purgé plus de deux fois sa peine de sûreté de 15 ans, c’est-à-dire la peine durant laquelle un prisonnier ne peut bénéficier d’aucun aménagement de peine (placement en semi-liberté ou libération conditionnelle). Elle a conclu : "Le maintien en détention de Georges revient à instituer une perpétuité réelle, jugée inhumaine par toutes les organisations de défense des droits humains".

Monseigneur Gaillot reprend cet argument : "Si on a aboli la peine de mort, ce n’est pas pour laisser quelqu’un en prison à vie. Tout le monde a droit à un avenir. Ça n’est pas humain de se comporter comme ça". Il complète : "Georges Ibrahim doit être expulsé dans son pays. Peut-être que le nouveau garde des Sceaux sera quelqu’un qui pourra faire ça". Ses visites aux deux prisonniers lui ont permis de découvrir des hommes attachants : "Georges Ibrahim est en pleine forme, toujours militant. Il occupe ses journées, se renseigne sur le monde grâce aux journaux, téléphone très régulièrement au Liban. Quant à Ibon, malgré la maladie, il a passé une licence d’histoire géographie et s’attaque maintenant à une licence d’anglais. Ils restent ouverts et militants, veulent continuer à lutter. Ce sont eux qui me donnent de leur force, ils m’encouragent. C’est enrichissant pour moi. J’aime rencontrer des gens qui ne subissent pas leur vie, comme eux".

Le collectif : liberonsgeorges.samizdat.net/mobilisation/initiatives-collectif-65-soutien-a-georges-ibrahim-abdallah/

Source

Partager cet article

Repost0