Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 septembre 2017 6 30 /09 /septembre /2017 12:29

L’athlète français Pierre-Ambroise Bosse est devenu champion du monde du 800 m à Londres le 8 août dernier. Mais trois semaines plus tard, il était victime d’une très violente agression près de Bordeaux. Trois individus l’ont roué de coups au visage, entraînant la fin immédiate de sa saison et un préjudice physique et moral important.

Une information judiciaire a été ouverte et l’un des agresseurs a été placé en garde à vue. Mais étonnamment, les médias n’ont pas communiqué sur l’identité des auteurs des faits. Y aurait-il quelque chose à cacher ?

Rappelons que Pierre-Ambroise Bosse est connu pour avoir affiché son soutien à Dieudonné – ou du moins sa sympathie pour l’univers de l’humoriste – en effectuant une quenelle à l’occasion de sa victoire aux championnats d’Europe des moins de 23 ans en 2013.

Dans un post du 25 septembre 2017, la Ligue de défense juive s’est ouvertement réjouie de cette agression sur Facebook.

La LDJ s’est déjà rendue coupable de multiples agressions violentes, notamment contre Alain Soral, des journalistes, des militants pro-palestiniens, des juifs antisionistes et de nombreuses autres personnalités, mais aussi de tentatives d’intimidation et de pression sur les tribunaux. Et ce en toute impunité, en raison d’une protection par les agents d’Israël au sommet de l’État.

 

 

 

NDLR : Nous aussi avons été menacés par ces sympathiques personnes :

 

Cher(ère) boycoteur/euse, comme la dernière fois,

We have are a very particular set of skills, skills We have acquired over a very long career. Skills that make us a nightmare for people like you.

Bref vous l'aurez compris les boycotteur, maintenant on va vous scalper un par un, Collectif par collectif, association par association...

https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=244269069287529&id=173605739687196

 

Nous avons le temps, et la volonté.

La bise de la Brigade

https://brigadejuive.com

 

 

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
30 septembre 2017 6 30 /09 /septembre /2017 12:20

Brigitte Bardot s'est indignée auprès de Nicolas Hulot, le tout nouveau ministre de la Transition écologique et solidaire, longtemps compagnon de route des défenseurs de l'environnement et de la cause animale. « Hulot est un vendu et un lâche ! » tonne BB dans les colonnes de Var-Matin . « Il n'a pas de parole. Je suis écœurée de voir comment il retourne sa veste. » La raison d'une telle colère ? L'autorisation de la reprise de la chasse au sanglier cet été en France, notamment dans le Var, alors que des hectares de maquis et de forêts ont brûlés dans tout le sud-est de la France. Fin juillet, la fondation Bardot demandait donc au ministre de repousser l'ouverture de la chasse et des battues, « pour protéger et non détruire les rescapés de cet été meurtrier ».

Mais Nicolas Hulot n'a pas souhaité accorder un quelconque moratoire, ce qui a rendu furieuse la pasionaria des animaux. « Je suis hors de moi ! lâche Brigitte Bardot dans Var-Matin. Humainement parlant, on n'a pas le droit de faire ça ! Comment peut-on encore tuer des animaux après tout ce qu'ils ont subi ? poursuit-elle. Ces fanatiques de la gâchette sont les djihadistes du monde animal... Ils me font peur. »

Entre Hulot et Bardot, la lune de miel n'aura donc duré qu'un mois. Début juin, BB se félicitait de la nomination du militant écologiste en employant des paroles de soie. « Bravo, se réjouissait-elle par avance, grâce à vous nous allons enfin améliorer le sort des animaux sauvages qui vous attendent depuis trop longtemps [...] Avec vous, cher Nicolas, nous allons enfin sortir de ces débats hystériques qui opposent l'homme et l'animal afin de redonner la paix à ceux qui la méritent... » Las, quelques semaines plus tard, cette belle harmonie se fissurait lorsque Nicolas Hulot autorisait l'abattage de deux loups sur le territoire, en cas d'attaque de troupeaux, puis de quarante bêtes dans les douze mois à venir, au grand dam des associations de défense des animaux.

 

Source

 
Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
30 septembre 2017 6 30 /09 /septembre /2017 12:10

 

Le gouvernement australien a décidé d’élever un mémorial à la mémoire de tous les animaux morts durant la Grande Guerre sur le site du Moulin de Pozières.

Les historiens estiment que 9 millions d’entre eux sont morts dans le conflit entre 1914 et 1918.

Pour Nigel Allsopp, président de l’association Australian War Animal Memorials, leur sacrifice a trop longtemps été mésestimé. «  Qu’ils aient eu un rôle stratégique comme les chevaux, les pigeons et les chiens, ou qu’ils aient simplement servi de nourriture, comme pour les vaches, les chats et les rats, il est important de prendre en compte le sacrifice de nos animaux  », déclare-t-il.

Pour le Docteur Brendon Nelson, directeur du War Memorial de Canberra et ancien ministre de la Défense australien, ces animaux étaient au moins aussi courageux que les hommes qui les accompagnaient. «  Dans la Somme, des milliers d’Australiens ont donné leur vie pour leur pays. Ces soldats étaient volontaires, les animaux qui les accompagnaient, ne l’étaient pas  ».

Ce monument, installé sur le lieu d’une sanglante bataille entre Australiens et Allemands, a une portée symbolique pour la nation Australienne. «  Il n’y a pas de terre sur la planète qui soit plus imprégnée par le sang australien. Établir ce monument ici c’était une évidence pour nous  », explique le Docteur Brendon Nelson.

Le mémorial est aussi un geste de réconciliations, il célèbre les animaux de tous les pays, qu’importent leurs camps. «  Ils ne l’ont pas choisi  », dit Brendon Nelson.

 

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
30 septembre 2017 6 30 /09 /septembre /2017 11:54

 

Le 26 septembre, la ministre des Armées, Florence Parly, et Pauline Rocafull, président de la Guilde française des scénaristes, ont signé une convention cadre afin de « favoriser l’écriture de scénarios sur le thème de la défense. »

« Par vos projets […] vous permettrez à chacun de saisir un soupçon du quotidien de nos armées et de vibrer un peu avec elles. […] « Nous voulons montrer que ces références peuvent ne pas être toujours américaines », a commenté Mme Parly.

« L’objectif est de faciliter le développement de nouveaux contenus, tant audiovisuels que cinématographiques, liés aux enjeux de la défense, à ses réalités opérationnelles et à l’expérience des femmes et des hommes qui en sont les acteurs au quotidien », explique le ministère des Armées. Il s’agit également, poursuit-il, de permettre « aux scénaristes de bénéficier de conseils et d’expertise afin d’appréhender l’univers de la défense, dans le respect le plus total de leur liberté artistique. »

Ce dernier point pose question : où s’arrêtera la « liberté artistique »? « La Mission sera toujours présente pour vous aider, pas vous censurer », a promis la ministre », a assuré Mme Parly.

Au moment du lancement de la Mission cinéma, il s’agissait de « favoriser la création » tant qu’elle ne portât pas atteinte au « rayonnement » des armées. En clair, des projets du style « Les bidasses en folie » n’auraient évidemment aucun soutien.

 

NDLR : Les projets du style « Avoir 20 ans dans les Aurès » de René Vautier encore moins ! Comme il le rappelle dans son livre « Caméra citoyenne », c’est Léon Blum qui signa les accords Blum-Byrnes en 1948, lesquels autorisaient l’entrée et la diffusion, pratiquement sans quota, des films américains en France. Chacun sait depuis que fut inventé aux Etats-Unis le célèbre dicton : « Là où le film passe, le drapeau vient ensuite ».

 

Source

 
Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
30 septembre 2017 6 30 /09 /septembre /2017 11:39

Mercredi matin, le bureau de l’Assemblée nationale a levé l’immunité parlementaire du député apparenté FN, Gilbert Collard qui, en décembre 2015, avait publié sur Twitter des photos de victimes de Daech. Le vote a été prononcé à l’unanimité des 22 députés moins une voix, celle de Clémentine Autain. La députée de la France insoumise explique son choix :

 

« Les conditions en ont été inadmissibles. Une réunion de bureau a été convoquée de façon exceptionnelle, dans un curieux hasard de calendrier, la semaine de l’examen du projet de loi sur l’Etat d’urgence au sujet duquel les experts de l’ONU s’inquiètent pour les libertés en France. Ce n’est que la veille au soir, à 19h44, que j’ai reçu un mail m’indiquant que nous allions étudier la levée de l’immunité de Gilbert Collard et qu’un dossier serait consultable sur place à 9h30 pour la réunion à… 10h. Voyez comme tout est bien organisé pour éviter un débat de fond, le temps de la réflexion et de la concertation avec notre groupe ! Notre refus de voter cette levée n’est pas étranger à cette méthode qui s’installe à l’Assemblée, dans un climat où le pouvoir du Parlement est chaque jour un peu plus piétiné. Surtout, la veille, j’avais été invitée à la première réunion des groupes de travail lancée par monsieur De Rugy sur le statut du député, incluant la question d’une réforme possible de l’immunité. A quoi sert-il de faire des groupes de réflexion si le bureau neutralise en une réunion l’article 26, sur le point le plus fondamental que constitue la liberté d’expression, quelles qu’en soient ses outrances, ses horreurs ? Tout cela n’est pas sérieux et s’apparente à une simple opération politique. Si l’Assemblée entend devenir la succursale des impératifs d’un monarque républicain ou des opérations de communication du gouvernement, ce ne sera pas sous nos applaudissements. Nous tenons notre fil. S’il faut remettre en cause notre système institutionnel, faisons-le au grand jour et avec cohérence, à l’occasion d’un processus associant les citoyens pour une VIe République, et pas au coup par coup, en catimini à l’Hôtel de Lassay. »

 

Source

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
30 septembre 2017 6 30 /09 /septembre /2017 11:34

Face à la fermeture de son blog Russeurope hébergé sur le portail universitaire OpenEdition, Jacques Sapir dénonce une décision basée, selon lui, sur des motifs fallacieux. Plusieurs membres des milieux universitaires lui ont apporté leur soutien.

Accusé d'avoir utilisé son blog comme «tribune politique partisane» et de publier des textes «déconnectés du contexte académique et scientifique» par Marin Dacos, chercheur au CNRS et fondateur d'OpenEdition, Jacques Sapir a dénoncé auprès de RT France «une accusation parfaitement gratuite, et fausse».

«Tous mes textes sont en relation, directe ou indirecte, avec mes recherches. Quand OpenEdition et Hypotheses.org m’ont signifié qu’il y avait un problème, les quatre notes qu’ils ont cités étaient des copies d’articles, ou des références à mon travail», nous a-t-il confié le 27 septembre.

L'économie peut-elle être traitée sans parler de politique ? «C’est strictement impossible», répond le chercheur à l'EHESS, avant de préciser que toutes ses notes «politiques» sont en référence à ses recherches, à ses livres et à ses articles. «Je ne me suis jamais prononcé hors de ce cadre», a-t-il assuré.

(…)

«Je m’interroge aussi sur les fonctions aujourd’hui occupées par le responsable, Marin Dacos, et je me demande s’il n’y a pas, pour le moins, conflit d’intérêts», a-t-il lâché, faisant référence à la fonction de conseiller scientifique pour la science ouverte au Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation du responsable d'OpenEdition. 

(…)

Jacques Sapir a reçu le soutien de nombreux internautes et d'universitaires, mais aussi de personnalités telles que Philippe Béchade, économiste membre des Econoclastes, pour qui le chercheur paye avant tout ses prises de positions opposées à la politique d'Emmanuel Macron.

 

Source

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
30 septembre 2017 6 30 /09 /septembre /2017 11:29

Le tribunal correctionnel de Paris condamne à 2 ans de prison ferme la mère qui avait envoyé de l’argent à son fils, un jihadiste présumé mort à l’âge de 21 ans en Syrie.

Nathalie Haddadi affirme n’avoir jamais su que cet argent servait à financer le voyage de son fils vers le Levant.

À noter que le tribunal n’a pas délivré de mandat de dépôt. Elle ne sera donc pas incarcérée aujourd’hui. Sa peine devrait d’ailleurs être aménagée. Par la voix de son avocat indigné, Nathalie Haddadi annonce qu’elle va faire appel de cette condamnation « pour financement du terrorisme. »

Pour rappel, le procureur avait requis 18 mois de prison avec mandat de dêpôt.

 

Source

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
30 septembre 2017 6 30 /09 /septembre /2017 11:25

Des activistes sur les réseaux sociaux ont révélé la présence du militant français sioniste Bernard-Henry Levy dans le Kurdistan irakien durant le référendum sur la séparation organisé le 25 septembre dernier.

Il se trouvait plus particulièrement dans le bureau de vote où ont voté le vice-président du parti démocratique du Kurdistan Nijervane al-Barazani et les membres de sa famille, avec lesquels il entretient des relations intimes.

Lundi, 3.3 millions de kurdes irakiens, l’équivalent de 72% de la population kurde irakienne, ont voté à plus de 90% en faveur de la séparation avec l’Irak et de la création de leur Etat indépendant.

Connu dans le monde arabe depuis ses voyages en Libye, lors de la chute du président libyen Mouammar Kadhafi, Bernard Henri Lévy, présenté comme un philosophe français, est en revanche taxé « de prince du vide » par des poids lourds de la vie intellectuelle française, dont Gille Deleuze, Jaques Dérida et l’historien Pierre Vidal Naquet.

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
23 septembre 2017 6 23 /09 /septembre /2017 12:07

Né en 1972, Lucien Cerise a une formation en sciences humaines et sociales, avec une spécialisation dans le langage et l’épistémologie. S’intéressant aux notions de frontière et de limite, aussi bien dans le champ politique que dans les domaines psychologique, éthique et comportemental, il se fait connaître en 2016 par son essai "Neuro-pirates – Réflexions sur l’ingénierie sociale" (éd. Kontre Kulture). Il nous revient pour analyser les dessous des cartes du conflit ukrainien avec "Retour sur Maïdan, la guerre hybride de l'OTAN" (éd. Le Retour aux Sources).

 

Extrait de l'interview de Lucien Cerise paru dans "Présent" :

 

– Comment définissez-vous le concept de « guerre hybride » ?

Selon les spécialistes, c’est la forme actuelle de la guerre, totale et sans limite, polymorphe, qui attaque sur tous les fronts en même temps et par tous les moyens concevables, en usant de forces militaires conventionnelles mais aussi non conventionnelles, clandestines, paramilitaires, terroristes, ainsi que d’opérations psychologiques diffusées par les médias, de sanctions économiques et juridiques, le tout avec une certaine furtivité, sans que la guerre ait été clairement déclarée. Cela peut donner l’impression qu’elle n’existe pas, la figure de l’ennemi restant fuyante, souvent dissimulée derrière des forces de procuration recrutées dans la population civile, nationaux formant une cinquième colonne ou immigrés utilisés comme facteurs de déstabilisation. Le champ de bataille est extérieur et intérieur, objectif et subjectif, et déploie dans le réel et le virtuel des techniques d’ingénierie sociale visant à transformer les relations interpersonnelles et les identités pour les faire adhérer à des événements de masse préfabriqués comme les révolutions colorées, ou comme ce qu’il faudrait appeler une « élection colorée » dans le cas de la dernière présidentielle française.

 

– Que répondez-vous à ceux qui vous accusent de complotisme ?

Je les invite à lire ce livre et d’autres sur l’histoire des services secrets et des opérations clandestines et psychologiques. On peut trouver facilement en librairie de nombreux ouvrages sur la CIA, le Mossad, le MI-6, la DGSE, le KGB devenu FSB, etc. Quand on se plonge dans ces informations, on comprend que l’histoire n’est pas écrite par les peuples, ni même par les grands leaders politiques, mais par le complexe militaro-industriel, l’État profond et divers intérêts privés, mafieux ou légaux, parfois plus puissants que des États. Les complots, les stratagèmes, les cachoteries font partie de l’histoire universelle depuis au moins Sun-Tzu. Sur cette base, l’accusation de « complotisme » fait partie d’un arsenal de terrorisme intellectuel infantilisant, théorisé notamment par Sunstein et Vermeule, deux conseillers d’Obama, dans un article intitulé Conspiracy Theories, et visant à obliger à la confiance envers le pouvoir et à inhiber l’exercice de la pensée critique et du doute méthodique cartésien.

 
Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
23 septembre 2017 6 23 /09 /septembre /2017 11:56

Votre Smartphone vous accompagne partout et avec leur fonction Frequent Locations, les iPhones d’Apple collectent automatiquement les données relatives aux endroits où se rendent les utilisateurs de la marque et au temps qu’ils y passent. Ceci permet l’apprentissage par votre Smartphone des endroits importants pour vous, dans un but d’amélioration de certaines fonctions comme la planification d’itinéraires. C’est une fonction qui peut se désactiver – encore faut-il le faire !

Les assistants vocaux sont désormais présents sur tous les appareils. En 2015, il est apparu que Google stockait tous les enregistrements vocaux reçus quand les gens utilisaient les fonctions de commande vocale. Chacun peut aller consulter ce qu’il a dit à son téléphone dans le passé, en ouvrant la page « Mon activité – Voix et audio » sur le site du géant américain qui affiche l’indication « Vous êtes le seul à voir ces données. Nous protégeons votre vie privée et votre sécurité. ». C’est peut-être vrai… En tout cas jusqu’au prochain piratage informatique des serveurs de Google par la NSA ou par des particuliers.

 

Tout ce qui est enregistré par un Smartphone est susceptible d’être récupéré par des personnes ou des organisations malveillantes

Les enquêteurs de la police ont l’habitude de récupérer les photos prises avec les Smartphones dans le cadre de leurs enquêtes et il faut savoir que, comme sur les ordinateurs de bureau, les fichiers effacés ne le sont pas vraiment. C’est ainsi que les photos que nous avons supprimées de notre Smartphone peuvent encore être accessibles pour des personnes disposant des connaissances nécessaires en informatique. Et même sans accéder physiquement à notre téléphone, s’il est possible de voler les photos de dizaines de stars de Hollywood il doit aussi être possible de subtiliser celles du clampin de base.

 

Lire l'article

 

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article