Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 août 2017 6 26 /08 /août /2017 11:05

La banque centrale d’Allemagne a terminé le rapatriement de la totalité des stocks d’or dont elle disposait à Paris. Le même mouvement est en cours aux Etats-Unis en vertu des réclamations formulées depuis 2012 par les eurosceptiques allemands.

La Bundesbank, la Banque centrale allemande, a annoncé le 23 août qu'elle avait terminé de ramener à Francfort les 374 tonnes d'or qu'elle possédait dans les coffres de la Banque de France.

Cette quantité d'or correspond à 11% de la totalité des réserves aurifères allemandes. Effectuée dans le secret le plus total, cette opération, qui devait s'achever en 2020, aura tout de même coûté la bagatelle de 7,7 millions d'euros à la Bundesbank.

Par ailleurs, Berlin a également rapatrié 300 tonnes du plus précieux des métaux lui appartenant des coffres de la Réserve fédérale américaine de New York.

Cette annonce met en évidence une particularité de l'Allemagne : totalement dépourvue d'or à l'issue de la Seconde Guerre mondiale, le pays a lentement constitué des stocks à partir de 1951, avant de les répartir sur d'autres territoires que le sien au cours de la Guerre froide, de crainte d'une agression soviétique.

Le pays détient actuellement le deuxième plus gros stock du précieux métal dans le monde après les Etats-Unis, soit 270 000 lingots pesant chacun 12 kg, équivalant à 120 milliards d'euros.

Cette question des réserves d'or à l'étranger avait donné du grain à moudre au camp eurosceptique allemand en 2012, qui s'était saisi de ce sujet pour réclamer un audit des quantités d'or détenues par la Bundesbank et leur retour sur le territoire national.

Source

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
26 août 2017 6 26 /08 /août /2017 11:00

Elon Musk et d'autres dirigeants d'entreprises spécialisées dans l'intelligence artificielle ont écrit une lettre ouverte aux Nations unies pour mettre en garde contre les dangers des armes autonomes, surnommées «  robots tueurs  ». Les «  armes offensives [destinées à tuer, NDLR] autonomes [...] permettront des conflits armés à une échelle jamais vue auparavant et à des vitesses difficiles à concevoir pour les humains  », peut-on lire dans cette lettre ouverte à la Convention des Nations unies sur les armes. Parmi les signataires figurent Elon Musk, patron du constructeur de voitures électriques et partiellement autonomes Tesla, et de l'entreprise spatiale SpaceX, ou encore Mustafa Suleyman, de la société britannique DeepMind, détenue par Google et spécialisée dans l'intelligence artificielle.

«  En tant qu'entreprises mettant au point les technologies d'intelligence artificielle et de robotique qui pourraient être détournées pour développer des armes autonomes, nous nous sentons particulièrement responsables pour tirer le signal d'alarme  », disent-ils encore. «  Elles peuvent être des armes terrifiantes, des armes que des dictateurs et des terroristes utiliseraient contre des populations innocentes, et des armes piratées à des fins funestes  », poursuivent les signataires, dans ce courrier diffusé dimanche par le Future of Life Institute, organisme non lucratif basé aux États-Unis qui met en garde contre les méfaits possibles de la technologie. «  Nous n'avons pas beaucoup de temps pour agir. Une fois ouverte cette boîte de Pandore, elle sera difficile à refermer. C'est pourquoi nous [vous] implorons de trouver le moyen de nous protéger de ces dangers  », écrivent encore les signataires, originaires du monde entier.

Source

 
Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
26 août 2017 6 26 /08 /août /2017 10:55

Le jeune franco-palestinien a été arrêté dans la nuit du 23 août par l’armée israélienne. Sa compagne et le député Alain Bruneel enjoignent le Président de la République d'intervenir très rapidement. 

L’information a été diffusée ce mercredi 23 août sur Facebook par sa compagne, Elsa : « Salah Hamouri a été arrêté cette nuit à notre domicile de Jérusalem-Est par l'armée d'occupation venue en grand nombre le cueillir dans son sommeil. Comme souvent, les autorités militaires ne donnent aucun motif à cette arrestation et nous n'avons que peu d'informations au sujet de sa détention, il n'a pu contacter personne. Nous demandons à la France d'agir avec conviction pour protéger et obtenir la libération de notre concitoyen qui subit une fois de plus l'arbitraire israélien ». Les internautes, souvent soutiens de longue date du militant, s'emploient à partager cette information inquiétante.

Salah Hamouri est depuis des années dans le collimateur du pouvoir israélien. Il avait fallu une mobilisation internationale pour qu’il soit libéré de prison en 2011. Le jeune homme, qui a déjà passé sept années dans les geôles israéliennes, avait alors été accueilli dans de nombreuses villes de France et notamment dans le Douaisi. Ainsi, immédiatement après cette annonce de nouvelle arrestation arbitraire, le député PCF du Nord, Alain Bruneel a réagit en sollicitant l’intervention du Président de la République.  « L’acharnement n’a que trop duré. », argumente le député. «  Israël ne peut continuer à confondre le légitime combat politique pour les droits nationaux du peuple palestinien avec la criminalité ou le terrorisme », tempête l’élu nordiste, dans sa lettre adressée à l’Elysée ce mercredi en milieu de journée. Exigeant du Président de la République qu’il « œuvre dès aujourd’hui », au nom de la France pour la libération de Monsieur Salah Hamouri ».

Source

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
26 août 2017 6 26 /08 /août /2017 10:49

Le G8 et ses valeurs “démocratiques” : On les a vues de Gênes à Hambourg. 16 ans après la terrible répression, le chef de la police italienne passe aux aveux. Dans une interview à La Républicca Franco Gabrielli confirme ce que tous nous savions déjà mais que la presse aux ordres, de Rome à Paris, à jusqu’ici censuré. Il confirme une répression sanglante, des méthodes fascistes utilisées contre les opposants au G20. Avec pour bilan des centaines de blessés et un mort.

Seuls sept policiers seront condamnés à des peines légères. Aucun des responsables.

 

Voici quelques extraits de l’entretien donné par Franco Gabrielli. Un entretien qui n’a fait que très peu de bruit dans la presse française :

 

« L’école La Diaz, Bolzaneto, la mort de Carlo Giuliani sont des fantômes qui hantent la mauvaise conscience du Parlement, des faits et des responsabilités sur lesquels il a renoncé à enquêter malgré les pouvoirs de la Commission d’enquête et ce, durant deux législatures successives préférant craintivement « attendre » le cours de la justice pénale. C’est un fantôme qui n’a jamais cessé d’habiter au deuxième étage du bâtiment du Département de la sécurité publique, le bureau du chef de la police. En Juillet 2001, c’était Gianni De Gennaro. Et maintenant officie Franco Gabrielli.

La nuit n’a jamais finie – dit Franco Gabrielli – à Gênes, un jeune homme est mort. (…) dans les rues de Gênes, une multitude de personnes, innocentes, ont subi des violences physiques et psychologiques qui les ont marqué pour la vie. (…), il ne suffit pas de présenter des excuses a posteriori, après dix années et après la condamnation définitive pour La Diaz et Bolzaneto.

 

Le chef de la police italienne dénonce la torture commise à Bolzaneto, dans ce qu’il compare au garage Olympus de Pinochet, et il souligne que cette torture n’a ni été réellement poursuivie ni condamnée. Tout au plus quelques policiers ont été condamnés pour des violences à l’école Diaz, mais les responsables, la chaine de commandement n’ont eux jamais été inquiétés :

« Pour le sommet du G8 à Gênes, nous avons assisté à des peines exemplaires  pour La Diaz et minimes pour Bolzaneto, à l’absence de jugement d’une règle qui a conduit au crime de torture et à l’évaporation subite de la chaîne de commandement et de responsabilité qui a permis qu’une caserne de l’unité mobile de la police soit transformée en garage « Olympus ». Aujourd’hui encore, nous continuons à parler de Diaz. De Bolzaneto trop peu se souviennent. Bolzaneto où, je le dis clairement, on a torturé. Oui, torturé… »

Source

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
26 août 2017 6 26 /08 /août /2017 10:34

Depuis 70 ans, l’obsession des stratèges états-uniens n’aura pas été de défendre leur peuple, mais de maintenir leur supériorité militaire sur le reste du monde. Durant la décennie allant de la dissolution de l’URSS aux attentats du 11 septembre 2001, ils cherchaient les manières d’intimider ceux qui leur résistaient.

Harlan K. Ullman développait l’idée de terroriser les populations en leur assénant un formidable coup sur la tête (Shock and awe, le choc et la stupeur). C’était idéalement l’usage de la bombe atomique contre les Japonais, dans la pratique, le bombardement de Bagdad par une pluie de missiles de croisière.

Les Straussiens (c’est-à-dire les disciples du philosophe Léo Strauss) rêvaient de mener et de gagner plusieurs guerres à la fois (Full-spectrum dominance, la domination tous azimuts). Ce furent donc les guerres d’Afghanistan et d’Irak, placées sous un commandement commun.

L’amiral Arthur K. Cebrowski préconisait de réorganiser les armées de manière à traiter et à partager une foule de données simultanément. Ainsi des robots pourraient un jour indiquer instantanément les meilleures tactiques. Comme nous allons le voir, les profondes réformes qu’il a initiées n’ont pas tardé à produire des fruits vénéneux.

 

La pensée néo-impérialiste US

Ces idées et ces phantasmes ont d’abord conduit le président Bush et la Navy à organiser le plus vaste système d’enlèvement international et de torture, qui a fait 80 000 victimes. Puis, le président Obama à mettre sur pied un système d’assassinat, principalement par drones mais aussi par commandos, qui opère dans 80 pays et dispose d’un budget annuel de 14 milliards de dollars.

À partir du 11-Septembre, l’assistant de l’amiral Cebrowski, Thomas P. M. Barnett, a dispensé de nombreuses conférences au Pentagone et dans les académies militaires pour annoncer ce que serait la nouvelle carte du monde selon le Pentagone [5]. Ce projet a été rendu possible par les réformes structurelles des armées US ; réformes dont découle cette nouvelle vision du monde. Il semblait si délirant que les observateurs étrangers le considérèrent hâtivement comme une rhétorique de plus pour susciter la peur des peuples à dominer.

Barnett affirmait que pour maintenir leur hégémonie sur le monde, les États-Unis devaient « faire la part du feu », c’est-à-dire le diviser en deux. D’un côté, des États stables (les membres du G8 et leurs alliés), de l’autre le reste du monde considéré comme un simple réservoir de ressources naturelles. À la différence de ses prédécesseurs, il ne considérait plus l’accès à ces ressources comme vital pour Washington, mais prétendait qu’elles ne seraient accessibles aux États stables qu’en passant par les services des armées états-uniennes. Dès lors, il convenait de détruire systématiquement toutes les structures étatiques dans ce réservoir de ressources, de sorte que personne ne puisse un jour ni s’opposer à la volonté de Washington, ni traiter directement avec des États stables.

Lire l'article

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
26 août 2017 6 26 /08 /août /2017 10:28

Pour protéger les manchots, le Chili rejette un projet minier car le projet ne garantirait pas la sécurité d’une réserve nationale hébergeant 80 % de la population mondiale de manchots de Humboldt, une espèce en danger d’extinction.

Privilégier l’environnement au développement économique. C’est ce qu’a fait, lundi 21 août, un comité ministériel au Chili, en rejetant un projet minier et portuaire dans la région de Coquimbo (centre-nord), estimant qu’il ne garantissait pas la sécurité d’une réserve nationale hébergeant 80 % des manchots de Humboldt.

« Nous ne sommes pas contre le développement économique, ni contre les projets nécessaires à la croissance du pays, mais ceux-ci doivent répondre de manière adéquate des impacts qu’ils peuvent engendrer », a déclaré le ministre de l’environnement, Marcelo Mena. « Dans ce cas, la réponse n’était pas adéquate », a-t-il ajouté pour justifier le rejet du projet Dominga du conglomérat chilien Andes Iron.

Source

 
Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
26 août 2017 6 26 /08 /août /2017 10:23

Au Venezuela,l’impérialisme américain et ses alliés de la classe capitaliste mènent une violente tentative de déstabilisation du pays. Pour remettre la main sur les richesses du pays, mais également pour écraser un peuple qui a fait le choix de défendre son indépendance et sa souveraineté menaçant l’emprise de la dictature de Washington sur l’ensemble du continent. Guerre économique, violences, pressions internationales, et désormais menaces ouvertes du président américain d’installer par la force des armes un pouvoir à sa botte à Caracas, la situation est tout à fait semblable à celle tragiquement vécue par le Chili d’Allende et de l’Unité Populaire. On sait ce qui s’en est suivi avec le 11 septembre le bombardement de la Moneda, le palais présidentiel et le coup d’État de Pinochet immédiatement reconnu par les États Unis et leurs alliés.

La déclassification à partir de 1999 de nombreux documents a permis de prouver de façon indiscutable le rôle des États-Unis dans la déstabilisation du gouvernement Allende. Selon les archives de la CIA, l’agence américaine aurait mené des opérations secrètes au Chili dans les années 1970. Les sources révèlent que le gouvernement américain a soutenu financièrement la droite chilienne et dépensé plus de huit millions de dollars pour financer des groupes hostiles à Allende afin de semer le chaos dans le pays. On retrouve les mêmes méthodes à l’oeuvre aujourd’hui contre le Venezuela.

Lire l'article

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
29 juillet 2017 6 29 /07 /juillet /2017 11:44

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
29 juillet 2017 6 29 /07 /juillet /2017 11:42

Le petit Jésus est souvent représenté en enfant, dans la crèche.  Personnage phare du judaïsme et du christianisme, il désigne pourtant, de moins en moins il est vrai, un jeune homosexuel. « Passif », précise mon informateur habituel. Un certain Carlier écrit dans un numéro du « Crapouillot » en 1955 que les « prostitués tout jeunes prennent le nom de « petits Jésus ». Il ne faut voir là aucune malveillance, Jésus étant l’archétype de l’enfant particulièrement joli. Il faut dire qu’il a été fabriqué par le moyen du Saint Esprit, procédé extrêmement rare, dont on n’a pas su retrouver le secret depuis 1997 ans. Le système de remplacement, qui consiste actuellement à faire s’accoupler deux êtres humains de sexe différent, voire carrément opposé, donnant satisfaction aux géniteurs, il est peu probable qu’on se dirige vers des méthodes qui ont pourtant fait leurs preuves il y a deux mille ans.

Le sens second de « Jésus », jeune homosexuel, est récent (1835) mais les anticléricaux du XVIIIème siècle faisaient déjà allusion à une possible homosexualité du personnage. Jésus, selon eux, aurait entretenu des liens très étroits, voire des « amitiés particulières », avec ses disciples. D’où le sens inattendu qu’il aurait pris.

 « Jésus la Caille » en tout cas, est un roman de Francis Carco, dont le personnage principal est bien un jeune prostitué homosexuel. Pourquoi « la Caille »? Parce qu’il venait du quartier populaire de la « Butte aux Cailles », dans le XIIIème arrondissement de Paris.

 Léo Ferré quant à lui, dans une superbe chanson, « C’est extra! », n’hésite pas à écrire : « cette touffe de noirs Jésus/ qui ruisselle dans son berceau/ comme un nageur qu’on n’attend plus/

 Cette énigmatique et poétique image, identifie le sexe de la femme au symbole de la mère, de l’enfant, et de la mer, sans le « e ». Du beau travail en perspective pour les psychanalystes.

Mais du coup, voilà Jésus au féminin, alors que, je peux témoigner,  j’ai souvent entendu, dans les prisons et chez ceux qui les fréquentent assidument en tant qu’usagers, le petit Jésus désigner indifféremment le sexe féminin ou le sexe masculin.

 Et comme il faut bien finir sur une gaudriole, étant donné que le niveau philosophique de cet article est en train de se hisser à des hauteurs vertigineuses, signalons tout de même qu’un « Jésus » désigne un « gros saucisson court fabriqué dans le Jura, en Alsace et en Suisse ».

Celui de la petite ville de Morteau serait le plus réputé.

Sans être un spécialiste de l’exégèse des textes religieux, je pense tout de même qu’il ne serait pas conforme aux traditions d’en équiper votre crèche.

Et j’avoue, en ce qui me concerne, que l’idée que Jésus soit un saucisson, « court » de surcroît, n’est pas de nature à développer ma confiance dans l’église catholique, apostolique et romaine. Cela laisserait supposer que Dieu le père est un charcutier, profession contre laquelle je n’ai aucun grief particulier, mais qui me paraît un peu courte pour un type qui est censé avoir créé le monde dans sa totalité, entreprise qu’on n’attend guère d’un petit artisan, fût-il exceptionnellement doué.

 Mais il est vrai aussi, qu’en tant que catholique romain, mes proches me considèrent généralement  comme un « drôle de paroissien », pas vraiment détenteur des vérités révélées par les gens compétents en la matière.

 

Rolland Hénault (paru dans l’Echo du Centre, 1997)

 
Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article
29 juillet 2017 6 29 /07 /juillet /2017 11:34

Selon l'Humanité, la ministre du Travail aurait profité de l'annonce de la suppression de 900 emplois dans le groupe dont elle dirigeait les ressources humaines, en 2013, pour réaliser une importante plus-value boursière.

En plein lancement de la réforme du code du Travail, les révélations tombent mal pour Muriel Pénicaud. Selon l'Humanité, l'actuelle ministre du Travail aurait réalisé en 2013 une importante plus-value boursière alors qu'elle était directrice générale des ressources humaines chez Danone, à la faveur de l'annonce de la suppression de 900 emplois, qui avait fait bondir le cours de l'action du groupe. Une pratique pas illégale mais jugée "scandaleuse" par les représentants syndicaux.

Une plus-value de plus d'un million d'euros. Les faits remontent à 2013. Selon les comptes officiels de Danone, consultés par l'Humanité, Muriel Pénicaud a choisi, le 30 avril de cette année, d'acquérir un lot de 55.120 actions pour 34,85 euros pièce, selon le principe des "stock-options" réservées aux dirigeants. Le prix de ces actions lui était garanti depuis quatre ans et avait été fixé en pleine crise financière, en 2009. La directrice a donc pu acquérir ses actions "bien en-dessous du cours de l'action ce jour-là", selon le quotidien, avant de les revendre "aussitôt pour l'essentiel, à 58,41 euros l'unité", réalisant au passage une plus-value d'environ 1,129 million d'euros.

Un timing étudié, selon les syndicats. Les critiques résident dans l'explication du cours élevé auquel la ministre a pu revendre ses actions, après les avoir achetées à un prix très bas. L'annonce, quelques jours avant l'opération de Muriel Pénicaud, de la suppression de 900 emplois de cadres chez Danone - dont 230 en France - avait en effet fait bondir le cours de l'action du groupe. "Ce n'est pas unique, toutes les restructurations visent à ça", déplore Jocelyne Hacquemand, secrétaire de la fédération nationale agroalimentaire et forestière CGT, interrogée par Europe 1.

"Des raisons de rentabilité financière à court terme". "Danone se portait très, très bien. C'est uniquement pour des raisons de rentabilité financière à court terme que ces emplois ont été supprimés", poursuit la représentante. "Dans tous les plans de restructuration, les trois quarts des gens se retrouvent sur le carreau… (...) C'est inacceptable. En plus elle est ministre du Travail et elle veut réformer 120 ans d'acquis sociaux, ce qu'Emmanuel Macron appelle 'la modernité'. On ne pourra jamais avaler les arguments qu'elle essaie de nous vendre."

 

Source

Repost 0
Publié par ELIZABETH
commenter cet article